Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [FB 1617] - Cowspiracy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: [FB 1617] - Cowspiracy   Jeu 8 Fév - 17:32




La nuit était claire, les oiseaux chantaient.

Jack raya sa phrase et jeta le énième brouillon dans sa poubelle, de laquelle il chut. Tout ce qu’il écrivait ce soir n’avait aucun sens. Pas plus que l’écologie et la préservation des ressources premières de la planète, à laquelle il comptait offrir sous peu une pile de parchemins froissés. Il reposa sa plume dans son encrier, referma le pot. Il se leva, le ramassa et attrapa la corbeille pleine de ses ratés. Il s’avança parmi les soldats qui le dévisagèrent étrangement, ne sachant que faire de ce type qui parasitait leur navire. Il ne faisait rien, passait son temps à écrire alors que le moindre naviguant du cloud mettait la main à la patte. Même le Colonel Brams cuisinait pour eux. Mais ils ne se rendaient pas compte que Jack faisait quelque chose de plus essentiel encore. Il les rendait immortels. Il couchait leur histoire sur le papier pour les siècles à venir.

Le cloud eleven était arrimé dans une île de passage, et ils refaisaient le plein de vivres. Principalement d’eau potable, Brams ayant déjà emporté assez à manger pour trois fois leur voyage. Il aimait bien cuisiner, mais commençait à peine à se faire la main. Il fallait dire qu’il s’améliorait vite, mais ce n’était pas encore ça … Le Cipher contempla la nuit qui commençait à tomber au loin, teintant l’horizon de mordorés et de carmins tout à fait poétiques. Il haussa les épaules et vida sa corbeille dans le port, avec un splash tonitruant, comportant quelques cigarettes, beaucoup de papier et certainement une ou deux bouteilles vides. C’était pas comme si ça allait changer quelque chose dans l’écosystème … L’agent posa la poubelle vide et s’accouda au bastingage. Un bol d’air frais lui ferait du bien. Il soupira et se redressa pour se diriger vers la passerelle rudimentaire qui assurait le passage du Cloud au port. L’endroit était plutôt petit, rustique. Mais il y avait au moins quelques auberges et endroits où faire autre chose qu’attendre. Il laissa sa poubelle là, supposant qu’un des sbires de Brams finirait bien par faire le boulot.

Jack esquiva quelques soldats, se faufila entre eux et entreprit de se diriger vers le cœur de la petite bourgade, les mains enfoncées dans les poches. Il y avait bien plusieurs minutes de marche pour arriver à destination et il aurait voulu s’y faire transporter par palanquin. Malheureusement, rusticité signifiait manque de moyens. Et manque de moyens traduisait pertes de confort. Quel dur labeur que celui d’un Cipher Pol. Il redressa donc le col de son trench-coat pour se protéger du vent naissant et avança sans se retourner. Les réserves d’alcool étaient drastiquement faibles à bord du Cloud, et il avait besoin de quelque chose de fort, à défaut de qualité. Il mit ses mains en paravent et s’alluma une cigarette, tout en avançant sur le pseudo-chemin. Il distingua rapidement les premières masures, ainsi que le murmure d’une activité grandissante. Des éclats de voix, des lumières vivaces. Le village semblait en émoi. L’agent fronça les sourcils. Une fête ? Un truc de rural ?

« C’est la foire ! C’est la foire ! » hurlaient des gamins, en courant dans tous les sens.

Jack esquiva quelques bottes de paille disséminées çà et là. Des bestiaux de tous les calibres s’étaient rassemblés au cœur du village : bovins, ovins et quelques suidés. Des chevaux étaient attachés un peu partout, et tout le village semblait se préparer à une sorte de convention autour de ces animaux pour le lendemain. Fasciné, n’ayant jamais approché ces bêtes autrement qu’en photo, l’agent se prit de curiosité pour les créatures indubitablement fermières. Il apprit rapidement que cette réunion annuelle d’animaux rassemblait les meilleurs éleveurs du coin, et qu’elle était réputée à plusieurs îles à la ronde. Il voyait mal comment on pouvait s’intéresser à ces choses, mais tant que ça lui fournissait du lard et du steak, il s’en moquait un peu. Par contre, c’était autre chose de voir son steak plein de poils et mugir tout en bousant allègrement sur la paille.

L’agent était tellement absorbé par ce spectacle qu’il en oublia ce pourquoi il était venu ici. Ce fut le doux fumet d’un bœuf entier en train de tourner à la broche qui le ramena à la réalité, ainsi que les cris enjoués des agriculteurs qui commençaient à s’émécher. Rassemblés autour du feu, ils parlaient de leurs bêtes et faisaient des paris sur qui allait emporter la mise demain, lors des concours. Ils parlaient de génétique, d’échange de semence et même de reproductrices. Jack ne comprenait que peu ce langage, n’étant pas versé dans les sciences occultes agricoles. Il s’approcha donc doucement, tenta de grappiller un truc à boire. Il fut surpris d’être servi dès son arrivée, avec quelques éclats de rire et un accueil … chaleureux. Depuis quand s’approcher d’un groupe d’inconnus pour prendre à boire suffisait pour nouer des liens ? Rah, ces pécores…

Il commença à siroter sa boisson, étonnamment bonne. Brassée artisanalement ? Production locale. Bon sang, la vie de cambrousse semblait plutôt agréable … Il se surprit même à lorgner quelques jolies demoiselles et …

« Wally ? »


Mais … mais … qu’est-ce qu’il foutait là lui ?




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Sam 10 Fév - 1:05



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
N'empêche, je sentais qu'y avait un truc bizarre. Je savais pas pourquoi je ressentais ça, et je m'en foutais un peu, mais le fait était que je sentais qu'y avait un truc bizarre. Ok, au casino je m'étais battu contre un nelfe, ok j'avais des poings en plastocs, ok on nous laissait partir comme si de rien n'était, ça tranquille, mais pourquoi est-ce que après que j'aie reçu un appel comme quoi j'devais buter un gars sur île lointaine, on devait s'arrêter ? Quand je posais la question aux accompagnateurs en costard-chapeau, j'écoutais pas la réponse parce que juste avant qu'ils ouvrent la bouche je me souvenais que je m'en foutais d'eux. Du coup, bah je savais toujours pas pourquoi on s'arrêtait. Tout comme je savais pas pourquoi j'avais une sensation bizarre. On m'a dit qu'après être revenu du casino, j'étais tombé dans les vapes pendant plusieurs jours. Bien sûr, c'était pas possible, mais je cherchais pas trop à comprendre, j'm'en foutais. Après, il s'était passé le truc comme quoi je ratais tous les appels qu'on essayait de me passer, mais après avoir rencontré un gars et son chat/frère, ça allait mieux, et là j'avais une cible et une destination. Enfin, les navigateurs avaient une destination.

En plus ça me soulait, y avait plus rien à bouffer sur ce bateau. Ok j'avais tout bouffé, mais quand même, ils avaient qu'à prévoir eux aussi. En plus, on s'arrêtait sur une île en plein milieu d'East Blue, ils avaient qu'à se ravitailler en bouffe en même temps. C'était pas la raison qu'il m'avait donné d'ailleurs, le gars que j'avais ignoré ? Mouais...Ça avait pas d'importance de toute manière. Et si vraiment ils allaient chercher de la bouffe, autant que je descende du bateau pour aller voir quel genre ils allaient ramener. Et ouais, j'avais trouvé une raison d'aller chercher à manger pour moi même. Si ça c'était pas responsable...C'était comme ça qu'on utilisait le mot, hein ? J'étais pas sûr, je l'utilisais pas trop souvent dans une phrase.

Ça sentait le manger en plus, du coup c'était tout benef'. Bon, après, y avait un problème, plus je m'approchais de là où l'odeur venait, plus je croisais des gens. Des grands gens. Des gros gens. Des gens plus maigres. Des gens plus petits. Des gens beaucoup plus petits. Putain mais ils étaient minuscules, c'était quoi ces merdes ?

-Il est là, il est arrivé ! Les gars, le clown est arrivé !

Mais c'était qu'ils étaient vifs ces petits connards, avant même que je capte ce qui se passait, et en disant ça j'abusais à peine, j'en avais au moins une dizaine agrippés à plusieurs parties de mon corps...Pas toutes les parties, non plus, y avait des limites.

-Hey, dis, tu sais faire des animaux avec des ballons ?
-Tu peux faire des figures genre la roue ?
-Il est où ton nez rouge ? Tu l'as oublié ? Parce que si tu veux y a mon père qui...

-Oh les mômes, fermez là ! Ah bah oui, putain, vous êtes des enfants. Beurk. Nan j'rigole en fait j'm'en fous de vous, comme de toute le monde. A part ceux pour qui on m’envoie. D'ailleurs en parlant de ça, vous voulez voir ce que je sais faire ? Regardez bien le doi-doigt....Vous le voyez le doi-doigt ?


Alors que je m'apprêtai à montrer ce que je savais faire de mieux, je sentis une nouvelle fois l'odeur de manger. Plus fort cette fois, bien plus savoureuse.

-Venez, venez nous voir si vous l'osez ! Steak de bœuf de la plus haute qualité, bien d'chez nous ! 10 kilos, plus gros que mes jumeaux le jour de leur naissance ! Celui ou celle qui aura le courage de s'attaquer à la bête sera couronné Roi, ou Reine...du steak !

-Steak ?


Du liquide coulait d'à travers ma cagoule, mais c'était pas du sang, ou de la sueur. Il m'avait fait bavé l'enfoiré. Utilisant le Soru, je me libérai de l'emprise des petits hommes et courut m'installer sur la chaise vide devant le steak. Euh nan elle était pas vide, j'avais filé un coup de pied à celui qui y était assis nan ? J'étais pas sûr...Bon, dans tous les cas, il avait pas commencé, du coup le steak était tout à moi...

Aussi vite que possible, je relevai le bas de mon masque, me saisit de l'énorme couteau, de l'énorme fourchette, coupai le morceau de viande en deux, et enfournai une moitié dans ma bouche. Putain que c'était bon. Et cette fois y avait zéro poison dedans, et en disant ça je pensais au vinaigre que le cuistot avait foutu dans le steak que j'avais bouffé au casino. D'ailleurs, je l'avais sorti d'où ce steak ?
Pour rafraichir la mémoire, je plantais ma fourchette dans le deuxième morceau, sous les encouragements de la foule, et sans même avoir pris la peine d'avoir avalé la première moitié. C'était ce moment que choisit un des membres de l'assemblée pour prononcer mon nom.

-Chkrgnn ?

J'avais la bouche pleine, oui, mais c'était pas une raison pour pas se faire comprendre, si ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Mar 13 Fév - 15:04





Le bas de son masque relevé, Wally avait la face constellée de sauce et de sang, à se demander comment son ventre pouvait encaisser tout ça. Jack regarda autour de lui, se demandant soudain si l’arrêt sur cette île était dû au hasard. Il avait déjà rencontré Wally au casino, juste avant que Klaus ne s’en mêle. Il l’avait tout d’abord pris pour un assassin venu le supprimer lui, avant de comprendre qu’ils étaient tous les deux de la même maison. Et du même Pol. Mais en bons agents, ni lui ni Wally n’avaient consulté le trombinoscope lorsqu’ils avaient visité les bureaux. Jack l’avait drogué au vinaigre, avait improvisé une petite séance pour lui soutirer des infos qu’il n’avait pas, avant d’être interrompu par un malfrat miteux qui avait fini ses jours dans le vestiaire privé d’une vieille femme qui sentait le renfermé. Une nommée ‘Mère’. Et c’était à ce moment précis que le monde des miroirs avait happé Jack, alors qu’il sortait de cette pièce, de ce vestibule où un cadavre se vidait de son sang. Un index dans le crâne, tout simplement.

« Mais kestufou … Wally … Qu’est-ce que tu fais là ? »
fit Jack en jouant des coudes pour se rapprocher.

Il avait parlé à voix basse, regardant avec anxiété tout ce qui se passait autour de lui. En bon agent paranoïaque, il s’était remis à douter de tout et de tout le monde. Il se mordit la langue pour empêcher le millier de questions qu’il avait de sortir.

La foule scandait le nom de Wally depuis qu’elle avait entendu Jack le lâcher, et commençait à se rassemble autour d’eux. Des femmes, des enfants. Le cercle se faisait de plus en plus resserré, isolant petit à petit Jack de sa connaissance. Il se retrouva naturellement relégué au fond, ne faisant pas le poids face aux ruraux bardés de muscles et de graisse. L’événement semblait être dantesque à leurs yeux, Jack ne comprenait pas l’engouement qu’une simple ingestion de steak pouvait générer. Il essaya de se refaire un passage au milieu des péons, mais à moins de forcer il ne pouvait y parvenir.

L’agent grommela quelques insultes et tira un type malodorant par le slip – mauvaise idée – et ce dernier se retourna en hurlant quand le tissu lui ratiboisa les bijoux. Il se recula vivement, laissant un passage au Cipher, mais bien assez vite il se retrouva bloqué de la même manière. Et c’était une bonne grosse femme qui lâchait des bruits de porc. C’était pas elle qui avait gagné le concours du cri, d’ailleurs ?

« WA-LLY ! WA-LLY ! OUAIIIIIIS ! VIVE LE ROI DU STEAAAAAAAK ! »


Jack ne pouvait rien voir mais il se douta que son homologue s’en sortait bien avec ce foutu concours. Il voulait savoir ce qu’il faisait là, pourquoi il avait été envoyé ici, mais il n’y parviendrait pas tant que tout ça ne se serait pas calmé. Il se recula donc, esquiva le regard furibond de celui à qui il avait tiré le slip, puis s’alluma une cigarette. Au loin, il apercevait certains des membres de son équipage, occupés à s’amuser. Il se dirigea donc une fois de plus vers les boissons, tandis que la foule devenait de plus en plus dense autour de Wally. Il soupira en payant une nouvelle bière puis se figea quelques secondes. Il chercha des yeux dans la foule, persuadé d’avoir vu un éclat métallique luire. Comme un couteau tiré. Il fronça les sourcils. Il ne parvint pas à localiser ce qui l’avait interloqué mais plus le temps passait, plus il avait l’impression que quelque chose clochait.

« Vous auriez du vinaigre ? Le nouveau roi du steak voudrait un grand verre de vinaigre pour l’aider à faire passer sa nourriture. » fit un des ruraux, s’adossant au comptoir.

Jack changea sa cigarette de côté. Tiens donc. Il fit jouer ses doigts, ferma son poing. Il fit craquer sa nuque et attendit d’être servi avant de suivre l’étrange personnage. On scandait toujours le nom de Wally de l’autre côté, et l’impression que tout ceci allait mal tourner ne cessait de se renforcer.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Jeu 15 Fév - 0:04



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
J'arrivais pas à voir qui avait prononcé mon nom, du coup je foutais la deuxième moitié du steak dans ma bouche. Logique. T'façon j'me foutais de qui m'avait appelé, tout ce que je voulais c'était devenir le Roi du Steak. En fait nan, même ça je m'en foutais, je voulais juste bouffer un bon morceau de viande. Et putain qu'il était bon. Putain qu'il était gros. Je galérais un peu à mâcher, fallait dire que j'avais foutu la deuxième moitié avant d'avoir fini la première, mais ça c'était pas prévu, c'était juste que j'avais planté la fourchette avant d'avoir avalé, bah du coup... Mais bon, même si je galérais, c'était qu'une question de temps, et fallait dire que les gens d'ici, du temps, ils en avaient beaucoup.

Plus les secondes passaient, plus ils hurlaient fort, et plus ils hurlaient fort, plus...bah plus ça faisait du bruit, c'était casse-couilles un peu. "Wally, Wally", c'était bon nan ils pouvaient se calmer ? T'façon je les écoutais pas j'avais pas que ça à faire. Tapant des poings sur la table, l'explosant par la même occasion, je décidais d'en finir avec mon ennemi : le steak de bœuf. Sourcils froncés, jambes fléchies, poings serrés, j'étais assez concentré pour en finir en une gorgée. Le temps que je fasse cette gorgée, les cris s'étaient arrêtés. Ils m'observaient tous. J'devais avoir un truc sur le visage. J'me demandais bien ce que j'avais sur le...Nan on s'en foutais, j'devais finir mon assiette.

-...GULP...

Ce son résonna dans mon gorge, parcourant mon tube digestif où il allait finir par sortir sous forme de...Ouais bref j'avais fini. Avec mon regard perdu dans l'horizon, je relâchais tout mes muscles en m'asseyant plus confortablement sur mon trône de Steak.

-Z'avez pas du rab' ?

Là, le silence fut à nouveau brisé et ils recommencèrent tous à hurler mon nom, encore plus fort et plus violemment qu'avant. Ils m'engueulaient ou quoi, qu'est-ce que j'avais fais encore ? Et pis ils devaient pas respirer ? Ils criaient depuis longtemps quand même, j'en voyais qui devenaient tout rouge à force. Bon, je m'en foutais, d'eux, hein, mais quand même.
Et c'était qui lui là qui venait vers moi ?

-Mon roi, voici pour vous désaltérer, une humble boisson préparée par mes soins. J'espère qu'elle pourra efficacement étancher votre soif.

-...

-...

-...

-Mon roi ? Roi du Steak ? Quelque chose ne va pas ?

-DésaltéQUOI ? Qu'est-ce que tu me racontes encore toi ? Et puis t'es qui d'abord ? Ouais nan réponds pas à ça, je m'en fous. Pourquoi tu m'as ramené ça, c'est pas du steak, j'ai demandé du rab' nan ? C'est n'importe quoi, comme si j'allais accepter ça alors que j'ai spécif...spéciqui...spedifen ? Bref j'veux du steak j'vais pas boire ça.


Après avoir prononcé ces mots, je m'emparai du verre et l'approchai de mes lèvres pour en boire son contenu.
C'était ce moment que choisit l'assemblée pour tomber à la renverse. J'avais pas trop compris pourquoi.

L'avait une odeur bizarre c'te boisson, on aurait presque dit du vinaigre. Mais c'était pas possible, j'aimais pas le vinaigre, ça me mettait dans un sale état. Beurk vinaigre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Jeu 1 Mar - 16:33





Le Cipher se glissa entre les badauds, jouant des épaules pour se rapprocher du spectacle de Wally prenant du rab. Il esquiva les bouses et chercha son collègue du regard, tandis que l’homme qui avait demandé du vinaigre s’approchait de lui. Jack savait de source sûre que Wally ne supportait pas le vinaigre. Il le savait car il lui en avait fait boire lors des événements au Casino de De Leone. Il plissa les yeux, observant la scène de loin. Ben quoi ? Wally était un grand agent du Cipher Pol 9. Il était tout à fait capable de déceler du … et de détecter quand … oh bon sang.

« Merde ! » grommela Jack, buvant une gorgée de bière pour se donner du courage.

Il s’avança vers Wally, écartant les ruraux d’une main. Il avait oublié une donnée essentielle. Wally était complètement con. Seul un agent complètement con était capable de boire un liquide non identifié sans même le goûter ou tenter de déceler s’il n’y avait pas des substances dissimulées à l’intérieur. C’était le b.a.-ba de l’agent secret. Être paranoïaque n’était qu’une suite logique de conséquences pour eux.

« Poussez-vous, laissez-moi … hurg … burp … oh … mince … »


Jack posa un genou à terre, commença à vaciller. Son verre tomba à terre, la terre se gorgea de son contenu en fumant légèrement. Bon sang, fallait vraiment être complétement … con. La terre vacilla autour de lui, il croisa le regard de Wally lorsque son crâne toucha le sol. La foule commença à s’agiter autour des deux types qui s’étaient effondrés, avec bien plus de considérations pour leur roi du steak que pour le citadin blondinet qui venait de s’écraser dans les bouses. Jack tenta de se relever, mais déjà il commençait à faire tout noir autour de lui. Il frétilla sur un ver par terre en essayant de se rapprocher de Wally, mais déjà une foule compacte se resserrait autour de lui. Certains marchèrent même sur Jack pour atteindre leur nouveau seigneur féodal. Ou peu s’en fallait …

Puis tout devint sombre.



« … »

« … »


SPLASH

« Ah … ahhh ! AH ! »

Jack se réveilla en sursaut, à poil sur une chaise. Il avait les mains liées au dossier de la chaise, attachées ensembles dans son dos. Ses jambes étaient liées aux pieds et des cordes le maintenaient bien assis. Une unique lumière trônait dans la pièce, donnant sur lui et sur … il tourna la tête, mais ne parvint pas à voir. Wally peut-être ? L’agent s’ébroua pendant que l’eau glacée courait sur son corps. Le son de semelles de chaussures raclant sur le sol lui parvint, et un type au pas trainant s’avança vers lui. Il tenait une masse de cordes dans la main, s’amusant à la faire jouer dans la lumière. Il n’était pas assez avancé pour que Jack puisse le distinguer, ou même comprendre ce qu’il faisait là. L’homme rôda dans l’ombre, jouant au squale, puis parvint derrière Jack. Il se glissa en ricanant derrière lui, avant de lui caler la masse de nœuds sur l’épaule. Peut-être qu’il voulait être menaçant ?


« Alors, Jefferson, ça fait quoi de se retrouver à cette place, hein ? »
se moqua l’inconnu, à son oreille.

Jefferson ? C’était qui Jeffer… ah. C’était lui, enfin un des lui. A cette place ? Genre assis les fesses à l’air ? C’était pas la première fois qu’il s’y retrouvait, même si c’était d’habitude en meilleure compagnie. Il commençait tout de même à faire frisquet dans cette … cave ? Du moins ça y ressemblait. Le squale se recula et Jack chercha à voir si Wally était bien à côté de lui. Probablement pas, ça aurait été complètement débile de les laisser à côté pour qu’ils puissent s’aider. Mais bon, attacher Wally avec des cordes aurait été complètement débile aussi. Tout comme attacher Jack.

« Tu vas payer, Jefferson. Tu as tué mon frère Gstaad, tu vas mourir. »

« Plaît-il ? »





thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Ven 2 Mar - 20:42



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
Putain de vinaigre... Ouais c'était du vinaigre ouais, mais comment j'aurais pu m'en douter moi ? Sous prétexte que ça avait la texture, l'odeur, et le goût du vinaigre, c'était bon c'était du vinaigre ? Ouais ça semblait logique en fait. Mais bon, j'étais chelou moi aussi, donc c'était normal que je finisse avec crâne collé au sol et la vision qui se brouille. En plus y avait pleins de gens qui couraient vers moi là ? Peut être qu'ils m'amenaient du steak ? Bah ouais, j'étais le Roi après tout...

Ah, par contre je perdais connaissance là.

-AH SA MERE C'EST FROID ! C'est quoi ça, pourquoi c'est froid comme ça ? J'suis où ? Pourquoi il fait tout noir ? Il est où mon steak ? Ouais, voilà, on va choisir cette question, c'est la plus importante. Mon steak, il est où mon steak ? Ah y a l'autre question importante aussi : Pourquoi j'ai froid au zizi ? Franchement je me plains pas, hein, c'est juste à titre informatif.

Ouais bah pour le coup j'avais l'impression d'avoir le zizi à l'air là, je savais pas si c'était vrai, et si ça l'était, pourquoi j'avais le zizi à l'air, mais ça me faisait me poser des questions. Bon, j'avais quand même des doutes, hein, mais je pouvais pas les vérifier parce que j'avais un truc sur la tête. Ça devait être un sac. J'avais un sac sur la tête et ça m'empêchait de voir, c'tait pas pratique. En plus je sentais toujours ma cagoule sur ma peau, ça voulait dire que sur ma face j'avais deux couches et sur mon corps j'en avais zéro. Du coup, moi, j'voyais rien, mais celui qui m'avait attaché il pouvait bien voir tout mon corps dégueulassé par le sérum de super-assassin.
Ah bah oui parce que oui, j'étais attaché aussi. Les bras et les jambes, à une chaise. Ouais. Ça me rappelait quelque chose, un peu. C'était presque comme si j'avais déjà vécu un truc comme ça. Mais c'était pas possible, je m'en souviendrais, c'était pas comme si j'avais une mémoire qui laissait à désirer...Nan, ça se disait pas ça, si ? Oh et puis j'm'en foutais, hein.

A côté de moi j'entends une discussion se dérouler, mais bon, j'écoutais pas trop ce qui était dit, déjà que j'écoutais pas quand on me parlait directement. Le truc, c'était que ça commençait un peu à me souler, cette situation, j'aurais bien aimé savoir, non pas ce qu'il se passait je m'en foutais de ça, mais où était mon steak. J'avais demandé du rab', nan ?

D'un coup soudain, je contractai mes muscles supérieurs et explosai littéralement la chaise sur laquelle mes fesses froides étaient collées, me libérant des cordes par la même occasion. J'entendis quelques bruits avant de me décider à retirer ce sac de ma figure. A ce moment là, je me rendis compte que j'étais totalement nu, si on ne comptait pas ma cagoule, dans une salle pas très bien éclairée, et que je me trouvais à côté d'un autre mec totalement nu, sans cagoule cette fois. Ce gars là...Je pouvais pas en dire autant de son corps, mais sa face me disait quelque chose, c'était presque comme si je l'avais déjà rencontré. Je l'avais déjà rencontré ? Et il était pas mort ? Étrange... En l'observant bien, j'avais une image de steak qui me parvenait à l'esprit. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Ça devait sûrement être parce que j'avais encore faim, vu que j'avais graillé du steak là.

Et avant ça...c'était quand la dernière fois que j'avais mangé du steak ?

-Ah mais putain, Ouno ! Djacques Ouno, tu m'avais donné du steak à manger, j'me souviens de toi parce que j'ai mangé du steak tout à l'heure, c'est fou la vie, hein ? Ouais...Bon, j'me souviens de toi, mais j'ai pas trop envie de te parler, tu me files mon steak et on s'barre ?

Bah quoi ? C'était Ouno, le gars qui m'avait donné du steak à manger au Casino, et il était là aujourd'hui pour me filer mon rab', nan ?
Alors que je me persuadais toujours plus que c'était ce qui était en train de se passer, je ne remarquais pas la dizaine de gars chelous qui étaient en train de nous encercler là...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Dim 4 Mar - 13:13




Cette voix ne laissait aucun doute. Wally était juste derrière lui, se tortillant nu comme un ver. Jack avait déjà vu à quoi ressemblait la peau de Wallace, et honnêtement, il était du genre à éviter le spectacle. Comme s’il avait été brûlé, soigné puis rebrûlé. Avec un peu d’acide et de torture par là. Wally était un chic type, mais il avait dû avoir une enfance un peu spéciale. L’espèce de tortionnaire agitait son nœud de corde en ricanant, se gaussant du mauvais tour qu’il n’allait pas tarder à leur jouer. Puis, comme il l’avait déjà fait au casino, Wally contracta ses muscles et … tout ce qui l’entravait céda avec un grand fracas. L’imbécile kidnappeur recula de plusieurs pas le bouche bée tandis que la face de cornichon se relevait. Jack ricana doucement, tandis qu’il s’agitait sur sa chaise. Elle se balança en avant, en arrière puis … s’effondra sur le côté. Sous l’impact, le bois vola en éclat. Le Cipher laissa échapper un grognement quand son épaule rencontra le sol et quand le bois s’enfonça dans sa chair.

Jack se releva, des morceaux de bois coulant le long de son corps dénudé. Les liens tombèrent à ses pieds, ainsi que quelques gouttes de sang. Si Wally était pas beau à voir, le corps de Jack présentait les traces de multiples sévices lui aussi. Certainement le lot des CP9. Entraînement à la torture, sévices corporels pour les mettre dans le rang et il en passait. L’agent se massa les poignets, sourit d’un air mauvais.

« Salut Wally … » grommela le Cipher, malgré le fait que Wally s’en foute complètement de lui.

« Je crois que nos amis doivent une idée sur où se trouve la réserve des steaks … » menaça-t-il, tout en exécutant un soru.

Filer à la vitesse de la lumière avec son matériel à l’air libre était une première pour Jack. Mais c’était … curieusement agréable. Une sensation de liberté, de fraîcheur comme il n’en avait jamais connue. Il y avait, tout autour d’eux, des gars qui s’étaient rassemblés pour les menacer d’armes diverses. Ils semblaient tout à coup pas trop sûrs d’eux. Mais ils avaient eu la présence d’esprit de prévoir qu’ils s’échapperaient. Seulement, sans ses vêtements, Jack perdait une part de sa capacité offensive. Ah, lui restait bien entendu le rokushiki basique. Le Cipher enfonça son talon dans le plexus d’un des agresseurs pour l’envoyer à terre puis pris élan sur lui pour claque sa rotule derrière la nuque d’un autre. Il atterrit, la main gauche sur le sol, les jambes écartées et le … qui … Enfin bref.

« Garde celui qui nous a attachés, Wally, je veux savoir de quoi il parle … »

Jack se releva et commença à agiter ses mains d’une drôle de manière. Il fit un clin d’œil à Wally à mesure que ses index s’entouraient d’une petite masse d’air et … il claqua des doigts. De l’autre côté de la salle, deux types s’effondrèrent, la boîte crânienne perforée par une balle invisible. C’était un réel plaisir de montrer à ses collègues ce qu’il avait appris à faire avec le shigan. Du shigan qui touchait à distance : plus la peine de se salir les doigts ! Ah, y’avait toujours la mise à mort et la fin d’une vie en face, certes. Mais sans se salir les doigts !

« Pourquoi t’es venu ici, Wally ? Une enquête ? » fit-il, commençant à mettre peu à peu les éléments ensembles.

Pourquoi les avoir capturés tous les deux ? Comment avaient-ils su pour la faiblesse de Wally ? Pourquoi avoir pris la peine de les attacher, alors qu’ils avaient prévu une dizaine de lourdauds pour les affronter ?

« Mais j’y pense … t’étais dans le monde des miroirs toi aussi ? Je t’ai vu sur les genoux de Klaus, t’es devenu un elfe toi aussi ? » reprit le Cipher, exécutant un autre shigado sur un des malfrats qui tentait de le contourner.

Il se comportait comme si tout ça n’avait aucune importance, et tapait la causette avec Wally. Rien de plus normal …

« Meurs Wallace ! Meurs Sinister ! Tu as tué mon frère au casino ! » hurla celui qui semblait diriger le tout, et qui était rapidement allé se planquer quand ça avait commencé à mal tourner.

Ah, le casino … il avait tué qui … ? Des mecs de dehors, y’avait que Yaku qui avait pris cher. Peut-êtres plus tôt ? Dans le vestiaire, avec Wally ? Ah ? Attendez. Il avait dit quoi là. Wallace ? Il avait appelé Wally, Wallace ? C’était peut-être ça son vrai nom du coup, mais, malgré tout, un étrange frisson commença à courir le long de l’échine de Jack. Son pouls s’accéléra. Ses pupilles se dilatèrent. Il sentit … le danger à l’état pur. Une promesse de mort venait de s’abattre sur eux tous, et il n’aurait su dire à qui elle s’adressait …





thanks p'tit minou ~ ♥


Dernière édition par Jack Sinister le Mar 6 Mar - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Mar 6 Mar - 0:14



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
Okay, je l'avais chopé, le gars qui nous avait attaché. C'était lui, hein ? Ouais, c'était lui. J'le tenais bien par la nuque et même s'il essayait de se débattre, bah il y arrivait pas. Je savais pas trop pourquoi j'avais directement exécuter l'ordre qu'Ouno m'avait donné, mais c'était pas le problème pour le moment, parce que là, le Ouno, il était en train de me bombarder de questions. Et pourquoi t'es là, et est-ce que t'étais toi aussi sur les genoux de Klaus, ou j'savais pas trop quoi. Il m'embrouillait un peu, moi je savais pas de quoi il parlait, je voulais juste un peu de steak. Et puis, qu'est-ce qu'il foutait là ?

-Un nelfe ? Ah putain ouais, le nelfe, comment je l'ai tapé et tout...Après il s'est transformé en mongole géant, j'avais pas trop compris, j'avais quand même continué à le frapper, même si mes mains elles s'étaient transformé en plastoc à ce moment là. Mais ouais, ouais ouais, les mirroirs, ouais...Tu fais quoi avec tes doigts là en fait ? C'comme si tu foutais ton doigt dans leur crâne, mais sans foutre ton doigt dans leur crâne, c'trop chelou.


Je l'avais pas encore compris, mais Ouno avait sa propre version de ma technique fétiche, le Shigan, même si sa version était pas trop mon style. Moi mon style c'était le contact, la fusion parfaite entre un doigt et un front, comme j'étais en train de montrer à tous les gugusses qui essayaient de m'attaquer.
Ouais, j'étais en train d'enchaîner les Shigan traditionnels sur des bonhommes qui sautaient sur moi pour m'attaquer. En faisant ça, j'avais lâché le gars que Ouno m'avait dit de garder, mais j'm'en foutais, donc ça allait. Avec l'allure à laquelle on taffait là, Ouno et moi, en quelques secondes y avait plus grand monde dans c'te salle sombre. Y avait même carrément plus personne. Enfin, plus personne à part moi. Et Ouno. Et le gars qui nous avait attaché et qui était en train de se cacher dans un coin. Ah, d'ailleurs il était en train de crier quelque chose là.

...Ah ouais...

J'avais jamais utilisé le Soru aussi rapidement de toute ma vie, et là je l'avais utilisé pour foncer dans la direction de ce mongole. Avec le zgeg toujours à l'air, c'était toujours bon d'le préciser.

-J'vais te buter quoiqu'il arrive, hein, mais juste pour faire genre...Tu m'as appelé comment, là ?

-Écoute moi bien, Wallace, j'vais venger mon f...


Là, je lui avais coupé la parole pour lui choper l'arrière de la tête et presser très fort.

-T'as dit quoi ?

-...

-Nan parce que je crois que t'as dit quelque chose que j'aime pas entendre, en fait.

-Tu m'as très bien entendu, Wallace, j...


Là, je lui avais coupé la parole pour lui foutre mon poing au travers de la face, littéralement. Enfin, "il" lui avait coupé la parole. Ouais, c'était ma propre version du Shigan, j'perforais avec le poing, j'appelais ça Shigan : Cannonball. Enfin, là pour le coup, c'était "sa" version du Shigan, vu que c'était lui qui avait le contrôle de mon corps au moment de l'impact. J'parlais de "l'autre" là, hein.

______________________________

"L'autre" était le nom par lequel Wally appelait sa deuxième personnalité, celle qui prenait le contrôle du corps de l'assassin lorsque ce dernier se trouvait en mauvaise posture lors d'un combat. Ce phénomène se nommait "l'activation", et bien que dans la situation actuelle, Wally ne se trouvait pas en mauvaise posture physiquement, son esprit fut véritablement chamboulé par la mention répétée de ce nom. En général, Wally l'entendait une seule fois, avant de faire comprendre à celui qui l'avait prononcé qu'il ne devait pas recommencer, en le tuant s'il en avait le droit et la possibilité. Ce cas précis était une première, très peu de personnes prononçant le nom maudit, et encore moins de personnes ayant l'opportunité de le répéter.

Wally ne pouvait jamais céder à la colère, ne connaissant même pas la notion de ce péché. A défaut de pouvoir s'énerver, dans de telles circonstances, l'assassin "s'activa".

Le Terminator était à présent contrôlé par une personnalité qui utilisait son corps à 100% de ses capacités, et ceci à chaque action. Le fait était qu'il fallait toujours un ordre de mission à cette personnalité, un combat à livrer, et un homme à abattre. Ici, l'homme, bien plus faible que Wally, avait été abattu, mais la personnalité ordinaire de ce dernier ne refaisait cependant pas surface.

Le super-assassin observa le sang couler de son poing quelques secondes avant de se retourner, pour se trouver face à face avec le seul être encore en vie dans cette salle sombre. Il avait trouvé son homme à abattre, et il lui fonça dessus, prêt à accomplir une mission qu'il n'avait pas reçu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Mar 6 Mar - 20:48




Le Cipher posa les deux mains sur ses hanches dans une digne pose de super-héros, le sexe à l’air. Ce qui était, somme toute, complètement ridicule. Heureusement que la lumière répartissait bien les zones d’ombre. Il était fier de sa nouvelle technique. Trop fier. Pas une goutte de sang, pas une note de pressing : impeccable. Enfin, il était à poils, hein, mais ça ne changeait rien. Jack y pensa soudain et commença à chercher dans la salle de quoi s’ajouter du panache, mais de ses vêtements il n’y avait nulle trace. Pas même une clope, pas même de quoi … bon sang, le manque … Jack s’affaira à fouiller les poches de ses détracteurs, parvint à trouver un paquet de cigarette et …

« Le … »

Son visage devint livide.

« Le … »

Ses pupilles s’étrécirent.

« … briquet … »

Sa mâchoire se carra.

« … de … »

Son poing se ferma, son rythme cardiaque s’accentua. L’adrénaline gagna chaque parcelle de son organisme, le manque égaya ses sens, transit ses muscles tandis qu’au loin, les coups sourds frappés par Wally résonnaient contre le mur. Puis le dernier éclatant, macula la salle d’une gerbe un plus sombre encore que la pénombre.

« … Marco. »

Un frisson courut le long de l’échine de Jack, perfora son être et s’empara de ses membres. Il resta là, interdit, le regard dans le vide. Nu, pas de cigarettes, pas de … Non. C’était trop dur à dire, trop dur à comprendre. Quelqu’un lui avait pris son … Sa respiration s’approfondit, le monde se figea autour de lui. Le paquet de cigarettes chut de ses doigts ouverts sous le coup de l’émotion. La carapace d’agent se fissura, l’homme était là. Il tomba à genoux. Le monde tournait, n’avait plus de sens. Il avait perdu … Il avait perdu …

La paume de ses mains rencontra le sol, tandis que le poids du monde s’effondrait sur lui. Des tremblements compulsifs commencèrent à s’emparer de lui, un gouffre béant se créa au milieu de son estomac. Un trou sans fond qui aspira jusqu’à la moindre émotion du cipher, gommant ses interrogations, gommant ses peurs et ses doutes. Gommant jusqu’à son identité même. Pour ne plus laisser qu’une enveloppe vide, constituée d’une seule et même chose. Unique, pleine. Entière.

L’ombre gagna la salle, masquant la seule lumière. Elle s’épaissit, se gondola. Menaçante, prédatrice. Elle toisa Jack, laissant un sillage de sang dans son passage. Une traînée carmine, révélatrice de ses intentions carnassières. Face à l’agent à genoux, à sa merci. Puis, fulgurant, le poing s’abattit. Un claquement sourd emplit la pièce, fit s’envoler la poussière. Le sang resta en suspension, suivant la trajectoire du poing. Le silence reprit ses droits, sous la lampe qui vacillait au-dessus des deux chaises en morceaux. La lumière révéla des corps entassés, avant de basculer vers des flaques de sang puis de glisser sur le corps de Wally, debout. Elle remonta sur sa peau parcheminée, révéla son séant musculeux et s’attarda sur son dos délabré. Il semblait immobilisé, le poing enfoncé dans … la main de Jack, devenue noire. A quelques centimètres à peine de sa tête. Les pupilles océanes du cipher rivées dans celle du super-assassin. Emplies d’une rage meurtrière, d’un désir intense de revanche et de destruction. Il y avait des choses auxquelles il ne fallait pas toucher …

« C’est toi qui m’a volé le briquet ? » demanda-t-il, d’un ton ni neutre et froid qu’il en était malsain.

Toujours en maintenant le poing de Wally, il se releva. Il serra la main, maintint le contact oculaire avec l’assassin. Lentement, la couleur, le fluide de l'armement disparut. Ils n’étaient qu’à un demi-pas l’un de l’autre, à un demi-pas d’une mort certaine. Si la raison avait jamais gagné le cerveau de Jack, elle venait d’en disparaître. On ne recrutait visiblement que des gars avec une case en moins chez le CP9. Ou, du moins, à fort potentiel destructeur. Jack rompit le contact d’un soru, qui laissa derrière lui une image très nette. La lampe commença à vaciller dans tous les sens, sous l’effet de mouvements incohérents. Elle illumina une image à gauche … à droite. De l’autre côté de la pièce ? Puis derrière Wally. Devant le tas de corps. Et … de nouveau devant Wally. A quelques mètres. Le bras tendu en une étrange pose, comme une danse qui s’achevait par un poing brassé dans l’air.

Des gouttes de sang mises en suspension par le vent qui se souleva soudain passèrent dans la lumière. Une véritable tornade de sang, de poussière et de fragments de chaise s’engouffra dans le sillage du cipher, hurlant toute sa haine et sa colère.

On lui avait pris son zippo. Son zippo dédicacé par Marco. Le sang allait couler.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Ven 9 Mar - 0:28



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
Le coup du Terminator avait été stoppé, d'une seule main qui plus était. Cela ne surprit pas le super-assassin, rien ne le pouvait, et tandis qu'il restait là, immobile, poing dans la main de son adversaire, ce dernier se releva. Ce n'était pas l'assassin qui l'avait fait toucher terre, Djacques Ouno était tombé pour une raison qui lui était inconnue, mais cela n'avait pas d'importance. Ce qui était important, c'était que Ouno, la cible du Terminator, semblait résister à son exécution. Dans l'état actuel des choses, Wally se serait sûrement amusé, ne refusant jamais une bonne baston s'achevant en bain de sang, mais Wally n'était pas là, il n'y avait que "l'autre", et "l'autre" ne se montrait jamais pour une baston. Il se montrait pour des assassinats, et ce peu importe la cible, homme ou femme, fort ou faible. En l'occurrence, il s'agissait d'une cible de grande puissance, en témoignait la teinte noire de sa main. Wally connaissait depuis peu l'existence du haki, mais ne savait pas encore qu'un tel durcissement était possible, le Terminator observa donc en silence la couleur sombre disparaître du membre de l'homme qui lui faisait face. Ce dernier s'adressa à celui qu'il croyait encore être Wally, en vain. Le Terminator ne l'écoutait pas. Mais il ne le quittait pas des yeux. Jamais.

Ainsi, pendant sa série de déplacements presque instantanés, il n'y avait pas un moment où sa position était inconnue du Terminator, qui resta immobile, prêt à encaisser n'importe quelle attaque, Tekkai activé. Puis la bourrasque vint. Usant d'une technique mystérieuse, Ouno venait de générer ce qu'on pouvait apparenter à une rafale de vents. Si le Terminator n'agissait pas rapidement, le danger allait vite se faire ressentir, Tekkai ou pas.
Serrant les poings, le super-assassin bondit en avant, comblant les quelques mètres de distance qui le séparait de Djacques. En faisant cela, il fit subir à son corps une rude épreuve, mais heureusement pour lui, son Tekkai était toujours activé. Wally ne le savait même pas, mais sa maîtrise de la technique était telle qu'il pouvait se permettre une certaine mouvance tout en profitant d'une résistance surhumaine. Il ne le savait pas car il n'y avait jamais pensé, mais ça c'était seulement le problème de Wally, le Terminator, lui, ne pensait pas, il agissait, et cela en poussant les capacités du corps qu'il contrôlait au maximum. Ainsi, alors même qu'il n'allait pas s'en souvenir, Wally faisait pour la première fois usage de sa technique, Walking Tekkai.

Sans se poser aucune question quant à sa nouvelle capacité, le Terminator entreprit d'arrêter l'offensive de sa cible, en abattant son poing d'acier sur elle. L'impact fut violent, et avant même de s'être assuré que son adversaire avait été touché, l'assassin du gouvernement fit descendre son autre poing à l'endroit où se trouvait Ouno. Après cela, un écart de distance se creusa à nouveau, grâce à un bond en arrière de la part de l'assassin au corps meurtri.

Les yeux posés sur l'homme qu'il croyait être sa cible, le Terminator ne pensait à rien d'autre qu'à le vaincre pour accomplir sa mission. Même si la notion de détermination n'existait pas pour lui, il en montrait tous les aspects.
Après avoir désactivé son Tekkai, l'agent du CP9 usa du Geppou pour prendre plusieurs centimètres d'altitude, et s'apprêta à continuer le combat, car oui, il savait pertinemment que ce dernier n'était pas terminé.

[Activation : Post 1/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Dim 11 Mar - 20:52




C’était pareil à marcher sur un nuage. Un nuage fait de sang et de cadavres. L’esprit n’était plus, la réflexion n’était qu’une option. C’était agréable, de marcher en sautillant dans un charnier. Jack n’était plus là, il n’y avait qu’une sorte de coquille vide, désincarnée. Qui grognait de colère à chaque pas, était prêt à saccager le monde entier à la recherche de la seule chose qui importait pour lui. Il ferma le poing lorsque son adversaire encaissa l’attaque. Le vent passa sur lui, envoyant les corps de ceux qui les avaient kidnappés s’écraser dans le mur de la pièce. La lampe vacilla, et l’ampoule se brisa, les laissant tous deux dans le noir le plus total. Jack se serait posé des questions, aurait tenté d’établir une stratégie. Cela ne semblait plus être sa priorité. Puis le terminator fut sur lui. Son poing contre le sien. Force contre force. L’impact résonna entre eux, fit grincer la charpente du sous-sol où ils étaient enterrés. Le poing de Jack fut dévié et le coup de Wally le frappa en pleine poitrine. L’agent fut expédié de l’autre côté de la pièce, où il s’enfonça dans le mur.

« Tu m’as touché une fois. » murmura Jack, dans le noir.

Il tourna la tête, cracha du sang et se releva en se faisant craquer la nuque. Il fit tourner ses bras, et le vent qui s’était tu reprit son envol. Il s’arrêta, ferma les yeux. Il percevait le déplacement des masses d’air, il percevait son environnement. Mais … quoi de plus ? Un sourire malsain s’épancha sur ses traits. Le voleur était là. Le Cipher fit étrangement vibrer ses bras. Puis il s’arrêta et … se mit soudain à claquer des doigts. A chaque claquement, un son étouffé lui répondit. Pareil à une balle de plomb. Il avait tiré quatre shigados devant lui, sans chercher à viser. Il pivota alors et d’un pied envoya une onde tranchante traverser la salle … puis une autre de son autre pied. Les deux lames se rencontrèrent et fusionnèrent pour s’enrouler l’une autour de l’autre et donner naissance à une étrange tornade qui se propagea dans la salle. Un rankyado.

Sans attendre de voir le résultat de son attaque, Jack sembla exécuter quelque chose de ses mains mais … resta étrangement sur place. Dans le noir, cette illusion semblait supperflue. Seuls raisonnaient des sons réguliers aux quatre coins de la pièce. Comme si l’air était frappé, matraqué, sous l’influence de puissants pas. Le vent gagna en intensité, en puissance, à mesure que la tornade faite d’ondes tranchantes se dissipait. Puis, elle sembla comme absorbée par une force d’une plus grande ampleur. Jack n’était pas en état de réfléchir, de mettre en place des stratégies. Il avait tiré au hasard, il avait cherché à toucher. En temps normal, il aurait tenté de se repérer au son, aux mouvements d’air. Mais non. S’il ne pouvait pas toucher une cible précise dans la zone, alors il toucherait la zone. S’il détruisait la salle entière, alors il détruirait le voleur. Et reprendrait son dû sur son cadavre.

*Mais il est nu Jack, comment pourrait-il porter ton zippo ?* lui susurra une petite voix au fond de son crâne.

Alors, l’éventualité de deviner où son adversaire avait dissimulé son bien le plus précieux s’imposa à son esprit. Et décupla sa rage. Non … non … il n’aurait pas … osé ?!

« MOI AUSSI JE VAIS TE TOUCHER UNE FOIS !! »
hurla-t-il, avant d’apparaître au centre de la pièce, d’un geppou qui lui fit fracasser le sol lorsqu’il le toucha.

Le Cipher frappa avec force ses deux paumes et le flux d’air s’interrompit. Il disparut du centre de la pièce, s’enfonça volontairement dans le mur dans lequel Wally l’avait précédemment expédié. Il perfora la pierre, s’enfonça davantage dans la terre à cause de la puissance de la déflagration, mais la pièce dans laquelle ils s’étaient trouvés un instant plus tôt vola en éclat, faisant imploser la bâtisse sur laquelle elle était construite. La baraque s’effondra sur elle-même, enterrant vivant les deux combattants … Le village entier fut secoué par le son de cette étrange déflagration. Pareil à une météorite s'étant écrasée sur la maison. C'était l'effet Lunar Crash.





thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Lun 12 Mar - 1:56



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
Oui, le super-assassin avait touché sa cible, qui avait tenté de parer le poing d'acier par un poing de chair, et avait échoué. Il n'étais cependant pas vaincu, loin de là, en témoignait sa contre-attaque, qui ne se fit pas attendre. Toujours à quelques centimètres d'altitude, le Terminator analysait les mouvements de son adversaire, il observait Ouno en train d'agiter ses bras, de remuer l'air, de maîtriser l'air, jusqu'à ce qu'il cesse de bouger. Pendant un laps de temps ridiculement court, le regard du Terminator eut le temps de se balader sur tout le corps de sa cible, à la recherche d'un endroit à toucher, à blesser. Ce fut lorsque ses pieds retouchèrent terre que ses yeux remarquèrent les doigts de Djacques, qui claquèrent l'instant d'après. Le Terminator avait des difficultés à discerner les attaques, alors il ne perdit pas plus de temps à utiliser ses yeux, se contentant d'éviter les balles d'air avec son corps. Kami-e.
Il avait réussi, il n'avait pas été touché par les projectiles balistiques, mais on ne pouvait pas en dire autant de la lame d'air, devenue tornade. Le super-assassin ne la reçut pas de plein fouet, et avait même réussi à éviter de subir de lourds dégâts, mais le sang qui coulait de son épaule ne pouvait faire croire à personne qu'il était toujours totalement intact.

Heureusement, de telles blessures n'étaient en aucun cas un problème pour le Terminator activé, qui poussait les forces de Wally à leurs limites. Ainsi, "l'autre" ignorait tout simplement toutes blessures qui n'étaient pas paralysantes ou mortelles, afin de ne se concentrer que sur l'accomplissement de sa mission à tout moment. Dans cette situation, sa mission, bien qu'imaginaire, était d'assassiner l'homme nu en face de lui. Ce dernier, d'ailleurs, n'avait pas fini son offensive, faisant le tour de la pièce sombre à toute vitesse.
Le Terminator aurait pu utiliser lui aussi le Soru pour suivre son adversaire, mais il avait jugé cela inutile, il lui fallait attendre le bon moment, et ce moment arriva lorsque Ouno apparut au centre de la pièce. Le super-assassin, comme pris d'une injection d'adrénaline, dégaina le Soru pour foncer dans la direction de son ennemi, qui disparut pour une énième fois pour se retrouver à l'autre bout de la pièce. L'agent du CP9 pensait avoir bien choisi son moment.

Il avait eu tort.

La pression de l'air atteignit un niveau inimaginable tandis que la détonation du crash lunaire s'enclencha. Le Terminator jouissait d'une vitesse surhumaine, et la technique Kamisori, fusion du Geppou et du Soru, lui permit d'échapper au gros de l'explosion, alors même que le ciel lui tomba sur la tête.
Le Tekkai n'avait pas été activé, l'utilité ne s'étant pas présentée. Après tout, qu'avait à craindre un super-assassin chez quelques roches ? Le corps de l'agent était meurtri, certes, mais l'écroulement du bâtiment n'y était pour rien, contrairement à l'intelligente attaque d'Ouno.

Il avait fallu quelques secondes au Terminator pour se relever au milieu des décombres, toujours aussi stoïque, toujours aussi professionnel, toujours aussi nu. Sa mission n'était pas accomplie, il fallait qu'il repère sa cible. Une fois ceci fait, une paire de Rankyaku quitta ses jambes tandis qu'il utilisa pour une seconde fois la technique super rapide, Kamisori, afin de se déplacer presque instantanément dans le dos de son ennemi. Sans perdre ne serait-ce qu'un seul instant, il entreprit de saisir Ouno au niveau de la nuque avant de vouloir plaquer avec grande violence son corps à terre. Une fois ceci fait, tout ce que le Terminator avait prévu fut de faire subir à Djacques un véritable passage à tabac, faisant pleuvoir les balles sur sa personne. Pendant ce moment, une dizaine de coups, plusieurs même, furent donnés, tous des coups d'index, tous des Shigan. C'était la technique rafale du Terminator, Shigan : Bullet's Rain.
En étant témoin de cette scène, on était en droit de se demander à qui était le sang qui giclait. Le Terminator avait-il même réussi à "toucher" sa cible ? La réponse à cette question était évidente pour le super-assassin, ainsi il termina son enchaînement en activant encore une fois sa technique spéciale, Walking Tekkai, avant de prendre un moment pour lever ses bras et joindre les mains, et ce afin d'abattre sa force surhumaine sur monsieur Ouno.

Le moment entre la fin de la pluie de balles et la frappe d'acier avait été court, mais dans un tel combat de titans, c'était souvent tout ce qui suffisait pour prendre action. Le Terminator pensait qu'aucune action ne pouvait être prise par sa cible, mais il pouvait avoir tort, les contusions et profondes coupures parsemées sur sa chair en étaient les preuves.

Toujours en "activation", l'occupant du corps de Wally se libéra du Tekkai, ne sachant pas ce qui l'attendait dans les prochaines secondes.

[Activation : Post 2/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Mer 14 Mar - 22:18




Le Cipher s’enfonça dans les décombres, se noya sous les gravats et n’eut comme réflexe que d’activer le tekkai pour limiter les dégâts contondants et d’écrasement. Il gonfla ses muscles, concentra ses forces et encaissa. C’était tout ce qu’il avait à faire. Grand bien lui en pris lorsqu’une salve de lames creusa sa planque et la fit voler en éclat, l’arrachant à gangue de pierre. Ses plans ne volaient pas plus loin que l’instant présent, mais c’était un renfort inespéré qui faillit un instant lui ouvrir la raison, lorsqu’il vit un tas de vêtements à portée de lui, dans un meuble éventré par leur échauffourée, enfoncé dans les ruines. Dont une cravate rouge. L’image fugace lui échappa, à la seconde même où la violence du terminator s’empara de son être. Son tekkai toujours activé, il encaissa le premier coup, goûtant la terre de son nez. Il s’enfonça dans la terre, cracha un mélange de rage, de salive et de sang.

L’agent tenta de se retourner, mais Wally n’avait plus aucune pitié. Il le tenait à la gorge, il le leva à sa hauteur. Il attrapa les poignets de son adversaire, cherchant l’air qui aurait dû lui manquer. C’était un pur réflexe du corps, car le moindre de ses muscles était contracté, dédié à la défense. Cependant, à chaque frémissement, à chaque instant, il sentait sa concentration partir, le lâcher. Les shigans s’échangeaient à un rythme endiablé, s’enfonçant de plus en plus loin dans sa chair. Il termina à terre, en sang, les mains tremblantes. Il voyait trouble, sa poitrine n’était que sang et douleur. Ecchymoses violacées, trous de grandeur différente un peu partout. Fort heureusement, son tekkai avait permis d’éviter que Wally ne touche un point vital. Il les avait tous visés, il se battait pour tuer.

Le coup final vint avec une force inouïe qui enfonça Jack dans le sol, acheva de briser ses côtes fêlées. Face contre terre, il lâcha un cri étranglé, une gerbe de sang et peut-être quelques dents. Ses membres tremblèrent de douleur, la terre se souleva, l’engloutit dans une des alcôves du sous-sol qui avaient résisté à son attaque, mais pas à la violence de Wally. Il s’y enfonça la tête la première, suivit de gravats qui s’entrechoquèrent et crissèrent sous leur masse. En moins d’une dizaine de secondes, Jack avait disparu de la surface de la terre. Engloutit par la puissance brute de Wally, écrasé sous des quintaux de terre et de pierres. Fort, précis et implacable. Voilà qui assurait un assassinat parfait. Un déploiement de force auquel nul ne pouvait être préparé.

Mais … sous-estimer le neuvième bureau était une erreur fatale. Leurs agents n’étaient pas seulement des assassins, ils étaient des êtres sélectionnés à travers le monde pour leurs talents d’exception. Pour leur aptitude à se battre, à se sortir de n’importe quelle situation. Ils étaient des maîtres du rokushiki. Ils étaient des maîtres du combat et des survivalistes de première catégorie. Pris au berceau pour la plupart, ils étaient des machines à tuer, mais aussi à renverser des pays. Du moins, c’était leur vocation. Et pour mériter d’entrer dans le mythique CP9, il fallait être capable d’encaisser bien plus que cela.

Le sol trembla. Les pierres se remuèrent, se remirent en place. Le meuble éventré glissa, s’ouvrit. Révéla son contenu à terre. Une chaise brisée fut engloutie par le flot qui se mit en mouvement, un lit bascula d’un des étages dévastés puis … une main surgit aux pieds de Wally, crochetant sa cheville. Elle tira, l’enfonça jusqu’au genou dans la terre meuble et, surgissant de la terre, une forme humaine s’extirpa en relâchant un râle de douleur. Un être nu, maculé de sang et de plaies, qui laissait un sillon carmin à chacun de ses pas. Se servant de son adversaire comme tremplin, il s’éleva dans les airs en tirant dessus et lui colla un coup de genou contre la mâchoire. Il l’envoya à terre, rouler en bas du tas de gravats, tandis qu’un feu commençait à partir au niveau des restes de la maison, certainement dû aux braises éparpillées et à tout le mobilier dilacéré.

Jack inspira l’air, leva la tête et se prit à ricaner avant de river son regard de fou sur Wally. Ses yeux océans se figèrent dans les pupilles de son adversaire. Il se propulsa d’un soru vers lui. Il laissa une étrange image de lui, à quelques mètres de Wally, une image qui se flouta une seconde avant de foncer sur lui. Puis trois autres apparurent, avant que Wally ne soit encerclés par des Jacks qui le saisirent soudain à la gorge. Il le leva en hauteur, lui éclata le nez d’un coup de boule calculé puis tout ne fut plus qu’une succession de mouvements à grande vitesse. Les images de Jack se rassemblèrent au moment du coup, mais un puissant vent les engloutit et les porta dans les airs, renforcés par les geppou de Jack. Il vrilla sur lui-même, puis prit appui sur Wally pour gagner de la hauteur. Là, il écarta les bras, accueilli le vent qui le portait et exécuta un étrange mouvement des bras avant de prendre de la vitesse. Il pivota sur lui-même et se propulsa d’un gensoru, sa forme de soru si rapide qu’elle laissait des images rémanentes de Jack derrière lui. Ainsi resta-t-il dans les airs, tel un oiseau survolant le monde.

Plus bas, en revanche, c’était une autre histoire. Le poing de Jack s’était enfoncé dans l’abdomen de Wally. Oui, le poing. Pas d’index, pas de shigan. Cela aurait été trop facile. Cela ne l’aurait pas fait assez souffrir. Les deux s’écrasèrent à terre dans une gerbe de gravats qui gagna jusqu’au village où la fête aurait dû battre son plein, constellant les tentes et bâtisses d’une pluie de pierre. S’ils n’avaient pas déjà entendu tous les impacts de leurs combats. Puis, là, au milieu du cratère, debout sur Wally, qui n’avait pas tant pris de dégâts que ça, Jack disparut. Il ne laissa qu’une maigre image derrière lui. Le sol fut alors comme secoué par l’appel d’air, les cailloux s’envolèrent, comme en apesanteur puis tout revint, à une force folle. Jack réapparut au-dessus de sa cible, de multiples images de lui retraçant son trajet. Il avait réalisé une boucle afin d’emmagasiner plus de puissance, plus de force et, de son poing gorgé de fluide noir, il frappa.

« J’appelle ça le Lunar Crash, avec un petit tour supplémentaire en orbite … »
grogna-t-il, dans l’intervalle de temps qui suivit son coup et la suite des festivités, comme si l'état second dans lequel il était plongé se dissipait peu à peu.

Pris dans la boucle infernale, les gravats s’amoncelèrent dans le flux aérien et convergèrent vers un point d’impact unique, situé au centre d’un cratère. Cratère au fond duquel un être au poing garni de noir enfonça son talon entre les jambes de son adversaire, avant de disparaître purement et simplement de là, fuyant la zone d’impact bien plus étendue que précédemment. Ce qui ne l’empêcha pas d’être soufflé de la zone d’impact, malgré la vitesse et l’étendue de ses déplacements. Il roula à terre, saigna, se rappela la violence de ce qu'il venait de faire subir à son corps et se redressa en titubant. Les forces commençaient à lui manquer, mais il lui restait un atout dans sa manche, un atout qui commençait à s'étendre partout autour d'eux ...





thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Jeu 15 Mar - 2:50



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
Sa cible était toujours en vie, c'était prévisible. Le Terminator était toujours en activation, le combat n'avait pas cessé. Il n'allait pas cessé jusqu'à ce que sa mission soit accomplie, quand bien même sa mission n'en était pas une vraie, contrairement au danger dans laquelle se trouvait la zone environnant le combat, qui, lui, était bien réel. Bien sûr, le Terminator, à l'instar de son autre personnalité, n'en avait absolument rien à faire, des dommages collatéraux. Les seuls dommages qu'il souhaitait causer étaient sur la personne en face de lui, son ennemi, sa cible, son distributeur de viande : Djacques Ouno. Ce dernier venait d'être perforé de toutes parts par les index du super-assassin, mais son cœur battait toujours, ayant été protégé par ses muscles d'acier. Tout ce qu'avait réussi à faire le CP9, à part infliger quelques dégâts conséquents, fut de pousser le corps ensanglanté du blond à travers le sol. Quelques meubles le suivirent dans sa chute, mais le corps de Wally resta à la surface, jusqu'à ce qu'il se retrouve enfoncé à son tour dans la terre, à la hauteur du genou. Il tenta immédiatement de se libérer, mais il avait été trop lent, et bien vite sa vision fut teintée du rouge qui avait surgi du sous-sol.

Contrairement à son adversaire, l'assassin du CP9 resta stoïque, et n'émit aucun son quand la rotule percuta sa mâchoire de plein fouet, le faisait s'élever de sa prison de terre, pour chuter en roulade arrière. Il ne desserra à aucun moment les dents, voulant vite reprendre le contrôle de son équilibre pour se relever. Encore une fois, trop lent. Alors même qu'il venait de réussir à se stabiliser en frottant une jambe à terre afin de ralentir et d'arrêter sa descente, son agresseur apparut devant lui. Avant de disparaître. Et de réapparaître, et ainsi de suite. Ouno avait déjà démontre plus tôt dans le combat que sa vitesse n'avait rien à envier à celle du Terminator, mais ce dernier avait déjà réussi à suivre sa cible du regard, prodige qu'il réussit à reproduire. Malheureusement, repérer était une chose, réagir en était une autre. La première fois que Ouno avait fait usage de cette célérité, il semblait moins violent dans ses actions, et le Terminator était en bien meilleure forme. Bien que la hiérarchie des blessures n'avait pas changé, le corps du super-assassin était un peu trop engourdi dans de telles circonstances, et même si "l'activation" lui permettait de profiter des capacités de son vassal jusqu'à ses limites physiques, elle ne lui permettait pas de les dépasser.

Ceci était la raison pour laquelle le nez de l'assassin nu fut brisé par un coup de tête de son assaillant, coup de tête qu'il avait vu venir qui plus était. A la suite de ce coup encaissé, le Terminator fut une nouvelle fois utilisé comme plate-forme pour que Djacques prenne la voie des airs. Enfin, à l’œil nu c'était ce à quoi la situation ressemblait.
Le nez de Wally était brisé, mais ses yeux fonctionnaient toujours à la perfection, et le super-assassin qu'il était en cet instant les utilisaient bien, et ne manqua pas cette fois ci d'utiliser le Tekkai pour encaisser le coup de poing dirigé contre son ventre. Aucun dégât n'avait été subi, mais l'impact du coup était la preuve de sa force inouïe, alors même que ce n'était qu'une simple attaque physique. La fragilité du sol sur lequel se trouvaient les deux agents du Cipher Pol fit qu'une nouvelle descente se fit, au milieu de la colère des flammes, de l'air, et de la terre. Trois des quatre éléments étaient en train de montrer leur mécontentement face au duel qui se présentait là, et l'un de ces éléments étaient directement contrôlés par Ouno, qui surplombait de son être l'assassin, dont le sang coulait sous son masque. Le Terminator s'était rendu compte que son corps commençait doucement à encaisser trop de blessures, mais ça n'allait pas le stopper. Rien n'allait le stopper.

Il ne perdit pas de temps à se relever, alors même que Djacques venait pour une énième fois d'user de sa vitesse surhumaine. Le Terminator l'observait. Il ignorait toutes pierres et autres galets qui se soulevaient après son passage, il ne se concentrait que sur lui. Ses pupilles bougèrent sans répit, parcourant le même chemin que le corps de Djacques. Ces mouvements, cette vitesse, ces bouffées d'air. Le Terminator avait déjà connu une situation similaire, il n'y avait même pas quelques dizaines de secondes. Il savait bien à quoi servait tout ce qu'était en train de faire sa cible, et il n'allait pas laisser cette explosion l'atteindre une seconde fois.
Plus tôt, il avait activement tenté de stopper Djacques, il avait maintenant une tactique moins noble, mais qu'il jugeait bien plus efficace : la fuite.
Ainsi, abusant du Soru, le Terminator s'éloigna. Il pensait que, de cette manière, il pourrait échapper aux dégâts qu'avaient causé la technique qu'il avait déjà vu, et il avait bien raison. Malheureusement, la technique qu'Ouno utilisait maintenant n'était pas celle que le super-assassin avait déjà vu, et il avait eu beau se dépêcher de prendre ses distances, il avait été une victime du rayon de l'explosion.

Cette fois ci, ce fut Ouno qui vint à sa rencontre, se permettant même de prononcer une phrase d'arrogance avant de frapper de son poing noirci par le Haki. Ce fut d'ailleurs le temps de prononcer cette phrase qui permit au Terminator d'encore plus s'éloigner. Oui, il s'éloigna.
Cela ne l'empêcha pas d'avoir eu son corps pratiquement écorché vif par la toute puissante déflagration, et d'avoir été projeté plusieurs dizaines de mètres plus loin, traversant presque le village qui, quelques heures plus tôt, l'acclamait en tant que "Roi du steak".

Heureusement, aucun de ses sujets ne le vit s'écraser au sol. Personne ne le vit s'écraser au sol, car on ne pouvait même pas appeler cela un écrasement. Le Terminator ne sentait aucune douleur, il ne sentait que les impacts des coups qu'il recevait. Pendant son vol improvisé, il avait été sonné, mais il n'avait pas eu mal. Sa conscience lui revint à l'instant même où un centimètre de sa peau meurtrie entra en contact avec le sol pierreux du village. En cet instant précis, qui dura bien moins qu'une seconde, le super-assassin usa du Soru pour repositionner ses pieds au sol, et retraverser la distance, en volant, ayant échangé le Soru contre le Kamisori en cours de route.
Aussi rapidement qu'il pouvait, il retourna auprès de l'homme qui venait de lui faire tant de mal. Il revint à son niveau au moment où le blond venait de difficilement se relever. Ouno n'aurait même pas du se donner cette peine, car le Terminator envisagea de profiter de sa propre vitesse surhumaine pour tout simplement foncer sur son ennemi et le percuter de plein fouet. Sans même se concerner par des mouvements superflus, il ne ralentit pas avant d'avoir heurté quelque chose, ayant au final traîné le corps de sa cible sur plusieurs mètres jusqu'à lui avoir fait rencontré un reste de bâtiment en flammes, qui chuta en même temps qu'eux. Il prévoyait de ne laisser aucun répit à sa cible. Pour contrer le style technique que maîtrisait Djacques, le Terminator utilisait le style qu'il maîtrisait lui même à la perfection : la dure et implacable violence.

Usant de son extrêmement brutale stratégie, le CP9 employa une nouvelle fois sa vitesse inhumaine pour frapper Djacques, en commençant par un coup de genou violent en plein dans l'abdomen. Il enchaîna ensuite par de simples mais dévastateurs crochets en plein visage, le tout en grognant.

Oui, il grognait. L'assassin stoïque émettait des sons en frappant son adversaire. Le Terminator ne grognait pas à cause d'un quelconque sentiment d'agacement, il n'avait aucun sentiment. Le grognement là n'était qu'une expression physique de l'état dans lequel il se trouvait, un état qu'il ne s'était même pas laissé le temps de constater avant de revenir à la charge. La condition physique dans laquelle se trouvait le super-assassin en cet instant pouvait être qualifiée de ridicule : sa peau déjà meurtrie était presque totalement recouverte de son sang, et commençait même à le quitter par endroit, laissant la chair à vif. Toutes sortes d'ouvertures s'étaient formées partout sur sa surface corporelle, son nez était brisé et continuait à pisser le sang, et même le bas de sa cagoule avait fichu le camp, montrant toute la partie inférieure de son affreux visage. Lorsqu'on regardait cette partie de l'assassin du CP9, on pouvait se rendre compte que ses dents n'étaient toujours pas desserrées, et pour cause, sa mission n'avait toujours pas été accomplie, le combat n'était toujours pas terminé...

...et ses coups pleuvaient toujours. Il ne s'en rendait pas compte lui même, mais au milieu de ses nombreux crochets, la teinte de son poing droit avait viré du rouge sang au noir profond. Wally connaissait l'existence du Haki, mais ne savait pas ce qu'était le "durcissement". Cette ignorance n'empêcha en aucun cas le Terminator de profiter de son nouveau pouvoir, le tout sans même se poser de questions. Il n'était pas là pour ça.
Ainsi, les crochets au visage s'étaient absentés, remplacés par un poing noir fonçant à la vitesse d'un véritable canon sur Djacques Ouno.
En ce jour, le premier acte qui avait été fait par le Terminator à la suite de son apparition fut de frapper de sa propre version du Shigan l'homme qui l'avait appelé ici. Il allait faire subir le même sort à Ouno. Il allait le frapper d'un boulet de canon dévastateur, amélioré par la force d'un Haki durci.

Le Terminator lança sans aucune hésitation le Shigan : Cannonball, version Haki noir.

A la suite de cette action, le super-assassin prit du recul. Il venait d'utiliser les capacités du corps de Wally lorsque ce dernier était poussé jusqu'à ses limites, mais ces dernières étaient de moins en moins tolérantes, preuve en était de l'état actuel du Terminator.
Il n'y accordait aucune importance, mais le fait était qu'il était gravement blessé, que son corps se brisait petit à petit, et, pire que tout...qu'il était essoufflé.

[Activation : Post 3/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Jeu 15 Mar - 17:36




Face à l’averse de coups, il n’y avait pas beaucoup de choix. Jack pensait avoir écrasé Wally sous son Lunar Impact, le petit nom qu’il donnait à sa version boostée du Lunar Crash. Il avait ainsi laissé la douleur refluer, il avait titubé, boité et craché du sang. Sa main tremblante, il avait glissé un doit dans un des trous de sa poitrine. Il frôla la côte, grimaça de douleur. Poumon intact mais … de peu. Il toucha ses dents de sa langue, la gangue qui enserrait son esprit retomba un peu. Certainement une histoire de saturation des récepteurs nociceptifs à cause de la douleur, atténuant l’impact de l’adrénaline sur ses synapses, détournant son métabolisme de sa fureur combative. Ou un truc du genre.

Un étrange bruit attira son attention, pareil à un claquement dans l’air. Il se retourna, levant sa garde avec moins de vélocité qu’auparavant. Un autre claquement retentit, et Jack sentit plus qu’il ne vit son adversaire le percuter et tous deux rebondirent sur plusieurs mètres dans les gravats. Jack s’écorcha sur les pierres, plus encore qu’auparavant, preuve que sa résistance tombait en morceaux. Il ne parvenait plus à maintenir son tekkai, tant ses muscles étaient douloureux – la condition sine qua non étant que leur intégrité soit la plus grande possible. Il se releva en titubant, observant Wally d’un air las.

« Putain de plaie … » marmonna-t-il, les mots trouvant de plus en plus facilement un chemin à ses lèvres.

Puis Jack fut de nouveau projeté au loin, s’écrasant à terre, non loin d’une bâtisse annexe. Ils avaient été éjectés assez loin en direction du village, le feu prenait de l’ampleur. Déjà son adversaire était sur lui, enchaînant les coups au visage. Alors le Cipher utilisa une technique simple et efficace, apprise bien avant le rokushiki, dans la rue. Lorsqu’il se faisait tabasser pour le plaisir, lorsqu’il n’était pas encore capable de rendre les coups. Il leva ses bras, protégea sa tête, replia les coudes sur son torse et fit ce qu’il savait faire de mieux : encaisser. Puis les coups se firent de plus en plus puissants, atteignant sa peau, ses muscles. Le sang de ses plaies suinta, macula le sol et le mur contre lequel il venait de se faire acculer.

Soudain, ce fut le répit. Un instant de calme, une fraction de seconde qui présageait d’une tempête imminente. Il écarta les avant-bras, leva le regard vers Wally et avisa son poing qui se reculait et se … gorgeait de noir. Le … fluide ? Ah, son cerveau recommençait à marcher ! Wally maîtrisait le fluide, l’enfoiré. La peur noya ses neurones, le temps sembla s’étirer. La peur ? Depuis quand Jack avait peur ? Ce n’était pas une émotion digne du Cipher Pol. Mais il n’y avait pas de héros sans peur, après tout. Il n’y avait pas de solution, Wally allait frapper et … le briser. A moins que …

Jack décala son bras droit, tendit son index et frappa dans la chair de Wally, à l’instant où son poing se détendait. Il glissa son doigt entre le cubitus et le radius et, en tournant légèrement sur lui, força Wally à décaler son bras. Le poing drapé de noir s’écrasa à quelques millimètres de l’oreille de Jack, touchant à peine le mur de briques. Sous le choc, la surface se gondola et vola en éclat dans un fracas assourdissant. La façade fut arrachée par le choc, et le reste de la maison s’envola en une pluie immense de débris, repoussés au loin par la frappe surpuissante de Wally.

Pas le temps de rester inactif, Jack se servit de sa prise dans la chair de Wally pour le faire tourner et révéler son flanc. Il frappa deux fois de l’index avant de s’écarter d’un geppou qui l’envoya en l’air. Il atterrit en haut d’un tas de gravats, auréolé par les flammes, posant genou à terre et se tenant les côtes. Il saignait de partout, boitait méchamment et ses bras étaient en lambeaux, sans compter les multiples contusions sur son visage. Sa lèvre fendue, des ecchymoses tout le long de ses mâchoires … il ressemblait plus à un punching-ball qu’à un homme. Mais ce ne serait pas cette vision qui aurait raison de Wally. Le Cipher, arrêta soudainement de trembler de ses membres. Il se redressa, inspira profondément. Moulina l’air de ses bras, se remit en position puis, soudain, l’air parut s’embraser autour de lui. Il concentra une masse entre ses mains, ses doigts semblant étrangement tricoter le vide, puis il disparut.

« Tant que j’ai encore mes jambes … »
grogna-t-il de douleur, accentuant sa vitesse par des gensorus de plus en plus rapprochés.

Les images laissées derrière lui demeuraient floues, témoignant de la perte de cadence de ses mouvements, mais tous observaient Wally d’un mauvais œil. Agitant leurs bras dans une étrange danse, qui les rendaient encore plus flous. L’air claquait à chacune de ses illusions, témoignant de l’effort de vitesse qu’il mobilisait. Ce fut alors qu’il arriva sur Wally, lancé. Il arma le poing et … se divisa en trois images qui, chacune, apparut à un côté de Wally. Après plusieurs pas sur le côté visant à tourner autour de lui, Jack avait contourné Wally et était passé de l’autre côté. Une sorte de mini-tornade s’était formée, épousant le trajet du Cipher. Ainsi réapparut-il dans le dos de Wally, à quelques mètres, debout et chancelant. Le vent soulevé sembla alors se calmer Un étrange sourire sur le visage. Sa main cessa alors de trembler. Il la leva bien en évidence devant Wally.

Il ne dit rien, le regarda droit dans les yeux. Un son strident retentit et le feu enveloppa soudain Wally, dévorant l’air que Jack avait pris soin de modifier par le biais de ses tremblements compulsifs, tous n’étaient pas dus à la douleur … Les flammes s’engouffrèrent dans son sillage, goûtant cet air chargé en comburants et englobèrent alors Wally de toute leur férocité, avant de se jeter sur Jack, qui était encore nimbé de cette étrange manifestation de l’air. Le Cipher bondit dans les airs et exécutant un geppou, comme précédemment, guida l’air autour de son poing, se nimba de flammes et frappa dur et dru, puisant dans ses dernières ressources. Il s’écrasa, fendant la terre pendant que ses derniers poils roussissaient sous le feu qui l’enveloppait. Les flammes se mélangèrent à l’air et à la poussière pour donner puissance et destruction à son attaque. C’était tout ce qu’il avait, c’était tout ce à quoi il avait pu penser. Diversion, destruction. Cipher Pol.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Jeu 15 Mar - 21:02



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
Il avait raté. Le Terminator n'avait pas touché sa cible de son poing noir, au lieu de ça ce dernier frappa avec fulgurance la pierre, à moins d'un centimètre du crâne de Djacques. Tout ça à cause d'un doigt planté dans le bras du super-assassin, qui le fit dévier, et qui reporta le moment fatidique où sa mission allait être accomplie. Avec toujours autant d'effort pour résister au Terminator, Ouno planta deux fois son doigt dans le flanc de son assaillant. Le premier Shigan fit mouche, faisant encore plus couler le sang de Wally, tandis que le second fut intercepté par un Tekkai, certes moins performant qu'auparavant, mais toujours un minimum efficace. Les dents toujours serrées, le Terminator voyait sa cible s'éloigner encore une fois. Oui, les dents toujours serrées. Là où n'importe qui se contenterait de cracher son sang, le super-assassin le laissait abondamment couler d'entre ses cavités dentaires. Il n'était évidemment pas facile de remarquer cela, puisque tout son corps était de la couleur du liquide vital, à l'exception de poing noir. Rouge et noir...Même s'il était nu, et absent en conscience, Wally respectait le code couleur de son uniforme.

Pendant que le sang du CP9 coulait à flot, emportant des morceaux de peaux dans sa chute, son adversaire, lui, recommençait son offensive, toujours de la même manière. Cette fois, il était plus lent, mais cette information était inutile dans l'état actuel des choses, le Terminator peinant à bouger de manière fluide. N'ayant toujours pas désactivé son Tekkai, il se contenta de, comme toujours, se concentrer sur sa cible, ignorant les clones troubles qu'elle laissait derrière elle. Après avoir assez tourné en rond, Ouno s'arrêta à quelques mètres de son futur tueur. Ce dernier ne l'avait à aucun moment quitté des yeux, même s'il n'avait pas bougé un muscle, se contentant de les contracter. Ces yeux, donc, avaient bien eu le temps d'analyser l'état dans lequel leur but se trouvait. Le Terminator s'y connaissait bien, et il ne lui suffit que d'un coup d’œil pour se rendre compte qu'un peu plus de temps allait suffire pour que sa mission soit menée à bien. Il fallait juste qu'il ait plus de temps...
Du temps, d'ailleurs, c'est ce qui lui manqua lorsque les flammes l’assiégèrent. Il s'était bien rendu compte du danger dans lequel il se trouvait à l'instant même où la technique avait été lancée, mais il était loin d'avoir les capacités physiques nécessaires pour s'échapper. Grognant, contractant, et serrant, le Terminator fit son choix : Il allait user du corps de Wally pour résister à ce brasier.

Toute sa surface corporelle était en proie aux flammes implacables, son sang n'avait de cesse de ruisseler, et même sa cagoule fut totalement abandonnée. Malgré tout cela, le super-assassin du gouvernement avançait, car il ne sentait rien. Ses pas étaient lourds, ses muscles durs, son regard aussi perçant que ses doigts. Voilà donc d'où venait le nom de sa technique, Walking Tekkai...
Quelques secondes après l'assaut, et la chute, de Ouno, le Terminator apparut dans son champ de vision. Il ne s'était toujours pas défait de quelques flammes récalcitrantes, et avait troqué son reste de cagoule contre un visage démoniaque au centre cassé. Et ainsi, il avançait, le super-assassin au poing noir et au corps d'acier.

Chacun de ses pas en appelait à un autre plus lent, qui lui même appelait à un grognement de plus en plus grave. Et ce jusqu'à ce que le CP9 arrive jusqu'au corps de son ennemi. Il était là, à ses pieds, nu, ensanglanté, affaibli. Tout comme le super-assassin, en somme. La différence se trouvait dans la posture, dans l'expression faciale. Les dents du Terminator étaient serrées, son regard froid et totalement vide de couleur, tandis que son poing fermé n'en présentait qu'une : le noir.
Le Terminator leva son poing. En cet instant, même s'il avait voulu en finir avec un Shigan, il n'aurait pas pu, ses doigts refusant catégoriquement de bouger. Ça n'avait aucune importance, un simple coup de poing allait être suffisant. Et ce dernier s'abattit sur le visage de Djacques Ouno, terminant son existence...

______________________________

...sauf qu'y avait pas de force dans ce coup, ça l'avait à peine touché. En plus il était plus noir, il était redevenu rouge sang. Hey, mais...il était noir là ? Oh ça devait pas être important...Pas aussi important que le mec que j'allais buter là. Alors, c'était qui ? Ouais pasque j'le savais même pas, j'venais de revenir moi, j'étais au courant de rien. Il faisait un peu chaud là, nan ?
Bon bref, j'avais mon poing collé sur la joue de qui là ?

-Hey mais, c'est toi ! Ouno, qu'est-ce qui t'es arrivé ? T'as l'air mal en point de fouuuu. Y a quelqu'un qui a du te faire du sale, j'te demanderais bien qui, mais j'm'en fous, donc bon. Tu me files moi mon steak et j'me barre ? Attends, juste, j'enlève ma main...Huh ? Pourquoi j'peux pas ? Ah mais putain, j'ai le Tekkai activé là, c'est quoi c'te merde encore...Voiiilà, désactivé. Ah, là par contre, je tombe.


Et là j'suis tombé sur le cul. Nan mais, littéralement, là j'étais en position assise, cul sur le sol, zizi toujours à l'air.
J'me sentais pas très bien, aussi...Bizarre.
...
Ouais, bizarre...
...
C'tait mon sang, ça ?

[Activation : Post 4/4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 247
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 15683
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7324
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Jeu 22 Mar - 1:13




Jack tomba en arrière, évitant le coup qui ne vint pas. Il avait voulu exécuter un geppou et était minablement tombé en arrière. Plus la force de marteler l’air, de s’échapper. La douleur et la réalité du combat lui faisait peu à peu reprendre conscience des choses, reléguant malgré elles le briquet au second plan. Jack était pas net, mais il y avait des priorités dans la vie. Il glissa sur son sang, sentit sa chair craquelée par les flammes se tendre et grimaça de douleur. Il se sentait comme étalé sur une tartine trop grande, brûlé, marqué par les coups. Il s’était donc retrouvé avec le poing de Wally, à quelques centimètres de lui. A un cheveu de la mort ? Non. Cela signifiait que son adversaire était autant affaibli que lui. Cela signifiait que …

« Hein ? » lâcha Jack, malgré lui.

Wally débita tout un tas d’âneries, semblant tomber des nues quant à ce qu’il venait de se passer. Que s’était-il passé d’ailleurs. Jack se redressa en grognant de douleur, parvint à se mettre debout en chancelant. Il toisa Wally nu, de toute sa virilité. Il avait des flashs, des éléments de combat. Il se souvenait de la force des coups de Wally, sa haine meurtrière et sa maîtrise … identique à la sienne du haki. C’était perturbant, comme revisiter les souvenirs de quelqu’un d’autre. La dernière fois que Jack avait eu un trou comme ça, c’était l’histoire d’une bande entière qui avait implosé sous l’effet d’un événements climatique … aléatoire. Le Cipher fit quelques pas, tomba à genoux en essayant de s’éloigner de Wally. Il sentait un arrière-gout de peur dans ses gestes, mais ne comprenait pas réellement son origine, si ce n’était ce poing ganté de noir, à quelques centimètres de sa face.

Il lui manquait quelque chose, il … se leva. De nouveau. Il y avait sa colère qui ne cessait de refluer face à la douleur. Il ne répondit pas à Wally, cherchant du regard quelque chose d’important. Déjà, des badauds commençaient à arriver. Entre les flammes et les ruines, Jack n’aurait su dire d’où provenait la désolation. Il glissa jusqu’à un tas de gravats, roula à terre et laissa Wally derrière lui. Pourquoi se battait-il déjà ? Ah. Oui, c’était ça qu’il avait vu. Cette commode … Son trench-coat. Ah ! La tenue de Wally, ses effets personnels. Il fouilla dans ses affaires, les mains tremblantes. Il tira une cigarette … il tira son briquet … son … briquet. Une sensation douloureuse courut le long de son échine, comme si son organisme refusait toute information supplémentaire. Il frissonna, grogna en enfilant son imperméable, sur son sang et ses brûlures.

Jack remonta à quatre pattes, se demandant encore une fois ce qu’il faisait ici. Il y avait un trou dans ses souvenirs, mais la nécessité de retrouver ses effets s’était imposée, comme seule solution face à la peur et à la souffrance. Le Cipher avança jusqu’à Wally, devant s’y reprendre à deux fois. Il laissa un sillage de gouttes de sang derrière lui. Fort heureusement, il semblait plus amoché que gravement blessé. Il était presque à court de jus, ses jambes tiraient, sa poitrine le lançait atrocement. Sa tête sonnait comme une cloche, tandis que ses bras présentaient de multiples lésions et brûlures. Son corps était une gangue de souffrance. Mais il s’alluma tout de même une cigarette et lança la tenue de Wally sur lui. Jack était toujours nu sous son imperméable. Il était du Cipher Pol 9. Il avait vu pire. Il verrait bien pire. Et, surtout, il était trop fier pour avouer la chose. Wally avait failli le tuer. Il se souvenait du poing, il se souvenait du danger. Mais plus maintenant. Pourquoi ? Bonne question, il était pourtant certain que ça avait quand quelqu’un avait prononcé …

« Walla … y. Wally. Mais qu’est-ce qu’on fout là Wally ? »
fit Jack, avisant l’état de son interlocuteur.

Le Cipher plissa les yeux, tremblant sur ses jambes. Wally était maculé de sang, perclus de lésions et de brûlures. Des nouvelles, ceci dit. Ce n’était pas la première fois qu’il le voyait nu. Il inspecta rapidement ses blessures. Contondantes, précises. Bordel, c’était comme si … comme si c’était Jack qui l’avait tabassé. Il regarda sa poitrine, inspecta les trous. Merde, on aurait dit du shigan.

« Je crois que les steaks étaient avariés, Wally. J’ai dû en manger aussi. »

Jack regarda Wally quelques secondes. A sa merci, à un doigt de la mort. S’il le pouvait … un seul shigan et c’en serait fini. Un seul shigan, et il aurait gagné. Et il aurait la certitude d’être le plus fort, de ne plus avoir cette question qui lui trottait dans la tête : et si Wally s’était pas arrêté brusquement ? Non. Wally s’était arrêté. Jack était toujours debout, donc il avait gagné. Si seulement c’était aussi simple …

« Viens, il faut qu’on parte. On ne doit pas nous voir ici. » fit-il, en tendant un index, puis en se ravisant.

Il aida Wally à se lever, à marcher.

« Faudra que tu m’expliques quelque chose Wally … » commença-t-il en regardant autour de lui.

Mais expliquer quoi au juste ? Pourquoi, lui aussi, avait-il perdu conscience de cette bataille ? S’il comprenait qu’il avait dû se battre avec Wally, il ne comprenait pas comment il pouvait ne pas avoir maîtrisé ce combat. Qu’est-ce qu’il avait bu dans cette bière ? Oui, c’était forcément ça. De la drogue, une substance quelconque. Ah ah. Pas d’autre explication logique ! Il se souvenait encore du vinaigre, et de la bière bizarre ...

« Je me demande quand même ce qui est arrivé aux types qui nous ont attrapé … » marmotta Jack, sans se douter que plusieurs mètres sous ses pieds, les cadavres hachés menus de malfrats gisaient écrasés par des mètres de roche et de terre.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 188
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 10006
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 6173
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   Ven 23 Mar - 0:59



Avec Jack Sinister


Cowspiracy
-De quoi ? Hein, ouais...

Nan mais sérieux, le sang qui coulait là, c'était le mien ? Il s'était passé quoi ? C'tait bizarre que j'me souvienne pas. 'Fin, nan, c'était pas bizarre, c'était normal pour moi. Mais là, c'était différent, c'était pas genre j'm'en souvenais pas parce que je m'en foutais. J'me foutais de ce qui venait de se passer, oui, mais c'était pas le problème. Là ma perte de mémoire elle était comme quand j'appelais "l'autre". Sauf que lui il venait quand j'avais du mal à combattre. J'avais pas de mal à combattre, là. Je combattais même pas. Je combattais ?
Nan, nan je combattais pas, je bouffais du steak tout nu. Euh...Je bouffais du steak, et après j'étais tout nu. J'ai fait les deux en même temps ? Y avait des chances, de toute façon ça me gênait pas moi. Mais après, quand j'étais tout nu, je m'étais levé, et j'avais buté des gens, ça je pouvais pas l'oublier. Après y avait un des gugusses qui avait dit un truc. Qu'est-ce qu'il avait dit déjà ?
...
Qu'est-ce qui fonçait vers moi là ? Hey mais c'tait mon uniforme !
Hey mais il m'a fait tomber !

Putain, déjà que j'arrivais pas à rester stable en position assise, si en plus on me balançait des trucs dans la gueule, fallait pas s'étonner si je basculais en m'allongeant dans un bain de mon propre sang. Ouais, j'avais des trous sur le corps qui pissaient le sang, mais tranquille ça me faisait pas mal, j'étais déjà bien assez occupé avec les brûlures et les contus...conteus...contagions ? Avec les bleus de merde là.
Sans trop continuer à réfléchir, je choppais ma combi et, toujours allongé, je commençais à enfiler le bas. Ça a mis longtemps. Très longtemps. Putain que c'était long, pourquoi elles se levaient pas vite mes jambes ?! Et pourquoi j'étais en train de vibrer aussi ? Ah nan merde je tremblais là.

Bon, j'avais enfilé le bas, mais nique le haut, j'allais le laisser pendre, ça m'avait soulé. En levant mes mains jusqu'à mon visage, je me rendis compte que ma cagoule avait disparu. Et que j'avais mal à la face.
Mes doigts s'ouvrirent pour me laisser un champ de vision, quand j'entendis Ouno parler de steak avarié.

-Quoi ? Mais qu'est-ce que tu racontes ? C'est pas toi qui me les as amené, les steaks ? T'étais dans la ville là, nan ? 'Fin, j'dis ça, j'en sais rien moi, j't'ai pas vu, mais y avait des steaks, donc bon...

En m'écoutant, il s'approchait de moi et me releva du sol. Askip on devait pas êtres vus. Bah putain, j'en voyais bien assez moi, avec son manteau même pas fermé et son absence de sous-vêtements.
N'empêche, c'était super galère de tenir debout, c'était presque comme si tout mon corps était tout cabossé. En plus ça me soulait parce que je commençais à voir trouble et à entendre Ouno comme s'il était super loin de moi, alors qu'il étais à juste quelques centimètres.

-Ceux qui nous ont attrapé, hein ? J'm'en bats les couilles...

Oulah, je l'avais dit d'une voix faible ça.

Après, par je savais pas trop quel procédé, j'avais fini par revenir sur le bateau qui devait m'amener sur West Blue. J'aurais bien aimé dire comment on s'était séparés, Ouno et moi, mais je m'en foutais, et surtout j'étais pas conscient quand c'est arrivé.
Ouais, j'étais dans un état un peu comme quand on faisait pleins de micro-siestes d'affilés, sans rien capter de ce qui se passe autour de nous. 'Fin, j'étais pas trop sûr de ce que je disais, vu que je dormais jamais.

Apparemment, je pouvais tomber dans les pommes, comme en témoignait mon corps étendu sur le pont du bateau...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [FB 1617] - Cowspiracy   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB 1617] - Cowspiracy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FB 1617] - Cowspiracy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: East Blue :: Autres îles-
Sauter vers: