Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 28
☠ Âge du Personnage : 20 ans
☠ Berrys (x1000) : 966
☠ Localisation RP : South-Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit de l'ectoplasme
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 1500
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
50 / 99950 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Ven 26 Oct - 1:06



Une évasion presque parfaite

Suzori Bonney & Tony S. Asteria


Base de la marine sur l'île de Baterilla.
                                                          20h45



« Alerte générale ! Une explosion s'est produite dans le secteur de détention, possible évasion en cours ! » Lança un soldat de la marine dans un escargophone.

Quelques heures plus tôt …

« Reviens ici espèce de sale petit voleur ! » Lance un vieil homme avant qu'il ne se décide à pointer subitement son arme à feu sur moi pour commencer à décocher des balles. « Si je t'attrape je te fais la peau ! » Toutes les balles tirées par le vieillard finissent heureusement pour moi, par se loger dans les murs de la cabine du bateau pirate.

« Espèce de grand malade !! » Lançais-je tout en esquivant tant bien que mal les projectiles du vieux croûton à mes trousses, courant en direction du pont sans ralentir.

« Rends-moi ce que tu m'as volé sale brigand ! » N'ayant plus assez de munitions, celui-ci s'empressa d'empoigner quelques objets environnants pour me les balancer dessus, manquant même de me toucher de peu.

« Mais j'ai absolument rien volé ! Mis à part quelques pièces d'or … quelques gigots de viande … et quelques babioles ! »

« JE VAIS TE FAIRE LA PEAU ! » Attrapant une seconde arme à feu au passage, le vieil homme, très endurant pour son âge commença à me canarder, ne pouvant que m'enfuir face à cette situation j'ai continué à prendre mes jambes à mon cou car après tout, je ne comptais pas mourir ici ! Poussant la porte de la cabine, j'arrive finalement sur le pont avant de soudainement attraper d'une main ferme une corde qui pendait du mat pour me balancer dans l'objectif d'atterrir sur la terre ferme, étant donné qu'un large vide séparait le bateau et les abords du port.

« Manque de pot pour toi, j'ai été par le passé tireur d'élite au sein de la marine. » Fit-il avant de viser la corde où je m'étais accroché, décochant ensuite une balle qui coupa court ma fuite, m'écrasant par la suite sur des caisses en bois aux abords du port. « Je te retrouverais espèce de sale truand ! » Lança le vieillard à mon égard.

« Pfiou … j'ai eu chaud cette fois-ci ! » Soupirant pendant quelques instants, une voix féminine vint m'extirper de mes pensées. Pensant avoir affaire encore une fois à quelqu'un que j'avais pu froisser par le passé, je m'apprêtais à riposter en cas d'attaque, approchant l'une de mes main sur une dague au cas où. Après tout, c'est pas ma journée.

« Suzori Bonney. Ancien marine relevé de ses fonctions pour cause d'insubordination. Qui plus est, possesseur d'un fruit du démon. Je pourrais continuer, mais ça serait inutile. »

Hein ? Comment sait-elle que je m'appelle Suzori ? Mais surtout, comment a-t-elle pu apprendre autant de chose sur moi, après tout je ne suis pas connu et ce n'est pas comme-ci mon exclusion au sein de la marine avait fait grand bruit, ce n'est pas comme-ci j'étais un haut gradé de la marine. Une multitude de question me tourne alors dans la tête. Qui peut-elle bien être ou bien encore que-ce qu'elle me veut. Surtout qu'elle ne me rappelle personne que j'aurais pu connaître par le passé. En même temps, elle porte une cape de la tête aux pieds tandis que 75% de sa tête est recouvert par une capuche qui assombrit son visage, autant dire que ça ne me facilite pas la tâche.

« Vous êtes qui au juste !? » Dis-je tout en m'approchant subitement de celle-ci, poignard au poing pour l'intimider afin de lui soutirer des informations en essayant de jouer sur l'effet de la peur. Malgré ça, elle ne broncha pas d'un poil. Elle alla même jusqu'à me désarmer en me faisant brusquement tomber au sol sans que je ne m'y attende d'une balayette.

« Qui je suis n'est pas important. » Répliqua-t-elle d'un air neutre, sans qu'aucune émotion ne vienne entacher ou trahir son ton de voix.

Plaçant mes deux mains au sol, je pousse hâtivement sur mes bras pour me remettre sur mes deux jambes. Attrapant ensuite habillement mon sabre à ma taille. Je m'élance alors vers elle avant de donner un coup de lame transversale à l'improviste mais étonnamment, celle-ci n'a presque aucun mal à dévier mon attaque et termine même par me donner un coup de manche de son sabre en plein dans la figure !

« Aïe !! Ça fait mallll ! » Tombant lourdement sur le sol, je me tiens le visage en gigotant de partout sous l'effet de la douleur.

« {soupire} Je ne suis pas venue ici pour te causer du tort. J'ai une proposition à te faire. »

« Heinnn ! Tu n'aurais pas pu le dire avant !! » Lançais-je alors que mon visage angélique se transforma en figure démoniaque accompagnée de dent acérée sous l'effet de la rage, après tout je venais quand même de me prendre une raclée pour au final pas grand-chose ! « Bon. Je ne suis pas intéressé. »

« NON MAIS ATTEND ! JE T'AI MÊME PAS DIT CE QUE C'ÉTAIT ! »

« Mhm … Je t'écoute. »

« ET EN PLUS IL CHANGE D'AVIS EN DEUX SECONDES ! … Bref. Si je suis bien renseigné sur toi, c'est parce que j'ai mes sources. Mais ce n'est pas ça l'important. Je suis venue te parler car l'organisation pour laquelle je fais partie recherche des membres … » Je vous passe la partie explication car même moi j'ai failli m'endormir ! Malgré ça, mes oreilles ont tout de même enregistré un minimum de la conversation et de ce que j'ai compris, cette femme fait partie d'un mouvement révolutionnaire dont le but est de faire chuter le gouvernement pour rétablir la liberté. Il y a quelques années de ça, j'aurais probablement déjà refusé. J'aurais même probablement déjà débuté un combat avec elle pour toutes les diffamations qu'elle m'a racontées. Cependant, depuis que j'ai découvert la vérité sur le meurtre de ma mère, ce n'est plus pareil. Depuis que je sais que l'affaire a été étouffée par des membres de la marine corrompue, j'ai tout aussi envie de faire tomber ces pourris une bonne fois pour toutes. L'assassin de ma mère court toujours et malgré toutes les preuves récoltées, malgré le fait que le responsable aurait pu être arrêté au moins des dizaines et des dizaines de fois, le gouvernement n'a rien fait. Je veux que le responsable du meurtre de ma mère paye … mais je veux aussi me venger du gouvernement car à cause d'eux ma mère ne peut reposer en paix, son assassinat est iniquité. Je les déteste. Je veux obtenir vengeance. Et je l'aurais. C'est pourquoi j'ai accepté son offre. Je l'avoue, ce n'était pas pour un idéal de liberté même s'il faut dire que ça m'a aidé à agréer. J'ai surtout accepté car ça m'apportera ce que j'ai toujours voulu, me venger de ceux qui ont détruit ma vie.

Après ça, elle m'a conseillé de me faire un équipage pour voguer sur les mers car sévir sur une même île lorsqu'on a la marine à ses trousses, c'est pas vraiment la meilleure chose à faire. Elle m'a d'ailleurs montré l'emplacement d'un possible bateau pouvant me servir pour débuter sur les mers si je souhaite en … emprunter un. Bon, le bateau appartient à un groupe de pirate tous plus débiles les uns que les autres, ça sera pas une grande perte. Au début, j'étais plutôt réticent à l'idée de former un équipage et de devenir moi-même un capitaine. Je ne me suis jamais senti les épaules d'un leader mais peut-être qu'au fond, c'est la peur qui me parle. La peur de ne jamais avoir essayé avant. La peur de l'inconnu, en quelque sorte. Et puis bon, ça me fera quelque chose à barrer dans ma liste des choses à faire avant de mourir. Peu de temps après que celle-ci m'est donnée les coordonnées de l'endroit où devait se trouver ce fameux bateau pirate, je m’apprêtais à filer en direction de celui-ci pour le récupérer quand soudainement, celle-ci m'arrêta pour me divulguer une toute dernière information. Apparemment, un autre membre de la Franc-Marinerie se trouverait sur l'île et serait enfermé dans les prisons du quartier de la marine. D'après ses dires, elle devrait se prénommait Tony. C'est bien léger comme infos, aucune photo, aucune description physique rien mise à par un prénom. J'espère qu'il n'y a pas trente mille détenus là-bas. Autant se dire que la tache allait s'avérer ardue !

Base de la marine.
                      20h30



Marchant sur la pointe des pieds, les mains légèrement voûtées vers le bas, bougeant à la manière d'un dessin animé, je m'introduis dans le quartier de la marine, me dissimulant dans l'ombre quand c'est possible, évitant au maximum le combat pour rester dans la discrétion la plus totale. Le pire dans tout ça, c'est qu'en cas de danger, mon fruit du démon ne me serait pas vraiment utile puisque je peine déjà à contrôler un seul fantôme ! Me servant de caillou pour distraire les gardes, je m'introduis plus ou moins rapidement dans le secteur où se trouvent les cellules de prison et où devrait se trouver cette fameuse Tony, du moins je l'espère. Cependant, la difficulté ne s'amoindrit pas. Bien au contraire. Les patrouilles de garde en fonction du jour et de la nuit ne fluctuent pas. Autant dire qu'il y a toujours un risque même s'il est vrai que c'est bien plus aisé de s'infiltrer de nuit. Évitant les projecteurs mais aussi le champ de vision des soldats, je me faufile peu à peu dans l'enceinte de la prison, assommant au passage le gardien pour ne pas être dérangé. Attrapant au passage le trousseau de clés à la ceinture de celui-ci, je me dirige lentement mais sûrement vers les cellules, les clés en main. Arrivé devant une geôle, je me retrouve face à une jeune femme rousse. Observant rapidement autour de moi, je me rends compte qu'elle est la seule emprisonnée dans cette section ce qui semble assez étrange mais bon, après tout elle fait partie de la Franc-Marinerie, la marine ne voudrait sûrement pas qu'elle influence les autres pour qu'ils rejoignent le mouvement, ça serait vraiment bête pour eux.

« SALUT ! » Lançais-je avec un grand sourire tout en levant la main dans le but de la saluer mais qui, avec un faux mouvement et une perte de concentration, me fit automatiquement sortir un mini-fantôme explosif de la paume de ma main qui vint s’esclaffer sur le plafond pour ensuite exploser contre celui-ci, provoquant ainsi un certain vacarme qui résonna dans tout le couloir. Il fallait être sacrément sourd pour ne pas avoir entendu. Bien joué Suzori. La prochaine fois tu amèneras une boîte pleine de C4, ça aura certainement le même effet.

« Oups … J'ai encore du mal à contrôler mes pouvoirs {plaçant ma main dans mes cheveux d'un air gêné en tirant légèrement la langue} » L'alarme commença subitement à retentir dans toute la base, autant dire que les problèmes allaient bientôt arriver.

« Bon, je vais devoir faire vite ! {inspirant un bon coup} Je suis moi aussi un Franc-Marin qui vient tout juste de rejoindre le mouvement et je compte te faire sortir d'ici car après tout il faut bien se serrer les coudes pour faire tomber ce gouvernement de pourris et je n'ai absolument aucun plan mais on va s'en sortir. J'en suis sûr. Enfin presque. Ah oui ! Dernière chose, veux-tu rejoindre mon équipage ???? » Prenant un sourire innocent, je penche légèrement la tête sur le côté, certain que mon charisme l'aura probablement déjà atteint ! Approchant la clé de la serrure, je lui ouvre la porte de la liberté alors que les marines commencent à se rapprocher dangereusement de notre position à chaque seconde qui s'écoule.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t2018-presentation-de-suzori-bonney#10680

avatar
Seconde des Désossés


☠ Age : 99
☠ Messages : 88
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 7999
☠ Localisation RP : Ishiro troisième voie - Grand Line
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4030
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Seconde des Désossés

MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Ven 26 Oct - 18:31

1418/Une évasion parfaite?


C'était balo, elle qui avait quitté ce gouvernement, se retrouvait là, certainement entourée par quelques centaines de marines qui peuplés les couloirs et sections du bâtiment. Et pourtant, Tony ne semblait pas réellement s'en faire. Elle semblait être là où elle voulait être.

Hmmm...

Le soupir de Tony en disait long sur ce quelle pensait à cet instant même. Assise en tailleur, c'était ses poignets qui étaient attachés l'un avec l'autre à l'aide du chaîne longeant le mur épais derrière elle, salement salit par la moisissure qui hantait les lieux du domaine.

-Pffff

Au moins, elle avait pu sauvé Rhees, se dit-elle et aussi son plus vieux compagnon, Archimède.
Le petit Tontatta était assis à sa droite, dans l'angle de la cage qui était maintenant leur chambre à coucher pour ce soir, et peut-être  pour bien d'autres encore. Lui aussi était attaché de chaîne, enfin, d'une unique chaîne, se renfermant sur l'ensemble de son abdomen. Oui, la marine n'avait pas réellement de menottes à sa taille et avait fini par choisir de lui enfiler une menotte d'une taille normale.
Tony leva les yeux vers le plafond et soupira de nouveau, soufflant pour enlever sa mèche qui lui cachait la moitié de son visage. Cela faisait déjà quelques heures qu'ils étaient la tous les deux, mais toujours aucune nouvelle des membres de son équipage, du moins, aucune bonne nouvelles.

- Il avait l'air tellement con quand on lui a tranché la tête... Il faisait le malin avec son armure d'Os ce baltringue et Pouf, des petites menottes en granit marin et bye bye le nonos.
-On en a buté des Francs-Marin sur ce bateau
-Pouaah grave ! Quel bande de cons, nous défier nous ? La bonne blague
-Regarde là, un aussi jolie minoi qui va finir au cimetière, c'est triste


L'ancienne CP ne réagissait pas le moins du monde. Malgré ces tristes nouvelles, son visage était impassible. Rhees et le reste de l'équipage étaient ses compagnons, certes, mais ils savaient très bien dans quoi ils s’engageaient et elle aussi. Elle savait bien que cela pouvait arriver et avait nettement décidé de ne pas s'attacher. Elle avait eu raison.
Pour ce qui était de son cas, selon les dires de ces commères de marines, son exécution était planifiée dans deux semaines. En effet, avec les problèmes de Batterilla, personne n'avait réellement le temps de s'occuper des prisonniers et encore moins de son transfert. Elle avait donc largement le temps de récolter toutes les informations qui lui sembleraient nécessaires, enfin c'est ce qu'elle croyait.

Un bruit sourd se fit entendre, une sorte d'explosion qui résonna dans sa cellule. La rouquine se boucha instinctivement les oreilles, et se leva brusquement. Ça avait l'air louche, très louche. Un franc-marin, seul, venu la sauver ? Son mensonge se voyait gros comme une maison, à moins peut-être qu'il était stupide... Mais personne ne pouvait l'être autant, donc la première intuition devait être la bonne. Peut-être que le gouvernement voulait faire infiltrer un membre du CP qui n'existe pas dans les rangs des Francs-Marins pour pouvoir exterminer la mauvaise herbe de l'intérieur ? Certainement. Dans ce cas, elle allait, elle aussi pouvoir jouer à ce jeu que les membres du gouvernement aiment tant : Le double jeu, l'infiltration pure et dure, user de moyens divers et variés pour obtenir le plus d'informations possible et ensuite mettre fin à la vie de cette source qui n'a plus aucune utilité, une fois qu'on en a tiré ce qu'on en voulait.

Pourquoi pas, se dit-elle. De toute façon, si elle voulait des informations sur ce que prépare le gouvernement, ce n'était pas en torturant quelques gardes qu'elle allait en avoir, donc bon.
La porte, quant à elle, s'ouvre sans plus attendre. Il venait de se trahir. Comment avait-il fait pour avoir les clefs si ce n'est qu'on les lui avait donné.

-Tsss


Le sourcil de la jeune femme tiqua, elle se retourna rapidement, ramassa Archimède de ses deux mains encore attachées et sortie de la cellule. La jeune rousse se présenta rapidement, déclara qu'elle n'avait qu'une seule chose à faire avant de sortir de la : récupérer son meito que lui avait légué son père, et fit signe de la tête au jeune garçon de la suivre.
La jeune femme connaissait bien l'endroit, heureusement pour elle, elle avait passé quelques années sur South blue du temps ou elle était sous la coupe du gouvernement. Pendant ses années de services, elle avait pu visiter de nombreuses fois ces deux prisons pour y déposer de la racaille, comme elle aimait si bien le dire.  

- Suis moi !

Ils entamèrent alors une course folle. Courant dans les couloirs pour chercher l'armurie, elle devait absolument les semer en amont, pour être tranquille dans cette fameuse pièce, dans laquelle elle prendrait certainement de bonne minutes pour retrouver son Meito.  
Elle avait quelques mètres d'avance, mais ne savait vraiment pas comment faire pour fuir avec cette nouvelle chose dans ses pates. Nouvelle chose qui d'ailleurs faisait des explosions.. Tiens.. ça pourrait forcément l'aider


- Hey l'ami, t'as d'autres explosions comme celle de tout à l'heure ? Une petite grenade, des fumigènes ? Dit la petite chose sur son épaule.


Il avait généralement la langue bien pendue, mais pour une fois, cela servait la cause de Tony, et c'était tant mieux. Tony ne pouvait pas vraiment compter sur elle, et il n'y avait que ce nouveau venu qui pouvait l'aider un peu. Il fallait vite qu'elle retrouve ses sabres pour pouvoir espérer casser quelques mâchoires car une chose est sûre, sans ses deux lames, elle ne faisait clairement pas le poids.
electric bird.

[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PNJ


☠ Messages : 429
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088547
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Ven 26 Oct - 22:31





Une évasion presque parfaite


Batterilla, si toute la ville était en pleine effervescence avec les récents combats, la prison de la Marine était nettement plus calme. En tout cas, c’était le cas jusqu’à ce qu’une explosion se fit entendre au niveau des cellules. Immédiatement, les soldats se mirent en route pour les lieux de l’explosion et constatèrent avec effroi que la prisonnière s’était échappée. Il fallait à tout prix la retrouver car sinon, le Colonel Rossignol ne manquerait pas de leur siffler dans les oreilles. En charge de la prison depuis presque cinq longues années, aucune évasion n’était jamais venue émailler son palmarès et il comptait bien faire en sorte que cela continue. Dans son bureau, tranquillement installé, il attendit le premier rapport de ses hommes sur cette explosion. Son escargophone ne manqua pas d’hurler suite à l’évasion de la rousse des Franc-Marins et pourtant, il resta d’un calme olympien, se curant les dents avec la pointe d’un sabre.


« Pas de panique Caporal ! Je sais exactement où se rend cette femme. Trouvez Sad et dites-lui de venir immédiatement à mon bureau. Il doit être occupé à chialer dans ses quartiers. »

Cette certitude du Colonel Rossignol venait du fait qu’en tant que bretteur, il avait reconnu la qualité de la lame de cette femme. Connaissant la valeur de ce trésor, il y avait presque aucune chance qu’elle ne quitte cette prison sans tenter de le récupérer. Il n’avait plus qu’à l’attendre tranquillement, en l’attirant simplement dans un piège évident et pourtant si efficace.

Le responsable de la prison prit donc l’escargophone qui était relié aux haut-parleurs du bâtiment et diffusa son message à l’attention des fugitifs.

« Si vous souhaitez récupérer votre cure-dent, sachez qu’il est en ma possession. Venez donc prendre le thé et discutons dans mon bureau. Je vous attends. »

Bien que les deux franc-marins puissent récupérer toute sorte d’armes dans l’armurerie, cela n’inquiétait pas le Colonel Rossignol car après tout, il comptait se servir de la lame de son adversaire contre elle-même. Il ne restait plus qu’à attendre l’arrivée du Lieutenant Sad pour que les choses sérieuses commencent. En attendant, comprenant les instructions de leur chef, une vingtaine d’hommes s’étaient réunis devant son bureau, fusil à l’épaule et prêt à ouvrir le feu au moindre signe des fugitifs.

Pendant ce temps, un homme pleurait seul dans une chambre, se morfondant sur la perte de son 599ème amour de sa vie. Un soldat frappa à sa porte et entra, le trouvant dans les bras d’une poupée à l’effigie de son ex-compagne.

« Lieutenant ? Le Colonel vous demande à son bureau. Tony Astéria s’est évadée. Vous devez y aller immédiatement … »

L’homme aux cheveux blancs arracha un mouchoir de sa boite géante qui en contenait près d’un million, sécha ses larmes et enfila ses gants dont les doigts se terminaient par des griffes acérées.


« On ne peut même plus vivre son chagrin d’amour tranquille ! D’ailleurs, votre sœur s’est remise de notre rupture ? »

« Euh … C’était au jardin d’enfants, mon Lieutenant … Elle ne s’en souvient même pas … »

« C’est vrai que ce fut bref … mais tellement intense quand on a partagé ce sceau et cette pelle ! »

Le Lieutenant Sad se mit donc en route vers le bureau du Colonel. Il y avait fort à parier qu’il n’arrive qu’une fois les deux franc-marins face à la porte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 28
☠ Âge du Personnage : 20 ans
☠ Berrys (x1000) : 966
☠ Localisation RP : South-Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit de l'ectoplasme
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 1500
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
50 / 99950 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Sam 27 Oct - 1:28



Une évasion presque parfaite

Suzori Bonney & Tony S. Asteria


Étrangement, elle ne répondit pas à ma requête qui l'inviter aimablement à rejoindre mon équipage. Mhm, ce n'est pas bien grave. J'aurais certainement tout le temps de la persuader de me rejoindre une fois que l'on sera à l’extérieur de ses murs infâmes ! Sans dire un mot, elle se retourna pour récupérer une petite créature tellement mignonne que j'aurais pu la croquer toute nette ! Décidément je ne suis pas au bout de mes surprises avec cette étrange jeune femme. Elle fit ensuite une brève présentation tandis que mon regard resta obnubilé par le petit être qui n'arrêtait pas d'attiser ma curiosité. Apparemment, elle devait récupérer un sabre auquel elle semblait beaucoup tenir. Cette idée ne me dérangeait pas vraiment, après tout ça faisait quelques bonnes semaines où je n'avais pas eu l'occasion de circuler librement dans ses couloirs, pour être plus exacte cela remonte à mon exclusion de la marine. Du temps où j'étais dans la marine, j'ai été affilié à l'île Baterilla, autant dire que ça fait un lonnng moment que je traîne sur cette fichue île. Vivement que je mette les voiles d'ici ! En même temps, je n'aurais pas pu me diriger aussi rapidement vers les prisons si je n'avais pas su au préalable où celles-ci se trouvaient ! Comme quoi, ça n'a pas servi à rien de servir la marine pendant deux ans. J'en viens à connaître cette base comme ma poche. Dis comme ça, ça fait un sacré bout de temps. Soudainement, la jeune rouquine me demande de la suivre sur un ton pressé. Cette alarme ne devait certainement pas la rassurer ! Pourtant moi je l'aime bien. Quand elle sonne, il se passe souvent des trucs intéressants ! Faut me comprendre aussi, je commençais sérieusement à m'ennuyer moi. Piller des pirates, c'est drôle quelques temps mais à un moment donné, on s'en lasse ! Et s'ensuit alors une longue partie de footing dans les couloirs de la caserne. Soudainement, sans que je ne m'y attende, la petite chose toute mignonne m'adresse la parole et me demande si j'ai des … explosifs sur moi ?

« Des explosifs tu dis ? … Ah oui ! Tu parles de ça ? » Dis-je, le sourire aux lèvres avant de brusquement levé la main en direction de la petite chose pour ensuite faire émerger un petit fantôme tout mignon. « J'ai mangé le fruit de l'ectoplasme. Je peux créer des fantômes qui explosent sur commande. » Fis-je avant de le jeter quelques mètres plus loin à l'arrière, claquant des doigts après coup pour le faire éclater. « Et toi dis moi, t'es quoi au juste ? »

Alors que jusqu'à présent seul l'alarme générale retentissait dans tout le secteur pour ambiancer un peu cette évasion, la voix qui semblait appartenir au Colonel Rossignol retentit de plus belle dans des haut-parleurs. Inutile de dire que j'avais complètement oublié ce léger détail dans mon plan d'évasion. Enfin, encore faut-il que j'aie préparé un plan à suivre pour nous sortir de là, ce qui n'est pas vraiment le cas …

« Connaissant le Colonel, ce n'est certainement pas pour prendre le thé et manger des petits biscuits pour passer le temps. Autant dire que ça nous complique énormément la tâche … J'imagine que tu veux quand même récupérer ton sabre non ? »

Dans l'optique où celle-ci décide d'aller tout de même chercher son sabre, il va lui falloir une arme pour se défendre car dans le cas contraire, elle et moi n'irons certainement pas très loin. Ce qui veut dire qu'un tour à l'armurerie serait probablement préférable afin de réunir toutes les chances de réussite de notre côté. Et même avec ça, on n'est pas à l'abri d'un imprévu. J'espère au moins pouvoir compter sur mes fantômes dépressifs, faut bien que mon pouvoir serve à quelque chose quand même !

« On devrait peut-être te trouver une arme, l'armurerie en sera certainement remplie car foncer dans le tas ne me semble pas être une très bonne idée. »

Quand il s'agit de mettre en jeu ma vie plus celle d'un futur membre de mon équipage, je deviens très vite sérieux ! Surtout que cette étrange petite créature m'intrigue bien plus à chaque seconde qui passe pendant qu'on déambule dans les couloirs du quartier de la marine. Autant dire que je ne suis pas prêt à me laisser passer les menottes aussi facilement. La suite des événements risque d'être certainement forte intéressante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t2018-presentation-de-suzori-bonney#10680

avatar
Seconde des Désossés


☠ Age : 99
☠ Messages : 88
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 7999
☠ Localisation RP : Ishiro troisième voie - Grand Line
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4030
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Seconde des Désossés

MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Mer 31 Oct - 15:07

1418/Une évasion parfaite?
- Archibèlde ! Jeune navigateur de l'équipage....

Il n'avait pas fini sa phrase, et pourtant celle ci semblait tout de même terminée. L'équipage des desossés était fini, il ne restait qu'eux deux, debout, tentant de se battre pour vivre et non vivre pour se battre comme il a été de nombreuses fois le cas, auparavant.
Le tontatta baissa la tête. Il avait toujours eu la langue bien pendue, et même pendant ces quelques heures, ou quelques jours passés dans cet infâme cachot, il avait su établir, à son habitude, un long monologue. Pourtant, à cet instant, c'est la langue qui lui manquait. Il semblait réaliser que la fin des desossés avait sonné.
Tony le regarda d'un air presque empathique pendant un dixième de seconde et décida de répondre à l'homme du mieux qu'elle pouvait.

- Lui c'est Archi, je t'expliquerai plus tard.Je dois récupérer mon sabre, c'est important.

Deux phrases, des mots justes. Assez pour être comprise, et ne pas tomber dans le superflue. Il fallait faire au plus vite. Derrière eux, il ne restait que deux marines, devant eux, après de nombreuses minutes à parcourir couloirs et couloirs, la silhouette d'un homme se dessinait. Un banc, un marine qui dormait malgré le grabuge qu'engendrait l'alerte, et une porte.

- Tch

Effectivement, rien n'avait changé depuis ces années ou Tony avait été, elle aussi, dans les rangs. Il y avait ceux qui bossaient, et ceux qui dormaient, un peu comme l'était l'administration du gouvernement d'ailleurs.
Tony continua de courir vers cette fameuse porte, dont l'entrée était gardée, tout en jetant quelques coup d’œil derrière elle pour tenter de jauger la situation. Ils étaient à une bonne dizaines de mètres, presque au début du couloir qu'ils avaient emprunté, même.

- Je te laisse t'occuper de celui de droite !  


A peine avait-elle fini sa phrase que la jeune rouquine s'arrêta. Ne regardant même pas si son compagnon d'arme s'était arrêté, elle se retourna et fit face au danger, les bras le long du corps. Les deux hommes de lois, eux, l'air étonné, continuèrent tout de même leur course dans leur direction.

Tony commença à avancer. Elle fit quelque pas, assez lent, et accéléra rapidement le pas. Elle courait maintenant en direction de l'homme à gauche, celui dont le visage boursouflé témoignait, de part sa couleur rougeâtre et de la transpiration qui y coulait, une certaine fatigue.La rouquine couru à toute vitesse et glissa entre les jambes du marine qui s'était arrêté. Se trouvant maintenant derrière lui, elle se releva rapidement et lui assaini un puissant coup de pied sur le côté du crâne de l'ennemie. Direction le mur, et bien entendu le monde du marchand de sable, avec en prime quelques dents en moins.

Se dépoussiérant les mains du mieux qu'elle pouvait, la jeune Franc-marine vu hâtivement que le second marine était lui aussi à terre, près du blond. Il ne restait plus que dormeur sur sa chaise, juste à côté de cette fameuse porte. Un petit tour de chaine autour de cette petite nuque, suffit à lui faire perdre connaissance, leur laissant alors carte blanche pour jeter un oeil dans cette fameuse armurerie. Tony ouvrit la porte, espérant de tout cœur que armes et boucliers se trouvaient là, comme dans ses souvenirs. Le "presque" sourire au lèvre, sa main se posa sur la poignée de la porte avant que cette pièce, vide, ne fasse face au visage décomposée de la belle.  


Refermant la porte comme si elle n'avait rien vu, elle tenta de renouveler la chose, pensant réellement qu'elle avait eu une hallucination. Une fois, puis deux fois, puis une troisième, mais toujours rien. La porte était vide, belle et bien vide, tout comme le regard des deux autres qui la regardait d'un air particulièrement interrogateur.

- EUUH... Ca va Tony?...

La porte continuait à claquer. A s'ouvrir puis à se refermer, devant les yeux incompréhensible d'Archibèlde et du blondinet, jusqu’à ce que la petite chose lui fasse remarquer quelque chose.
En effet , dans ce cul de sac, une seconde porte, situé sur le mur à sa droite se trouvait en plus de la petite porte qu'elle avait presque cassée après l'avoir ouverte puis fermée une bonne centaines de fois.

C'est après quelques minutes que les trois sortirent de la seconde pièce dans laquelle ils étaient rentrés. Plus de menottes ni pour l'un ni pour l'autre. A la place de celles de Tony, il y avait maintenant un sabre, et une lance de fortune qu'elle avait par chance pu dégoter.
Direction le Bureau du cher colonel pour récupérer la chose qui était pour elle, la chose la plus cher à ses yeux dans ce monde, et cette foi-ci elle ne se tromperait pas sur l'endroit précis.

electric bird.

[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PNJ


☠ Messages : 429
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088547
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Mer 31 Oct - 22:08





Une évasion presque parfaite


L’alarme sonnait partout dans la prison et même si quelques poivrots coffrés durant les échauffourées de la nuit s’agitaient un peu, les soldats restaient à leur poste, sachant très bien que le Colonel Rossignol avait minutieusement planifié le mouvement des troupes en cas d’évasion. L’important était de contenir la fuite en ne permettant pas à d’autres détenus de s’enfuir et par conséquent, seuls une cinquantaine de soldats étaient chargés de poursuivre les fugitifs en plus de quelques gradés, dont le Colonel en personne. Bien sûr, dans le cas présent, l’intérêt de la fugitive pour son sabre présentait un avantage conséquent sur les mouvements qu’il pourrait extrapoler. Le point le plus sensible était sans doute de savoir la force de la personne qui aidait la fugitive et surtout, que ce parasite de Lieutenant Sad arrive à temps pour faire son devoir.

Toutefois, Rossignol était assez confiant sur le fait de contrôler la situation et c’est donc assez détendu qu’il attendit la suite des événements dans son bureau. Malheureusement pour lui, son den den mushi vint troubler cette certitude quand il entendit la voix fluette d’une femme l’interpeler.

« Coucou Rossi !!! J’ai entendu l’alarme en passant, tu as besoin d’aide ? »

Le visage du Colonel devint pâle à l’entente de cette voix si familière. Il souffla lentement afin de restaurer son calme et répondit immédiatement pour ne pas la laisser poursuivre son idée qui irrémédiablement, lui attirerait des problèmes.

« Angela ! Reste loin de ma prison, je gère parfaitement la situation ! »

D’un coup, la voix de son interlocutrice devint agressive et étrangement plus virile.

« Rossi !!!! Je vais te faire bouffer ta queue de cheval si tu essaies de te mettre entre Barry et moi !!!! Tu as compris ! J’arrive que tu le veuilles ou non ! S’il est blessé, je te coupe les couilles !!! »

Dans un long soupir de désespoir, le Colonel Rossignol s’écroula dans son fauteuil en cuir, observant le plafond de son bureau en s’imaginant déjà l’agitation qui allait se dérouler dans sa prison. En fin de compte, la fugitive et son complice allait devoir se frotter à bien pire que ce qui les attendait à l’origine et pour cause, la Colonel Sweet débarquait en grande pompe. Cette folle amoureuse du Lieutenant Sad avait finalement trouvé une excuse pour entrer dans ce lieu et même si la situation venait à être réglée rapidement, elle trouverait sans nul doute un moyen de prolonger son incursion.



Dans la prison, les soldats rassemblés devant le bureau du Colonel se mettaient en place, visant le bout du couloir afin d’exploser les rotules des fugitifs dès qu’ils seraient à porter de tir. Malheureusement pour eux, un imprévu de taille fit son apparition en explosant la fenêtre du couloir. Il s’agissait de la Colonel Sweet qui avait préféré prendre un raccourci afin d’essayer de tomber « par hasard » sur le Lieutenant Sad. Observant un instant la situation, elle partit en direction du bout du couloir afin d’intercepter son amour et peut-être au passage, les fugitifs.

C’est d’ailleurs sur eux qu’elle tomba au détour d’un couloir, observant Tony, Suzori et l’étrange créature qui les accompagnait, des pieds à la tête. Instinctivement, elle s’aida des murs pour prendre de la vitesse et de l’élan afin de frapper la femme aux cheveux rouges d’un coup de pied retourné. Elle enchaîna instinctivement par une pluie de coups de pied verticaux qui fondaient sur ses cibles aussi vite que le vent. Si cette nouvelle intervenante avait finalement trouvé les fugitifs en premier, le Lieutenant Sad n’était plus très loin et d’un moment à l’autre, il allait arriver sur eux également.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 28
☠ Âge du Personnage : 20 ans
☠ Berrys (x1000) : 966
☠ Localisation RP : South-Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit de l'ectoplasme
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 1500
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
50 / 99950 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Ven 2 Nov - 19:18



Une évasion presque parfaite

Suzori Bonney & Tony S. Asteria


Quelques heures plus tôt …


« Alors comme ça, un franc-marin est enfermé dans la prison de Baterilla et vous me demander de l'aider à s'échapper. Pourquoi n'allez-vous pas la délivrer vous-même ? Après tout, vous aussi êtes une franc-marine. »

« Exact. Je suis moi aussi un franc-marin. Mais je préfère rester dans l'ombre. Et puis de toute façon, la plupart des troupes sont affairés à défendre la place contre la marine. Tu me sembles être bien plus apte que moi pour une telle chose. »

« Mhm … Mouais. J'ai seulement une p'tite requête avant. »

« J'écoute. »

« Vous n'auriez pas par hasard des explosifs ? » Dis-je tout en lançant un grand sourire innocent.

« Euh … ici tout de suite non. Cependant, je peux vous en dégoter quelques-uns. »

« Parfait ! J'accepte votre mission. »


19h50


Transportant quelques charges d'explosif dans un sac à dos, je m'introduis discrètement dans le complexe de la marine. Me faufilant à pas de velours dans un bâtiment où était entreposé un grand stock de tenue de la marine destiné essentiellement aux bleues ou à ceux qui ont endommagé leurs uniformes, je dépose rapidement mon sac au sol pour en enfiler une, prenant soin d'attraper au passage une casquette pour réduire tout risque inutile étant ancien marine affecté à cette base et ainsi augmenter ne serait-ce que légèrement les chances de réussite de cette dangereuse et hasardeuse évasion. Une fois habillé, j'attrape hâtivement ma sacoche pour commencer la partie sérieuse. Déposé les bombes à des endroits stratégiques qui, une fois explosés feront je l'espère énormément de dégât. Grâce à ça, le chaos risque certainement de régner en mot d'ordre au sein de ces murs. Grossièrement, les lieux où j'ai déposé le plus gros des bombes sont les baraquements, les quartiers administratifs et pour finir une partie du mur extérieur des prisons, de sorte à ceux qu'une grosse poignée de prisonnier puisse tenter de se faire la malle et ainsi disperser au maximum les troupes de la marine et espérons-le, les gros bonnets.


De nos jours …


Alors comme ça cette étrange petite créature se faisait appeler Archi. C'est un drôle de nom que voilà, décidément ces deux inconnues n'ont de cesse d'attiser ma curiosité. Je sens que la suite risque d'être bien marrante. Enfin, encore faut-il arriver à sortir d'ici en un seul morceau et ça, c'est autre chose. La réalité me rattrapa bien vite lorsque Tony me sortit brusquement de mes pensées en me disant de m'occuper celui de droite. C'est que j'en aurais presque oublié la présence des deux zigotos qui courraient derrière nous pour tenter de nous arrêter. Je dis bien tenté car il ne fallut que quelques secondes à la rouquine pour se retourner face aux deux marines avant d'entamer une course effrénée vers le type de gauche qui ne manqua pas de se prendre un violent coup de pied en pleine tête. Profitant de cette distraction pour me ruer à mon tour vers le second abruti ne sachant pas où se placer, je m'élance vers mon adversaire avant de finalement sauter sur le mur de gauche afin de me propulser vers celui-ci à l'instar d'une fusée, un grand sourire malicieux sur les lèvres, la garde de l'une de mes dagues tenue fermement dans mon poing, qui vint se loger violemment dans l'abdomen du marine qui ne put s'empêcher de laisser échapper un léger cri étouffé face à la violence du coup. Reposant un pied au sol, je place ma main gauche sur l'épaule de celui-ci avant d'enchaîner brusquement avec un coup latéral droit du pied dans la mâchoire du soldat, le faisant irrémédiablement tomber au sol.

Arrivé finalement devant la porte de l'armurerie, il ne fallut qu'une poignée de seconde pour que Tony s'occupe d'envoyer le flemmard de service dans les bras de Morphée à l'aide d'une chaîne pour enfin pouvoir souffler un peu. Soupirant un bon coup, le visage d'abord confiant de la jeune rouquine se décomposa rapidement. Fermant la porte subitement, cette étrange rouquine rouvre ensuite la porte puis la referme une nouvelle fois et ainsi de suite, son visage encore décomposé. Étrangement, celle-ci répétait cette opération à plusieurs reprises. Le regard interrogateur, me questionnant sur le réel but de tout ça, sur la vie et la mort, sur les beignets mais aussi sur les petits biscuits. Aller savoir pourquoi.

« Elle est toujours comme ça ? »

Questionnais-je alors à l'étrange petite chose qui se faisait appeler Archi avant que celle-ci ne souligne le fait qu'une seconde porte se situait à seulement quelques mètres d'elle. Entrant dans l'armurerie, j'en profite pour informer Tony sur la suite des événements qui je l'espère, risque d'être fort intéressant !

« Normalement, le chaos devrait bientôt régner au sein de ces murs. J'ai placé des explosifs à des endroits stratégiques pour appuyer notre évasion. Je suis pas trop forrrrrt ?! »

Ce n'est que quelques instants plus tard qu'on se retrouve enfin à l'extérieur de l'armurerie, bien équipé pour affronter la suite des événements. J'avais d'ailleurs profité de ce calme et de cet armement conséquent pour emprunter un sabre de la marine histoire de l'utiliser au cas où la situation serait amenée à déraper. C'est ainsi que nous débutions une course folle en direction du bureau du colonel Rossignol dans le but de récupérer le sabre de Tony.

« Tu te bats avec un sabre et une lance en même temps. Balèze ! »


Après quelques minutes de course, nous voilà enfin à quelques mètres de notre destination. Le bureau du colonel devrait normalement se trouvait au détour du couloir. Attrapant mes deux dagues, je vérifie que mes sabres sont bien attachés à ma taille quand inopinément, en levant le regard, j'aperçois ce qui semblait être une jeune femme foncée sur Tony, le pied en avant. Sans que je puisse savoir si la rouquine a réussi à bloquer le coup qui lui était adressé, nous voilà à présent sous les feux ennemis, tiraillé par les nombreux coups de pied de l'inconnue qui ne manqua pas de me toucher à plusieurs reprises sous l'effet de surprise. Mais ne pouvant pas toucher éternellement deux cibles en même temps à l'aide de cette attaque et grâce à ma petite taille, je me recule rapidement vers l'arrière pour laisser libre champ à Tony qui était beaucoup mieux placé que moi sans savoir qu'un second gros bonnet allait bientôt se pointer derrière moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t2018-presentation-de-suzori-bonney#10680

avatar
Seconde des Désossés


☠ Age : 99
☠ Messages : 88
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 7999
☠ Localisation RP : Ishiro troisième voie - Grand Line
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4030
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Seconde des Désossés

MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Mar 6 Nov - 10:41

1418/Une évasion parfaite?


Le coup fut bref, mais intense. Le coup de pied vint de nul part ou elle l'attendait et continua sur sa lancée. C'est alors rué de coups que le corps de Tony, qui avait plané pendant quelques seconde dans cet atmosphère pesante qu'était celle de la prison, se ratatina sur ce sol sombre avec lequel elle était si familière depuis ces dernières heures.

La belle bouche cracha du sang, et ces belles mains, aussi douce que la rosée, baignant maintenant dans cette marre rouge bordeaux, tentaient de relever ce petit corps tellement mince qu'il semblait affamé depuis des jours. Et pour il en était tout autre. Les paumes touchèrent délicatement ce sol lisse et froid qu'elle connaissait bien, et c'est remplacé par ces deux pieds nus comme des verres, qu'elles allèrent se poser l'une comme l'autre sur les sabres accrochés à sa ceinture de fortune. Elle ne s'attendait certainement pas à voir ce sergent dont le nom n'avait jamais atterrit dans ses oreille, ni à ce que le combat commence ici, avec elle. Et pourtant il avait déjà commencé. Un sourire vint se dessiner sur son visage d'ange sur lequel le rouge semblait prendre de l'importance au niveau de ses lèvres.


- Attends moi là.


Sans jeter un œil pour voir si Archi allait bien, car elle savait pertinemment que la fuite était son gagne pain, elle décocha ces deux lames qui étaient maintenant les siennes.
Le combat n'allait pas durer longtemps, elle le savait. Et quand bien même elle ne pourrait pas gagner, à deux contre un, l'antagoniste n'avait qu'une mince chance de faire l'affaire.

- Soru

La jeune rousse se déplaça rapidement, sautant sur une des paroi pour l'aider à s'élever au dessus de sa victime. Elle était à quelques mètres au dessus de la tête de la tête de la colonelle. Elle dégaina alors ses deux sabres et les envoya direction sa proie.
Un sabre alla directement se planter dans la chaussure droite de la jeune femme, et l'autre traversa le pantalon recouvrant son tibia gauche. Si ces lames avaient touchés la douce chaire de la jeune fille, aucune idée. Cette technique allait-elle permettre à Tony de maintenir son ennemie coincée, aucune idée. En tout cas il y avait là une réelle ouverture. Il n'en fallait pas plus pour que la franc-marine tente quelque chose.

Planant encore dans les airs, comme-ci le temps s'était arrêté, elle décocha de son dos la lance qu'elle avait prise dans l'armurerie et tenta une nouvelle fois une attaque de front.

- CHAMFRONT !

Un nuage de poussière, mélangé à la roche noir qui modelait la structure de la prison s'éleva dans le petit couloir. L'opacité du cumulonimbus étais presque irréaliste. La poussière se jeta littéralement dans les yeux et la bouche de Tony, qui tentait désespérément, à l'aide de sa main couvrant à la fois sa bouche et son nez de respirer.

- TONYY CA VA ? ! cria la petite bête ayant trouvé refuge sur l'épaule de son nouvel acolyte

Tout se passa rapidement, et il était vrai qu'elle en avait presque oublié qu'elle n'était pas seule dans ce foutu bordel. Elle savait qu'Archi était caché, enfin elle le croyait, mais ce qu'elle ne savait pas c'est où était passé ce fameux Franc-marin?  

Elle était maintenant à quelques mètres de l'impact. Ainsi, ne voulant pas être surpris par une quelconque attaque, qu'elle soit de cette femme ou de son acolyte qu'elle pensait être un agent double, elle dégagea rapidement, à l'aide de sa lance, l'épais nuage qui s'était formé...

- Jave..kopf lot !

... Cherchant du regard, l'un comme l'autre, elle était prête à riposter si une attaque devait arriver.




Résumé et techniques:
 

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PNJ


☠ Messages : 429
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088547
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Sam 10 Nov - 7:43





Une évasion presque parfaite


L’affrontement était maintenant inévitable et la Colonel Sweet venait de frapper un grand coup dès son arrivée. Un petit sourire satisfait sur le visage, elle comprit assez vite qui était le plus dangereux des deux fugitifs. D’ailleurs, ne connaissant rien du passif de la Franc-marine, elle fut assez surprise de la voir utiliser le Soru. Cela l’intrigua tellement, qu’elle alla jusqu’à la laisser faire pour voir ce qu’elle ferait ensuite. En la voyant lancer ses sabres, la Colonel eut un mouvement de recul immédiat et ce n’est finalement que sa chaussure qui fut touchée. A ses yeux, il était idiot de s’être débarrassé de ses armes comme cela et ce petit moment d’inattention, faillit bien lui coûter très cher car elle parvint de justesse à bloquer le coup de lance de Tony en utilisant son autre jambe dans un coup particulièrement puissant. L’impact alla jusqu’à endommager le sol sur le quel son autre pied prenait appui. La poussière que cette attaque venait de soulever lui permit de se dégager le pied du sabre.

Pendant ce temps, le Lieutenant Sad marchait tranquillement dans le couloir, approchant de la zone des combats. Il tenait une fleur à la main et arrachait pétale après pétale en murmurant.

« Elle m’aime à la folie … plus du tout … à la folie … plus du tout … »

Encore plongé dans sa 599ème rupture, il soupira en voyant la poussière venir du bout du couloir. Les affrontements avaient certainement déjà dû commencer et Rossignol n’y allait pas par quatre chemins. Il pressa donc un peu le pas et lorsqu’il arriva à destination, il ne distingua pas immédiatement la Colonel Sweet et Tony. Par contre, le blondinet ne lui échappa pas une seconde et comme il n’avait techniquement rien à faire ici, il l’attaqua immédiatement sans réfléchir. Les lames acérées de ses gants firent un bruit particulièrement grinçant sur les murs et d’un coup, il se mit à accélérer vers l’ennemi.

« Devil’s Claw !! »

Ses deux bras se croisèrent devant Suzori et d’un coup, s’abattirent sur lui en forme d’un X. L’attaque était tellement puissante que même les murs furent tranchés. Alors qu’il allait continuer, il remarqua une silhouette particulièrement séduisante et fit un bond en arrière. C’était donc cette femme séduisante qui était enfermée dans les geôles de la prison ? S’il l’avait su, il serait certainement allé la voir plus tôt. Histoire de ne pas perdre de temps, il leva son bras droit et d’un coup sec, le ramena le long de son corps, créant cinq lames de vent parallèles en direction de Suzori. Assez sûr de lui, vérifiant son halène, il fit un pas en direction de Tony avant de s’arrêter net lorsqu’il vit la Colonel Sweet.

« Angela ? »

A la vue du Lieutenant, l’adversaire de Tony tomba au sol en faisant semblant d’être blessée. Une main tendue vers lui, espérant une attention de sa part, elle l’appela à son tour.

« Barry ! Aide-moi ! Fonce comme un flash pour me sauver mon preux chevalier ! »

Un soupir s’échappa de la bouche du Lieutenant devant cette scène pitoyable.

« Arrête ton cinéma, on a du boulot. »

La Colonel Sweet se releva d’un bond et utilisa à son tour le Soru afin de surprendre Tony. Contrairement à son adversaire, c’est à ras du sol qu’elle réapparut, réalisant le début de son Jungle Combo Deluxe. Cela commença par un coup de pied circulaire qui forcerait son ennemi à tomber ou à sauter. Elle enchaînerait ensuite avec un autre Soru afin d’administrer un puissant coup de genou au niveau du ventre et pour finir, un coup de pied retourné au niveau du visage. Au final, la seule chose qui changeait suivant les situations, était l’angle de ses coups. En même temps, que fallait-il s’attendre d’autre avec une personne ayant toujours réglé tous ses combats à la force de ses jambes. Immédiatement après cela, elle fonça auprès du Lieutenant Sad pour chercher un peu de réconfort. Malheureusement, il ne semblait pas trop l’entendre de cet avis.

« Non mais lâche-moi un peu ! Il n’y aura jamais rien entre nous ! »

Les larmes aux yeux, la Colonel Sweet ne sembla pas accepter cette nouvelle désillusion, même si ce n’était pas la première fois qu’il le lui disait. N’y tenant plus, elle chercha à connaître la raison de ce rejet pour la première fois.

« C’est parce que je suis ta supérieure ? »

« Non … »

« Parce que je suis plus forte ? Tu n’aimes pas les femmes fortes ? »

« Non … »

« C’est parce que je ne suis pas assez féminine ? »

« Non … »

« C’est parce que je suis ta cousine ? »

« Non, mais c’est un problème quand même … »

« C’est parce que je ne suis pas une femme comme les autres ? »

« On approche du problème … »

« C’est ma trompe ? »

« C’est exactement ça … Tu es un mec et je préfère les vraies filles moi ! »

Cette révélation choquante ne manqua pas de rendre folle ou fou … de rage la Colonel Sweet qui se rua sur la seule représentante du sexe féminin aux alentours. Elle recommença son enchaînement de coups de pied, se moquant clairement des dégâts qu’elle pourrait causer dans la prison. Plusieurs murs ne manquèrent pas de céder sous ses coups.

A cause des explosions provoquées par Suzori, d’autres prisonniers s’étaient échappés et par conséquent, cela força le Colonel Rossignol à changer un peu ses plans. Il apparut à son tour au bout du couloir, le sabre de Tony à la main. Il se concentra un instant un d’un geste vif et précis, il créa une lame de vent qui fonça sur la fugitive. Il profita de ce moment pour donner ses ordres.

« Tu as pas bientôt fini de détruire ma prison ! Si tu ne veux pas un autre blâme dans ton dossier, tu vas foncer me rattraper toutes les crapules qui se sont enfuies ! Je m’occupe de ses deux-là avec Sad. Dépêche-toi ! »

Devant le regard noir du Colonel Rossignol, la Colonel Sweet soupira et finit par se mettre en route pour arrêter les autres prisonniers. Elle espérait bien finir assez vite, avant que Barry ne tombe amoureux de cette rouquine prétentieuse. Désormais, Suzori et Tony devaient faire face à une autre menace. Pris en sandwich entre le Colonel Rossignol et le Lieutenant Sad, il devait maintenant espérer ne pas finir en jambon-mayonaise. Le point positif était sans doute que la Franc-marine avait désormais son sabre en vue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 28
☠ Âge du Personnage : 20 ans
☠ Berrys (x1000) : 966
☠ Localisation RP : South-Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit de l'ectoplasme
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 1500
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
50 / 99950 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   Dim 11 Nov - 23:20



Une évasion presque parfaite

Suzori Bonney & Tony S. Asteria


Très vite, la situation s'était radicalement métamorphosé. La confiance et ce sentiment de tout contrôler s'étant très rapidement changé en insécurité alors que la situation venait irrémédiablement de tourner au vinaigre. Alors qu'une épaisse fumée s'était formé après que Tony est élevé sa lance au-dessus de sa tête et sans vraiment comprendre comment, le combat semblait tourner en notre avantage. Inconsciemment, je m'étais reculé de quelques mètres pour laisser libre cours à la fureur de cette jeune franc-marine sans réellement savoir si l'enchaînement de coups de la rouquine avait réussi à toucher sa cible. Dagues aux poings, je me préparais à ruer sur la cible au cas où celle-ci est réussie malgré tout à bloquer les attaques de Tony quand brusquement, une voix résonna dans mes oreilles à seulement une dizaine de mètres derrière moi. Très rapidement, des crissements sur le mur se firent entendre de plus en plus fort à chaque seconde qui s'écoulait. À présent, s'était incontestable. Il y avait bel et bien quelqu'un derrière moi. Me retournant en un tour de main, je fis face à ce qui semblait être un marine me fonçant dessus à toute vitesse, des gants munis de lames acérés aux poings. S'élançant brutalement sur moi, celui-ci tenta de m'asséner un violent coup de griffe en forme de X mais manque de pot pour lui, je ne suis pas le dernier des empotés. Déjà armé de mes dagues depuis le début du combat, je bloque son attaque en pliant les coudes pour croiser mes couteaux, bloquant ses lames en reculant malgré tout de quelques pas. Et puis sans que je puisse réellement réagir, celui-ci me lança cinq lames de vent sur ma tronche qui je puis tout de même éviter au dernier moment, me faisant tout de même projeter contre le mur, relevant ainsi un amas de poussière lorsque les lames se heurtèrent contre un mur, me donnant ainsi l'occasion de respirer quelques instants en laissant croire que j'ai été touché par son attaque.

Étonnamment, les deux zigotos commencèrent à taper la discute et il faut dire que leur discussion était plutôt … étrange. Rangeant mes dagues pour prendre à la place mon fidèle sabre, je me relève discrètement pour me faufiler à seulement quelques pas du blondinet quand soudainement le Colonel Rossignol fit son apparition, éjectant aussitôt le second colonel de l'échiquier alors que les explosifs placés quelque temps plus tôt avaient finalement servi à foutre encore plus de bordel dans la base, obligeant ainsi les forces de la marine à se disperser et ainsi nous rendre la fuite beaucoup plus facile.

« Tony, je te laisse le Colonel ! Pendant ce temps, je vais m'occuper de ce clown ! »

Lançais-je subitement à la jeune rouquine avant de commencer à courir vers ma cible, sabre en main.

« Sen'koku Shuuten' »

Commençant à faire virevolter rapidement mon épée en main de plus en plus vite, j'élève rapidement mon bras droit avant de finalement abattre violemment le bout de la lame de mon katana sur le lieutenant Sad. Reculant ensuite hâtivement de quelques pas en arrière, je tends ma main devant moi, le sourire aux lèvres.

« Horo Horo no Misakai ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Une poignée de fantôme sort brusquement de la paume de ma main, une grande banane sur le visage avant que je ne les envoies à l'improviste sur le lieutenant Sad, claquant sans tarder des doigts une fois que ceux-ci sont au contact de celui-ci, provoquant alors des explosions au niveau du jeune marine, relevant d'emblée ma garde, n'étant pas certain de m'être débarrassé de mon adversaire.

Techniques:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t2018-presentation-de-suzori-bonney#10680



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une évasion presque parfaite [ft.Tony S. Asteria]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un dîner presque parfait
» Il suffirait de presque rien ...
» Un dîner presque parfait
» "Un dîner presque parfait" [pv Kanoë]
» La grande évasion de David Douillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: South Blue :: Baterilla-
Sauter vers: