Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The King is here - Rufus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 39
☠ Âge du Personnage : La vingtaine
☠ Berrys (x1000) : 6834
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Kin Kin no Mi - Fruit des muscles
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: The King is here - Rufus    Jeu 4 Jan - 20:33



Rufus "Lost King" Wilder






Prénom et Nom: Rufus Wilder
Âge : La vingtaine
Sexe : Masculin
Avatar : Escanor - Nanatsu no Taizai
Groupe : Civils
Métier : Ex/Futur Roi
Espèce : Humain
But : Reconstruire son royaume

---------------

Fruit du Démon : Kin Kin no Mi - Fruit des Muscles
Autres capacités : Maniement de la hache


Description physique

Frêle, faible, porteur d'un chétif physique. Voilà de quoi on pourrait qualifier Rufus. Ah, il y a aussi possesseur d'une piteuse carrure. En effet, du haut de son mètre soixante-cinq, Rufus ne fait pas partie des grands de ce monde, du moins physiquement. Oui, il n'est pas très grand, et il faut aussi admettre que son tour de bras laisse beaucoup à désirer, mais il ne faut pas oublier qu'un humain n'est pas limité à un corps. On pourrait aussi parler du visage de Rufus. Visage qui laisserait penser qu'il existe des gens qui ne mangent pas toujours à leur faim, certes...

Rufus possède de courts cheveux blonds tendant vers l'orange, constamment coiffés sur le côté, et ce, envers et contre tout. Ses yeux sont bleus et son regard aussi sympathique et inspirant de confiance que possible, et ce même lorsqu'il décide de porter une paire de lunettes, ce qu'il fait souvent. Sur son visage aux traits fins, on peut déjà percevoir son envie de faire le bien, comme si elle transparaissait.
On peut aussi la voir sur son corps, même si on doit un peu plus se concentrer.
Heureusement, le Wilder peut rendre la tâche bien plus simple en utilisant son pouvoir de maudit des eaux. Lorsque Rufus fait gonfler ses muscles, sa taille peut augmenter jusqu'à avoisiner les quatre mètres de haut, et son poids...Et bien, son poids est difficile à calculer. Bien sûr, tous les muscles de son corps sont fortifiés à leur maximum, donnant à Rufus l'allure d'un homme s'étant entraîné toute sa vie pour se construire un corps sculpté à la perfection. On peut bien dire là que le corps et le visage de Rufus forment un tout élégant. Bien que cette remarque soit sans aucun doute plus que superficielle.

Que ce soit sous sa forme originale ou sous sa forme musclée, un tatouage est présent dans le dos du Wilder. Ce tatouage représente l'emblème de sa famille, une tête de lion rugissant, un lion possédant une cicatrice au niveau de l’œil droit.

Côté style vestimentaire, le Wilder tente du mieux qu'il peut de porter les vêtements les plus chics et raffinés possible. On peut donc souvent le voir affublé d'une chemine boutonnée, surplombée d'un gilet, le tout accompagné d'une cravate ou d'un nœud papillon de bon goût. Il lui arrive souvent de porter bien d'autres sortes de vêtements, certains bien plus folkloriques que d'autres, mais toutes ces tenues ont un point commun : Rufus les choisit car il les trouve élégante, et il a bien raison.

Il ne reste plus ici qu'à parler de la fameuse moustache dont s'est affublé Rufus durant ces dernières années. En laissant pousser ses poils faciaux dans la zone de la lèvre supérieure, Rufus fit un choix de vie radical, et il assume ce choix en portant une courte moustache d'une épaisseur moyenne, ni trop courbée, ni trop tendue. Il n'est pas rare de le voir la manipuler dans maintes situations, peu importe la taille de ses doigts au moment du tripotage.
Il n'est aussi pas inutile de mentionner la ressemblance avec cette fameuse puissance de la Marine...


Description mentale

Lorsque l'on voit Rufus, on se rend compte d'une chose simple : C'est un homme bon. Il ne l'admettrait bien sûr pas lui même, mais le fait est qu'il l'est. Il est facile de se forger cet avis lorsqu'on est face à lui. Que ce soit son regard candide, son sourire rassurant et toujours présent, ou encore sa simple façon de parler, tout laisse à penser que cet homme est foncièrement bon. Et l'on penserait cela avec raison. Cette bonté est représentée, entre autres, par son besoin compulsif d'aider toutes les personnes qu'il rencontre, peu importe ce dont la personne a besoin, peu importe même si la personne veut son aide ou non. Il n'est cependant pas du genre à s'imposer, sa nature polie et quelque peu timide le lui empêchant. Cette dite nature se montre problématique lorsque Rufus ressent l'envie de venir en aide à autrui, mais elle n'est en rien un obstacle insurmontable, se manifestant plutôt sous la forme d'un handicap. Ceci donne souvent naissance à des situations plutôt étranges dans lesquelles le Wilder ne se permet pas, par exemple, de sauver une victime d'agression jusqu'à avoir demandé, et obtenu, la permission, et de la victime, et de l'agresseur. Après tout, ce n'est pas poli d'entamer une action envers qui que ce soit sans en avoir eu l'autorisation, peu importe les circonstances.
Oui, ses bonnes manières peuvent l'empêcher d'être aussi efficace que possible, mais encore, si ce n'était que ça...

Quand bien même une autorisation d'aider est accordée, rien ne dit que la maladresse du moustachu décide de ne pas se manifester. En effet, Rufus est maudit non pas seulement par les eaux, mais aussi par une balourdise sans pareille. Qu'on ne s'y trompe pas, ses intentions ne sauraient être plus pures, mais bien que son esprit soit au courant de ça, son corps semble bien décidé à ne pas suivre. S'il existe une infime chance de glisser par terre, rater une cible, ne pas attraper quelque chose lancé dans sa direction, se prendre un mur, ou toutes autres joyeusetés du genre, et ce n'importe où dans le monde et dans n'importe quelle situation, on peut être sûr que le moustachu saisira cette chance, et il chutera, ou se prendra le mur. N'importe qui pourrait apparenter ça non pas à de la maladresse, mais à de la malchance pure et simple, mais le fait est que Rufus, bien que respectueusement, ne les prendrait pas au sérieux. Pour lui, la malchance n'existe pas, et les malédictions, à part celles octroyées par les fruits, encore moins. Personne n'est voué à vivre une vie de damné, et ce pour une raison simple : Personne ne le mérite. Le fait est que Rufus, malgré les tragédies qu'il a vécu, est habité par un espoir des plus innocent, et cet espoir le laisse tous les jours penser que tous les êtres peuplant ce monde, qu'ils soient humains, géants, nains, homme-bêtes et plus encore, ont le droit et le pouvoir de vivre comme ils l'entendent, et ce sans porter préjudice à un autre être, aux dépens de personne d'autre. Le musclé croit en cette philosophie, et il croit en l'être humain, à un tel point qu'il se laisse espérer que chaque conflit pourrait être évité avec rien d'autre qu'une véritable discussion à cœur ouvert.

Ces croyances l'amènent à penser que la violence est la pire chose qui puisse exister en ce monde, et il la rejette à un tel point que chaque coup porté, que ça soit par lui même ou par quelqu'un d'autre, le fasse entrer dans un état d'inquiétude, voire de panique extrême. Et cela ne vaut pas juste pour les violents coups, Rufus serait capable d'accourir dans votre direction, presque apeuré, car il a vu quelqu'un vous donner une tape amicale dans le dos.
En effet, le fait qu'il croit en l'être humain est accompagné par le fait qu'il ne veuille qu'aucun mal ne soit jamais fait à quiconque. Cela l'entraîne inévitablement dans un état d'esprit qui lui dicte de ne jamais ôter la vie d'une autre personne. Peu importe ce que cette personne a fait, peu importe à qui cette personne l'a fait, rien ne mérite la peine de mort. Pour le Wilder, la vie est la chose la plus précieuse du monde, et il faut la chérir à tout prix. Ainsi, rien ne pourrait l'amener à prendre une vie, peu importe les circonstances. Qu'il soit triste ou en colère, il ne tuera pas. De toute manière, Rufus n'est jamais triste ou en colère, il se le refuse.

Bien sûr, le monde dans lequel vit Rufus est bien différent du monde réel, qu'il en ait conscience ou non. Cela est bien démonstratif de la naïveté inconditionnelle du blond, qui est digne de celle des plus purs enfants. Cette naïveté couplée à son sens de la courtoisie l'éloigne encore plus du commun des mortels, l'empêchant par exemple de prononcer ce qu'il pense être une grossièreté, et le rendant mal à l'aise lorsqu'il en entend une malgré lui.
Le fait est que Rufus n'est pas un enfant, c'est un homme, et qu'il s'en rende compte ou pas, il se comporte comme tel, surtout lorsqu'une femme dotée de bénédictions de la nature, deux pour être précis, se trouve à proximité de lui. Dans une telle situation, Rufus aura beau utiliser toutes les formules de politesses qu'il connaît sur le bout des doigts, ses yeux en forme de cœur et son taux de salive grandissant ne trompe personne. C'est d'ailleurs une des rares situations dans laquelle Rufus accepte d'utiliser pour quelqu'un d'autre qu'autrui. Tout le monde ressent par moment l'envie de s'enfler d'orgueil, même si le musclé le fait plus innocemment que bien d'autres.

Rufus est aussi capable de s'enfler d'orgueil d'une façon plus noble. Bien que cela puisse paraître étonnant, le Wilder fait constamment preuve de fierté. Il se refuse par exemple le privilège de couler des larmes. En effet, il s'interdit de pleurer, non pas parce qu'il est habité d'un orgueil insolent, mais bien car il fait toujours preuve d'une noble fierté, dans le sens où il sait que si un homme avec ses convictions se mettait à faire couler des larmes sur son visage, alors toute la base de sa foi en l'être humain s'effondrerait. Ainsi, Rufus n'est pas juste un garçon désespéré rêvant d'une utopie, il est véritablement un homme empli d'espoir pour un monde en lequel il croît, ainsi qu'en ses habitants.

Rufus peut avoir ses bizarreries et ses excentricités, le faisant paraître fragile, mais sa détermination et sa bonté sont aussi inébranlables que lui. Il ne serait pas exagéré de dire que cela lui donne le pouvoir d'inspirer ceux qui croisent son chemin.

C'est bien le minimum, lorsqu'on possède le titre de Roi...


Histoire

-Attends, mais quand tu dis que tu veux reconstruire ton royaume, tu veux dire quoi ? Parce que si t'es un de ceux qui s'inventent des vies, ça sert à rien hein...

-Non non, mon rêve de reconstruire mon royaume ne provient pas d'une histoire inventée, bien au contraire. Je pourrais, si vous me l'autorisez, vous conter mon récit, cela pourrait sûrement aider à chasser vos doutes. Avez-vous déjà entendu parler du royaume de Ne...Oh, mince...


Le géant moustachu venait de faire chuter de ses énormes mains la commode du vieil homme qu'il s'était engagé à aider. Lorsqu'il se rendit compte de son acte, il devint blême et voulut immédiatement présenter ses excuses à la personne qu'il avait trahi. Pour se faire, il colla ses bras le long de son corps, et s'inclina en implorant le pardon de son interlocuteur.

-Ah, putain, tu m'as filé un coup de boule, tu peux pas faire attention un peu ?! Quand on a un corps comme le tien on pourrait faire un minimum gaffe à nos faits et gestes, nan ?

-Je...Je suis totalement confus, ce n'était pas mon intention de...

-Allez c'est pas grave, va, au pire des cas j'aurais un bleu. T'en fais pas pour la commode, je ramasserais les débris plus tard. Entre, j'vais nous préparer un truc...et mettre de la glace sur mon front.

-Je suis désolé, mais je me refuse à entrer dans votre demeure tant que mon erreur ne sera pas réparée !
Lança le bon samaritain en s'emparant d'un balai posé là.

-Écoute, t'as l'air d'un bon garçon, mais franchement j'pense que ça vaut mieux si tu laisses ça tranquille, j'te dis que j'm'en occuperais moi même. De toute manière avec des muscles pareils tu pourras pas faire c'que t'as envie de...c'que t'as envie de...de faire...

Alors que le vieil homme terminait sa phrase, il vit le moustachu en face de lui rapetisser, passant de quatre mètres de haut à bien moins de deux mètres. Il perdait aussi en masse, non, il perdait énormément en masse, passant de...Il valait mieux ne pas parler poids quand il s'agissait du bon samaritain. Fasciné par ce qu'il venait de voir, le vieillard s'assit sur l'escalier qui enchaussait sa porte d'entrée et s'interrogea à voix haute.

-Qu'est-ce que tu peux bien être, toi ?


Le moustachu, qui n'était maintenant qu'un homme de frêle corpulence, affublé d'un accoutrement qui ne lui allait même plus, arrêta son mouvement de balai lorsqu'il entendit la question. Il leva la tête et posa son regard bleu dans celui du vieil homme. Il lui répondit ensuite d'un ton enjoué, en affichant un sourire sincère.

-Moi ? Je ne suis qu'un Roi perdu...



Nemea. C'était le nom du royaume gouverné par les monarques du nom d'Ulysse et Rhea. Ce royaume était situé sur une île estivale de la première moitié de GrandLine, et, comme bien d'autres royaumes, était d'une prospérité attirante. Nemea était affilié au Gouvernement Mondial, ce qui l'empêchait, dans une certaine mesure, d'être la cible de banals criminels des mers. Malgré cette affiliation, qui pourrait faire penser que Nemea était une terre d'inégalité, les souverains n'avaient qu'un rêve, celui de rendre chacun de leurs sujets aussi heureux que eux l'étaient. En effet, ils espéraient que chacun des habitants de leur royaume nage dans le bonheur, car eux y nageait, et y plongèrent même le jour de la naissance du Prince héritier. Ce jour là, le peuple du pays fêta comme le royaume n'avait pas fêté depuis longtemps. Ainsi vint au monde le fils d'Ulysse et Rhea Wilder, Rufus. Ayant grandi dans un monde où la bonté d'âme faisait loi, Rufus eut une enfance quasi parfaite. Il fallait dire qu'être le Prince devait bien aider. Fort heureusement, Rufus étaient de ceux qui gardaient les pieds sur terre, et ayant très vite assimilé ce qu'on appelait les « bonnes manières », il ne comprenait pas pourquoi il devait se faire servir par d'autres personnes, de plus des personnes plus âgées que lui. C'était lorsqu'il exprima cette incompréhension à ses parents qu'ils lui expliquèrent leurs différences avec les citoyens du royaume. Ce fut le jour où ses parents lui expliquèrent le principe de royauté, ce fut donc le jour où Rufus se fit une idée de ce qu'était réellement un Roi.

-Si je comprends bien, mon rôle est de faire tout ce que je peux pour en venir en aide à nos sujets ? Je dois les protéger, les assister, les conseiller...C'est bien ça ?

Le sourire du Prince en disait long sur son opinion de la royauté, il était déjà heureux d'aider tous ceux qui croisaient son chemin, alors si en plus on lui disait que c'était son devoir...
Ses parents acquiescèrent, fiers d'avoir un enfant de la trempe de Rufus. Malheureusement, ils virent le sourire plein de vie de leur fils s'effacer, alors qu'il baissait la tête de honte.

-Mais...Même si c'est ce que je veux faire, je ne pourrais jamais. Avec un corps pareil, je ne pourrais en venir en aide à personne, je ne pourrais pas être un Roi.

Alors que les larmes avaient commencé à descendre les joues du Prince, son père se leva et lui fit signe de le suivre. Il l'amena dans une chambre du château où les employés de maison n'allaient presque jamais, une petite pièce qui était tout de même impeccablement propre. Là, sur le mur face à la seule porte de la chambre, était fièrement présentée une hache. Une hache faite d'or, à la tête anormalement massive, et au manche anormalement court.

-Rufus, ce que tu vois là est le trésor royale de Nemea : la Hache Royale, Heracles. Chaque souverain apprend à manier cette arme. Je l'ai manié, mon père l'a manié, et son père avant lui. Bientôt, ce sera ton tour.

Le fils du Roi cessa ses pleurs le temps d'observer l'objet dont son père parlait. Pendant un instant, c'était comme si ses yeux étaient remplacés par des étoiles.

-Wouah, comment elle est troooop belle ! Euh...Je veux dire, elle est magnifique...Mais Père, regardez moi, je ne pourrais jamais manier une arme aussi épaisse, j'arrive à peine à soulever ma brosse à dents !

-Rufus, tant que tu vivras, je veux que tu te souviennes de ce que je m'apprête à te dire. La grandeur d'un Roi n'est pas mesurée à la taille de ses muscles, mais à la noblesse de son cœur, et toi, mon fils, tu as le cœur le plus noble du monde. C'est tout ce dont tu as besoin pour manier Heracles.


Le Roi posa ses mains sur les épaules de son fils et les attrapa fermement, tout en plantant son regard dans celui de Rufus. Cela dura quelques secondes, le temps que le Roi se rende compte de quelque chose.

-Même si il est vrai qu'un peu plus de masse ne te ferait pas le moindre mal, mon fils.

-Ah, vous voyez !


Le père et le fils éclatèrent de rire en même temps, avant de s'approcher de la porte de la pièce. Le Roi rassura ensuite Rufus en lui disant qu'il allait faire en sorte de lui trouver un instructeur à la hauteur. Avant de fermer la porte, Ulysse lança un coup d’œil en direction de la hache, ou plutôt en direction du coffre fort camouflé par la lame. Rufus ne remarqua pas cela, et ne savait même pas qu'un coffre fort était présent dans la pièce, ce qui signifiait qu'il ne connaissait pas l'existence du second trésor royal de Nemea.



Hermes. C'était le nom de l'instructeur royal. Hermes était un ancien marine qui prit sa retraite pour devenir l'entraîneur de la famille royale de Nemea. Hermes était, contrairement à ses patrons, un homme sévère, bourru, et vulgaire. Le Roi acceptait cependant un tel comportement de sa part, car dans tout le royaume de Nemea, on ne pouvait trouver un homme plus loyal à ses convictions que Hermes. Il croyait en la paix et à la bonté de l'être humain, mais ne l'exprimait pas exactement comme ses employeurs. En effet, pendant ses longues années de service, il avait compris que contrairement à ce que le Roi de Nemea pensait, pas tout le monde ne méritait d'être aidé, et il était souvent obligatoire de combattre afin de protéger ceux qui le méritaient.

-Putain de bordel de merde, qu'est-ce que je vais faire de toi ? Je t'ai dit d'en faire 500, t'as pas réussi. Je t'ai dit d'en faire 250, t'as pas réussi. Je t'ai dit d'en faire 100, t'as pas réussi. Je t'ai dit d'en faire 50, t'as pas réussi. J'en suis à un point où j'espère que t'en fasses 10, mais tu bloques à 9 ! A 9 ! Qui bloque à 9 ? J'ai jamais vu personne bloquer à 9 !

-Huuh...huuh...je...huuh...je vous demande pardon, je...il semble que j'ai atteint ma limite...


Hermes vit rouge, il ramassa le corps du Prince et l'éleva afin de le regarder dans les yeux. Il prit une grande inspiration, et hurla ce qu'il avait à hurler.

-MAIS MOI J'EN AI RIEN A FOUTRE DE TA LIMITE ! MOI MON JOB C'EST DE FAIRE DE TOI UN ROI QUI A LA GUEULE DE L'EMPLOI ! ON N'EST PAS ROI QUAND ON A UN LOOK D'ANOREXIQUE ! TU VEUX ÊTRE UN ROI QUI A LA GUEULE DE L'EMPLOI OU PAS ? HEIN ?

-Oui...Je le veux...

-J'ENTENDS PAS !

-Je veux être un Roi qui a la...qui a la tête de l'emploi !

-Voilà ! Alors maintenant j'vais te balancer par terre, et tu vas m'en faire 500 !

-Mais...Vous avez dit...


-J'AI DIT 500 !


Ainsi, les années passèrent, et la motivation de Rufus grandit, ainsi que sa détermination. Hermes observa son élève grandir et finit par être impressionné par son pouvoir de volonté. Le dicton disait « Quand on veut, on peut », et en voyant Rufus, il finit par y croire. Ainsi vint le jour où Hermes en parla directement au père de Rufus, lui donnant son avis sur son fils.

-Il est nul ! Ah j'suis désolé de vous l'annoncer comme ça, mon Roi, mais le Rufus là, ça fait des années que j'le coach, et physiquement il a pris zéro. Pourtant le mental il y est hein, même moi je comprends pas. Physique de crevette, toujours. Même une crevette c'est plus robuste j'crois. Vous êtes sûrs qu'il mange à sa faim ?

Le fait était que Rufus avait un appétit d'ogre, malgré son physique risible.

-Alors là je comprends vraiment pas...

Le Roi savait de quoi son fils était capable, il savait qu'une fois sa vie terminée, Rufus allait être un meilleur souverain que lui même n'avait jamais été. Malheureusement, et même si le Roi ne voulait toujours pas se l'admettre,  pas tout le monde ne voyait le monde comme eux, et Rufus allait besoin d'être fort, en plus d'être bon.
Ainsi, l'inquiétude qu'il avait pour son fils avait créé une once de pessimisme en lui, ce qui avait pour conséquences de créer dans son esprit des pensées telles que « Si une guerre éclate, Rufus n'y survivra pas. » ou encore « Si Rufus tombe des escaliers, il risque d'y perdre la vie. ». Ces pensées ne lui auraient jamais traversé l'esprit plusieurs années plus tôt, mais maintenant, il était tombé malade, et il savait que son fils allait bientôt prendre place sur le trône qui lui revenait de droit. Ulysse voulait donner à son fils la force de continuer à voir le monde comme il le voulait. Il voulait donner à son fils le pouvoir qu'il désirait : celui d'aider autrui.

Le soir même, Ulysse coucha sur son testament son vœu de voir Rufus devenir un Roi parfait. Il s'adressa directement à son fils, et lui ordonna, le jour de son couronnement, de s'emparer des trésors royaux de Nemea. Des deux trésors royaux.

Quelques années plus tard, Ulysse s'éteignit. Bien qu'attristés, le peuple avait la volonté d'accueillir Rufus en tant que leader. Ils fêtèrent à nouveau pour Rufus, et la cérémonie de couronnement du nouveau Roi de Nemea fut un succès. Rufus n'était plus un Prince.
On fit parvenir au nouveau Roi le testament de son prédécesseur, et Rufus découvrit que quelque chose se cachait derrière la hache royale, Heracles.

Dans sa jeunesse de Prince, Ulysse entreprit un voyage. Durant ce voyage d'exploration, il découvrit de nombreux recoins du monde, et apprit de nombreuses choses. Il rapporta ainsi tous ses enseignements à Nemea. Ce ne fut pas la seule chose qu'il ramena. Durant son voyage, Ulysse finit par avoir en sa possession une relique mystérieuse : un fruit du démon. Sachant pertinemment que ce fruit devait sans doute receler un grand pouvoir, il le promut au rang de trésor royal secret, et le cacha dans la même pièce que la hache d'or. Il voulait que son fils soit le possesseur de ce grand pouvoir.

Rufus, en lisant ça, se précipita dans la fameuse salle secrète. Il n'avait pas en tête de manger le fruit, il voulait pour l'instant seulement le voir de ses propres yeux. Il voulait ressentir la même chose que lorsqu'il posa les yeux sur Heracles pour la première fois. Heracles, d'ailleurs, était comme toujours fièrement posée sur son présentoir, aussi lourde que jamais. Le frêle Roi ne put même pas soulever son trésor. Alors même qu'il s'acharnait à soulever l'arme, il entendit un fracas assourdissant, au dehors des murs du château. Quelque secondes plus tard, un bruit similaire se fit entendre. Puis un troisième, un quatrième, etc...
Hermes apparut sur le pas de la porte, essoufflé.

-Hermes ! Que se passe-t-il dehors ?

-Mon Roi...On est attaqués, putain !

-Non...Impossible, qui nous attaquerait ? Qui est-ce ?!

-D'après le Jolly Roger, il s'agit de pirates, mais on n'en sait pas plus.

-...

-Mon Roi ?

-Il faut qu'on sorte d'ici, il faut aller aider mes sujets ! J'irai parler au capitaine des pirates, nous pourrons sûrement trouver un terrain d'entente, je pourrais le convaincre d'arrêter ce qu'il est en train de faire ! Hermes, pousse toi, j'y vais !

Hermes restait solide, bloquant la porte, lançant un regard bien plus affectueux que d'habitude au Roi. Il sourit même. Rufus ne l'avait jamais vu sourire, à part pour se moquer de lui.

-Hermes, qu'est-ce que tu...Urgh...


L'instructeur du Roi l'avait assommé, en un seul coup. Rufus perdit instantanément connaissance et s'écrasa au sol. Hermes savait bien que c'était la seule manière de lui sauver la vie.

-C'est dommage, je te verrais pas agir en tant que Roi. Le meilleur Roi que le pays aurait jamais connu. Dommage, ouais...



-Roi Wilder...Roi Wilder. Roi Wilder, est-ce que vous êtes conscients ?

Lorsque Rufus rouvrit les yeux, il se trouvait toujours dans la chambre des trésors, mais il n'était ni seul, ni accompagné d'Hermes.

-Que...Que s'est-il passé ? Qui êtes-vous ?

-Nous sommes des soldats de la Marine, Roi Wilder, nous avons été envoyé pour protéger votre royaume, il a été attaqué par un pirate du nom d'Attila Orygmos, le commandant de la seconde flotte de l'empereur pirate, Arès. Enfin, ancien commandant...

-Je...Je ne comprends pas, pourquoi est-il venu nous attaquer ? Il doit bien y avoir une raison...Enfin, nous nous inquiéterons de cela plus tard, pour l'heure il faut que je m'adresse à mes sujets. Merci, messieurs les soldats, d'être venu nous sauver, j'espère que cela ne vous a pas trop dérangé.

-Non, non, ce n'est pas nous qui avons chassé Orygmos et sa flotte, c'est...euh, quoi ? Vos sujets ?

-Et bien, oui, mes sujets, les citoyens du royaume de Nemea doivent être rassurés. Il faut aussi que je parle avec Mère, et Hermes. Je me demande bien où ils sont.

-Roi Wilder...Nemea n'est plus, Attila a complètement ravagé votre royaume, nous n'avons trouvé aucun survivant à part vous.


Le monde de Rufus s'écroula.

-Quoi ? Non, ce n'est pas possible, vous devez vous tromper. Nemea ne peut tomber, nous sommes un royaume qui prône l'espoir et la bonté d'âme, et avec raison. Je comprends qu'on puisse ressentir le besoin de plaisanter lorsqu'on fait un travail aussi stressant que le votre, mais permettez moi de vous dire que cette moquerie est de très mauvais goût.

La voix de Rufus tremblait, les larmes coulaient, son estomac se nouait. Il savait très bien que le soldat disait vrai. Il savait très bien que toute son histoire venait d'être perdue. Il savait très bien que toutes les vies qui habitaient Nemea n'étaient plus. Il savait très bien qu'il n'avait été capable d'aider quiconque. Il baissa la tête et laissa ses yeux pleurer pour la dernière fois de sa vie.

-Je suis navré, Roi Wil...

-Vous voyez cette hache ?

-O...Oui ?

-Vous pourriez vous en saisir, s'il vous plaît ?


Le soldat s’exécuta sur le champ et ôta l'arme royale de son présentoir. Rufus le remercia et ouvrit le coffre fort implanté dans le mur, coffre fort qui était à découvert, maintenant que la lame de la hache ne le cachait plus. Le Roi se saisit du fruit à motif de spirales et croqua dedans sans y réfléchir à deux fois. A présent, tout ce qui restait de Nemea était son Roi et ses trésors royaux. Rufus ne voulait pas perdre plus qu'il ne l'avait déjà fait.
Il mâcha, les larmes aux yeux et la morve au nez.

-C'est...Roi Wilder, c'est un fruit du démon ?

Rufus ne savait pas que la première bouchée suffisait pour devenir un maudit des eaux, alors il termina entièrement le fruit. Comme on ne parlait pas la bouche pleine, il fit un peu attendre le soldat, mais ce dernier n'en avait cure, compte tenu de ce qui était en train de se passer devant lui.

-Ça a un goût ignoble, quoi que ce soit...

Il y avait de grandes chances pour que les soldats présents dans la salle n'aient même pas entendu les mots prononcés par le Roi, ils étaient simplement subjugués par son action, et surtout par la conséquence de celle-ci. Le faible Roi qui se trouvait face à eux avait disparu pour faire face à un colosse fait de muscles. Ses vêtements ne lui allaient même plus, son haut ayant totalement craqué sous la pression et son bas étant devenu sincèrement moulant.
Le maintenant massif Roi essuya ses larmes et se tourna en direction du soldat qui l'avait réveillé, tendant sa main. Il allait poliment lui demander s'il pouvait récupérer la hache, mais il n'eut même pas à ouvrir la bouche, le Marine lui posant directement dans la main.

-Merci...

Il leva Heracles jusqu'à sa tête et l'observa longuement. Les étoiles étaient toujours présentes dans ses yeux, mais en cet instant elles étaient beaucoup trop enfouies sous la tristesse pour être visibles. Cette arme n'était pas un instrument de bataille à ses yeux, c'était une relique représentative de son royaume.

-Veuillez m'amener jusqu'à ma mère, je vous prie...


Même le ton de sa voix semblait changé, on aurait dit qu'elle était plus noble, elle était décidément plus grave. Il suivit les soldats dans un silence tragique. Le chemin était pavé de cadavres. Les bâtiments qui donnaient sa beauté à Nemea avaient été brûlés, et les feux avaient été éteints. Le sang des citoyens avait été versé et avait séché. Tout ça alors que Rufus ne prit même pas la peine de se réveiller. Lorsqu'il arriva à l'emplacement du corps de l'ancienne Reine Rhea, il planta sa hache au sol et reprit son apparence normale avant de se laisser tomber au sol, se réceptionnant sur les genoux. Il resta dans cette position quelques secondes avant de poser ses deux poings au sol, baissant la tête. Il était évident qu'il empêchait de nouvelles larmes de s'échapper.

-Vous n'auriez rien pu faire, Roi Wilder...

-J'aurais pu au moins essayer...J'aurais du les aider.

-Sachez que vous n'avez rien à vous reprocher, tout ce que vous auriez réussir à accomplir aurait été de vous faire tuer. Votre vie a été sauvé, si vous ne vous étiez pas trouvé dans cette chambre, les pirates vous auraient trouvé. Heureusement, ils ont été chassé avant de...


Le soldat essayait de remonter le moral du Roi, mais en cet instant ses paroles tombaient dans l'oreille d'un sourd. Rufus s'en voulait terriblement, il regrettait de ne pas avoir été capable de protéger son peuple.
Sans parler, il se releva et s'approcha de sa mère, collant son corps sans vie contre le sien.

-Je suis désolé...



Plusieurs heures plus tard, il avait fini d'enterrer tout le monde, avec l'aide des soldats de la Marine. Il trouva au milieu des décombres le cadavre d'Hermes, et offrit à son instructeur la tombe la plus digne possible.

Une fois tout ceci fait, Rufus quitta son île dévastée. Il resta quelques mois en compagnie des Marines, retrouvant peu à peu son comportement habituel, n'oubliant jamais ce qui s'était passé, mais n'oubliant pas également toutes les valeurs qui lui avaient été enseignées.
Pendant sa navigation, il essayait de se rendre utile, tout en apprenant à maîtriser ses trésors royaux, Heracles et le pouvoir du Kin Kin no Mi. Malheureusement, cela créait souvent des situations évoquant un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il s'excusait sincèrement après coup, ce qui empêchait les Marines de lui en vouloir.

Ce qui le fit quitter sa situation fut une nouvelle qui avait traversé le monde : un nouveau pirate avait été ajouté au rang d'alliés du Gouvernement Mondial, les 7 Capitaines Corsaires. Le nom de ce nouveau pirate ? Attila Orygmos.
Rufus n'allait jamais rejoindre la Marine, cela aurait fait de lui un soldat obligé de combattre, mais il aimait naviguer avec les soldats. L'annonce de cette nouvelle lui fit comprendre que cette très courte période de sa vie devait se terminer. Il était certes un homme bon, mais il ne pouvait ni de près ni de loin s'affilier à l'homme qui avait massacré tout ce qu'il aimait. Comme l'idée de se venger ne lui frôla même pas l'esprit, il décida de se séparer de la Marine.

-Notre prochaine mission nous amène à naviguer sur les Blues, nous vous déposerons là-bas.

-Je vous en remercie.

-Roi Wilder, je sais bien que c'est loin d'être mes affaires, mais que comptez-vous faire à partir de maintenant ?

-C'est une bonne question. Quand on y pense, je n'ai été Roi d'un peuple qu'une soirée, alors même que j'avais hâte de guider et assister mes sujets. De plus, c'est toujours ce que j'ai envie de faire.


-Vous voulez dire...

- Mon père m'a une fois dit que la grandeur d'un Roi se mesurait à la noblesse de son cœur, et je pense sincèrement que le cœur d'un Roi de Nemea réside dans ses croyances. Je ne laisserais pas l'idéologie de mon royaume disparaître. Une île peut être trouvée, un château peut être bâti, et je sais que je peux convaincre un grand nombre de personnes de me laisser leur venir en aide. Je prévois donc de reconstruire le royaume de Nemea. C'est un bon plan, vous ne pensez pas ?

-Si...Si, bien sûr. Je vous souhaite bonne chance, Roi Wilder.

-Merci, vos mots me touchent. Vous pouvez m'appeler Rufus, vous sav...

-Attention !

-Oh non...Je suis désolé.

-Non, ne vous inclinez pa...Aïe !


...

-Donc c'est pas qu'à moi que tu files des coups de boules en t'excusant...C'bon à savoir ça !


Rufus était à présent dans le salon du vieil homme, une tasse de thé dans la main droite, un petit gâteau dans la gauche.

-Je regrette, ce n'est pas volontaire...Il faut dire que j'ai encore du chemin à faire avant de totalement contrôler ce corps qui devient le mien lorsque j'utilise mon pouvoir.

-Tranquille, on t'en veut pas.
déclara le vieil homme en amenant de la glace à son front. Il marqua un temps de pause avant de, plus sérieusement, continuer son discours. Tu t'inventes pas une vie, t'es vraiment sérieux avec ton histoire de reconstruction de royaume...

-Aussi sérieux que possible.

-En tout cas sache que moi ça me botterait bien d'habiter dans un pays tel que le tien. Dès que t'as fini de faire ce que t'as à faire, oublie pas de m'appeler, j't'attendrais juste là.
...
Ah, et aussi, merci de m'avoir aidé c'était sympa.

-Merci à vous, monsieur, de prononcer ces mots. Sachez qu'ils m'emplissent de bonheur.



Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? Dans certains endroits sombres, on m'appelle Wally
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! AAAAAAAAAAAAAH




Dernière édition par Rufus Wilder le Dim 18 Fév - 21:49, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 952
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 41358
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé)
☠ Dorikis : 8423
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: The King is here - Rufus    Ven 19 Jan - 12:02

Salut ! Toujours là ?



#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens

avatar


☠ Messages : 39
☠ Âge du Personnage : La vingtaine
☠ Berrys (x1000) : 6834
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Kin Kin no Mi - Fruit des muscles
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: Re: The King is here - Rufus    Dim 21 Jan - 0:25

Josh /o/
Oui toujours en train de taffer sur la prez, c'est juste que ça prend un peu de temps ^^"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 39
☠ Âge du Personnage : La vingtaine
☠ Berrys (x1000) : 6834
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Kin Kin no Mi - Fruit des muscles
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: Re: The King is here - Rufus    Ven 16 Fév - 5:19

Bonjour, bonsoir. Désolé du double post ><

Présentation enfin terminée Laughing
J'espère qu'elle plaira /o/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 952
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 41358
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé)
☠ Dorikis : 8423
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: The King is here - Rufus    Lun 26 Fév - 18:04




Validation


Yo Rufus ! Ca y est, c'est la fin de la période où tu t'agenouillais devant moi sur Discord ? Héhé ! Allons voir si ça valait le coup toutes ces courbettes !

Qualité : 500/500


Quelques petites fautes, notamment des confusions entre le conditionnel et le futur, mais rien de bien méchant ! En-dehors de ça, ta plume est simple et efficace ! C'est exactement ce qu'on veut o/

Cohérence : 400/500


Niveau cohérence, on sent la patte One Piece et ton intégration de ce bon vieil Attila est vraiment bienvenue ! En revanche, tu perds pas mal de points pour la grande facilité avec laquelle tu es l'unique survivant de l'assaut d'Attila. Genre, les pirates pillent et tuent tout, mais ne pensent pas à chercher dans la fameuse salle au trésor ? Et puis même... Je trouve que t'as peut-être un peu trop forcé sur la cruauté d'Attila haha ! Aller jusqu'à détruire tout un royaume, c'est beaucoup quand même. Je regrette peut-être aussi que ton perso se soit "si facilement" acclimaté à la vie sans son royaume. Pour quelqu'un d'aussi bon que lui, sa culpabilité est relativement faible, je trouve, alors qu'on l'a caché parce qu'il était faible, alors même que c'est le roi, donc le défenseur du royaume. Je sais pas, j'ai trouvé ça un peu simple et pas forcément cohérent vis-à-vis du perso que tu sembles nous présenter.

Longueur : 200/250


Niveau longueur, on a pas mal d'éléments, dont des dialogues, de l'historique depuis l'enfance et l'explication des objectifs. En revanche, je trouve dommage que tu n'aies pas essayé de nous présenter une scène de combat. Voire, même, de jouer sur le côté maladroit de Rufus pour gagner un combat sans nécessairement le vouloir, ou alors mettre en jeu cette fameuse politesse extrême pour sauver quelqu'un en demandant l'autorisation à l'agresseur. Tu nous vends des trucs mais nous le mets pas en pratique ! Raaaah !

Originalité : 500/500


Tu t'en doutes, c'est là le principal point fort de ton perso. Une histoire originale et un perso fun et particulièrement One Piecien. Le délire du perso chétif qui contrôle pas son nouveau corps peut donner lieu à de supers situations, c'est vraiment très bien trouvé !

Subjectivité : 250/250


Une prez super intéressante, avec un perso haut en couleur ! J'ai hâte de voir comment ton bon samaritain va se comporter dans un monde aussi difficile que JR et, surtout, sa réaction si, un jour, par hasard, Klabautermann lui faisait rencontrer Attila :O

Le fruit t'est validé !

Note finale : 1850 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The King is here - Rufus    

Revenir en haut Aller en bas
 
The King is here - Rufus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LION HEART, petit fils de Lion King (a été castré en 2009)
» [VENDU] Jeu de direction Chris King
» vds cales moteurs king headz neuves pour MBX5, OCM...
» support moteur king headz pour 808
» mon wheely king crawler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: