Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Place de la Mairie] Dictature ou République !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 14
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 179
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 5 Sep - 23:10



Baterilla, cette ville en plein conflit et à l’avenir incertain. Kiko avait débarqué à la base de la Marine afin de surveiller un peu les événements. Sous couverture, personne ne savait que derrière la gentille Commandante Tama Kirr, se cachait un agent du Gouvernement Mondial. Envoyée par les hautes instances du Quartier Général, personne ne semblait remettre en cause son droit de regard sur la direction que prenait la situation. Toujours souriante et amicale, la jeune femme grignotait sans cesse ses bâtonnets frits en parcourant la base et en discutant avec les soldats présents. Les informations concernant la situation à Baterilla arrivaient au fur et à mesure, provoquant parfois inquiétude et soulagement chez les hommes de la Marine. Si les ordres étaient de rester neutres au début, les choses changèrent lorsque le patron du CP4 annonça que le Maire Zyraq serait un agent des Franc-Marins. La Commodore Connor suivit cette information et décida de prendre part également à la bataille qui se déroulait à Baterilla. Observant tout cela d’un œil extérieur et surtout, ayant accès à des informations que les autres n’avaient pas, la jeune femme se vit confier une mission par son supérieur, à savoir aider de tous les moyens possibles le directeur du CP4. La méthode et la façon restaient à l’appréciation de l’agent sur place.

Cet ordre fit que la souriante Commandante Kirr se proposa pour aider à régler la situation et évidemment, la Commodore Connor ne semblait pas être du genre à rejeter un aide si généreusement offerte. C’est donc avec un grand nombre de soldats et d’officiers de la Marine que la jeune femme embarqua en direction de la zone de conflit. Grignotant sans cesse ses snacks, Kiko jugea assez rapidement la force des hommes qui l’accompagnaient. Il y avait ici une belle brochette de soldats en tout genre et il fallait reconnaître que certains devaient certainement être plus forts qu’elle. Maintenant, il restait à voir si la puissance brute faisait tout car ils ne devaient certainement pas maîtriser le Rokushiki comme elle. Quoiqu’il en soit, elle pourrait aisément voire une fois sur le terrain quelle attitude adopter face à la situation. En attendant, il ne lui restait qu’à profiter de la traversée.

On pouvait dire que parfois, les choses arrivent au pire moment et l’arrivée à Baterilla confirma cette doctrine. En effet, alors que la jeune femme venait de faire tomber plusieurs de ses bâtonnets frits, l’ordre fut donné de débarquer. Ne voulant pas les laisser là, Kiko dût les manger à quatrième vitesse, impressionnant la plupart des spectateurs assistant à la scène. Telle une tornade, elle enchaîna les dix bâtonnets comme si ce n’était rien, manquant même de manger les morceaux de bois par mégarde. Ce n’est qu’une fois son casse-croute avalé que la jeune femme sortit du bateau afin de voir un peu quelle était la situation. La guerre se préparait et chaque Marine semblait bien décidé à la gagner. Plusieurs officiers motivaient déjà les troupes en vue des affrontements imminents et évidemment, les ordres tombèrent pour que la cellule de la Franc-Marinerie soit immédiatement démasquée et démantelée. Sans perdre de temps, les agents du CP4 et les soldats se mirent à arrêter et interroger les habitants et chaque personne ayant l’air de cacher quelque chose, ce qui faisait un paquet de monde au final.

En fin de compte, la gentille Commandante Tama Kirr esquiva simplement les affrontements, se contentant d’observer et de trouver le meilleur moyen d’arriver à ses fins. Il ne fallait pas que Wilson perde la face et pour se faire, la première chose était de rentrer dans son mensonge et de le rendre réel. Elle s’arrangea donc pour que des documents Franc-Marins soient découverts sur plusieurs personnes interpelées. Après cette petite motivation, les ordres furent donnés afin de reprendre la mairie et bien sûr, l’agent du Gouvernement Mondial ne se priva pas pour intégrer la petite armée qui se rendrait dans le centre-ville. Grignotant toujours ses bâtonnets frits comme si elle ne savait rien faire d’autre que bouffer, la jeune femme ne manquait pas de sourire à l’idée de pouvoir se défouler un peu. De plus, elle espérait bien trouver deux ou trois spécimens pour tester ses nouvelles recettes. Rien que de penser à ce futur festin, de la bave coula au coin de sa bouche alors qu’elle engouffrait ses snacks plus rapidement.

Les combats pour entrer dans la place débutèrent dès que les deux groupes se croisèrent. Les hommes de Zyraq ne semblaient pas vouloir laisser les soldats de la Marine aller jusqu’à la mairie. L’étroitesse des rues ne rendait pas la quantité de soldats importante dans l’équilibre des forces et par conséquent, il fallait peut-être aborder cela de façon plus stratégique. En regardant les immeubles de chaque côté de la rue où elle se trouvait, Kiko ne tarda pas à trouver une idée pour faciliter l’avancée des soldats. Raclant un peu sa gorge, engloutissant un nouveau bâtonnet frit, la jeune femme commença à dicter ses ordres d’une voix calme et douce, presque trop gentille pour être sur un champ de bataille.

« Toi ! Prends une vingtaine d’hommes et postez-vous aux fenêtres de ce bâtiment ! Si vous rencontrez des gens, dites-vous que ce ne sont pas des alliés. Vous, vous venez avec moi dans l’immeuble en face. On va réduire un peu l’opposition … »

Vu son grade affiché, les soldats ne discutèrent même pas et c’est donc pour naturellement que deux groupes d’une vingtaine de soldats investirent les deux immeubles proches de la ligne de front. En chemin, l’agent du Gouvernement montra sa détermination en éliminant sans sourciller trois individus d’un coup de pied tranchant dévastateur. Ils n’eurent même pas le temps de dire s’ils étaient des civils. En peu de temps, les soldats se retrouvèrent aux fenêtres et sous les ordres de la jeune femme qui était montée sur le toit, les balles commencèrent à décimer la première ligne de front de l’armée de Zyraq. Même si cela ne permettait pas de faire une grande percée, cela suffisait pour que le groupe de la Marine progresse. Afin de ne pas perdre de temps, Kiko avait donné comme consigne de détruire les murs entre les immeubles, les soldats essayant donc de passer d’immeuble en immeuble sans même en sortir.
Identité officielle:
 




Dernière édition par Makira Kiko le Sam 8 Sep - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 86
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 18952
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 3854

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 6 Sep - 11:36


“ARRÊTEZ de bouger !”

Mais on a besoin de moi !

« Et on vous dit que dans votre état actuel, vous seriez une gêne ! Vous n’arrivez plus à bouger correctement ! Et très honnêtement, je suis surpris que seul votre bras soit cassé avec tout ce que vous m’avez raconté ! »

Gray fit la tête. Depuis qu’ils avaient ramené le mauvais coffre… Ca, il l’avait encore en travers de la gorge. Non pas à cause de ses blessures, honnêtement à ce stade, cela faisait partie du métier et c’était pour sauver Sora. Donc aucun regret à ce sujet. Non, ce qui l’avait vraiment énervé, ce fut l’état de Sora à cause de cela. Une petite fille n’avait pas sa place sur le champ de bataille.

Le Colosse finit par se ranger à l’avis des docteurs de rester calme pour l’instant. Pour l’instant, car Gray était effectivement fatigué et mal en point. Il ne serait qu’une gêne sur les barricades, sauf s’il lâchait la bête… Mais ce n’était pas une bonne idée : Gray n’était pas sûr d’arriver à battre tout les marines… Ni même de ne pas se battre contre ses alliés. Ce qui, même lui le reconnaissait, était sacrément contre-productif.

« Mais je veux une chose Doc. »

« Quoi encore ? »

« Si jamais ca dégénère vraiment, vous me foutez un cocktail bien puissant pour que je tienne le temps de l’évacuation. »

Une demande… Que le Docteur verrait en temps voulu.
Gray finit donc par se rallonger sur son matelas sur le sol. Oui, étrangement, les lits étaient peu adaptés à sa morphologie donc on avait fait comme on avait pu…
Retentirent alors les coups de feu de la Marine sur les premières lignes. Gray ne s’en fit pas trop : Le libraire s’en était chargé.

Qu’avez donc fait le libraire ? Hé bien, il avait aidé à faire de fausses barricades, qui ne tiendraient pas longtemps, gardés par des mannequins et des objets ressemblants à des fusils. Le but était tout simplement de tenir quelques secondes de plus.

Là actuellement ? Le primate aidait ses collègues humains à préparer des surprises pour leurs invités. Au loin, on entendait et on voyait les marines démolir les murs. Le singe espérait pour eux qu’ils eussent apporté beaucoup de boulets, car personne n’a de munitions infinis et le chaos régnait tellement en ville qu’il doutait qu’une ligne de ravitaillement stable existe.
Enfin bon. Chaque boulet qui n’était pas pour la mairie était un boulet en moins dans leur gueule.

Non, par contre, le primate avait laissé plein de petits cadeaux dans les fausses barricades : à savoir des liens déclencheurs de pièges… Liés à de la farine.
Stupide vous dites ? Vous ne vous êtes jamais alors retrouvé dans un nuage de farine avec une étincelle. Le résultat est souvent explosif… Non pas qu'il ait mis d'explosifs ou d'étincelles. Lui comme Gray abhorrait l'acte de prendre la vie. Toutefois, cela inciterait les marines à faire moins les cons.

Le bibliothécaire soupira en mangeant sa banane et en regardant une nana aux cheveux bizarres au loin qui mangeait quelque chose. Lui était sur le toit de la Mairie et terminait d’installer un mégaphone avec ses pieds. Il lui fit donc coucou de la main restante.
Mégaphone qui avait un long fil. Long fil qui remontait jusqu’à un micro dans la main de Gray.

« Salut les Marines, c’est Gray qui vous parle. J’Sais que vous vous souvenez moi les gars. Sauver le fils de votre chef des mains de la mafia, c’était pas rien. Casser la tête de ce satané cannibale non plus. Vous le savez aussi bien que moi. Vous savez aussi que le Maire essaie de faire tomber cette saleté de Mafia ! Et là, bizarrement, y a des preuves contre lui qui apparaissent ?! Pile au moment où la vapeur semble se renverser contre les connards de la mafia ?! »

Un silence se fit entendre dans le discours du Colosse.

« VOUS VOUS FOUTRIEZ PAS DE MA GUEULE PAR HASARD ?! JE VOUS AI ENTENDU TIRER, TRES CLAIREMENT D’AILLEURS. J’AI PAS ENTENDU VOTRE PUTAIN DE « RENDEZ VOUS OU ON TIRE ». MÊME MOI JE SAIS ET JE SUIS CON COMME UNE BRIQUE.

Bordel. La marine est censée être la JUSTICE. C’est ptêt un truc que vous avez écrit sur le dos d’ailleurs. Ce que vous faîtes là ? Ce n’est pas de la justice. Pas quand cela fait le jeu de la mafia. Pas quand cela fait mal aux civils que vous avez juré de protéger.
Moi, j’me rappelle que c’était pour ça que je voulais m’engager. Pour avoir ce mot dans le dos et le porter fièrement jusqu’au bout. Sauf que voilà. Il ne suffit pas de le porter pour défendre la Justice. Sinon, ce n’est qu’un mot dans votre dos. La Justice, c’est quelque chose que l’on défend chaque jour de sa putain de vie avec des actes bon sang !
»

Le Colosse s’interrompit. Une larme lui coulait de l’œil. Ce coup du discours ? Totalement improvisé. Il voulait pas spécialement que les Marines arrêtent. Nan. Juste… Juste le Colosse avait toujours cru en la Justice. Gray avait voulu être marine à la base ! Pour combattre le Mal ! Aider les Gentils contre les Méchants ! Défendre la Loi !

Là ? Là, il voyait la Marine bafouer leur principe pour… Pour des raisons qu’il ne comprenait pas. Qu’il ne pouvait et ne voulait pas comprendre. Enfin, on lui racontait ce qu'il se passait dehors plus qu'autres choses.
Il en était écœuré et il avait voulu faire partager son écœurement avec ses assaillants. Le Colosse reprit.

« On est clairement pas tous des militaires. J’ai clairement pas envie de vous casser les dents non plus. Y en a probablement un ou deux avec qui j’ai bu un coup. Mais je défendrais cette mairie jusqu’au bout. Et vous savez pourquoi ? CAR C’EST LA PUTAIN DE BONNE CHOSE A FAIRE ! »

Le primate sourit, une fois le discours terminé. Gray était pas un bon orateur. Loin de là. Souvent, il devait chercher ses mots. Ses explications étaient souvent foireuses. Mais ces mots ? Ces mots là venaient du cœur. C’était pas un discours écrit à l’avance pour un politicien. C’était un discours qui venait du tréfonds de l’âme… Et l’orang Outang espérait sincèrement que cela rappelle un truc ou deux à leurs assaillants.

Au pire, la simple mention de Gray dans le bâtiment allait sans doute refroidir leurs ardeurs. Ils ne pouvaient pas encore être au courant de l’état du Colosse, mais tous savaient les dégâts qu’il était capable de faire…

Le nabot musculeux s’allongea donc sur son matelas de fortune et ferma les yeux. Il ne dormait pas. Il méditait. Son esprit était plus calme maintenant que son cœur s’était vidé.

Maintenant…
Maintenant Gray se concentrait sur son énergie interne. Inspirer… Expirer…. Inspirer… Des gestes simples. Se concentrer… Sur son énergie. Maximiser… Le repos.
Le combat viendrait déjà assez tôt.

[HRP : Je laisse le soin au MJ de gérer ledit docteur]
©️ By Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 36
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 16 ans
☠ Berrys (x1000) : 9916
☠ Fruit du Démon : Koto koto no mi - fruit de l'objet
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 2100

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 6 Sep - 14:17

Maintenant que Sora et Gray avaient quitté le repaire de Carlota...sans Carlota dedans, ils n'avaient plus qu'à revenir vers le maire pour obtenir leur récompense. Cependant ils avaient apparemment exploré une dimension parallèle en s'infiltrant dans le bâtiment au trésor. Alors qu'à l'intérieur tout semblait calme au début, ce n'était rien comparé au bombardement qui avait eu lieu et qui semblait précipiter les choses de façon peu naturelle pour vite passer à la suite des événements. Ce qui donnait cette impression de monde parallèle, c'était qu'en sortant par la fenêtre ils avaient atterri en lieu de guerre imminente. En effet, les marines avaient disparu, les habitants aussi, tout le monde s'était retranché, laissant une ville fantôme derrière eux. C'était le calme avant la tempête, parce que la marine n'allait pas tarder à revenir en force. Après tout on avait pris le trésor qu'ils voulaient détruire ou récupérer, ils devaient bien avoir les nerfs maintenant que leur plan avait échoué malgré l'avantage numérique évident.

Une fois à l'intérieur, le duo put constater que les principaux commerçants et autres employés de la ville avaient trouvé refuge dans la mairie comme pour une réunion générale. Les clients et subalternes avaient probablement tous fui, il ne restait plus que les gérants divers qui avaient mis leur âme dans leur commerce ou leur bâtiment à autre fonction. Pour Gray et Sora, il était urgent de trouver le docteur pour qu'il puisse les soigner, ou tout du moins essayer. Ils étaient devenus tous les deux des bras cassés, mais seulement au sens physique du terme, car à eux deux ils réunissaient deux bras comme pour une personne. Malgré la douleur, Sora essayait de ne pas gémir pour ne pas inquiéter son compagnon et qu'il puisse se concentrer sur les barricades. Par chance comme son pouvoir ne nécessitait pas d'avoir une intégrité intacte de tout le corps, un bras cassé n'allait pas l'empêcher de l'utiliser avec la même efficacité. Enfin c'est ce qu'elle aimerait penser, à vrai dire les objets n'allaient pas bénéficier d'une aussi grande solidité supplémentaire car son corps était affecté, elle ne pourrait plus contracter tous ses muscles pour ça.

Un simple bandage suffisait pour le moment à retenir le bras de Sora de faire des moulinets indépendamment du reste du membre en question. Le docteur avait mis son bras en écharpe pour éviter qu'elle l'utilise, et elle comptait justement s'en abstenir pour le bien de la récupération. Comme elle n'était pas du tout douée pour le combat, que ce soit au corps à corps ou avec un sabre, elle préférait utiliser ses compétences de manière plus intellectuelle et moins bourrine. En plus, les barricades avaient été posées, plusieurs objets insolites devant les portes principales histoire que personne ne puisse entrer, même si ça semblait peu. Sora proposa plutôt de placer les congélateurs et/ou des frigos aux portes, après tout la mairie aussi était un endroit à vivre, ça lui semblait évident que ces trucs lourds servent de barricade. Les bureaux aussi étaient du genre lourds, ça pouvait aider. En tout cas plus que mettre des fusils contre les portes, vu leur faible poids, Sora pensait les utiliser autrement que comme ça.

Sans plus tarder, Sora prit autant de fusils qu'elle pouvait avec son seul bras valide, demandant de l'adhésif aux employés présents. Elle commença alors à coller les fusils contre les murs entourant les fenêtres du premier étage, faisant dépasser le canon pour faire croire qu'il y avait des tireurs postés à chaque fenêtre. Au moins ça avait une chance de dissuader les filles de l'air de tenter une percée en hauteur, en espérant qu'ils ne puissent pas sauter plus haut que le premier étage, il n'y avait pas assez de fusils pour tout le bâtiment. Pendant ce temps, elle pouvait entendre le discours de Gray, acquiesçant à chaque point qu'il marquait contre la marine qui venait d'aborder la mairie. Elle ne pensait pas pouvoir vraiment retenir l'ennemi si jamais il venait à entrer, mais peut-être qu'elle y serait contrainte malgré le peu de connaissances en combat. Le maire et les autres étaient des civils après tout, c'était le rôle de la marine de les protéger, pas celui de pirates malgré les bonnes intentions de ceux-ci. Sora revint alors auprès des autres une fois sa dissuasion mise en place un peu partout à l'étage.


-J'ai mis des flingues aux fenêtres avec l'adhésif pour dissuader les gens de passer par là, on va pouvoir se concentrer sur les portes principales. En tout cas j'espère qu'ils ne vont pas se mettre à nous bombarder comme avant, sinon on ne tiendra pas bien longtemps.




Mitsuketa onii-chan ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PNJ


☠ Messages : 354
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088149
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 9 Sep - 17:20

Le prochain joueur n'ayant pas répondu dans les temps, le tour de tout les futurs posteurs est sauté !

N'étant pas à 6h près, tu as jusqu'à la fin de journée pour poster, faute de quoi ce sera au tour du PNJ et des jokers seront grillés pour Hâo, Ambroisie, Benkei et John !

[rappel : vous avez 48h pour poster pour chaque tour, nous veillerons dès à présent que ce délai soit respecté]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Déchaînés


☠ Age : 25
☠ Messages : 28
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 29
☠ Berrys (x1000) : 13035
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Dorikis : 1150
Membre des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 9 Sep - 19:02

Dictature ou République !
La Guerre Civile de Baterilla



Le bruit relaxant des vagues et le ballottement des eaux aidaient Ambroisie à se reposer. Durant les trois dernières année les Minks avait accomplie de nombreuses petites missions et de trop nombreuses patrouilles, mais cette fois, c'était du sérieux, deux membres des Déchaîné avait était détacher a la flotte de renfort qui se rendait a Baterilla. Il s'y déroulait actuellement une guerre civile. En comparaison les missions de surveillance, c'était un jeu d'enfant. 

Mais le trajet ne pouvait pas éternellement durée, le cri d'une mouette vain indiquer à la dormeuse qu'il était l’heure du réveil.
- TERRE EN VUE.
Et de toute évidence elle avait raison. Baterilla semblaient à porter de longue-vue. Ambroisie descendit du perchoir qui avait accueilli sa sieste. Elle rejoignit Hâo sur le pont, lui bondissant dessus pour un graou-bizou. Puis elle attrapa une longue-vue.
- On y voit rien avec ce truc. s’indigna t'elle avant d’être coupé par une des soldat qui s’affairait sur le pont.
- Lieutenant... Vous tenez la longue-vue à l’envers.
- ... Ambroisie resté un instant immobile, honteuse de cette erreur. Elle retourna lentement la longue-vue avant de lancer un timide, merci soldat... Vous pouvez disposer. Ce moment de gêne passé, elle observa l’île cible de ce voyage. Apparemment, on arrive après la fête. des colonne de fumé s’élevait d'un peu partout sur l’île . De plus, on pouvait déjà voir plusieurs bateaux de la marine autour de l’île. En effet ça a l'air d'être la guerre-là bah ... Vu que je ne suis pas très forte, et que ta dernière mission a deux ce mal passer, tu es sûr qu'on est à notre place ici Hâo ? 


Bref, le bateau accosta sur l’île. Une île forestière assez belle, de magnifique palmier ornait les plages et entourait le mignon petit Phare qui protéger les côtes de cette jolie … heu, de cette ville. La guerre gâchée un peut la beauté des lieux. 
La zone d’accostage était sécurisée. Mais le reste était plus agité. Ces unes fois a terre qu'il fut remis a Ambroisie un ordre de mission adressé au Déchaîné. 
Ordre de mission L220-721b:
 
- Ha, ok, on est devenu des portiers Hâo. dit Ambroisie avec un ton ironique mêlé de surprise. 




La troupe de renfort avança en rang serré ce qui permis de se frayer un chemin jusqu’à la place de la mairie. Ici, c'était le chaos, la Mission de portier qu'Ambroisie moquer, il y avait qu'elle que minute semblait tout de suite plus difficile. Car oui le but finale était de gardé une porte, mais avant sa il fallait la dégager des dizaine et dizaine d’ennemie qui ce situé devant, sans parler des barricade...
- Gloup Ambroisie était inquiète, en démontré sa gorge faisans ce drôle de bruit, sa bouille et surtout ses oreilles rabattues vers l’arrière.
Rabattu, mais pas inutile, elle pus entendre les bride de ce qui ressemblais a des ordres. 
- ### # Prends une vingtaine d’hommes ## ########### ### ######## ## ce bâtiment ! ## #### ########## ### ##### ########## ### ## ## #### pas des alliés. ##### #### venez avec moi dans l’immeuble ## ##### ## ## ####### ## ### ############ ###.
Les bribes ne lui avaient pas permis de tout comprendre, mais elle avait repéré la Femme qui avait pris les choses en mains, ce qui pourrait être utile pour la suite. 

L’attention d'Ambroisie se détourna pendant un moment, quand un des ennemies commença un discourt. Apparemment, il s'agissait du chasseur de primes qui avait sauver le fils d'un haut gradé de la marine il y a quelle que mois. Les rumeurs disaient qu'il avait même sauvé d'autre enfant gratuitement dans l’histoire. Il s'agissait donc aux yeux d'Ambroisie de l'un des rares chasseurs de primes respectable des 5 mers, elle écouta donc avec attention son discours. Déjà, il commençait par fortement insinuer que les preuves que le maire soit un franc marin était fausse. Ambroisie était dubitative sur ce point. Ce n'était pas fondamentalement impossible, mais ça lui paraissait un peu gros. Et puis a ce qu'elle en savait, les franc-marin voulait aussi se battre pour une forme de justice, alors qu'il soit franc-marin n'entrait pas en contradiction avec ces aspirations à détruire la pègre.
Il enchaîna en parlant de justice, mettant les marins en face de leur contradiction. Mais Ambroisie venaient d’arriver, elle ne savait rien sur la situation hormis ce qu'elle voyait et les ordres de ces supérieurs. Alors même si elle savait que les supérieurs en question pouvait faire passer les civils après leur carrière, elle décida tout de même de ne pas remettre en doute les ordres cette fois çi. Pour finir les derniers mots qu'elle retiens c'est le fait qu'il ne voulait apparemment pas se battre contre la marine, ce qu'elle souhaitait aussi mine de rien. Se battre contre des alliés n'était pas productif. Et puis vus les rumeurs, une droite et elle dormirait pendant trois jours faciles. Cependant, elle était curieuse de savoir ce que son camarade Minks en pensait.
- Tu en pense quoi Hâo ? Autant le discours, que la situation globale ? Par ce que d'ici peut, on sera en première ligne...

Justement, les ordres les rattrapèrent.
- Commandant Wu'Kong, vue qu'on n'est pas sur notre bateau vous êtes mon supérieur alors on fait quoi ? J'ai cru repérée celle qui a pris la tête de l'attaque contre la mairie elle est percher sur un toi la bah, ça pourrait être utile d'aller lui parler, je peux y être en quelle que saut.
Il était difficile de se faire entendre avec le bruit des mur qui s’effondrait et du reste de la guerre qui l'es entourait.
Maintenant elle se tenait prête, sois à obéir aux ordre sois a devoir se défendre, par ce que discuter tranquillement au bord du front n'était pas une bonne idée pour rester en sécurité.



Thème d'Ambroisie
Thème de Combat
Thème d'Exploration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1911-ambroisie-s-alade#10041

avatar
PNJ


☠ Messages : 354
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088149
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 12 Sep - 8:23

PNJ

Le prochain joueur n'ayant pas répondu dans les temps, le tour de tout les futurs posteurs est sauté !

N'étant pas à 6h près, tu as jusqu'à la fin de journée pour poster, faute de quoi ce sera au tour du PNJ et des jokers seront grillés pour Joe Hao et John!

[rappel : vous avez 48h pour poster pour chaque tour, nous veillerons dès à présent que ce délai soit respecté]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 21
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 15 ans
☠ Berrys (x1000) : 1378
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Fruit du Démon : Nope
☠ Haki : Aucun pour l'instant
☠ Dorikis : 1912

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 12 Sep - 14:07



Event Baterrila

Etape Finale !



La guerre, c’était bel et bien la guerre, une bataille entre deux camps maintenant réuni… John avait reçu l'ordre de combattre les hommes du maire… Qui a été identifié comme un franc-marin… Et pour cette fois, Carlotta et ses partisans seront des précieux alliés. John Leone était déterminé à réussir sa mission, il allait capturer les hommes du maire… Mais sont-ils les vrais ennemis ? La mafia aussi devrait être arrêter, c’est le travail de tout bon marine d’arrêter les criminels… Mais apparemment, il ne fallait pas s’occuper d’eux… Seul le maire était important… C’était trop facile… Pour John, c’était trop simple, un retournement de situation aussi soudain, il y avait quelque chose de caché, une anguille sous roche… On ne peut pas se dire que le maire était en franc marin d’un coup, comme ça. Il devait y avoir des antécédents… Surtout pour un homme capable de tenir tête à la mafia, juste pour son peuple, sa ville… Baterrilla… Un tel homme ne pouvait pas être méchant. Mais s’il était bien un franc-marin, John s’en mordrait les doigts.

Lui qui était si gentil, à l’écoute de tous, il se rendrait compte qu’il ne fallait pas faire confiance à tout le monde. Mais une seule chose est certaine, que le maire soit franc-marin ou pas… Que la marine soit alliés avec la mafia ou pas… Personne n’allait mourir aujourd’hui. Le but de la marine était de sauver des vies, même si le jeune homme avait pour ordre de tuer quelqu’un, il ne le ferait pas. Il était censé faire régner la justice et montrer l’exemple. Faire de ce monde un havre de paix pour les plus forts… Et bien il était temps de prouver la détermination du jeune homme, en réussissant à connaître la vérité sur cette histoire.

" MARINES !! JE SUIS LE LIEUTENANT JOHN LEONE ET J'AI UN SEUL ORDRE A DONNER !! JE NE VEUX AUCUN MORT PENDANT CETTE BATAILLE !! SINON JE VOUS PROMET QUE VOUS ALLEZ LE REGRETTEZ !! JE VAIS VOUS FAIRE REGRETTEZ CE CHOIX !! "




John avait montré toute sa rage et sa colère dans ces menaces… Il les avaient prévenus… Peu importait les résultats, il ne le regrettera pas ! Il avait fait son choix, le jeune homme avait montré à ses soldats, il leur avait ordonné de ne tuer personne… Mais si un de ces soldats se faisait tuer aujourd’hui… Personne ne sait ce que le lieutenant ressentira… Il pourrait renier le serment qu’il vient de faire… Et peut-être prendre une vie lui aussi… S’il n’y avait que la mort et le chao qui commandait ici… S’il fallait faire peur et régner par la terreur pour avoir la paix… Alors c’est ce que John fera. Car on ne lui a pas laissé le choix.

" Qu'une vingtaines d'homme vienne avec moi. Les autres faites passer les ordres que j'ai donner. Que tout le monde saches. "


Il s’était retourné brusquement et avait envoyé un tel regard que la plupart des soldats furent effrayé de voir le lieutenant comme ça, il avait parlé di sérieusement, pour une fois qu’il ne rigolait pas ou ne souriait pas. Il était en compagnie du Commandant Hao et de la lieutenant Ambroisie, mais il ne voulait pas s’approcher d’eux. Il était beaucoup trop concentrer sur son combat. Il était trop sérieux, il allait faire tout son possible pour que la guerre soit une réussite, mais sans aucun mort.

" Allons-y. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1338-john-leone-l-elu

avatar
Membre des Déchaînés


☠ Age : 23
☠ Messages : 11
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 24 ans
☠ Berrys (x1000) : 10813
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Mera Mera no Mi (Pyro-fruit)
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850
Membre des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 13 Sep - 13:47

- Oukhaha ! Tu me poses vraiment la question ?

Accroupi, un doigt dans le nez et le regard fixé sur la foule de monde devant lui, Hâo souriait de toutes ses dents. Que ce soit l'interrogation d'Ambroisie ou l'exclamation surprenante du jeune lieutenant aux cheveux verts qu'il regardait avec intérêt, tout semblait l'amuser. De toute façon, il était un Wu'Kong, et les membres de ce clan, fidèles à leurs valeurs, savaient prendre le meilleur de chaque situation.

- On va se battre, lapine, on va se battre et on posera les questions après.

Son oeil se posa ensuite sur la fille aux cheveux violets, celle qu'Ambroisie considérait comme la directrice des opérations. Le visage froid et concentré qu'elle affichait ne laissait dégager qu'une impression d'implacable détermination, parfaitement en écho avec les ordres d'assassinat qu'elle avait donnés. Et si Hâo considérait la plupart des choses comme un jeu, la facilité avec laquelle elle avait ordonné de tirer à vue le laissait plus que désapprobateur.

- On n'est pas sur le bateau, mais on reste l'escouade des Déchaînés. Il n'y a qu'un supérieur qui peut nous donner des ordres, et elle, eh bien... Elle est commandante. Et moi aussi.

Il n'avait pas l'intention de se plier à ces ordres. Pour être tout à fait honnête, Hâo n'avait jamais vraiment réussi à se plier à de quelconques ordres non plus, en-dehors de ceux qui émanaient de Croc-Blanc en personne. Alors accepter d'obéïr aux exigences d'une fillette qui mangeait des aliments qui empestaient la malbouffe à un kilomètre à la ronde, ce n'était absolument pas son intention.
Néanmoins, Hâo finit par abandonner sa position passive pour se relever et se diriger vers le groupe de soldats qui était devant lui.

- Par contre, reprit-il en se tournant vers John, lieutenant Li heu... Lihonné, c'est ça ? Tu devrais éviter les moments d'insubordination comme ça. Oukha ! Ha ! Désobéïr à un ordre direct, ça peut valoir la peine de mort. On a qu'à dire que tu agis sous mes ordres, hein ?

A présent debout, Hâo dominait l'assemblée de sa haute taille et de son apparence singulière. Le désordre et le chaos régnaient dans la rue, et tout laissait supposer que ce serait encore pire à l'intérieur du bâtiment. C'était son terrain de jeu favori, à lui qui n'était jamais aussi bon que dans l'anarchie absolue. Sous sa fourrure hirsute, son coeur de Mink battait à toute allure.
“Pourquoi nous battons-nous ?” Pour obéïr aux ordres, pour croire en la justice, en quelque chose. Que les accusations soient vraies ou fausses, il fallait du monde pour suivre les ordres et en assurer la stabilité. Mais cela ne signifiait pas de tirer à vue, juste de distribuer quelques gifles et s'amuser un peu.

- Ambroisie, Lihonné, on va à l'intérieur. Cinq soldats avec nous. Le reste, attendez ici. Et ne prenez aucun contre-ordre venant d'un autre commandant. C'est moi votre supérieur aujourd'hui.

C'était directement un ordre différent de ceux venant de Leone et de la fille étrange, mais Hâo se fichait de la cohérence ou de l'image que cela donnait. Il ne faisait pas partie du Cipher Pol et n'avait pas non plus reçu de formation théorique et stratégique très adaptée. Par contre, pour gérer les situations où les poings devaient inévitablement s'entrechoquer, il était doué.

- Ca va être compliqué d'avancer jusque là-bas, alors soyez sur vos gardes et faites bien atten-...

Bien sûr, Hâo essaya de forcer la première barricade.
Et, évidemment, tout dégénéra...

- ... -tion ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t786-pourquoi-nous-battons-nous

avatar
PNJ


☠ Messages : 354
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088149
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Ven 14 Sep - 18:41





Dictature ou République !



Les premiers tirs de sommation de la Marine ont touchés la mairie. Petit à petit, c'était toutes les troupes proches qui se sont regroupés autour de la place de la mairie. La précision militaire, les plans mis en place et l'avancée reste les points forts d'une Marine toujours plus présente. Rien ne semble pouvoir en face, enrayer la machine de la Justice Absolue. Gray Ashura, avait fait son petit discours. Un discours qui se voulait moralisateur, un discours rempli de jugement, un discours visant à faire éveiller des consciences. Mais que croit-il ? Il est ici en présence de la toute puissante Marine, chaque soldat ici est prêt pour la guerre, ils se sont entraînés toutes leurs vies pour arriver à un tel moment. Ils veulent écrire l'histoire ici et maintenant ! Il s'agit du jour où la Marine, le Gouvernement Mondial même. Auront pris le dessus sur le spectre grandissant de l'anarchie et de la révolution immiscer par les Francs-Marins ! Gray Ashura, le chasseur de prime, reçoit alors la première réponse à son discours, après tout, il serait bien impoli de ne pas manifester une attention après un si flamboyant discours.

La Marine était habituée à tout types d'interventions, prises d'otages, guérilla, guerres ouvertes, combat urbain, tout ceci n'était qu'un exercice de plus. Un tireur embusqué n'avait pas attendu pour prendre sa visée et faire feu dans l'une des fenêtres au hasard pour dévoiler le subterfuge. Une balle part à toute vitesse pour venir se loger, peu de temps après le discours de Gray, dans le crâne d'une personne. La cible ne tombe pas et le tireur est persuadé de l'avoir touché pourtant, il est désormais en mesure de communiqué l'astuce utilisée par Sora. Et comme si tout n'est pas déjà assez compliqué, voilà que les troupes déjà présentes reçoivent l'arrivée d'une nouvelle compagnie. La compagnie Bravo ! Le Commodore Tarah Connor fait son entrée et on peut d'ores et déjà entendre ses ordres sur l'escargophone.


"-Crénom de bleu ! Y a tout qui file de bezingue ici ! C'est quoi tout ce chenabre ? Y a une chaîne de commandement de Dieu ! Qu'est ce que vous foutimassez bordel ?! Les ordres sont pourtant clairs ! On va pas tchuffer les ennemis non plus ! Que les commandants poursuivent leurs avancées. Les autres avec moi, on va faire une importante percée. Les navires seront en place dans une heure !"


La compagnie Bravo semble elle aussi en piteux état. Certains d'entre eux avaient les uniformes brûlés, d'autres étaient encore blessés. La dernière rencontre avec un "Dragon" avait eu un impact certain sur le moral et l'état des troupes.


----



Au même moment, dans la Mairie.

Zyraq est là. Il ne bouge pas d'un iota depuis le début des hostilités, il sait pertinemment quelle est l'issue on ne peut plus prévisible du combat. Ses sbires seront tués ou arrêtés. Quant à lui, il servirait d'exemple à tous les Francs-Marins. Il n'y aucune échappatoire, la Marine est surpuissante et rien ne semble indiqué qu'ils ne puissent riposté assez longtemps. C'est la fin. Carlotta reprendrais le contrôle et le Cipher Pol continuerait ses manigances dans l'ombre. Mais Zyraq fait partie de ces hommes déterminés, un peu à la manière de Gray il réalise son propre discours pour haranguer les maigres troupes qui lui restent.

"-C'est ici que nous les arrêterons ! C'est ici que nous combattrons ! C'est ici qu'ils mourront ! Rappelez-vous ce jour, compagnons de la liberté, car il vous appartient à jamais... Nous resterons debout, nous combattrons et nous mourrons. Un nouvel âge a commencé, un âge de liberté. Et tous sauront ici que des amis de la liberté ont donné jusqu'à leur dernier souffle pour la défendre. Aujourd'hui, la Marine débarque ici, sur Baterilla. Une deuxième compagnie marche sur nous, venant du Centre-Ville. A elles deux, les compagnies espèrent nous cerner et nous acculer. Les institutions nous ont trahis, nous n'aurons pas de navires, pas d'artilleries, ni de renforts. Le Cipher Pol veut nous empêcher de quitter l'île vivant, il  y est fermement décidé. Par conséquent, il ne nous reste plus qu'à marcher sur nos ennemis eux-même. Et ce sera la seule façon de remporter une victoire totale. Il faut libérer tous les prisonniers qui se trouvent sur Baterilla. Ne vaut-il pas mieux être un homme libre parmi ses frères à la veille d'une marche épuisante et d'un dur combat que d'être le plus riche citoyen de Baterilla engraissé par le travail des autres et entouré d'esclaves et de serviteurs ? La route que nous avons faite ensemble est longue, nous avons livré de nombreux combats, remporté de grandes victoires, et maintenant, alors que nous devions embarquer sur des navires pour rentrer chez nous, il faut nous battre encore. La paix n'existe peut-être pas dans ce monde, ni pour nous ni pour les autres, je l'ignore. Mais ce que je sais c'est qu'aussi longtemps que nous vivrons nous devrons rester loyaux envers nous-mêmes. Je sais que nous sommes tous frères et je sais que nous sommes libres. Nous partons ce soir vers la mort ou la liberté!"

Tout semble perdu désormais. Et comme si ça ne suffit pas, une horde de Martin-pêcheur postier lâche une série de tract sur la mairie, chaque feuille arbore en caractères gras:


"BOMBARDEMENT IMMINENT"

Mais une ombre s'approche non loin de Zyraq. Et un ton de voix si particulier se fait entendre.

"Ji complend pas biien. Ji fais affaire avec toi, et ti compte te faire biter ? Ci pas tris tris productif pour le biziness ça !"

Minimus vient de rejoindre la partie pour protéger son investissement colossal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 14
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 179
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 15 Sep - 14:01



Cette bataille semblait assez claire dans l’esprit de Kiko et si les choses se passaient comme prévues, Siraq ne serait bientôt plus qu’un lointain souvenir. Perchée sur le toit de l’immeuble surplombant la place de la Mairie, elle put voir le singe lui faire signe en haut du bâtiment abritant ses ennemis. Le discours du chasseur de primes ne manqua pas de faire sourire l’agent du Cipher Pol. Il pensait vraiment que ses bons sentiments suffiraient à occulter les ordres que la Marine avait reçu ? C’était tellement risible qu’elle s’enfila encore quelques bâtonnets frits en observant la réaction des soldats. Visiblement, cela sembla toucher l’un ou l’autre naïf comme ce garçon aux cheveux verts qui hurla à son tour mais bon, s’il croyait sincèrement qu’il pourrait tenir tête aux ordres de ses supérieurs sans en subir les conséquences, il était clairement à côté de la plaque. Toutefois, un filet de bave s’écoula des lèvres de la fausse Commandante Kirr et pour cause, son regard se posa sur une chose particulièrement intéressante en contre-bas.

A côté d’un grand singe déguisé en Marine, il y avait un lapin. C’était la première fois qu’elle voyait un animal a l’aspect humanoïde et il n’y avait pas à dire, plus elle observait les deux animaux, plus son appétit grandissait. L’envie d’y goûter ne manquait pas de grandir dans son esprit et fort heureusement, avant d’y succomber, la voix de la Commodore Connor retentit dans les rues de la Place de la Mairie. Son discours ramena la priorité où elle se trouvait et sur le rôle clair que la Marine se devait d’adopter ici-même. La concentration des soldats était à son paroxysme et il ne restait plus qu’à élaborer une stratégie pour parvenir à coincer les derniers rebelles dans ce bâtiment jusqu’au bombardement. Sans perdre de temps, Kiko redescendit de l’immeuble laissant des soldats postés aux fenêtres pour continuer à tirer au moindre signe de mouvement aux fenêtres de la Mairie. Il était important que chaque groupe collabore pour éviter une faiblesse dans le plan qui permettrait à l’ennemi de s’enfuir.

La souriante Commandante Tama Kirr s’approcha de la Commodore et l’interpella avec sa voix douce et calme pour évoquer son plan.

« Commodore Connor, Commandante Kirr à vos ordres. Si cela ne vous dérange pas, j’aurais une idée pour en finir une bonne fois avec ces franc-marins en minimisant nos pertes. »

Calmement et gardant son sourire alors qu’elle murmurait à l’oreille de la plus haute gradée de la Marine présente, la jeune femme observait d’un œil ce qu’il se passait à la mairie. Des coups de feu n’avaient pas manqué à chaque passage d’une personne devant les fenêtres du bâtiment. Les rebelles cachés derrière les barricades étaient également la cible des tireurs que l’agent du CP9 avait laissé dans les immeubles entourant la place. En soit, il ne restait plus qu’à faire en sorte que Siraq et ses partisans périssent tous pour que toute cette affaire soit définitivement réglée. Une fois, le plan exposé à la Commodore, Kiko retourna dans la rue pour diriger des hommes et les mettre en place pour éviter la fuite de ceux que chacun associait désormais aux franc-marins. Sans perdre trop de temps, elle assigna les positions de chacun et remonta en haut de l’immeuble afin d’avoir une vue d’ensemble sur la place. Une partie des soldats bloquèrent l’issue Nord de la place, tandis qu’un autre commandant semblait se mettre à l’œuvre pour bloquer l’accès Sud. Il ne restait plus que la rue Est qui donnait vers le port. Sans doute que les troupes du macaque ayant calmé les ardeurs du gamin aux cheveux verts allaient s’en charger.

Devant son sourire et son apparente douceur, les soldats ne discutaient pas le moins du monde ses ordres et plusieurs d’entre eux partirent effectuer les diverses tâches qu’elle leur avait assigné. Bien qu’il était évident que pénétrer dans la mairie aurait été une opération suicide et qu’elle avait ordonné de ne pas suivre une telle folie, elle n’était pas à l’abri d’un débile simplet comme le gamin de tout à l’heure. Grignotant ses snacks, il ne restait plus qu’à attendre le bombardement ou une tentative de sortie des derniers rebelles. Les soldats étaient prêts à ouvrir le feu et les accès Nord et Sud étaient déjà bloqués.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 86
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 18952
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 3854

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 15 Sep - 23:08


Les premiers tirs dans la direction du Colosse furent accueilli avec un énorme soupir. Principalement car il se baissa pour les éviter. Les marines semblaient prendre en compte leur avantage principal à fond. Ils avaient le nombre. Ils avaient la force... Et surtout ils avaient l'artillerie. A part le petiot aux cheveux verts qui avaient de bons poumons, les autres marines avaient bien l'intention de suivre les ordres... Et ils n'avaient pas à prendre des prisonniers.

Le colosse ne sembla pas spécialement inquiet. Après tout les cuisines étaient en sous sol. Quoi ? Quel rapport ? Le rapport tenait au passé de Gray. Plus particulièrement, son passé de mineur et de membre de colisée souterrain. Car oui, de temps en temps, des marines consciencieux tentaient un raid ou deux dans le colisée, avant de se prendre un contre-ordre. Mais il fallait souvent s'enfuir...
Par les souterrains. Les égoûts puaient, mais ils étaient très pratiques pour fuir de manière générale. De plus, cela permettrait de nullifier leur nombre... Ou du moins le relativiser grandement. Les corps boucheraient rapidement le passage.
Gray sourit à cette pensée. Cela lui rappelait le bon vieux temps, où il n'était qu'un gamin et devait apprendre quand il devait fuir un combat perdu d'avance.
Oui, car si Gray détestait les combats trop faciles, ce n'était pas pour autant qu'il en recherchait des perdus d'avance. Il voulait un combat équitable.
Donc. Oui, il avait une idée pour s'enfuir, mais la Mairie n'avait pas de tunnel.
Venait alors sa seconde grosse expérience de vie :

Gray avait été un putain de mineur durant 5 ans. Par putain, nous entendons ici sa qualité en tant que mineur. Le colosse arrivait à creuser des bons trous et comprenait particulièrement bien comment les faire.

C'est pourquoi, sur le chemin, Gray prit trois hommes costauds avec des piolets et des masses. Le maire était clairement motivant, mais un baroud d'honneur n'était une bonne idée que si la retraite n'était plus envisageable. Ce qui n'était pas le cas selon Gray.

Les 3 mecs regardèrent donc Gray qui avait clopiné rapidement dans les cuisines...
"Une explication p'têt ?"

"Oh bien sûr. Vous sentez l'odeur là ? Celle qui pue un peu en provenance de ce mur là ?"

"Euh... C'est à cause des chiottes, non ?"

"Yeeeep. Exactement. Le truc, c'est que les chiottes sont au dessus. c'est donc qu'ils se déversent relativement pas trop loin. Du coup, ils se déverseraient où ?
"
Les mecs comprirent.

"LES EGOUTS !"

"Vala. Donc, on va creuser les mecs. On a pas énormément de temps, donc je prend le premier quart pour forcer autant que je peux et faire le plus gros. Toutefois, vous aurez également votre part à faire."

Les hommes se regardèrent, et hochèrent la tête. Ouaip. Ouaip, la vie, c'était étrangement plus intéressant que la mort.... Même si pour cela il faudrait creuser dans le mur pour atteindre le tunnel...
Force était d'admirer le travail de Gray. Il était grossier. Laid. Mais il le faisait vite, et le but était la vitesse. Les fondations n'avaient pas à nécessairement tenir longtemps, même si le mineur avait demandé à ce qu'on amène des planches pour consoler les contours du tunnel en formation. Il ne fallait pas qu'il s'effondre tout de suite...
Mais même lui n'avait pas fini de se reposer, et même avec un outil, Gray ne pouvait pas creuser à son maximum dans son état, à un bras...
Encore une fois.
*Stomb*
Le stomb étant le bruit d'un colosse tombant à l'arrière pour se reposer plus rapidement, laissant les coéquipiers prendre le relais. Pourquoi 3 ? Car ils pouvaient travailler par roulement. 2, un au repos. C'était un rythme très intense, mais efficace. Il le savait.
Gray souriait.
C'était comme quand il avait été bloqué dans le tunnel avec les mineurs. Un nouveau trou. Des possibles explosions... Et la seule solution passait par un endroit malodorant.
Le colosse se reposa en souriant alors qu'ils viraient des pierres et des briques pour creuser. Bien. Bientôt. Avant le bombardement avec un peu de chance.

De son côté, l'orang outang avait foutu des cables électriques sur la poignée de porte de l'entrée, et il s'arrangeait pour que les fusils sur les fenêtres aient l'air crédible, en gardant la tête baissée.
Trolling time. Surtout pour le singe qui s'était enfariné la gueule. Oh, et pour rigoler... Le classique seau d'eau au dessus de la porte. Il fallait les humilier jusqu'au bout.
©️ By Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 36
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 16 ans
☠ Berrys (x1000) : 9916
☠ Fruit du Démon : Koto koto no mi - fruit de l'objet
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 2100

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Lun 17 Sep - 21:12

Enfermés dans la mairie, le gratin des commerces et autres établissements de Baterilla se regroupait pour réfléchir à un plan pour s'en sortir. Aucune solution ne semblait venir, bien que tous les neurones chauffaient à plein régime de façon presque palpable. Cependant la marine cernait les environs, il leur était impossible de sortir par une porte sans être vu. Sora proposa alors de déguiser le maire en un banal employé de la ville, mais la marine avait sûrement l'intention de tous les mettre aux fers pour les interroger, la supercherie ne tarderait pas à être découverte en se penchant sur le bonhomme en question. Pendant ce temps, Gray faisait remarquer une odeur familière à ses compagnons de combat, il s'agissait des toilettes qui devaient sûrement se déverser dans les égouts qu'ils avaient évité jusque là. Seul Fitz y était entré parmi eux, Sora était passée par le bâtiment lui-même, mais ils savaient qu'il y en avait en-dessous de leurs pas. De son côté, le maire avait pris son courage à deux mains pour faire un discours pour motiver les troupes, ce qui eut un effet plutôt positif, mais peu visible. Face à tant d'ennemis, beaucoup perdraient courage, en plus les marines ne savaient plus où donner de la tête entre massacrer tout le monde et privilégier la vie des suspects.

Sans plus tarder, Gray se mit à creuser le mur avec son bras valide afin de percer un trou assez grand pour faire passer tout le monde. Si Sora pouvait passer dès les premiers décimètres gagnés, d'autres avaient une plus grande corpulence, il ne fallait laisser personne en arrière, si ce n'est elle-même ironiquement, vu qu'elle pouvait entrer dans les objets comme un tableau ou un tapis qui pouvaient servir à cacher le trou. Malgré ses efforts, le super ours ne parvenait pas à creuser suffisamment pour faire passer la moindre tête, il s'effondra rapidement par fatigue. Sora l'aurait bien aidé, mais il avait pris l'initiative sans lui en parler, elle était arrivée trop tard pour ça. En revanche elle pouvait aider les deux autres volontaires à manier la pioche plus facilement. Avec sa faible constitution, elle ne pouvait pas grand chose, mais avec son pouvoir, elle pouvait rendre la tâche plus facile pour quelqu'un. Ainsi elle entra dans la pioche du prochain à s'y mettre, accompagnant chacun de ses coups dans le mur pour les rendre moins pénibles pour le corps. Après tout ils n'avaient pas spécialement la carrure idéale pour ça, c'était normal de les aider, et ils devaient sûrement lui en être reconnaissants pour ce coup de "main".

Bien que Gray soit en train de se reposer et qu'une autre paire de bras ait pris le relai, la marine avançait de plus en plus, resserrant l'étau. Les premières barricades étaient déjà atteintes par l'un d'entre les ennemis, un officier apparemment vu qu'il ne portait pas d'uniforme. Mais de leur côté, les survivants de Baterilla se donnaient corps et âme dans l'ouvrage en tapant avec leur pioche respective dans le mur. Avec l'idée de Gray de se relayer, on pouvait facilement creuser sans interruption jusqu'à ce que le trou s'agrandisse et permette de faire passer un adulte minimum. Dans tous les cas, les plus volumineux allaient passer le test en premier, histoire que les autres puissent suivre. Régulièrement ces derniers testaient si jamais ils arrivaient à passer, et les mineurs en herbe continuaient jusqu'à en faire passer un. C'était dans ces moments que certains auraient préféré manger une petite salade à midi.

Après de longs efforts, le mur finit par s'ouvrir assez, grâce aux efforts conjugués de tout le monde. Sora n'aurait jamais pensé qu'un mur puisse mettre autant de temps à se percer, ce n'était pas un taudis au moins. Bien sûr les boulets de canon n'allaient pas tarder à prouver le contraire en les perçant comme du gruyère, mais personne n'avait envie d'attendre ce genre de trous avaient de s'enfuir. Surtout pour Gray et Sora qui y avaient échappé de justesse dans le repaire de Carlota, l'éboulement n'était plus une option désormais. Heureusement son pouvoir lui permettait de prendre le contrôle d'objets sans devoir garder son intégrité intacte forcément. La seule chose qui changeait était la solidité conférée à l'objet par sa volonté, mais comme c'était déjà du métal très solide ce ne serait pas douloureux de le frapper contre de la pierre. Avec son bras en écharpe, elle souffrait moins, il fallait justement en profiter pour garder un esprit fort et ne pas se permettre d'hésiter. Après tout il en allait de leur survie à tous, toute l'aide qu'un possesseur de fruit du démon pouvait offrir était autant d'énergie économisée, elle n'avait aucune raison de rester en retrait à cause d'une blessure.


-Je crois qu'on est bon comme ça, Gray, on peut commencer à faire passer des gens à travers. Tu sais avec quoi on va cacher ce truc ? Faudrait pas que les marines nous suivent, pas avant qu'on ait pu décamper.




Mitsuketa onii-chan ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Déchaînés


☠ Age : 25
☠ Messages : 28
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 29
☠ Berrys (x1000) : 13035
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Dorikis : 1150
Membre des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mar 18 Sep - 13:02

Dictature ou République !
La Guerre Civile de Baterilla



- On va se battre, lapine, on va se battre et on posera les questions après.
- Pffff onomatopéetait Ambroisie en souriant.
Encore une fois le tempérament tempétueux d'Hâo allé mener les Déchaîné droit dans le mur, en l’occurrence dans une barricade. Il avait recruté un autre lieutenant, un certain Lihonné. Avant chaque mission avec d'autres marines que les Déchaîné, Ambroisie lisais leur fiche de matricule, pour savoir leurs capacités et leur éventuel antécédent. Elle ne le cacher pas spécialement ni ne cachait ces propres capacités, elle était adepte du partage d'information. Mais là au vu de l'urgence de la situation elle n'avait pas pus lire les fiches de tout les Marin présent sur l’île, sinon elle y serait encore. Tout ce qu'elle savait, était sur les troupes de renfort qui était dans le même bateau qu'elle. Ce n'était pas le cas de ce Lihonné. Il ne porter pas d’arme visible, donc c'était sois un mangeur de fruit sois un martialiste.
- Lieutenant Lihonné ? Si cela ne vous dérange pas, j’aimerais en savoir un peut plus sur vos capacités. Mon commandant est sympa, mais ces stratégies militaires son du genre ... primaire. Donc si je peux l'aider un peu. Elle dit ça d'un air un peu gêné en ce grattent l’arrière de la tête, ce qu'elle disais pouvait dénigrer son ami singe et ce n'était pas le but. Dans un souci d'impartialité et de confiance mutuelle, elle révéla leur propre capacité avant d'être a porté d'oreille ennemie. Personnellement, je suis une épéiste et une Minks, les Minks ont tous des pouvoir électrique, mon commandant en a donc aussi, sauf que lui est un mangeur de fruit du démon, il a mangé le Logia du feu en l’occurrence.


Désormais, les barricades étaient atteintes, Hâo tenta d'en franchir une comme un mal propre. Barricade qui se vengea en faisans explosé un sac de farine a la figure du commandant, lui donnant un faux air de clown en passant.
- Commandant, puis-je suggérer un plan d’action ? Le mieux serait de mettre le feu aux barricades cela fera fuir les ennemies et ...
Mais avant qu'elle nés pus finir d'expliquer son plan, la chaîne de commandement se fit restructurer. 

La Commodore Tarah Connor vint remettre les pendules à l’heure, recentrant tout le monde sur leurs objectifs, ce qui n’entra pas en contradiction avec le plan de Hâo de prendre d’assaut la mairie a huit. Cependant, le fait est qu'un bombardement allait commencer d'ici peu, le prouvaient ces papiers qui tombaient du ciel. Donc, par mesure de sécurité, Ambroisie s’accrocha au bras de Hâo, pour l’empêcher d'aller dans la mairie. Ça ne marcherait pas longtemps, mais ça lui éviterait au moins les premiers boulets de canon. Ambroisie ne voulait pas perdre un Nakama, et tout Logia qu'il était, il n'était pas immortel.
- Bon, le plan que j'ai à proposer est simple. John tu détruit les barricades avec ta force et nous autre, on te couvre, on s’arrête à la dernière barricade qui nous protégera relativement. On pourra donc couvrir la porte sans trop s'exposer à l’artillerie et neutraliser ceux qui fuit de l'édifice. Hâo toi, tu vas sortir tes flammes pour effrayer les ennemies qu'on va dépasser histoire qu'il cherche plus à fuir qu'a nous poursuivre et aussi sécuriser le passage vair la mairie. Bon, ce plan n'est pas parfait, mais s'y on fait une percé les troupes de la commodore vont sûrement suivre alors on ne risque pas trop d’être encerclé. Comme ça, on fonce dans le tas, mais avec prudence. Vous en pensez quoi ?
La Commodore voulait une percée alors Ambroisie proposer d'en créer une, mais le plan était un peut risquer. D’ailleurs, elle ne demander pas son avis à Hâo, mais a toute la petite troupe. 
À un moment Ambroisie cru ressentir une secousse venant du sol, mais après réflexion, ce n’était sûrement dû qu’au mouvement de troupes.
Voyons voir la suite maintenant.




Thème d'Ambroisie
Thème de Combat
Thème d'Exploration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1911-ambroisie-s-alade#10041

avatar


☠ Messages : 21
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 15 ans
☠ Berrys (x1000) : 1378
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Fruit du Démon : Nope
☠ Haki : Aucun pour l'instant
☠ Dorikis : 1912

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 19 Sep - 18:12



Event Baterrila

Etape Finale !



Les menaces du jeune lieutenant n’avaient fonctionné pour le moins du monde, il n’avait réussi qu’à s’attirer les ennuis…. Mais une personne était venu en l’aide du jeune Leone… Il s’agissait d’une personne haute de 3 mètre minimum… Mais il ne faisait pas parti du clan des géants… Il avait des poils… De long poils marrons… C’était un singe… Un mink singe plus exactement ! Les yeux du jeune Leone commencèrent à s’illuminer et il se mit à tourner autour du singe… Il examinait chaque partie de son corps…. Chaque parcelle de poil qque possédait le mink… Le jeune homme n’allait surement pas s’arrêter maintenant… Continuant de tourner frénétiquement autour du singe… Il avait oublié tout ce qu’il y avait autour de lui et il commença à dessiner !

" Oh mon dieu voici le dieu singe en personne ! Vous faites combien de mètres exactement ? Vous êtes le chef des minks ? Ooooooh ! Votre électro est aussi puissant que tout le monde le dit ? Dans quel sens brossez-vous vos poils ? Géniaaaaaaaaaaaal ! J'ai trop bien fait de venir à Baterilla en fait ! "


Dessinant sans s’arrêter le jeune lieutenant avait perdu tout notion du temps… Et de l’importance de la mission qu’il lui avait été confié ! Plusieurs soldats… Qui malheureusements connaissaient très bien John… Et savait parfaitement que quand il était dans cet état… Rien ne pouvait déranger le lieutenant tant qu’il n’aurait pas terminé d’écrire… Le jeune homme était donc en train de dessiner dans un moment crucial pour la marine… Elle est belle la relève nan ? Plusieurs soldats s'était approché de l’enfant, le secouer, le faire bouger... Mais rien ne fonctionnait, il refusait catégoriquement de lâcher sa feuille et continuait d’écrire sans bouger ? Pourquoi… Il avait surement une de ces idées de génie qui n’apparaissait que dans les pires moments.

Le jeune homme avait oublié la présence des deux minks présent en face de lui, il était tellement absorbé par son dessin… Qu’il en oubliait même la politesse… Du John Leone tout craché !

" Ça c'est toi ! "


Dit-il en pointant le singe et en lui montrant son dessin !


" Et ça c'est toi  ! "


En regardant maintenant la lapine avec ses grand yeux remplies d'étoiles !


Lihonné…. Lihonné… Lihonné… Le jeune lieutenant était tellement omnibulé par le mink singe qu’il en avait oublié ce qu’il devait faire… Il se réveilla subitement en écoutant les paroles de la lapine...

" Je suis un pur martialiste ! Et concernant ton plan je n'ai aucune objection, je suis prêt. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1338-john-leone-l-elu



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Place de la Mairie] Dictature ou République !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOICI COMMENT ON IMPROVISE UN DICTATEUR ET UNE DICTATURE !
» Une humiliation publique... (RP terminé)
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: La Guerre Civile de Baterilla-
Sauter vers: