Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 malik dimeria - you've seen my descent, now watch my rising. [Finito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 26
☠ Âge du Personnage : 24 ans.
☠ Berrys (x1000) : 1614
☠ Localisation RP : Casino De Leone - Loguetown, East Blue.
☠ Fruit du Démon : Tori Tori no Mi - Modèle Phénix
☠ Haki : Aucun.
☠ Dorikis : 1925

MessageSujet: malik dimeria - you've seen my descent, now watch my rising. [Finito]   Mar 7 Nov - 4:55



Malik "Horus" Dimeria.




Prénom et Nom: Malik Dimeria.
Âge : 24 ans.
Sexe : ♂.
Avatar : Ozymandias from Fate GO.
Groupe : CdP.
Métier : Cuistot à temps partiel.
Espèce : Homo Sapiens.
But : Construire une gigantesque statue de lui faite en or et faisant la taille d'une Blue.

---------------

Fruit du Démon : (sous réserve de validation) Tori Tori no Mi, Modèle Phénix.
Autres capacités : (sous réserve de validation) Aucune.


Questionnaire



1. Apparence physique


Taille : 184 cm.
Poids : 72 kg.
Cheveux : Bruns.
Yeux : Ambres.


2. Tenue vestimentaire habituelle


Si Malik sait se montrer polyvalent dans ses tenues vestimentaires, il y en a quelques unes qui le démarquent et qui sont réellement atypiques. Notamment ce qui ressemble à un ensemble pharaonique avec une armure dotée de bijoux en or, dont un collier fait du même métal qu'il garde constamment autour de son cou. Une cape, et un juste au corps (lorsqu'il en porte un) noir. Le jeune homme affectionne également les tenues plus décontractées, comme des costumes ouverts, ou des vêtements plus modernes. Son attitude, son corps musclé mais sec aident également à porter des habits qui le mettent en valeur.

3. Motivations


Malik n'est pas du genre compliqué, pas du genre à se prendre la tête pour rien : Ayant récemment acquis l'immortalité, il ne souhaite rien d'autre que profiter de son éternelle vie. Pour lui, être chasseur de primes est plus un jeu qu'un véritable métier, où il peut affronter et se mesurer à des adversaires le poussant à progresser. En réalité, l'héritier Dimeria s'emploie à réduire la criminalité mais à sa façon, raison pour laquelle il n'a pas rejoint les rangs du Gouvernement Mondial. Il aime se battre, bien manger et voler au dessus du monde qu'il observe de son œil sournois. Doté d'une répartie et d'un cynisme à toutes épreuves, le bougre n'aspire qu'à la rigolade, cachant de ce fait une sensibilité et émotivité parfois handicapantes.

4. Opinion sur le gouvernement mondial


Malik n'a cure du Gouvernement Mondial, tant que celui-ci ne se met pas en travers de ses objectifs. Lorsque le jeune homme prend un pirate pour cible, il considère qu'il est le seul à pouvoir le livrer et par conséquent s'énerve lorsque les forces de l'ordre font leur travail. Pour autant, il considère que l'existence du Gouvernement Mondial est une nécessité, du fait de son rôle de protecteur des civils qui sont bien trop souvent à la merci des criminels en tout genre.

5. Opinion sur la piraterie


Heureusement qu'ils sont là, diraient la plupart des chasseurs de primes ! Pour Malik, les pirates sont les sparring-partners idéaux pour tester sa force et continuer de progresser. Évidemment, leur traque est la façon la plus rapide qu'a le jeune homme pour gagner sa croûte, mais il n'en a après leurs primes que lorsque cela devient nécessaire. Autrement, il se sert de son réseau d'informateurs pour se battre quand l'envie lui prend, lui qui déteste s'ennuyer.

6. Opinion sur la franc-marinerie


Il s'agit ici du seul mouvement dont Malik n'a eu vent que très récemment. D'autant plus que leurs objectifs ne sont pas encore tout à fait clairs pour lui. Dans tous les cas, il les ignore tant que ceux-ci ne s'opposent pas à lui, et si jamais ils sont rapporteurs d'argent et qu'il en a besoin, il saura vers qui se tourner.



Histoire


When life leaves us blind, love keeps us kind.

Cette phrase résume un peu l'histoire de ma vie. L'existence d'un garnement dont la seule motivation a toujours été de vouloir vivre au dessus de ses moyens, de viser une classe qu'il n'aurait jamais pu atteindre. Quand j'étais petit, je voyais la société comme un ensemble de paniers où nous étions tous classés, et d'où il était impossible d'en sortir. Cette étiquette maudite qui nous poursuivait durant le reste de notre existence, je voulais m'en détacher, prouver que j'avais les capacités d'aspirer à un avenir plus radieux. Comme on dit, le mieux est l'ennemi du bien et je l'ai appris à mes dépends.

Je viens du Royaume d'Alabasta, né il y a vingt-quatre ans. Issu d'une famille de modestes fermiers, j'appris bien vite le travail sur le terrain et aidai du mieux que je le pouvais mes parents aux récoltes. Je ne rechignais jamais à la tâche, les rendant fiers, les poussant également à m'inscrire à l'école. J'adorais cela. L'apprentissage était pour moi presque comme une seconde nature. Je me regardais et me comparais aux autres, j'étais bon et toujours bien classé. Mon père, Zayn, et ma mère Asmahane voulaient néanmoins que je poursuive ma vie en tant qu'agriculteur, que je reprenne le seul bien que nous possédions : Cette terre à laquelle nous devions tout. Elle était notre raison de vivre, notre seul leitmotiv pour nous lever le matin, et nous coucher tôt le soir pour reprendre nos forces. Je développais bien vite une musculature ainsi qu'un gabarit des plus appréciables, m'offrant le luxe d'attirer quelques regards féminins.

Seulement voilà, dans le lot des jeunes filles qui commençaient à développer leurs formes, dont les courbes faisaient tourner les têtes et émoustillaient les garçons de mon âge, il n'y en avait qu'une. Celle-ci, brillante au milieu de toutes, était la reine que je convoitais. Splendide, au teint laiteux et à la chevelure dorée, comme les blés parmi lesquels j'avais grandi, elle appartenait à cette catégorie de gens qui m'étaient inaccessibles. Comment pouvais-je rivaliser avec tous ces prétendants, garnis de cadeaux et de vêtements de haute couture ?

Je n'étais qu'un fils de roturier. Je n'avais pas les moyens de ma politique. Tout ce que j'avais pour moi, c'étaient ces principes inculqués après tant d'années d'éducation par mes parents. Aujourd'hui encore, en me remémorant ces évènements, je n'arrive pas à comprendre comment ai-je pu agir ainsi ... J'avais décidé, le jour de mes vingt-deux ans, de jeter tout cela à la poubelle pour commencer à fréquenter le cercle fermé de la belle Lydie, alors composé de fils-de tous aussi snobs et riches qu'elle.

C'était un univers inconnu pour moi, qui paraissait venir d'ailleurs. C'était incroyable de découvrir les différences qui nous caractérisaient, comme si je n'appartenais pas à la même tranche d'âge que ces jeunes. Ils m'ont fait découvrir tout un tas de nouveaux mets, m'offrant de beaux vêtements, je me retrouvais même à mettre du parfum avant chaque sortie. C'était incroyable, je me sentais à un niveau équivalent au leur. Je délaissais le travail à la ferme pour aller traîner avec mes nouveaux « amis », à leur tête cette diablesse de Lydie qui m'attirait, chaque jour un peu plus, dans la gueule du loup.

Notre petit gang s'adonnait à divers délits, toujours couverts par les parents de mes camarades car influents au sein des hautes sphères d'Alabasta. Ils vantaient leur supériorité, leur invincibilité. J'admirais cela, j'enviais cela, mais je conchiais cela aussi. C'était injuste pour les autres qui nous regardaient avec des yeux mêlant la peur et la jalousie, me faisant mal me sentir par moments. Nous marchions en véritables rois dans les rues, ne craignant rien ni personne. J'étais celui qui, de par ses qualités athlétiques, défendais notre « maîtresse » Lydie qui donnait l'impression de flirter avec moi. J'approchais du but, je sentais que tout cela allait enfin porter ses fruits.

J'étais aussi naïf qu'un écolier. Je pensais avoir gravi les échelons d'une élite dont je n'étais que le faire-valoir. Un de ces innombrables adulescents, normalement mûr et responsable, pris dans la toile de l'amour pour céder à tous les caprices de sa convoitée. À chaque fois que je me rappelle l'être que j'étais il y a deux ans, j'ai envie de me frapper jusqu'à ce que je perde connaissance. C'était indigne de la personne que mes parents ont élevé, indigne de l'homme qu'ils auraient aimé voir devenir.

Ces gens-là se sont servis de mon envie de m'intégrer parmi eux, de mon amour sincère pour la jolie blonde pour m'utiliser. Un soir, alors que nous étions dehors, je fus désigné comme chef d'une petite escouade pour pénétrer dans la maison d'un couple de riches commerçants. Fortunés, ceux-ci ne verraient sans doute pas un collier qui se serait envolé, ou une pierre précieuse qui aurait décidé de voir du monde ailleurs. Bien mal m'en prit puisque nous fûmes tous arrêtés par les forces de l'ordre. Coincés, nous dûmes avouer. Seulement, je fus le seul à risquer la prison, chose que je n'avais jamais imaginé dans ma vie. J'étais descendu bien bas, passant de simple citoyen à criminel, passible d'une peine très lourde. Les amis dans lesquels je croyais m'avaient abandonné, lâchement. Je me souviens encore des rires sardoniques de Lydie, me faisant passer pour le roi des abrutis. Voilà où me menèrent plus de dix ans d'amour aveugle. Dix ans que je dédiais mon cœur à la mauvaise personne, qui me laissa bien vite à ma minable condition dont je ne pouvais m'extraire. J'étais abattu, désespéré et seul. Je n'avais plus aucun échappatoire et ce qui me restait de cet avenir superficiel était désormais entre les mains de la justice. J'attendais le sort qui m'était réservé, comme toute crapule que j'ai toujours abhorrée. Je ne valais plus rien, je ne comptais plus pour personne. Y compris moi-même.

Tout ce que j'avais pour moi, c'était le maigre butin amassé et un fruit volé. Je revins, honteux, vers mes parents qui me jugeaient avec sévérité mais en silence. C'était encore plus douloureux, de devoir rentrer chez moi la queue entre les jambes. Ils ne m'adressaient plus la parole, me faisant reprendre mon quotidien en attendant le jugement que j'aurais à subir. Un soir, alors que je m'apprêtais à me coucher, je vis une ombre apparaître devant la porte. Intrigué, je m'y dirigeais pour voir ma mère déposer une assiette avec une part de tarte. Celle-ci était apparemment faite du fruit que j'avais ramené. Ce n'était qu'un fruit, et si quelqu'un devait consommer le pêché de ses méfaits, cela ne pouvait être que moi. Reconnaissant, je pris une bouchée avant de la recracher aussitôt, surpris par le goût infect de la pâtisserie. Indignée, ma mère me gifla et ramassa le tout, avant de me renvoyer vers mon lit.

~ ~ ~ ~

« Alors comme ça, tu dis que tu ne sais pas où se cache Trifouille la Magouille, hein ? Et puis d'abord, qui lui a donné ce nom à ce con ? Les criminels de nos jours sont débiles en plus de manquer d'imagination. Sérieusement, on se croirait cent an- »

Ah! Il ne me laissa même pas finir ma tirade que ce petit brigand de bas étage sortit son arme, pour me viser et me canarder comme un ... oiseau. Oui, elle était facile mais je suis fatigué, et puis j'dis ce que je veux, d'abord. Je pense que de nous deux, c'est sa tête qui devait être la plus à même d'être admirée, vu l'expression de terreur qu'elle affichait. À le voir dégainer, je me transformais en hybride homme-phénix, le laissant faire de vains efforts. Mes "blessures" guéries, je le fixais avec un sourire narquois, comme pour me moquer de sa condition. Moi qui avais fui mon pays natal parce que des gens, supposément plus puissants que moi, m'avaient mis dans un pétrin première classe, me voici en train de reprendre l'avantage. Et de quelle façon !

« Allez Raoul, détend-toi, ça ne va pas être long. J'te taille une deuxième raie du cul, et j'récupère les quelques berries qui sont sur ta tête. Faut me comprendre, si je vole, je vais être chassé aussi alors, hein. Un beau geste, Raoul. »

Je crois qu'il ne s'appelait même pas Raoul, mais je trouvais que ça sonnait bien. Je riais, alors que lui me suppliait de ne pas lui faire de mal. Mais, eh, c'est pas moi qui ai commencé, hein ! S'il avait coopéré, nul doute qu'il s'en serait sorti vivant. Bon, avec un œil en moins, ouais, mais vivant quand même !

« Patron, servez-moi de ce cassoulet qu'on me vante tellement. Et tournée générale pour tout le monde, c'est bibi qui régale ! » lançais-je au tenancier du bar adjacent à l'endroit où j'avais mis KO le sieur Raoul. Parce qu'après l'effort, le réconfort. Non ?

Assis à une table, mangeant avec gourmandise, je vis quelque chose s'écraser devant moi avec une vitesse inouïe. Un pigeon portant un message à sa patte avait décidé de venir parler à son dieu phénicien. Ouais, bon, c'est pas parce que je suis un Phénix que je gère le syndicat des piafs, aussi. Faut pas pousser mémé dans les orties, car si on se rate elle nous le fera payer cher, la grognasse.

« La belle se met en mouvement, voilà qui promet d'être amusant ... » fis-je, intéressé par le contenu du message.

Bon et bien, la tournée ne sera pas pour aujourd'hui, y a plus important qui m'appelle. Cela commence par un "S" et finit par un "e". Et entre tout ça, il y a une magnifique jeune femme qui quémande mon intervention. Désolé les gars, ce sera pour une autre fois !



Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? Airemid Kilam.

Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! J'le ferais une prochaine fois quand même, mais merci d'avoir proposé !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 952
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 41358
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé)
☠ Dorikis : 8423
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: malik dimeria - you've seen my descent, now watch my rising. [Finito]   Mar 7 Nov - 9:53




Validation


Salut Marik, el famoso amoureux transit fan d'exclusivité et non-partageur ! Je passe donc enfin sur ta prez - qui me confirme bien ce que je pensais, un nouvel équipage CdP héhé ! C'est tipar

Qualité : 500/500


à toutes épreuves -> à toute épreuve.

et d'où il était impossible d'en sortir -> d'où il était impossible de sortir

j'appris bien vite le travail sur le terrain et aidai du mieux que je le pouvais mes parents aux récoltes -> et aidais. Ici, c'est une description d'une activité qui dure, donc imparfait.

je n'arrive pas à comprendre comment ai-je pu agir ainsi -> comment j'ai pu dans une phrase affirmative.

Faut pas pousser mémé dans les orties, car si on se rate elle nous le fera payer cher, la grognasse. -> vu le registre que tu emploies, utiliser "car" ça casse le rythme et la crédibilité. Un "parce que" aurait été bien bien mieux !

Niveau qualité, c'est vraiment du très bon ! Voire même, presque parfait ! Là où j'ai du mal, et comme l'indique mon dernier point, c'est sur la crédibilité du registre employé. Tu parles avec un vocabulaire riche et élaboré qui n'aurait peut-être pas été dérangeant à la 3è du singulier. Mais à la 1è, qui implique donc une narration extrêmement interne, tu agis presque comme si ton narrateur était omniscient avec des mots qui, sans doute, n'émaneraient pas directement de ton perso.
Surtout que, à la fin, quand tu repasses au présent et sors du flashback, ton registre redevient courant.

M'enfin bref, dans tous les cas, tu n'as pas de souci à te faire. Ton style est vraiment très bon, mais je pense que le rendre plus fluide et direct rendrait ta narration encore meilleure !

Cohérence : 300/500


Globalement, ton histoire ne souffre pas de véritables incohérences vis-à-vis de l'intrigue de notre forum. Je regrette pourtant que tu n'aies pas fait plus d'effort pour y intégrer ce qui fait les particularités de notre contexte. Effectivement, le fait que je n'aie pas encore terminé la royauté d'Alabasta n'a pas aidé, mais tu aurais pu au moins glisser quelques références sur les forces en présence ou les évènements récents.

Là où j'ai un peu plus de mal, par contre... C'est sur la facilité GIGANTESQUE avec laquelle tu dérobes le fruit du phénix, un des plus rares et puissants de One Piece. Tu es quand même en train de voler dans une famille riche d'Alabasta, un royaume avec une histoire importante qui connaît FORCEMENT ce fruit. Comment le propriétaire a-t-il pu ne pas vendre ou manger le fruit plus tôt ? Pire encore, s'il a un objet d'aussi grande valeur chez lui, la première réaction après un cambriolage est de vérifier si le fruit est toujours là. Et s'il ne l'est pas, bah tu te fais torturer jusqu'à dévoiler où tu l'as mis.
Là, tu lui prends le fruit, as le temps d'être incarcéré un moment, et le propriétaire se dit "oh, tant pis laul, don't care".

Bien trop simple.

Longueur : 150/250


Niveau longueur, c'est court mais ça fait le taf. J'ai quand même un assez gros problème vis-à-vis de ton but et de tes aspirations mégalomanes absolument pas justifiées. Tu nous dis dans ton histoire regretter t'être comporté comme un abruti ingrat avec tes amis riches, mais tu aspires toi-même à te faire construire une statue en or. Heu... Bof bof.

Pareil, y a aucune transition entre la gifle que tu te prends et ta transition en tant que chasseur de primes. Les ellipses c'est un procédé vachement utile, je le nie pas. Mais pas une ellipse qui donne aussi peu d'infos, surtout dans une présentation où on est censé avoir une vision assez générale du personnage que tu sors.

Originalité : 350/500


Niveau originalité, on va pas se mentir, le gamin des rues qui tombe amoureux de la belle riche et a un gros retour à la réalité on l'a déjà vu.
Pareil pour le perso virtuellement ultime, super beau, musclé, intelligent, qui a beaucoup de succès avec les filles... Ce syndrome là est régulier.

Tu t'en sors bien, hein, en rendant la chose crédible parce que ta plume le permet, mais ça manque clairement de caractéristiques qui sortent de l'ordinaire.

Si on a mis en place cette case originalité, et si on a pris autant de temps pour concevoir cet univers, c'est pour bien indiquer qu'on espère que les gens vont jouer du One Piece, et pas le classique personnage manga qu'on retrouve sur plein d'autres forums. Ca fonctionne par des tics de langage, une personnalité loufoque, un but totalement wtf, un défaut exceptionnel...

Et là... Ben. On a rien de tout ça. One Piece est un univers qui a sa part de sérieux, je l'accorde. Mais s'inscrire dans cet univers nécessite de créer des personnages relativement originaux et drôles aussi.

Subjectivité : 200/250


Alors ! Même si ta présentation est bonne et bien écrite, je regrette au final l'absence de réelle empathie pour ton personnage.
Comme je te l'ai dit, ce qui aurait dû lui servir de leçon et lui remettre les idées en place, au final, ne sert à rien. Il déçoit ses parents en oubliant l'humilité qu'ils sont censés lui avoir inculquer et recommence en ayant un rêve de grandeur qui n'est même pas justifié.

Dommage.

Note finale : 1500 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens
 
malik dimeria - you've seen my descent, now watch my rising. [Finito]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Malik
» [] Malik IHADJADENE
» Transferts Pro D2
» Espoirs : Agen 30 Mont de Marsan 3
» Final par classement 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: