Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie
Légion


☠ Messages : 124
☠ Âge du Personnage : 10 ans
☠ Berrys (x1000) : 27490
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Travesti-fruit
☠ Haki : Observation novice
☠ XP Dorikis : 5786
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie Légion

MessageSujet: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Mer 8 Nov - 0:01



La bienséance : première leçon, l'écoute !


Feat : ✘ Le Sommelier



-J'ai appelé cette chanson : Résurrection !




Dissimulée par les nuages , sa pale lueur ternie,
Écrasée par la rage, chaque jour un peu plus elle mûrie,
Mais vivre sa vie ne lui était pas permis,
Évitant le trépas en terre sainte renaquis,

Rejeton d'une famille détestable,
D'un père pitoyable,
Et d'une mère minable,
Elle tourna la page de ce livre lamentable...


Un bruissement dans l'air, et sans que je ne puisse faire quoi que ce soit, je fus déjà souillé par le jus de cette tomate avariée. Le fruit c'était écrasé dans mes cheveux et son jus coulait déjà sur tout mon visage, m'obligeant à interrompre ma prestation alors que mes yeux mordu par l'acidité de la tomate se refermaient par réflexe. En plus du coulis qui recouvrais mon visage et mes cheveux, dégoulinant le long de mon cheveux et de mes tempes, voilà que l'odeur du fruit avarié me monta aux narines. Je fus pris d'un haut le cœur qui m'en fit lâcher mon précieux violon.

Un grand fracas, un bruit caractéristique de cassure, le son des cordes se brisant... En un instant je me retrouvais agenouillé face à mon violon, observant les yeux exorbités mon instrument brisé. Mais à l'heure actuelle ce n'était pas seulement mon violon qui se brisa, non ma dignité et mon égo se brisèrent suivant de pair, l'amertume de la destruction et de la perte.

Agenouillé, sali, et moqué, l'adulte dont j'ai imité le corps aurait surement fuit, pour se terrer loin des regards et du jugement de la foule qui observait en riant ce bien triste spectacle mis en avant sur un piédestal. Mais c'était sans compter sur le fait que je n'étais en réalité pas un adulte. Et moi tout ce que je voulais c'était pleurer. Je ne pouvais contrôler ma colère et ma frustration... Et tandis que mes émotions grandissaient toujours plus, faisant bouillir mon sang, mes yeux humides, commencèrent à lâcher des torrents de larmes incontrôlés.

Moquée et désabusée, je ne sus comment réagir, et rebondir, alors mon corps pris le dessus extériorisant par ces larmes honteuses tous mes sentiments. Et ce public odieux qui était passé de l'extase au rire, et qui maintenant se terrait dans un silence ampli de haine, quel genre de public était-ce ?

Mais si la plupart des gens semblaient gênés, se terrant dans un mutisme d'outre-tombe en détournant le regard, un enfant profitait du spectacle, applaudissant et riant aux éclats face à mon désespoir. Il riait si bruyamment que tout le monde tourna le regard vers lui avant même qu'il ne prit la parole. Positionné au milieu du marché, tout le monde pus admirer sa prestance et sa cape aux teintes cosmiques. Ce petit, ce n'était pas n'importe qui, et il n'aimait pas entendre la concurrence apparemment !

-Ahahahaha ! Voavoavoa !

Il riait aux larmes, tapant du pied pour essayer de se calmer, alors que tout le monde l'observait, étonné. Mes pleurs s'étaient stoppé, interrompu par son bruyant fou rire. J'étais maintenant debout, toisant de toute ma hauteur, cette petite raclure dissimulée dans la foule.

-Voavoavoa... Ahahaha... C'était très drôle ! Bon maintenant t'as finis, non ? Descend de ma scène, je vais te montrer ce que c'est un vrai artiste !

Il avait finalement réussis à se calmer, en marchant jusqu'à l'estrade sur laquelle j'étais perché. Je le fusillais d'un regard noir tandis qu'il me crachait son poison provocateur et enfantin au visage. Je ne savais pas qui étais ce gamin, mais je ne pouvais pas le laisser s'en tirer comme ça. Alors qu'il commençait à grimper les marches de l'estrade, prenant une pose sur chacune d'elle pour saluer son public, charmé, je bouillonnais de rage. Mes yeux étaient révulsés, mes dents serrées et mes poings me démangeaient. Ma rage grondait, je la sentais monter comme durant ce jour-là, ce jour où mes parents ont brisés mon enfance !

-Voices ! Voices ! Voices ! Voices !

Les gens semblait scander ce mot comme si c'était le nom de scène du prétentieux garçon que je voulais étriper ! J'étais prête à bondir pour empoigner son cou et le briser, mais au lieu de ça je perdis l'équilibre, semblant être poussé par une force mystique qui me fit choir du piédestal pour atterrir face contre terre, sur le sol poussiéreux où travaillaient les honnêtes commerçants du marché. Pas un mot sortit de ma bouche pour témoigner ma douleur et mon déshonneur. Non je restais sur le sol, muet immobile, alors que la star de l'île commençait son show dans l'euphorie la plus totale.

-Miaaaaouuu ! Croaaaa !

Furent les seules paroles réconfortantes qui me parvinrent de la part de mon ami Froppy, le seul et unique animal travesti, avant que la musique se joua, couvrant ces miaulements transformés en croassements par une guitare au son vrombissant et suant le rock à plein nez. Et là, la magie opéra ! Une voix divine et impossible sortie de la gorge du jeune chanteur, me faisant bondir en un soubresaut de surprise.


©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Dernière édition par Agon Daeriss le Ven 10 Nov - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys (x1000) : 1873
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2590
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Ven 10 Nov - 17:33



La bienséance : première leçon, l'écoute !
Ft. Agon Daeriss

Illusia, un nom charmant pour une île charmante, il n'y avait aucun doute! Elle avait beau être sous la tutelle du gouvernement mondial, on ne pouvait nier qu'il y faisait bon vivre. Le climat tropical offrait une chaleur agréable, entrecoupée régulièrement par de rafraîchissantes alizés. La population était étonnement accueillante, et il semblait que la pauvreté se refusait à visiter l'endroit. Tout semblait parfait, et dans ce cas, pourquoi revenir ici?
Cela faisait déjà trois jours qu'il arpentait l'île, tentant vainement de repérer la moindre anomalie dans ce qui, jusqu'alors, avait tout l'air d'une parfaite utopie. Seulement on ne trompait pas Le Sommelier, et il savait bien que ce thé sentait trop bon pour être vrai! Néanmoins, pour l'instant, il était sans aucun doute la chose la plus étrange à arpenter les rues d'Illusia. Après tout non seulement on parlait d'un être mécanique, mais il ne brillait pas par sa sobriété. Affublé de son habituel costume blanc, il passait aussi inaperçu qu'un carnivore dans une dégustation de tofu.

Après avoir inspecté la zone portuaire et, tenté, sans succès, de visiter les mines d'argent, il décida que ce jour serait dédié au centre-ville. D'ordinaire un touriste moyen se contentait d'une ou deux heures de marche avant de reposer ses pieds d'humain à l'ombre d'un café, mais notre androïde se moquait bien de cette fainéantise. Cela faisait bien trois bonnes heures qu'il paradait dans les rues piétonnes, et il était loin de vouloir s'arrêter. Il rejoignit par le plus grand hasard une place publique, et si tout d'abord il tenta d'identifier d'où venait ce bruit de corde frottée, son attention fut accaparée par un trésors urbain.

"Bien le bonjour noble gargotier! Quelle plaisir de trouver enfin une guinguette digne de ce nom! Je n'ai pu m'empêcher de notifier l'annotation "Thé chaud" de votre menu. Autant croyez moi, j'apprécie qu'un restaurateur daigne enfin proposer cette boisson délicieuse, vous conviendrez que l’appellation est un peu réductrice non?"

Comme on pouvait s'y attendre après pareille phrase d'approche, un silence gênant fut sa seule réponse, tandis que la face du restaurateur bataillait entre amusement, effroi, et irritation. Il en avait vu des hurluberlus, mais Le Sommelier les reléguait aisément au rang d'honnêtes excentriques. Néanmoins, après vingt bonnes secondes de silence, le "gargotier" se décida à répondre.

"Eh... Je... Donc vous voulez du thé?"

Grand Dieu, comment avait-il osé? L'inconsistance de cette réponse aurait, en temps normal, provoqué une diatribe virulente de notre Dandy sur l'immense variété des thés, et l'insulte envers tout consommateur averti que représentait ce genre d'outrage. Seulement quelque chose d'autre capta son attention, et le tavernier, trop content de s'en sortir à si bon compte ne demanda pas son reste.
Oui, il n'avait pas rêvé, ce qu'il pensait n'être qu'un innocent amateur de tomate se transforma soudainement en horrible critique d'art. En soit, il n'avait rien contre la liberté d'expression, et il en avait même fait son combat, mais devait-il prendre une forme aussi laide? Entre artistes, ne devaient-il pas se soutenir? Bref, tandis que la foule s'extasiait de cet idole aigre douce, Le Sommelier se rapprochait lentement du laissé-pour-compte. Un sourire illuminait son visage, tandis qu'il donna à sa voix le ton de la sympathie.

"Allons mon brave, buvez ceci, ça vous fera du bien."

Sa main posé sur l'épaule de ce musicien déchu, il lui tendait, avec toute la sincérité du monde, une tasse de thé vert, dont le délicieux parfum de bergamote témoignait de la qualité du breuvage.
Détournant alors son regard vers la nouvelle star, notre androïde prit son chapeau, et en sortit un légume tout aussi rouge que celui précédemment projeté. Il s'adressa alors de nouveau au chanteur désabusé, une touche d'espièglerie teintant cette fois sa voix.

"Œil pour œil, dents pour dents, c'est bien ça non?"

Ne lui laissant pas le temps de répondre, Le Sommelier projeta la tomate avec une précision chirurgicale, provoquant une rencontre explosive entre le visage de ce "Voices", et la chair délicieuse du légume, qui cette fois, avait la délicatesse de ne pas être trop mûr. Alors qu'il pensait l'affaire réglée, un silence menaçant s'empara soudainement de la place, regards d'incompréhension et de colère circulant tout autour du duo improvisé.
Même le gringalet prétentieux en avait perdu sa voix, et la profondeur de son désespoir montrait clairement que c'était bien la première fois que pareille chose se produisait. Non, jamais on avait osé dénigré son art, et la larme qui apparut sur sa joue déclencha une véritable ire dans la foule des spectateurs. Jurons et menaces se mirent à siffler d'un peu partout, témoins d'une rage naissante et prête à bondir.

Pourtant, le Sommelier restait parfaitement calme, et ce fut sans doute son indifférence au chaos ambiant qui fit que, petit à petit, des regards menaçants fusillaient le duo nouvellement formé. Il se foutait complètement de quelques têtes brûlées, mais nul doute que la foule toute entière se retournerait contre eux, s'ils venaient à être désignés coupables. Tendant la main à son allié de fortune, notre Dandy s'exprima d'un calme presque insultant, compte tenu du bordel qu'il venait de créer.

"Hum... je pense que nous devrions quitter les lieux, non?"

Code by Joy


Dernière édition par Le Sommelier le Ven 24 Nov - 0:47, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie
Légion


☠ Messages : 124
☠ Âge du Personnage : 10 ans
☠ Berrys (x1000) : 27490
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Travesti-fruit
☠ Haki : Observation novice
☠ XP Dorikis : 5786
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie Légion

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Sam 11 Nov - 0:54



La bienséance : première leçon, le partage !


Feat : ✘ Le Sommelier




Subjuguant, c'était le terme ! Pas que son pamphlet musical soit extraordinairement grandiose, enfin, je ne critique pas sa musique... La chose qui était certaine, c'est qu'il existait en cet artiste une dichotomie qui le rendait unique, une chose masquant même la qualité de sa musique : sa voix ! Son ton si puissant, mature et singulier dénotait totalement avec un corps aussi frêle et enfantin que le sien. C'était rien de plus qu'un mystère de la nature et encore je n'avais, à ce moment, rien vu de ses capacités

Mon bourreau, celui dont l'amitié me torturait jour après jour, et qui m'avait quelques instants auparavant poussé de l'estrade, me trahissait une fois de plus, en effectuant quelque pas de danse, prit par la frénésie de la voix du jeune chanteur. La foule était elle aussi devenue folle, mutant leurs acclamations frénétiques, en des mouvements de tête, de bassin ou d'épaule, fixant tous avec admiration, leur étoile montante : Voices !

Ma colère et ma honte avaient été éclipsé, rapidement mutées en une étrange admiration pour ce rival imbuvable, lorsqu'il changea pour la première fois le timbre de sa voix. Je n'avais jamais entendu ou vu telle prouesse. Il était, pour mon jeune esprit, inconcevable de pouvoir changer de voix en chant que ce soit naturellement où même à l'aide de technologies. Les deux options étaient pour moi, doux fantasmes musicaux.

Subjugué par sa voix envoûtante et ses prouesses, je m'étais enfermé dans mon esprit. Ma réflexion fut stoppé par un bruit mécanique et une rencontre des plus inattendue et intéressante, car ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre...

-Un robooooooooot ! Oooouaaaaah !

Mille supernovas semblèrent scintiller dans mon regard. Oui oui, je n'avais plus seulement des étoiles dans les yeux, non, c'était le stade au-dessus. Ces étoiles avaient vu le jour, et ont implosé en un même instant, tant la joie de voir un être robotique fut immense et une expérience inédite. Mon cœur faisait des bonds dans ma poitrine. Tant de rêves enfantins étaient concrétisés et synthétisés, en cette être posé devant moi. Je le fixais la bouche en cœur alors qu'il me proposait du thé.

-Ooooooh ! En plus tu fais machine à boisson ? Merci, machine à boisson-chan !

J'étais vraiment trop heureux, beaucoup trop heureux, tellement trop heureux de voir une telle chose face à moi, que j'en avais oublié ma situation, Voices et ces histoires fruitées. J'avoue que je n'avais pas bien saisis son raisonnement lorsque je le vis extirper une tomate de son chapeau et me parler de dent et d'œil... C'est seulement lorsque je suivis la trajectoire de son lancé et que le chant de stoppa net que je compris enfin son objectif !

Le visage du garnement était teinté de rouge, pas d'écarlate sanglant, juste de consistant et fruité jus de tomate, qui perlait à son tour sur son doux visage. Ah l'arrosoir arrosé quel beau concept ! Cependant cette interruption de "mon sauveur" me laissa entre la douceur et l'amertume. Pas parce que j'aurais eu envie de le faire moi-même mais au contraire car j'aurais attendu la fin de sa prestation. Si là j'étais moi-même irrité par les pleurs du jeune chanteur qui signifiait un arrêt de la chanson, je pouvais imaginer le degré de haine se terrant en chacun des regards noirs que nous lançaient les spectateurs, conquis depuis un moment déjà, par la voix de Cesare.

Alors que tout autour de notre duo, nervosité et colère grondaient s'élevant toujours plus, le Dandy, lui restait étonnamment calme. Quant à moi, je bafouillais, surpassé par l'accumulation des événements, ne sachant trop où me placer et que faire.
C'est uniquement, lorsque la main tendue, l'être de fer, me proposa de fuir avec lui pour éviter la foudre du public, que j'eus la solution à ce problème. Il est une chose qui peut arranger tous les moeurs, apaiser toutes les tensions... La musique ! Si aujourd'hui c'était à cause de la musique que j'étais dans une situation foireuse, il est logique que ma porte de sortie soit aussi la musique !

-Machine à boisson-kun, t'as une guitare ou un violon sur toi ? Prépare-toi à t'improviser musicien ! Eh oui la fuite ne résoudra rien, la musique par contre... Elle est la solution ! T'es prêt machine à boisson-san ?

Buvant le thé d'une traite, je posais le gobelet vide sur une étale avant de récupérer mon micro gisant au sol. Un sourire étira mes lèvres. Une lutte onirique venait de commencer, lancer par une ambiance électrique, suite à une rencontre des plus étranges entre un robot et moi l'ange polymorphe de Kedetrav !


©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys (x1000) : 1873
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2590
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Dim 12 Nov - 12:47



La bienséance : première leçon, l'écoute !
Ft. Agon Daeriss

Un autre individu aurait sûrement été choqué par le brusque changement d'attitude de musicien déchu, seulement le Sommelier avait depuis longtemps abandonné l'idée de donner une quelconque logique à l'esprit humain. Il savait que les bipèdes souffraient de l'impétuosité de leurs émotions, et si quelques exceptions existaient, comme la sublime Maria Curry, le reste d'entre eux avaient la stabilité intellectuelle d'un singe bipolaire. Seulement il ne haïssait point la famille des primates, et il en était de même pour leurs cousins.
De la même façon, il ne s'offusqua pas de ce sobriquet peu flatteur, même si, une fois le moment venu, il se fera une joie de corriger ce jeune impudent. Pour l'instant, il convenait d'échapper à cette foule en colère, et pour cela son allié avait un plan infaillible...

"Eh, c'est que...Je ne..."

Alors là... chapeau. Il fallait un esprit sacrément tordu pour laisser notre automate pantois! En même temps, son esprit binaire avait beau parcourir encore et encore les précédentes péripéties, rien ne lui permettait de justifier pareille conclusion. Pourtant, son impresario auto-proclamé ne se fit pas attendre, et voila qu'il récupérait son micro, lançant les premières notes de ce duo improvisé. Et ben, s'il le fallait...
Malgré la pression environnante, le Sommelier prit le temps d'apprécier une tasse de thé, le temps semblant se figé tandis qu'il dégustait le breuvage délicieux. Dans sa cervelle métallique, ses circuits parcouraient sa mémoire à la recherche d'un quelconque programme liés à la musique. Oui, cela pouvait sembler incongru pour un cyborg, mais connaissant sa créatrice, ce genre de niaiseries peuplaient assurément ses méninges. Ah voila...enfin!

"Mesdames et messieurs, en exclusivité sur Illusia..."

Sa voix avait prit soudainement une ampleur inhumaine, tandis qu’une intense lumière s’échappait de son corps métallique. Oui, il avait le sens du spectacle, et la rage des spectateurs ne put que s’incliner devant pareille mise en scène. Laissant son compagnon commencer en cappella, des hauts parleurs sortirent de son pectoral, projetant un beat si puissant que, naturellement, la foule recula d’un pas, offrant une scène digne de ce nom à notre merveilleux duo.
Oui, son heure de gloire arrivait enfin, et déclenchant un véritable feux d’artifice lumineux, le Sommelier plongea toute la place dans le silence, chaque individu n’osant même pas respirer dans l’attente de son sublime solo.


Grandiose, sublime, colossal, voici le genre d'adjectifs qu'attendait notre optimiste androïde. Hélas, il n'eut comme réponse que le silence d'une foule dépitée, et les visages qui quelques minutes plutôt brillaient d'impatience portaient désormais la marque du dégoût. Au moins, quelqu'un fut diverti par cette misérable prestation, et le le rire de "Voices" résonna dans toute la place.

- Voavoavoa ! ÉPIQUE! Voavoavoa ! Un applaudissement pour ce génie du triangle mes amis!"

Son sarcasme contamina la foule comme une traînée de poudre, et tel un tsunami, une déferlante de rires s’abattit sur notre duo. Les moqueries les assaillaient de toute part, transformant cette masse populaire en un troupeau de singes hideux. Oui, ils étaient laids, se roulant par terre quand ils ne pouvaient sécher les larmes provoquées par cette hilarité.
Le pire dans tout ça était que certes, le Sommelier n'avait aucun talent musical, mais son compagnon avait sûrement quelques talents, et ceux-ci venaient d'être étouffés par l'extravagance d'un dandy métallique, et la mesquinerie d'un enfant star.
Non, il ne s'avouera pas vaincu! Branchant le micro de son ami du jour à ses enceintes pectorales, notre cyborg ignora momentanément la foule, offrant en plus de ses mots, un sourire plein d'espoirs à ce musicien déchu.

"Allez mon brave, ce n'est pas encore fini! Montre à ses énergumènes ce que vaut un vrai musicien."

Augmentant le volume, l'automate se prépara à amplifier la voix de son acolyte, conscient qu'il couvrira aisément le vacarme de ces mécréants hilares.
Code by Joy


Dernière édition par Le Sommelier le Lun 13 Nov - 18:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie
Légion


☠ Messages : 124
☠ Âge du Personnage : 10 ans
☠ Berrys (x1000) : 27490
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Travesti-fruit
☠ Haki : Observation novice
☠ XP Dorikis : 5786
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie Légion

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Lun 13 Nov - 0:50



La bienséance, première leçon : l'écoute.


Feat : ✘ Le Sommelier




Bien-sûr que mon plan était parfait à une ou deux erreurs de calculs prêt... Mais comment j'aurais pus deviner le désastre musical qui allait suivre ? Ah et me parlez pas de mantra ! Si j'avais eu des prédispositions pour cet art céleste, j'aurais certainement quitté les cieux bien avant, abattu par la tristesse et le dégoût, non c'était réellement une aubaine que de ne pas posséder cette capacité ! Je fixais un instant le micro que j'avais en main, vouant une certitude sans borne à mon plan musical, occultant totalement les bafouilles robotiques du mécanique amateur de thé. Me voyant prendre mon micro, Froppy se mit à bondir, fou de joie. Oui, ce chat était des plus étranges, en plus de se travestir en grenouille, il semblait apprécier la musique, là où les autres félins semblaient fuir le vacarme des concerts ! Une étrangeté sur patte cet animal, je vous les dis !

Impatient, mon compagnon de voyage bondit sur mon épaule, réaffirmant enfin qu'il était de mon côté. Mes yeux roulèrent d'exaspération et mes joues se gonflèrent. Sale bête, il était gonflé quand même... Toujours du côté des gagnants celui-là ! Au moins ça augurait de bonnes choses pour notre duo improvisé. Remonté à bloc, je cessais de bouder pour arborer un large sourire, adressant à ses visages sinistres, une sympathie quasi insultante.

Le son gronda alors à m'en faire griller les tympans et pour le coup ce n'était pas mon micro qui était mal réglé vu qu'il n'était branché nulle part et que je n'avais même pas commencé à chanter. Les yeux plissés, je pus comprendre l'annonce que le robot émettait d'une voix intense et inhumaine. En faisant la moue, je me retournais vers mon compagnon du jour, espérant voir la prouesse qu'il allait accomplir. Une grande question occupait mon esprit : Les robots avait-il la fibre artistique ? Une voix métallique parviendrait-elle à retransmettre le flux d'émotions intrinsèques qui constitue toutes mélopées ? Ce mystère serait dévoilé aujourd'hui ! Rien qu'en pensant à ça, mon sourire s'agrandit encore plus, et mon corps trépignait d'impatience.

-Ooooooooooh ! Oh ! Woaaaaaaa !

Mon étonnement, n'étais pas anodin. Le cyborg révélait une nouvelle facette de ses compétences. D'une machine à boisson il s'était muté en une boule à facette, inondant toute la place de ses flamboyantes lumières multicolores ! Quelle polyvalence ! Quel sens du spectacle ! Je restais, bouche bée devant ce drôle de robot, subjugué par les progrès manifeste de la technologie ! C'était certain... Je l'adorais déjà !

Mon corps c'était mis à bouger tout seul, suivant le rythme de mon pied droit, qui frappait frénétiquement le sol, tel un métronome naturel. Le son se jouant dans ma tête s'extériorisait actuellement grâce aux mouvements de mon corps, me poussant à entamer ma chanson de la manière la plus brute qui soit : uniquement grâce à ma voix. Transmettre son énergie via une chanson chantée en a cappella était un défi pour tout artiste, car cela pouvait être un coup de génie transcendant les cœurs et les barrières musicales, ou bien un spectacle des plus humiliants.

La foule avait bien fini par se taire, assourdit par les larsens du robot, et émerveillés par les effets pyrotechniques dont il était le maitre et la source. Moi je ne faisais pas trop attention à lui, trop concentré dans le chant, tentant de captiver la foule. Le moment était épique, puis mon compagnon du jour improvisé ingénieur du son, ingénieur des lumières et musicien, entama une envolée musicale qui me coupa net dans mon chant. Du triangle ? Du triangle ? Pour de vrai ? Il faisait un solo de triangle, là ? Loin de moi l'idée de juger son choix, hein, mais la foule le ferait, elle. Ma concentration m'avait finalement échappée, évaporée tel les pleurs de Voices qui riait une fois de plus à gorge déployée, instaurant le début de rires intempestifs et de moqueries assumés.

Quel piètre public ! Rire ainsi d'une performance inédite, bien que particulière, c'était tout bonnement honteux. Tous autant qu'ils étaient, ils n'étaient rien de plus que des rats, proliférant dans la médiocrité et les profondeurs puantes de l'étroitesse d'esprit. Une fois de plus je roulais des yeux en soufflant alors que chaque personne dans la place se moquait ouvertement de notre duo improvisés. Dépité, je l'étais, mais étonnement le dandy de métal ne l'étais pas, au contraire je pouvais lire sur son visage métallique ce qui ressemblait à un sourire. Enfin j'interprétais ça comme un sourire, et ses paroles allèrent dans ce sens. Il semblait vouloir persévérer, comme convaincu que la musique, ma musique parviendrais réellement à apaiser la situation. Ainsi donc cette machine avait plus de fibre artistique que le peuple de cette ile ? Mais où va donc le monde ? Quelle humanité pervertie et décérébré ! J'adressais un sourire au dandy avant d'adresser au public un discours assourdissant :

-C'est pas bientôt fini bande de moutons débiles ? Vous... Vous n'avez donc aucun respect pour la musique et l'émotion... Vous êtes inhumains ! Tant pis pour vouuuuuuuuuus ! Je chanterais pour cette machine qui a plus de goût que les pourritures que vous êtes ! Bandes de méchaaaaants ! Mécréaaaaaants ! Saleeeeeee... Hum... Hum

J'aurais pus continuer à déverser ma rage sur cet auditoire infâme, les insultant de toutes les appellations dégradantes que je connaissais mais en vraie... Mon vocabulaire de flibustiers s'arrêtait là, en ce temps. Oui j'étais encore relativement pure et innocente on peut le dire ! Mon regard croisa le regard robotique de mon nouvel ami, et je sus enfin qu'il me fallait extérioriser mes émotions par la musique ! Transcender mon être pour me dévoiler par le chant. Guidé par la haine, mon esprit me mena sur les chemins violents et tumultueux du rap, sur lequel 50 berrys c'était imposé comme le maitre ! Il était temps que je change de registre et que le cygne montre le bec !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Dernière édition par Agon Daeriss le Lun 13 Nov - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys (x1000) : 1873
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2590
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Lun 13 Nov - 22:02



La bienséance : première leçon, l'écoute !
Ft. Agon Daeriss


Au plus profond du sépulcre, dans l'antre insondable des abîmes, le Phoenix immortel émergea de ses cendres. Ayant enfin repris de sa déculotté, le musicien déchu renouait désormais avec son orgueil. Héro improvisé, il prit la défense de notre virtuose du triangle, avant d'embrasser la proposition du cyborg. Un regard plein d'ambition anima la flamme, et en quelques secondes, l'atmosphère s'embrasa.
Le Sommelier reconnut sans mal ce rythme agressif et ces mots tranchants. Nul Franc-marin n'ignorait le légendaire 50 berrys, et la poésie amère qu'il avait emmené au sommet. Cette fois, la foule ne fut pas charmé par la douceur d'une voix, ou éblouie par quelconques élans virtuoses. Ces manants furent tout simplement soumis. Amplifiée par le corps de l'automate, la voix du jeune homme s'empara sans partage de la place, s'accaparant de force l'attention de cet auditoire pourtant difficile. De plus, elle ne fut pas seule bien longtemps, car bientôt un puissant beat vint accompagner ces rimes salées, donnant encore plus de volume à cette délicieuse contre-attaque.

La colère disparaissait à vue d’œil, et les visages auparavant menaçants furent transis de surprise. Bon gré mal gré, ce beat puissant résonnait en eux, tandis que la voix indomptable du cygne pénétrait leurs os, ne tardant pas à arracher des cris d'enthousiasme à ces oreilles désormais acquises. Oui, même le mioche prétentieux était resté bouche bée, ne s'attendant sûrement pas à trouver une concurrence valide dans ces dualités loufoques. En temps normal il aurait réagit, mais là, sa curiosité retenait sa mesquinerie, et pour la première fois depuis longtemps, Voices écoutait.
Hélas, s'il avait su ravalé son ego l'espace d'une chanson, un autre artiste ruminait dans l'ombre. Il y avait bien un troisième chanteur sur Illusia, et s'il ne s'était pas encore manifesté, c'était parce qu'il y a bien longtemps qu'il avait renoncé aux feux de la scène. Pourtant, cet être ne manquait pas d'ambition, puisque après tout cela faisait presque un an qu'il travaillait à conquérir le public fortuné de cette île. Comment pensez-vous qu'il réagira, alors que deux opportunistes empiétaient sur son territoire?

Lentement, une silhouette massive s'extirpa de l'ombre, profitant du rap déchaîné pour se faufiler discrètement jusqu'à la seule et unique star de cette place. Incarnation de la pièce manquante entre l'espèce humaine et les grands singes, ce gorille élégamment vêtu masquait à peine sa malice derrière un sourire bien trop grand. Narquois au possible, il chuchotait sa bile à l'oreille du jeune prodige, tandis qu'une volée de petites mains préparaient un gigantesque retour de flamme.
Le concert se termina dans un tonnerre d'applaudissements. Attrapant son chapeau, le Sommelier accueillit cet enthousiasme débordant par une sublime révérence. Du haut de ses presque trois mètres, il dominait aisément cette masse humaine, et autant transporté qu'il était par l’allégresse nouvelle, le gorille géant qui les fixait pernicieusement excita sa méfiance. Hélas, sa défiance s'avéra rapidement bien inspirée.

"Et bien Illusia, j'espère que vous appréciez cette petite distraction."

Sauvage et vicieuse, la voix du primate résonna dans toute la place. Tel un berger prêchant à son troupeau, le Mink capta l'attention des citadins. Bien que surexcités par les dernières péripéties, ces derniers répondirent avec un empressement quasiment religieux, montrant non seulement le charisme, mais également le travail méticuleux qu'avait effectué, jour après jour, le gorille géant sur cette population. Ils buvaient ses paroles comme un nectar divin.

- Je dois avouer qu'il me fend le cœur de voir à quel point il est aisé de perdre votre fidélité. Seulement rassurez-vous, je vous pardonne. Après tout, nous savons tous ici qui est le véritable détenteur de votre amour."

De puissants projecteurs aveuglèrent un instant l'auditoire, tandis que ce qui servait préalablement de simple estrade fit place à une véritable scène de concert. Les lumières étaient géniales, et un groupe entier trônait sur le plateau fraîchement monté, tandis qu'en son centre, un enfant prodige s'avançait vers la foule.

"One, two... One two three four."



D'abord la guitare, puis la batterie, et enfin, la voix de ce béni brisa l'atmosphère. Le public criait sa joie, tandis que Caesar Autevoir démontrait l'immensité de son talent. Dans un registre tout aussi violent que le rap, les vagues du rock frappaient la foule, la secouant jusqu'à l'extase, sans pitié, sans remords.
Malgré son corps mécanique, le Sommelier ne pouvait être qu’impressionné par la réaction de l'entourage. Cette fois, il ne sera pas celui à interrompre les prouesses de ce géni malpoli.
Code by Joy


Dernière édition par Le Sommelier le Mar 14 Nov - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie
Légion


☠ Messages : 124
☠ Âge du Personnage : 10 ans
☠ Berrys (x1000) : 27490
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Travesti-fruit
☠ Haki : Observation novice
☠ XP Dorikis : 5786
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie Légion

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Mar 14 Nov - 17:52



La bienséance, première leçon : l'écoute.


Feat : ✘ Le Sommelier



Les insultes et les futiles balbutiements de ces imbuvables spectateurs, c'étaient finalement tut face à la suprématie de ma voix ! Mon compagnon robotique y était pour beaucoup mettant à profit sa puissance sonore pour assommer et terrasser cet auditoire qui me sortait les yeux de la tête. La colère les avait quittée, remplacé par la joie et l'enthousiasme. C'était ça le pouvoir de la musique ! C'était cette issue que je voulais montrer au dandy métallique ! La fuite n'était point une solution... Mais la musique l'était, car la musique est la solution à toute chose ! Tout s'efface, tout se soumet face aux affres de la musique, tout y compris les cœurs les plus attristés, et même les plus sanguinaires ! Car la musique transmet des émotions et touche les hommes dans leur âme et conscience !

Transporté par la musique, envoûté par mes émotions, je débitais les paroles à une vitesse impressionnante. Tout ceci semblait si aisé, si naturelle, comme si les mots sortaient d'eux même du fin fond de ma gorge, remontant à la surface, tandis que je flottais au-dessus de ce monde, emporté par mes cathartiques parole et mes émotions les plus intenses. La musique me transposait, transcendant mon être pour me faire atteindre le septième ciel ! Je n'étais plus avec ce bas peuple, à danser dans la poussière, non, j'étais au-dessus de tout ça, j'étais devenu la musique elle-même ! L'impact final. Mon acerbe venin avait finalement contaminé tous les corps, leur arrachant une attention et une admiration pour le moins mérité.

Un grondement impressionnant ramena mon esprit sur terre, me rappelant à ma pathétique condition de vivant. Ce n'était surement qu'un sursis avant que la mort ne mette fin à mon doux rêve de chanteur, mais il était enfin paisible et si agréable ! Il n'y a plus grande satisfaction en ce monde que d'entendre le tonnerre des applaudissements, nous rappelant à chaque son à quel point on est aimé, adulé et digne d'intérêt. L'attention. C'est cette notion floue, que j'essayais de m'accaparer jour après jour depuis que j'avais découvert la musique. C'est cette notion très "humaine" qui me rapprochait de Dieu, cet intouchable arrogant.

Alors c'était ça un public soumis ? C'est ce genre de visage pitoyable qu'il apprécie voir ? Ces gens étaient des imbéciles à l'image des miens : les anges. Je ne serais pas leur Dieu, non je ne voulais pas l'être, je laissais ce loisir à Voicies ! Je relevais les yeux, fixant les visages euphoriques, tandis que les acclamations de la foule me faisait rougir. La chaleur s'accumulait dans mes joues, mon corps réagissait sous l'effet de l'adrénaline, trop heureux que ma voix ait conquis leurs cœurs. Bon, c'est vrai, j'appréciais leur enthousiasme et le regain d'intérêt qu'ils éprouvaient pour ma personne. Alors, rouge comme une tomate, je souriais bêtement avant d'imiter l'automate dans une révérence approximative, saluant ce public, mon public du jour qui avait enfin retenue une leçon, tout comme Ceasar dont la fourberie et la provocation semblait s'être tut à jamais !

Cette leçon était l'un des préceptes fondamental de la bienséance si chère au cœur de notre duo : l'écoute ! Première forme de respect, l'écoute nous mène à la compréhension et l'empathie. Si seulement tout le monde pouvait respecter ce précepte il n'y aurait plus de guerre en ce monde. Mais le monde est fou et personne ne tend l'oreille vers son prochain... Personne n'écoute la Vearth pleurer ! À ce moment -à, moi aussi, j'étais bien loin de tous ces principes philosophiques, top obnubilé par ma notoriété passagère.

Une voix puissante résonna alors, m'extirpant, de mes salutations gênées et de mon enthousiasme naissant. C'était une voix des plus étranges, inhumaine, bestiale qui sonna mon esprit. Suivant les regards dont je n'étais déjà plus le centre, mes yeux se posèrent sur l'estrade transformée en une immense scène de concert.

-Kewaaaaaa ? Aaaaaaouwaouaw !

La surprise était totale. Les yeux écarquillés je présentais un visage dépeignant l'étonnement, déchiré entre la surprise et l'admiration. Mes mains se lièrent en une prière silencieuse tandis que des étoiles brillaient dans mes yeux. Je vacillais, luttant contre le trop plein d'émotions qui m'envahissaient, me rattrapant au robot à la moustache métallique pour m'appuyer sur ses fermes épaules !




-Oooooooh ! Le singe ... La scène ... La lumière... Woaw ! Oooooh ! Le singe ! Monsieur singe parle ! Oooooh !

J'allais d'étonnement en étonnement, trans porté par mes yeux d'enfant qui rendait tout magique, m'extasiant devant ceux qui furent quelques minutes auparavant mes bourreaux. Je sautillais sur place prenant appui sur le robot, impatient de voir ce qui allait se passer, je jubilais comme un enfant devant des cadeaux. Je me tus, à mon tour, religieusement, dès que la musique se joua, préparant l'entrée en scène du virtuose du micro qui m'envoûta une fois de plus avec une nouvelle voix. C'était à notre tour d'écouter, nous laissant envoûter par les violentes abysses du rock.

Je ne pus qu'acquiescer tout du long cette somptueuse prestation. Ce gamin avait un talent indéniable, il était certain que je me ruerais à ces concerts, mais il était peut-être préférable de s'éclipser pour aujourd'hui... Tapotant le crâne de fer du Dandy je finis par lui hurler des mots, tentant de couvrir le son provoqué par le concert :

-On peut partir maintenant si tu veux Heavy métal-chan... On ne nous laissera pas d'autre chance !

Je lui adressais un sourire avant de m'avancer vers les échoppes, me perdant dans le méandre des rues, suivit de près part Froppy qui courrait derrière moi. Sans savoir si le robot m'avait suivi j'enchainais :

-J'adore ton style et ton beat... Ça te dit qu'on forme un groupe Heavy métal-chan ? On l'appellera Metal.... J'ai pas d'idée en fait et toi ?

Je me retournais alors, le sourire aux lèvres espérant que le robot moustachu est une réponse à me proposer.



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Dernière édition par Agon Daeriss le Mer 15 Nov - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys (x1000) : 1873
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2590
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Mer 15 Nov - 15:41



La bienséance : première leçon, l'écoute !
Ft. Agon Daeriss


On ne pouvait nier que ces gens avaient le sens du spectacle. Réussir à surpasser l’exubérance du Sommelier n'était point chose aisée, et ces quidams s'en sortaient avec brio. Pourtant, autant il appréciait l'ambiance créée par ce concert, la réaction de son compagnon du jour restait bien plus divertissante. Tout feu tout flammes, cet homme mûr avait la consistance d'un enfant de dix ans, autant par ses réactions exubérantes, que par ses changements d'humeurs bien trop rapides. Peut-être était-il un de ces bipolaires dont l'Androïde avait déjà entendu parlé? Quoiqu'il en soit, c'était un véritable régal de le voir s'extasier ainsi, même s'il fallait avouer que pour un homme de son âge, cela manquait de classe.

"Heavy métal comment?!"

Notre dandy n'eut hélas pas le temps de s'offusquer plus ouvertement, que le drôlet s'en alla. Évidemment, il ne pouvait que le suivre, ne serait-ce que pour lui enlever ce surnom débile des lèvres! Il l'aurait sans doute tolérer de la part d'un gamin, mais bon, le rappeur avait visiblement largement terminé sa croissance.
Au moins, il fallait avouer que s'écarter de la foule n'était pas une mauvaise idée, et déjà l'air se faisait moins lourd, et l'ombre d'une ruelle s'avérait bien plus agréable que le soleil claquant de la place. La puce sur patte s'arrêta finalement, offrant enfin à notre gentleman l'occasion de rectifier le tir.

"Alors tout d'abord jeune homme : Le Sommelier. Tel est mon nom."

Ceci fut évidemment suivi d'une révérence digne d'un danseur classique, si on rajoutait au gracieux mouvement de bras un chapeau, et une canne forte élégante. Ce même accessoire pointa directement vers l'homme enfant, avant de se baisser rapidement vers le... truc... qui l'accompagnait.

"Et vous, comment dois-je vous appeler?"

De nos jours, les présentations officielles étaient un peu vieux jeux, mais il existait encore quelques arriérés conservateurs pour apprécier leurs bienfaits. Le Sommelier en faisait partie, et attendant une réponse, il sortit une tasse de thé de son chapeau, et y préleva une délicieuse lampée. Un sourire satisfait illumina son visage, tandis qu'il reprit la parole.

"Euh... et d'ailleurs qu'à t'il de particulier le métal d'Evy?"

Non, il ne plaisantait pas, nul part dans sa base de donné il n'était mention de ce type de métaux, ni même cet Evy dont parlait le jeune homme. Bien que quelque chose en lui indiquait qu'il s'agissait là d'une de ces subtilités humaines qu'il peinait à comprendre, il valait mieux prévenir que guérir! Quand au fait de former un groupe de musique... cela en soit n'était pas une mauvaise idée. Non pas que le Sommelier c'était improvisé musicien, mais il fallait avouer qu'un Boys band ferait une couverture parfaite pour des activités révolutionnaires. Hélas pouvait-il sciemment impliquer cet inconnu dans ce qui pourrait bien, un jour, signifier son arrêt de mort? Son programme de morale s'y refusait.

"Metaaa ... langue dans ta poche? Désolé sir, mais autant l'idée semble alléchante, ne devrions pas mieux nous connaître? Qui sait, je pourrais être un pirate, ou encore un pire...un Franc-marin!"

Son ton se voulait léger, et sa face bionique prit les traits de l'humoriste satisfait. Toutefois, le regard de l'automate scrutait minutieusement son interlocuteur, avide de sa réaction face à la mention de la faction rebelle. Après tout, s'il était un partisan du Gouvernement mondial, nul doute qu'un tic de désapprobation, même léger, transparaîtrait sur son visage. Autrement, peut-être pouvaient-ils effectivement envisager l'idée de ce groupe... bien qu'à deux, ils n'iraient pas bien loin.
Attendant impatiemment une quelconque réaction, l'Automate prit une autre gorgée de thé, prenant le temps cette fois de laisser à quiconque l'occasion d'observer la tasse qu'il utilisait. Celle-ci était d'une porcelaine admirable, illustré par ce qui semblait être une vielle femme et... un cigare? Oui, curieux dessin que voila, et s'il ne représentait sûrement rien pour un observateur lambda, ceux partageant le combat de la légendaire Maria Curry sauraient que n'importe qui ne possédait pas pareil attirail.
Les pirates avaient leurs drapeaux aux allures funestes, la Marine son uniforme légendaire, mais les Francs-marins ne pouvaient se permettre de brandir des étendards aussi éclatants. De nombreux codes permettaient aux hommes de l'ombre de se reconnaître, et le symbole de cette vielle folle était l'un d'entre eux.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie
Légion


☠ Messages : 124
☠ Âge du Personnage : 10 ans
☠ Berrys (x1000) : 27490
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Travesti-fruit
☠ Haki : Observation novice
☠ XP Dorikis : 5786
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie Légion

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Jeu 16 Nov - 1:12



La bienséance, première leçon : l'écoute.


Feat : ✘ Le Sommelier




J'écoutais sa présentation, pensif, grattant mon menton tout en levant les yeux au ciel. Réflexion ou rafraîchissement de mémoire ? Je semblais absent, tandis que le dandy s'appliquait à exécuter une révérence, sur laquelle je finis par poser un regard vide, inexpressif. Un éclair de génie me pourfendit puis un large sourire frappa mon visage, illuminant de joie la ruelle.

-Le Sommelier, hein ? Ton nom c'est le sommelier !
On est fait pour s'entendre.
J'ai pas de thé à te vendre,
Une seule proposition : on va tout faire péter !

Yeeeeah !


Pauvre automate ! L'enfant de Maria Curry aurait sans doute préféré, terminer sa vie dans une décharge, sans une seule goutte de thé pour se désaltérer, plutôt que d'entamer un voyage avec moi... Un enfant bloqué dans un corps d'adulte, improvisateur de rimes et chanteur en toute circonstance... Mais là, il pouvait encore se faire duper, et accepter cette proposition folle sans savoir dans quel genre de projet fou il s'embarquait.

La question fatidique. Un blanc un peu gêné. J'ai le regard fuyant et l'esprit vagabond. À quoi bon avoir un prénom quand tout ce qu'il nous rappelle c'est la déception et la colère. Je gonflais mes joues sous l'effet de l'irritation et soufflais bruyamment, excéder de ne pouvoir répondre naturellement :

-Mon nom de scène ? Je... Je sais pas... J'y réfléchis encore ! Je voudrais quelque chose de court et d'impactant ! Quelque chose qui marque ! Facilement prononçable de tous ! Mais je ne trouve rien...

Dépité, j'affichais une moue sincère tandis que je me grattais les cheveux, angoissé par mon manque d'inspiration. Fort heureusement, le robot vint me délivrer des tumultueuses affres de mon terrible esprit, continuant son interrogatoire incompréhensible. L'écoutant, je fronçais les sourcils, avant d'ouvrir grand mes yeux, perdu. Et merde ! Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas révisé mes cours, je pris donc la question de mon interlocuteur avec un sérieux rare. En même temps il semblait aussi grand et sévère que mon ancien professeur, et aussi détaché et loufoque que lui aussi. Ce visage si sérieux présenté face à moi, joua en faveur de l'ironie du sort, qui nous voyait interpréter un magnifique débat sur une mésentente totale !

-Euh... Euh !

Je commençais à stresser. Des gouttes de sueur s'accumulaient sur mon front tandis que ma voix oscillait sous la pression. Je me reculais un peu, gêné. La panique faisait son effet, j'étais prêt à fuir pour ne pas répondre à l'inutile question du professeur Sommelier, doctorant en médecine par le thé ! Mais il fut pris d'un étrange saut d'humeur occultant totalement sa question scientifique pour finalement répondre à ma question.

Le nom qu'il finit par me proposer était certes amusant et frappant mais restait quand même bien trop long et chiant à prononcer. Il finirait assurément raccourci de manière barbare par la critique et les fans. Non, ce nom n'était pas top ! L'automate continua alors à palabrer, estimant vouloir me connaître plus au cas où nous aurions des divergences d'opinions ou des...

-Kewaaaaaa ? Les francs-marins ... Les pires ? Mais tu mesures ce que tu dis robot moustache ! NOUS ! LES FRANCS-MARINs, on représente la liberté et la connaissance... Tu ne pas savoir ça et haïr la franc-marine quand même, si ?

Les larmes aux yeux je me faisais avocat du diable de la révolution, avocat de la liberté ! J'empoignais les épaules du Sommelier, le regardant droit dans ses yeux robotiques pour tenter de déceler la moindre émotion humaine... Cet être synthétique qui c'était jusqu'ici montré meilleur et plus humain encore que n'importe quel humain, redeviendrait-il une machine dépourvue de sentiments face à cette plaidoirie larmoyante et criante d'authenticité ? Quel manque de jugement, j'avais pris son ton léger et sa pose humoristique pour une ironique provocation... J'étais bien loin du compte !

Une fenêtre claqua, puis plusieurs autres suivirent comme scellés par une bourrasque, pourtant inexistante. Étonné par cette rafale de claquement, je levais le regard, et croisais ceux des habitants qui me fixait escargophone à la main, détournant leurs regards dès que mes yeux les frôlaient. Très étrange ! Mais pas alarmant pour mon jeune esprit vaillant et innocent. Je ne voulais qu'une chose... Faire remonter dans l'estime du robot, mes chers compagnons révolutionnaires. Bientôt il ne se moquerait plus d'eux, bientôt il les admirait ! Oh j'étais loin de prévoir à quel point ce serait facile de convaincre le dandy de fer. Prenant sa main froide dans la mienne, je le tirais, le poussant à me suivre tout en discutant :

-Allez viens ! Je sais où ils se cachent sur cette ile ! Je vais te les présenter ... Tu vas voir ils sont sympa !

Les choses auraient pus se passer plus aisément encore si seulement j'avais été plus observateur, moins enfantin... Le temps peut être m'apprendra à l'être ! Cependant, ce jour-ci, j'étais bien loin de reconnaître le symbole discret de la Franc-marine gravé sur la tasse du Sommelier, ayant été intronisé dans l'organisation que très nouvellement et ce de manière très sommaire ! Tel un imbécile heureux je marchais, trimbalant le robot derrière moi après avoir rangé les débris de mon instrument dans mon baluchon de vêtement. Prêcher un convaincu... Quelle perte de temps ! Mais cette rencontre fut loin d'être vaine !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys (x1000) : 1873
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2590
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Jeu 16 Nov - 22:01



La bienséance : première leçon, l'écoute !
Ft. Agon Daeriss


Force était de constater que plus cette conversation avançait, plus cet étranger collait à l'image d'un homme enfant. Si son corps clamait une certaine maturité, ses actes tout comme ses mots affirmaient le contraire. Rassurez-vous, cela était loin de déranger notre automate, même s'il ne put s'empêcher de noter que dans ses élancés grotesques, ce type ne lui avait toujours pas donné son nom. Quelque chose à cacher?
Il n'eut pas l'occasion d'investiguer plus que ça, tant il fut choqué, voir même dérouté par la réponse de cet hurluberlu. Il en recracha même son thé, regardant subitement les alentours dans l'espoir que personne n'eut entendu pareil aveu. Échec, le voisinage n'avait rien manqué de la scène... Le bonheur de rencontrer un collègue fut instantanément balayé par la stupidité de ce dernier. Sérieusement? Il n'avait donc aucun instinct de survie?

Si le désarroi présent dans les yeux du Sommelier était bien réel, il n'eut toutefois pas le temps de l'exprimer Le rebelle surexcité l'attrapa par la main, l'emmenant vers un camps qu'il connaissait lui même fort bien. Décidément, les Francs-marins devaient faire plus attention à ceux qu'ils recrutaient. Non seulement ce type n'avait aucune idée des codes permettant aux agents de l'ombre de se reconnaître, mais voila qu'il emmenait un parfait inconnu dans leur base? Ah moins que... ah moins que tout ceci ne soit qu'un bluff? Ah! Voila qui expliquerait autant d’exubérance! Reprenant du poil de la bête, notre héros métallique sorti de son mutisme, et prit le ton du curieux bienheureux.

"Ok, je dois avouer que je n'en ai jamais rencontré! Pour tout dire, tu ne correspond pas vraiment à l'image que je m'en faisais. On parle de vous comme d'odieux criminel tu sais?! Il paraîtrait même que certain d'entre vous rôtirait leurs victimes avec des oranges... pauvres oranges!"

Oui bon, on avait déjà mieux comme tentative de détendre l'atmosphère, mais pour sa défense, l'humour était une caractéristique humaine diablement difficile à imiter. Ceci dit, ils avaient d'autres chats à fouetter que faire causette. Les autochtones n'avaient pas manqué de signaler leur présence, et déjà, des bruits de pas se faisaient entendre, précurseurs de ce qui s'annonçait comme une joyeuse course poursuite.
Il fallait au moins lui donner ça, son guide farfelue connaissait plutôt bien la ville! Le Sommelier traversa des ruelles qu'il n'avait jamais exploré, mais il pouvait sentir qu'ils se rapprochaient petit à petit des bordures de la citée. À ce rythme ils rejoindront sans doute le refuge avant de se faire intercepter, mais était-ce une bonne idée d'emmener leurs poursuivants vers une repère sensé rester secret? Les Francs-marins savaient se défendre, mais la garnison d'Illusia était tout juste un avant poste, et pour l'instant elle ne résisterait sûrement pas à une guerre ouverte avec la Marine.

"Hum loin de moi l'idée d'imposer mes idées, mais ramener la marine avec nous ne posera pas de pro... STOP! PAR ICI!"

Cela faisait un moment l'automate avait activé ses pupilles bioniques, échangeant sa vision classique pour une sensibilité thermique. Or, alors qu'il manifestait ses inquiétudes, il réalisa que le duo fonçait tout droit dans un attroupement de marins. Joignant la parole à l'acte, le Sommelier planta littéralement ses pieds dans le sol, et par un joli mouvement de compas changea la trajectoire du jeune homme vers une ruelle opportune. Au même moment, une dizaine d'hommes déboulèrent dans l'allée dont ils venaient juste de s'extirper, confirmant les soupçons du dandy robotique.
Bien protégés par l'ombre environnante, le duo fut donc contraint à une pause. Ce qui n'était pas plus mal, car notre perche métallique avait depuis longtemps compris que son étrange allié se dirigeait véritablement vers le Q.G des Francs-marins. Or, s'il connaissait l'emplacement de celui-ci, cela signifiait qu'il faisait également partis de l'ordre. Posant une main sur la bouche du chien fou, il l'invitait au silence, tandis que lui même chuchotait le plus discrètement possible.

"Ainsi donc tu fais véritablement partis des Francs-marins! Tu dois être une jeune recrue pour ignorer ainsi nos codes... M'enfin, ravi de te rencontrer confrère!"

Joyeuse révélation que voila, que le Sommelier agrémenta d'un sourire que sa mâchoire artificielle rendait démesurément grand, et, évidemment, d'une énième révérence. Une fois la patrouille passée, il retira sa main de la face de son compagnon, soulignant, au cas où ce dernier n'aurait pas compris, leur lien nouveau.

"Désolé de n'avoir pas réagi tout à l'heure, mais il faudra que tu apprennes à être plus discret!  Si j'avais été un agent du Gouvernement, tu m'aurais emmené tout droit à notre refuge!"

Alors qu'il papotait, le Sommelier avait repris sa route, scrutant toujours les alentours de sa vision thermique afin d'éviter toute rencontre inopportune. Si son compagnon pouvait sans doute se déguiser, maintenant qu'il était suspecté de liens avec les Révolutionnaires, il était impensable qu'il se promène impunément en ville. Un gentleman métallique de près de trois mètres ne passait pas inaperçu, et tôt ou tard, quelqu'un rameuterait la milice locale. D'ailleurs, l'empressement qu'ils démontraient à les poursuivre montraient que leur capture agrémenterait délicieusement le curriculum de leur supérieur.
M'enfin, il y avait milles et une façon de sortir de cette cité, et grâce à sa vision améliorée, le Sommelier pouvait éviter toute mauvaise rencontre aux deux francs-marins.

"Du coup... monsieur X, tu étais sérieux à propos des ... Melal'Hic?"
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie
Légion


☠ Messages : 124
☠ Âge du Personnage : 10 ans
☠ Berrys (x1000) : 27490
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Travesti-fruit
☠ Haki : Observation novice
☠ XP Dorikis : 5786
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie Légion

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Sam 18 Nov - 0:57



La bienséance, première leçon : l'écoute.


Feat : ✘ Le Sommelier




Je gonflais les joues, telle la gamine excédée que j'étais, prête à souffler d'exaspération, à chacune des rumeurs que balançaient le Sommelier au sujet des Francs-Marins. Je ne comprenais pas, que l'on puisse se fourvoyer autant, ou bien était-ce moi qui étais dans le faux ? J'étais un peu perdue, tiraillée entre les dires barbares du robot et les paroles sincères que m'avaient confessé quelques amis proches sur l'île de Kedetrav. On m'avait assuré que le mouvement révolutionnaire était une bénédiction, qu'il était là pour rétablir la paix, la prospérité et la liberté. Trois des grandes notions qui régissaient ma vie ! Trois grandes notions qui m'avais poussé à entrer dans la ronde. Alors, ces diffamations, me touchait en plein cœur... Comment un robot pouvait mentir ? Seuls les humains avaient cette infâme capacité !

Je ralentissais le pas, irritée par ces paroles et décontenancée par mes réflexions. Cependant je continuais à marcher, me dirigeant machinalement vers le lieu que je voulais tant montrer à l'automate. La flamme de la détermination m'embrasa une fois de plus. Mon pas se fit de nouveau plus rapide, plus assuré, je ne voulais plus seulement montrer le qg et ces membres au Sommelier, non, je voulais les soumettre tous au jugement objectif de cette machine faite de métal. Pour qu'il me guide vers la meilleure voie, voie de paix et de liberté car c'est tout ce à quoi je prétendais. Voguer d'île en île, jouer de la musique, en apprendre plus sur la Vearth et son histoire. L'apprentissage et la découverte c'était ça ma paix ! Et le chemin qui m'y menait c'était ça, la liberté !

Tandis que je remettais en cause la voie que j'empruntais, nous nous rapprochions de la bordure de la ville. C'est vraie, je connaissais plutôt bien les différentes ruelles d'illusia, il faut dire que j'arpentais la ville depuis des semaines, voir des mois durant, apprenant de mes nombreuses errances multitudes d'itinéraires. Il faut dire que j'étais un gosse curieux, et mon cerveau encore très jeune était facilement malléable, parfais même, pour l'apprentissage et la mémorisation. Ainsi donc j'avais facilement cartographié la cité au sein de mon esprit, pouvant ainsi m'y déplacer comme si j'y avais toujours vécu ! La voix robotique du Sommelier s'éleva, brisant ma concentration, avant que le corps de l'automate ne rompit mon mouvement en une rotation des plus gracieuses.

Un mouvement, et je relevais les yeux vers mon compagnon du jour avant de le voir venir, accourant vers moi. Déboussolé, les yeux écarquillés, je n'eus pas le temps de lutter qu'il m'avait déjà emporté dans les ténèbres d'une ruelles, posant son doigt glacial sur mes lèvres, me signifiant en un geste mon silence. Que penser de cet acte lorsqu'on ne pouvait se fier qu'à deux diodes lumineuses démunies de toute âme ? La colère, l'inquiétude, la bonté ou la joie pouvait traverser ses réseaux électriques que je ne pourrais point les reconnaître sur son visage inhumain. Néanmoins, d'abord surprit, pris au dépourvu, je compris bien vite que je n'avais d'autre choix que de lui faire confiance lorsque je vis débouler dans la rue où nous étions il y a peu, un régiment de soldats portant le terrifiant uniforme à la mouette.

Le souvenir de ce farouche épéiste émergea alors de mes souvenirs, me paralysant de peur. Sa lame, son regard fou, et son discours incompréhensible ! Je me souvenais de la violence de ce type... Il portait la même veste que tous les gars de ce régiment. Cet uniforme seul parvint à accaparer mon esprit et couper tout son en provenance de mon puit à connerie : ma bouche ! Les yeux dans le vague, je m'étais affalée, dos au mur, occultant tout autour de moi, je n'avais même pas remarquer Froppy qui s'était terré dernière moi, pour se planquer entre mes jambes et le mur dans un minuscule interstice qui lui servait de planque et de bouclier. L'automate ne fit cas de mon état, me dévoilant bien farouche renseignement pour que j'angoisse plus longtemps. Son sourire carnassier me dévoila toutes les plaques métalliques qui devaient certainement être ses dents, tandis que je réalisais vraiment ses dires, toujours sans voix.

Il n'y avait plus de Marine, plus de terreur, plus d'angoisse, non. La peur avait disparu au profit de la surprise ! Dans mon grand étonnement, je restais bouche bée, sans produire un son, me laissant simplement tomber au sol. Un bruit s'éleva dès lors que ma chute me mena au sol.

-Miaaaaaaa ! Croooooaaaaa !

Ce bruit n'était pas un simple son, c'était les cris de mon compagnon de route félin , qui se trouvait enseveli sous mon postérieur semblant, écrasé de tout mon poids, enseveli sous une montagne. Jetant un regard sous mes fesses étonnement bien installées je me relevais immédiatement avant de ramasser le chat travesti en grenouille, le tapotant pour voir s'il était en vie, avant de le déposer machinalement sur mon épaule. Le sommelier ayant fini son sermon, se mît en marche. Ne sachant trop où aller, et n'ayant guère l'envie de me retrouver seul, je le suivis, écoutant ses propositions.

-Monsieur X... Monsieur X... Non ! C'est pas assez bien ! Il me faut un nom puissant, quelque chose de marquant... Quelques choses comme "Voices"... Oui, lui il a un bon nom ! Humm... Les metal'hic ? C'est le nom que tu donnerais à notre groupe ? Y a de l'idée j'aime bien ! On pourrait sérieusement partir avec un nom comme ça, oui !

Rattrapant les robots en quelques hâtives enjambées, je me mettais à son niveau pour lui demander :

-On va où en fait ? Tu as un bateau ? On va voir ton bateau c'est ça ? On est recherchés ? Quand est-ce qu'on arrive ? Pourquoi le ciel est bleu ? Et du coup tes parents c'est des robots ...

Je le collais comme un chewing-gum sur une semelle, l'assaillant de question. L'engrenage meurtrier était lancé, et la machine à question allait faire des ravages. Ne jamais faire de surprise à un enfant au risque de s'exposer à un excès de questions, insurmontable même pour un automate, enfin quoique s'il était bien conçu il devait pouvoir résister à l'effervescence d'un jeune esprit humain. Pour le moment, il restait muet, me menant en un lieu inconnu.

-... Raison, fleuraison, saison, légion, passion... Je trouve pas... T'en pense quoi ? Oh ! Metal'lion! J'adore les lions !

J'affichais un grand sourire portant de grands espoirs en ce groupe, et espérant me trouver un nom de scène qui claque ! Mais j'étais décidément pas douer pour les noms.



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie


☠ Messages : 25
☠ Âge du Personnage : 4 ans
☠ Berrys (x1000) : 1873
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2590
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Mer 22 Nov - 22:40



La bienséance : première leçon, l'écoute !
Ft. Agon Daeriss


"Hum...Hors de la ville, oui, peut-être, oui, dans peu de temps, j'en sais rien, non ..."

N'importe quel être humain aurait sans doute craqué devant ce flot impromptu de questions, seulement voila. Super-dandy avait littéralement des nerfs d'acier, et avec un flegme légendaire, il répondit sans sourciller à chacune des interrogations. Cela lui demanda tout de même quelques minutes de réflexion, mais à l'instar de la logorrhée de l'homme enfant, ses réponses fusèrent une à une, ininterrompues, tout comme le tic-tac d'une horloge mécanique.
L'étrange duo continua donc son avancée, les yeux bioniques de l'automate leur assurant une marche tranquille, malgré leur discussion peu discrète. Pour le coup, s'ils s'extirpaient effectivement de la ville, il était hors de question de rejoindre le refuge. Tout d'abord parce que ce dernier se trouvait dans les murs de la citée, et ensuite, le Sommelier ne plaisantait pas. Il comptait réellement quitter cet endroit le plus tôt possible, n'ayant point envie de compromettre la position des Francs-marins pour une raison aussi stupide. Si ce type avait un peu de jugeote, il ferait sans doute de même.

"Non... il manque encore quelque chose. Ceci dit, jusqu'à ce que tu décides de me donner ton nom, je te baptises ici et maintenant monsieur Nobody!"

Oui, il était fier de sa trouvaille, car non seulement ce surnom avait la classe, mais en plus cela lui permettait de rappeler à cet inconnu son manque de politesse. Après tout, quel gentilhomme digne de ce nom refusait de répondre à une présentation? M'enfin, Le Sommelier avait déjà compris que ce type ne connaissait rien à l’Étiquette. Pourtant, cela ne le dérangeait pas tant que ça, et tandis qu'ils traversaient désormais un sous-bois timide, notre dandy considérait sérieusement cette possible alliance. Jusqu'alors il ne s'était pas embarrassé de compagnons attitrés. Il naviguait certes avec d'autres créations de Maria Curry, mais il n'y avait pour l'instant rien qui rappelait un équipage. Était-ce temps de de changer la donne?

Leur pas les menèrent petit à petit hors du couvert des arbres, le sable laissant peu à peu place à l'herbe fraîche. Il s'agissait là d'une crique somme toute banale, mais suffisaient isolée pour que la marine n'y installe aucun poste de surveillance. Enfin, il y avait bien quelqu'un en charge de surveiller l'endroit, mais disons qu'en accostant, le Sommelier s'était assuré que ce pauvre homme ne pose pas de problème. Oui, il avait l'élégance d'un héros, mais sa morale restait toute somme relative.
Ils durent tout de même escalader quelques rochers, mais ils arrivèrent enfin. Devant eux, la mer s'offrait sans retenue, dévoilant la curieuse chose qui reposait à sa surface. Flottement péniblement sur les flots, une parodie de navire attendait fièrement le duo révolutionnaire. Il y avait toute sorte d'embarcations sur l'Océan, mais peu ressemblait à cette boite de conserve. Le Sommelier était depuis longtemps familier à sa chère Cardamome, mais nul doute que monsieur Nobody ne sera point aussi compréhensif.

"Voici mon navire : le somptueux Cardamome!"

On aurait juré entendre des roulements de tambours, et une foule en délire crier tandis que Le Sommelier présentait ce rafiot métallique. En soit, l'objet ne manquait pas d'originalités. La première chose à remarquer était sans doute l'absence de voiles, puis venaient les bizarreries mécaniques qui parsemaient ci et là la coque du bateau. L'ensemble semblait solide et fonctionnel, mais on ne pouvait enlever cette sensation de ... rafistolage?
Quoiqu'il en soit, notre androïde invita sans tarder son compagnon à le suivre, et dévalant à toute vitesse la pente escarpée, il arriva rapidement à quelques mètres de l'embarcation. Sans qu'il n'eut à faire le moindre geste, une sorte de pont mécanique apparut dans un vacarme assourdissant.

"Et ben jeune homme, voici le moment de vérité! Si ton cœur est aussi vrai que ta musique, je t'invite officiellement à me joindre dans une tournée épique! Moi, Le Sommelier, Grand maître du thé, et enfant mécanique de la célèbre Maria Curry, je promets d'être un capitaine dévoué, juste, et élégant! Qu'aujourd'hui commence la sublime aventure des ... Earl Grey?"

Comme toujours, Le Sommelier avait le sens du spectacle. Aller-savoir comment, le soleil fut particulièrement conciliant pendant tout son monologue, le baignant d'une lumière presque divine tandis qu'il offrait une main ouverte à son futur compagnon. Son ton solennel vibrait sous ses élancés épiques, tandis qu'un son visage affichait l'expression traditionnelle et presque ridicule du héros confiant en l'avenir.
Aujourd'hui pouvait se tourner une nouvelle page dans la Franc-marinerie, une véritable révolution dans le monde de la musique... Ou tout simplement...

"Sinon je peux simplement te déposer à la prochaine île..."

Oui... ça cassait carrément l'ambiance, mais bon, notre dandy restait un robot. En tant que tel, il manquait parfois de... délicatesse.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Heart Grey
Pion de la Franc-Marinerie
Légion


☠ Messages : 124
☠ Âge du Personnage : 10 ans
☠ Berrys (x1000) : 27490
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Travesti-fruit
☠ Haki : Observation novice
☠ XP Dorikis : 5786
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Heart GreyPion de la Franc-Marinerie Légion

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   Ven 24 Nov - 0:33



La bienséance, première leçon : l'écoute.


Feat : ✘ Le Sommelier



Mon flot de questions ne tarda pas à faire émerger une vague de réponses que la vivacité ponctuelle de mon esprit parvint à associer à chacune de mes interrogations. Le cerveau fait des miracles lorsqu'il est intéressé par une chose et donc concentré sur cette dite chose. Cette conversation aurait été difficile à suivre pour moult personnes, mais les deux interlocuteurs n'étaient pas n'importe qui, c'était un robot et ma jeune personne... Deux aspects différents de la niaiserie et de la candeur. Rien de plus qu'une insupportable présence aux yeux des autres. Serais-ce donc pour ça que nos cœurs semblaient battre à l'unisson ? Enfin, un cœur... C'est vrai, l'automate restait un robot, il n'avait ni corps, ni organes, ni âme... Alors un cœur... Et pourtant c'était le seul qui m'avait tendu la main dans cette ville, le seul qui semblait avoir une once d'humanité et de bienveillance, le seul qui avait dans ses programmes interne, respect.exe !

Alors oui, je le suivais sans broncher. Pourquoi je bouderais ? N'est-ce pas le rêve de tout enfant de vivres de grandes épopées, accompagnés de compagnons ? N'est-ce-pas un songe pour tout enfant de rencontrer un véritable robot ? Naviguer avec un robot, si c'était pas le summum de l'extase, je ne l'atteindrais jamais, c'est sûr ! Exalté par les yeux brillants d'aventure du dandy métallique, je le suivais simplement, ponctuant mon avancée d'une multitudes de question et de paroles. Car oui, je parle beaucoup, et encore plus lorsque l'on parvient à éveiller ma curiosité, et aujourd'hui, cette dernière avait atteint des seuils critiques. Par chance l'automate semblait pouvoir accuser le coup, comme quoi il n'avait pas pour renforcement que les plaques métalliques constituant son corps, il avait un "esprit" plus que fonctionnel. Je vis rapidement que Le Sommelier était différent des autres, ses réseaux internes étaient toujours à l'affût de mes paroles, là où les autres finissait toujours inlassablement par cesser leur écoute. J'avais trouvé en sa grisonnante personne un ami, et un confident rare, du moins c'est ce que je ressentais, et c'est pour ça que je le suivais. Je n'allais pas le lâcher, oh ça non !

En plus, il n'avait pas décliné mon offre, celle qui consiste à former un groupe de musique. C'est le seul jusqu'ici à n'avoir pas décliné l'offre, le seul à comprendre le vrais pouvoir de la musique.

-Monsieur Nobody ? Pffff... J'aimerais bien n'être personne mais comme t... Comme les autres j'ai un passé, et un nom qui me le rappelle sans cesse, un nom que je n'ai pas choisis, un nom que je ne veux pas porter !

Est-ce que j'étais réellement en train de parler du passé avec un robot ? Je n'allais pas mieux ! Le temps n'est un concept réel et opprimant que pour les êtres vivants, les automates eux n'ont pas à se soucier d'un tel fardeau... Enfin, je présume ! Me rattrapant, je justifiais à mon interlocuteur ce point précédemment éluder, lui faisant comprendre que mon nom n'avait d'intérêt pour personne s'il n'en avait déjà pas pour moi. Je le laisserais donc m'appeler comme il lui chante, car je comptais en faire de même et c'était pas les surnoms qui allaient me manquer !

Après quelques péripéties champêtres, la mer se dévoila enfin à nous, radieuse, somptueuse, si calme et si... Bruyante ? Avec une fierté non dissimulé, le dandy me présenta son navire, l'origine même du capharnaüm ambiant. Une fois de plus en ce jour, j'avais des étoiles pleins les yeux, éblouis par la magnificence et l'originalité de ce bateau. Que voulez-vous, l'enfant que j'étais ne voyait que le positif en ce navire, seul les adultes semblaient vouloir s'encombrer de négativité et de critiques. Le Cardamome n'était pas un vieux rafiot démodé et rafistolé non, c'était un précurseur et un extravagant tout comme l'équipage qu'il recueillait en son sein ! À peine, le Sommelier eut-il fait un mouvement pour m'inviter à m'approcher de son navire que je courrais en sa direction, dévalant la pente à toute vitesse, passant même à côté du cadavre du pauvre garde, sans lui porter la moindre attention.

-Wouaaaaaa!

Alors que je gigotais à tout sens pour observer le navire sous toutes ses coutures, un pont se mît en mouvement, comme pour nous inviter à monter sur le navire. Face à moi, placé devant les escaliers de la structure nouvellement apparue, se trouvait le dandy, qui profita de l'occasion pour faire un discours, que le divin lui-même semblait approuver. Mais très peu pour moi, mon esprit vagabond, avait déjà reprit le pas, me poussant à bouger pendant le temps de parole de mon nouvel ami, grimpant sur son navire alors même qu'il n'avait pas fini de m'inviter.

-Heart Grey ? Ooooooh ! Mais oui c'est ça !

M'exclamais-je, déjà sur la plus haute marche du pont, en me retournant vers l'automate, lui présentant un visage radieux. Sans remarquer ma faute de prononciation j'enchainais :

-Ouiii ! Allons-y ! Que la folle tournée des Heart Grey débute ! Dépêche-toi, Heavy métal-chan, direction la prochaine île !

Hop, hop, hop, et que ça saute ! Comprenant qu'à moitié les choses, j'essayais néanmoins de donner un tempo au groupe, pressé de pouvoir enfin partir de cette île, et de voguer vers de nouvelles aventures !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La bienséance : première leçon, l'écoute ! [feat le Sommelier]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» ça brouille l' écoute
» 1500 points, ma première liste :)
» Le cumul des mandats coute cher
» Le 26 mai... La première armée permanente française...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: West Blue :: Illusia-
Sauter vers: