Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles




Votez toutes les deux heures
et gagnez des Points de Votes !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [FB] this is my movement (+) ft. saoirse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 13
☠ Âge du Personnage : vingt-quatre ans.
☠ Berrys (x1000) : 1004523
☠ Localisation RP : east blue.
☠ Fruit du Démon : gura gura no mi.
☠ XP Dorikis : 1500
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: [FB] this is my movement (+) ft. saoirse   Sam 23 Déc - 16:33

THIS IS MY MOVEMENT
SAOIRSE & VYSE

Tes yeux s’agrandissent lorsque le bateau s’arrête sur l’île de Loguetown. C’est votre premier véritable arrêt, le seul où tu peux descendre. Les marins ont prévu d’y passer quelques temps et ils te laissent donc l’opportunité de découvrir les environs. Ce n’est pas de la gentillesse de leur part, ce n’est pas comme s’il pense que tu devrais découvrir le monde. Non, eux ce qu’ils veulent, c’est que tu débarrasses le plancher ou que tu trouves l’argent pour continuer à payer ton passage dans leur navire. Ainsi, pendant que eux risquent de perdre toutes leurs économies dans des jeux de hasards, il te faut trouver une solution pour te procurer un peu d’argent. Tu sais qu’une seule option s’offre à toi. Tu n’as pas les économies à flamber au casino comme les marins - tu ne sais d’ailleurs pas comment ça se joue en fait. Il te faut donc une autre alternative et il te faut donc revenir à l’évidence. C’est un travail dont tu as besoin, quelque chose qui peut être fait assez rapidement pour que tu devances le retour des marins.
Tu entreprends donc d’explorer la ville. Tu regardes tout avec des yeux d’enfants, émerveillé par l’effervescence qui t’entoure. Il se passe sans doute quelque chose, mais tu ne sais pas quoi. Tu observes les gens qui t’entourent. Tu te demandes s’ils habitent cette ile où s’ils ne sont que de passage. Certains semblent être aussi touristes que toi. La lenteur des pas semblent être le lot des étrangers, ceux qui tentent de découvrir le monde qui les entourent. Tu le remarques lorsque tu en percutes un qui ne marchent pas assez vite pour toi. « Mille pardons. » Vague excuse avant de reprendre ton chemin, cette fois en essayant de prêter davantage attention aux pauvres personnes qui partagent la route avec toi.

Ce n’est qu’à ce moment que ton regard se pose sur une vitrine. Tu remarques un homme un peu bedonnant à l’air inquiet. Ça aurait sans doute pu être normal, mais tu ne comprends pas l’inquiétude d’un homme pour qui la foule environnante représente un profit certain. Ta curiosité est piquée et tu t’empresses de te frayer un chemin jusqu’à la boutique. Tu entres et commences à faire un tour de la place tout en tentant de ne rien renverser. Tu accroches des mannequins au passage, mais tu parviens à ne pas causer de scène. Une fois ton parcours effectué, tu te diriges vers l’homme au ventre rond pour lui demander : « Un problème m’sieur ? » Question simple, mais que tu espères efficace. Tu le sens bien, comme si ton instinct croyait à ta chance en cet instant précis. « Rien qui te concerne gamin. » Peut-être t’es tu trompé aussi, ce ne serait pas la première fois. Tu n’apprécie pas le terme dont il t’affuble, mais ce n’est pas suffisant pour te décourager. « Je peux vous aider. » Il te semble que tu dis souvent la chose, sans que personne ne te croit sur parole. Peut-être que tu n’as pas l’air crédible. Tu insistes donc avec l’argument le plus vrai et le plus compréhensible. « À vrai dire, je me cherche du boulot. » Tu espères que ta franchise te vaudra quelques points. Le propriétaire te dévisage à la vue de cette nouvelle information et tu sens son regard perçant détailler ton apparence à l’affut d’encouragements. Sans doute ne veut-il pas engager n’importe qui. Il te faudra peut-être plaider ta cause, tu te prépares donc à le faire, même si c’est loin d’être l’une de tes forces. La tension est palpable, du moins de ton côté et elle se relâche d’un coup lorsqu’il te répond. « Soit. J’ai besoin de sécurité dans mon échoppe. Tu ne seras pas bien payé, tu ne seras pas le seul non plus. » Ça ne te déterre pas. Tu te dis que la sécurité est dans tes cordes. Tu dois bien être capable de surveiller un misérable magasin. Tu es ragaillardi par l’acceptation du monsieur bedonnant. « Je vous décevrai pas. » Ton enthousiasme est contagieux et tu vois des petites perles blanches apparaitre sur le visage de l’homme. Signe d’un sourire ? Tu décides que c’est le cas.

Tout fier d’avoir déniché cette opportunité, tu décides de te poster dans un coin de l’échoppe pour pouvoir tout observer. Une jeune femme attire alors ton regard. Tu décides qu’elle a l’air louche, quelque chose dans son comportement la différencie des autres. Peut-être est-elle en train de planifier quelque chose. Ni de un, ni de deux tu l’approches : « Je peux vous aider ? » Encore ces mêmes mots, mais cette fois c’est différent. Ce n’est pas tant une proposition qu’un avertissement. C’est que tu prends ton nouveau boulot au sérieux voilà.

✻✻✻
CODES ©️ LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 27
☠ Âge du Personnage : 23 ans
☠ Berrys (x1000) : 1046160
☠ Localisation RP : Loguetown - East Blue
☠ Fruit du Démon : Hie Hie no Mi
☠ XP Dorikis : 2075
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: [FB] this is my movement (+) ft. saoirse   Ven 29 Déc - 1:27

Loguetown, East Blue. Jamais ne m’étais-je retrouvée aussi loin de chez moi. Il y avait de quoi être nerveuse, m’imaginant que je venais de débarquer dans tout un autre écosystème, que je ne comprendrais pas la langue des autochtones ou leurs coutumes. Je pourrais alors m’embarrasser n’importe quand, n’importe comment, pour n’importe quelle raison. Et si, dans ce nouvel endroit, les gens avaient l’habitude de se saluer en se crachant dessus ? S’ils se déplaçaient en marchant sur les mains ? Ce serait horrible, mais devrais-je m’y soumettre ? La politesse voudrait que oui, normalement, peut-être. J’ai toujours souhaité avec l’air classe, mystérieuse, pas de passer pour une impolie que tout le monde déteste. Mais comment avoir l’air classe et mystérieuse en marchant sur les mains ? Telles étaient les réflexions que je me faisais durant l’avancée de notre bateau vers le port. Quel soulagement de finalement quitter le navire pour réaliser que, au fond, tout était exactement pareil à West Blue. Étais-je seulement partie de chez moi ? J’avais vu des endroits bien plus dépaysants dans ma propre mer et commençais à douter de la crédibilité de Davinxi. Néanmoins, force était d’admettre que nous étions dans la bonne ville, et donc dans la bonne mer, comme les discussions des passants sur le fameux casino me laissaient le deviner. Me résignant, j’avais fini par me séparer de Malik afin de découvrir la ville et, surtout, de m’acheter une tenue de soirée avant le début des festivités.

J’avais déambulé un peu partout, essayant tant bien que mal de structurer mon shopping pour trouver tout ce dont j’avais besoin au prix le plus bas, le plus rapidement possible, en dépensant le moins d’argent possible et le tout avec le minimum de pas. Malheureusement, dans une ville totalement inconnue ce genre de calculs demandait une recherche approfondie qui, en elle-même, me ferait perdre plus de temps que je ne pourrais en sauver plus tard. Angoissée par mon incapacité à gérer la situation, c’est en me dévorant les ongles que je continuai mon périple, jusqu’à entrer chez le premier couturier que je trouvai. Je fis le tour de la boutique, me renseignai sur les prix et examinai chacune des robes, jusqu’à trouver celle qui ferait ultimement mon bonheur. Cela fait, je l’avais essayée, permettant au vendeur de prendre en note les quelques petits ajustements nécessaires à ce que le tissu épouse parfaitement ma silhouette de magnifique et séduisante jeune femme tout à fait sexy qui ferait tourner les têtes et captiverait ce soir l’attention du casino en entier. Il me demanda de repasser plus tard pour récupérer la robe retouchée et je le remerciai, partant à la recherche des prochains items nécessaires à cette soirée de rêve.

C’est ainsi que j’étais entrée dans cet établissement qui n’avait, en soi, rien de modeste : une bijouterie. Possédant un soucis du détail frôlant la névrose, il était tout naturel que je désire compléter mon ensemble de quelques bijoux. Oh, bien sûr, je ne comptais pas dépenser une fortune non plus. Je désirais seulement dénicher des boucles d’oreilles et un joli bracelet bien scintillant à porter par-dessus l’un de mes longs gants blancs. Ne me manquerait plus que du rouge à lèvre bien intense et une longue cigarette et le portrait serait complet. Simple petit problème : ma bourse ne me le permettait absolument pas. C’est ainsi que je me retrouvai à tenter de séduire le tenancier… avec des résultats franchement décevants. Aucun goût ces mecs, c’est moi qui vous le dit. J’avais donc changé d’approche de façon… habile et mystérieuse.

« Écoute, j’ai pas toute la journée et j’en ai marre de me faire rembarrer partout où je vais alors tu vas me donner un moyen de me rendre utile et en échange tu me donnes les boucles d’oreilles, deal ? »

Après une quinzaine de minutes supplémentaires de discussion suave où je du le convaincre de ne pas appeler la Marine, il accepta finalement de me laisser surveiller son magasin avec lui. L’afflux de clients potentiels qui étaient en ville à cause de cette fameuse histoire de casino lui faisait redouter de ne pas pouvoir aisément surveiller les individus qui entreraient pour faire du lèche vitrine. Ayant toujours tenu son commerce seul, il ne savait guère à qui demander de l’aide et c’est pour cela que je tombais tout à fait à pic. Et nous voilà donc au moment présent alors que je me tenais dans une rangée, appuyée à un comptoir avec les jambes croisées, zyeutant avec désinvolture les gens qui entraient et examinaient la marchandise. J’étais si subtile et je me fondais si bien dans le paysage qu’un individu vint même me voir, me confondant avec une cliente. Parfait. Ceci étant dit, sa façon d’insister à lui était plutôt louche… Me redressant, je le regardai de haut en bas pour le jauger et, surtout, le juger.

« Pas du tout, je sais exactement ce pour quoi je suis là… mais je n’en dirais pas autant de vous. Êtes-vous vraiment venu acheter des bijoux dans cette dégaine ? C’est pour votre copine ? Vous avez vraiment les moyens de lui acheter quelque chose provenant de cette boutique ou vous faites semblant pour conserver son amour ? Il ne faut pas vous laisser manipuler par elle, si elle menace de vous laisser parce que vous ne lui achetez pas le collier le plus cher c’est qu’elle ne tient pas vraiment à vous. Les femmes les plus jolies sont parfois les plus fourbes vous savez. Ou alors c’est un cadeau pour votre mère ? Une brave dame qui a tout mis de côté pour prendre soin de vous alors vous voulez lui faire un cadeau pour son anniversaire ? C’est tellement mignon. Je vous avertis, le mensonge ne vous mènera nulle part ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[FB] this is my movement (+) ft. saoirse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recensement de Septembre 2012 - Terminé.
» Une information pour toi, mon ami (PV Tom)
» Mon voisin du dessus
» Ludmilla ♣ Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...
» Saoirse Ronan ▬ Inghean Eden (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: East Blue :: Loguetown-
Sauter vers: