Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Light D. Pain, « Happy Mask » (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 90
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 5078
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Croqué par Jura
☠ Haki : Bientôt
☠ Dorikis : 3251

MessageSujet: Light D. Pain, « Happy Mask » (Terminé)   Dim 18 Fév - 0:43



Light D. Pain « Happy Mask »











Prénom et Nom: Light D. Pain
Âge : 22
Sexe : Homme
Avatar : Kagetane Hiruko
Groupe : Gouvernement (Agent CP 9)
Métier : Artiste
Espèce : Humain
But : Mettre fin à l'existence de la menace Pirate

---------------

Fruit du Démon : (sous réserve de validation)
Autres capacités : (sous réserve de validation) Rokushiki


Description physique

D'une taille assez commune, mesurant environ un mètre quatre vingts, Light est assez fin. Depuis qu'il est agent du Cipher Pol, il revêt toujours un costard taillé rouge avec un nœud papillon noir ainsi que des gants blancs. Il adopte habituellement une démarche noble, tout en multipliant les révérences, il est très pointilleux lors de ses gestes, et n'hésite pas à sur-abuser des marques de politesses.

Son signe distinctif est son masque blanc sur lequel est gravé un sourire à première vue joyeux cachant un regard chafouin ainsi que son costard couplé à son chapeau orné d'un ruban rouge, qui ne font qu'accentuer l'ironie de sa personnalité : la fourberie pure enfouie dans le corps d'un homme vêtu d'un costume classieux et respectable, qui suscite un certain regard en public de par sa prestance, son style raffiné et ses nobles manières.

Cependant, il peut aussi se montrer paradoxale de temps à autre selon la situation et agir avec bien moins de noblesse, mais conservant malgré tout sa prestance et son charisme habituel. C'est quelqu'un qui suscite avant tout la confiance de par sa politesse exagérée et son air amical, bien qu'il puisse aussi se montrer terriblement menaçant selon ses interlocuteurs.



Description mentale

D'un mental totalement imprévisible, il est difficile de savoir à quoi Light pense vraiment. Bien qu'il puisse se révéler amical au premier abord, les plus subtils remarqueront la sournoiserie qui se cache derrière ses paroles. Cette imprévisibilité est paradoxalement mêlée à une certaine stabilité, un calme qui renferme une sombre hystérie renfermée au fond de lui qui le pousse à garder cet air imperturbable et sûr de lui, quitte à agir complètement différemment dans sa gestuelle. Ainsi, même un rude combat ne semblera pas troubler son insensibilité, bien que son hystérie puisse se révéler dans certains cas où il aurait atteint un certain but...

En dehors de cela, Light reste quelqu'un de très confiant doublé excellent orateur, pouvant même déceler les faiblesses psychologiques de ses adversaires et n'hésite pas à en tirer profit. C'est aussi un homme intransigeant pour qui la défaite n'est même pas envisageable car c'est aussi un grand stratège qui n'agira jamais sans raison. Tous ses coups sont calculés à l'avance afin de le mener vers la réussite de son plan, ce qui fait de lui un adversaire déconcertant, tant par sa personnalité que son par comportement. Il est d'ailleurs rare qu'il daigne se "salir" les mains, préférant manipuler ses opposants par la parole et ainsi même éviter certains combats qu'il jugerait inutile. En général, il enverra au charbon des hommes s'il les juge capable. Cependant, il ne tolère pas l'échec, et ceux qui déçoivent Pain subiront son châtiment proportionnellement à l'importance de leur défaite.

Malgré tout, sa présence apporte un étrange sentiment de sécurité, entremêlé d'un soupçon de méfiance à son égard... Bien qu'il puisse aussi s'avérer être drôle et amical lorsque la situation s'y porte, pouvant ainsi détendre l'atmosphère ! S'énerve lorsqu'on ne rit pas à ses blagues.



Histoire



Avant de commencer :
 


Une enfance paradoxale




Belle petite île tropicale de East Blue, le soleil éclairait de mille feux l'orée de la dense forêt. Light, jeune enfant blond d'environ 10 ans, courait, parcourant les obstacles devant lui, riant. Ses pieds nus foulaient la terre humide, y imprégnant leur marque tout en gardant une légère noirceur aux plantes de ses pieds. Il était suivi par un jeune enfant qui semblait être tout juste plus âgé, qui le poursuivait tout en affichant la même bonne humeur. Ils portaient tout deux des vêtements rapiécés arborant toutes sortes de dessins tels que des bateaux ou encore des pirates souriants.

Les deux jeunes déboulaient à vive allure vers le petit village, manquant de faire tomber quelques sceaux d'eau posés aux bordures des modestes maisons taillées en bois qui peuplaient ces quartiers.


« Bon sang, toujours inséparables ces deux-là ! Un jour, ils vont finir par tout casser ! »

« Mais non ! En plus, ils apportent toujours ce petit vent de fraîcheur. »


Une jeune femme assez remontée ainsi qu'une personne âgée commentaient, ayant été frôlé de peu par les deux intrépides jeunes garçons qui continuaient de courir, manquant de les bousculer.

Aussi étrange que cela puisse paraître, ce jeune blond si joyeux était Light, incomparable en tout point avec l'actuel. Ses cheveux lisses courts contrastaient avec les cheveux bruns et mi-longs de son fidèle acolyte, nommé... Rose D. Marignan. Ils jouèrent ainsi tout deux près d'un puit, s'amusant la plupart du temps à se bagarrer ou encore à faire la course, pour le déplaisir de certains villageois qui les trouvaient trop bruyants et limite dangereux tant ils se souciaient peu de leur environnement. Ainsi il était coutume qu'ils se fassent gronder, tirant une mauvaise mine quelques minutes avant de retrouver leur joie de vivre et reprendre leurs activités au plus grand déplaisir de leurs grondeurs.

Ils avaient ce jour-là parcouru le chemin jusqu’à la plage, sur laquelle ils se sont finalement écroulés par la fatigue d’avoir couru toute la matinée, haletants.


« Ha… c’est toujours moi le plus rapide on dirait ! Ha… »

« Ha… même pas vrai, c’était moi le plus rapide ! Ha… »


Ils recommencèrent ensuite à se chamaille, toujours dans leur rigolade, mais Rose s’arrêta soudainement, scrutant l’horizon d’un air apaisé.


« Qu’est-ce qui t’arrives ? »


Questionna Light, curieux de savoir ce qui le poussa à arrêter de se bagarrer.


« Les horizons… Le monde doit être si grand ! Ça t’es jamais venu à l’esprit de prendre les voiles et d’explorer les vastes contrées qui nous entourent ? »


Cette interrogation surprit Light, qui n’avait jamais réfléchi à de telles choses. Son avenir, ses ambitions, ses motivations, il n’y avait jamais pensé.


« Euh… Bah… Non… Pourquoi faire ? »


« Comment ça, pourquoi faire ? Regarde les pirates, ils sont libres et voguent à travers les mers comme ils le souhaitent, pouvant explorer comme ils veulent cet immense monde ! Et nous, on est coincé sur cette île, c’est vraiment du gâchis. »   Il marqua une pause. « Plus tard, j’aurai aussi mon propre équipage, et on partira à l’aventure,, il nous arrivera tout un tas de choses trépidantes ! » dit il tout en se levant, brandissant son bras vers le ciel d’un air déterminé.

Light assista à la scène, assez surprit, ne sachant plus trop quoi penser. Cette envie, ça ne lui avait jamais traversé l’esprit.


« Mais… Comme des pirates ? Les pirates sont méchants ! C’est des criminels qui font tout ce qui leur plaît ! »


« Non…  Pas forcément comme eux, et puis ils ne sont pas tous pareils ! C’est comme partout, il y a des gentils et des méchants ! »


Assura son frère, Rose, d’un ton confiant tout en lui faisant un signe de pouce levé, il se trouvait dos à la mer faisant face à Light. Cela ne suffisait néanmoins pas à convaincre ce dernier, qui était difficilement influençable malgré son jeune âge.


« Je pense que tu crois trop aux- »


Il ne put terminer sa phrase, son attention étant soudainement braquée sur l’horizon des mers.


« Qu’est-ce que tu racontes ? Je crois trop aux quoi ? Termine ta phrase ! »





La main tremblante du jeune blond se leva timidement, le doigt pointé vers la mer, la bouche à demi ouverte, prit de stupeur par ce qu’il venait d’apercevoir. Son frère se retourna aussitôt machinalement, et lui aussi n’en revenait pas.


« M-m-mais c-c-c’est… »

« - des bateaux pirates ! »


S’écrièrent-ils tous deux, reculant de peur tout en se relevant.


« I-I-Il faut aller prévenir les autres ! »


Aussitôt dit, ils prirent leurs jambes à leur cou et coururent vers le village aussi vite qu’ils purent.

À peine arrivés qu’ils hurlèrent de plus belle.


« LES PIRAAAAATES ! LES PIRATES NOUS ATTAQUENT ! »


La plupart ne tenaient à peine compte de leur alerte, prenants cela comme de la plaisanterie, ou encore une énième farce de leur part.


« IL FAUT FUIR D’ICI ! DES BATEAUX PIRATES VIENNENT NOUS ATTAQUER ! »


Certains passants les trouvèrent même amusants.


« Toujours le mot pour rire ces jeunes enfants ! Et quel jeu d’acteur ! Tenez, prenez ces berries et allez vous ach- »


Une dame tendit de l’argent à Rose, qui repoussa violemment sa main sous l’énervement.


« Quand est-ce que vous allez nous prendre au sérieux ? Quand tout le village ne sera plus qu’un tas de ruines ?! »


Cria le jeune brun qui porta un regard sévère vers la dame qui ne comprenait pas ce qu’il se passait, ni pourquoi il se comportait aussi agressivement.

Soudain, une voix beaucoup plus grave raisonna, interrompant ce vacarme, captant l’attention de tous les villageois qui se trouvaient aux alentours.


« DES PIRAAAATES ! ON NOUS ATTAQUE ! »


C’était Jafaro,  un homme qui scrutait régulièrement l’horizon pour une raison qui demeurait inconnue aux jeunes enfants, qui était revenu de la plage en courant, essoufflé.

C’est après son annonce que tout le monde commença à paniquer, des cris de peur ou encore des pleurs ne tardèrent pas à se faire entendre.


« Vite, vite ! Vers les canaux d’évacuation ! »


Cria un homme du village. C’est alors que Rose se tourna vers Light, qui tremblait de peur.


« Il faut prévenir l’orphelinat avant qu’il soit trop tard ! »


Cet orphelinat, c’était leur domicile. Le lieu où ils résidaient. En temps normal, ils n’avaient pas le droit de sortir de leur cour, mais il était coutume pour eux de s’échapper afin d’aller jouer sur le reste de l’île, et plus particulièrement dans la forêt qui surplombait l’orphelinat, qui se trouvait quelque peu isolée des villages à cause du bruit qu’engendraient tous ces enfants et de leur laisser plus de place pour leurs loisirs.

Ainsi les deux enfants se mirent à courir aussi vite qu’ils purent en direction de la forêt par laquelle ils étaient venus ce matin-même.


« Les enfants, non pas par là ! »


Leur hurla néanmoins un adulte au loin, qu’ils n’écoutèrent guère.

La situation était critique, Light courait de toutes ses forces, ses pieds s’écrasant fermement sur la terre, des gouttes vinrent l’humidifier sur son passage. Larmes aux yeux, il resongeait à l’orphelinat et du sort qui pourrait lui arriver. Non pas qu’il pensait aux enfants, mais plutôt à celle qui s’occupait d’eux : Grelod la Douce. C’est ainsi qu’elle était appelée, notamment à cause de sa gentillesse et la douceur dont elle faisait preuve avec les enfants dont elle avait la charge la plupart du temps. Avec Rose, c’était les seuls qui incombait réellement aux yeux de Light, qui n’avait pas toujours était si joyeux, au contraire…

________________________________________________________________________


FLASHBACK




Un matin, la tempête faisait rage. Grelod venait tout juste de se réveiller, préparant le petit déjeuner pour ses 5 enfants, toujours endormis. Elle était en train de cuir des œufs sur une plaque usagée tout en sortant du pain datant de la veille de l’armoire. C’est alors qu’on toqua à la porte, chose inhabituelle dans cet orphelinat isolé, d’autant plus qu’il était encore très tôt et le temps était loin d’être favorable à une visite. Quelque peu intriguée, elle se dépêcha d’aller ouvrir… et vit un jeune enfant blond en pleurs. Il revêtait un simple haillon brun en sale état, déchirés par endroits, ainsi qu’un short dont la couleur était partie depuis longtemps. L’enfant était égratigné de partout, et pleurait sans raison apparente sous la violente pluie qui s’abattait sur lui.


« Oh, qu’est-ce qui t’amène ici cher enfant ? Pourquoi pleures-tu ? »


Demanda-t-elle de sa voix douce. Ce dernier ne répondit pas, pleurant de plus belle.
Intriguée, elle sortit alors sa tête de l’intérieur et jeta un regard autour d’elle. Personne aux alentours. Elle sortit alors, tournant tout son corps afin d’être sûre. Toujours rien. Comme s’il avait été envoyé par le ciel.

Elle fit alors entrer le jeune blond alors âgé d’environ quatre ans, et le prit dans ses bras.


« Voyons… Il ne faut pas pleurer. Dis-moi, comment es-tu arrivé ici ? »


Lui susurra-t-elle d’un ton rassurant. Ce dernier ne répondit pas, tentant tant bien que mal de stopper ses pleurs. Il se sentait inconsciemment en sécurité, comme si la cause de son chagrin avait soudainement été oublié.
Un bruit de papier se fit alors entendre.
Grelod remarqua que l’enfant tenait effectivement un bout de papier au creux de sa main.


« Tiens, qu’est-ce que c’est ? Je peux voir ? »


Il la luit tendit alors timidement, puis elle le lût…


« Light D. Pain. Je vous incombe de sa charge personnelle, prenez soin de lui. »


Assez dubitative par rapport à ce message, elle sourit néanmoins en regardant l’air affligé du jeune enfant.


« Light, c’est ça ? Bienvenue chez nous, mon enfant. »


Lui déclara-t-elle d’un ton affectueux, qui fit miraculeusement esquisser un sourire au jeune blond.

________________________________________________________________________





Il fut cependant très mal accueilli par les autres enfants à cause de sa méfiance naturelle et de sa sensibilité. Ainsi, il était surnommé « Le Peureux » ou « Pleurnicheuse » ou même encore « Saule Pleureur ». Il passait la plupart de son temps seul, lorsqu’il ne se faisait pas embêter par les autres enfants qui étaient tous un peu plus âgés que lui. Quatre garçons et une fille, qui le traitaient tous de la même façon, guidés par le plus influent mais aussi le plus âgé de la bande : Marco.

Ils lui arrivaient même de lui donner des coups pour « voir quand est-ce qu’il va se mettre à chialer ». Cependant, ces victimisations arrivaient toujours quand Grelod partait au village pour chercher des vivres, et Light était menacé de subir encore plus s’il osait en parler à cette dernière. Ainsi il subissait la moquerie et le mépris des autres enfants à son égard, n’osant jamais répondre de par sa nature timide, craintive et introvertie. Bien que leur « mère » commune s’inquiétait régulièrement pour Light, remarquant ses bleus ou ses pleurs, ce dernier couvrait toujours les enfants en inventant diverses excuses.

Un beau jour, six mois plus tard, alors qu’il était recroquevillé dans un coin de la chambre qui regroupait les lits de tous les enfants, en train de pleurer comme la plupart du temps, un bruit de bas l’alerta. Il avait développé un sens craintif affiné à cause de tout ce qu’il avait subie jusque-là, redoutant le moindre bruit qui pourrait être l’un de ses « frères ».


« Bah alors, pourquoi tu pleures comme ça ? »


Il leva les yeux… Un visage souriant, jeune garçon, cheveux bruns mi-longs, semblant être du même âge que lui.


« Moi c’est Rose, et toi comment tu t’appelles ? »


Demanda-t-il d’un ton étrangement amical pour Light, qui avait l’habitude d’être agressé tant verbalement que physiquement.


« L-Light… »


Répondit-il timidement. Son interlocuteur lui tendit alors la main.


« Enchanté, Light ! Aller, viens on va jouer dehors ! Il fait beau aujourd’hui ce serait dommage de pas en profiter ! »


Le jeune blond craintif n’en revenait pas. Il ne croyait pas à ces paroles, se demandant si ce n’était pas un rêve, comme il avait l’habitude de vivre lorsqu’il se couchait après une rude journée passée auprès des autres enfants qui le terrorisaient. Mais non, cette fois, c’était bien réel. Il essuya aussitôt ses larmes avec son bras, et attrapa la main qui lui était tendue. Ce moment marqua le début d’une relation fraternel comme il n’avait jamais connu auparavant, changeant drastiquement sa personnalité ainsi que sa confiance au fil du temps.

______________________________________________________________________


RETOUR AU PRÉSENT





Ils arrivèrent alors à l’orphelinat, qui était à leur plus grande joie encore intact. Les deux enfants criaient tout en entrant à l’intérieur.


« LES PIRATES ARRIVENT ! IL FAUT FUIR ! »

« ILS ARRIVENT… OU PEUT ÊTRE SONT ILS DEJA ARRIVÉS ? »


Une voix bien plus grave raisonna du fond du couloir. Light et Rose se figèrent net à la vue d’un… homme, qui tenait fermement par le bras leur mère, Grelod la Douce, bâillonnée et ligotée.


« Haha ! Enfin je vous trouve, foutus enfants ! Je pensais bien que cette pimbêche n’avait pas pu faire fuir tous les enfants avant qu’on débarque ! On a pour ordre de ne laisser aucun survivant… »


Il sortit alors un pistolet caché sous sa ceinture, le braquant vers les enfants, paralysés par la peur. Le pirate tirait un sourire narquois, enclencha la gâchette… mais fut soudainement repoussé par un coup d’épaule ! Grelod s’était littéralement jetée sur lui lui faisant cogner la tête contre le mur, son tir dévia de sa trajectoire et creusa un trou au plafond, qui commençait à trembler !

Les deux frères ne savaient pas quoi faire, ils savaient que le plafond allait s’écrouler d’un moment à l’autre car il a toujours eu de nombreux problèmes qu’ils réparaient comme ils le pouvaient… Hésitant entre fuir et sauver Grelod !

Cette dernière, au sol, voulût leur crier dessus mais le scotch apposé sur ses lèvres l’en empêchait, mais elle se débattait de tout son corps pour leur faire signe de déguerpir en vitesse. Au bout de plusieurs secondes, c’est le cœur serré que Rose tira Light par le T-shirt, lui sommant de fuir. Ce dernier, larmes aux yeux, ne voulait pas abandonner la seule qui a toujours veillée sur lui, qui a toujours cherché à le comprendre malgré qu’il était tant renfermé sur lui-même.

Elle le regardait aussi, les larmes aux yeux, avant de lui faire un signe de la tête, qu’il finit par accepter. C’était sur ce douloureux adieu qu’ils décidèrent finalement de sortir en vitesse de l’orphelinat.

Aller vers le village étant une mauvaise idée, ils décidèrent de s’orienter vers la plage et y trouvait des canaux d’évacuation… Une fois proche de la rive, ils virent de nombreux canaux au loin… se faire exploser. Les uns après les autres. D’énormes bateaux arborant des drapeaux Pirate avaient accosté la côte, et de nombreux matelots avaient pris d’assaut les terres, tuant ou capturant les villageois.

Les deux enfants contemplèrent ce spectacle, à nouveau paralysés. Leur crainte s’était avérée bien réelle. De nombreuses explosions retentissaient au même moment à plusieurs endroits différents, des boulets de canons qui avaient pour seuls buts de tout détruire sur leur passage.
Rose et Light se regardèrent alors. Un regard cherchant un quelconque sursaut d’espoir, quelque chose qui pourrait leur redonner envie de vivre à cet instant.


« Rose… »

« Light… »


C’est alors qu’un boulet de canon se dirigea vers eux… avant d’arriver à l’impact, à quelques centimètres de Light, et furent tout deux emporté par la puissance de l'explosion.

_____________________________________________________________________


Sursaut d'espoir inespéré




Ses yeux s’ouvrirent à nouveau, puis il cracha soudainement de l’eau.


« Tiens, t’es encore vivant ? »


Une voix rauque l’interpella… Il se trouvait à bord d’un simple radeau fait de quelques rondins de bois.


« O-on… est où ? »


Demanda-t-il, avant de ressentir une vive douleur sur toute la partie gauche de son corps. Il constata alors que des bandages la recouvrait, inquiet.


« Ouais, j’ai dû te retaper un peu, t’étais dans un sale état… Où on est ? Aucune idée, ça fait déjà quelques jours qu’on navigue sans trouver quoi que ce soit. Heureusement que j’ai pensé à apporter ma canne à pêche, les poissons sont fréquents par ici. T’en veux un ? Sers-toi. »


Lui proposa-t-il d’un ton affectueux mêlé à une certaine fermeté, tout en lui désignant quelques poissons empilés au bout du radeau.

Tout lui revint à l’esprit. Ses chamailleries avec Rose, l’attaque des pirates, Grelod qui s’est sacrifiée pour eux, et enfin… L’explosion ? Que s’était-il passé exactement ? Où était son frère ? Comment s’était-il retrouvé là ?


« Tu dois te poser plein de questions, sache juste qu’on est probablement les seuls à en être sortis vivant. Tous les canaux d’évacuation ont été détruits, du moins de ce que j’ai vu. »


Les seuls… ? Les yeux de Light s’humidifiaient à la pensée que son frère n’aurait pas survécu.


« M-mais alors c-comment avez-vous réussi à… »

« Ça, c’est mon petit secret gamin. Repose-toi, on a encore une longue route devant nous et t’es à peine capable de marcher. J’aurai sûrement besoin de toi une fois qu’on aura trouvé une terre sur laquelle se poser. D’ailleurs, pleurer est inutile. Ce qui est fait est fait. Ça leur pendait au nez. »

« C-Comment ça… ? »


L’homme ne répondit pas. Il avait de longs cheveux noirs qui s’arrêtaient à ses épaules, ainsi que des habits d’aristocrate : un costume taillé abimé par le temps et déchiré par endroits, bien que cela semblait volontaire, peut-être pour faciliter ses mouvements ? Il était aussi pieds-nus, mais Light ne posa pas plus de questions et resta assis, scrutant l’horizon, tentant de faire le point dans son esprit troublé par tous ces récents événements…

_________________________________________________________


Quelques jours étaient passés, ils ne trouvaient toujours pas de terre à l'horizon. Le vieil homme engagea alors la conversation, assis en tailleur à côté du jeune garçon.

« D’ailleurs gamin, fallait que je t’avoue quelque chose. »

« Q-quelque chose ? Quoi donc ? »

« Par contre, il ne faudra pas me juger. On commence à se dire pas mal de choses et ça fait un moment qu’on est bloqué ici. Faut que je vide mon sac »

« O-oui, je vous écoute Monsieur Taylor… »

« Ouvre bien tes oreilles, parce que tu ne l’entendras jamais à nouveau. »

« Mes oreilles sont bien ouvertes… »

« Bah… Comment dire… Oh j’ai le trac. »

« Vous pouvez m’en parler vous savez, ça ne changera pas l’admiration que j’ai pour vous ! »

« Tu dis ça pour me faire plaisir… Non, je ne peux pas. C’est au-dessus de mes forces. Tu es encore trop jeune… »

« Non je vous assure, je suis capable de comprendre ! Dites-moi votre secret s’il vous plaît ! »

« Bon, et bien… Tu te souviens, la dernière fois, quand j’ai dit qu’on n’avait plus de nourriture à bord, sur le radeau, et que tu as du jeûner toute la journée ? »

« O-oui, je m’en souviens… Même que j’ai dû boire de l’eau de mer pour étancher ma soif… »

« Bah… Voilà… On y vient… J’ai tout mangé pendant que tu dormais, voilà.

« QUOIIIII ?! »

« Oui, enfin bon tu sais, je suis un grand gaillard malgré les apparences j’ai besoin de plus d’énergie que toi. »

« Vous n’êtes qu’un goinfre ! »

Et il se mit à rire de bon cœur en voyant le visage enragé de Light qui avait visiblement mal digéré son jeûne.

_________________________________________________________


Plusieurs semaines passèrent, une relation affectueuse s’était construite entre le dénommé Taylor et Light, semblable à une relation père/fils. Au bout de quelques jours, ils trouvèrent un bout de terre sur laquelle ils établirent un campement. Light étant toujours blessé, il tentait néanmoins d’aider celui qu’il considéra presque comme son père, notion qui lui était floue vu qu’il n’avait jamais connu le sien. Toujours prêt à aider, il aurait été prêt à tout pour soulager les tâches de Taylor, un homme âgé d’une trentaine d’années au passé mystérieux dont il ne préférait pas parler. Ce dernier apprit à Light les différentes techniques de survie, ainsi que les plantes à éviter ou encore celles qu’il fallait toujours emporter avec soi.

Puis un beau jour alors que Light dormait paisiblement, il fut réveillé par des cris.


« Toi et ton môme êtes maintenant mes esclaves, compris ?! »


Ce qui semblait être un capitaine pirate, portant un chapeau arborant le logo de leur étendard s’en prenait à Taylor, entouré de plusieurs de ses hommes.


« Toi et tes foutus matelots, je vous conseille de dégager d’ici si vous tenez à la vie. »


Le capitaine à la longue barbe noire s’approcha de lui d’un air dédaigneux, avant de le dévisager de part en part. L’homme garda néanmoins un étrange calme malgré la situation.


« Qui va nous foutre dehors ? Toi ? Le gosse ? Me fais pas rire ! Si tu veux pas te rendre… »


Il dégaina une épée de son fourreau accroché à sa ceinture qu’il brandit en l’air.





« Tu mourras ici ! »


Le capitaine abattit alors sa lame sur Taylor… mais fut soudainement stoppé ! Ce dernier avait arrêté son arme avec ses deux doigts, se tenant toujours droit, imperturbable !


« C-Comment est-ce que ? »

« C’est mon dernier avertissement, dégagez ou vous mourrez. »


Tous les hommes aux alentours le chargèrent ensuite… avant d’être tous repoussés sur plusieurs mètres, tombant au sol !

Que s’était-il passé ? Son sauveur ne semblait pas avoir bougé d’un pouce, comment a-t-il réussi à les repousser ainsi ?

Le capitaine se releva avec difficulté, puis le reprit d’assaut brandissant son arme à deux mains !


« Meurs, pauvre parasite ! »


Taylor tira un air exaspéré.


« Je vous aurai prévenu… »


Il esquiva vivement le coup de lame, avant de se retrouver instantanément derrière le capitaine, et lui décocha un puissant coup de pied retourné en plein dans la joue ! Le pirate se retrouva instantanément encastré dans un rocher plusieurs dizaines de mètres plus loin, un nuage de poussière se souleva sous la puissance de l’impact !

Tous les hommes autour reculèrent, effrayés par cette soudaine démonstration de force, avant de tourner les talons et courir vers leur bateau.


« I-Il est bien trop fort ! Il faut fuir ! »


Taylor se retrouva instantanément devant eux, provoquant un coup de vent qui souleva leurs cheveux.


« Où croyez-vous aller comme ça ? Aucun de vous ne rentrera vivant. »


C’est alors qu’un rire sinistre raisonna au loin, et la mine apeurée des matelots fut remplacée par des sourires narquois.


« Ainsi le Capitaine a réussi… »


Susurraient certains.


« Qu’est-ce qui vous arrive ? Voir la mort en face vous a fait perdre la tête ? »


Des débris du rocher brisé juste avant remuèrent… puis une main tenant un sabre en sortit, le capitaine se releva couvert d’égratignures, arborant un sourire malsain.


« Quelle chance pour moi… Et quelle malchance pour toi ! Tu n’aurais pas dû retenir ton coup, ton temps est désormais compté, sombre idiot ! »

« De quoi tu parles ? »

« Le fruit de la Pourriture… Si je peux injecter le fluide qui sort de mes mains dans le corps d’un autre, c’en est fini de lui, tout le corps est alors empoisonné ! Et lorsque tu m’as porté ce dernier coup… Je l’avais anticipé en mettant vivement ma main en opposition, injectant mon fluide dans ton pied ! Quelle idée de combattre pieds-nus ! Tu aurais mieux fait de me tuer la première fois, lorsque je n’avais aucune idée de ta vitesse réelle ! Hahahahahaha !»


Taylor jeta ensuite un œil à son pied, son teint avait légèrement noirci. Une goutte de sueur coula le long de sa joue, la situation était critique.
C’est alors qu’il disparût, soulevant un nouveau nuage de fumée.


« Merde, il est passé où ?! »


S’écrièrent les matelots… avant d’être violemment percutés un par un par une force invisible ! Ils furent projetés dans tous les sens, le bruit de leurs broyés ainsi que leurs cris de douleur remplaçait les rires sinistres. Très rapidement, plus aucun matelot ne tenait debout. Il ne restait qu’un survivant, le capitaine.
Taylor réapparût, essoufflé.


« Quelle vitesse, et quelle force ! Ils ont tous été broyés par la puissance de tes coups, je n’ai rien pu voir. Mais tu as l’air assez mal en point… Tu peux plus rien faire, tu es à ma merci ! »


S’écria-t-il tout en courant vers l’homme en costard rapiécé essoufflé… avant de lui porter un coup d’épée qui s’enfonça dans son épaule, ouvrant une plaie imbibée de sang. Un sourire confiant se dessina sur le visage du capitaine… mais c’est alors que Taylor, le teint encore plus sombre, épuisé, posa ses deux poings sur le ventre de son adversaire…


« Ro…kuogan ! »


Un énorme souffle qui fit trembler le sol surgie du dos du capitaine, qui cracha un filet de sang, avant de tomber au sol, inconscient. L’homme s’écroula quelques secondes après sur le dos, yeux fermés.

Light avait assisté à toute la scène, mais était encore une fois paralysé par la peur et la fascination. Une fois le combat terminé, il accourut tant bien que mal jusqu’à Taylor, se tenant la partie gauche de son corps bandée, encore douloureuse, puis s’agenouilla près du corps de l’homme, en très mauvais état.


« M-Monsiue Taylor ! V-vous… êtes vraiment formidable ! Je… vais vous chercher des herbes médicinales ! »


S’écria Light en panique, commençant à se relever.




« N-non… C’est trop tard pour moi… Je ne peux déjà plus bouger, et je ne pourrais bientôt plus parler… »


Les yeux du jeune garçon s’humidifiaient, encore une nouvelle fois.


« Mais… Pourquoi ? Pourquoi faut-il toujours que les pirates s’en prennent à nous ? Pourquoi sont-ils si méchants ? Pourquoi pillent-ils et sèment horreur et désespoir partout sur leur passage… ? Où est… la justice ? »


Demanda Light, sanglotant, qui commençait à perdre tout espoir, lui qui essayait tant bien que mal de garder la tête froide jusqu’ici, gardant espoir. Ces mots semblaient avoir touché Taylor, qui esquissa un léger sourire.


« La justice… ? J’en fais justement parti… Ecoute petit, je suis un agent du Cipher Pol, une branche secrète du gouvernement. J’étais justement en mission d’espionnage sur votre île, Tropica Pato, à cause de rumeurs de puissants pirates qui s’en prendraient à des villages innocents afin de piller toutes leurs ressources dans un but précis… J’ai malheureusement échoué à ma mission, et ait été forcé de fuir. Je t’ai justement retrouvé sur mon chemin, flottant sur l’eau, caché par les épaves des navires détruits par ces scélérats. Nous sommes de moins en moins nombreux, et devant cette recrudescence de pirates…

Il nous faut des forces. J’avais déjà songé à te faire intégrer nos rangs, tu es brave malgré ton handicap… Tu trouveras dans ma poche un papier de recommandation en ton nom, prends mon escargot phone et compose le numéro qui y est indiqué tout en indiquant notre position, qui y est aussi écrite. Une unité va venir te chercher, et te formeras… Mais je tiens à te prévenir, ce ne sera pas de tout repos, tu auras envie de tout abandonner, ou même de mettre fin à tes jours tant l’entraînement est rude. Si tu ne veux pas suivre cette voie, tente de te sauver par un autre moyen, mais ils ne viendront pas uniquement pour te sauver la mise. »


Light tenta tant bien que mal de comprendre toutes ces informations, et mesura les enjeux que cela encourait… Que devait-il faire ? Chercher un moyen de fuir ici ? Ou consacrer sa vie à la justice, tout en subissant une formation rude et stricte toute sa jeunesse ? Le dilemme n’en était pas vraiment un…


« Le Cipher Pol… M’entraîner… Servir la justice… Eliminer tous les pirates… Tel est mon souhait...  Je souhaite devenir comme vous, Monsieur Taylor. Je veux… que plus personne… ne subisse… ce que j’ai subi… »

« Deviens fort, cesse de pleurer, oeuvre pour le bien et tu deviendras un puissant homme… »

« Je vais changer... Je vous le promets... »


Taylor sourit.


« J'aurai aimé te voir grandir, mais cela ne m'empêche pas de déjà être fier de toi, Light... »


Des larmes coulaient le long de ses joues en regardant son mentor le quitter peu à peu avec le sourire. Une fois encore, il perdait tout ce qu’il avait.

Une fois avoir fait le deuil de Taylor, Light fit comme son mentor lui avait indiqué... et appela une unité du Cipher Pol, qui indiquait qu'elle viendrait le chercher d'ici quelques jours.

Afin de survivre, il dût fouiller les bateaux ainsi que les fruits que Taylor l'avait autorisé à manger. Néanmoins, il en trouva un dont la forme était assez spéciale dans le bateau pirate et l'engloutit sans même se soucier de ses véritables propriétés, qu'il n'était pas prêt de découvrir de sitôt...


___________________________________________________________



Prémices d'une nouvelle Ère





Sa formation fut rude, et Light se métamorphosa complètement conformément à sa promesse faite à son ancien mentor. Il avait développé une force surhumaine et apprit plusieurs techniques du Rokushiki. Sa personnalité, murissante, n'était plus la même, de part sa volonté inhérente de cacher sa faiblesse, mais aussi de la folie qui naquit en lui durant toutes ces années où il repensait à son sombre passé, provoquant une haine inéluctable à l'encontre des pirates, qui lui ont tout prit, brisé ses rêves, détruit son enfance. Ils créèrent ainsi un homme instable qui prit conscience à son insu de la dangerosité des pirates, et de la nécessité de tous les éliminer pour que le monde connaisse enfin la paix, estimant qu'aucun ne méritait de connaître ce qu'il a connu.

Durant sa formation, il apprit en partie à son insu qu'il aussi les bonnes manières, pour lesquelles il voue une certaine attache en raison du respect qu'il avait pour ses instructeurs, serviteurs de la Justice qu'il idolâtrait de par l'honneur d'exercer une telle profession, mais aussi de par leur cause qu'il pensa être la meilleure possible. Il avait aussi développé une passion pour la littérature, découvrant les subtilités de l'art du langage qu'il n'hésite pas à exploiter à chaque occasion. Cependant, l'importance qu'il accorde à son objectif peut le rendre instable lorsque tout ne se passe pas comme il l'avait prévu, surtout qu'il est devenu maître dans l'art de la stratégie et du subterfuge, pouvant déceler assez aisément le vrai du mensonge en plus de détecter lorsque son opposant est troublé, n'hésitant pas à tirer profit de son avantage psychologique. Il était passé maître dans l'art de la manipulation.


Depuis son intégration à une unité, il revêt un costard taillé en mémoire de son ancien mentor ainsi qu'un masque afin de cacher ses véritables pensées et pouvoir agir bien plus discrètement. Le chapeau a été choisi pour le style et compléter son apparence qui force le respect et la confiance, voulant paradoxalement être reconnu grâce au charisme et la prestance qu'il dégage. Cette apparence qui peut sembler tape-à-l’œil lui a toujours plu, grandement inspiré par Taylor qu'il garde en tête comme une icône, celui qui forgea son avenir en plus de l'avoir sauvé à deux reprises. Il est d'ailleurs officiellement connu sous le nom de Happy Mask après avoir parcouru les blues, son masque joyeux lui avait fait un nom, bien que c'est justement derrière ce sourire vicieux qu'il dissimule toute sa fourberie.

Ainsi, il est plus déterminé que jamais à mettre fin au règne des pirate ainsi que toute sorte de hors-la-loi et éliminer définitivement ces menace peu importe les façons, car un bon pirate est un pirate mort.

Cependant, un puissant pouvoir sommeillait en lui et il ne l'avait toujours pas découvert...

______________________________________________________________

Nouvelle page de l'Histoire


Alors qu'il marchait dans une galerie marchande très fréquentée, beaucoup de regards se posaient sur lui, notamment à cause de sa tenue et de sa démarche à première vue insouciante. Il aperçut alors une jeune femme qui attira sa curiosité, puis s'approcha d'elle.

« Mes sincères salutations, gente Lady. Que fait un soleil luminescent de charme tel que vous seule dans un endroit comme celui-ci ? »


Dit-il tout en tirant la révérence, enlevant son chapeau et fléchissant légèrement son dos.
Cette dernière était vêtue d’une longue robe en satin brillant ainsi que d’un sac à main teinté de gris qui brillait tel un cristal. Elle sembla quelque peu embarrassée mais sourit timidement, mettant sa main devant sa bouche.


« Oh… c’est que… »


La jeune demoiselle ne trouvait pas ses mots, intimidée par la démarche de l’homme masqué. Ce dernier gardait un œil sur une ombre qui se mouvait entre les ruelles sombres, à quelques mètres d’eux.

Puis ce qui devait arriver arriva.



Son sac gris qui la faisait briller de mille-feux fut alors arraché ! Une ombre rapide grimpa à un bâtiment juste à côté, tentant de s’enfuir !

La demoiselle cria, choquée et surprise à la fois de voir son précieux sac se faire arracher sous ses yeux, ainsi que de ceux de la foule qui ne vit rien venir.


« Ne vous en faites pas, j’en ai pour deux minutes. »


Déclara-t-il tout en se tournant vers la direction qu’avait emprunté le voleur.


« Cependant, vous devrez m’accorder un rendez-vous. »


Ajouta-t-il d’un ton presque ironique… avant de disparaître, soulevant de la poussière autour de lui sous les regards hébétés de la foule.
Il se retrouva en une fraction de secondes sur le toit du bâtiment qui longeait l’avenue marchande, coupant la route au voleur.

« Eh bien, j’avais presque perdu espoir. Je croyais que tu finirais par renoncer à lui voler son sac. »

Le brigand portant un long manteau noir à capuche recula de quelques pas, surpris de voir l’homme masqué apparaître devant lui si soudainement.


« T-T’es qui toi ? »

« Je suis… ton père. »


Déclara-t-il avant de lâcher un rire sinistre tout en écartant les bras.

*COUPER SON*

Son adversaire tira un air ennuyé, le regardant d'un air blasé.


« Faite et refaite… »

« Roh bon ça va hein ! Hum, reprenons… »

*REMETTRE SON*

« Qui je suis… ? Un simple citoyen qui veut faire sa propre justice. »


Lui répondit finalement Light tout en lui tirant la révérence de manière exagérée. Le bandit fit mine d'être un peu surpris par cette réponse, puis reprit vite ses esprits.


« Tu ferais mieux de te mêler de ce qui te regarde ! »




Lui cria-t-il tout en sortant un couteau de sa manche, avant de courir vers Light. Il était bien plus rapide qu’un civil lambda, mais Pain esquiva d’une manière nonchalante chacun de ses coups de couteaux.

« Oh, je constate que mes doutes sont fondés. Tu es assez rapide, et puis ce couteau… il porte le symbole de la Guilde des Voleurs, non ? »


Analysa Light tout en esquivant chacun de ses coups, observant à la foi la figure du voleur qui se laissait découvrir à chaque fois qu’il portait une attaque et son couteau. Puis il le stoppa net, attrapant son poignet fermement avec une main, toujours debout et droit. Light lui tourna alors le bras, ce qui fit tordre son ennemi de douleur, et regarda de plus près le couteau tombé au sol que son adversaire avait lâché sous son étreinte.


« Aaaargh… L…Lâche moi ! »


Light fixa alors son adversaire des yeux. Ce dernier les fronçait à cause de la douleur, implorant Pain du regard. Ce dernier lui répondit avec un regard narquois, qui le fusilla psychologiquement, lui faisant comprendre qu’il était trop tard.


« Tout ce que vous voudrez, Sir. »

*CRCK*

« AAAAAAAAAAARGH ! »


Le bandit hurla de douleur, tombant au sol tout en se tordant dans tous les sens, la main… en bouillie. Le bruit de ses os broyés avait raisonné comme un tintement doux aux oreilles de Light.
Il avait pris goût à punir les malfrats en leur infligeant de douloureux châtiments corporels, voir même les handicaper à vie, estimant que c’était la meilleure façon de leur effacer toute envie de commettre de nouveaux crimes à l’avenir, en plus de servir de leçon auprès de ses camarades criminels.

Il marcha alors de son habituel pas nonchalant, longeant le bandit à terre qui continuait à crier de douleur, se retrouvant alors derrière lui, ramassant le sac volé.


« Fais passer le message. Le prochain de votre bande qui rôdera dans les alentours n’aura pas autant de chance que toi. Sur ce, Have a Good Day ! »


S’écria-t-il joyeusement vers la fin tout en lui faisant un signe de la main pour le quitter, avant de disparaître.

Il réapparût quelques secondes plus tard devant la jeune femme qui attendait toujours son retour, et tira à nouveau la révérence tout en lui tendant son sac


« Pour vous, chère Lady. Une minute et cinquante-sept secondes, comme promis. »


Dit-il tout en regardant sa montre, d’un air satisfait.

Plusieurs passants avaient aussi attendu le retour de Light, et furent d’autant surpris de le voir revenir aussi rapidement, sac à la main.


« Je… je ne sais pas comment vous remercier… »


Répondit-elle, embarrassée et agréablement surprise, tout en reprenant son sac d’une manière douce.

Pain sortit aussitôt un bout de papier et prit la main de la demoiselle dans lequel il l’y déposa délicatement, avant de la refermer presque sensuellement.


« Ce soir, 20h à ce théâtre. Un siège VIP nous sera réservé au nom de Mask, je vous y attendrai. Les coordonnées figurent sur le papier. »


Elle rougit encore plus devant cette prise d’initiative, et répondit timidement.


« Je… c’est d’accord ! Mais, je ne connais même pas votre nom ? »

« Oh j’en oubliais les bonnes manières ! Veuillez pardonner mon impolitesse, mon nom est Sato. Aurai-je l’honneur de connaître le vôtre par la même occasion, ravissante Lady ? »

« Hirumi… »

« Perfect ! Je vous dis donc à ce soir… Good Bye ! »


S’écria-t-il, avant d’à nouveau disparaître sous les regards abasourdis des passants aux alentours, qui applaudirent ensuite sa performance malgré qu’il ne soit plus là. La demoiselle, de nature timide, était plus gênées que jamais, mais en même temps heureuse. Cette rencontre fortuite était loin de lui déplaire, et ce mystérieux inconnu l’intriguait de plus en plus.





Et c’était exactement ce que recherchait Light, qui en réalité était loin d’avoir choisi sa cible au hasard, "Sato" n'étant qu'un énième pseudonyme. Hirumi Yagato, tel était son nom, et il le savait déjà bien avant sa rencontre. Son frère étant affilié à un puissant groupe de Pirates, Pain avait pour mission de récolter des informations sur ces derniers et agir si possible.

Sachant que la demoiselle avait pour habitude de fréquenter la galerie marchande, et que les bandits de la Guilde des Voleurs aimaient s’aventurer là-bas pour y commettre leurs méfaits habituels de temps à autre, il avait réuni tous les éléments afin de gagner la confiance de la jeune femme et pouvoir parler de tout cela avec elle sans aucune suspicion de sa part.

Il avait donc appris ce soir-là la dernière position connue du navire où travaillait en tant que matelot Tensa Yagato, frère de Hirumi Yagato, et partit dès le lendemain en route pour l’intercepter et les faire condamner, lui, ses coéquipiers ainsi que leur Capitaine, recherchés dans le secteur depuis un moment.

Ainsi commença le périple du mystérieux et imprévisible homme masqué qu’on nommait « Happy Mask »…

___________________________________________________

COUPER SON


« Q-Quoi ?! Comment ça, je n’ai pas le droit d’utiliser mon navire ? »

« Désolé m’sieur mais vous avez pô payé la taxe de sécurité d’vôt bateau. Pô d’paiement, pô d’bateau. »

« Enfers et damnations ! Et dire que j’ai dépensé mes dernières économies pour inviter l’autre Lady au théâtre… »


Le grand et fameux « Happy Mask », le jour où il s'apprêtait à mener à bien sa mission, bloqué au port par manque d'argent...






Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? Saiyanos
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! Rien à dire, modos au top (en général  Cool )


[/b]


Dernière édition par Light D. Pain le Lun 19 Fév - 2:24, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://RPs : http://jolly-roger.forumactif.com/t932-script-d-un-artiste#4615

avatar


☠ Messages : 90
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 5078
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Croqué par Jura
☠ Haki : Bientôt
☠ Dorikis : 3251

MessageSujet: Re: Light D. Pain, « Happy Mask » (Terminé)   Dim 18 Fév - 18:21

Petit up pour dire que ma fiche est enfin terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://RPs : http://jolly-roger.forumactif.com/t932-script-d-un-artiste#4615

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 1010
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 66715
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé), Observation (Novice)
☠ Dorikis : 9093
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: Light D. Pain, « Happy Mask » (Terminé)   Lun 19 Fév - 16:43




Validation


Salut Light ! Me voilà pour valider ta prez Very Happy

Qualité : 400/500


il peut aussi se montrer paradoxale -> paradoxal

quelqu'un de très confiant doublé excellent orateur -> doublé d'un excellent

tant par sa personnalité que son par comportement -> par son

il enverra au charbon des hommes s'il les juge capable -> capables

Ils recommencèrent ensuite à se chamaille -> chamailler

Ça t’es jamais venu à l’esprit -> t'est

Elle était en train de cuir des œufs -> cuire

Bon ! Si ton style est globalement efficace, tu fais quand même pas mal de petites erreurs. Je t'en ai dressé une liste non exhaustive, mais c'est souvent des erreurs d'accord ou des oublis de mot. Rien qu'une relecture ne saurait annuler, mais tu ne l'as pas fait Neutral

Cohérence : 200/500


Même que j’ai dû boire de l’eau de mer pour étancher ma soif… -> Si tu bois de l'eau de mer, ton corps se déshydrate, donc tu meurs

Plusieurs semaines passèrent / Au bout de quelques jours -> léger problème dans la gestion du temps que vous passez sur le radeau

Ro…kuogan ! -> Alors non. Le rokuogan c'est la technique ultime, ce n'est pas le premier PNJ rencontré qui va pouvoir maîtriser cette attaque, et encore moins un PNJ qui ne pense pas à se couper le pied après avoir pris un coup du fruit d ela pourriture (qui, d'ailleurs, est bien trop puissant)

Tu trouveras dans ma poche un papier de recommandation en ton nom, prends mon escargot phone et compose le numéro qui y est indiqué tout en indiquant notre position -> pourquoi il a pas utilisé l'escargophone depuis que vous étiez sur le radeau ? Comment tu peux connaître votre position alors que vous avez erré en mer ?

Sachant que la demoiselle avait pour habitude de fréquenter la galerie marchande, et que les bandits de la Guilde des Voleurs aimaient s’aventurer là-bas pour y commettre leurs méfaits habituels de temps à autre, il avait réuni tous les éléments afin de gagner la confiance de la jeune femme et pouvoir parler de tout cela avec elle sans aucune suspicion de sa part. -> Beaucoup d'approximations pour un plan aussi ficelé. Qui te dit que les voleurs allaient attaquer maintenant ? Et elle, surtout ? Dans une galerie marchande, il y a des dizaines de monde à voler, pas juste une personne

Si globalement tu as respecté l'univers OP, tu fais beaucoup de raccourcis et de facilités scénaristiques qui entachent ton histoire. Le fait que le CP t'accepte juste parce que tu as trainé avec un agent à eux et que ton avenir se décide comme ça, par exemple, c'est hyper simple. Dommage !

Longueur : 250/250


Niveau longueur, on au du combat, des dialogues, de l'enfance et des rêves ! J'aime bien ! Petit bémol pour l'ellipse un peu abrupte entre l'île et ta transformation en CP, mais bon.

Originalité : 400/500


Une histoire qui débute de façon assez classique, avec des méchants pirates qui attaquent ton village et te poussent à rejoindre le gouvernement, puis la mort du mentor. C'est relativement cliché, mais ça fonctionne, donc pourquoi pas. La suite est bien mieux, le Light adulte étant quand même plus intéressant à suivre ! Une explication sur ton changement de personnalité aurait été bienvenu et carrément original, mais tu as fait le choix de ne pas t'appesantir dessus.

Subjectivité : 200/250


J'ai beaucoup aimé ta prez ! Une histoire sympathique et bien écrite, avec un personnage prometteur et reconnaissable ! Hâte de voir ce que ce fameux homme masqué va vivre comme aventure sur le forum !

Néanmoins, je ne peux pas t'accorder le fruit. Eh oui, un fruit est une composante essentielle d'un personnage, il faut que tu expliques comment tu le trouves, le manges et ses effets sur toi, aussi bien psychologiques qu'au niveau de tes pouvoirs. Tu peux néanmoins obtenir ce fruit IRP, en échange des Berrys suffisants, bien sûr !

En ce qui concerne l'affectation, tu peux rejoindre n'importe quel CP à l'exception du 9, puisque tu manques de justesse les Dorikis suffisants pour en faire partie. Ne t'inquiète pas, tu pourras évidemment demander une mutation un peu plus tard, rien n'est jamais définitif !

Note finale : 1450 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Light D. Pain, « Happy Mask » (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Light D. Pain, « Happy Mask » (Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» We don't need a light 'cause we're stars tonight -LIBRE- [Terminé]
» 04. Happy Birthday, Cat.
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: