Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Yu El Tigrou [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 21
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 2033968
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Zoan du Tigre
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1958

MessageSujet: Yu El Tigrou [Terminée]   Ven 10 Nov - 21:32



Yu "Tiger Fist" Belladone




Prénom et Nom: Yu Belladone
Âge : 17 ans
Sexe : Femme
Avatar : Tigresse - Kung Fu Panda
Groupe : Civile
Métier : Médecin
Espèce : Humain
But : Maîtriser toutes les arcanes des arts martiaux à travers le monde.
---------------

Fruit du Démon : Neko Neko no mi : Modèle Tigre.
Autres capacités : Hasshoken


Description physique


Un corps sain...

Frêle aux premiers abords, il n'est pas rare qu'on se moque de ta carrure. Élancée, celle-ci n'a malheureusement rien pour elle. Pour une artiste martiale dans ton genre il est bien rare de prôner pareil corps. Mais bien que complexée par lui, notamment à cause de ton jeune âge où l'envie d'avoir une apparence développée se fait sentir, tu as su apprivoiser cette apparence si frêle pour montrer à tous ces médisants qu'on ne juge pas un livre à sa couverture... Pour peu qu'ils savent lire...

Ton visage est une des représentations de la dureté de ton entrainement. Toujours ancré dans un certain sérieux dérisoire, il est rare de te voir afficher de la joie ou un rire, même éphémère. Heureusement, tu restes encore très jeune, et sous cet aspect juvénile tu sais parfois te détendre, décrisper ton visage de marbre sculpté par des années d'entrainement. Celui-ci est d'ailleurs par une chevelure rousse des plus sommaires, tu n'as jamais eu le loisir de l'entretenir, celle-ci pouvant être un handicap certain dans l'art du combat.

De manière générale, malgré ta petite taille avoisinant le mètre cinquante, et ton poids n'étant guère plus élogieux, on remarque chez toi la finesse qui émane de ta chair. Un corps élancé, sans aucun superflu, un semblant de muscle sec et capable de supporter les charges les plus lourdes. Tu possèdes une volonté de fer et un corps qu'il l'est tout autant. En vérité, bien qu'en apparence, il est facile de te catégoriser à l'état de petite fille inoffensive, il suffit d'échanger quelques coups avec toi pour repenser son jugement. Tu manies l'agilité et la dextérité avec force et grâce...

Quant à ta tenue vestimentaire, tu restes toujours très sobre. Portant le symbole de l'école qui t'as formé, il n'y a rien chez toi qui puisse transpirer l'opulence ou même la volonté d'exploiter ton côté féminin. Tu es avant tout une combattante avant d'être une femme. Et cela se retranscrit même dans ta manière de te vêtir.

Depuis quelques années déjà, tu aurais pu te contenter de ça. D'être cette fille faible d'apparence. Mais grâce au mystérieux pouvoir que tu as acquis, tu es capable de chambouler la réalité en quelques secondes. Là il n'est plus question d'observer la Yu d'antan, sous ta forme hybride, tu peux aisément gagner près d'un mètre, dépassant alors de taille la plupart des standards de ton monde. Si autrefois tes muscles restaient dissimulés, sous ta bestialité, il n'est plus rien de tout ceci. Tu transpires la force et la rage, aux antipodes les plus éloignés de ton humanité. Tes crocs et tes griffes deviennent des armes aussi dangereuses que ta technique...




Description mentale


Avec un esprit sain...

Jeune... Et pourtant déjà si formatée. Tu as évolué dans une voie difficile où la souffrance est une sorte de parole étendard. La rigueur a été une chose qui t'avait toujours été imposé, afin de pouvoir poursuivre le chemin que tu t'étais décidée de tracer. Il n'y a pas vraiment de compromis lorsqu'on décide de se sacrifier aux arts martiaux. Un corps trop fragile à tendance à se briser en premier. Et si ce n'est pas la chaire qui se déchire, c'est l'esprit qui éclate en des milliers de morceaux. Pour un être aussi jeune que toi, tu as dû très vite suivre le moule, t'adapter afin de te préserver aux mieux des sévices d'un entrainement si dur...

Tranquille d'esprit, il est alors très rare de te voir perdre les pédales. La sérénité est un privilège que tu te gardes de préserver en chaque instant. Avoir un esprit reposé était l'assurance d'une clarté de réflexion éclatante. Bien que tu brilles davantage pour ta volonté à toute épreuve que ton intelligence, tu n'es pas non plus la plus idiote des mers. La lecture pour toi est un passe-temps comme un autre évidemment, cela est lorsqu'il t'arrive t'avoir du temps. Quant à la médecine, c'est un second art, une sorte de seconde passion que tu t'accordes à développer lorsque l'envie te prend et que ton apprentissage des arts martiaux n'est pas trop omniprésent. Tout est bon pour parfaire son mental de culture et de savoir.

Ayant subit un entrainement rigoureux durant toute ta vie, même si tu es loin d'être la créature la plus puissantes des mers, tu ne pourrais être brisée aussi facilement. Tu as déjà subit moult pression et moult souffrance, et tu avais respecté en tout point l'adage de ton maître. Ce qui ne te tuait pas, ne pouvait que te rendre plus forte. Et il y avait bien des choses qui aurait pu te couler vers les plus profondes abysses du néant...

Malgré tout cela, tu restes humaine, et jeune qui plus est. Il est vrai qu'il t'arrive de perdre parfois ton calme où ton zèle habituel. Tu détestes que l'on te fasse des remarques sur ta petite taille et bien généralement, sur ta petite poitrine. Bien que tu te dois de garder une âme bienveillante, tu as du mal à supporter toutes ces cruches pensant davantage avec leurs graisses aux fesses qu'avec leurs cerveaux.

Plusieurs diront que cela est de la jalousie de ta part. Enfin... Ceux qui l'ont dit n'ont plus été revu depuis bien longtemps...

Quant au reste, tu portes un jugement très neutre sur la vie. Tu ne l'as pas vécu d'un point de vue d'aventurière. Tu es restée presque toute ta vie dans ce climat d'entrainement et de sacrifice quotidien. Le monde est pour toi inconnu et tu ne connais que très peu la véritable vie. Toute ta culture n'a jamais pu te permettre de te figurer ce qu'était la vie en dehors du Pays des Fleurs, ta terre natale. Ainsi, tu ne possèdes qu'un avis très limité quant au fléau des pirates ou du gouvernement mondiale.

Pour toi, ce ne sont que deux camps se tirant la bourre mutuellement. L'un tentant désespérément de prendre l'avantage sur l'autre et inversement. Une sorte de conflit d'idéologie dont tu ne prétends pas comprendre les arcanes les plus profondes. Tu n'es qu'une fille en phase de devenir une femme, prompt et volontaire à la découverte du monde au-delà des frontières de ton île.



Histoire


Est une vie réussite...

Jeune... Tu n'avais pas vraiment de souvenir de ton enfance la plus éloignée... Celle-ci n'était pour toi que des images floues, des bribes incertaines d'une vie qui date de bien trop longtemps pour réellement compter à tes yeux. Tout ce dont tu pouvais témoigner, était que tu étais bien native de ce pays aux mœurs particulières.

Aussi loin que ton histoire pouvait être comptée, tu répétais inlassablement les mêmes mouvements afin de t'initier aux arts martiaux. Ton père était un maître reconnu sur l’île, pas la personne avec le plus de renom mais néanmoins ayant convaincu ses pairs de son talent et de ses capacités d’apprentissages. Il était normal que tu suives la vie qu'il t'avait destiné, bien qu'il avait toujours regretté de ne pas avoir eu un fils. Une fille, ça ne pouvait avoir que des mauvais cotés aux combats. Cela avait tendance à être plus fragile, moins apte à se battre... Bref. Sa déception fut grande, et ton traitement n'en fut que plus redoutable.

Ta vie fut pour le moins... Atypique. On ne formait pas vraiment les filles à être des guerrières, du moins, pas en aussi bas âge. C'était la culture des hommes, la volonté du sexe fort. Seules quelques combattantes parvenaient à véritablement se frayer un chemin dans ce monde hostile suintant la virilité par tous les pores. Toi ? Tu n'eus pas vraiment le choix. C'était un destin imposé par un père en quête d'une ultime reconnaissance. Il était vieux, et n'avait bientôt plus que son expérience et son savoir pour lui. Il se savait faiblissant, et voulait donner au monde une dernière image de son talent à travers toi.

Tu fus mangée à toutes les sauces, et l'opportunité de développer une enfance lambda te fut retirée. Petite, tu ne t'amusais pas avec des jouets ou quoi que ce soit appartenant à un monde juvénile, tu préférais davantage répéter des coups de pieds sur le même mannequin de bois qui fut ton seul ami. Un ami qui t'avait vu davantage grandir que ton père lui même. Le moindre échec était synonyme de frustration de la part du paternel à devoir supporter. Ta mère quant à elle n'avait pas vraiment son mot à dire. Dans la maison régnait une ambiance très machiste, l'homme avait le pouvoir de décision, quant à la femme, elle n'était censée élever que les gosses et les engrosser pour qu'ils soient bien portants.

Chose qu'elle put enfin concevoir après qu'il se soit écoulé une dizaine d'année depuis ta naissance. Porteuse de deux jumeaux, elle fut la joie ultime d'un père éternellement déçue par une jeune fille en qui il ne pouvait se voir. Malgré tous tes efforts, tu n'avais su combler l'égocentrisme d'un père vieillissant. Les Belladone pouvaient encore être sauvés, leur honneur préservé... Mais ce n'était certainement pas à travers la petite fille fragile que tu étais...

Ainsi, l'année qui suivi fut horrible pour toi... Voguant d'école en école, tu tendais misérablement à te faire recruter par un Maître afin de glaner ses savoirs. Tu n'avais été mise au monde que pour ça, pour apprendre à te battre, faire autre chose aurait été pour toi inconcevable. Malheureusement, bien que tu restais plus mature de corps et d'esprit que la moyenne de ton âge, tu arborais toujours cette représentation de petite fille frêle qui allait encore te coller à la peau.

Tu te souvenais encore de l'une de tes rencontres avec un des Maîtres en question. Un homme particulièrement poilu et à l'haleine puante. En réalité, tu n'avais pas eu le choix que d'aller jusqu'à ces extrêmes, personne ne désirait de toi et prendre le risque de t'enseigner des savoirs que tu ne saurais utiliser.

- Enseignez-moi vos savoirs Maître Rodrigue...

- A une brindille comme toi ? J'enseigne à des gars solides et toi tu me fais perdre mon temps !


Il riait d'ailleurs de manière grossière et sans aucune élégance. Aux antipodes de ce que l'on pourrait espéré d'un combattant pourtant reconnu pour son habileté au combat. Celui-ci usait d'ailleurs d'une sorte de lutte qu'il enseignait avec férocité. Celle-ci était comparable à du judo, des prises au corps à corps qui ne laissait place que très peu à l'agilité mais plutôt à la force brute. Tu n'étais pas disposée à cela, mais tu étais prête à ce genre d’extrémité pour quérir ton savoir.

- Si je bas un de vos élèves, vous me laisserez apprendre à vos cotés ?

Tu penchais la tête sur le côté. Tu étais jeune et déjà aussi arrogante. Il ne te semblait pas si fort que cela, et piquait dans son orgueil, il en vint à t'opposer un garçon avec quelques années de plus que toi. Celui-ci beugla un cri de combat incompréhensible, il ne te fallut pas longtemps pour le coucher d'un coup de pied retourné fiché dans son menton. S'écroulant au sol, ce fameux Rodrigue beuglait lui aussi sa frustration à la vue de son élève à terre.

- Mais tu es folle ! On utilise pas de coup de pied ici ! Ce n'est pas dans les règles ! Dégage !

La suite ne fut pas glorieuse... Ce genre de spectacle se répéta plusieurs fois. Lorsque tu faisais démonstration de ton savoir, tu piquais à vif l'orgueil des Maîtres, et tu ne pouvais décemment pas te faire accepter en ne montrant que ton allure chétive.

L'opportunité pour toi ne se présenta que quelques mois après. Un tournoi pour discerner le titre d'espoir du monde martial. Une épreuve reconnue que sur l’île qui faisait s'affronter les plus jeunes disciples de chaque école afin d'en découvrir le plus doué. Sur le moment, quelques-uns manquaient ce qui fut bien ta vaine puisque tu pus combler l'une des places manquantes et ainsi t'y inscrire même si tu étais dépourvue d'école véritable. Tu n'avais qu'un savoir d'un père autoritaire et un entrainement des plus acharnés, mais cela avait fait suffisamment l'affaire pour passer les premières étapes.

Les combattants devaient avoir ton âge, il fut simple de les battre. Tu ne te battais pas vraiment pour la récompense qui était cette année là, montrée comme particulièrement généreuse. Tu ne voulais qu'avoir un semblant de reconnaissance aux yeux de tous afin de poursuivre ton apprentissage encore bien confus. Les paroles de ton dernier adversaire marquait encore ton esprit. Un type aussi bavard que rusé...

- Alors petite ! J'ai un an de plus que toi et pourtant je suis déjà bien plus grand et musclé que ce que tu ne seras jamais ! Hahahaha !

- Évite de parler s'il te plait et bas toi...


Il était frustré de ne pas te voir t'emporter de la sorte. Un gamin de ton âge n'avait normalement pas un recul suffisant pour ne pas se perdre dans ses provocations. Avec la sévérité de ton père, tu étais bien loin de toutes ces choses saugrenues. Son école était réputée pour user de tout ce qui était à sa disposition pour gagner. Insulte, coup-bas, triche... En réalité, il n'y avait que la victoire qui comptait et cet art bien que déshonorable avait déjà fait ses preuves à travers le monde. Il n'était pas étonnant de voir ta rigueur affronter sa félonie lors de la finale.

Tu avais néanmoins terminé par le vaincre, usant de maturité suffisante pour déjouer ses coups davantage vicieux que dangereux. La récompense te fut accordée aux malheurs et à l'indignation des autres. Celle-ci prenait la forme d'un fruit à l'allure bizarre et l'aspect repoussant que l'on désignait comme étant une sorte de fruit du démon. Tu n'en avais jamais entendu parlé et tu déplorais bien l'idée d'avoir un fruit en récompense. Tu croquas dedans bien évidemment, espérant que celui-ci avait au moins le plaisir d'être bon et emplit d'énergie capable de te rendre plus forte mais, en vain... Seul un dégoût amer et répugnant vint à t'envahir le gosier.

Quelques jours plus tard, tu vins à apprendre l'existence de tes nouvelles capacités... Chose que tu allais parfaitement exploiter dans l'avenir. La réelle récompense ne fut pas tant l’obtention de ce fruit mais plutôt l'attention du roi lui-même qui bien qu'aussi brute de coffre que les autres, avait eu l'intelligence de concevoir ton talent et de tenter de l'exploiter.

Son enseignement était à des années lumières de ce qu'avait pu te faire subir ton père tantôt. Différence de puissance oblige... Il n'avait que faire de ton genre, tout ce qui l'emportait c'était ta capacité à te développer toi et ton nouveau pouvoir. Celui-ci t'accordait temporairement une force et une carrure te permettant d'exploiter un tout nouveau monde de capacité. Ton corps frêle était idéale dans les situations où l'agilité primait à l'inverse de cette forme de tigre qui te permettait de rivaliser en force brute avec les hommes les plus costauds.

Pendant une demie dizaine d'année, le roi lui-même te forma toi et ses autres disciples à l'art du Hasshoken. Un art de loin supérieur à tous les autres que tu avais pu apercevoir tantôt. Il t'avait fallu le loisir de l'appréhender, d'en faire tiens et de tenter de l'adapter à tes capacités sans commune mesure. Tout ce temps-là, tu fus bien isolée de ta famille qui de toute manière ne t'intéressait plus. Ton père avait retrouvé un intérêt pour toi après ta victoire et l'enseignement que tu suivais, mais c'était désormais toi qui reniait sa présence.

Durant tout ce temps, tu te forgeas un corps et un esprit encore plus solide que tout ce à quoi tu avais pu prétendre. Le Roi était bon et fort et tu avais développé un certain esprit de camaraderie avec les autres disciples qui suivaient le même parcours que toi. Tu ne parlais que très peu avec eux, tu n'avais pas pour habitude d'être expressive, mais il t'arrivait parfois, d'exprimer tes sentiments de jeunesse. De laisser éclater l'adolescente que tu étais, à l'abri des regards du Roi bien entendu.

Après toutes ces années, il était évident que l'envie d'en apprendre davantage sur le monde t'avait titillé l'esprit. Tu n'avais pas envie de rester cloîtrer sur cette île qui t'avait vu naître. Tu voulais apprendre de toi-même et vivre tes propres expériences afin de devenir toujours plus forte. Le savoir du Roi était immense, mais il n'était pas le tiens, tu ne pouvais que vivre ses expériences à travers ses paroles et ce fut en réalité lui qui te donna le goût d'évoluer, de briser tes chaînes.

Tu voulais vivre par tes propres moyens et te détacher entièrement de cette image de fille formatée uniquement pour les loisirs de ton père et de ses rhumatismes. Et ce fut ainsi que tu débutas tes premières aventures, en tant que simple civile de ce monde aux milles et une merveille...



Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? Yu
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! Yajuu est un gros naze et Josh un roxxor.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
 
Yu El Tigrou [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh OH Tigrou
» Nous avons terminé notre voyage dans les Ardennes
» (Dept19) LEON (ex Tigrou) ânon, sauvé par CAPI !!!!! (Janv 2013)
» Ma charge ne semble jamais terminée
» Randonneuse 650 B

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: