Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 POING FINAL ! (Préz de Gray Ashura Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 71
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 6511597
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 3089

MessageSujet: POING FINAL ! (Préz de Gray Ashura Terminé)   Mer 3 Jan - 8:58




I. VOTRE PERSONNAGE.


• Nom : Ashura
• Prénom : Gray
• Surnom :DA WAAAAAAAGH !
• Age : 23 ans
• Race : Humain, il a des papiers pour le prouver.
• Lieu de Naissance : Une île minière de South Blue où l'école est obligatoire jusqu'à 16 ans. L'intérêt est ainsi d'avoir des mineurs comprenant les bases des mathématiques et posant donc des poutres de manières plus efficaces afin de ne pas les recevoir sur le coin de la tronche... Ce qui permet donc d'économiser de l'argent et des mineurs.
• Profession : Chasseur de primes
• Faction : Voir ci dessus
• Fruit du Démon : NOPE
• Arme(s) : HIS BODY
• But : Massacrer du pirate.
• Avatar : Kodama de Black Joke


II. LES DESCRIPTIONS.


PSYCHOLOGIE

Malgré son apparence physique qui le fait plus paraître comme un criminel à première vue que comme un représentant de la loi, Gray est un fervent adorateur de la Justice. Quand il en parle, c’est avec un J majuscule et pas autrement. Le petit homme respecte la loi et attend qu'on en fasse de même. Il n’est toutefois pas très intelligent sauf pour deux choses, qu’il condense en une seule et même chose. Le combat et la survie. Gray dispose d’un bon pouvoir d’analyse dans la rue et sait courir quand il le faut… Même si c’est souvent dans le tas.
Plus sérieusement, même s’il a le physique et la pensée d’un bourrin, Gray a subi suffisamment de défaite dans sa vie pour ne pas insister dans un combat sans enjeux et perdu d’avance. En revanche, il n’hésitera pas une seconde à se dresser en travers de la route d’un malfaiteur plus fort que lui et de ses victimes, ne serait-ce que pour gagner du temps.
Sa tactique la plupart du temps est la suivante : On casse les pirates d'abord et on pose les questions ensuite. En tapant aussi. Oh, et ici le terme de "Pirate" est générique. Il suffit que vous soyez du mauvais côté de la loi. Si vous êtes un capitaine corsaire... Il se frottera très fort le crâne en essayant de réfléchir. La réponse que sortira Gray à la fin de son intense et longue réflexion qui aura impliqué 6 lois de l'espace-temps... "Fait pas de connerie."
Un vrai génie, je vous l'avais dit.
Le petit Berserker est également d’une humeur joyeuse la plupart du temps… Sauf quand il boit, auquel cas, il devient plus sombre et triste… Il y a alors de fortes chances que le bonhomme se mette à pleurer sur le comptoir le fait qu’il n’ait encore eu jamais de petites amies… La plupart des gens peuvent le prendre pour un être violent, aimant frapper les gens pour le plaisir. Cette assertion n’est que partiellement vraie.

Effectivement, il aime frapper les gens, mais il ne le fait pas par plaisir. Il a conscience que cela est mal, et ne commencera à jouer des poings qu’en dernier recours et de manière à ne pas trop blesser son opposant… A supposer qu’il soit un civil. Un pirate n'aura le droit à aucun traitement de faveur... Il va tenter de le broyer de toutes les manières possibles, ce qui lui a valu son surnom de Berserker. Que voulez vous... On a le droit d'avoir ses hobbys. Pour Gray, c'était la cuisine, la couture (La plupart de ses vêtements sont faits mains) et le massacre de pirate. Il y a toutefois un cœur en dessous de cet amas de muscles. De plus, il aime le fait d'être auto-suffisant. Attention, ici je ne parlais pas financièrement. Je parle "Alimentation et fringue." En effet, Gray aime aller chasser. De préférence les ours, à mains nues, dans les montagnes, en beuglant. Pour plusieurs raisons : Un ours ne casse pas en une mandale. Un Ours c'est mignon. Un ours, ça fournit un paquet de viande et autant de fourrure de super qualité.
Il n’aime pas également la calomnie, et le mensonge et est étrangement bon poète. La calomnie et le mensonge... Bah parce que c'est un adorateur de la Justice. Et Mentir et Calomnier c'est mal.
D'un autre côté, il ne peut pas s'énerver si vous lui dîtes "Sale fils de pute." C'est une appellation assez adéquate vu comment sa mère s'est barrée avec le peu de pognon familial, dans les bras d'un marin de passage. Quant à Sale... Bah, ce n’est pas toujours faux. Passer une année dans les montagnes. Vous verrez que les chutes de cascades, c'est classe... Mais bordel, c'est froid ! Pas pratique pour se laver.
En bref, un grand costaud, au cœur joyeux, patient, mais qu’il ne faut pas trop titiller sur certaines choses. Et doté d’une sale gueule.
Il possède également un "talent" complètement absurde pour la cuisine, qui vient de son expérience personnelle dans les combats souterrains, aussi étonnant que cela puisse paraître. En effet, quand vous vous faites empoisonnés et que cela se termine par une diarrhée sur le Ring... Bin... C'est la loose...
Il s'est donc entraîné durement, avec ses papilles comme seuls jurés... Et force est de constater, qu'à force de cuisiner depuis l'âge de 8 ans, il sait faire d'excellents petits plats équilibrés. Et nutritifs (en même temps, regarde sa carrure. Bien sûr qu'il a besoin d'une alimentation équilibrée !)
Vous avez pu voir le mot "Talent". La raison est simple. Gray n'est pas talentueux. Il n'est pas un génie du combat. Il a même du mal avec des tables de multiplications. A la limite, sous stress, il arrive à d'excellentes improvisations, mais c'est plus de l'instinct de survie que de l'intellect.
Non, Gray n'est pas doué. Toutefois, sa stupidité est certainement une des raisons qui l'ont rendu si fort :
Quand il se concentre sur une chose, c'est à fond. Sans s'arrêter. Si jamais tu tombes, tu te relèves. Tu accomplis les choses, car tu ne savais pas qu'elles étaient impossibles...
Le tout en étant assez objectif sur lui-même. Gray se définit lui-même comme un gros bourrin pas franchement subtil. Toutefois, est-ce un problème ? Non. Il fait avec et expérience après expérience... Entraînement acharné après entraînement acharné, il est devenu l'homme qu'il est maintenant.
Cela explique également la raison pour laquelle Gray a un mal fou à dépendre d'autrui. Toute sa vie, il a vécu seul, essayant tant bien que mal de subvenir à ses besoins. Se mettre à demander de l'aide... Il faut sérieusement que la situation soit critique pour qu'il le fasse, ou qu’il ait une parfaite confiance en vous. C'est sans doute son vrai défaut majeur... Qu'il compense avec une joie de vivre éclatante. Hey, quand vous avez traversé autant de merde que lui, ou vous êtes dépressifs... Ou vous vous marrez comme une baleine pour tout. Lui c'est la seconde option... Et généralement, cela explique qu'un petit mec vous marave en se marrant.
Oh, et il a deux "kryptonites" : Les escaliers et les portes. La raison est toute conne : C'est difficile quand t'es aussi large que haut de passer par une porte ou un escalier...
Il aime également beugler en combat et vu ses cordes vocales, c'est quasiment une arme. Et quand il a l'alcool triste, je ne vous raconte pas quand il pleure. D'après les mineurs, ca ressemble à un bruit de baleineau échoué sur la plage. C'est sacrément déprimant.
Enfin, Gray a une philosophie particulière du combat qu’il s’est lui-même créé, auto-didacte : Le Katsujinken : Le poing qui garde la vie. Gray n’a aucune intention de tuer son adversaire en combat. Jamais. Pour lui, c’est une preuve de faiblesse. Si tu tues ton adversaire, c’est que tu n’étais pas assez fort pour le vaincre correctement. Alors Gray s’entraîne afin que son poing soit celui qui protège la vie, autant la sienne, que celle des gens qu’il protège ou combat.
.
PHYSIQUE

Gray est un jeune homme blanc, bien bâti. Il est plutôt fier de cette musculature qu’il a cultivée depuis son plus jeune âge afin d’être un marine... Pour faire respecter la Justice. Toutefois, il a un peu trop poussé sur l'entraînement, ce qui l'a rendu petit. Ses cheveux sont rasés afin qu’il ne lui rappelle pas son père…
En effet, dans sa famille, les cheveux blancs apparaissent dès l’âge de 15 ans, ce qui ne participe pas à le rendre beau. Tu me diras que le crâne rasé, ce n’est pas franchement mieux... Mais on s'en tape.
Il possède sinon de grands yeux bruns rieurs, en parfait accord avec son sourire innocent... Jusqu'à ce qu'il passe en mode "Berserker" aussi nommé "Je vais te pourrir." Là, le sourire est plus du tout innocent.
Il porte également de nombreuses cicatrices sur ses bras et ses jambes dus à son entraînement personnel contre des arbres et des pierres. Ses doigts sont également plus gros que la moyenne à cause de celui-ci. Ses bras en sont également devenus gros comme les troncs sur lesquels il s’entraînait et il est bien plus agile que son apparence puisse le laisser penser.
Il a également une cicatrice sur son dos dont il n’aime pas parler... Y a une histoire derrière, qui est dans la partie histoire... Cicatrice caché dans l'armure de muscle de Gray. Le médecin du village lui a demandé d'ailleurs plusieurs fois de servir de mannequins d'anatomie et de découvrir à l'occasion de cours donnés... Des muscles qui n'étaient pas répertoriés. De là à dire que Gray était suffisamment con pour entraîner des muscles qui n'existaient pas et donc ont par la suite existé... Ce n’est pas impossible. Non sérieusement, on parle d’un homme qui s’entraîne en dormant.
Il fait également un mètre 60 exactement, étant pointilleux sur ce détail. Il ne pèse néanmoins pas loin de 145 kilos… De muscles. Quand on parlait de muscles supplémentaires, je ne rigolais pas.Sincèrement, on comprend mieux pourquoi une de ses mandales suffit à faire voler le péquin moyen. D'ailleurs, vous avez vu ses bras ? Le mec a des bras qui descendent à ses genoux ! C'est quasiment un Long bras, même si son origine des Blues semble indiquer qu’il serait un sang pur. Gray vous confirmera qu'il est un humain normal. Quoique c'est peut-être parce qu'il a trop entendu d'histoire où le héros s'entraîne avec des poids aux bras ? Est-ce que cela les auraient étirés ? ... Ca semble une bonne explication. Toutefois, donc, méfiez vous de ses bras, qui généralement arrivent dans votre pif avant que vous ayez pu dire ouche.
Contre toute attente, il est extrêmement véloce. C'est le fruit d'un entraînement en montagne récurrent. Allez chasser des Lapins et des ours sans armes. Vous allez voir si être rapide n’est pas nécessaire... De plus ses jambes sont capables de supporter sa masse. Rien que cela, indique que ses jambes ne sont pas à négliger également.
Il lui manque des molaires et ses dents de sagesses suites à divers combats de rues quand il était plus jeune, ce qui participe à le rendre plutôt laid. Par ailleurs, son nez ayant été cassé plusieurs fois, il est devenu presque plat, écrasé... Le médecin assure qu'il n'y a quasiment plus de cartilage. Ou alors s'il en reste, il est tellement condensé qu'il est proche de la consistance de l'adamantium. En clair, à par ses yeux et son sourire, il a une « sale tête », presque carré. Presque aussi carré que ses dents. Qui sont d'ailleurs propres. Il prend bien soin de se les laver après chaque repas, ce qui explique une dentition parfaite ! Du moins, pour les dents qu’il reste.
Quant aux vêtements du jeune homme... Inutile de lui demander où il les a achetés, on ne les lui a pas vendu. Gray a chassé lui même les divers animaux pour le cuir et la fourrure. Quand à ce qui est tissu, il a acheté des pelotes de laine et l'a tricoté. L'image est certainement marrante mentalement.... Mais c'est ce qui explique les coutures plus ou moins apparentes sur ses fringues, et pourquoi il existe des fringues à sa taille en ce bas monde.


III. L'HISTOIRE.


Gray est né et a vécu sur une petite île minière de South Blue. Le Gouvernement Mondial y est généralement bien vu d'ailleurs et la royauté sur place... Bah fait un boulot du tonnerre. Non, sans rire. Les impôts sont raisonnables et l’argent public correctement investi pour le bien de la population. Il n’a pas vécu d’attaques de pirates dont il a juré de se venger étant plus petit ou une autre catastrophe du même acabit. Il a toutefois vécu des évènements traumatisants, qui l'auront poussé initialement à rejoindre la Marine... Sans succès à cause de la bureaucratie et du fait que techniquement, Gray est en obésité morbide.

Son père était un architecte minier aimant, dont il a récupéré la plupart des traits physiques, mais pas intellectuels. Gray avait trouvé étrange que son père, certes très fort mais également très intelligent soit un mineur, mais cela restait son père. Il en a toutefois longtemps gardé une image idéale, ne correspondant pas à la réalité... Son père est en effet mort dans un éboulement avec d’autres mineurs. Son corps n’a jamais été retrouvé, et l’enfant, à 8 ans s’est retrouvé sans père.

Il n’était pas au courant que son père était en charge de la construction des étayages de la mine. Si ces derniers s’étaient effondrés, c’était à cause de lui et de sa manie de rogner sur les matériaux. L’intégralité des ressources de la famille y passèrent, en vertu d'une loi sur l'île leur imposant d'indemniser l'intégralité des familles touchées.

Sa mère, très belle, mais dénuée d’esprit, n’arriva pas à subvenir aux besoins de l’enfant et aux siens. Elle ne savait pas travailler. Elle était juste… Belle à couper le souffle. La plus belle femme de l’île sans doute, mais son enfant n’avait eu d’elle que son intellect.
Rapidement séduite par un marin de passage, elle le suivit, laissant son fils derrière elle, de peur qu’il ne l’empêche de saisir sa chance. Elle pensa d’abord à elle. Elle eu toutefois la décence de partir après avoir vendu la maison pour régler ses dettes, ne laissant rien à son fils. Gray serra les dents, et vécut à la dure dans la rue. Il grandit dans la décharge de la mine. Là, se trouvait les vieux morceaux de fer usés et à priori inutilisable. Assemblant des tôles, et réparant un vieil réchaud, il se cala et affronta le froid. Il avait 8 ans et un vide se dessina dans ses yeux.

Le petit garçon partageait maintenant ses soirées entre la mendicité, la fabrique d'objets pour chasser dans la forêt, et le renforcement de son abri. Il aurait alors probablement tourné du mauvais côté de la loi, si l’image idéal de son père ne lui avait pas constamment rappelé le bon chemin. Son dicton était d’un travail bien fait était récompensé. Certes son père n'avait pas respecté cet adage, mais il ne le saurait que bien plus tard. Gray se mit donc rapidement à la recherche d’un emploi, mais personne ne voulait engager un orphelin de huit ans. Surtout avec cette tête et le fait que son père était responsable de la mort de 15 mineurs. De même, il constata rapidement que son gabarit et son histoire lui attira l’animosité des autres enfants… Qui n’hésitèrent pas à l’ostraciser, ne le considérant pas comme l’un des leurs. Il eu également droit à des remarques sur son corps et sa cervelle et plusieurs fois des cailloux volèrent vers "le monstre de la décharge". Gray haussa les épaules et encaissa. En serrant les poings, se croyant plus faible que les autres. Il n’avait aucune idée de sa force à ce moment là.

Alors qu’il mendiait après l’école dans la rue, le village n’ayant pas d’orphelinat, un vieux marine de passage se pencha vers lui et lui demanda ce qu’il faisait là. Gray lui répondit, avec son innocence d’enfant, et le regard vide, puisqu’il commençait à se demander s’il ne ferait pas mieux de devenir méchant. Il regarda alors la bourse de l’homme. Qui lui colla un violent taquet. « IMBÉCILE ! SI LE SORT S’ACHARNE SUR TOI, ACHARNE-TOI SUR LE SORT ! COMBAT LE !» Ses mots, étrangement, résonnèrent en lui, et ravivèrent des larmes. L’homme le prit alors un peu en pitié et lui donna un papier de recrutement de la marine… En lui disant de s’y engager plus tard, et qu’il serait heureux de le revoir à ce moment-là. L’enfant se souvient encore du sourire du marine, et de son haut de forme canin. Il cru à un moment donné qu’un autre homme l’avait appelé vice-amiral… Mais aucun vice-amiral ne se donnerait la peine de s’occuper d’un orphelin qu’il ne connaît pas, ou même pire, l’orphelin d’un homme méprisé par la ville… Le vieux marine lui apprit également une légère méthode d’entraînement. « Les basiques ! On a jamais assez de basiques ! Bats-toi et tu apprendras le reste sur le tas. » Lui avait-il dit. « Donne des coups sur des objets durs pour fortifier ton corps également. Tu as de quoi faire, avec ton gabarit, il y a moyen pour que tu deviennes quelqu’un… De plus qu’intéressant. » A partir de cet instant, l’image du père idéal se fit remplacer par celle de son « mentor ». De là allait naitre un puissant combattant, qui utiliserait son corps comme une arme redoutable. Pour le bien. La Justice... Même si cela ne serait pas dans la Marine.

Gray comprit également ce jour là que son destin n’était pas d’être une petite frappe, alors que tout semblait le prédisposer pour cela, mais un justicier. Il allait affronter son destin le condamnant au crime, et à grand renfort de mandale. Ses poings qui jusqu’alors étaient inactifs commencèrent à s’échauffer contre les enfants plus âgés qui embêtaient ceux de son âge. De même qu’il empêchait ces derniers d’embêter ceux d’en dessous. La première fois, ce fut en se mettant entre un garçon se faisant racketter par un plus grand.

« Pars » Avait fait Gray. Le petit ne s’était pas fait prier, et le garçon de 10 se mit face à Gray, le dominant de deux têtes. Avant que leur front ne soit subitement à proximité. Gray venait de décocher un coup massif dans les bijoux d’en face, étant à la bonne hauteur pour les viser. Faisant preuve d’un certain instinct de combat, il écrasa son genou contre le nez de l’agresseur. Avant de se prendre un coup derrière la tête, car d’autres garçons rappliquaient. Il aurait voulu expliquer qu’il avait voulu aider le petit, mais ce dernier, effrayé, ne confirma pas son histoire. Cela allait condamner Gray pour de longues années de solitudes, qui allaient lui faire haïr le mensonge de toutes ses forces. Cela allait être la première bataille de sa vie mais pas la dernière. Cela lui rappela également que son destin voulant le faire devenir un voyou n'était jamais loin.

Il apprit rapidement à vérifier le nombre de ses adversaires. Rien ne servait de se faire tabasser sans moyen de riposter. Gray était idiot, mais pas masochiste. Il se spécialisa donc dans des attaques surprises, afin de surpasser l’avantage du nombre. Sa petite taille l’aidait fortement et il était plus rapide qu’il n’en avait l’air. Le jeune berserker visait également les membres les plus faibles et les rouaient de coups afin d'effrayer les autres, car il s'était établi des règles, des procédures. Il comprit durant ses combats une première chose. La bagarre doit être achevée rapidement. Moins de 5 coups devinrent son objectif. En complément de son entraînement dit « régulier », il ajouta un entraînement complémentaire en fonction de ce qui lui avait fait perdre le dernier combat. Un instinct de stratégiste, de duelliste naquit. S’ils avaient des armes, Gray se donnait des coups avec des objets similaires afin d’améliorer sa résistance à la douleur. Ils étaient plus rapides ? Il fixait des tiges en fer à ses jambes pour les alourdir. Beaucoup se moquaient de lui, mais son idiotie lui permettait d’en faire abstraction. Le petit colosse ne se focalisait que sur un but : Avoir la force de protéger les gens. Combattre ce destin.

Il comprit rapidement qu’il était effectivement devenu plus fort que les autres quand on le convoqua pour avoir envoyé à l’hôpital plusieurs jeunes de son âge qui rackettait des petits. Il avait 12 ans. Ses bagarres n’ont toutefois pas toujours tournées à son avantage. Il lui arrivait de se retrouver face à des couteaux et d’autres choses désormais, au collège. À chaque défaite, il notait ce qui n’allait pas et s’entraînait pour l’occasion contre cela. La peur qu’il avait ressentie au début s’était muée en excitation… Qu’il maîtrisait afin de ne pas partir dans une folie furieuse. Pour les couteaux, il comprit rapidement le point faible de l’arme. Oh oui il y en avait un. Ceux qui les maniaient n’en avaient pas encore l’habitude. Il apprit donc à viser les jointures et les poignets. Ses poings ne marchant pas, il entraina ses doigts. Une défaite n’était pas la fin. C’était simplement l’occasion de s’améliorer.

N’ayant aucun maître pour diriger son style de combat, il forgea celui-ci avec le temps, de la sueur et du sang. Aucun joli mouvement ou d’autres choses, rien qu’une science pure destinée à briser l’adversaire de manière efficace. Ses poings étaient durs certes, mais on savait qu’il était sérieux quand il se mettait en position pour utiliser ses doigts. Gray les entraîna jusqu’à ce qu’ils aient une résistance et une force correcte à son goût. Autrement dit, quand il put broyer une cannette entre ses deux doigts et les transformer en un simili-apéricube. Il apprit par la suite à l’ajuster quand les marines lui montrèrent qu’il avait presque tué un autre adolescent par erreur. C’est là également que Gray comprit que la force sans maîtrise n’était que violence. Il avait 15 ans, et le combat s’était déroulé à 5 contre 1. Des élèves d’un autre collège, mais constitués de voyous avaient tenté de transformer le lycée de Gray en sa nouvelle proie. Cela ne lui avait pas plu et il demanda un duel contre le chef du collège. Ce dernier était pourtant connu pour être un colosse invaincu... Alors que Gray avait quand même un ratio de défaite supérieur à celui de ses victoires. N'oublions pas qu'il se prenait alors encore des tannées, et que Gray n'est point un surhomme. Ce n'était qu'un enfant, certes costaud pour son âge, mais un peu con. Et des fois, l'instinct marchait plus vite que le cerveau.

Cela provoqua l’hilarité de l’enfant en face qui accepta le défi. Gray hocha la tête et ils conclurent d’un duel près de la décharge de Gray. Il ne voulait pas arriver en retard à son travail de récupération de déchets ensuite.

Ce fut une nouvelle leçon pour lui. En face, il y avait sa Némésis pourrait on dire. Il avait une famille qui l’aimait, il était grand et apprécié. Lui, Gray, était orphelin, sans soutien, petit et haï. Un monde séparant les héros des zéros. Quand le signal fut donné, Gray ne comprit pas pourquoi il avait la bouche en sang. Puis il vit que son adversaire avait des gants remplis de sable pour augmenter l’impact de ses coups. Le jeune carré cracha sa dernière dent de sagesse ce jour là. Il ouvrit les mains et laissa paraître ses doigts. Burinés, et épais. Toutefois, ces techniques avec ses doigts ne furent pas suffisantes encore une fois. Il se retrouva de nouveau au tapis face à l’aisance de son adversaire en termes de mobilité. Son adversaire lui sourit et se moqua disant qu’il y avait un monde composé de plus, de neutres et de moins. Les plus étaient ceux destinés à un brillant avenir comme lui. Les neutres étaient les gens autour d’eux. Puis il mit son pied sur le dos de Gray et lui chuchota.
« Et toi tu fais parti des moins. Ceux qui nous servent de marche pieds pour nous hisser au sommet… A mon goût c’est déj... AAAÏÏÏE ! »

Gray n’avait absolument rien écouté du discours. Il avait simplement attendu une occasion pour frapper la cheville de son adversaire. Nouvelles leçons pour lui : -Il y avait une quatrième catégorie, accessibles uniquement pour les moins : les guerriers. On refusait son destin, on le battait et on le pliait à sa volonté. C'était ce qu'il était devenu. Ces gens étaient à craindre, car ils connaissaient les malheurs du monde mais étaient assez forts pour s'en affranchir... Cela voulait dire également que peu de choses allaient réussir à les faire souffrir par la suite.
Deuxième leçon : Un adversaire plus fort que toi grâce à un atout est vulnérable et faible une fois privé de ce dernier. La preuve, le gamin en face n’avait pas pu arrêter Gray quand ce dernier lui avait méthodiquement détruit les genoux, les coudes et les doigts... Puis les amis du chef, ayant vu le combat, protestèrent contre l’acte en traître de Gray… qui cracha un peu de sang et se remit en garde doigts ouverts. Ils finirent avec leur ami au sol. En pleurant. Gray finalement se mit en route pour son travail, « Car ce n’est pas tout de se battre, il faut aussi vivre. »

Nul besoin de dire, que malgré ses actes héroïques, les autres enfants ne l’appréciaient pas plus. Toutefois, ils ne se moquaient plus de lui, ce qui était un progrès significatif. Gray n’avait toutefois personne qu’il pouvait appeler un ami. En revanche, il était devenu l’adolescent le plus craint de la ville. Le petit colosse effrayait les enfants par sa simple présence et dissuadait le racket. A vrai dire, la seule personne qui avait fini par apprécier Gray était le vieux docteur qui pansait les blessures de Gray. Quand ce dernier revenait constamment en disant qu’il avait voulu aider quelqu’un… Le vieil homme ne put s’empêcher de le croire, à force de démêler les histoires qu’on lui racontait, du vrai du faux. Il soignait Gray gratuitement une fois par mois… Ce que ne pouvait espérer Gray autrement avec ses moyens limités. Toutefois, leur relation en resta simplement à ce stade, le médecin possédant déjà une famille dont il devait s'occuper. Le médecin, bien que déchiré, ne pouvait accueillir Gray, qui comprenait parfaitement... Et aucune animosité ne resta. Juste une reconnaissance.

Peu de temps après ses 16 ans, il décida de rejoindre la mine, en tant qu’entraînement musculaire. L’examinateur le regarda avec un air suspect. Le temps n’avait pas arrangé la réputation de son père. Il fut donc décidé qu’on l’enverrait avec une équipe de vétérans qui le surveillerait. Gray ne comprit pas cette surveillance, et se contenta de remercier plusieurs fois le recruteur… Un grain étonné par le jeune homme. Ce fut ce jour-là qu’il devint accepté par la communauté et qu’il reçu sa cicatrice dorsale. En effet, un éboulement eu lieu dans sa section, le bloquant lui et son équipe derrière des blocs de pierres. Dans le noir, Gray avait pu sauter pour sauver les membres de son équipe de l’explosion. C'est difficile de stopper un humain de 100 kilos qui te percute de toutes ses forces...
Toutefois, les mineurs se rendirent rapidement compte de la situation. L’utilisation des outils était prohibée, car ils risquaient d’embraser des poches de gaz contenues dans la roche. Les mineurs expliquèrent à Gray qu'ils étaient morts... Il hocha la tête et commença à déblayer à main nue. Ses mains n’étaient pas en métal et ne risquaient pas de créer des étincelles.
Cailloux par cailloux. Les autres mineurs le prirent au début pour un fou, désespéré. Avant de saisir la vérité. C’était un simplet, et il allait continuer jusqu'à s'effondrer ou que ses mains ne puissent plus bouger. Ils ricanèrent de désespoir quand ils le virent buter sur une énorme plaque de roche, après une heure. Ils rigolèrent moins quand il la fracassa à main nue d’un puissant coup de poing devant leurs yeux surpris... A coups de poings répétés. « C’est moins dur que le mannequin en métal chez moi » Dit il simplement. Les hommes se regardèrent entre eux, et en voyant les mains de Gray abîmées et ensanglantées, ils lui ordonnèrent de s’asseoir.

" Hors de question de laisser un môme faire tout le travail." Ce fut après un travail intense de trois heures, qu’ils arrivèrent à créer le contact avec l’extérieur, sauvant leur vie. Pour la première fois de sa vie, Gray eu le droit à des remerciements mérités, lui causant le plus grand embarras. « P’tit colosse » et « Poing d’acier » devinrent ses surnoms chez les mineurs qui le considèrent comme lui et non le fils de son père. Ce fut également ce soir là qu’il découvrit l’alcool et l’effet désastreux sur lui.

Après le passage à la douche, des mineurs lui proposèrent d’aller avec eux dans un bar pas trop regardant pour faire la fête avec eux. Là-bas se tint un concours de boisson… qu’il gagna, pulvérisant le record absolu de pintes bu en une heure. A savoir 157. Oui, il a fait des pauses pipi entre-temps. Sauf que cela enclencha son passage triste. Rapidement, l’ensemble du bar se mit à le plaindre. Lui et sa pauvre vie, en lui disant de s’accrocher et que cela allait s’arranger. Gray trouva alors en pleurant une nouvelle famille. Les mineurs. Ce qui n’arrangea pas ses larmes, mais l’alcool s’en chargea et causa également sa cicatrice dorsale. En effet, après son passage triste, il se mit en tête qu’il était capable de jongler avec des couteaux de cuisines. La suite lui prouva le contraire, quand il se loupe et que le hachoir lui râpa la peau. Le vieux docteur lui donna même une beigne en prime, se faisant mal à la main.
Toutefois, Gray était content. Les gens commençaient à lui parler, voir même à lui sourire, ce qui le choqua un moment. Rapidement, si on avait besoin de quelqu’un d’une force plus que remarquable on l’appelait. Le déménagement d’une grande armoire passait souvent par le petit colosse. Son sourire arrêtait enfin de faire peur aux gens, à son grand plaisir. De plus, ce genre de tâche lui apprenait à être plus endurant… Car il ne renonçait pas aux combats et participaient aux combats de luttes ayant lieu à la taverne. Une occasion en or de se faire quelques berrys supplémentaires.

Ces activités ne l’empêchaient pas de s’entraîner comme il l’avait toujours fait. Quand il avait commencé, à 8 ans, le programme matinal était simplement de courir 1 kilomètre sans s’arrêter, avec 30 pompes, et 30 abdos. A ces 16 ans, il était passé à deux tours complets de sa ville, parfois en parkour afin de se rendre plus agile, 100 pompes claqués, et 300 abdos... Ce qui prenait un sacré temps en effet chaque matin. Il ne mettait pas loin de 3 heures pour accomplir le tout. S’il ne craignait plus de se prendre des coups, c’était en grande partie grâce à l’armure de muscle qu’il avait fini par se créer. Il arrivait que le grand jeu à la taverne consiste à frapper le plus fort possible Gray dans ses abdos afin d’arriver à lui faire mal. Beaucoup repartir avec des bleus sur leur main ou même une fracture… Puis il fut interdit de combat de lutte, pesant quasiment le même poids que les chariots de mine. Il les utilisait comme poids pour ses dorsaux, les tirant ou en les soulevant avec un système de poulie, pour se renforcer encore. Gray ne savait pas que trop d’entraînement musculaire pouvait bloquer la croissance… Ce qui acheva de le rendre petit.

Gray ne pouvait également toujours pas s’empêcher de continuer à stopper le racket. Il arrivait plusieurs fois que l’enfant qui se faisait maltraiter commence à sourire en le voyant. Les agresseurs commençaient généralement à courir à ce moment. En pleurant. Alors que lui se marrait et donnait des bonbons à la victime.

Pour continuer avec un entraînement au combat, visant toujours une entrée dans la marine, Gray décida d’entrer dans ce qui allait lui changer sa manière de voir le combat : les combats souterrains. La tenancière lui en parla le jour de ses 18 ans. Peu de gens savaient où ils étaient… C’étaient des secrets d’initiés… Ces derniers, n’étaient pas au sens strict du terme illégal, mais mal vu par la bonne société… Qui ne pouvait s’empêcher de parier sur les combattants et de financer l'arène. Le caractère secret de ces combats signifiait simplement que l’on avait été recommandé par un membre. Quand Gray arriva, il dit simplement qui l’avait invité. On l’emmena dans un dédale sombre éclairé par des lanternes où il vit un ring en pierre entouré par une légère foule de gens de la haute majoritairement, de quelques marines de grade colonel et de quelques mineurs qui hochèrent la tête. Les gens de la ville étaient ensuite soumis à l’exposition des règles :
• On ne parle pas du « Fight club »
• On ne tue pas.
• On ne tient pas de rancœur contre le vainqueur.
• Il n’y a pas d’autres règles.

Là, Gray fit de nouveau l’amère expérience de la défaite. Sa première coula d’ailleurs d’une source située entre deux montagne et émergeant d’un endroit ne voyant jamais le jour. Derrière cette subtile métaphore, il faut comprendre que Gray avait accepté une boisson de la part de son premier adversaire. Le jeune colosse, bonne poire, le but avec plaisir… Sans se douter des laxatifs mixés à l’intérieur. Cela lui apprit à toujours venir le ventre plein des choses qu’il avait lui-même préparé avant le combat. Il donna toutefois un joli match avant de finir par abandonner pour aller aux toilettes.

Le lendemain, il provoqua d'ailleurs en duel son précédent adversaire, afin de refaire le match. Il n'y en eu pas de troisième, puisque l'individu s'était retrouvé avec les bras et les jambes cassés aux niveaux des articulations. Ce triste sort n'attira aucune amitié sur Gray, qui du par la suite faire preuve de beaucoup de ténacité dans ses combats. Les nobles détestaient quand les combattants qu’ils ramenaient de l’extérieur étaient cassés. Malheureusement pour eux, et heureusement pour la fierté du bas-peuple, Gray gagna match sur match. Ses doigts redoutables brisaient tout sur son passage. Il apprit également l’utilité des coups avec la paume, permettant des dégâts plus internes. Il recréa sans le savoir et par son simple génie du combat, en plein match, les techniques de respirations de Karaté permettant de « cacher » les organes dans la cage thoracique. Après tout, si les techniques avaient été crées une fois, on pouvait les recréer, non ? Et dire que c'était du génie était réducteur. Gray était surtout un acharné du travail et de l'entraînement.

Durant sa première année, il disputa 40 matchs. 1 défaite, 39 victoires. Uniquement des K-O. Il fut connu dans sa ville encore une fois comme Poing d’Acier. Surnom démentit plus tard…
Rapidement, il prit part aux tournois ayant lieux entre les combattants désarmés et ceux armés. Traditionnellement, c'était ces derniers qui remportaient le tournoi commun, car le dicton circulant dans les tournois de l’île disait qu’il fallait, pour battre un épéiste être trois fois plus fort que lui physiquement si la technique était égale et vice versa…

Durant les 6 ans qui suivirent son entrée dans les combats clandestins, il se rappela constamment la raclé collée par son premier adversaire épéiste. Il en avait ragé pendant des mois quand il avait rouvert les yeux. L’adversaire, un samouraï arrogant l’avait mené avec son sabre comme s’il n’avait été qu’un enfant. Il espérait avoir l’occasion de le défier plus tard… Qu’elle ne fut pas sa surprise d’apprendre que ce « Mifune » était un pirate et qu’il avait mis les voiles. Il se promit que s’il le reverrait, il serait prêt.

Gray passa des mois pendant lesquels il perfectionna ses techniques de déplacements. Techniques utilisant la pointe des pieds, placement des épaules, saut prolongé... Rapidement, un nouveau surnom que poing d'acier lui fut donné. DA WAAAAGGH. Pour la simple et bonne raison qu’il vous fonçait dessus comme une vague de muscle inesquivable.

Au deuxième tournoi, son nouvel adversaire rigola en entendant ce surnom débile... Le prenant pour un retardé mental au vu de sa face.
Il fallu que Gray prête main forte à l'équipe venu de le désencastrer de la paroi. Le Boulet, sa technique, signifiait pur et simplement, Boulet de canon. Lourd, massif, en ligne droite, et une fois lancé, bonne chance pour l'arrêter. Gray avait pur et simplement avancé à pleine vitesse sur la pointe de ses pieds et frappé. Plusieurs fois. Avec ses poings. L’adversaire pu heureusement survivre à ses blessures… Au grand bonheur de Gray.

Il n'eut toutefois pas la chance d'aller plus loin une nouvelle fois, puisqu'on lui démontra que sa force et sa vitesse ne servait à rien sans le calme nécessaire pour viser. Une sorte de vieux sabreur aveugle semblant deviner ses coups lui bloqua en effet la route. Un « Zatoichi ». Ce dernier avait été un épéiste connu durant sa grande époque, puis avait décliné avec l'âge... Toujours était-il qu'il avait vaincu Gray sans souci et sans lui faire mal... En se contentant de le faire trébucher lorsqu'il tentait de se rapprocher trop vite. Les coups frappaient les chevilles du mastodonte, souvent les points faibles des grosses bêtes comme lui. Gray avait tenté de le frapper autrement, mais c’était comme se battre contre l’eau… Il ne put rien faire d’autre qu’apprécier la différence faite par la montagne appelée expérience. Le Haki de la perception aussi jouait un certain rôle dans cette défaite, mais il ne savait même pas ce que c’était et le sabreur gardait ce détail secret.

Cette défaite lui laissa un gout moins amer. Il s'isola alors dans la montagne pendant un an. Il pratiqua la survie de manière intense là-bas, et quand il revint, le colosse semblait différent. Nul ne sut jamais réellement ce qui s’était passé, mais Gray était revenu avec 15 peaux de loups, 2 d’ours, et les peaux semblaient avoir été tannées à main nues. Apparemment il n’avait pris aucun outil ou médicament pour survivre dans la nature. Le Colosse en était revenu et la Rage qui l’habitait était devenue raffinée et trempée dans la neige.

Il s’était effectivement entraîné contre la faune locale, mais il avait appris les bienfaits de la méditation. Le fait de se poser un instant pour communier avec la nature. Il l’ajouta d’ailleurs à son cursus quotidien. On pouvait rendre vide le flot de pensée… Mais à ce moment là, Gray n’arrivait pas à attaquer… Il réfléchit un instant et trouva une solution. Que son adversaire aveugle ne manqua pas d’apprécier.

Le vieil homme fut surpris par le jeune homme en face de lui. Pour la première fois, il vit un adversaire qu'il n'avait jamais anticipé. Un adversaire dont il lisait les pensées... Sauf qu'il y avait trop de pensée. Trop de choix possibles se trouvait dans la tête du jeune homme qui les alternait au fil de son instinct. D’habitude, les gens avaient une tactique prédéfinie. Lui aussi en avait une l’année dernière… Mais plus là. C’était une flamme dansante et changeante, esquivant l’eau. Si son adversaire semblait lire ses pensées, alors il n’avait qu’à changer en cours de route !

Le vieil aveugle, surpris, fut d'abord sur le point de perdre face à ce jeune, mais il gagna de justesse, Gray ayant oublié de se couper les cheveux, ces derniers lui ont piqué les yeux. Une autre raison à son rasage de crâne : Sans cheveux, pas de trucs dans les yeux ou de prises pour son adversaire. Cette fois, malgré la défaite, ce fut un sentiment de réussite qui fit place dans son cœur, et il serra la main de l'aveugle avec plaisir. Ce dernier se demanda si le jeune homme ne ferait pas un bon héritier pour apprendre le Haki. L'aveugle se jura de lui apprendre quand il le vaincrait en combat singulier… C’était un art suffisamment rare pour ne pas l’apprendre au premier venu.
Gray décida d’aller dans les Fights clubs des autres villes pour s’entraîner durant l’année précédent le quatrième tournoi.

Quatrième qui fut la bonne. Cheveux rasés, et ayant encore progressé par rapport à l'année dernière, le combat entre lui et le vieil homme était le plus attendu par le public. Par un malheureux coup du sort, ou pour un effet dramatique, le tableau en décidant autrement. Les deux adversaires ne se retrouveraient que pour la finale. Le vieil homme pensa d’abord que Gray allait perdre par péché d’orgueil. Il fut surpris en voyant que Gray avait appris à doser sa force. Ce n’était plus une flamme sauvage, mais un brasier qui s’étendait doucement mais sûrement. Le vieil homme, vainqueur des tournois depuis maintenant dix ans eu quelque chose qu’il n’espérait plus. Des frissons d’excitation avant un match.

Ce combat fut le plus magnifique que livra Gray et le plus tragique. Les deux adversaires fatidiques se regardèrent (enfin… l’aveugle était face à lui quoi) et se saluèrent. Le Vieil homme esquiva le poing du jeune colosse qui bloqua la lame sur sa pointe avec deux doigts.

La lame fendait près de ses oreilles, et il ne l'évitait que parce que le vent la précédait. Tout sourire il se battait avec le vieil homme qui était content d'avoir trouvé un adversaire de valeur. Le Zatoichi souriait comme s’il avait retrouvé sa jeunesse et sa vigueur, rien que pour cet adversaire de valeur. Les deux riaient et étaient heureux. Pour un instant, Gray oublia tout. Justice, honneur… Rien ne comptait à part l’adversaire qui lui faisait face. L’excitation ultime. Une danse du sabre magnifique, couplé avec un art de la destruction poussé à son paroxysme.
Les poings volèrent, les coups de sabre frappèrent… Le sang volait des deux côtés. On aurait dit une forteresse de sabre faisant face à une marée inexorable de poing.
Mais le combat s'acheva de manière tragique. Le cœur du vieil homme ne tint pas le coup face aux efforts qu'il avait fournis durant le tournoi, et lâcha. Juste avant ce qui allait être l’échange de coup final. Le colosse courut rejoindre le vieil homme, voyant son adversaire tituber face à un coup invisible.
Gray pleura alors pour la première fois de sa vie, prenant cela pour la première vraie injustice qu'il eu jamais subi. Son combat ultime, qui s'achevait ainsi. Le vieil homme eu juste le temps de le remercier pour ce combat, et de lui dire qu'il devait aller plus loin que cet île… Intérieurement il regrettait de ne pas avoir eu le temps de lui apprendre le Haki… Le colosse serait devenu le combattant ultime! Sa petite taille lui permettait d’aller à une distance telle que les épées ne servait plus à rien.

Gray hocha la tête et ferma les yeux du vieil homme. Le prix de l'année fut un fruit du démon, au lieu des 100 000 berrys habituels. Fruit que Gray écrasa de sa main. Si jamais il mourait, il voulait être le plus fort possible au Paradis face au vieil homme. Ainsi, leur combat pourrait se terminer en beauté, comme il se doit... Alors pas question d’avoir un fruit : il se souvenait toujours de son combat de jeunesse contre le Banchou local : prive un homme de l’atout qui faisait sa force et il tombait. S’il ne se reposait pas sur un fruit, il n’aurait pas la force mais également pas la faiblesse de ce dernier.

Désormais, il était craint dans tous les combats souterrains à cause de son style souple et puissant. Il avait remporté trois fois de suite le tournoi de l'île. Cassant les parades, et trop rapide pour être esquivé, le petit colosse se sentit fin prêt à devenir marine le jour de ses 23 ans. Et surtout, il tenait à prouver que ses poings pouvaient vaincre n'importe quel épéiste, afin de faire honneur à l'aveugle.

Toutefois... Le recruteur, ce jour-là, était un bureaucrate adepte des petites directives. Ces dernières interdisaient notamment les obèses ou ceux en surpoids au sein de la Marine...
Et Gray fut donc recalé à la surprise générale... Car oui, 1m60 et 145 kilos, même de muscle, c’est du surpoids morbide.
Le bureaucrate, irrité que l'on conteste ses décisions, appliqua de surcroît la mention "Irrécupérable" sur le dossier de Gray, s'assurant qu'il ne pourrait donc aller à un autre poste tenter sa chance.
Les espoirs de Gray de servir la Marine partir en fumée... Avant qu'au Fight Club, on ne lui rappelle qu'il avait une autre solution : Les chasseurs de prime. Rien ne l'empêchait d'être l'un d'entre eux, tout en combattant pour la justice après tout.
Le jeune homme regarda alors ses amis du Fight club... Et pleura. Voilà. C'était ça son foyer... Et c'était cela qu'il allait quitter pour réaliser son rêve. Car après tout... Des criminels agissaient dehors... Parfois invisibles comme son père, ou alors visibles comme les pirates. Et il était temps de leur apporter...
LA JUSTICE. Ainsi qu’un poing dans la gueule.


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

• Prénom/Pseudo : Gray
• Age 22
• Comment as-tu connu le forum ? : Topsite
• Qu'est-ce que tu en penses du forum ? : Sympa comme tout !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 952
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 41358
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé)
☠ Dorikis : 8423
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: POING FINAL ! (Préz de Gray Ashura Terminé)   Jeu 4 Jan - 11:56




Validation


Salut Gray ! Il est grand temps de m'occuper de ta fiche Very Happy

Qualité : 450/500


Elle eu -> eut

se trouvait les vieux morceaux de fer -> trouvaient

un vieil réchaud -> vieux

l’image idéal -> idéale

son gabarit et son histoire lui attira l’animosité des autres enfants ->attirèrent

Surnom démentit plus tard -> démenti

Il se promit que s’il le reverrait -> s'il le revoyait

Bon ! Tu nous présentes ici une très bonne plume, avec un style vif et efficace. C'est très bien ! Tu perds en revanche quelques points en raison de plusieurs fautes disséminées un peu partout, notamment d'accord et peut-être dues à une mauvaise relecture. Fais attention à ça !

Cohérence : 450/500


Ton histoire ne souffre pas réellement d'incohérence particulière, mais tu perds des points pour le manque d'implication de ton personnage dans l'histoire de notre forum. Certes, tu grandis sur une île isolée, mais en-dehors de quelques mentions de la marine, on n'a pas vraiment l'impression que tu es en train de jouer sur un forum One Piece, et encore moins dans l'univers particulier de Jolly Roger.

Longueur : 250/250


On a de l'enfance, de l'adolescence, des rêves, des dialogues et du combat. Rien à dire, tout est bon !

Originalité : 500/500


Le gros bourrin gentil, nounours et adorablement stupide, c'est un classique, mais quand le classique est bien joué et bien écrit, c'est superbe ! J'aime beaucoup ton concept, et je t'avoue avoir plus que hâte de voir ce que tes poings vont faire. L'humour est bien distillé, tes jeux de mot font mouche. Bravo !

Subjectivité : 200/250


Une excellente prez, plus que complète, pour un personnage haut en couleur ! J'ai particulièrement aimé te lire, très clairement ! En revanche, je t'ai enlevé 50 petits points pour, je trouve, un certain manque de dialogue et de vie dans ton histoire. La narration c'est bien, mais c'est par le dialogue que ton histoire devient vivante et interactive. Le tout c'est de trouver le bon équilibre. Mais bon, ça n'enlève rien au caractère plus qu'excellent de ta prez Very Happy

Note finale : 1850 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens
 
POING FINAL ! (Préz de Gray Ashura Terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Final CAF--- ESS 0 / 0 FAR [ Apres match ]...
» Final par classement 2010
» kilométrage final 2010
» Magelys HDH, le bouquet final d'Irisbus
» ASHURA GREY SERIES de ILLEX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: