Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles




Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il était un petit navire [pv Wally]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys : 1142202
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 2590
Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Il était un petit navire [pv Wally]   Lun 27 Nov - 11:56



Il était un petit navire!
Ft. Wally


"PARSEMBLEU! Attention Bergamote! Je viens tout juste de sécher mon chapeau, alors hors de question qu'on chavire une nouvelle fois!"

Aiguë et criarde, la voix qui perça subitement la quiétude de la nuit tombante provenait d'une barque toute proche des côtes d'Illusia. Piètre exemple de charpenterie, cette embarcation voguait piteusement sur les flots, abandonnant la sécurité du port officiel pour la discrétion d'une crique isolée. Charmante idée, sauf que ses occupants semblaient peiner à effectuer les manœuvres d'approche. La petite chose qui venait de vociférer n'était autre que Camomille, une théière sur pattes n'appréciant apparemment pas la "délicatesse" de ce fameux Bergamote. Pour sa défense, il faut dire que non seulement le géant de fer ramait avec ses propres bras, mais son poids projetait carrément le devant de la yole hors de l'eau, réduisant drastiquement sa visibilité.
Pourtant, malgré les gesticulations colériques du nain robotique, le reste de la compagnie était particulièrement calme. Oolong reposait doucement sur les épaules du colosse, tandis que le capitaine de cette étrange confrérie contemplait l'horizon, sirotant sereinement une tasse de thé.

"Illusia... Cardamome est enfin à notre portée."

Cette phrase lâchée au vent manquait surement de consistance, mais pour les "fils" de Maria curry, elle incarnait l'espoir. En effet, ayant hérité du besoin créatif de leur "génitrice", la fratrie mécanique nourrissait depuis longtemps l'envie d'un projet commun. Or, une barque ne faisant évidemment pas le meilleur moyen de transport, quoi de mieux pour catalyser leurs génies respectifs que la fabrication d'un navire? Bien que la charpenterie soit le domaine de prédilection de Bergamote, cette idée mit aisément tout le monde d'accord, lançant la première création de ces savants en herbes.
Il fallut beaucoup de temps pour mettre en place les plans de pareille invention, le monde ne comportant aucun navire à vapeur pouvant servir de référence. Seulement, la conception de cette merveille d'ingénierie navale ne posait pas vraiment de problèmes. Le vrai défi restait de trouver un endroit où ils pouvaient à la fois s’approvisionner en ressource, et échapper aux regards indiscrets. Cela pris un certain temps, mais Oolong fini par entendre parler d'un certain Jean-Bernard Planchu, et quelques échanges épistolaires plus tard, notre groupe tentait tant bien que mal d'accoster sur Illusia!

Les débris de la barque en disait long sur les modalités d'accostage, mais au moins, tout le monde était sain et sauf! D'un pas soutenu, la troupe s'engouffra dans la forêt de l'île, bien décidé à rencontrer leur cible avant le lever du jour. Malgré la main de fer que le Gouvernement maintenait sur cette île, il restait tout de même quelques endroits à l'abris des regards. Cette jungle tropicale en était un parfait exemple, et si ce n'étaient pour leurs yeux bioniques, nos explorateurs n'auraient sans doute pas remarqué le discret sentier qui se dessinait au travers de la flore. Il leur fallut tout de même deux bonnes heures pour rejoindre une clairière plus accueillante, et constatés non sans soulagement la présence d'un hangar.

"Sir Planchu."

Conscient de l'heure tardive, le Sommelier tenta tout d'abord une approche délicate, faisant sonner ses tasses dans un chant cristallin. Hélas, rien n'y fit, et petit à petit, les murmures devinrent cris, et un brouhaha de calembours autour des Planches ne tarda pas à envahir la forêt.
Ils s'en donnaient à cœur joie, et la faune locale ne fut pas la seule à être dérangée! Finalement, une lueur brisa l'obscurité, et une énorme clef anglaise fila à travers l'espace, embrassa violemment le crâne du pauvre Bergamote. Une silhouette emmitouflée dans des couvertures s’approchait du groupe, traînant ce qui avait tout l'air d'être un marteau gigantesque.

"Nom d'un tournevis, ça tourne pas rond dans vos boulons là?! Il est quatre heures du matin malandrins! Vous pensez vraiment que c'est le bon moment un concert de ...

-Une tasse de thé?"

Le Sommelier l'interrompit sans la moindre gêne, offrant comme seule explication à ce vieillard déchaîné une tasse brûlante et dégageant une forte odeur de menthe. Le bon sens voudrait qu'ils finissent écraser par ce marteau menaçant, et pourtant, Jean-Bernard resta sans voix. Son regard se promena d'abord sur la chouette mécanique, puis sur le géant d'acier, avant de se poser intensément sur l'étrange dandy. Un sourire dément se substitua alors à sa colère, tandis qu'un énorme "Rekekekekeke" emplit l'atmosphère.

"Clés à tube! Vous êtes finalement arrivés! Vous êtes là pour Cardamome hein?!"

Ne laissant à personne le temps de répondre, le viel homme les traîna à l'intérieur, son aura grincheuse et outrée ayant soudainement fait place à une euphorie étincelante. La logorrhée incontrôlable qui s'était emparé de lui ne tarda pas à expliquer la situation. En effet, non seulement le vieux charpentier avait accepté de les aider dans leur projet, mais il était tout simplement emballé! Dans toute sa carrière, il n'avait jamais eu l'occasion de travailler sur un navire à vapeur, ni même de concevoir un bateau dont toute l'armature serait entièrement composée de métal. Bref, son enthousiasme égalait largement celui de la fratrie, expliquant l'accueil chaleureux qu'il leur fit alors qu'ils l'avaient horriblement tirés hors du lit!
Aussi, malgré l'heure tardive, l'hôte ne pensa pas le moins du monde à retourner au royaume de Morphée. Assis autour d'une table, le clan robotique partageait les plans qu'ils avaient façonné, tandis que le vieillard démontrait son expertise. Bien qu'il ignorait tout du fonctionnement d'une machine à vapeur, ses connaissances en charpenterie surclassaient largement celles de Bergamote. Son expertise ne fut pas de trop, et il pointa rapidement le premier problème que devra affronter l'équipe d'ingénieur!

"Nous allons manquer de ressources... Je n'ai pas assez de métaux en stock, et commander une telle quantité attira surement l'attention.

-Ce que nous aimerions éviter autant que possible.

-J’imagine! Je suppose que vous pouvez en trouver sur l'île! Le complexe minier doit demandé une sacré quantité de métal pour être entretenu. C'est risqué, mais quelques prélèvements sporadiques devraient passer inaperçus."


C'est ainsi que se déroula leur rencontre, signant le début de ce qui s'annonçait comme une fructueuse collaboration. Tous les partis débordaient de motivation, et les travaux commencèrent le lendemain de leur rencontre. Evidemment, pareille entreprise ne saurait être réalisée en un jour, mais la motivation des troupes aidaient à réduire les délais de fabrication.
Conformément aux conseils de sir Planchu, le Sommelier et Bergamote se rendirent, quelques jours plus tard, au complexe minier. Malgré leurs activités révolutionnaires, ils profitaient de leur anonymats pour circuler sans trop de problème, et jour après jour, ils prélevèrent sans mal leur du dans les réserves locales. En soit, cela aurait pu fort bien se passer, sauf que le Gouvernement ne partageait pas aussi aisément ses ressources, et quelqu'un ne tarda pas à remarquer la baisse anormal du stock de métaux. Mais bon, quand le chat n'est pas là, les souris dansent!
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 130
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys : 17825335
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 5745
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: Il était un petit navire [pv Wally]   Mar 28 Nov - 20:57



Avec Le Sommelier


Il était un petit navire
-J'ai pas compris, c'est quoi le nom du gars que j'dois tuer ?

-Cette mission n'en est pas une d'assassinat, agent Wall...Terminator, c'en est une de reconnaissance. Nous voulons que vous découvriez pourquoi le stock de la mine d'argent d'Illusia montre un niveau différent de d'habitude.


-Bah ils minent moins...Nan ?

-...

-Vous pouvez au moins me répondre ! Pour une fois que j'essaie de vous écouter et de donner une réponse qui vous pète pas les couilles. Même si en fait j'm'en fous de vous péter les couilles. 'Fin, c'est pas que je m'en fous, c'est que je capte même pas quand je le fais, du coup ça me procure aucune...

-Le fait est, agent Terminator, que certaines sources nous ont fait passer des informations cruciales, informations qui nous mènent à comprendre quelque chose, ou quelqu'un, de bien précis est la raison pour laquelle la réserve de métal se retrouve si diminuée.

-...Z'avez utilisé trop d'mots de plus de six lettres, j'ai rien suivi.

-Faites simplement ce qu'on vous dit, agent Terminator, rendez vous sur Illusia et allez enquêter sur la mine. Nous attendons votre prochain rapport.


-Attendez, j'ai pas envie de faire ça moi ! Vous avez qu'à envoyer un autre de vos mongoles pour...Allo ? Moshi moche ? Putain, l'enculé...


Cela faisait longtemps qu'on m'avait confié une mission où on me demandait de tuer personne spécifiquement. C'était même jamais arrivé...Après, ça allait pas m'empêcher de zigouiller les 2, 3 idiots qui allaient se mettre sur mon chemin. Enfin, j’espérais. Si vraiment il aurait fallu en arriver à là, j'aurais été chaud pour aller moi même chercher des victimes, mais ça aurait été chiant. Du coup, ouais, 'fin voilà quoi, on allait bien voir...
Au moment où je reçus l'appel, j'étais déjà en mer, je savais pas trop où, enfin je savais mais j'avais oublié. Je sortais à peine d'une mission classique, où j'avais eu l'occasion de mettre mon doigt dans des crânes. Ça, c'était normal ! D'où on m'envoyait sur une île sans me dire de tuer quelqu'un ? Y avait des claques qui se perdaient au Gouvernement...
Sans même avertir les agents qui me servaient de navigateur, je rentrais dans ma chambre. Je supposais que mes supérieurs les avaient mis au courant vis-à-vis de notre nouvelle destination, et si c'était pas le cas, bah tant pis. J'allais pas me forcer à m'intéresser à leur job non plus, j'devais bien montrer que j'en avais rien à battre.

Une fois entré dans la cabine qui me servait de chambre, y avait un coussin au sol quoi, je posai mon cul par terre et attendit. Avec le sérum de super-assassin qui coulait dans mes veines, ce que je faisais quand il faisait nuit ne pouvait pas trop être qualifié de "dormage". Même si rien ne pourrait être qualifié de "dormage" puisque ce mot n'existait pas. Peut être, j'étais pas sûr. 'Fin bref, je pouvais pas dodo. J'pouvais fermer mes yeux et arrêter de bouger pendant plusieurs heures, voire jours, mais j'avais pas sommeil, je pouvais pas. C'était pas moi qui me le disait, c'était les vieux fous qui m'avaient injecté le truc. Moi j'avais pas cherché à savoir. Ils me disaient toujours des trucs comme ça, et j'avais beau de jamais tout écouter en entier, avec le nombre de fois qu'ils me répétaient les même choses, ça finissait par rentrer. Dans la tête. Pas ailleurs. Sinon ça serait dégueu.

Du coup je restais dans c'te cabine obscure, attendant d'être arrivé à Illusia, West Blue, île où j'allais accomplir la mission la plus chiante de ma carrière. Après plusieurs jours dans cet état, j'ouvris les neuneuyes, alarmé par un agent tapant frénétiquement du poing sur ma porte. Après m'être redressé et avoir assez avancé, j'ouvris la porte d'un coup de pied, la détachant du mur, l'envoyant dans la gueule de l'agent venu me prévenir de notre arrivée. Et l'envoyant par dessus bord, aussi. Ça c'était pas prévu, par exemple. En tentant d'ignorer...Nan, en IGNORANT les infos que me récitait un autre gugusse, je rejoignis le sol de West Blue d'un bond, comme j'en avais l'habitude. Le port était blindé de civils, et ils avaient tous le regard fixé sur l'emblème affiché sur les voiles du bateau qui m'avait amené ici. Les 5 ronds reliés par des traits là. J'avais jamais compris qu'est-ce qu'il avait de si spécial ce logo, pour qu'à chaque fois que j'arrive quelque part, tout le monde le fixe pendant un long moment, cette fois ci ne faisant pas exception.

Déjà fatigué par cette mission inutile où on m'avait retiré le droit de m'amuser, je tapais des mains pour réveiller la populace.

-Hey, trous du cul ! J'vais vous demander un truc, et j'vais le demander de manière circoncise et sans bavures. Je sais pas si ça se dit, mais j'vous emmerde. Donc, le truc que je vais vous demander en utilisant le moins de mots possible, ce que je suis clairement en train de pas faire, c'est...Qu'est-ce que je veux leur demander ? criai-je à un agent qui était resté sur le bateau, avant d'écouter sa réponse délivrée fébrilement. La mine, voilà. L'emplacement, ouais, tout comme tu dis, l'emplacement de la mine. Donc, braves gens, ce que je compte, comptais plutôt vu que depuis tout à l'heure j'ai toujours pas fermé ma gueule mais c'est pas grave parce que je m'en fous, c'est...La mine elle est où son emplacement ?

Là, ils me crièrent tous, en même temps, pratiquement dessus pour me donner des indications pour comment aller à cette putain de mine. Si j'avais été capable de reconnaître les émotions des autres, j'aurais dit qu'à ce moment là ils étaient en panique, mais ça avait aucun sens, j'avais encore tué personne. J'avais même pas menacé le vieux là-bas, avec sa calvitie, et son grand front qui ressemblait étrangement à une cible spécialement faite pour mon index...Là c'était le moment où j'avais arrêté de les écouter, m'étant laissé aller à imaginer ce vieillard avec le crâne ensanglanté , avec moi mort de rire au dessus de son cadavre. Peut être plus tard...

-Ok j'ai compris salut. leur lançai-je, en ayant parlé super vite, avant de m'en aller dans une direction au hasard.

Après, ils ont essayé de me dire que c'était pas le chemin qu'ils m'avaient indiqué, mais c'était toujours trop tard, j'avais pas arrêté de rêvasser. Je pouvais pas m'endormir, donc pas rêver, la nuit, mais rien m'empêchait de me faire des films en pleine journée.

Une fois mon rêve terminé, je regardai autour de moi, comme pour capter où j'avais finis. Enfin, pas "comme" pour capter, nan, vraiment pour découvrir où j'étais. Y avait des grands arbres, et beaucoup de terre. Tout portait à croire que c'était une forêt, mais rien n'était sûr, ça pouvait être une mine déguisée. En tout cas, c'était ce que je pensais. Dans cet état d'esprit, je continuai à avancer, jusqu'à ce moment où j'entendis un bruit qui se répétait. C'était des bruits de pas. Des gros pas. Des pas lourds, qui s'approchaient de moi. Putain, y avait un gros lard qui venait vers moi...

-J'vais me retourner, et si t'es vraiment aussi gros que j't'imagine être, mission ou pas, j'mets mon doigt dans ton crâne. lançai-je, déterminé, avant de me retourner brusquement. Qu'est-ce que c'est que cette merde...?

Le grand truc en métal devant moi, par exemple, je m'y attendais pas. Il avait des bras et des jambes le bordel...En métal !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys : 1142202
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 2590
Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Re: Il était un petit navire [pv Wally]   Mar 5 Déc - 10:41



Il était un petit navire!
Ft. Wally


Le temps s'écroulait incroyablement vite lorsque l'on s'amusait. Les jours s'étaient mués en semaine, tandis que les ingénieurs en herbe s'acharnaient à enfanter leur projet. Ils s'étaient tous profondément impliqués dans la fabrication du Cardamome, or si le navire à vapeur s'avérait bien plus retord que ce à quoi ils s'étaient préparés, l'expertise de sir Planchu et l'inventivité de Bergamote vinrent petit à petit à bout de tous les obstacles. Comme l'avait suggéré le vieillard, le Sommelier et son gigantesque frère prélevait régulièrement une petite quantité de métal dans la réserve minière, parvenant pour l'instant à passer inaperçus.
Oolong effectuait régulièrement des rondes dans la forêt, s'assurant qu'aucun œil indiscret ne vienne perturber le chantier. En soit, Jean Bernard n'avait pas beaucoup de visiteurs, mais mieux valait prévenir que guérir non? C'est ainsi que la chouette mécanique remarqua l’hurluberlu vêtu de rouge qui s'approchait dangereusement du hangar. Sa démarche montrait clairement qu'il ne savait pas où il allait, mais il faut croire qu'il avait naturellement suivi les traces du discret chantier menant jusqu'à cet atelier sauvage. Et ben, si monsieur était perdu, la fratrie robotique se ferait un plaisir de lui indiquer le chemin!

Quittant donc, à contre-cœur, son chantier Bergamote et son grand frère s'élancèrent dans le sous-bois. Le colosse de fer rumina pendant tout le voyage, mais le Sommelier réussit à le convaincre en soulignant qu'il pouvait toujours profité pour ramener du bois, puisque cela faisait bien une semaine que le charpentier humain insistait sur l'importance d'avoir au moins une chambre décente. Qu'est-ce que des robots pouvaient bien faire d'un lit douillet? Mystère, mais le vieux primate ne démordait pas...Surement un signe de sénilité.
Sachant où chercher, le duo arriva rapidement aux côtés de l'invité surprise. Bergamote tentait une approche frontale, tandis que le dandy patientait dans l'ombre, profitant d'une tasse de thé tandis qu'il s'étonnait des coutumes vestimentaires de cet inconditionnel du rouge.

"Cette merde? C'est de moi que tu parles nabot?

Décidément, Bergamote s'était vraiment levé du mauvais pied. Agressive et menaçante, sa voix ne laissait rien présager de bon pour la suite des événements. Le Sommelier sortit donc de sa cachette, se plaçant agilement entre les deux individus, afin d'éviter tout débordement. Contrairement  son homologue, il affichait un énorme sourire, tandis que son ton se voulait bien plus rassurant.

"Pardonnez l'agressivité de mon frère brave homme, mais il n'apprécie pas vraiment votre curieux choix de surnom. Ceci dit c'est un plaisir de faire votre connaissance, monsieur?"

Enchaînant avec une somptueuse révérence, le Sommelier offrit d'office une tasse de thé à cet inconnu, même s'il doutait, au vu de ses habits, qu'il puisse apprécier pareil breuvage. M'enfin, ne souhaitant pas gâcher une si belle entrée, le gentilhomme continua sur sa lancée.

"Je me trompe peut-être, mais vous êtes ici pour le Rassemblement annuel des amis du Sadomasochisme? Je crois bien que le festival ne commence que la semaine prochaine! Néanmoins, il me semble que le thème cette fois était rose et noir, pas rouge et noir..."

On ne dirait pas comme ça, mais l'androïde ne se payait pas du tout de sa tête. Il était encore bien trop tôt pour qu'il se lance sur les chemins alambiqués de l'ironie humaine, aussi ce fut avec toute sincérité qu'il considérait cet homme comme un curieux fétichiste. Après tout, vous connaissiez beaucoup de gens vous qui se promenait en collants?
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 130
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys : 17825335
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 5745
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: Il était un petit navire [pv Wally]   Jeu 7 Déc - 1:58



Avec Le Sommelier


Il était un petit navire
Je savais pas comment réagir. J'avais dit que s'il était aussi gros que je pensais qu'il était, bah j'mettrais mon doigt dans son crâne. Et il était gros. Sauf qu'il avait pas de crâne. C'était pas un crâne ça. Nan. J'm'y connaissais en crâne, et c'était pas un crâne. Ah non, là j'insistais, c'était pas un crâne. Mais ça voulait dire quoi, pour moi ? J'essayais quand même de mettre mon doigt dedans ? Et si je décidais de le faire, qu'est-ce qu'il se passerait ensuite ? Il aurait pissé le sang ? Ça, ça aurait été marrant. Mais si aucun liquide de couleur rouge ne coulait ? J'aurais été déçu. Déçu ? J'aurais ressenti de la déception ?
...
Ben nan, je pouvais pas ressentir de la déception, j'avais zappé. Bon bah du coup j'y allais. Haussant les épaules comme pour me faire oublier tous ces doutes que je devais normalement ne pas avoir, je m'apprêtai à lancer mon index en direction du gros truc en métal, mais quelque chose apparut devant moi. Quelque chose d'élégant, du moins je supposais. C'était ptêtre pas si surprenant que ça, mais je n'avais aucune notion d'élégance. J'pensais ça parce qu'il avait un costume trois pièces, et que ces trucs là mes supérieurs me disent de les enfiler de temps en temps. Si c'était que de temps en temps, ça voulait dire que c'était pour des trucs importants, et qui dit important dit élégant...D'où est-ce que je sortais ça, moi ?

-Bah oui, monsieur. J'ressemble pas à une meuf...Si ? J'espère que nan, ce serait bizarre. Non pas que j'y accorde de l'importance, mais bon, tu m'as compris. T'façon c'est bon tu l'as dit, j'suis un monsieur, tu peux pas revenir sur c'que t'as dit. En tout cas moi j'sais qu'j'peux pas, j'me retrouverais dans des sacrés merdes...Ah, merde, j'ai re-dit le mot que le gros truc aime pas. M'enfin bon...On s'en foutait, hein.

Je fis une pause dans mon discours pour saisir le récipient que le gars en costard me tendait. Y avait un liquide dedans. Qu'est-ce que j'étais censé faire avec ça ? J'aurais bien été tenté de le boire, mais bon j'étais pas sûr pour le coup. Ça m'avait l'air trop évident...
Dans le doute, tout ce que je fis fut de garder la tasse en main, et de répondre à ce qu'il me disait. Après tout, je l'avais écouté la plus grande attention. Enfin, la plus grande attention qu'il était possible de rassembler pour moi. Donc, ouais, j'l'ai pas écouté. Surtout que lui aussi venait d'utiliser des mots de plus de six lettres, du coup c'était chaud. De toute manière j'accordais pas d'importance à ce qu'il disait, bien qu'il y eut quelque chose chez ce gars là qui me turlupinait.
Trop chelou ce mot.

-Hein ouais rose et rouge, pourquoi t'as qu'un œil sur une seule moitié de ta face ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Agent du CP9
Le Terminator


☠ Messages : 130
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys : 17825335
☠ Localisation RP : Ohara
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Apprenti)
☠ Dorikis : 5745
Agent du CP9Le Terminator

MessageSujet: Re: Il était un petit navire [pv Wally]   Jeu 18 Jan - 3:28



Avec Le Sommelier


Il était un petit navire
-Hey oh ! T'es là ?

Ça faisait au moins 2 moins qu'on était plantés là, au milieu des arbres. J'abusais peut être quand je disais deux mois, mais qu'est-ce que j'en savais moi ? J'avais aucune putain de notion du temps, donc je captais pas quand le temps passait. Ça me faisait un point commun avec les gugusses en face de moi. Sauf que eux, on aurait presque dit que c'était pas qu'le temps qu'ils captaient pas passer. Pour vérifier un truc, je cognais doucement sur le crâne du gars qui m'avait filé une tasse de je-savais-pas-quoi. Ça me faisait bizarre quand je tapais dessus, c'était presque comme quand je tapais sur du métal, quand je m'ennuyais. En tout cas, ça avait pas l'air de lui faire grand chose à lui là, avec son œil. Du coup il m'avait lâché un vent, l'enfoiré, je savais toujours pas pourquoi il avait qu'un œil sur une moitié de face. Heureusement que le laps de temps durant lequel ça m'intéressait était écoulé, sinon j'aurais été vexé.
Nan c'était du pipo, j'm'en foutais depuis le début en fait. Mais quand même.

Dans une situation comme ça, 'me restait qu'une chose à faire, oublier ce qui venait de se passer. Ça, j'y arrivais super bien. Après avoir déposé la tasse encore pleine, et maintenant froide, au sol, je me glissais entre un-œil et la merde qu'aimait pas qu'on l'appelle la merde, et je marchais. Comme ça, dans une direction. Fallait bien que je fasse ce pour quoi j'étais venu, nan ?
...
Pourquoi j'étais venu, moi déjà ?

A ce moment là, j'aurais bien sorti mon escargophone pour redemander au boss ma mission, mais j'l'ai pas fait. Nan, sans raison, j'l'ai pas fait c'tout.
J'ai marché, à la place.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il était un petit navire [pv Wally]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il était un petit navire [pv Wally]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [HISTOIRE] Première nocturne à Gaston Petit...c'était quand?
» Un petit test pour mesurer son état de forme:
» Chouraqui était chez nous.
» Photo d'oslo le petit poney d'attelage
» pour la carpe au coup en petit étang, pêchez fin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: West Blue :: Illusia-
Sauter vers: