Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Wilyan Ash Rosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Agent du CP9


☠ Messages : 58
☠ Âge du Personnage : 19
☠ Berrys (x1000) : 1639630
☠ Localisation RP : Quiqoupart
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 3583
Agent du CP9

MessageSujet: Wilyan Ash Rosa   Mer 20 Déc - 18:40



Wilyan Ash Rosa




Prénom et Nom: Wilyan Ash Rosa
Âge : 19 ans
Sexe : Masculin
Avatar : OC Bleach de SKurasa
Groupe : Gouvernement Mondial, Cipher Pol
Métier : Espion et assassin, cuisinier si t'as faim.
Espèce : Humain
But : Poursuivre les desseins du Gouvernement Mondial

---------------

Fruit du Démon : /
Autres capacités : Rokushiki en tant que membre du Cipher Pol.


Questionnaire

1. Apparence physique


Taille : 181 centimètres
Poids : 73 kilogrammes
Cheveux : Noirs
Yeux : Marrons/rouges



2. Tenue vestimentaire habituelle


Habituellement vêtu de noir, il ne s'en lasse pas. Il n'a que peu d'attrait pour la mode, ne se consacre pas à son style.
Il choisit des matières à la fois confortables et solides qui lui laissent une grande liberté de mouvement. Sobre et élégant -bien qu'il ne soit pas vraiment au courant pour le second adjectif- il ne se permet pas de fantaisies. Ses looks passe-partout lui permettent de se fondre dans la foule comme le nécessite son travail. Parfois, il peut se laisser aller à une chemise blanche sous sa veste sombre, mais ce sera la seule dose de fraîcheur que vous verrez de sa part.

Ses pantalons sont assez près du corps, mais leur élasticité sans pareil leur permet de tenir le choc dans tous les mouvements. Ses chaussures, classiques, ne sont pas réputées pour leur extrême confort mais se marient avec toutes les tenues. Une paire seulement, l'unique.

En haut, par-dessus la possible chemise blanche, se trouve habituellement une veste noire, classique. Une coupe un peu cintrée, une matière légère, mais chaude. À la place des chemises ? Des t-shirts unis, mais sans jamais trop de couleurs, seuls quelques tons étant possibles : le bleu marine, le noir, le blanc et l'anthracite.

Courts ou longs selon les saisons -et les îles visitées- il peut lui arriver de porter un couvre-chef selon les intempéries qui se retrouvent face à lui. Neige, pluie et vent ne lui font pas peur, de même pour les climats désertiques, il saura s'accommoder d'une paire de bottes ou de sandales une fois le moment venu, le toujours dans sa couleur favorite.


3. Motivations


Wilyan n'a pas de motivation propre.
En tant qu'agent du Gouvernement Mondial, son esprit a été formaté dès son plus jeune âge à répondre à des consignes strictes.
Son seul objectif est la réussite de la mission qu'on lui donne.

Intérieurement, il ne se pose pas beaucoup de questions sur sa condition. Pour lui, c'est ce qu'il a toujours connu. Il est un membre du Gouvernement Mondial, l'organisation qui régit le monde. En dehors de cela, pas de réelle passion reconnue, si ce n'est peut-être pour la cuisine. Il peut lui arriver de passer un peu de temps derrière les fourneaux. Il s'agit peut-être de la seule chose qui semble l'intéresser un minimum en dehors de son travail.
Un rêve global ? Très peu pour lui. Comme dit plus haut, il ne se pose pas vraiment de question sur les raisons de son existence et ne voit le monde que par des objectifs à moyen ou court terme qui se résument en quelques mots : accomplir la mission.

Néanmoins, dans ses travaux, il peut endosser plusieurs rôles, des personnalités un peu plus délirantes, mais qui n'en font pas trop. On dirait de lui que c'est un camarade amical, sympathique, mais dont nous ne savons rien. La vérité ? C'est qu'il ne sait rien de lui-même non plus.

4. Opinion sur le gouvernement mondial


Le Gouvernement Mondial est l'institution qui dirige le monde. Elle est maître de l'Ordre et de la Justice qui règne sur les mers et les terres.
Elle se doit d'être dotée d'une force armée conséquente afin de protéger les populations. Parfois, elle doit également savoir prendre les mesures nécessaires à l'établissement d'une paix durable pour la planète.

Voici à peu près la doctrine promulguée par le Gouvernement Mondial mais également les pensées de Wilyan. Comme dit précédemment, à part une légère appétence vers la cuisine, il ne connaît rien d'autre.
N'ayant encore que peu d'expérience sur les mers, il ne s'est jamais posé la question de savoir si cette morale pouvait être remise en cause.


5. Opinion sur la piraterie


Les pirates sont une menace pour la paix et l'équilibre qui se doit d'être éliminée.
La distinction entre "bons" et "mauvais" pirates n'existe pas. Ils doivent être éradiqués de la surface du globe car ils sont une à la fois une source de problèmes mais aussi une source d'inspiration pour les jeunesses futures qui pourraient s'identifier à eux et assurer la continuité des bêtises du passé.
Des phrases répétées en boucle et non pas une haine, mais plutôt un mépris vers quiconque se décréterait pirate.

Encore une fois, Wilyan pourrait presque faire croire qu'il n'est qu'un livre d'instructeur du Gouvernement, mais il n'en est rien. Il s'agit bien de lui et de ses opinions. Encore une fois, tout est à corréler avec sa faible expérience du terrain qui en fait un être un peu déphasé.

6. Opinion sur la franc-marinerie


La Franc-Marinerie est un ordre établi depuis déjà bien trop longtemps qui doit être éliminé de toutes les façons possibles.
Il est impossible de penser qu'une association cherchant à renverser le Gouvernement puisse vouloir du bien aux populations.
Cette institution n'est en rien comparable au Gouvernement Mondial et n'en sera donc jamais un substitut. Elle ne peut pas prétendre au pouvoir et régner sur quelconque pays du monde sans avoir l'aval -qu'elle n'obtiendra jamais sans changement total de régime- du Gouvernement.

Wilyan ne sait pas grand-chose de la Franc-Marinerie, mis  part ce qu'on a voulu lui enseigner et ce qu'il a pu lire dans la presse. Il n'a jamais eu l'occasion de rencontrer un membre de cette organisation et n'a donc jamais pu voir de ses propres yeux leurs actions.
Néanmoins, il les traite dans son esprit de la même manière que les pirates : une menace qu'il faut éliminer et qu'il ne faut pas laisser s'étendre au risque de créer un déséquilibre mondial qui serait désastreux pour les générations futures.



Histoire

Wilyan Ash Rosa est né il y a maintenant dix-neuf années au  Royaume d'Illusia, un sympathique pays se trouvant sur West Blue. Les choses se passaient -et se passent- bien, avec un roi fort, soucieux de ses sujets et qui voulait avant tout le bien de son peuple. Les parents de Wilyan ? Des citoyens sans grande histoire, mais réputés dans leur domaine. Le père de Wilyan était un médecin averti qui avait réussi à soigner bon nombre d'habitants dans le pays tandis que sa mère était une scientifique émérite qui avait réussi des prouesses sur des nouveaux matériaux, découvrant au fil de sa carrière des métaux plus durs que l'acier ou encore du papier plus tranchant qu'une lame de rasoir. Derrière les deux parents se cachait une fratrie toute entière.

Wilyan était le troisième enfant d'une portée de cinq. Trois filles et deux garçons. Au-dessus de lui un frère et une sœur qui avaient emboîté le pas des parents, obtenant d'excellentes notes à l'école du quartier. Ils seraient sûrement de grands chercheurs renommés et pourraient profiter de bons revenus afin de subvenir aux besoins de leurs familles. Ils s'installeraient sûrement tout près d'ici, dans le même royaume, achetant ou  bâtissant leur version améliorée de la maison familiale dans laquelle ils avaient grandi.
Aussi loin qu'il s'en rappelle, Wilyan n'avait jamais été vraiment doué dans le système éducatif mis en place. Il n'était pas un élève fainéant, ni rêveur. Il ne voyait pas l'intérêt de voir des choses si futiles. Ce n'était pas non plus un faux génie, l'une de ses personnes qui se contente simplement de passer un à un les diplômes à la limite. Il n'avait pas eu de coup de coeur, non, et avait vraiment du mal à aller de l'avant. Il y avait des choses qu'il ne comprenait pas, certes, mais d'autres où le manque de conviction des professeurs, parfois, ou le manque d'intérêt qu'i pouvait avoir, d'autres fois, l'empêchaient d'obtenir les résultats escomptés.

Ce jeune garçon avait pourtant quelque chose qu'il affectionnait particulièrement, quelque chose où il aimait passer du temps. Dans ses plus jeunes années, la nourrice qui le gardait lui et sa tribu pendant que ses parents étaient occupés leur faisait faire des tas de choses assez instructives dans l'immense bâtisse. Tous furent rapidement capables de s'occuper de la plupart des tâches ménagères et même de cuisinier des plats assez sophistiqués. Faire quelque chose de ses mains, peut-être était-ce là la voie tant attendue pour Wilyan. Il aimait la cuisine, faisait de succulents recettes, se faisait un plaisir de littéralement mettre la main à la pâte alors que le matin était un supplice pour lui, aller à l'école ne l'enchantant guère. Ses parents avaient remarqué cette passion et pensaient de plus en plus à l'envoyer dans un restaurant où il pourrait faire ses preuves et, pourquoi pas, devenir leur égal dans son domaine. Ils avaient toujours eu des ambitions élevées pour toute leur famille et ils voyaient là une manière de faire de Wilyan une sorte de copie d'eux-mêmes en terme de notoriété et de respect dans la profession.

Il ne quitta pas l'école pour autant et continua aussi loin que le système l'emmènerait. Il serait lettré, connaissant, parfois, lorsque les sujets l'intéressaient vraiment, quelques moments de gloire où il pouvait étaler la facilité naturelle qu'il avait à comprendre des problèmes concrets. Encore bambin, il continuait toujours à se satisfaire des plats faits avec ses nourrices qui changeaient de temps en temps d'une année sur l'autre.
Au bout de quelques années, il entra finalement dans un restaurant de l'île, à quelques encablures de là. Le trajet se faisait à vélo, une manière de faire de l'exercice et de se détendre l'esprit. Il n'en était rien, l'esprit du gamin n'était jamais détendu. Il ne pensait jamais à rien et était toujours fixé sur ses objectifs. Le trajet aller ? Deux choses en tête : la circulation et ce qu'il allait devoir accomplir durant sa journée. Le trajet retour ? Idem : la circulation et ce qu'il ferait une fois arrivé à bon port. Il n'avait pas le temps de se perdre dans ses pensées, pas le temps de se laisser emporter par des songes. En avait-il réellement besoin tant cette situation ne le dérangeait pas ? Il ne savait pas non plus, il ne s'était jamais posé la question.

Les semaines et mois passèrent. De laveur de tables, il avait été promu à l'épluchage des différents légumes puis finalement à la préparation des entrées. Ce n'était pas encore ce qu'il voulait faire, mais il se contentait d'accomplir sa mission avec le plus grand soin, d'obéir aux ordres sans jamais rechigner et de donner son maximum afin de remplir ses engagements. Il n'avait rien d'un as de la cuisine, n'était pas talentueux pour un rien, mais terriblement travailleur et perfectionniste. Telle une éponge, il emmagasinait critiques et conseils afin que son plat suivant soit forcément meilleur que le précédent. Presque adolescent, il n'avait guère envie de flâner dans les rues au coucher de soleil d'une soirée printanière comme pouvaient le faire des jeunes de son âge. Ce qu'il voulait ? Progresser. Il avait une vision très "court-terme-iste", ne voyait que le lendemain, au mieux, la semaine suivante.

Quatorze ans. Là où beaucoup auraient continué l'école, Wilyan avait trouvé un travail qui lui permettrait de lier les deux. L'éducation d'un corps mondialement reconnu ainsi que l'exécution de ce qui semblait être sa passion.
Une offre d'emploi tombée par hasard dans un journal, lui qui l'avait lu alors qu'il allait fouiller comme chaque jour à la page des recettes. Un camp de la Marine cherchait un cuisinier. Le salaire n'était pas très élevé, mais il n'avait même pas posé les yeux dessus. Son regard avait changé, il savait ce qu'il ferait le lendemain.
Empoignant sa bicyclette plus fermement que les autres matins, il se dirigea vers le camp de la Marine qui avait diffusé l'emploi. Pendant tout le trajet, deux choses : la circulation et ce qu'il allait dire une fois qu'il serait en face des soldats. Il avait travaillé son discours toute la nuit, il n'avait pas le droit à l'erreur, il le savait. Il faudrait les convaincre et leur faire comprendre qu'un gamin de quatorze piges était tout à fait capable de remplir ce rôle.
La bicyclette posée contre la grille, il se présenta face au gardien du camp, tenant fermement le journal dans la main. Il montra l'annonce et indiqua vouloir postuler. L'accueil fut froid, très formel, mais fut accepté. Il allait rencontrer la personne en charge du recrutement dès maintenant -ou plutôt dès qu'elle serait disponible. Il attendit une heure, il ne savait plus. Il était bien trop concentré pour avoir la notion du temps à ce moment-là.
Alors qu'il s'attendait à voir un homme assez costaud, ce fut finalement une femme qui l'accueillit. Elle était assez chaleureuse, même si ses phrases et mots pouvaient être secs. Elle savait ce qu'elle voulait, lui aussi. Ils arrivèrent finalement à un deal.

Le job était pourvu. Compte tenu de son âge, il y aurait seulement trois petites spécificités : un accord parental, un travail à mi-temps et des leçons scolaires suivies dans l'académie de la Marine. Ne craignant rien ni personne à la sortie de cette entrevue, Wilyan rentra chez lui toujours de la même manière (vous savez, circulation et objectifs en tête) et demanda directement à ses parents de signer le formulaire. Ce fut peut-être la première fois qu'ils le virent ainsi, agenouillé, front posé sur le sol. Ils ne purent dire non et, après tout, il s'agissait là d'une carrière tout à fait honorable que de servir l'institution qui se portait garante de la sécurité du monde entier.
Le lundi d'après, il partirait pour le lieu du travail. Nourri, logé, payé. Là était le début de son pseudo-rêve, là il pourrait certainement compléter ses talents et devenir encore et toujours meilleur qu'il n'était le jour précédent.

Il embarqua sur le navire et débarqua toujours sur West Blue.
On lui montra, en compagnie d'autres recrues, ses quartiers. Il était dans un dortoir de garçons qui avaient plus ou moins son âge et qui étaient là pour diverses raisons. Il ne les questionna pas vraiment, ce furent eux qui se présentèrent. Un était là pour devenir soldat, deux autres avaient été envoyés ici exclusivement pour suivre des cours car considérés au parcours trop chaotique. Un dernier voulait être navigateur. En bref, ils devaient en tout être une petite dizaine à vouloir, à terme, travailler pour le Gouvernement Mondial et la Marine.

Les premières semaines passèrent et l'emploi n'aurait pas fait rêver grand monde. Les cours étaient à peine plus intéressants que ceux qui étaient donnés à l'école. Ils traitaient beaucoup de théorie, des politiques en place dans les différentes îles, en plus d'un savoir-faire sur certaines méthodes maritimes.
Wilyan n'en avait que faire et continuait à faire les basses besognes dans le restaurant où venaient se sustenter la plupart des soldats. Il avait recommencé en bas de l'échelle et se chargeait des tâches les plus ingrates. Sa faculté à éplucher des légumes était certainement d'un niveau Dragon tandis que les autres de sa panoplie de cuisinier s'effritaient petit à petit avec le temps. Il était loin le temps où il magnifiait les entrées des plats du restaurant d'Illusia.
Pourtant, il continuait. Il ne voulait pas échouer et essayait toujours de s'améliorer, d'être encore plus rapide le lendemain.
Puis, un jour fut le bon. Un cuisinier malade et il était directement lancé dans le grand bain. Ce n'était pas la cuisine la plus raffinée du monde, certes, il s'agissait de nourrir des soldats, mais le chef choisissait toujours avec rigueur ses ingrédients et voulaient faire des plats qui feraient revenir les soldats. Il choisissait la variété et la qualité. Ce n'était jamais deux jours d'affilée la même chose, les menus étaient différents sur des semaines et on pouvait facilement dire qu'un mois complet pouvait s'écouler avant que deux recettes similaires ne soient servies. Tout le monde appréciait cela et à l'heure du repas, la salle était bruyante comme si ces gens qui voyaient du sang couler si souvent oubliaient tous leurs soucis pendant qu'ils se remplissaient la panse.

Wilyan n'avait rien à cirer de ça. Il avait eu sa chance et l'avait saisi. Le malade imaginaire -car il fut découvert plus tard qu'il était en réalité avec la fille d'un des caporaux- fut renvoyé et remplacé, toujours à mi-temps, par un minot de quinze ans qui était aussi doué en épluchage qu'en assaisonnement.
L'épluchage à grande échelle avait fait du gamin un chef manieur d'armes blanches. Son couteau était un prolongement de lui-même, il n'y avait pas de fausses notes, le geste était précis, régulier, le rythme régulier. C'était impressionnant à voir. On lui disait avoir du talent, mais ce n'était que le fruit d'un travail acharné de répétition. Son index n'était plus le bout de sa main, il s'agissait du bout de sa lame.

Quelques mois passèrent encore. En cuisine, il était encore là, devenu petit à petit l'une des personnes de confiance de l'endroit. Le chef ne venait pas lui demander conseil, il ne fallait rien abuser, mais son avis comptait. Il ne le donnait que rarement, mais la raison était toujours justifiée. Quelque chose de trop fade, trop cuit, trop cru... La critique pouvait piquer, mais elle était toujours juste.
Jour après jour, Wilyan devenait meilleur. Le chef ne savait pas où se trouvait la limite de son jeune apprenti. Alors qu'on croyait qu'il avait atteint son maximum, non, la même sauce tomate préparée une semaine après n'avait plus le même goût. La légère amertume qu'on avait pu percevoir n'existait plus. Dormait-il ? Lorsqu'on le regardait, il était tellement concentré, tellement dans son monde. Rien ne semblait pouvoir le faire dérailler.

Finalement, le jour qui changea la vie du gamin arriva et ce ne fut pas grâce à un acte héroïque quelconque, mais bel et bien en découpant des légumes que cela arriva. Alors qu'il continuait toujours à vitesse impressionnante ses précises découpes, il fut interrompu. En tournant la tête, il comprit très rapidement à qui il avait affaire. Un gradé de la Marine, un instructeur, une personne qui était allée en guerre. Il était là, il passait à peine par la porte. Une véritable armoire à glace.
Il adressa quelques mots au garçon, simples. On l'avait remarqué pour ses talents au couteau, on le disait capable de couper des tranches d'à peine un millimètre d'épaisseur. Une phrase marqua le pré-adolescent.

« Si je te dis que tu n'auras plus besoin de couteau pour faire la même chose, tu me suis ? »

C'était simple, efficace. Intrigué, désirant toujours en savoir plus sur les possibles techniques de coupe qu'on pouvait lui enseigner, Wilyan acquiesça.
En trois jours à peine, tout changea pour lui. Il ne vivait plus au même endroit, ne travaillait plus. Il passait son temps entre stratégies militaires, qu'il n'affectionnait guère et entraînement physique. Il était toujours porté par cet objectif et cette phrase étrange. Comment pourrait-il reproduire la même chose sans outils ? Il comprenait bien que c'était l'art du combat qu'on lui enseignait, mais il partait avec du retard. Beaucoup étaient des as dans leur domaine et lui n'était là que depuis quelques jours alors que d'autres avaient déjà passé des années à s'entraîner. Il faudrait rattraper son retard, il en était capable, il le savait. Il n'allait pas rechigner à la tâche et allait se dépasser, petit à petit, comme il avait l'habitude de le faire.
Les jours passèrent, les semaines passèrent et petit à petit il comprit ce qu'il était en train de devenir.

Malgré les années d'entraînement des gens du camp, Wilyan les dépassait aisément en dextérité. La précision des mouvements de ses mains ne trouvait pas d'égal. Il était capable de se faufiler, de vous voler une carte dans une poche avec une vitesse et une précision folle. C'était impossible à prédire et à sentir. C'était un véritable pickpocket, mais les instructeurs voyaient plus loin pour lui. Un tel don travaillé depuis si jeune pouvait devenir très intéressant si on lui ajoutait la force brute nécessaire. De plus, l'esprit très "focus" du gamin convenait parfaitement à la situation. Il ne posait pas de question, exécutait, s'améliorait et devenait plus fort.
En deux ans, son retard avait été refait et il faisait maintenant partie des éléments les plus prometteurs de sa promotion. Ses deux années avaient été bien remplies. Il ne les avait pas vues passer, il était resté là, pensant à cette phrase. Ce fut finalement la première fois qu'il perça une planche de bois avec son index seul qu'il comprit ce qu'il allait être capable de faire. Une telle force en un point était capable de percer une planche de bois, que deviendrait donc une courgette ?

Le perfectionnement était encore de rigueur. Il savait très bien qu'il ne pouvait pas encore aller sur le terrain. D'ailleurs, le voulait-il vraiment ? Ne voulait-il pas retourner en cuisine ? Pour le moment, non. Comme à son habitude, son plan de carrière n'était pas défini. Découvrir le monde ? Très peu pour lui. Il irait là où on lui demanderait d'aller. Rétablir l'ordre ? C'était un travail comme un autre. Il ne le prenait pas à cœur, il exécutait simplement sa tâche.
Les deux autres années d'entraînement passèrent comme les deux premières. Petit à petit, il devenait un réel combattant, un réel assassin, un réel espion. Il avait acquit toute une série de compétences très limitées dans leurs domaines, mais qui une fois assemblées, créaient des êtres parfaitement utilisables par le Gouvernement Mondial. Réaliser des basses besognes ou des grands travaux, ils disposaient de cerveaux formatés, prêts à actés pour eux sans le moindre souci.

Le dernier jour de son camp, Wilyan rangea soigneusement son couteau. Le maniant pendant quelques secondes, il sentit la lame souple se plier au gré des mouvements. Il la connaissait encore par cœur et n'avait pas vraiment perdu. Il était même sûr d'être encore plus efficace qu'avant tant tout ce qu'il avait appris durant ces quatre dernières années l'avait renforcé dans bien des domaines. Il était dorénavant solide comme un roc, mais pliant sans jamais rompre tel un roseau. Tranchant comme la lame de son couteau. Ouvrir un restaurant ? Ce fut peut-être la seule pensée qui lui traversa l'esprit un jour, comme ça, alors qu'il venait de renifler un plat en passant devant une échoppe. Non. Ce n'était pas pour maintenant, pas pour cette vie, peut-être pour la suivante.


Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? Raph
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! Bondour.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 1010
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 66715
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé), Observation (Novice)
☠ Dorikis : 9093
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: Wilyan Ash Rosa   Ven 22 Déc - 7:43




Validation


Salut Wilyan ! Nous y voilà donc, la fameuse validation de ton personnage !

Qualité : 500/500


Bon ! On commence avec la qualité qui est... Excellente ! Je n'ai fait attention à aucune erreur, c'est très bien ! Tu as une bonne plume, correspondant très bien, dans ton style détaché, au caractère assez apathique de ton personnage. Bien joué !

Cohérence : 400/500


Si globalement l'univers One Piece est respecté et qu'il n'y a rien de choquant vis-à-vis de notre contexte, je suis obligé de t'enlever ici des points. En effet, j'ai trouvé le brutal changement de vie de Wilyan vraiment trop brutal Razz Du jour au lendemain, il passe de cuisinier à élève du CP dans le seul et unique but de couper sans couteau ? Mais ça n'a pas de sens... Certes, ça aurait pu être justifié par un meilleur approfondissement de l'intérêt suscité en toi, mais tu es passé tellement vite sur ce point que ça en perd tout sens.

Longueur : 200/250


Si ton histoire n'est pas bien longue, elle fait néanmoins le tour de la vie de ton personnage, et c'est très sympa ! En revanche, je dois te faire un reproche qui, peut-être, ne te plaira pas. Où sont les dialogues ? Sur un forum One Piece, mais aussi sur n'importe quel autre, les dialogues sont extrêmement importants. Or, ici, ton personnage ne parle jamais. On ne sait pas s'il s'exprime de façon soutenue, extrêmement protocolaire, rigide ou avec un langage courant. Non seulement tu n'as pas saisi l'opportunité d'essayer de voir comment ton personnage s'exprime, mais en plus ta présentation s'en est retrouvée comparable à un "bloc" narratif unique.

Originalité : 400/500


En ce qui concerne l'originalité, je t'avoue avoir particulièrement aimé le début de ton histoire, avec un gamin apathique qui ne trouve aucun intérêt si ce n'est dans la cuisine. Néanmoins, je trouve que tu n'as pas suffisamment accentué ça en te mettant encore plus dans la tête de ton personnage.
Je sais bien qu'il est apathique et ne laisse que peu de place à ses propres sentiments, mais une poussée plus profonde dans sa psychologie aurait été plus qu'intéressante. Ici, c'est trop détaché et omniscient pour que la sauce prenne et qu'on s'attache à ton personnage.

De même, on est certes sur un forum manga, mais on est avant tout sur un forum One Piece. Or, le caractère du personnage un peu froid, solitaire et concentré, s'il fonctionne, se teinte forcément d'une bonne touche d'humour voire, même, d'instants loufoques. Je ne dis pas que ton personnage doit soudainement devenir burlesque, mais ton histoire, elle, clairement, aurait mérité une touche d'humour caractéristique de One Piece.

Subjectivité : 200/250


On en arrive au bout ! J'ai beaucoup aimé ta présentation, avec ton style agréable bien que peut-être un peu trop neutre. Ton personnage robotisé est très bien manié, et j'ai vraiment hâte de voir ce que tu vas en faire !

Tu as donc le choix entre tous les CP, de 1 à 9, en sachant que le 9 a la permission de tuer sans avoir à rendre de compte ensuite. Tiens-moi au courant en ce qui concerne ton affectation !

Bonne chance dans le monde impitoyable de Jolly Roger Very Happy

Note finale : 1700 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens
 
Wilyan Ash Rosa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rosa
» ~ Wilyan Jensen [Manque une validation]
» [Guide] RU ROSA
» [Théorie] Pokémon ROSA : rumeurs et théories
» Précommander ROSA ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: