Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Place de la Mairie] Dictature ou République !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 26
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 23970
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 3750
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
485 / 999485 / 999


MessageSujet: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 5 Sep - 23:10



Baterilla, cette ville en plein conflit et à l’avenir incertain. Kiko avait débarqué à la base de la Marine afin de surveiller un peu les événements. Sous couverture, personne ne savait que derrière la gentille Commandante Tama Kirr, se cachait un agent du Gouvernement Mondial. Envoyée par les hautes instances du Quartier Général, personne ne semblait remettre en cause son droit de regard sur la direction que prenait la situation. Toujours souriante et amicale, la jeune femme grignotait sans cesse ses bâtonnets frits en parcourant la base et en discutant avec les soldats présents. Les informations concernant la situation à Baterilla arrivaient au fur et à mesure, provoquant parfois inquiétude et soulagement chez les hommes de la Marine. Si les ordres étaient de rester neutres au début, les choses changèrent lorsque le patron du CP4 annonça que le Maire Zyraq serait un agent des Franc-Marins. La Commodore Connor suivit cette information et décida de prendre part également à la bataille qui se déroulait à Baterilla. Observant tout cela d’un œil extérieur et surtout, ayant accès à des informations que les autres n’avaient pas, la jeune femme se vit confier une mission par son supérieur, à savoir aider de tous les moyens possibles le directeur du CP4. La méthode et la façon restaient à l’appréciation de l’agent sur place.

Cet ordre fit que la souriante Commandante Kirr se proposa pour aider à régler la situation et évidemment, la Commodore Connor ne semblait pas être du genre à rejeter un aide si généreusement offerte. C’est donc avec un grand nombre de soldats et d’officiers de la Marine que la jeune femme embarqua en direction de la zone de conflit. Grignotant sans cesse ses snacks, Kiko jugea assez rapidement la force des hommes qui l’accompagnaient. Il y avait ici une belle brochette de soldats en tout genre et il fallait reconnaître que certains devaient certainement être plus forts qu’elle. Maintenant, il restait à voir si la puissance brute faisait tout car ils ne devaient certainement pas maîtriser le Rokushiki comme elle. Quoiqu’il en soit, elle pourrait aisément voire une fois sur le terrain quelle attitude adopter face à la situation. En attendant, il ne lui restait qu’à profiter de la traversée.

On pouvait dire que parfois, les choses arrivent au pire moment et l’arrivée à Baterilla confirma cette doctrine. En effet, alors que la jeune femme venait de faire tomber plusieurs de ses bâtonnets frits, l’ordre fut donné de débarquer. Ne voulant pas les laisser là, Kiko dût les manger à quatrième vitesse, impressionnant la plupart des spectateurs assistant à la scène. Telle une tornade, elle enchaîna les dix bâtonnets comme si ce n’était rien, manquant même de manger les morceaux de bois par mégarde. Ce n’est qu’une fois son casse-croute avalé que la jeune femme sortit du bateau afin de voir un peu quelle était la situation. La guerre se préparait et chaque Marine semblait bien décidé à la gagner. Plusieurs officiers motivaient déjà les troupes en vue des affrontements imminents et évidemment, les ordres tombèrent pour que la cellule de la Franc-Marinerie soit immédiatement démasquée et démantelée. Sans perdre de temps, les agents du CP4 et les soldats se mirent à arrêter et interroger les habitants et chaque personne ayant l’air de cacher quelque chose, ce qui faisait un paquet de monde au final.

En fin de compte, la gentille Commandante Tama Kirr esquiva simplement les affrontements, se contentant d’observer et de trouver le meilleur moyen d’arriver à ses fins. Il ne fallait pas que Wilson perde la face et pour se faire, la première chose était de rentrer dans son mensonge et de le rendre réel. Elle s’arrangea donc pour que des documents Franc-Marins soient découverts sur plusieurs personnes interpelées. Après cette petite motivation, les ordres furent donnés afin de reprendre la mairie et bien sûr, l’agent du Gouvernement Mondial ne se priva pas pour intégrer la petite armée qui se rendrait dans le centre-ville. Grignotant toujours ses bâtonnets frits comme si elle ne savait rien faire d’autre que bouffer, la jeune femme ne manquait pas de sourire à l’idée de pouvoir se défouler un peu. De plus, elle espérait bien trouver deux ou trois spécimens pour tester ses nouvelles recettes. Rien que de penser à ce futur festin, de la bave coula au coin de sa bouche alors qu’elle engouffrait ses snacks plus rapidement.

Les combats pour entrer dans la place débutèrent dès que les deux groupes se croisèrent. Les hommes de Zyraq ne semblaient pas vouloir laisser les soldats de la Marine aller jusqu’à la mairie. L’étroitesse des rues ne rendait pas la quantité de soldats importante dans l’équilibre des forces et par conséquent, il fallait peut-être aborder cela de façon plus stratégique. En regardant les immeubles de chaque côté de la rue où elle se trouvait, Kiko ne tarda pas à trouver une idée pour faciliter l’avancée des soldats. Raclant un peu sa gorge, engloutissant un nouveau bâtonnet frit, la jeune femme commença à dicter ses ordres d’une voix calme et douce, presque trop gentille pour être sur un champ de bataille.

« Toi ! Prends une vingtaine d’hommes et postez-vous aux fenêtres de ce bâtiment ! Si vous rencontrez des gens, dites-vous que ce ne sont pas des alliés. Vous, vous venez avec moi dans l’immeuble en face. On va réduire un peu l’opposition … »

Vu son grade affiché, les soldats ne discutèrent même pas et c’est donc pour naturellement que deux groupes d’une vingtaine de soldats investirent les deux immeubles proches de la ligne de front. En chemin, l’agent du Gouvernement montra sa détermination en éliminant sans sourciller trois individus d’un coup de pied tranchant dévastateur. Ils n’eurent même pas le temps de dire s’ils étaient des civils. En peu de temps, les soldats se retrouvèrent aux fenêtres et sous les ordres de la jeune femme qui était montée sur le toit, les balles commencèrent à décimer la première ligne de front de l’armée de Zyraq. Même si cela ne permettait pas de faire une grande percée, cela suffisait pour que le groupe de la Marine progresse. Afin de ne pas perdre de temps, Kiko avait donné comme consigne de détruire les murs entre les immeubles, les soldats essayant donc de passer d’immeuble en immeuble sans même en sortir.
Identité officielle:
 




Dernière édition par Makira Kiko le Sam 8 Sep - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 112
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 30684
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Armement apprenti
☠ XP Dorikis : 6179
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
45 / 99945 / 999
☠ Karma :
515 / 999515 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 6 Sep - 11:36


“ARRÊTEZ de bouger !”

Mais on a besoin de moi !

« Et on vous dit que dans votre état actuel, vous seriez une gêne ! Vous n’arrivez plus à bouger correctement ! Et très honnêtement, je suis surpris que seul votre bras soit cassé avec tout ce que vous m’avez raconté ! »

Gray fit la tête. Depuis qu’ils avaient ramené le mauvais coffre… Ca, il l’avait encore en travers de la gorge. Non pas à cause de ses blessures, honnêtement à ce stade, cela faisait partie du métier et c’était pour sauver Sora. Donc aucun regret à ce sujet. Non, ce qui l’avait vraiment énervé, ce fut l’état de Sora à cause de cela. Une petite fille n’avait pas sa place sur le champ de bataille.

Le Colosse finit par se ranger à l’avis des docteurs de rester calme pour l’instant. Pour l’instant, car Gray était effectivement fatigué et mal en point. Il ne serait qu’une gêne sur les barricades, sauf s’il lâchait la bête… Mais ce n’était pas une bonne idée : Gray n’était pas sûr d’arriver à battre tout les marines… Ni même de ne pas se battre contre ses alliés. Ce qui, même lui le reconnaissait, était sacrément contre-productif.

« Mais je veux une chose Doc. »

« Quoi encore ? »

« Si jamais ca dégénère vraiment, vous me foutez un cocktail bien puissant pour que je tienne le temps de l’évacuation. »

Une demande… Que le Docteur verrait en temps voulu.
Gray finit donc par se rallonger sur son matelas sur le sol. Oui, étrangement, les lits étaient peu adaptés à sa morphologie donc on avait fait comme on avait pu…
Retentirent alors les coups de feu de la Marine sur les premières lignes. Gray ne s’en fit pas trop : Le libraire s’en était chargé.

Qu’avez donc fait le libraire ? Hé bien, il avait aidé à faire de fausses barricades, qui ne tiendraient pas longtemps, gardés par des mannequins et des objets ressemblants à des fusils. Le but était tout simplement de tenir quelques secondes de plus.

Là actuellement ? Le primate aidait ses collègues humains à préparer des surprises pour leurs invités. Au loin, on entendait et on voyait les marines démolir les murs. Le singe espérait pour eux qu’ils eussent apporté beaucoup de boulets, car personne n’a de munitions infinis et le chaos régnait tellement en ville qu’il doutait qu’une ligne de ravitaillement stable existe.
Enfin bon. Chaque boulet qui n’était pas pour la mairie était un boulet en moins dans leur gueule.

Non, par contre, le primate avait laissé plein de petits cadeaux dans les fausses barricades : à savoir des liens déclencheurs de pièges… Liés à de la farine.
Stupide vous dites ? Vous ne vous êtes jamais alors retrouvé dans un nuage de farine avec une étincelle. Le résultat est souvent explosif… Non pas qu'il ait mis d'explosifs ou d'étincelles. Lui comme Gray abhorrait l'acte de prendre la vie. Toutefois, cela inciterait les marines à faire moins les cons.

Le bibliothécaire soupira en mangeant sa banane et en regardant une nana aux cheveux bizarres au loin qui mangeait quelque chose. Lui était sur le toit de la Mairie et terminait d’installer un mégaphone avec ses pieds. Il lui fit donc coucou de la main restante.
Mégaphone qui avait un long fil. Long fil qui remontait jusqu’à un micro dans la main de Gray.

« Salut les Marines, c’est Gray qui vous parle. J’Sais que vous vous souvenez moi les gars. Sauver le fils de votre chef des mains de la mafia, c’était pas rien. Casser la tête de ce satané cannibale non plus. Vous le savez aussi bien que moi. Vous savez aussi que le Maire essaie de faire tomber cette saleté de Mafia ! Et là, bizarrement, y a des preuves contre lui qui apparaissent ?! Pile au moment où la vapeur semble se renverser contre les connards de la mafia ?! »

Un silence se fit entendre dans le discours du Colosse.

« VOUS VOUS FOUTRIEZ PAS DE MA GUEULE PAR HASARD ?! JE VOUS AI ENTENDU TIRER, TRES CLAIREMENT D’AILLEURS. J’AI PAS ENTENDU VOTRE PUTAIN DE « RENDEZ VOUS OU ON TIRE ». MÊME MOI JE SAIS ET JE SUIS CON COMME UNE BRIQUE.

Bordel. La marine est censée être la JUSTICE. C’est ptêt un truc que vous avez écrit sur le dos d’ailleurs. Ce que vous faîtes là ? Ce n’est pas de la justice. Pas quand cela fait le jeu de la mafia. Pas quand cela fait mal aux civils que vous avez juré de protéger.
Moi, j’me rappelle que c’était pour ça que je voulais m’engager. Pour avoir ce mot dans le dos et le porter fièrement jusqu’au bout. Sauf que voilà. Il ne suffit pas de le porter pour défendre la Justice. Sinon, ce n’est qu’un mot dans votre dos. La Justice, c’est quelque chose que l’on défend chaque jour de sa putain de vie avec des actes bon sang !
»

Le Colosse s’interrompit. Une larme lui coulait de l’œil. Ce coup du discours ? Totalement improvisé. Il voulait pas spécialement que les Marines arrêtent. Nan. Juste… Juste le Colosse avait toujours cru en la Justice. Gray avait voulu être marine à la base ! Pour combattre le Mal ! Aider les Gentils contre les Méchants ! Défendre la Loi !

Là ? Là, il voyait la Marine bafouer leur principe pour… Pour des raisons qu’il ne comprenait pas. Qu’il ne pouvait et ne voulait pas comprendre. Enfin, on lui racontait ce qu'il se passait dehors plus qu'autres choses.
Il en était écœuré et il avait voulu faire partager son écœurement avec ses assaillants. Le Colosse reprit.

« On est clairement pas tous des militaires. J’ai clairement pas envie de vous casser les dents non plus. Y en a probablement un ou deux avec qui j’ai bu un coup. Mais je défendrais cette mairie jusqu’au bout. Et vous savez pourquoi ? CAR C’EST LA PUTAIN DE BONNE CHOSE A FAIRE ! »

Le primate sourit, une fois le discours terminé. Gray était pas un bon orateur. Loin de là. Souvent, il devait chercher ses mots. Ses explications étaient souvent foireuses. Mais ces mots ? Ces mots là venaient du cœur. C’était pas un discours écrit à l’avance pour un politicien. C’était un discours qui venait du tréfonds de l’âme… Et l’orang Outang espérait sincèrement que cela rappelle un truc ou deux à leurs assaillants.

Au pire, la simple mention de Gray dans le bâtiment allait sans doute refroidir leurs ardeurs. Ils ne pouvaient pas encore être au courant de l’état du Colosse, mais tous savaient les dégâts qu’il était capable de faire…

Le nabot musculeux s’allongea donc sur son matelas de fortune et ferma les yeux. Il ne dormait pas. Il méditait. Son esprit était plus calme maintenant que son cœur s’était vidé.

Maintenant…
Maintenant Gray se concentrait sur son énergie interne. Inspirer… Expirer…. Inspirer… Des gestes simples. Se concentrer… Sur son énergie. Maximiser… Le repos.
Le combat viendrait déjà assez tôt.

[HRP : Je laisse le soin au MJ de gérer ledit docteur]
©️ By Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 41
☠ Âge du Personnage : 16 ans
☠ Berrys (x1000) : 25260
☠ Fruit du Démon : Koto koto no mi - fruit de l'objet
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4590
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
520 / 999520 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 6 Sep - 14:17

Maintenant que Sora et Gray avaient quitté le repaire de Carlota...sans Carlota dedans, ils n'avaient plus qu'à revenir vers le maire pour obtenir leur récompense. Cependant ils avaient apparemment exploré une dimension parallèle en s'infiltrant dans le bâtiment au trésor. Alors qu'à l'intérieur tout semblait calme au début, ce n'était rien comparé au bombardement qui avait eu lieu et qui semblait précipiter les choses de façon peu naturelle pour vite passer à la suite des événements. Ce qui donnait cette impression de monde parallèle, c'était qu'en sortant par la fenêtre ils avaient atterri en lieu de guerre imminente. En effet, les marines avaient disparu, les habitants aussi, tout le monde s'était retranché, laissant une ville fantôme derrière eux. C'était le calme avant la tempête, parce que la marine n'allait pas tarder à revenir en force. Après tout on avait pris le trésor qu'ils voulaient détruire ou récupérer, ils devaient bien avoir les nerfs maintenant que leur plan avait échoué malgré l'avantage numérique évident.

Une fois à l'intérieur, le duo put constater que les principaux commerçants et autres employés de la ville avaient trouvé refuge dans la mairie comme pour une réunion générale. Les clients et subalternes avaient probablement tous fui, il ne restait plus que les gérants divers qui avaient mis leur âme dans leur commerce ou leur bâtiment à autre fonction. Pour Gray et Sora, il était urgent de trouver le docteur pour qu'il puisse les soigner, ou tout du moins essayer. Ils étaient devenus tous les deux des bras cassés, mais seulement au sens physique du terme, car à eux deux ils réunissaient deux bras comme pour une personne. Malgré la douleur, Sora essayait de ne pas gémir pour ne pas inquiéter son compagnon et qu'il puisse se concentrer sur les barricades. Par chance comme son pouvoir ne nécessitait pas d'avoir une intégrité intacte de tout le corps, un bras cassé n'allait pas l'empêcher de l'utiliser avec la même efficacité. Enfin c'est ce qu'elle aimerait penser, à vrai dire les objets n'allaient pas bénéficier d'une aussi grande solidité supplémentaire car son corps était affecté, elle ne pourrait plus contracter tous ses muscles pour ça.

Un simple bandage suffisait pour le moment à retenir le bras de Sora de faire des moulinets indépendamment du reste du membre en question. Le docteur avait mis son bras en écharpe pour éviter qu'elle l'utilise, et elle comptait justement s'en abstenir pour le bien de la récupération. Comme elle n'était pas du tout douée pour le combat, que ce soit au corps à corps ou avec un sabre, elle préférait utiliser ses compétences de manière plus intellectuelle et moins bourrine. En plus, les barricades avaient été posées, plusieurs objets insolites devant les portes principales histoire que personne ne puisse entrer, même si ça semblait peu. Sora proposa plutôt de placer les congélateurs et/ou des frigos aux portes, après tout la mairie aussi était un endroit à vivre, ça lui semblait évident que ces trucs lourds servent de barricade. Les bureaux aussi étaient du genre lourds, ça pouvait aider. En tout cas plus que mettre des fusils contre les portes, vu leur faible poids, Sora pensait les utiliser autrement que comme ça.

Sans plus tarder, Sora prit autant de fusils qu'elle pouvait avec son seul bras valide, demandant de l'adhésif aux employés présents. Elle commença alors à coller les fusils contre les murs entourant les fenêtres du premier étage, faisant dépasser le canon pour faire croire qu'il y avait des tireurs postés à chaque fenêtre. Au moins ça avait une chance de dissuader les filles de l'air de tenter une percée en hauteur, en espérant qu'ils ne puissent pas sauter plus haut que le premier étage, il n'y avait pas assez de fusils pour tout le bâtiment. Pendant ce temps, elle pouvait entendre le discours de Gray, acquiesçant à chaque point qu'il marquait contre la marine qui venait d'aborder la mairie. Elle ne pensait pas pouvoir vraiment retenir l'ennemi si jamais il venait à entrer, mais peut-être qu'elle y serait contrainte malgré le peu de connaissances en combat. Le maire et les autres étaient des civils après tout, c'était le rôle de la marine de les protéger, pas celui de pirates malgré les bonnes intentions de ceux-ci. Sora revint alors auprès des autres une fois sa dissuasion mise en place un peu partout à l'étage.


-J'ai mis des flingues aux fenêtres avec l'adhésif pour dissuader les gens de passer par là, on va pouvoir se concentrer sur les portes principales. En tout cas j'espère qu'ils ne vont pas se mettre à nous bombarder comme avant, sinon on ne tiendra pas bien longtemps.




Mitsuketa onii-chan ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 9 Sep - 17:20

Le prochain joueur n'ayant pas répondu dans les temps, le tour de tout les futurs posteurs est sauté !

N'étant pas à 6h près, tu as jusqu'à la fin de journée pour poster, faute de quoi ce sera au tour du PNJ et des jokers seront grillés pour Hâo, Ambroisie, Benkei et John !

[rappel : vous avez 48h pour poster pour chaque tour, nous veillerons dès à présent que ce délai soit respecté]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Seconde des Déchaînés


☠ Age : 25
☠ Messages : 96
☠ Âge du Personnage : 29
☠ Berrys (x1000) : 26793
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ XP Dorikis : 2985
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Seconde des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 9 Sep - 19:02

Dictature ou République !
La Guerre Civile de Baterilla



Le bruit relaxant des vagues et le ballottement des eaux aidaient Ambroisie à se reposer. Durant les trois dernières année les Minks avait accomplie de nombreuses petites missions et de trop nombreuses patrouilles, mais cette fois, c'était du sérieux, deux membres des Déchaîné avait était détacher a la flotte de renfort qui se rendait a Baterilla. Il s'y déroulait actuellement une guerre civile. En comparaison les missions de surveillance, c'était un jeu d'enfant. 

Mais le trajet ne pouvait pas éternellement durée, le cri d'une mouette vain indiquer à la dormeuse qu'il était l’heure du réveil.
- TERRE EN VUE.
Et de toute évidence elle avait raison. Baterilla semblaient à porter de longue-vue. Ambroisie descendit du perchoir qui avait accueilli sa sieste. Elle rejoignit Hâo sur le pont, lui bondissant dessus pour un graou-bizou. Puis elle attrapa une longue-vue.
- On y voit rien avec ce truc. s’indigna t'elle avant d’être coupé par une des soldat qui s’affairait sur le pont.
- Lieutenant... Vous tenez la longue-vue à l’envers.
- ... Ambroisie resté un instant immobile, honteuse de cette erreur. Elle retourna lentement la longue-vue avant de lancer un timide, merci soldat... Vous pouvez disposer. Ce moment de gêne passé, elle observa l’île cible de ce voyage. Apparemment, on arrive après la fête. des colonne de fumé s’élevait d'un peu partout sur l’île . De plus, on pouvait déjà voir plusieurs bateaux de la marine autour de l’île. En effet ça a l'air d'être la guerre-là bah ... Vu que je ne suis pas très forte, et que ta dernière mission a deux ce mal passer, tu es sûr qu'on est à notre place ici Hâo ? 


Bref, le bateau accosta sur l’île. Une île forestière assez belle, de magnifique palmier ornait les plages et entourait le mignon petit Phare qui protéger les côtes de cette jolie … heu, de cette ville. La guerre gâchée un peut la beauté des lieux. 
La zone d’accostage était sécurisée. Mais le reste était plus agité. Ces unes fois a terre qu'il fut remis a Ambroisie un ordre de mission adressé au Déchaîné. 
Ordre de mission L220-721b:
 
- Ha, ok, on est devenu des portiers Hâo. dit Ambroisie avec un ton ironique mêlé de surprise. 




La troupe de renfort avança en rang serré ce qui permis de se frayer un chemin jusqu’à la place de la mairie. Ici, c'était le chaos, la Mission de portier qu'Ambroisie moquer, il y avait qu'elle que minute semblait tout de suite plus difficile. Car oui le but finale était de gardé une porte, mais avant sa il fallait la dégager des dizaine et dizaine d’ennemie qui ce situé devant, sans parler des barricade...
- Gloup Ambroisie était inquiète, en démontré sa gorge faisans ce drôle de bruit, sa bouille et surtout ses oreilles rabattues vers l’arrière.
Rabattu, mais pas inutile, elle pus entendre les bride de ce qui ressemblais a des ordres. 
- ### # Prends une vingtaine d’hommes ## ########### ### ######## ## ce bâtiment ! ## #### ########## ### ##### ########## ### ## ## #### pas des alliés. ##### #### venez avec moi dans l’immeuble ## ##### ## ## ####### ## ### ############ ###.
Les bribes ne lui avaient pas permis de tout comprendre, mais elle avait repéré la Femme qui avait pris les choses en mains, ce qui pourrait être utile pour la suite. 

L’attention d'Ambroisie se détourna pendant un moment, quand un des ennemies commença un discourt. Apparemment, il s'agissait du chasseur de primes qui avait sauver le fils d'un haut gradé de la marine il y a quelle que mois. Les rumeurs disaient qu'il avait même sauvé d'autre enfant gratuitement dans l’histoire. Il s'agissait donc aux yeux d'Ambroisie de l'un des rares chasseurs de primes respectable des 5 mers, elle écouta donc avec attention son discours. Déjà, il commençait par fortement insinuer que les preuves que le maire soit un franc marin était fausse. Ambroisie était dubitative sur ce point. Ce n'était pas fondamentalement impossible, mais ça lui paraissait un peu gros. Et puis a ce qu'elle en savait, les franc-marin voulait aussi se battre pour une forme de justice, alors qu'il soit franc-marin n'entrait pas en contradiction avec ces aspirations à détruire la pègre.
Il enchaîna en parlant de justice, mettant les marins en face de leur contradiction. Mais Ambroisie venaient d’arriver, elle ne savait rien sur la situation hormis ce qu'elle voyait et les ordres de ces supérieurs. Alors même si elle savait que les supérieurs en question pouvait faire passer les civils après leur carrière, elle décida tout de même de ne pas remettre en doute les ordres cette fois çi. Pour finir les derniers mots qu'elle retiens c'est le fait qu'il ne voulait apparemment pas se battre contre la marine, ce qu'elle souhaitait aussi mine de rien. Se battre contre des alliés n'était pas productif. Et puis vus les rumeurs, une droite et elle dormirait pendant trois jours faciles. Cependant, elle était curieuse de savoir ce que son camarade Minks en pensait.
- Tu en pense quoi Hâo ? Autant le discours, que la situation globale ? Par ce que d'ici peut, on sera en première ligne...

Justement, les ordres les rattrapèrent.
- Commandant Wu'Kong, vue qu'on n'est pas sur notre bateau vous êtes mon supérieur alors on fait quoi ? J'ai cru repérée celle qui a pris la tête de l'attaque contre la mairie elle est percher sur un toi la bah, ça pourrait être utile d'aller lui parler, je peux y être en quelle que saut.
Il était difficile de se faire entendre avec le bruit des mur qui s’effondrait et du reste de la guerre qui l'es entourait.
Maintenant elle se tenait prête, sois à obéir aux ordre sois a devoir se défendre, par ce que discuter tranquillement au bord du front n'était pas une bonne idée pour rester en sécurité.



Thème d'Ambroisie
Thème de Combat
Thème d'Exploration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1911-ambroisie-s-alade#10041 En ligne

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 12 Sep - 8:23

PNJ

Le prochain joueur n'ayant pas répondu dans les temps, le tour de tout les futurs posteurs est sauté !

N'étant pas à 6h près, tu as jusqu'à la fin de journée pour poster, faute de quoi ce sera au tour du PNJ et des jokers seront grillés pour Joe Hao et John!

[rappel : vous avez 48h pour poster pour chaque tour, nous veillerons dès à présent que ce délai soit respecté]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 29
☠ Âge du Personnage : 15 ans
☠ Berrys (x1000) : 6127
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Fruit du Démon : Nope
☠ Haki : Aucun pour l'instant
☠ XP Dorikis : 3292
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
20 / 99920 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 12 Sep - 14:07



Event Baterrila

Etape Finale !



La guerre, c’était bel et bien la guerre, une bataille entre deux camps maintenant réuni… John avait reçu l'ordre de combattre les hommes du maire… Qui a été identifié comme un franc-marin… Et pour cette fois, Carlotta et ses partisans seront des précieux alliés. John Leone était déterminé à réussir sa mission, il allait capturer les hommes du maire… Mais sont-ils les vrais ennemis ? La mafia aussi devrait être arrêter, c’est le travail de tout bon marine d’arrêter les criminels… Mais apparemment, il ne fallait pas s’occuper d’eux… Seul le maire était important… C’était trop facile… Pour John, c’était trop simple, un retournement de situation aussi soudain, il y avait quelque chose de caché, une anguille sous roche… On ne peut pas se dire que le maire était en franc marin d’un coup, comme ça. Il devait y avoir des antécédents… Surtout pour un homme capable de tenir tête à la mafia, juste pour son peuple, sa ville… Baterrilla… Un tel homme ne pouvait pas être méchant. Mais s’il était bien un franc-marin, John s’en mordrait les doigts.

Lui qui était si gentil, à l’écoute de tous, il se rendrait compte qu’il ne fallait pas faire confiance à tout le monde. Mais une seule chose est certaine, que le maire soit franc-marin ou pas… Que la marine soit alliés avec la mafia ou pas… Personne n’allait mourir aujourd’hui. Le but de la marine était de sauver des vies, même si le jeune homme avait pour ordre de tuer quelqu’un, il ne le ferait pas. Il était censé faire régner la justice et montrer l’exemple. Faire de ce monde un havre de paix pour les plus forts… Et bien il était temps de prouver la détermination du jeune homme, en réussissant à connaître la vérité sur cette histoire.

" MARINES !! JE SUIS LE LIEUTENANT JOHN LEONE ET J'AI UN SEUL ORDRE A DONNER !! JE NE VEUX AUCUN MORT PENDANT CETTE BATAILLE !! SINON JE VOUS PROMET QUE VOUS ALLEZ LE REGRETTEZ !! JE VAIS VOUS FAIRE REGRETTEZ CE CHOIX !! "




John avait montré toute sa rage et sa colère dans ces menaces… Il les avaient prévenus… Peu importait les résultats, il ne le regrettera pas ! Il avait fait son choix, le jeune homme avait montré à ses soldats, il leur avait ordonné de ne tuer personne… Mais si un de ces soldats se faisait tuer aujourd’hui… Personne ne sait ce que le lieutenant ressentira… Il pourrait renier le serment qu’il vient de faire… Et peut-être prendre une vie lui aussi… S’il n’y avait que la mort et le chao qui commandait ici… S’il fallait faire peur et régner par la terreur pour avoir la paix… Alors c’est ce que John fera. Car on ne lui a pas laissé le choix.

" Qu'une vingtaines d'homme vienne avec moi. Les autres faites passer les ordres que j'ai donner. Que tout le monde saches. "


Il s’était retourné brusquement et avait envoyé un tel regard que la plupart des soldats furent effrayé de voir le lieutenant comme ça, il avait parlé di sérieusement, pour une fois qu’il ne rigolait pas ou ne souriait pas. Il était en compagnie du Commandant Hao et de la lieutenant Ambroisie, mais il ne voulait pas s’approcher d’eux. Il était beaucoup trop concentrer sur son combat. Il était trop sérieux, il allait faire tout son possible pour que la guerre soit une réussite, mais sans aucun mort.

" Allons-y. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1338-john-leone-l-elu

avatar
Membre des Déchaînés


☠ Age : 23
☠ Messages : 11
☠ Âge du Personnage : 24 ans
☠ Berrys (x1000) : 3588
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Mera Mera no Mi (Pyro-fruit)
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2350
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 13 Sep - 13:47

- Oukhaha ! Tu me poses vraiment la question ?

Accroupi, un doigt dans le nez et le regard fixé sur la foule de monde devant lui, Hâo souriait de toutes ses dents. Que ce soit l'interrogation d'Ambroisie ou l'exclamation surprenante du jeune lieutenant aux cheveux verts qu'il regardait avec intérêt, tout semblait l'amuser. De toute façon, il était un Wu'Kong, et les membres de ce clan, fidèles à leurs valeurs, savaient prendre le meilleur de chaque situation.

- On va se battre, lapine, on va se battre et on posera les questions après.

Son oeil se posa ensuite sur la fille aux cheveux violets, celle qu'Ambroisie considérait comme la directrice des opérations. Le visage froid et concentré qu'elle affichait ne laissait dégager qu'une impression d'implacable détermination, parfaitement en écho avec les ordres d'assassinat qu'elle avait donnés. Et si Hâo considérait la plupart des choses comme un jeu, la facilité avec laquelle elle avait ordonné de tirer à vue le laissait plus que désapprobateur.

- On n'est pas sur le bateau, mais on reste l'escouade des Déchaînés. Il n'y a qu'un supérieur qui peut nous donner des ordres, et elle, eh bien... Elle est commandante. Et moi aussi.

Il n'avait pas l'intention de se plier à ces ordres. Pour être tout à fait honnête, Hâo n'avait jamais vraiment réussi à se plier à de quelconques ordres non plus, en-dehors de ceux qui émanaient de Croc-Blanc en personne. Alors accepter d'obéïr aux exigences d'une fillette qui mangeait des aliments qui empestaient la malbouffe à un kilomètre à la ronde, ce n'était absolument pas son intention.
Néanmoins, Hâo finit par abandonner sa position passive pour se relever et se diriger vers le groupe de soldats qui était devant lui.

- Par contre, reprit-il en se tournant vers John, lieutenant Li heu... Lihonné, c'est ça ? Tu devrais éviter les moments d'insubordination comme ça. Oukha ! Ha ! Désobéïr à un ordre direct, ça peut valoir la peine de mort. On a qu'à dire que tu agis sous mes ordres, hein ?

A présent debout, Hâo dominait l'assemblée de sa haute taille et de son apparence singulière. Le désordre et le chaos régnaient dans la rue, et tout laissait supposer que ce serait encore pire à l'intérieur du bâtiment. C'était son terrain de jeu favori, à lui qui n'était jamais aussi bon que dans l'anarchie absolue. Sous sa fourrure hirsute, son coeur de Mink battait à toute allure.
“Pourquoi nous battons-nous ?” Pour obéïr aux ordres, pour croire en la justice, en quelque chose. Que les accusations soient vraies ou fausses, il fallait du monde pour suivre les ordres et en assurer la stabilité. Mais cela ne signifiait pas de tirer à vue, juste de distribuer quelques gifles et s'amuser un peu.

- Ambroisie, Lihonné, on va à l'intérieur. Cinq soldats avec nous. Le reste, attendez ici. Et ne prenez aucun contre-ordre venant d'un autre commandant. C'est moi votre supérieur aujourd'hui.

C'était directement un ordre différent de ceux venant de Leone et de la fille étrange, mais Hâo se fichait de la cohérence ou de l'image que cela donnait. Il ne faisait pas partie du Cipher Pol et n'avait pas non plus reçu de formation théorique et stratégique très adaptée. Par contre, pour gérer les situations où les poings devaient inévitablement s'entrechoquer, il était doué.

- Ca va être compliqué d'avancer jusque là-bas, alors soyez sur vos gardes et faites bien atten-...

Bien sûr, Hâo essaya de forcer la première barricade.
Et, évidemment, tout dégénéra...

- ... -tion ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t786-pourquoi-nous-battons-nous

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Ven 14 Sep - 18:41





Dictature ou République !



Les premiers tirs de sommation de la Marine ont touchés la mairie. Petit à petit, c'était toutes les troupes proches qui se sont regroupés autour de la place de la mairie. La précision militaire, les plans mis en place et l'avancée reste les points forts d'une Marine toujours plus présente. Rien ne semble pouvoir en face, enrayer la machine de la Justice Absolue. Gray Ashura, avait fait son petit discours. Un discours qui se voulait moralisateur, un discours rempli de jugement, un discours visant à faire éveiller des consciences. Mais que croit-il ? Il est ici en présence de la toute puissante Marine, chaque soldat ici est prêt pour la guerre, ils se sont entraînés toutes leurs vies pour arriver à un tel moment. Ils veulent écrire l'histoire ici et maintenant ! Il s'agit du jour où la Marine, le Gouvernement Mondial même. Auront pris le dessus sur le spectre grandissant de l'anarchie et de la révolution immiscer par les Francs-Marins ! Gray Ashura, le chasseur de prime, reçoit alors la première réponse à son discours, après tout, il serait bien impoli de ne pas manifester une attention après un si flamboyant discours.

La Marine était habituée à tout types d'interventions, prises d'otages, guérilla, guerres ouvertes, combat urbain, tout ceci n'était qu'un exercice de plus. Un tireur embusqué n'avait pas attendu pour prendre sa visée et faire feu dans l'une des fenêtres au hasard pour dévoiler le subterfuge. Une balle part à toute vitesse pour venir se loger, peu de temps après le discours de Gray, dans le crâne d'une personne. La cible ne tombe pas et le tireur est persuadé de l'avoir touché pourtant, il est désormais en mesure de communiqué l'astuce utilisée par Sora. Et comme si tout n'est pas déjà assez compliqué, voilà que les troupes déjà présentes reçoivent l'arrivée d'une nouvelle compagnie. La compagnie Bravo ! Le Commodore Tarah Connor fait son entrée et on peut d'ores et déjà entendre ses ordres sur l'escargophone.


"-Crénom de bleu ! Y a tout qui file de bezingue ici ! C'est quoi tout ce chenabre ? Y a une chaîne de commandement de Dieu ! Qu'est ce que vous foutimassez bordel ?! Les ordres sont pourtant clairs ! On va pas tchuffer les ennemis non plus ! Que les commandants poursuivent leurs avancées. Les autres avec moi, on va faire une importante percée. Les navires seront en place dans une heure !"


La compagnie Bravo semble elle aussi en piteux état. Certains d'entre eux avaient les uniformes brûlés, d'autres étaient encore blessés. La dernière rencontre avec un "Dragon" avait eu un impact certain sur le moral et l'état des troupes.


----



Au même moment, dans la Mairie.

Zyraq est là. Il ne bouge pas d'un iota depuis le début des hostilités, il sait pertinemment quelle est l'issue on ne peut plus prévisible du combat. Ses sbires seront tués ou arrêtés. Quant à lui, il servirait d'exemple à tous les Francs-Marins. Il n'y aucune échappatoire, la Marine est surpuissante et rien ne semble indiqué qu'ils ne puissent riposté assez longtemps. C'est la fin. Carlotta reprendrais le contrôle et le Cipher Pol continuerait ses manigances dans l'ombre. Mais Zyraq fait partie de ces hommes déterminés, un peu à la manière de Gray il réalise son propre discours pour haranguer les maigres troupes qui lui restent.

"-C'est ici que nous les arrêterons ! C'est ici que nous combattrons ! C'est ici qu'ils mourront ! Rappelez-vous ce jour, compagnons de la liberté, car il vous appartient à jamais... Nous resterons debout, nous combattrons et nous mourrons. Un nouvel âge a commencé, un âge de liberté. Et tous sauront ici que des amis de la liberté ont donné jusqu'à leur dernier souffle pour la défendre. Aujourd'hui, la Marine débarque ici, sur Baterilla. Une deuxième compagnie marche sur nous, venant du Centre-Ville. A elles deux, les compagnies espèrent nous cerner et nous acculer. Les institutions nous ont trahis, nous n'aurons pas de navires, pas d'artilleries, ni de renforts. Le Cipher Pol veut nous empêcher de quitter l'île vivant, il  y est fermement décidé. Par conséquent, il ne nous reste plus qu'à marcher sur nos ennemis eux-même. Et ce sera la seule façon de remporter une victoire totale. Il faut libérer tous les prisonniers qui se trouvent sur Baterilla. Ne vaut-il pas mieux être un homme libre parmi ses frères à la veille d'une marche épuisante et d'un dur combat que d'être le plus riche citoyen de Baterilla engraissé par le travail des autres et entouré d'esclaves et de serviteurs ? La route que nous avons faite ensemble est longue, nous avons livré de nombreux combats, remporté de grandes victoires, et maintenant, alors que nous devions embarquer sur des navires pour rentrer chez nous, il faut nous battre encore. La paix n'existe peut-être pas dans ce monde, ni pour nous ni pour les autres, je l'ignore. Mais ce que je sais c'est qu'aussi longtemps que nous vivrons nous devrons rester loyaux envers nous-mêmes. Je sais que nous sommes tous frères et je sais que nous sommes libres. Nous partons ce soir vers la mort ou la liberté!"

Tout semble perdu désormais. Et comme si ça ne suffit pas, une horde de Martin-pêcheur postier lâche une série de tract sur la mairie, chaque feuille arbore en caractères gras:


"BOMBARDEMENT IMMINENT"

Mais une ombre s'approche non loin de Zyraq. Et un ton de voix si particulier se fait entendre.

"Ji complend pas biien. Ji fais affaire avec toi, et ti compte te faire biter ? Ci pas tris tris productif pour le biziness ça !"

Minimus vient de rejoindre la partie pour protéger son investissement colossal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 26
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 23970
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 3750
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
485 / 999485 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 15 Sep - 14:01



Cette bataille semblait assez claire dans l’esprit de Kiko et si les choses se passaient comme prévues, Siraq ne serait bientôt plus qu’un lointain souvenir. Perchée sur le toit de l’immeuble surplombant la place de la Mairie, elle put voir le singe lui faire signe en haut du bâtiment abritant ses ennemis. Le discours du chasseur de primes ne manqua pas de faire sourire l’agent du Cipher Pol. Il pensait vraiment que ses bons sentiments suffiraient à occulter les ordres que la Marine avait reçu ? C’était tellement risible qu’elle s’enfila encore quelques bâtonnets frits en observant la réaction des soldats. Visiblement, cela sembla toucher l’un ou l’autre naïf comme ce garçon aux cheveux verts qui hurla à son tour mais bon, s’il croyait sincèrement qu’il pourrait tenir tête aux ordres de ses supérieurs sans en subir les conséquences, il était clairement à côté de la plaque. Toutefois, un filet de bave s’écoula des lèvres de la fausse Commandante Kirr et pour cause, son regard se posa sur une chose particulièrement intéressante en contre-bas.

A côté d’un grand singe déguisé en Marine, il y avait un lapin. C’était la première fois qu’elle voyait un animal a l’aspect humanoïde et il n’y avait pas à dire, plus elle observait les deux animaux, plus son appétit grandissait. L’envie d’y goûter ne manquait pas de grandir dans son esprit et fort heureusement, avant d’y succomber, la voix de la Commodore Connor retentit dans les rues de la Place de la Mairie. Son discours ramena la priorité où elle se trouvait et sur le rôle clair que la Marine se devait d’adopter ici-même. La concentration des soldats était à son paroxysme et il ne restait plus qu’à élaborer une stratégie pour parvenir à coincer les derniers rebelles dans ce bâtiment jusqu’au bombardement. Sans perdre de temps, Kiko redescendit de l’immeuble laissant des soldats postés aux fenêtres pour continuer à tirer au moindre signe de mouvement aux fenêtres de la Mairie. Il était important que chaque groupe collabore pour éviter une faiblesse dans le plan qui permettrait à l’ennemi de s’enfuir.

La souriante Commandante Tama Kirr s’approcha de la Commodore et l’interpella avec sa voix douce et calme pour évoquer son plan.

« Commodore Connor, Commandante Kirr à vos ordres. Si cela ne vous dérange pas, j’aurais une idée pour en finir une bonne fois avec ces franc-marins en minimisant nos pertes. »

Calmement et gardant son sourire alors qu’elle murmurait à l’oreille de la plus haute gradée de la Marine présente, la jeune femme observait d’un œil ce qu’il se passait à la mairie. Des coups de feu n’avaient pas manqué à chaque passage d’une personne devant les fenêtres du bâtiment. Les rebelles cachés derrière les barricades étaient également la cible des tireurs que l’agent du CP9 avait laissé dans les immeubles entourant la place. En soit, il ne restait plus qu’à faire en sorte que Siraq et ses partisans périssent tous pour que toute cette affaire soit définitivement réglée. Une fois, le plan exposé à la Commodore, Kiko retourna dans la rue pour diriger des hommes et les mettre en place pour éviter la fuite de ceux que chacun associait désormais aux franc-marins. Sans perdre trop de temps, elle assigna les positions de chacun et remonta en haut de l’immeuble afin d’avoir une vue d’ensemble sur la place. Une partie des soldats bloquèrent l’issue Nord de la place, tandis qu’un autre commandant semblait se mettre à l’œuvre pour bloquer l’accès Sud. Il ne restait plus que la rue Est qui donnait vers le port. Sans doute que les troupes du macaque ayant calmé les ardeurs du gamin aux cheveux verts allaient s’en charger.

Devant son sourire et son apparente douceur, les soldats ne discutaient pas le moins du monde ses ordres et plusieurs d’entre eux partirent effectuer les diverses tâches qu’elle leur avait assigné. Bien qu’il était évident que pénétrer dans la mairie aurait été une opération suicide et qu’elle avait ordonné de ne pas suivre une telle folie, elle n’était pas à l’abri d’un débile simplet comme le gamin de tout à l’heure. Grignotant ses snacks, il ne restait plus qu’à attendre le bombardement ou une tentative de sortie des derniers rebelles. Les soldats étaient prêts à ouvrir le feu et les accès Nord et Sud étaient déjà bloqués.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 112
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 30684
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Armement apprenti
☠ XP Dorikis : 6179
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
45 / 99945 / 999
☠ Karma :
515 / 999515 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 15 Sep - 23:08


Les premiers tirs dans la direction du Colosse furent accueilli avec un énorme soupir. Principalement car il se baissa pour les éviter. Les marines semblaient prendre en compte leur avantage principal à fond. Ils avaient le nombre. Ils avaient la force... Et surtout ils avaient l'artillerie. A part le petiot aux cheveux verts qui avaient de bons poumons, les autres marines avaient bien l'intention de suivre les ordres... Et ils n'avaient pas à prendre des prisonniers.

Le colosse ne sembla pas spécialement inquiet. Après tout les cuisines étaient en sous sol. Quoi ? Quel rapport ? Le rapport tenait au passé de Gray. Plus particulièrement, son passé de mineur et de membre de colisée souterrain. Car oui, de temps en temps, des marines consciencieux tentaient un raid ou deux dans le colisée, avant de se prendre un contre-ordre. Mais il fallait souvent s'enfuir...
Par les souterrains. Les égoûts puaient, mais ils étaient très pratiques pour fuir de manière générale. De plus, cela permettrait de nullifier leur nombre... Ou du moins le relativiser grandement. Les corps boucheraient rapidement le passage.
Gray sourit à cette pensée. Cela lui rappelait le bon vieux temps, où il n'était qu'un gamin et devait apprendre quand il devait fuir un combat perdu d'avance.
Oui, car si Gray détestait les combats trop faciles, ce n'était pas pour autant qu'il en recherchait des perdus d'avance. Il voulait un combat équitable.
Donc. Oui, il avait une idée pour s'enfuir, mais la Mairie n'avait pas de tunnel.
Venait alors sa seconde grosse expérience de vie :

Gray avait été un putain de mineur durant 5 ans. Par putain, nous entendons ici sa qualité en tant que mineur. Le colosse arrivait à creuser des bons trous et comprenait particulièrement bien comment les faire.

C'est pourquoi, sur le chemin, Gray prit trois hommes costauds avec des piolets et des masses. Le maire était clairement motivant, mais un baroud d'honneur n'était une bonne idée que si la retraite n'était plus envisageable. Ce qui n'était pas le cas selon Gray.

Les 3 mecs regardèrent donc Gray qui avait clopiné rapidement dans les cuisines...
"Une explication p'têt ?"

"Oh bien sûr. Vous sentez l'odeur là ? Celle qui pue un peu en provenance de ce mur là ?"

"Euh... C'est à cause des chiottes, non ?"

"Yeeeep. Exactement. Le truc, c'est que les chiottes sont au dessus. c'est donc qu'ils se déversent relativement pas trop loin. Du coup, ils se déverseraient où ?
"
Les mecs comprirent.

"LES EGOUTS !"

"Vala. Donc, on va creuser les mecs. On a pas énormément de temps, donc je prend le premier quart pour forcer autant que je peux et faire le plus gros. Toutefois, vous aurez également votre part à faire."

Les hommes se regardèrent, et hochèrent la tête. Ouaip. Ouaip, la vie, c'était étrangement plus intéressant que la mort.... Même si pour cela il faudrait creuser dans le mur pour atteindre le tunnel...
Force était d'admirer le travail de Gray. Il était grossier. Laid. Mais il le faisait vite, et le but était la vitesse. Les fondations n'avaient pas à nécessairement tenir longtemps, même si le mineur avait demandé à ce qu'on amène des planches pour consoler les contours du tunnel en formation. Il ne fallait pas qu'il s'effondre tout de suite...
Mais même lui n'avait pas fini de se reposer, et même avec un outil, Gray ne pouvait pas creuser à son maximum dans son état, à un bras...
Encore une fois.
*Stomb*
Le stomb étant le bruit d'un colosse tombant à l'arrière pour se reposer plus rapidement, laissant les coéquipiers prendre le relais. Pourquoi 3 ? Car ils pouvaient travailler par roulement. 2, un au repos. C'était un rythme très intense, mais efficace. Il le savait.
Gray souriait.
C'était comme quand il avait été bloqué dans le tunnel avec les mineurs. Un nouveau trou. Des possibles explosions... Et la seule solution passait par un endroit malodorant.
Le colosse se reposa en souriant alors qu'ils viraient des pierres et des briques pour creuser. Bien. Bientôt. Avant le bombardement avec un peu de chance.

De son côté, l'orang outang avait foutu des cables électriques sur la poignée de porte de l'entrée, et il s'arrangeait pour que les fusils sur les fenêtres aient l'air crédible, en gardant la tête baissée.
Trolling time. Surtout pour le singe qui s'était enfariné la gueule. Oh, et pour rigoler... Le classique seau d'eau au dessus de la porte. Il fallait les humilier jusqu'au bout.
©️ By Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 41
☠ Âge du Personnage : 16 ans
☠ Berrys (x1000) : 25260
☠ Fruit du Démon : Koto koto no mi - fruit de l'objet
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4590
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
520 / 999520 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Lun 17 Sep - 21:12

Enfermés dans la mairie, le gratin des commerces et autres établissements de Baterilla se regroupait pour réfléchir à un plan pour s'en sortir. Aucune solution ne semblait venir, bien que tous les neurones chauffaient à plein régime de façon presque palpable. Cependant la marine cernait les environs, il leur était impossible de sortir par une porte sans être vu. Sora proposa alors de déguiser le maire en un banal employé de la ville, mais la marine avait sûrement l'intention de tous les mettre aux fers pour les interroger, la supercherie ne tarderait pas à être découverte en se penchant sur le bonhomme en question. Pendant ce temps, Gray faisait remarquer une odeur familière à ses compagnons de combat, il s'agissait des toilettes qui devaient sûrement se déverser dans les égouts qu'ils avaient évité jusque là. Seul Fitz y était entré parmi eux, Sora était passée par le bâtiment lui-même, mais ils savaient qu'il y en avait en-dessous de leurs pas. De son côté, le maire avait pris son courage à deux mains pour faire un discours pour motiver les troupes, ce qui eut un effet plutôt positif, mais peu visible. Face à tant d'ennemis, beaucoup perdraient courage, en plus les marines ne savaient plus où donner de la tête entre massacrer tout le monde et privilégier la vie des suspects.

Sans plus tarder, Gray se mit à creuser le mur avec son bras valide afin de percer un trou assez grand pour faire passer tout le monde. Si Sora pouvait passer dès les premiers décimètres gagnés, d'autres avaient une plus grande corpulence, il ne fallait laisser personne en arrière, si ce n'est elle-même ironiquement, vu qu'elle pouvait entrer dans les objets comme un tableau ou un tapis qui pouvaient servir à cacher le trou. Malgré ses efforts, le super ours ne parvenait pas à creuser suffisamment pour faire passer la moindre tête, il s'effondra rapidement par fatigue. Sora l'aurait bien aidé, mais il avait pris l'initiative sans lui en parler, elle était arrivée trop tard pour ça. En revanche elle pouvait aider les deux autres volontaires à manier la pioche plus facilement. Avec sa faible constitution, elle ne pouvait pas grand chose, mais avec son pouvoir, elle pouvait rendre la tâche plus facile pour quelqu'un. Ainsi elle entra dans la pioche du prochain à s'y mettre, accompagnant chacun de ses coups dans le mur pour les rendre moins pénibles pour le corps. Après tout ils n'avaient pas spécialement la carrure idéale pour ça, c'était normal de les aider, et ils devaient sûrement lui en être reconnaissants pour ce coup de "main".

Bien que Gray soit en train de se reposer et qu'une autre paire de bras ait pris le relai, la marine avançait de plus en plus, resserrant l'étau. Les premières barricades étaient déjà atteintes par l'un d'entre les ennemis, un officier apparemment vu qu'il ne portait pas d'uniforme. Mais de leur côté, les survivants de Baterilla se donnaient corps et âme dans l'ouvrage en tapant avec leur pioche respective dans le mur. Avec l'idée de Gray de se relayer, on pouvait facilement creuser sans interruption jusqu'à ce que le trou s'agrandisse et permette de faire passer un adulte minimum. Dans tous les cas, les plus volumineux allaient passer le test en premier, histoire que les autres puissent suivre. Régulièrement ces derniers testaient si jamais ils arrivaient à passer, et les mineurs en herbe continuaient jusqu'à en faire passer un. C'était dans ces moments que certains auraient préféré manger une petite salade à midi.

Après de longs efforts, le mur finit par s'ouvrir assez, grâce aux efforts conjugués de tout le monde. Sora n'aurait jamais pensé qu'un mur puisse mettre autant de temps à se percer, ce n'était pas un taudis au moins. Bien sûr les boulets de canon n'allaient pas tarder à prouver le contraire en les perçant comme du gruyère, mais personne n'avait envie d'attendre ce genre de trous avaient de s'enfuir. Surtout pour Gray et Sora qui y avaient échappé de justesse dans le repaire de Carlota, l'éboulement n'était plus une option désormais. Heureusement son pouvoir lui permettait de prendre le contrôle d'objets sans devoir garder son intégrité intacte forcément. La seule chose qui changeait était la solidité conférée à l'objet par sa volonté, mais comme c'était déjà du métal très solide ce ne serait pas douloureux de le frapper contre de la pierre. Avec son bras en écharpe, elle souffrait moins, il fallait justement en profiter pour garder un esprit fort et ne pas se permettre d'hésiter. Après tout il en allait de leur survie à tous, toute l'aide qu'un possesseur de fruit du démon pouvait offrir était autant d'énergie économisée, elle n'avait aucune raison de rester en retrait à cause d'une blessure.


-Je crois qu'on est bon comme ça, Gray, on peut commencer à faire passer des gens à travers. Tu sais avec quoi on va cacher ce truc ? Faudrait pas que les marines nous suivent, pas avant qu'on ait pu décamper.




Mitsuketa onii-chan ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Seconde des Déchaînés


☠ Age : 25
☠ Messages : 96
☠ Âge du Personnage : 29
☠ Berrys (x1000) : 26793
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ XP Dorikis : 2985
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Seconde des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mar 18 Sep - 13:02

Dictature ou République !
La Guerre Civile de Baterilla



- On va se battre, lapine, on va se battre et on posera les questions après.
- Pffff onomatopéetait Ambroisie en souriant.
Encore une fois le tempérament tempétueux d'Hâo allé mener les Déchaîné droit dans le mur, en l’occurrence dans une barricade. Il avait recruté un autre lieutenant, un certain Lihonné. Avant chaque mission avec d'autres marines que les Déchaîné, Ambroisie lisais leur fiche de matricule, pour savoir leurs capacités et leur éventuel antécédent. Elle ne le cacher pas spécialement ni ne cachait ces propres capacités, elle était adepte du partage d'information. Mais là au vu de l'urgence de la situation elle n'avait pas pus lire les fiches de tout les Marin présent sur l’île, sinon elle y serait encore. Tout ce qu'elle savait, était sur les troupes de renfort qui était dans le même bateau qu'elle. Ce n'était pas le cas de ce Lihonné. Il ne porter pas d’arme visible, donc c'était sois un mangeur de fruit sois un martialiste.
- Lieutenant Lihonné ? Si cela ne vous dérange pas, j’aimerais en savoir un peut plus sur vos capacités. Mon commandant est sympa, mais ces stratégies militaires son du genre ... primaire. Donc si je peux l'aider un peu. Elle dit ça d'un air un peu gêné en ce grattent l’arrière de la tête, ce qu'elle disais pouvait dénigrer son ami singe et ce n'était pas le but. Dans un souci d'impartialité et de confiance mutuelle, elle révéla leur propre capacité avant d'être a porté d'oreille ennemie. Personnellement, je suis une épéiste et une Minks, les Minks ont tous des pouvoir électrique, mon commandant en a donc aussi, sauf que lui est un mangeur de fruit du démon, il a mangé le Logia du feu en l’occurrence.


Désormais, les barricades étaient atteintes, Hâo tenta d'en franchir une comme un mal propre. Barricade qui se vengea en faisans explosé un sac de farine a la figure du commandant, lui donnant un faux air de clown en passant.
- Commandant, puis-je suggérer un plan d’action ? Le mieux serait de mettre le feu aux barricades cela fera fuir les ennemies et ...
Mais avant qu'elle nés pus finir d'expliquer son plan, la chaîne de commandement se fit restructurer. 

La Commodore Tarah Connor vint remettre les pendules à l’heure, recentrant tout le monde sur leurs objectifs, ce qui n’entra pas en contradiction avec le plan de Hâo de prendre d’assaut la mairie a huit. Cependant, le fait est qu'un bombardement allait commencer d'ici peu, le prouvaient ces papiers qui tombaient du ciel. Donc, par mesure de sécurité, Ambroisie s’accrocha au bras de Hâo, pour l’empêcher d'aller dans la mairie. Ça ne marcherait pas longtemps, mais ça lui éviterait au moins les premiers boulets de canon. Ambroisie ne voulait pas perdre un Nakama, et tout Logia qu'il était, il n'était pas immortel.
- Bon, le plan que j'ai à proposer est simple. John tu détruit les barricades avec ta force et nous autre, on te couvre, on s’arrête à la dernière barricade qui nous protégera relativement. On pourra donc couvrir la porte sans trop s'exposer à l’artillerie et neutraliser ceux qui fuit de l'édifice. Hâo toi, tu vas sortir tes flammes pour effrayer les ennemies qu'on va dépasser histoire qu'il cherche plus à fuir qu'a nous poursuivre et aussi sécuriser le passage vair la mairie. Bon, ce plan n'est pas parfait, mais s'y on fait une percé les troupes de la commodore vont sûrement suivre alors on ne risque pas trop d’être encerclé. Comme ça, on fonce dans le tas, mais avec prudence. Vous en pensez quoi ?
La Commodore voulait une percée alors Ambroisie proposer d'en créer une, mais le plan était un peut risquer. D’ailleurs, elle ne demander pas son avis à Hâo, mais a toute la petite troupe. 
À un moment Ambroisie cru ressentir une secousse venant du sol, mais après réflexion, ce n’était sûrement dû qu’au mouvement de troupes.
Voyons voir la suite maintenant.




Thème d'Ambroisie
Thème de Combat
Thème d'Exploration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1911-ambroisie-s-alade#10041 En ligne

avatar


☠ Messages : 29
☠ Âge du Personnage : 15 ans
☠ Berrys (x1000) : 6127
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Fruit du Démon : Nope
☠ Haki : Aucun pour l'instant
☠ XP Dorikis : 3292
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
20 / 99920 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 19 Sep - 18:12



Event Baterrila

Etape Finale !



Les menaces du jeune lieutenant n’avaient fonctionné pour le moins du monde, il n’avait réussi qu’à s’attirer les ennuis…. Mais une personne était venu en l’aide du jeune Leone… Il s’agissait d’une personne haute de 3 mètre minimum… Mais il ne faisait pas parti du clan des géants… Il avait des poils… De long poils marrons… C’était un singe… Un mink singe plus exactement ! Les yeux du jeune Leone commencèrent à s’illuminer et il se mit à tourner autour du singe… Il examinait chaque partie de son corps…. Chaque parcelle de poil qque possédait le mink… Le jeune homme n’allait surement pas s’arrêter maintenant… Continuant de tourner frénétiquement autour du singe… Il avait oublié tout ce qu’il y avait autour de lui et il commença à dessiner !

" Oh mon dieu voici le dieu singe en personne ! Vous faites combien de mètres exactement ? Vous êtes le chef des minks ? Ooooooh ! Votre électro est aussi puissant que tout le monde le dit ? Dans quel sens brossez-vous vos poils ? Géniaaaaaaaaaaaal ! J'ai trop bien fait de venir à Baterilla en fait ! "


Dessinant sans s’arrêter le jeune lieutenant avait perdu tout notion du temps… Et de l’importance de la mission qu’il lui avait été confié ! Plusieurs soldats… Qui malheureusements connaissaient très bien John… Et savait parfaitement que quand il était dans cet état… Rien ne pouvait déranger le lieutenant tant qu’il n’aurait pas terminé d’écrire… Le jeune homme était donc en train de dessiner dans un moment crucial pour la marine… Elle est belle la relève nan ? Plusieurs soldats s'était approché de l’enfant, le secouer, le faire bouger... Mais rien ne fonctionnait, il refusait catégoriquement de lâcher sa feuille et continuait d’écrire sans bouger ? Pourquoi… Il avait surement une de ces idées de génie qui n’apparaissait que dans les pires moments.

Le jeune homme avait oublié la présence des deux minks présent en face de lui, il était tellement absorbé par son dessin… Qu’il en oubliait même la politesse… Du John Leone tout craché !

" Ça c'est toi ! "


Dit-il en pointant le singe et en lui montrant son dessin !


" Et ça c'est toi  ! "


En regardant maintenant la lapine avec ses grand yeux remplies d'étoiles !


Lihonné…. Lihonné… Lihonné… Le jeune lieutenant était tellement omnibulé par le mink singe qu’il en avait oublié ce qu’il devait faire… Il se réveilla subitement en écoutant les paroles de la lapine...

" Je suis un pur martialiste ! Et concernant ton plan je n'ai aucune objection, je suis prêt. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1338-john-leone-l-elu

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 22 Sep - 10:02

Hâo n'ayant pas répondu dans les temps, son tour est sauté !

N'étant pas à 6h près, tu as jusqu'à la fin de journée pour poster, faute de quoi ce sera au tour du PNJ.

[rappel : vous avez 48h pour poster pour chaque tour, nous veillerons dès à présent que ce délai soit respecté]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 22 Sep - 19:19





Dictature ou République !


La compagnie Bravo cerne totalement la place. Il paraît peu probable que Zyraq s'en sortes vivant cette fois-ci. Le temps passe et Connor, Comodore et chef des opérations reçois l'avis d'une dizaine de soldats spécialisé dans ce genre de situation. Connor avise le Commandant. Pourquoi venir l'embêter avec de pareil détails ?

"-Crévindieu. C'est point compliqué ma petite. Tu fais ton job ! Pas besoin de mes ordres ! La mission est claire, suffit de prendre d'assaut cette étable ! Euh mairie."

Connor avait clairement d'autres chats à fouetter et Hâo l'avait bien compris en avançant droit sur les barricades. Les conseillers s'étaient rapprochés du Commodore pour souligner une faille importante dans le réseau, la possibilité pour les ennemis de d'échapper au blocus mis en place en empruntant le réseau d'eaux usagés. Il était hors de questions pour le Commodre de laisser la moindre chance à l'adversité, Tarah Connor était réputée pour être une femme implacable et elle le serait. Les ordres fusent aussitôt.

"Je veux des gars à chaque bouche dégoûts. Qu'ils préparent des barricades dans les souterrains à chaque intersection et qu'on commence à placer de la dynamite. Il faut tout faire sauter ! Et préparez-moi des feux là dedans, faut les enfumer ces tocards. Je vais leur apprendre à traire les vaches moi de bleu !"

Aussitôt dit, aussitôt fait. Des dizaines de soldats se dirigent dans les égouts et s'apprêtent à faire sauter les tunnels d'évacuation qui relient le Mairie au reste de l'île. Mais Zyraq pouvait-il vraiment aller dans les égouts ? Sait-il seulement que tout ceci est possible ? Aucune chance de le savoir réellement, de ce fait Connor prends un risque considérable en divisant ses forces, mais elle a toute foi dans le professionnalisme de la Marine mais aussi, dans leur volonté de faire régner l'ordre et la justice. De nouveau, les Martins-pêcheurs facteurs déversent une pluie de tract annonçant le bombardement imminent. Il ne reste plus qu'une dizaine de minute avant que les navires ne soient en position pour pilonner la zone. Un coup de bluff de Conor ? Ou une réalité imminente ?

La situation se resserre, tout est plus oppressant pour les défenseurs de Zyraq et la mairie sera condamnée. Les échanges de tirs, les effusions de sang, tout ceci semble irréel.

Mais au-dessus de la mairie, une ombre se dessine, les haut-parleurs installés plus tôt se mettent à grésillé pour offrir un tout nouveau spectacle.


"Puis-je avoir votre attention s'il vous plaît ? Puis-je avoir votre attention s'il vous plaît ? Nous allons avoir un problème ici !"


Des centaines de milliers de paires d'yeux s'étaient alors dirigés vers le sommet de la mairie. Un petit homme blond sort de l'ombre, micro en main, une épaisse chaîne en or autour de son cou arbore en grand les lettres "FM".

"Yo les mecs ! C'est moi Amanem le plus grand disciple de 50 Berrys ! On est là pour un concert de folie ! Qui fait les backs ? Je suis le véritable Amenem et je suis de retour pour une tournée sur les Blues les neg... Les gars..."

A la fin de ce petit speech, la Tour des Francs-Marins, Amanem fait un gigantesque doigt d'honneur à la foule avant qu'une armada de Franc-Marin n'investisse les toits et se mette à faire feu sur l'ensemble des marins en contre-bas. Mais ce n'est pas tout, Mr Fook. Tour des francs-marins et responsable des opérations sur les Blues prends à son tour parti dans la bataille.

"Nous ne laisserons pas la tyrannie et Carlotta l'emporté. Zyraq n'a rien à voir avec nous, mais nous devons lutter !"

Le mink Koala s'était rapidement retrouvé sur la place centrale, en costume du CP9 comme en témoigne son passé d'assassin du Gouvernement Mondial. Il dirige l'ensemble des troupes des troupes Francs-marins présentes et il est désormais le seul rempart pour protéger la fuite de de Zyraq qui avait déjà rejoint Sora et Gray.

L'équilibrage des forces est fait ! Mais que va penser la Marine désormais ? Les Francs-Marins sont t-ils vraiment de mèche avec Zyraq ? Est-ce là une nouvelle façon pour les Francs-Marins d'assurer leur présence, de démontrer que l'attentat du Cap des jumeaux n'était qu'une mise en garde ? Que va t-il se produire désormais ? La guerre civile est ici, elle est là et l'issue semble de plus en plus incertaine maintenant.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 26
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 23970
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 3750
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
485 / 999485 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 23 Sep - 10:58



Alors que Kiko essayait d’exposer son plan à la Commodore, elle fut rappelée à la réalité par la réaction de cette dernière. Elle se souvenait à nouveau pourquoi la Marine était une chose qu’elle n’aimait pas particulièrement. Entre cette apparence de justice qui en était rarement et les gradés se prenant pour des dieux inaccessibles, la jeune femme aux cheveux violets n’y voyait rien de très intéressant et c’est donc avec un visage assez neutre, voire même totalement inexpressif, mangeant seulement un bâtonnet frit qu’elle écouta les paroles de sa supérieure. En tout cas, Tarah Connor ne semblait pas être la plus intelligente des Marines car prendre d’assaut la mairie alors que le bombardement allait avoir lieu, ce n’était pas forcément la chose la plus raisonnée à faire. Enfin bon, si telles étaient ses instructions, autant que le macaque qui semblait bien déchaîné le fasse tout seul. De son côté, Kiko entendait bien rester en retrait afin d’éviter qu’un élément perturbateur ne vienne pas à s’échapper du bâtiment.

Avant de quitter l’endroit où se trouvait la Commodore, la jeune agent du Cipher Pol écouta le rapport du soldat indiquant une possible fuite par les égouts. En entendant les ordres de Connor, il n’y avait pas grand-chose à craindre de ce côté. D’ailleurs, il était surprenant de voir que les soldats agissaient nettement plus rapidement suivant qui donnait les ordres. En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, chaque bouche d’égout était déjà ouverte et prête à être démolie. En regagnant son poste, la jeune femme arborait toujours un gentil sourire lorsqu’elle écarta plusieurs soldats se trouvant non loin d’une bouche d’égout.

« Si vous restez là et que ça s’effondre, vous serez blessés pour rien. Faites attention. »

Les trois soldats étaient un peu perdus avant de finalement comprendre leur bêtise. Ils remercièrent la Commandante Tama Kirr en s’inclinant poliment, leur moral remonté à bloc. Arrivée en bas de l’immeuble dans lequel elle comptait remonter sur les toits, Kiko eut la surprise d’assister à l’apparition d’un homme sur le toit de la Mairie. Les Franc-Marins avaient donc décidé d’intervenir à leur tour. Ce n’était pas forcément très intelligent vu les fausses preuves apportées mais bon, ce n’était pas plus mal pour donner un peu plus de crédit à cette histoire. Malheureusement, Amanem n’était pas venu seul et une fois sa présentation terminée, des ennemis apparurent sur les toits et tirèrent sur les soldats en contre-bas. La situation commençait à échapper à son contrôle et tout cela à cause de cette Commodore stupide qui n’avait pas compris le risque de prendre d’assaut cette mairie. Avec une stratégie plus défensive, le résultat aurait très certainement été des meilleurs. Enfin bon, ce n’était pas le temps de remuer la merde et tout en avalant ses bâtonnets frits, elle monta les escaliers menant au toit, suivie par une trentaine de soldats. Arrivée en haut, elle constata que l’ancien membre du Cipher Pol, Mr.Fook se trouvait également sur la place de la Mairie. Les choses se compliquaient grandement entre le passé d’agent de Siraq et maintenant l’arrivée du Mink qui avait trahi les siens, c’était un peu gros comme situation. Peut-être que finalement, Siraq était resté en contact avec Fook et qu’il était là à sa demande au final.

Enfin bon, il fallait maintenant remotiver les troupes et surtout permettre à chacun de se repositionner pour la suite du combat qui promettait d’être particulièrement rude. Histoire d’ouvrir la voie aux soldats l’accompagnant, la jeune femme donna un puissant coup de pied devant elle qui vu sa vitesse et sa force créant une lame de vent. Ce coup blessa plusieurs franc-marins sur les toits à droite de la mairie, laissant des positions libres pour les hommes de la Commandante Kirr. Immédiatement, elle enchaîna plusieurs « Pieds fantômes » afin de surprendre ses ennemis tout en les neutralisant. Assez rapidement, elle commençait à reprendre les toits, réduisant grandement les tirs sur les soldats présents au milieu de la place qui se protégeaient tant bien que mal derrière les barricades. Afin de se laisser un peu d’espace, Kiko envoya à nouveau une lame de vent avec sa jambe, avant de se montrer sur le bord du toit, gardant en main le corps d’un franc-marin pour se protéger des tirs. Souriante, elle se mit à crier afin qu’on puisse bien l’entendre.

« Si certains avaient encore des doutes sur le statut du maire dans la Franc-marinerie, cela n’est plus permis désormais ! Notre devoir est d’arrêter cette folie qui vise la destruction du monde !!! Ce Gray a essayé de vous embrouiller tout à l’heure mais au final, il devait savoir la vérité, sans quoi il se rendrait immédiatement en constatant avoir été abusé ! Maintenant, faites régner la justice et combattez pour l’étendre où les criminels essayent de l’obscurcir !!! Pour la Justice !!!! »

Suivie par les hommes qui étaient montés avec elle sur le toit et qui criaient leur motivation suite au petit speech de la Commandante, Kiko continua à éliminer les franc-marins sur les toits à droite de la mairie. Elle pouvait déjà voir Amanem de plus près et avec lui, le combat difficile, voire impossible qui l’attendait. A ses yeux, son unique solution était de le garder le plus longtemps possible sur le toit de la Mairie, histoire qu’il soit frappé par les bombardements. Elle continua sa progression, jusqu’à avoir dégagé complètement les hauteurs pour laisser ses hommes s’y installer à leur tour et tirer sur les franc-marins. De son côté, elle jeta un œil à Mr. Fook, voyant en lui un adversaire clairement supérieur à son niveau. Il fallait espérer que la Commodore l’occupe un peu. Son regard se posa ensuite sur Amanem qui devait être maintenant à une trentaine de mètres d’elle désormais. Il fallait espérer que d’autres soldats viennent lui prêter main forte car sans ça, elle n’était pas sûre de faire le poids.
Techniques:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 112
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 30684
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Armement apprenti
☠ XP Dorikis : 6179
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
45 / 99945 / 999
☠ Karma :
515 / 999515 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mar 25 Sep - 10:02



Contrairement à ce que pense une certaine Cypher Pol, poser des charges de manière à faire effondrer des égoûts est un travail un peu plus long que simplement "poser les charges". Il faut savoir où les poser. Juste les poser sur la bouche ne marchera pas car cela ferait exploser vers l'intérieur les égoûts et ferait même donc une meilleure solution même pour sortir des égoûts. Trop loin dans les tunnels et ils font exploser la maison au dessus. Donc, déjà, savoir où les placer, c'est compliqué. Savoir quel type d'explosif on utilise : C4 ou Dynamite ? Ou même autre chose. Non les grenades ne sont pas efficaces, car ce n'est pas tant l'explosion qui est puissante mais les shrapnels et les billes à fragmentations qui te transpercent de part en part.
Ici ? Vu l'humidité des lieux, Gray déconseillerait la dynamite. Tout simplement car le temps que  la mèche atteigne la dynamite, l'humidité aura réduit grandement l'efficacité des barres. Sans compter qu'il fallait également prévoir la mèche pour se mettre à l'abri des explosifs. C'est peut-être pour ça qu'il y a un job spécialisé pour ça chez les militaires. Parce que ce n'est pas simple.

Donc non. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, les Marines construisent les barricades POUR AVOIR LE TEMPS de préparer convenablement l'explosion.

Du coté de Gray en revanche, les bruits de la Franc-Marine se battant contre la Marine et les annonces d'Anamem se faisait clairement entendre. Gray releva la tête. Il réfléchit un instant... C'était... Vraiment une bataille de gamin. Deux groupes se castagnait la gueule pour une zone, pendant qu'une troisieme regardait en se marrant et en se frottant les mains d'un air machiavélique.
Oui, il avait déjà vu ça. Comme on l'a déjà vu, et établi même, Gray est très simple. Si un problème apparaissait mais qu'une solution avait déjà marché... Il n'hésitait pas à la réutiliser. La dessus, il était très animal : il n'avait pas réellement besoin de réfléchir. Il savait. Il savait comme un chien savait qu'on menaçait son maître.

"On en profite pour choper Carlotta."

Gray s'attendait aux regards... Il les rendit.

"Imaginons qu'on aide les marines face aux Francs-marins. Sont tellement cons, et venant de moi ca veut dire quelque chose, qu'ils risquent de nous tirer dessus quand même. Si on aide les Francs-Marins ? Vu le nombre de Marines, ils ont appelé des renforts du QG de la mer."

"Oook ?"

"Je voulais être MARINE, à la base je te rappelle. Si on les nique, Baterilla va se prendre une ARMADA. Le but c'est de restaurer la paix.
Maintenant, le fait que la Marine veuille la peau de m'sieur Zyracq au moment où Carlotta est le plus vulnérable, n'est sûrement pas une coïncidence. Si on la fout au sol, on peut convaincre la marine de l'innoncence de m'sieur Zyracq et restaurer la paix en ville.
Aussi, on tapera des méchants. Donc qui est avec moi ? Nan je dis ça car les civils, levez la main ?
"

Les voit la lever et hoche la tête.

"On va pas les traîner dans un combat qui n'est pas le leur. C'est des civils. Je prend que les volontaires avec moi."

Le colosse suait. Si les rumeurs sur Carlotta étaient vraies... Alors il devrait faire appel à la Bête et il n'était pas sûr honnêtement que cela suffise. Pas sûr du tout. Surtout s'il devait s'occuper des sbires avant. Gray avait besoin d'aide et il le savait.

"Bien. Maintenant première étape : on passe les barricades. On pourra ressortir ailleurs, plus tard..."

Fit le colosse en clopinant vers celles-ci.
Là, le Colosse serra les dents, et malgré son entorse, fonça sur les marines. La douleur était là, présente et puissante. Mais on parlait d'un homme qui avait appris à se muscler en frappant la pierre. Qui s'était sorti d'un trou à coup de poings. Quand ses mains s'étaient brisées, il avait utilisé ses pieds, puis sa tête.
La douleur était une vieille amie qu'il avait appris à ignorer quand il le fallait.

Un des Marines vit le petit gros qui arrivait vers eux, à une vitesse surprenante pour le gabarit ... Mais bien moindre de la vitesse de pointe de Gray.

"Ennemi repéré !"

Hurla-t-il en tirant sur Gray. Ce dernier était toujours dans son état qu'il appelait "Le Mur", et la balle lui percuta les côtes, lui arrachant un bruit de douleur...
Mais il avança.
Les Marines virent la jambe leur foncer dessus, et déglutirent.

"DA KICK !"

Gray avait frappé de sa jambe avec l'entorse pour deux raisons. Une, c'était qu'elle ne pouvait pas servir d'appui. Deux, il ne pouvait pas frapper à pleine puissance avec elle, et cela tombait bien, il ne voulait pas tuer les marines.

"ALLEZ LES GARS ! C'EST LE MOMENT DE POUSSER ! Pour Baterilla ! A bas Carlotta !"

Résumé:
 
©️ By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 41
☠ Âge du Personnage : 16 ans
☠ Berrys (x1000) : 25260
☠ Fruit du Démon : Koto koto no mi - fruit de l'objet
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4590
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
520 / 999520 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 27 Sep - 6:26

Une fois dans les égouts, la puanteur évidente mise de côté à cause de la situation dramatique, le groupe de fortune progressait à son aise, ne souhaitant pas faire comprendre à l'ennemi qu'il se trouvait là. Malgré tout, de nombreux bruits de pas se faisaient entendre au-dessus d'eux tous, ainsi qu'à de grandes distances, là où il n'était censé y avoir personne. Apparemment les marines avaient eu une prémonition en allant surveiller les égouts, ils étaient décidément très forts pour avoir deviné ça sans que rien ne le laisse penser. Gray venait tout juste de proposer son idée, et il n'y avait aucun escargophone dans la pièce qui pouvait les avoir informés à distance de leur stratégie.

Malgré la marche, le froid se faisait nettement sentir dans cet endroit humide et depuis toujours à l'abri de la chaleur ainsi que de la lumière du jour. Sora grelotait un peu, mais elle se forçait à avancer pour obtenir la vie sauve, les marines n'avaient pas une patience légendaire, de ce qu'elle avait pu observer mainte fois. De ce fait, il allait tôt ou tard y avoir des tirs à vue sans poser de question, ou les poser mais après, à des cadavres, ce qui revenait au même. En revanche Gray lui réchauffait bien les troupes avec sa détermination, il avait même envie de se faire Carlota dans la foulée, alors qu'il était déjà bien arrangé par l'éboulement du repaire pirate de tout à l'heure. Sora n'aurait jamais pensé qu'il perdrait la raison alors que la chance leur souriait enfin, tomber droit dans la gueule du loup en pensant rétablir la paix. Pourtant la violence engendrait toujours plus de violence, si personne ne choisissait la non-violence ça s'escaladerait très vite et les cadavres se compteraient par centaines dans une sanglante échauffourée générale. De ce fait, Sora rejoignit Gray, mais pour le retenir en empoignant ses vêtements à sa hauteur avec sa main valide. Elle avait vraiment un mauvais pressentiment à ce sujet, elle ne voulait vraiment pas laisser tous ces gens courir à leur mort certaine.


-S'il te plait, renonce à Carlota, on ne sait pas si elle est dangereuse ni même si elle est sur l'île, peut-être que tout le monde vous attend déjà à la grand place. Si on fuit, il n'y aura pas de victimes parmi nous, les marines tireront sur un bâtiment vide et le temps qu'ils comprennent qu'on est ici, on sera déjà en mer.

Dans ses répliques, Sora donnait déjà sa réponse, non seulement parce qu'elle le retenait, mais parce qu'elle se désolidarisait du groupe en utilisant la deuxième personne du pluriel. Elle aurait aimé rajouter que les égouts étaient un de ses rares points faibles, à part quelques cailloux il n'y avait que de l'eau, et le solide était d'une taille immense et sous terre, il les entourait à chaque pas. Cependant Gray devait se douter que son pouvoir ne favorisait nullement les combats, et de toute façon elle ne souhaitait pas avoir de prime en se lançant dans une bataille aussi grande, même en adaptant son pouvoir au combat de façon à assurer quelques minutes. C'était pour ça qu'elle voulait non seulement rester dans la stratégie de fuite mais aussi que Gray reste avec tout le monde, avec le maire notamment, qui lui voulait sûrement quitter l'île au plus vite. De toute façon le repaire de Carlota n'était qu'un vaste amas de gravats et son trésor -si tant est qu'il existe- était sûrement aussi dans le même état.

En attendant de rejoindre une sortie assez proche de la mer, ou assez loin de la grand place en tout cas, il fallait passer des barricades. La demoiselle n'avait aucune idée d'où ça pouvait venir ni à quoi elles ressemblaient, mais les marines eux tout le monde savait comment ils étaient. Ainsi Gray n'attendit pas pour foncer dans le tas et projeter les quelques gardes contre les parois avec sa force brute, malgré sa jambe abîmée qui n'allait pas guérir de sitôt avec ça. Sora aurait bien aimé protéger les employés de la mairie, ceux qui voulaient fuir et non s'engager dans la guerre fermée, mais son corps ne pouvait qu'épargner les organes vitaux du bas de l'abdomen, et d'une seule personne. Après tout son pouvoir ne lui permettait pas d'entrer dans des objets autres que purement solides, à moins de congeler toute cette eau elle ne pouvait rien faire d'autre que se plaquer contre une paroi en espérant que les balles passent devant elle si jamais les marines ouvraient le feu. Dans tous les cas Sora encourageait Gray malgré que ce soit une solution de violence, une entorse de plus ou de moins n'allait pas changer grand chose.


-Si tu emportes tous les gros durs avec toi, il n'y aura plus que moi pour protéger les employés du village, et je tiens à peine sur mes jambes. On a trouvé le trésor et on a protégé le maire, la mission est déjà accomplie, tout ce qu'on a à faire est de se mettre à l'abri et se reposer.




Mitsuketa onii-chan ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Seconde des Déchaînés


☠ Age : 25
☠ Messages : 96
☠ Âge du Personnage : 29
☠ Berrys (x1000) : 26793
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ XP Dorikis : 2985
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Seconde des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 27 Sep - 18:15

Dictature ou République !
La Guerre Civile de Baterilla



Le plan était expliqué et pendant ce temps l’autre lieutenant dessiner. Ambroisie était vexée, est lancer des regard noir a John. Mais le pire, c'est quand il montra le fruit de son enfantillage à Ambroisie.  

Hormis le fait que c’était bien dessiné techniquement… 
- C’EST QUOI CETTE HORREUR MARRON ? ET POURQUOI TU M'AS DESSINER NUE ? 
Ambroisie lui mit une claque doublée d’un Électro, elle était tellement vexée sur le coup qu’elle ne mesura pas sa force et envoya, les voltes à fonds, ça ne l’assommerait peut-être pas, mais ça lui collerai une petite migraine. 
Mais très vite, cette petite bévue fut interrompue par une balle qui ricocha au sol entre eux deux. À partir de la, tout s’accéléra. Les Marines qui s’étaient éparpiller sur les ordres de la commodore entrait en panique à cause des Franc Marin qui avait pris position sur les toits. Un rappeur du dimanche qui y avait également pris position, et un dernier gradé Franc-Marin qui avait une particularité des plus délicate pour Ambroisie, c'était un Minks. Minks contre Minks, ça n'en gêné pas certain, mais Ambroisie refuser de combattre un autre Minks en dehors des entraînements. Elle resta bloquer sur lui qu'elle que instant. Assez pour entendre ce qu'il avait à déclarer. Il disait que le maire ne leur était pas lié, mais qu'il devait tout de même luté contre Carlotta. Alors question ? Pourquoi ne pas aller directement l'attaquer ?
En réalité, ce n'était pas important par rapport à la deuxième chose qu'avait entraîner la déconcentration d'Ambroisie.  
Un coup de bâton, en plein sur l’épaule, le choc fut si violant que cela fit tomber Ambroisie. L'épaule endolorie ne l’empêcha pas de se relevait et de lancer un Kasaha, Tatsumaki qui, au premier tour permis de couper l'arme et au deuxième d’assommer l’agresseur. Cependant, ce n'était pas le seul, les hommes de Zyraq caché derrière les barricades commencèrent à se sentir pousser des aile et attaquèrent. Ajouté à cela les Francs-Marins qui tiré du haut de leur perchoir. Et le moment ou un des cinq soldats qui suivait Hâo répandit sa matière grise sur le sol. Ambroisie compris qu'il était temps de... 
- On se replie, sauf contre-ordre abrité vous dans les bâtiments, on va se battre, mais a couvert. 


Une fois rentré dans les bâtiments civils qui entouré les lieux, et avoir mis en retrait les civils en question, Ambroisie ne prit pas le temps de soufflet pour autant. 
- Soldat... Comptez-vous ! 
1 2 3 4 5 6 7 8 9 etc les soldat obéir ce qui permis de savoir qu'elle disposer de 35 soldat subalterne, elle avait perdu Hâo et John de vue. Mais temps pis, il fallait faire avec. 
- Soldat, les tireurs se mette aux fenêtres et tire sur tout ce qui n'a pas un uniforme de la marine, essayé de neutraliser pas de tué. Les autres avec moi, on va dégager les étages puis les toits. Reprendre les toits est une obligation pour reprendre l'ascendant. Sans ça, on risque de perdre la guerre, et c'est hors de question. elle avait pris un air vachement sérieuse, même de son petit gabarie elle utiliser toute sa prestance disponible, mais ce ne fut pas suffisant. 
- Lieutenant, pourquoi essayer de les neutraliser alors que nous devrions les tués tout simplement. 
- Par ce que sur un champ de bataille, un soldat blésé équivaut bien souvent à un soldat mort, de plus, il faut mobiliser des ressources logistique pour leur porté secoure, ces plus bénéfique pour nous. Et puis, dois-je vous rappeler le mot que nous défendons tous ? "Justice" ça ne vous dit rien ? Ces homme tout criminel qu'il soit on le droit a un procès, les tués comme ça ferait de nous, les accusateurs, juré, juge et bourreau, ce n'est pas l'idée de la justice ça. Effectivement, si vous n'avez pas le choix faite le, mais dans le cas contraire abstenez vous. D'autres questions ?  
Elle avait réussi à clouer le bec au soldat alentour. Maintenant, il fallait agir, jusqu'au retour d'Hâo elle prenait les choses en main pour enfin avancer.
- Soldat, en avant. 


Les premiers étages furent sécurisés assez vite, a par des civils effrayés rien d’inquiétant. Qu'elle que Franc marin au dernier étage, mais rien comparait aux dizaines de soldats ennemis sur les toits. Ambroisie n'avait plus qu'un bras encore en états, le muscle de l'épaule était choquer et donc crispé pour au moins encore 5 minute, le bombardement aurait lieu dans huit minutes. Il fallait reprendre l’ascendant dans ce laps de temps. 
- Soldat, resté derrière moi et attendait qu'ils aie tout tiré avant d'attaquer pendant qu'ils rechargent, 3, 2, 1, GO ! 




Ils sortirent d'un coup, Kasaha ouvert, sans servant comme bouclier arrêtant les balles tiré par surprise, après que la première salve ennemie soit tirée, les qu'elle que soldat qui resté se jetèrent à la bataille. L'effet de surprise ne dura qu'un temps, très vite la supériorité numérique des Franc-Marin joué contre eux. Ambroisie du assumer sa stratégie, mais si les toits n'étaient pas dégagés, les troupes au sol n'avancerait pas ou les pertes serait trop nombreuse. Il fallait que sa passe. Malgré l'épaule choquer elle donna le maximum. Chargeant son Électro dans son épée grasse au Kasaha, Electro, et coupa dans le vif. Ils étaient en guerre donc tuée n'était pas grave en sois surtout contre le grand ennemi du gouvernement. Certes, un soldat blésé était plus avantageux qu'un mort pour plein de raison, mais si c'était "sois eux sois nous" le choie n'était même pas en discutions.  
- Autorisation de tué, dit-elle en enfonçant son épée dans la gorge d'un premier Franc-Marin, avant de donner un coup horizontal dans la tête d'un deuxième sans avoir préalablement retiré sa lame. Une très impressionnante gerbe de sang éclaboussa tout les toi, les Marins les Franc-Marins, Ambroisie, tout le monde. Cela s’accompagna d'un regard froid et déterminer de la lapine qui glaça le dos des plus faible. 
Ainsi Ambroisie commença à dégager le toit du mieux qu'elle pouvait, la, tranchant certain, en faisans tomber d'autre des toit pour qu'il meurt plusieurs mettre en contre bas. Mais sa force avait des limites, ils étaient en sous-effectif coté marine et malheureusement Ambroisie devait être la plus faible des Lieutenant, même si plus fort que la plupart des sbires de ce toit, elle finie par trouver la limite de ce qu'elle pouvait faire seul. Alors que le toit était à moitié dégagé Ambroisie se trouva face à un ennemi avec un marteau de guerre. Ambroisie avait réussi a le bloquer, mais maintenant le Franc-Marin la pousser inexorablement vair le vide. Une telle chute pour elle ne serait pas bien grave, avec sa détente elle pouvait se rattraper et sans sortir sans trop de dégât, mais elle laisserait ces hommes restant sur le toit et il ne tiendrait pas. Le toit serait à nouveau perdu, tout ce qu'elle aurait entrepris en ce jour serait vint et c'était hors de question. Du haut de sa faible force et de son seul bras valable, elle résista pour ne pas être poussée hors du toit. Sa volonté était telle qu’elle réussie même à se mettre a force égale, mais elle n'était qu'à une tuile du vide au moment ou elle arrêta de reculer et elle ne pouvez pas inverser la vapeur, elle pouvait sentir ces muscles au bord de la déchirure, au point même de se mettre a crié, pas de douleur, mais de détermination. Mais voilà, elle ne tiendrait pas les cinq minutes qu'il restait avant le bombardement. Maintenant tout ce qu'il resté à savoir, c'est ce qui lâcherait en premier, la détermination, ou les muscles... Ambroisie était face à un combat qu'elle ne pourrait gagner seule...  



Thème d'Ambroisie
Thème de Combat
Thème d'Exploration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1911-ambroisie-s-alade#10041 En ligne

avatar


☠ Messages : 29
☠ Âge du Personnage : 15 ans
☠ Berrys (x1000) : 6127
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Fruit du Démon : Nope
☠ Haki : Aucun pour l'instant
☠ XP Dorikis : 3292
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
20 / 99920 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Lun 1 Oct - 23:02



Event Baterrila

Etape Finale !



Fière de son dessin et souriant… Voilà comment était l’actuel green lieutenant de la marine. Il était tellement content d’avoir pu montrer son art ses deux nouveaux amis… Enfin c’était un bien grand mot. Mais après cette guerre civile, le marine vert contait bien en apprendre plus sur ces “Minks”. Surtout sur le commandant Hao qui avait vraiment impressionner le petit homme vert. Par contre concernant l’autre lieutenant… John avait compris que le dessin qu’il avait fait n’avait vraiment pas l’air de lui plaire. Il avait vu la baffe arriver, mais tout d’un coup… Il sentit une douleur parcourir son corps… Il se fit vivement électrocuté par la lapine ce qui avait pour effet de le déstabiliser. Mais ce qui avait vraiment fait mal à John… C’était la critique qu’elle avait fait sur le dessin de l’homme vert. Pourquoi ? Personne ne le saura, mais vexé, John partit s’allonger au sol, position foetale et suçant son pouce ! Il venait littéralement d’être mis hors-jeu par la lapine. Ahlala… La jeunesse…

" Elle... Elle... ELLE ME DÉTESTE MOI ET MON DESSIN ! "


Apparement… John ne voulait pas grandir… Il allait rester un éternel enfant… Sans possibilité d’évolution. Mais il y avait une chose qui sortit John de sa position… Il avait vu des gens… Entendus des mots. Des Francs-Marins… Ou FM comme on dit. Le maire les avait donc trahi ? John qui avait essayé de défendre cet homme. Voyant une once d’espoir… Pour que cet homme soit quelqu’un de bon… John c’était donc tromper. Le noir total. John ne voyait plus rien. Il n'entendait plus rien. Il était comme coupée de ce monde… Il était dans une autre dimension, il ne comprenait plus rien. Tout était bouleversée par la vue des FM. Il fallait qu’il en sache plus. Il voulait vraiment connaître le fin mot de l’histoire. Mais il ne savait vraiment plus quoi faire. Il n’allait vraiment pas être pris au sérieux cette fois-ci à cause de ce qu’il avait dit. Lui qui voulait protéger autrui… Qu’allait t’il faire ? Non, cette fois pas de pitié. Il allait vaincre les FM et connaître le fin mot sur cette histoire. Il n’aura jamais l’esprit tranquille s’il n’avait pas toute les infos sur cette guerre civile de Batterilla.

Colère.
Rage.
Haine.

John se mordit la langue… Laissant couler un peu de sang sur la bouche du Leone. La bonté elle-même avait succombé à la colère. Mais il n’allait tuer personne. Il n’était pas de ce genre-là. Il observa le terrain. Un membre de la marine s'était occupé de nettoyer un toit. John allait s’occuper du restant. Il n’allait surtout pas rester les bras croiser… Surtout au vu de tout ce que John avait vu. Il se sentait trahi… Trahi par son père, par son frère… PAR TOUT LE MONDE. Il n’avait pas envie de parler. Juste de quitter cet endroit et de dessiner. Dessiner jusqu’à-ce-qu’il en tombe de fatigue. Mais il y avait quelque chose qu’il avait entendu qui avait fait reprendre ses esprits au Leone. Autorisation de tuer. John avait bien entendu ? Qui avait prononcé ses mots ? Non… NON… Pas elle… Elle aussi… Elle était comme les autres.

Hypocrisie.
Traîtrise.

John était littéralement en train de devenir fou. Heureusement qu’un des soldats sortit le lieutenant de sa folie temporaire en prononçant ses mots.

-          Lieutenant ! On à trouver l’endroit parfait pour poser les bombes ! Faites passer le message à la commodore !

" Faites passer l'ordre le plus rapidement possible ! Aucun retard ne sera tolérer. "



Une fois l’ordre donné, John regarda un peu autour de lui. Un commandant s’occupait d’un des toits. Dans l’autre… John avait vu Ambroisie qui était sur le point de tomber. Il pris impulsion de ses jambes… Tsutenkyaku | Coup de pied céleste ! Sautant de toute la puissance dont il pouvait faire preuve…  Il sauta et attrapa Ambroisie qui allait tomber. Tel un héros… Mais cette fois-ci… Rien. Il l’à regarda froidement. On pouvait même apercevoir du dégoût dans ses yeux. C’était la première fois que John Leone se comportait comme ça avec quelqu’un.

Supériorité.
Faiblesse.
Mort.

" Le droit de tuer ? Hein ? De quel droit tu te donne la possibilité de prendre la vie de quelqu'un. Il fait peut-être parti de la Franc-Marinerie, mais il a peut-être une famille composé d'honnête citoyen. On est censé représenter la justice ! Quelle exemple donne tu de la marine ?! Ta vie vaut plus que la sienne ? Si je ne t'aurais pas rattraper, qu'aurais tu fais ? Mais bon, de toute façon on réglera ça plus tard. Je t'aimais bien mais franchement là... Tu me déçois. Tu ne vaut même pas ton grade de lieutenant. "


Frappant un soldat qui fonçait sur lui et Ambroisie avec ardeur… John était entrer dans la bataille. Il éliminait les soldats un par un, il essayait de se contrôler le plus possible pour ne pas les blesser. Il débarrassait le toit de tous les ennemis qu’il voyait. Les enchaînait le plus rapidement possible à l’aide de ses pieds destructeurs qui balayait et ravageait tout sur leurs passage.Doroppu Kikku | Puissant coup de pied ! Une fois terminé. John prononça ses dernières paroles.

" Maintenant que c'est propre. Que tout les tireurs se placent. Restez sur vos gardes. "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1338-john-leone-l-elu

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 3 Oct - 16:25

Hâo n'ayant pas répondu dans les temps, son tour est sauté !

deuxième avertissement, il est exclu. C'est au tour du PNJ maintenant !

[rappel : vous avez 48h pour poster pour chaque tour, nous veillerons dès à présent que ce délai soit respecté]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 3 Oct - 17:36





Dictature ou République !


"Wooo j'ai assez de vices pour bricoler vos tronches les Marines ! Ahaha faut que je la note celle-ci !"

Amanem réalise un parfait saut de l'ange depuis le toit de la Mairie avant de faire tournoyer son micro dans le vide et de s'accrocher au porte drapeau de la façade pour ralentir sa chute. Une fois en l'air il se dirige comme une furie vers John et Ambroisie sur le toit opposé en utilisant son micro comme un fouet et un lasso. Il arrive rapidement à hauteur de ses deux adversaires, il avait clairement identifié John comme un danger direct ! Agitant de nouveau son micro, il met plusieurs soldats K.O, certains chutent inconscient dans le vide, tandis que d'autres passent à travers le toit, les briques ayant du mal à supporter le poids.


"Le flow quiiiii foudroie !"


Le micro d'Amanem se gorge d'une teinte noirâtre avant de s'élancer à toute vitesse sur le Minks en forme de lapin. Pendant cette exécution de mouvement, il se rue à son tour sur John avant d'enchaîner plusieurs coups de pieds à hauteur des hanches pour tenter de déstabilisé son ennemi. Autour d'eux, une nuée d'autres Francs-Marins et de soldats de la Marine se masse pour venir renforcer le nouveau front créé par Amanem.

"Docteur Bre m'avait bien dit que ça partirait en couilles !"

Amrboisie, John. Il ne vous reste qu'une seule solution, combattre unifié ou périr sur les toits de Baterilla !

---

Fooks est toujours au milieu de la place, il observe les combats et les différents fronts qui se forment un peu partout: sur les toits, sur la place, devant des bâtiments. La guerre est totale, mais il est un fin connaisseur des méthodes des CP et de la Marine il n'est donc pas question de se disperser mais bel et bien de mettre totalement en déroute la Marine ! L'échec n'est pas permis. Son regard se reporte sur les toits pour y voir Amanem en plein combat, quelques mètres plus loin, une jeune femme dirige toute une cohorte dans sa direction. Sans réfléchir, le fringuant Franc-Marin utilise son geppou pour rejoindre le toit et frapper un coup circulaire rapide dans le vent, soulevant une importante lame d'air qui part en direction de Kiko. Fooks se dresse comme un rempart devant elle.

"Vous ne passerez pas !"

Elle pouvait croire son heure venue, mais aidé par une multitude de grappin, Tarah Connor se hisse au sommet du toit pour rejoindre Kiko.


"De bleu, de bleu. Faut vraiment qu'on se chicanne un bon coup ici où ça va point aller !"


---

Alors que les combats à la surface semblent bien amorcés, les égouts sont victimes d'un chasseur de prime toujours plus violent. Il peut croire être dans une mauvaise passe, mais Zyraq surgit à son tour, accompagné de Minimus pour venir prêter main forte à Gray. En quelques tours de bras, la première intersection semblait dégagée. Mais le spectre des explosifs plane toujours et les tunnels pourraient s’effondrer d'une minute à l'autre à moins que... Un escargophone de la marine gît au sol et continu de parler seul.

"Impossible de se mettre en position ! Des mercenaires ou des pirates prennent d'assaut la flotte. Nous devons les repousser avant de pouvoir bombarder la zone --Scckr--- Le centre ville est sous l'assaut de... Mamo --Skkkr--- et d'un Dra---skkr--- vous êtes seuls !"

Reste à savoir désormais ce compte faire le contingent de fuyards ? Prendre le risque de poursuivre dans les égouts et peut-être rejoindre une zone plus sûre ou la mer ? Ou rejoindre la bataille sur la place centrale et mettre la marine en déroute ? Ou ont-ils un tout autre plan qui risque de changer le cours de la bataille ? Toujours est-il que le petit groupe est dans les égouts depuis un moment maintenant et que la Marine ne semble pas plus s'en soucier, peut-être trop occupé par les Francs-marins ? Mais la marée est montante...

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 26
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 23970
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 3750
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
485 / 999485 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Ven 5 Oct - 10:01



Avec l’intervention des Franc-Marins, les choses se compliquaient grandement et si à la base, Kiko avait compté sur l’aide de deux officiers de la Marine, les choses ne semblaient pas vraiment se dérouler comme prévu. Les toits avaient bien été dégagés, mais son adversaire à la rime pourrie semblait avoir privilégié les deux lieutenants sur le toit opposé. Histoire de profiter un peu de la situation, la jeune Commandante Tama Kirr n’hésita pas à ordonner de tirer sur les ennemis en contre-bas et aussi sur ceux qui faisaient face à l’appétissante lapine et le gamin aux cheveux verts. En y regardant de plus près, ça aurait presque été un repas de gourmet entre un bon civet et le garçon à la tête de salade. Enfin bon, il fallait se reconcentrer sur la situation immédiate et pas ses envies gustatives du moment qui l’avaient laissé échapper un fin filet de bave au coin de sa bouche. Les choses ne s’arrangèrent pas vraiment à ce niveau au final, surtout lorsque le koala en costume apparut devant elle. Visiblement, ce traître au Cipher Pol avait peut-être reconnu sa technique et s’était décidé à agir plus vite qu’elle ne l’espérait.

D’un rapide coup de pied, son adversaire avait créé une lame de vent qui se dirigeait vers Kiko et ses hommes. Bien qu’elle ne portait pas une grande importance aux soldats de la Marine, ils étaient indispensables pour gagner ce combat. Elle hurla donc son ordre en attrapant un franc-marin inconscient au sol pour s’en servir de bouclier.

« Baissez-vous tout de suite !!!! Tekkai ! »

La puissance de la lame de vent réduite par le corps de l’allié du koala fut encaissée sans trop de souci par le tekkai de la jeune agente du Cipher Pol mais bon, si elle avait pu le sentir aussi nettement, c’était que sa puissance n’était pas à négliger. Il y avait très peu de chance qu’elle parvienne à s’occuper de lui toute seule.

« Passer, passer, en soit, je ne pense pas vouloir passer. »

L’expression assez désinvolte de la jeune femme était assez surprenante et pourtant, elle ne mentait pas pour autant. Sa première idée était de laisser tout ce petit monde dans la mairie et que le bombardement fasse son œuvre après tout. Maintenant, si les bruits qu’elle avait entendu l’espace d’un instant étaient vrais, le maire se trouvait actuellement dans les égouts. Il était donc temps de déclencher les explosifs pour se débarrasser de ce petit monde. Il fallait espérer que la Commodore ait fait ce qu’il faut pour enrayer toute fuite, surtout qu’elle y avait pensé lorsqu’elle avait vu les plans de la ville.

« Toi ! Transmets mes ordres au plus vite ! Faites exploser les charges en partant du point le plus éloigné de la mairie vers la place ! On ne peut pas se permettre que Siraq s’enfuit ! »

Le soldat rescapé de l’attaque du Franc-marin acquiesça de la tête et partit à toutes jambes pour transmettre les instructions de la Commandante. Soudain, la Commodore montra le bout de sa tête, atterrissant au côté de la Commandante Tama Kirr afin d’affronter la plus grande menace de la place de la Mairie, en dehors du Maire lui-même. Ayant eu accès à la plupart des dossiers des officiers présents lors de cette bataille, Kiko connaissait les talents de la Commodore et si son surnom de « Gachette Rousse » n’était pas exagéré, il n’y avait qu’une solution pour parvenir à mettre en déroute les Franc-Marins et tout particulièrement Mr. Fooks. Se tournant vers la responsable de tout ce champ de bataille, la jeune femme arbora un radieux sourire en lui murmurant quelques mots.

« Il semblerait que je sois de corvée corps-à-corps, je vous laisse le reste si cela vous convient. »

En tant que tireuse d’élite, Connor pouvait certainement trouver une ouverture dans un combat et l’utiliser pour affaiblir le koala pendant que Kiko essayerait de le retenir. Ce n’était pas l’idée la plus sûre mais bon, elle devait sans doute être la seule capable de lui résister assez longtemps pour parvenir à offrir une opportunité à la Commodore. Dès que Connor fut en place, la jeune femme lança deux lames de vent consécutives en direction de Fooks, avant d’enchaîner plusieurs « Pieds Fantômes » pour tenter de maintenir son adversaire en place et éviter qu’il utilise le Soru. Kiko apparaissait une fois dans son dos, lançait son coup de pied, avant de repartir pour apparaître sur son flanc et continua comme ça plusieurs fois. Avec un peu de chance, la Commodore parviendrait à saisir sa chance. Il n’y avait plus qu’à attendre le bon moment pour frapper avec un shigan. Il ne fallait pas qu’elle se loupe et elle le savait parfaitement bien.

Voyant ce combat qui était d’un tout autre niveau, les soldats encore vivants après la lame de vent de Fooks préférèrent éviter de tenter quelque chose, au risque de blesser la Commandante par un tir maladroit. Cinq d’entre eux gardaient toutefois en joue le Franc-marin afin d’aider la jeune femme qui leur avait évité une mort certaine au besoin. Les autres obéirent aux précédents ordres et commencèrent à faire feu sur les hommes d’Amanem et les quelques franc-marins encore sur la place. Le combat faisait rage et dans ce brouhaha ambiant, les premières détonations figèrent la scène l’espace de quelques secondes. Les charges placées au plus loin commençaient à exploser, suivies par les autres placées à chaque bouche d’égout. Profitant de ce petit moment de flottement potentiel, Kiko lança sa technique du Tourbillon des Abysses pour frapper un grand coup son adversaire peut-être imprudent suite aux explosions soudaines.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 112
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 30684
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Armement apprenti
☠ XP Dorikis : 6179
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
45 / 99945 / 999
☠ Karma :
515 / 999515 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Ven 5 Oct - 18:24



Le dernier marine tomba au sol... Assommé par le maire. Bon dieu, heureusement.
Gray s'adossa, haletant, contre un mur. Il était de plus en plus épuisé. Un simple Da kick avait puisé dans ses réserves de forces... Car même en prenant appui sur sa bonne jambe, le fait que ses côtes soient fêlées l’empêchait de respirer comme il le devrait. Le colosse savait que son endurance et sa capacité de régénération qui faisait sa fierté étaient désormais quasiment nulles. La sueur coulait de ses tempes, et le sang tambourinait, l’assourdissant presque.
Sora vint alors lui tenir la manche, pour son petit discours… De ne pas les abandonner pour se faire Carlotta. La petite mit en valeur de gros arguments, mais surtout, un qui fit mouche.
Les civils. En les abandonnant maintenant, il ne ferait que se rendre hypocrite vis-à-vis de ce qu’il avait dit à la Marine plus tôt…
Le fait que le Bibliothécaire lui tint l’autre manche pour lui dire la même chose n’arrangea rien à la situation. La Bête grognait. Cela aurait été plus efficace de les abandonner ici. Ce n’était que des boulets qui le ralentissait…
Gray expira, et afficha un faible sourire.

« Tu as raison. C’était une idée de con. »

Il frotta la tête de Sora et le primate l’aida à se redresser… Le colosse fit ensuite craquer sa tête alors que le talkie-walkie résonnait… Un dra quoi ? Un drakkar ? Un dragon peut-être ? Gray faillit ricaner, quand la douleur de ses côtes se fit plus vive… Putain… La dernière balle avait vraiment pété une côte pour le coup.

« Même avec les grosses brutes, on arriverait probablement pas à se faire Carlotta… Et après avoir fait mon speech à la marine, j’aurais l’air de quoi à abandonner les civils… Non. Par contre, une chose est sûre… »

Gray ferma les yeux et fit craquer son cou.

« Faut se bouger. Leurs communications marchent toujours et je serais eux, je me contenterais pas de faire miner un endroit. Vu comment ils ont eu le temps de barricader l’endroit… Je pense qu’il faut sortir. M’sieur le Maire ? M’sieur qui parle bizarre ? Vous feriez mieux d’être l’avant-garde. Vous percerez mieux les flancs ennemis que moi… Par contre, je peux les ralentir. Je m’occuperais donc de l’arrière-garde »

Le primate soupira et retroussa ses lèvres en regardant Gray, qui rigola…

« Bien sûr que je vais me faire gauler. C’est même probable. Mais comme Sora me l’a rappelé, jsuis là pour protéger les gens. »

« Dans ce cas, je pense que ceci sera utile… »

Gray regarda le médecin, avec sa fière moustache arriver avec un shaker contenant un drôle de liquide.

« La compilation d’anti-douleur que vous m’aviez demandé. Je l’ai gardé au cas-où… »

Gray la prit, tout sourire. Le fusil de Tchekov qui s’activait enfin. Quoi ? Qu’est ce qu’un fusil de Tchekov ? C’est quand vous mentionnez un élément dans l’arrière-plan… Et qu’il obtient une importance essentielle pour la suite. Si vous dîtes qu’il y a un fusil dans votre pièce, il faut que ce fusil serve à quelque chose avant la fin de la pièce.

« Merci Doc ! Avec ça, j’ai une chance pour le combat ! »

Gray le pensait sincèrement… Tandis que la plupart des gens regardait cette grande brutasse… Presque amicalement. Oui, c’était un chasseur de prime… Mais qui faisait plus ça par conviction, que pour l’argent, très clairement. Quelques-unes des brutes qui l’avaient aidé à faire son trou lui rendait un petit coup dans son bon bras. Gray apprécia et le leur rendit.
Gray chargea les marines inconscients sur son dos, idem pour le primate…

« Et eux je les laisse pas ici. C’est un coup à se choper des maladies. Allez les gars ! On remonte ! »

Fit joyeusement le colosse… Avant de boire la décoction.
Le goût était très clairement horrible, mais comme il l’avait appris après des années à l’infirmerie de son fight-club : Plus le remède est dégueu, plus il est efficace.

« Docteur, vous avez mis quelles doses dans cette boisson ? »

« Les mêmes que pour un cheval. Vu sa carrure, il doit s’en approcher. »

Quant aux explosifs… Et bien vous vous souvenez quand j’avais dit qu’à un mauvais endroit, ces derniers ne serviraient qu’à créer une meilleure issue de secours ? Et bien pour le coup, il suffisait de les placer au bon endroit pour se créer une meilleure rampe de sortie ! Car soyons honnêtes, sinon, les Marines auraient craqués de toute manière la foule qui sort une par une de la bouche des égoûts.

« Et comment t’en es si sûr gamin ? »

« La loi de Murphy poto ! »

Une loi que je ne ferais pas l’affront de vous rappeler…
Là, vous me direz… Mais Gray, comment sais-tu placer au bon endroit la dynamite ?
Et bien à vrai dire, un peu au pif pour l’exactitude… D’abord le singe indiqua la bonne direction en surélevant légèrement la bouche d’égouts, tandis que Gray aidait les mecs à manipuler l’explosif… Le tout avant de se planquer derrière les restes de la barricade des marines.
L’ensemble des Marines étant sur la place, cela diminuerait les chances d’en blesser un, tout en les gênant grandement pour leur poursuite éventuelle…
Sans compter que la Marine avait, judicieusement, éviter de mettre des soldats sur un endroit qui allait bientôt exploser. Cela aurait été un gâchis de la ressource humaine qu’est le Marine de base et en l’état actuel des choses, ils en avaient foutrement besoin, puisqu’ils n’auraient pas de renforts.
L’orang-outang servit de guetteur, avant de « ooook » pour signaler le bon moment pour l’explosion.
Gray ferma les yeux…

« Une fois que les débris ont formé la rampe de sortie, vous courez ! Et faites gaffes aux caillous, car on aura du mal à porter ceux qui se sont pété la cheville ! »

©️ By Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 41
☠ Âge du Personnage : 16 ans
☠ Berrys (x1000) : 25260
☠ Fruit du Démon : Koto koto no mi - fruit de l'objet
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4590
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
520 / 999520 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 6 Oct - 23:59

Toujours plus loin sous terre, le groupe du maire avançait plus ou moins à l'aveugle, alors que dehors les marines semblaient bien savoir ce qu'ils faisaient. En attendant, leur cible était toujours en liberté, la victoire leur revenait rien que par le simple fait d'avoir échappé à leurs poursuivants avec brio. Bien sûr Gray dut taper quelques marines, mais c'était un sacrifice à faire pour rester plus ou moins non repérés. La marine soupçonnait sans doute les fuyards d'avoir rejoint les égouts, mais rien ne pouvait leur permettre de l'affirmer, sinon tout le monde serait déjà en train d'arpenter le souterrain. La marée commençait également à monter, mais c'était bien le cadet de leur soucis, d'autant plus que le niveau de l'eau n'atteignait jamais des hauteurs inquiétantes sauf en cas de crue, donc rien de bien préoccupant pour le groupe.

Par chance Gray avait renoncé à battre Carlota, Sora avait su le convaincre de rester avec les faibles, elle y compris. Avec son bras en écharpe qu'elle préférait ne bouger sous aucun prétexte pour faciliter la guérison, elle ne pouvait pas accomplir des miracles, surtout dans cet endroit ou le béton s'étendait sur des kilomètres. Il y avait bien des barricades, elle pouvait facilement créer un passage en bougeant les plus lourds éléments, mais ça ne semblait pas difficile de passer à travers, c'étaient plus des abris pour se mettre à couvert lors de tirs qu'autre chose. Elles n'allaient certainement pas résister à Gray en tout cas, cette montagne de muscles qui malheureusement était resté au second plan durant la chasse au trésor menait à présent la fuite, comme un vrai leader. Il avait pris conscience que c'était stupide de vouloir attaquer Carlota dans une situation aussi délicate, ça ne servirait qu'à les faire tuer et laisser sans défense ceux qui se seraient désistés au moment de l'assaut.

Soulevé par une nouvelle dose de médicaments magiques qui donnaient la pêche, le leader de la team Syraq se sentait pousser de nouveaux muscles. Il était en train de déplacer des charges de dynamite afin de faire s'effondrer les égouts comme il le prévoyait. C'était malin de sa part, en admettant que ça ne les envoie pas tous en enfer à cause du souffle. Il voulait créer une ouverture avec l'explosion et ainsi former une pente vers la surface et sortir pendant ce temps. Sora trouvait ça un peu stupide d'utiliser la carte de l'attaque surprise maintenant alors qu'il suffisait de balancer les fagots de dynamite dans la flotte pour être tranquilles. Comme ça tout le monde aurait pu sortir bien plus loin et leurrer tout le monde. Dans tous les cas tout le monde semblait suivre le plan de Gray, il n'avait entendu aucune autre idée donc ils faisaient comme il disait. Tout le monde se mit alors à l'abri, les marines assommés désormais à l'abri par l'intervention de Gray, y compris le pauvre homme chargé d'allumer la mèche qu'il avait sûrement assommé dans le doute.

Quand l'explosion en chaîne retentit, tout le monde semblait voir sa vie défiler devant ses yeux, priant pour ne pas être pris dans un éboulement généralisé. Il savait sûrement ce qu'il faisait, c'était du moins l'impression qu'il avait donnée lors du déroulement de son plan détonant. Par chance c'était moins le cas de la marine qui devait être déçue du résultat, si elle s'attendait à ensevelir tout le monde d'un coup, alors que les dégâts n'étaient pas si énormes. Néanmoins l'éboulement avait entassé de nombreux gravats au niveau des bouches d'égouts, ce qui permit au groupe de l'escalader tant bien que mal. Sora avait aussi très peur, comme tout le monde, surtout que son pouvoir n'aidait pas beaucoup dans des situations de guerre. Elle pouvait essayer de réduire la casse et partager l'idée avec les autres, mais son rôle s'arrêtait là. Son pouvoir lui permettait en revanche de rendre la marche de certains moins pénible en offrant une résistance contre la gravité, mais rien qui leur éviterait de prendre une balle. Toutefois elle réfléchissait en humain au lieu de réfléchir en possesseur de pouvoirs, et la solution semblait couler de source, une source nauséabonde.


-Je sais pas si on va nous tirer dessus, mais moi en tout cas je prendre quelques bouts de sol comme bouclier au cas où.

Comme la marine ne semblait plus prendre en compte les civils qui se trouvaient dans le lot et qui n'appartenaient pas du tout à la franc-marinerie -si le maire en faisait bien partie comme tout le monde le pensait- il fallait tout envisager. Et parmi ces possibilités, il y avait celle où on les canardait, ce qui méritait des mesures pour contrer ça. Ainsi elle prit de son bras valide un pan de paroi de l'égout afin de protéger son corps d'éventuels impacts de balle, et au passage cacher son visage de la marine pour qu'on ne la prenne pas en photo.

-En tout cas c'est la dernière fois que je joue à la chasse au trésor avec des adultes, ils sont bien trop à fond dedans. C'est juste un jeu quoi, utiliser des canons et des explosifs c'est abuser ! En plus le coffre il était vide, ils se battent pour rien du tout là...




Mitsuketa onii-chan ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Seconde des Déchaînés


☠ Age : 25
☠ Messages : 96
☠ Âge du Personnage : 29
☠ Berrys (x1000) : 26793
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ XP Dorikis : 2985
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Seconde des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 7 Oct - 23:49

Dictature ou République !
La Guerre Civile de Baterilla



À deux doigts de tomber, Ambroisie fut sauvé de justesse par le lieutenant dessinateur. Celui-ci adressa un regard froid à la Minks. Était-ce par ce qu’elle avait mal réagis a son dessin ? Non, il avait déjà réagi en se roulant en boule. Quand elle avait vu ça Ambroisie était prête a lui faire un graou-bizou d’excuse. Mais le fait qu’ils se trouvaient sur un champ de bataille n’avait pas permis cela.
Non, en fait ce qui poser problème, c'était son autorisation de tué. Le jeune homme avait fait un discoure cinglant a Ambroisie. Discours qui n'aurait pas eu si grand impacte, si le lieutenant n'avait pas réussi à neutraliser a lui seul et sans mort les Franc-Marin qui resté. Ambroisie ce santé mal, pas d'avoir tué, le passer lui avait appris que parfois, il fallait faire des choix difficile lié a la mort. Mais il était clair que ce genre de choix s'imposerait moins, si elle était plus forte. Depuis son départ de Zo, il était évident qu'elle était faible, la plus faible des Minks de l'équipage, mais il s’avérait aussi qu'elle était dans les officier les plus faible de la marine... Elle était plutôt d'humeur à déprimer là. Elle laissa le commandement à l'autre lieutenant. Même si les ordres donnés était incohérent, vue que les tireurs était déjà placé aux fenêtres des bâtiment et que les hommes qui étaient sur les toits n'était plus que les non-tireurs. Mais ce n'était pas important, car le rappeur a deux balles arriva sur le toit. Il utilisé son micro comme une arme, une arme efficace qui plus est. Il envoya valdinguer, un bon nombre des soldats de la marine. En faisans même tombé certain du toit; les condamnant à une mort certaine. D'autre passèrent a travers les tuiles du toit pour descendre un étage au-dessous, étage en-dessous qui disposer de fenêtre, et ou Ambroisie avait donc disposer des tireur. À la vue de ce qu'il se passait, ces derniers n'hésitèrent pas à ouvrir le feu. Ils ne touchèrent pas l'ennemie, mais à la prochaine salve, il pourrait faire mouche avec un peut de chance. Cependant, ce ne fut pas suffisant pour Ambroisie, Amanem envoya contre elle un micro, apparemment enduit d'un étrange fluide noir. Serait-ce ce fameux Haki donc on lui avait parlé à l'école militaire ?
La rapidité du projectile ne permit pas à Ambroisie d'esquiver, mais lui permis n'est en moins de parer avec son sabre. Le coup était violent, Ambroisie avait l'impression d'avoir reçu un marteau alors que ce n'était qu'un simple petit micro. Rien qui n'était sensé être très dangereux normalement. Après ce coup Ambroisie fini face contre terre, enfin contre tuile, après un magnifique salto. Maintenant qu’elle n'avait plus mal aux bras elle avait mal à la truffe.
* Alors c'est ça ? C'est ça que je suis, une carpette ? Je suis si faible, je panser être forte, mais en fait je ne suis même pas capable de vaincre un simple franc marin ? En même temps, j'en ai vaincu plein, alors pourquoi ne suis je pas capable de les neutraliser aussi facilement que mon homologue lieutenant ? Suis-je faible ? Suis-je destiné a le rester ?... ... ... NON ! *


Son monologue intérieur l'avait motivé, elle ne compter pas rester la lapine fragile que tout le monde devait dépeindre. Elle frappa du poing au sol, brisants une tuile au passage se relevant en appuyant sur ce poing décider. Son regard ce rempli de détermination et ces oreilles se redressèrent, elle allait contre la douleur, contre la honte, contre la peur. Désormais, elle aller faire honneur à son grade, au Déchaîner, au Minks, que dis-je, a la marine.  
Mouai... C’était bien beau, mais comment faire, il était claire qu'elle était bien plus faible...
* Mais bien sûr ! *
Depuis le début, il s’amusait à faire virevolter le câble de son micro, sans servant à loisirs de lasso ou de fouet.
- Si tu ne peux t'attaquer a l'homme, attaque toi a son arme. Avait un jour dit sa mère.
Elle prit Kasaha à deux mains et tenta de couper le câble de ce micro, mais pas de chance ça ne marcha pas. Sans doute dû au Haki. Temps-pis, changement de plans expresse. Ambroisie fit tourner Kasaha et enroula donc le câble autour du sabre afin de bloquer l'arme.
Grace a ça elle espérait retenir l'ennemie la fraction de seconde suffisante pour que John lui porte un coup, mais ça ne serrait peut-être compliqué, alors elle décida de jouer à un jeu dangereux, provoquer.
- Je suis désolé monsieur, je n'ai rien contre le rap, mais le vôtre est médiocre.
PO PO PO ... Mais là, il fallait mieux que John réagisse vite par ce qu'Amanem allait se retournait contre elle. Heureusement, une nouvelle distraction arriva. Enfin… Heureusement… L'ambiance terne de la guerre se transforma en une ambiance apocalyptique. Le ciel devint rouge oranger, ça ne serait pas grave si on était le soir entre amoureux, mais là, on était en journée et cette lueur semblais être celle du ciel qui s’embrasait. Ça avait l'air assez loin pour ne pas être immédiatement dangereux, mais suffisamment pour inquiéter.
Bon, le micro bloqué, plus la provocation, plus les balles tirées de l'étage en dessous et ceux qui semblé venir d'un toit d’en face, avec le ciel en feu, là, si John n'avait pas une occasion et le rappeur n'était pas distrait Ambroisie ne savait pas quoi faire de plus ...




Thème d'Ambroisie
Thème de Combat
Thème d'Exploration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1911-ambroisie-s-alade#10041 En ligne

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Jeu 11 Oct - 17:47





Dictature ou République !


Il est peut-être temps de vous faire comprendre que vous êtes ici pour écrire l'histoire. Le Commandant Tama Kirr l'a compris et son ordre de faire sauter les charges ne restent pas sans conséquence. Et combien Gray a raison de dire que des explosifs mal placés peuvent avoir des effets néfastes. Dans la panique, la plupart des mineurs avaient placé les explosifs à la va-vite et le commodore n'avait pas prit soin de lire attentivement les plans des égoûts, qui peut la brimée après tout dans le feu de l'action tout est compliqué. Sur les toits, les batailles font rages, trois soldats de la Marine sont en train d'installer une étrange machine. Mais les communications s'affolent un peu partout, comme-ci un événement spécial vient de survenir.

"-Le Commodore Xander Mérouvia est mort au combat sur l'île d'Alcatr. Xendra s'est échappée."


Un silence de plomb s'installe sur la place. Les combats s'arrêtent momentanément, au sein de la Marine, c'est une incompréhension générale qui s'installe. Xander Mérouvia est pourtant l'élite de la Marine sur les quatre Blue, cet homme de talent et de renom est vraiment mort ? Le moral de la Marine est miné, au plus bas, une sorte de dépression collective s'installe peu à peu. D'abord la guerre civile, l'échec d'Alcatr... La mort de Mérouvia ? La Marine, le Gouvernement, ont-ils perdu de leur splendeur et de leur éclat ? Les combats reprennent, le mental des soldats est directement attaqué après cette funeste annonce... L'ordre du soldat de la Marine parvient enfin au artificier qui déclenche les explosifs, dans un premier temps, zones ciblées s’effondre progressivement. Mais la place abrite un vaste réseau de canalisation, d'évacuation, de vieux passages de maintenance. C'est la place toute entière qui s’effondre sur elle-même progressivement, en happant les soldats, les révolutionnaires et les insurgés. Les explosions et les gravats provoque un véritable nuage de poussière qui englobe la totalité des lieux, on peut se croire en plein dans une tempête de sable.

C'est trop pour Tarah Connor qui s'accord parfaitement avec le Commandant Tama Kirr, elle parvient à charger sa grenade sur le canon de son arme avant de la faire sauter en direction du Mink, la déflagration est puissante et l'ancien Cipher Pol tombe au sol, caché dans cette épais nuage de poussière. Connor est dans un état second, l'annonce de la mort de Mérouvia la chamboule totalement. Elle se dirige vers les trois marine qui installe un drôle d'appareil recouvert d'une bâche, elle ôte la bâche d'un geste brusque et expose ainsi un poste de tir, une énorme mitrailleuse que les marines approvisionnent. Mais le nuage opaque de poussière doit se tasser pour que la tireur d'élite puisse déclencher des tirs ciblés.


"Crévindieu, il est temps de faire comprendre à ses tocards qui est la Marine !"


Sur les toits, le micro de Amanem s'enroule autour de l'épée d'Ambroisie. Amanem rit un grand coup avant d'utiliser la tension créée pour s'enrouler à son tour autour du câble, il est au contact d'Ambroisie et la gratifie d'un gigantesque coup de tête avant d'utiliser son câble pour se dérouler entièrement en direction de John, il assène un coup de pied puissant, un peu trop d'ailleurs, si bien que le Lieutenant est propulsé dans le vide. Comment peut-il se sortir d'une telle situation ? Voici la punition pour sa passivité.

---

Zyraq, Minimus et le petit groupe rebelle peut enfin sentir l'air chargé de poussière, les voilà enfin sur la place tandis que la marée haute se fait toujours plus présente, bientôt, la place centrale ne sera plus qu'une vaste piscine où les combats deviendront extrêmement difficile. Fuir ? Se battre ? Trouver un ultime plan ? Aucune idée, mais Gray et Sora vont désormais devoir agir de concert, devant un Zyraq accablé par les accusations et un Minimus qui ne cherche qu'à préserver son argent. Il faudrait peut-être les secouer. Une ultime communication se fait entendre dans l'escargophone de la Marine.

"J'arrive."

Une voix de femme, serait-ce ?! Oh... Mon... Dieu.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 26
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 23970
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 3750
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
485 / 999485 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Ven 12 Oct - 13:36



Alors que les explosions se font entendre, provoquant un petit rictus sur le visage de Kiko, le combat contre le koala continuait sans relâche. Grâce à ses techniques du rokushiki, elle était sans doute la seule à faire réellement le poids contre lui mais pour porter le coup décisif, elle put compter sur l’adresse et la précision de la Commodore Connor. Le coup frappa de plein fouet son adversaire, le jetant à terre. Immédiatement, la jeune agente du Cipher Pol enchaîna avec une lame de vent créée avec sa jambe pour affaiblir davantage leur adversaire. Il ne fallait pas le sous-estimer mais bon, leur objectif n’était pas un affrontement contre les franc-marins, mais bien la mort du maire. Elle s’approcha donc du bord du toit afin de constater le résultat de la série d’explosion en chaîne sur la place. Le sol s’était effondré presque partout, entraînant avec lui bon nombre de soldats des franc-marins et quelques soldats de la Marine n’ayant pas écouté les ordres de la lapine. Au final, cette Lieutenant avait eu une bonne idée, même si son combat sur l’autre toit ne semblait pas se passer très bien.

En attendant, Connor dévoila une énorme mitrailleuse placée en haut du toit. Une arme de ce calibre allait faire de lourds dégâts et déjà, Kiko bavait d’excitation à l’idée de pouvoir récupérer quelques ingrédients de choix pour un ragout. Un ragout de franc-marins, cela devait avoir un goût exquis et elle avait clairement hâte d’y goûter. Cependant, il fallait faire quelque chose pour ce nuage de poussière qui occultait la vue de la Commodore et c’est donc sans perdre de temps que la fausse Commandante Tara Kirr lança deux nouvelles lames de vent pour dégager la poussière présente suite aux explosions. En quelques secondes, les silhouettes commencèrent à se dessiner et on pouvait doucement distinguer les franc-marins qui avaient survécu aux explosions. Leur air surpris était un vrai régal pour la jeune femme qui à cet instant, aperçu enfin la véritable cible de toute cette opération. Sortant de terre comme un insecte, l’ancien agent du Cipher Pol, Zackary Siraq, montrait enfin le bout de son nez. Connaissant ses compétences, il n’y avait pas à risquer une attaque suicide irréfléchie et elle en avertit immédiatement la Commodore.

« Commodore Connor, regardez à 10h ! Siraq est juste là ! Il était bien dans les égouts ! »

Très à cheval sur la priorité de son objectif, il y avait à parier que Connor fasse le nécessaire pour le tuer ou au moins le blesser, surtout vu la mitrailleuse qu’elle avait entre les mains. Il ne restait plus qu’à attendre le bon moment pour intervenir et l’éliminer.

« Je descend sur la place, dès que j’ai une ouverture, j’y vais ! »

La Commandante sauta du toit tout naturellement, s’aidant de la façade et des balcons pour atterrir en douceur sur un tas de gravats. La poussière était encore présente à ce niveau du sol mais bon, elle pouvait juste distinguer la silhouette du maire. Il ne lui restait qu’à attendre le bon moment pour intervenir et lui arracher la vie. Kiko observa le petit groupe sortir des égouts, aidant les quelques civils qui les accompagnaient à rejoindre un coin plus sûr de la place. Le chaos ambiant lui offrait une parfaite opportunité et lorsque le maire se pencha pour aider une femme blessée à sortir des décombres. En un instant, l’agente du Cipher Pol utilisa son Soru pour apparaître dans son dos et lança plusieurs Shigans dans le dos de sa cible. Repartant comme elle était arrivée pour éviter toute contre-attaque immédiate. Il était possible qu’un ancien agent de son calibre s’en sorte mais bon, il ne fallait pas risquer la suite et si elle était parvenue à le toucher, ses mouvements seraient bien plus simples à anticiper pour la Commodore sur le toit. Postée à une vingtaine de mètres du maire, observant la suite des événements, Kiko était prête à passer à l’action à nouveau dès que la Commodore commencerait à ouvrir le feu. Dans la panique, éliminer tout ce petit groupe ne devrait pas être trop difficile à faire.

Techniques:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 112
☠ Âge du Personnage : 22
☠ Berrys (x1000) : 30684
☠ Localisation RP : South Blue
☠ Fruit du Démon : NOPE
☠ Haki : Armement apprenti
☠ XP Dorikis : 6179
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
45 / 99945 / 999
☠ Karma :
515 / 999515 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Sam 13 Oct - 15:45


Booom.
Gray mouilla son doigt et grommela. L’un des pires cauchemars pour les mineurs, outre le grisou, c’était les nappes phréatiques. Une seule pouvait inonder la mine. Même les contremaîtres les plus obtus écoutaient quand les mineurs prévenaient de l’humidité d’une zone. Il n’était pas rare non plus qu’on comble la zone pour éviter une rupture de la nappe, juste par sécurité. Il fallait ensuite dévier les tunnels, mais bon. C’était les risques du métier… Ou alors, il fallait installer une pompe, mais là, ce n’était ni le lieu, ni le moment.

« Tout le monde ! On sort ! Y a de l’eau qui monte, et c’est pas celle des égouts ! »

Fit le colosse en usant de son bras valide comme signal d’évacuation… Grands dieux. Il n’aurait jamais cru que son expérience de mineur lui sauverait la vie. Merci Papa d’avoir foiré les consignes de sécurité, comme ça, t’avais poussé les autres mineurs à les expliquer lentement et longuement à Gray.
L’explosion avait créé exactement la rampe de pierre que Gray avait espérée pour s’enfuir. Quelques réfugiés prenaient avec eux les marines sur leur dos, pour les évacuer : pas question de les laisser se noyer dans ce qui allait suivre…
Vu les explosions qui avaient suivi, et l’affaissement qui avait suivi, désormais, le combat se trouvait dans leur dos. Chiotte. Cela rendait les choses d’un coup bien plus difficile, même si Gray pouvait difficilement déterminer comment se passait la bataille désormais…

« J’arrive »

Une voix de femme forte venait de surgir de l’escargophone… Le colosse se frotta les tempes. Mince, voilà qui n’arrangeait pas leurs affaires. Dix contre un que c’était Carlotta… Qui pouvait parfaitement réaliser un coup de génie ici. La Marine, comme les Francs-Marins étaient affaiblis. Pire, la Marine était démoralisée par la mort d’un Commodore… Pour ne pas dire totalement vulnérable.

Le calcul était pas bien compliqué, et c’était le calcul que Gray avait essayé de faire faire aux marines avant : quand ton allié est affaibli et qu’il te gêne, tu l’abats pour obtenir plus de place. C’était ce qu’aurait dû faire la marine avec Carlotta… Et si elle avait accès aux communications de la Marine, cela voulait donc dire qu’elle avait aussi entendu la discussion au sujet du commodore.

La Marine des Blues était en débandade. Si quelqu’un venait à choper le contrôle d’une île, il la garderait un long moment sans possibilité de représailles de la Marine !
En clair…

« Merde, Carlotta peut conquérir l’île. »

Car c’était bel et bien la seule faction de l’Île à avoir pu se reposer tout au long de la bataille…

« Ooook ! »

Fit le primate, qui aidait les gens à monter, étant bien plus à l’aise qu’eux sur ce type de terrain.
Par Oook, il fallait comprendre « Y a la goinfre qui fonce sur nous ! »
Gray ne savait pas ce que voulait dire la goinfre, mais il devinait que si son ami avait pris la peine de le hurler, c’était important.
Surtout que si les Marines aimaient tant suivre les ordres, alors c’est qu’elle visait une personne en particulier.
La femme aux cheveux violets apparut dans le dos du Maire… Avant que ce dernier ne soit percuté par Gray, qui le poussa hors de l’attaque de la femme. Celle-ci disparut aussi mystérieusement qu’elle était venue…
Le Colosse se redressa en maugréant… Il se releva, et prit l’escargophone de la marine, avant de beugler.

« VOUS ÊTES CONS OU QUOI ?! VOUS CROYEZ QUE C’EST LE MOMENT DE SE BATTRE ?! Y LA MARÉE QUI MONTE DANS LA PLACE A CAUSE DE VOTRE EXPLOSION D’AMATEUR, DES CIVILS QU’ON ÉVACUE, accessoirement ça serait bien de pas leur tirer dessus ET CARLOTTA QUI ARRIVE !
Au passage, vous inquiétez pas, on a mis vos hommes en sûreté, on est pas des enfoirés ou des francs marins.
Par contre, vous venez de dire à la radio à une mafieuse notoire que la marine sur l’île était affaiblie et que la Marine à l’échelle des Blues l’était également. Donc qu’elle A LE PUTAIN DE CHAMPS LIBRE POUR CONQUÉRIR L’ÎLE.
PIS MÊME QUI EST LE COUILLON QUI A FILE UN ESCARGOPHONE DE LA MARINE A UNE MAFIEUSE QUI RESSEMBLE A UNE BALLERINE RATÉE?
»

Gray termina son discours en filant l’escargophone au maire, passablement énervé.

« Monsieur le maire. Y a une limite à ce que JE peux faire dans cette situation. La seule personne qui peut arranger votre situation, c’est vous. Vous et vous seul. Soit vous rejoignez dans la bataille les Francs-Marins dont je ne sais pas trop ce qu’ils branlent ici, soit vous parlementez avec la Marine rapidement pour leur expliquer la vérité… Soit on fuit. C’est votre choix m’sieur le maire… »

Le colosse le regarde sévèrement.

« Et si j’ai cogné des marines pour survivre, j’en cognerais pas plus qu’il n’est nécessaire pour sauver les civils. Si vous vous battez sur la place contre eux, ça sera sans moi, merci. Quand aux franc-marins… La place va devenir une putain de piscine et je vais pas me battre dedans. »

« OOOK » Intervint alors l’orang-outang, soupirant presque alors que les derniers terminaient de monter pour s’enfuir…

« Quoi, comment ça j’ai toujours le doigt sur le bouton de l’escargophone ? »

« Ooook. » Confirma le primate, exaspéré par la bêtise de son ami. Il n’arrivait pas à déterminer s’il était con ou faisait exprès.

« … Je viens de dire tout ça sur le canal de la Marine ? »

« Ooook »

« Oh, je vois, faut donc que je retire le doigt. »

Oui. Gray venait de rajouter son laïus au maire par escargophone à la Marine, trahissant donc sa position, mais bon. Zyracq devrait peut-être se magner de prendre parti, car il y avait une limite de temps désormais.
Gray donna donc l’escargophone au maire, avant de regarder le nuage de fumée… Il n’allait pas durer longtemps, mais maintenant, les civils allaient pouvoir s’échapper en sécurité.

« Maintenant, les civils, dans vos piaules ! On peut pas vous garder avec nous, ca serait trop dangereux. »

Le colosse, soupira… Sérieusement, pire mission de sa vie.
©️ By Halloween sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 41
☠ Âge du Personnage : 16 ans
☠ Berrys (x1000) : 25260
☠ Fruit du Démon : Koto koto no mi - fruit de l'objet
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 4590
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
520 / 999520 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Lun 15 Oct - 8:02

Alors que l'explosion retentissait encore dans les oreilles des plus proches, le groupe du maire ressortait des égouts sans trop de mal. Même si tout le monde marchait encore, il fallait avancer avec une visibilité très réduite à cause du nuage de poussière soulevé par l'explosion. Une voix s'était alors fait entendre dans l'escargophone piqué à la marine, Gray avait apparemment reconnu Carlota, sans doute à cause de...quelque chose. Une nouvelle menace planait potentiellement sur le groupe, si elle était vraie, il fallait donc faire avancer les choses au plus vite. De toute façon Sora doutait que le maire cherche à s'éterniser dans les environs, non seulement à cause du nombre de soldats, mais aussi à cause de leurs armes lourdes et de leurs dangereux officiers qui s'étaient déplacés pour l'occasion. Ils avaient déjà failli les envoyer elle et Gray en enfer à cause de leur bombardement et une deuxième fois en tentant de les exploser. Dans la confusion générale, quelqu'un s'en prenait au maire, mais Gray veillait au grain, même si c'était très surprenant que la marine arrive à apercevoir plus que de simples silhouettes.

Une fois de plus, le super ours tenait un discours énervé et vrai à la marine, les accusant d'incompétence flagrante, ce qui s'était prouvé plus d'une fois rien que dans la journée. Déjà qu'ils n'étaient même pas entrés dans la mairie avant qu'un commandant de la franc-marinerie décide de jouer les diversions, en plus de ça ils n'étaient même pas fichus de faire exploser correctement quelque chose et ils dévoilaient des informations importantes à des pirates. Il était de plus en plus urgent d'arrêter cette énorme bêtise qui arrivait à tous, et pour ça Gray laissait au maire le choix entre se défendre, se rendre, ou fuir avec le reste du groupe. Pour sa part, Sora comptait opter pour la fuite, elle s'affaiblissait de minute en minute, non seulement à cause de l'épuisement mais aussi parce qu'elle n'avait rien avalé de toute la journée. Il devenait impératif pour elle de récupérer des forces en se reposant mais aussi en se goinfrant avec de la bonne compagnie. Elle ne connaissait pas le personnel de Baterilla depuis plus d'une journée, mais leur "traversée du désert" lui avait donné l'impression de les avoir connus depuis des années.

Toutes les cartes en main, le maire n'avait plus qu'à faire son choix pour de bon, alors que Gray apprenait à utiliser un escargophone. Sora sentait son ventre gargouiller de plus en plus fréquemment, menaçant de la lâcher en cours de route si elle ne le remplissait pas rapidement. Il était évident que la fuite restait la meilleure solution, surtout que la marine avait déjà étiqueté le maire comme franc-marin pour une raison inconnue de tous, elle n'allait sans doute pas reconnaître son tort et laisser partir sa cible principale et unique. En plus de ça, Carlota la tenait par la peau du dos, une vraie marionnette entre ses mains, elle obtenait de ses mouettes ce qu'elle voulait à cause de son influence. Sora ne comprenait rien à leurs histoires de grandes personnes, mais dans sa tête les pirates et les marines n'avaient pas à s'unir, question de principes, et surtout pas pour capturer un pauvre homme qui n'avait rien fait de mal. Si jamais c'était en effet un franc-marin, il devait jouer fameusement bien la comédie pour remplir ses fonctions de maire sans attiser une seule fois les soupçons de ses employés et collègues à Baterilla.


-Ceux qui choisissent la fuite je leur paye un bol de ramen avec du thé glacé. Moi j'y comprends rien à vos trucs, j'ai juste envie de me reposer et m'empiffrer de nouilles bon marché. On a déjà eu le coffre au trésor, normalement on devrait déjà être sur le chemin du retour...




Mitsuketa onii-chan ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Seconde des Déchaînés


☠ Age : 25
☠ Messages : 96
☠ Âge du Personnage : 29
☠ Berrys (x1000) : 26793
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ XP Dorikis : 2985
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Seconde des Déchaînés

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mar 16 Oct - 0:01

Dictature ou République !
La Guerre Civile de Baterilla



C'était la meilleure, après le rap, maintenant, il se prenait pour une danseuse étoile. S'enroulant et se déroulant autour du file de son micro. A par le coup de boule, c'était plutôt gracieux. Même le coup qui envoya voler John. C'est à cause de ce dernier qu'Ambroisie ignora la douleur même si elle le ressentait bien. Vengeance, elle envoya son électro a travers le câble du micro provoquant une douleur qui fit, par reflex, lâcher l'objet a son propriétaire. Au début, Ambroisie fit sa juste pour ce dégagé, mais l’objet maintenant en sa possession pouvait représenter une bonne opportunité. Ambroisie sauta du toit tout en criant à ses hommes.
- Repliez-vous. Elle savait qu'elle ne gagnerait pas, mieux vos abandonné un combat, plutôt que dit perdre la vie.

Ambroisie envoya le micro à John tout en gardant le câble, mais pour ralentir leur chut elle planta Kasaha dans un mur. Au même moment, des explosions à profusion se firent entendre et ressentir. Le peu qu'on pouvait voir de l'ancienne place était des ruine, le reste était l'immense nuage de poussière provoquer pars cette petite apocalypse. Un ciel de feu et une terre qui s'écroule, si sa continué, il n'y aurait plus rien a sauvé, car Baterilla serait rasé.

Ambroisie avait réussi à ralentir suffisamment la chute. Ce fut violemment, mais sans dommage qu'Ambroisie atteignit terre, enfin, c'est ce qu'elle croyait. Une seconde après avoir touché terre la douleur la rattrapa. Elle prit sa tête entre ses pattes, un sifflement violent au fonds de la tête, une goutte de sang sorti de sa truffe, elle tomba à genoux l'instant suivant. Elle avait su ignorer la douleur pour partir au secours de son homologue lieutenant, mais ce ne fut pas sans conséquence. Le coup en lui-même, la chute, le freinage et maintenant la poussière, avait eu raison de sa résistance. Son élan de bravoure contre un ennemie trois fois plus fort qu'elle lui coûtée chère aux finales. Il fallait se rendre à l'évidence, ce n'est pas aujourd'hui qu'elle montrerait sa force, en fait elle ne l'était pas. Demain, elle prouverait au monde, mais aujourd'hui, il fallait survivre.
Elle rangea difficilement Kasaha dans son fourreau parapluie avant de s'adresser a ...
- Leone... John, prends les hommes et battez en retraite, on ne fait pas le poids. Moi, je vais vous ralentir, je vais me cacher la, en attendant que sa passe.
Ambroisie ce mi donc a chercher un coin pour ce cacher, un terrier pour se réfugier tel le lapin qu'elle était. Elle se préparait psychologiquement comme elle pouvait au cas où elle rencontrerait à nouveau son ennemie. Dans la présente situation le sifflement qui lui broyer le crâne ne lui permettait pas d’élaborer des plans sophistiqués. Mais elle imaginer ce qu'il se passerait si elle croiser de nouveau le rappeur danseuse étoile. Elle lui lancerait sûrement une phrase sarcastique avant de finir en civet. Peut-être essayerait t'elle de lutter, mais dans son état actuel, est ce que ça aurait grand impacte ? Puis lui vint à l’esprit autre chose... et si elle croisait la route du franc-marin Minks ? Elle l'avait soigneusement évité, non pas par ce qu'elle connaissait son nom, et que sa puissance était bien supérieur, non ce qui lui fessais peur, c’était de devoir affronté d'autre Minks. Que pourrait-elle lui dire si ce moment fatidique arrivait ? Faire sortir le Nom des Alade, famille "importante" de Zo ? Non, elle évoquerait plutôt cette règle tacite à Zo qui disaient que les Minks ne devaient pas se battre entre eux. Peut-être même que seul Ambroisie était retenu par cette règle, mais que voulait vous, elle avait toujours aimer son peuple, au point même de devenir et resté amis avec un ours mal léché. Mais tout cela n'était que tergiversation de son esprit embrumer. Tellement embrumer qu’elle ne remarqua pas que Tama Kirr avait commencé à dissiper le nuage, ni même le monsieur muscle qui crier et fessais la moral sans se remettre en question... 




Thème d'Ambroisie
Thème de Combat
Thème d'Exploration


Dernière édition par Ambroisie S. Alade le Mer 17 Oct - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1911-ambroisie-s-alade#10041 En ligne

avatar


☠ Messages : 29
☠ Âge du Personnage : 15 ans
☠ Berrys (x1000) : 6127
☠ Localisation RP : Baterilla
☠ Fruit du Démon : Nope
☠ Haki : Aucun pour l'instant
☠ XP Dorikis : 3292
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
20 / 99920 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Mer 17 Oct - 15:48



Event Baterrila

Etape Finale !



Faiblesse.
Passivité.

Le Leone avait été trop passif sur cette action, lui qui avait pour but de représenter la justice en ce bas monde, de créer un monde où aucune personne ne sachant pas se défendre puisse vivre chaque jour sans ressentir la crainte… Le jeune venait de trouver son adversaire… Mais qu’avait-il fait ? Rien. Lui qui avait fait toute ses belles paroles devant Ambroisie… Finalement… Il n’était pas mieux… Un bon à rien. Il ne servait à rien et il n’arrivait même pas à défendre ses idéaux. Il se sentait vraiment minable. Mais pour continuer dans sa lancée, Amanem avait réussi à se libérer de l’emprise de Ambroisie… Il fonça sur John et lui asséna un puissant coup, de réflexe, le Leone avait mit ses mains comme protection… Mais ce coup était tellement puissant que le jeune héros au cheveux vert avait quand même été propulsé en dehors du toit. Le laissant tomber… Un grand merci à Ambroisie qui avait réussi à se saisir du micro de leur adversaire et qui le lança en direction de John pour qu’il puisse s’en servir comme une corde. Le jeune Leone s’y accrocha avec toute les forces dont il disposait. Ce micro lui permit de prendre appui sur le mur de bâtiment et de se propulser au sol. Le jeune Leone tomba dans les bras d’un soldat qui avait tout compris à sa stratégie.

Le lieutenant avec des algues sur la tête se retourna et avait remarqué que Ambroisie était descendue. Mais elle saignait… John se sentit vraiment coupable… Il s’approcha d’elle… Mais quand elle prononça ses mots… Qui disaient au lieutenant de la laisser seule et de partir. Il se mit à trembler. Lui aussi avait peur… Il tremblait… C’était la première fois qu’il se trouvait dans une situation aussi critique… Tremblant… Transpirant… Le jeune homme commençait à perdre ses moyens. Tout cela était arrivé à cause de son incompétence… S’il n’aurait pas été appelé sur la mission, tout aurait pu se passer autrement. Voilà ce que ça donne de faire la forte tête, le lieutenant ne servait absolument à rien.

Le lieutenant se donna une grosse claque. Il reprenait peu à peu ses esprits. Il réfléchissait. Le jeune Leone avait récupérer le micro d’Amanem qu’il donna à Ambroisie. Il repensa à son frère... Son père, il ne pouvait pas se permettre d'abandonner maintenant comme un faiblard. Maintenant le jeune Leone avait plutôt l'intention de toucher le fin mot de l'histoire. Il n'était plus question de reculer maintenant. Ayant retrouver confiance en lui, le Leone se retourna.

" Excuse moi, tout ça est ma faute... LA FAUTE DE MON INCOMPÉTENCE. Mais maintenant je m'occupe de tout. Prend le micro de notre adversaire, il semble y tenir comme à la prunelle de ses yeux. Entoure toi de soldat. S'il vient vers toi, menace le de casser son micro, sa devrait le tenir occuper. "


Sur ces mots, le Leone partit en courant, il devait se dépêcher… Il avait repérer du haut du toit… Avant que le brouillard ne se forme des civils… Si tel était le cas… Il se devait de les évacuer. Courant… Accélérant sans regarder derrière lui… John ne pensait qu’à une chose… Sauver des vies. Que ce soit celle des civils, d’Ambroisie, de la commodore ou même encore celle des francs-marins, John ne voulait plus aucun bain de sang. Il n’avait pas l’intention de répondre à la haine par la haine. Il allait être la main de la paix. Etre l’homme qui allait apaiser la souffrance de ce monde. Il était John Leone. L’élu. Mais il devait le prouver maintenant… Prouver qu’il méritait son titre.

Héros.
Paix.
Vitesse.

Le leone courut dans la direction par laquelle il avait vu sortir les civils… OUI ! Voilà, il avait bien eu raison. Malgré la marée, le brouillard, rien ne pourrait arrêter l’instinct et la détermination du lieutenant Leone. Mais quand il s’arrêta... Il voyait le maire en personne… En compagnie de l’homme qui avait hurler à la marine au début de la guerre. John ne savait pas quoi dire… Pas quoi faire… Si, une petite voix lui disait de suivre son coeur… Comme le héros du manga qu’il écrivait. Le Leone prit un ton sérieux… Mais sans avoir l’air de menacer. Cet instant serait crucial pour le bon déroulement de la guerre.

" Vous ne pouvez pas être mauvais. Que ce soit vous ! Le maire ! Ou encore  vous... Cet homme qui avez fait un grand discours. Mon cœur me dit que vous êtes de bonnes personnes. Alors pourquoi aidez les francs-marins ? Fuir n'est pas la meilleure solution... Vous serez primés et rechercher. Je connais votre position. Je peux aussi la communiquer à mes supérieurs. Je suis le seul à vous croire, ne me compliquez pas la tâche. La seule qui mérite de pourrir en prison, c'est Carlotta. Il a du se passer un truc pour que la marine aide ses troupes. Si vous voulez vraiment m'aidé. Aider moi à combattre les francs-marins. Cela en dira déjà long sur votre appartenance à ce groupe. Je ferais tout ce qui est possible pour qu'il ne vous arrive rien. Alors, aidez-moi ! "


Le Leone parlait avec le coeur. Sans s’en rendre compte, il venait de déballer tout ce qu’il avait en lui depuis tout ce temps. Il allait peut-être le regretter. Mais son coeur lui disait que ces personnes n’étaient pas des ennemis. Il allait peut-être être renvoyé de la marine… Mais même si c’était le cas. Il n’abandonnerai surtout pas. Il pourrait devenir chasseur de prime. Il allait continuer de traquer son père et son frère tout en continuant d’écrire son manga. Même si tout devait s'arrêter maintenant. John y était préparé mentalement. Il n’était plus le faible garçon d'autrefois. Il était John Leone, lieutenant de la marine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1338-john-leone-l-elu

avatar
PNJ


☠ Messages : 423
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 1088523
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Rang :
  • Ω – Omega
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

PNJ

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 21 Oct - 15:38





Dictature ou République !


La bataille continuait de faire rage entre la Marine et les Franc-Marins pour le contrôle de la place de la Mairie. Grâce à l’initiative de la Commandante Kirr, la poussière commençait déjà à se dissiper et permettait à la Commodore Connor d’apprécier le spectacle causé par les explosifs. Il y avait fort à parier ces foutus connards ne baisseraient pas les bras aussi vite, même si Mr. Fooks avait rencontré des difficultés sous les assauts combinés des deux membres de la Marine. D’ailleurs, le dernier rankyaku de la fille aux cheveux mauves fut encaissé de plein fouet grâce à son Tekkai mais bon, il lui fallait un peu de temps pour se remettre sur pied.


Sur l’autre toit, Amanem continuait ses ravages. Cherchant à récupérer son micro, il fracassait les soldats les uns après les autres, ne comprenant pas que la Minks puisse vouloir réduire son flow au silence.

« Si tu me donnes pas mon micro, je te butterai comme il faut ! Parole d’Amanem, tu vas finir en nem ! Putain de merde, elles sont trop bonnes ses paroles et personne ne les a entendu ! »

Cette inspiration gâchée par l’initiative d’Ambroisie ne manqua pas de l’exaspérer davantage et tel un rappeur fou cherchant à mettre le bronx dans son quartier, il poursuivit la Lieutenante. Malgré quelques ralentissements dus aux insectes cherchant à protéger leur supérieure, il finit par la retrouver dans sa cachette, lançant quelques mouvements de hip-hop dans une grâce digne des plus grands danseurs de son temps.

« Ton flow n’est pas cool quand tu roucoules ! J’vais t’mettre des pains, tu s’ras même plus un lapin ! File mon micro si tu veux pas finir en McDo ! »

Ambroisie avait fait une grave erreur en prenant le micro du franc-marin et elle allait désormais le regretter. Dans un superbe enchaînement de saltos et de roulades, Amanem s’élança sur la Lieutenante pour lui porter une descente du pied sur l’épaule afin qu’elle lâche son micro fétiche. Avant même que ce dernier ne touche le sol, il le récupéra et se lança dans un flow déchaîné, ne se préoccupant plus de la voleuse.

« Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour !!!! Public adoré, laisse-moi être consterné par tous ces bornés qui ne voient pas la vérité ! »

Effectuant un petit pas de danse, le franc-marin revient sur la place pour continuer son show. Après tout, il lui reste encore du monde à enivrer de sa musique.


Pendant ce temps, le maire sort des égouts avec Minimus, Gray et Sora, ainsi que quelques civils. Fort heureusement pour lui, Gray parvient à le pousser au moment où une jeune femme l’attaque. Bien sûr, en tant qu’expert du Rokushiki, il se doute bien que cela ne s’est pas fait sans un petit sacrifice et en voyant le corps de celui qui l’avait défendu, il put constater qu’un shigan lui étant destiné, l’avait blessé. Malgré cette nouvelle blessure, le colosse sembla à nouveau chercher à convaincre la Marine que Carlotta était la seule ennemie mais bon, en tant qu’ancien du Cipher Pol, Syraq savait très bien que ce genre de monologue ne servait à rien face aux ordres qu’ils avaient reçu. Il avait déjà essayé de le faire comprendre à Gray et Sora, mais visiblement sans grand succès. Toutefois, la situation avait changé avec l’apparition des franc-marins et il était peut-être temps de faire un coup de poker pour s’assurer une petite victoire.

« Je vous remercie pour votre soutien Monsieur Ashura. Je saurai m’en souvenir, soyez en certain. Malheureusement, les jeux de pouvoir ne sont pas si simples et pour obtenir, il faut donner. »

Le Maire semblait prêt à se défendre plus sérieusement mais bon, il restait à voir ce qu’il comptait sacrifier pour obtenir ce qu’il voulait. L’apparition du jeune Lieutenant Leone fut une surprise, tout comme son discours assez sage, mais naïf. Malheureusement pour lui, Mr. Fook qui était trop loin pour entendre les mots du soldat de la Marine, fonça sur sa proie comme un aigle poilu et d’un superbe soru, se retrouva entre le maire et John. Il envoya un double rankyuku sur le pauvre lieutenant afin de protéger le maire et écarter cette menace supplémentaire, surtout que l’autre femme, qu’il avait combattu plus tôt, n’était pas bien loin. Cette intervention fut le début d’une situation particulièrement pittoresque car l’attaque sur le Lieutenant Leone poussa une nouvelle venue à agir. Cependant, il ne visa pas le Minks franc-marin, mais bien l’imposant Gray qui reflétait la parfaite symbolique de l’homme fort et macho qu’elle méprisait et aimait en même temps. Une lame de vent arrivait droit sur le chasseur de prime, ce qui attira l’attention de presque tout le monde. Telle une héroïne, une femme se dévoila aux yeux de tous. Son sabre en main qui venait de lancer son attaque, elle fit un grand sourire avant de s’adresser à ses ennemis comme à ses alliés.


« Si Merouvia est mort, tel un faible homme sans envergure, le désespoir n’est pas permis ! Moi, Nojiko Fujita, suis la nouvelle Commodore de North Blue ! Donc reprenez-vous soldats, la lutte n’est pas finie et l’honneur de la Marine est en jeu ! »

La situation devenait très compliquée et c’est donc dans cette apparente confusion que Syraq fit quelque chose de particulièrement surprenant. En effet, l’ancien agent du Cipher Pol savait très bien ce qu’il devait faire pour ne plus être la cible du gouvernement. En l’espace de quelques secondes, un combat débuta entre le maire et Mr. Fook qui avait compris la tentative de Syraq. Les deux experts en Rokushiki partirent dans un combat presque imperceptible à l’œil nu vu la vitesse de leur Soru. Même si c’était assez inattendu, la nouvelle Commodore de North Blue ne s’en préoccupa pas plus que ça pour le moment vu qu’il serait encore temps de capturer le vainqueur de ce duel et après tout, il était déshonorant d’intervenir dans ce genre de combat. C’est donc sur Gray qu’elle porta son dévolu et cela à plus d’un titre. En effet, détaillant l’imposant bonhomme, un petit sourire apparut sur son visage et elle alla même jusqu’à lui faire un clin d’œil.

« Tu es tout à fait à mon goût mon beau ! J’espère que tu n’as pas peur des femmes fortes ? »

Histoire d’éprouver cet amour naissant envers ce qui s’apparentait plus à un gorille qu’un homme, Nojiko lança une attaque au sabre sur sa proie, visant à lui trancher les talons d’Achille pour l’immobiliser et en faire ce qu’elle veut.

« Love & Submission !!! »



Devant tout ce chaos, la Commodore Connor s’installa derrière la mitrailleuse qu’elle avait faite installer sur le toit. La fumée se dissipant, elle ne perdit pas une seconde à lancer un ultimatum ou autre joyeuseté de la sorte. Il était temps de faire parler la poudre et montrer que la Marine dominait les débats sans la moindre faille. C’est donc en usant de sa précision légendaire qu’elle commença à ouvrir le feu sur les ennemis du Gouvernement, ne faisant aucune distinction entre le Maire et ses hommes, et les franc-marins. Tous les ennemis méritaient de subir son châtiment. Les franc-marins commençaient à s’écrouler sous les balles et il restait à voir qui parviendrait à tirer son épingle du jeu dans une situation aussi chaotique.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 26
☠ Âge du Personnage : 18 ans
☠ Berrys (x1000) : 23970
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 3750
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
40 / 99940 / 999
☠ Karma :
485 / 999485 / 999


MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   Dim 21 Oct - 18:57



Les choses ne s’étaient pas vraiment passées comme prévu. Le gros type qui accompagnait le maire avait réussi à empêcher son exécution sommaire mais bon, il n’était pas vraiment la menace la plus importante. Cet enfoiré de Syraq semblait en pleine forme et maintenant qu’il l’avait repéré, il serait presque impossible pour la jeune agente du Gouvernement Mondial de l’assassiner. A cause de ce chasseur de prime, son unique occasion lui avait filé entre les doigts et c’était particulièrement frustrant pour la jeune femme qui mordit puissamment dans son bâtonnet frit pour évacuer sa rage. Comment ce type avait bien pu voir son attaque et sauver le maire, cette question la rendait folle de rage et surtout, il fallait maintenant réfléchir à un autre moyen pour mener à bien sa mission. Le lieutenant qui s’était déjà fait remarquer par des annonces idiotes arriva à ce moment, ressortant à nouveau une débilité qui ne manqua pas de provoquer l’hilarité de la souriante Commandante Tama Kirr.

Fort heureusement, un invité-surprise sembla tout aussi décidé qu’elle à réduire au silence cet imbécile. Le koala franc-marin lui asséna deux attaques particulièrement puissantes et Kiko n’essaya même pas de l’aider, ne voyant dans tout ça qu’un juste retour des choses. S’il espérait venir sur le champ de bataille avec son idéologie de gamin, il pouvait mourir sans délai. Quoi qu’il en soit, la situation prit une tout autre tournure quand le maire attaqua la Tour franc-marine. Une belle expression de joie put se lire sur le visage de Kiko qui observa la scène avec attention. Grâce à tout ça, une prochaine opportunité apparaîtrait certainement et il serait alors temps de réduire tout ce petit monde au silence. Guettant le moment parfait pour éliminer sa cible, elle fut à nouveau surprise par l’arrivée de la nouvelle Commodore. En tout cas, cela commençait à ressembler à un véritable défilé et bien que le moral des troupes de la Marine fît un large bon suite à cette arrivée soudaine, se fut véritablement les tirs précis et puissants de Connor avec sa mitrailleuse qui mit tout le monde d’accord pour dire que la victoire commençait à pencher de leur côté.

Il était toutefois temps pour Kiko de s’illustrer un peu car après tout, le combat entre Syraq et Fook pouvait encore durer un certain temps avant qu’une ouverture soit possible. C’est donc sur Amanem que son dévolu se jeta. Il n’allait certainement pas rester à l’écart après que son équipier se soit fait attaquer et par conséquent, l’agente du Cipher Pol devait peut-être envisager de passer au plan B. C’est donc d’un soru que la jeune femme aux cheveux violets se retrouva derrière Amanem qui paradait avec son micro fraîchement retrouvé. Elle lui asséna plusieurs shigans afin de ralentir ses mouvements, visant les articulations des bras et des épaules. Elle devait essayer de le garder en vie et par conséquent, les coups léthaux devaient être évités. Elle commença une rotation sur les mains afin de donner de la vitesse et de la puissance au coup de pied qu’elle lui porta.

« Tourbillon des Abysses ! »

Son attaque ne semblait pas avoir de fin et histoire d’être sûre d’avoir un avantage sur lui, la jeune femme continua avec un rankyuku tranchant. Si ce type était hors d’état de nuire, la capture de Fook et le mort de Syraq ne serait peut-être pas impossible. Si elle parvenait à réaliser tout ça, il y aurait de grandes chances qu’un véritable festin l’attendrait à son retour à la base. En plus, si elle ne pouvait pas toucher à la lapine pour le moment, une fois Fook en prison, elle pourrait certainement se préparer un petit carpaccio de koala. Rien que cette idée lui donnait déjà l’eau à la bouche. Elle essuya le fin filet de bave qui coulait au coin de ses lèvres, avant de se reconcentrer un peu plus.

Son regard se posa ensuite sur le macaque qui accompagnait le gros costaud de tout à l’heure. Celui-là aussi semblait bien appétissant. Peut-être qu’elle pourrait faire d’une pierre, deux coups et réaliser un superbe mélange koala-singe. Cette idée de met unique la poussa à envoyer un rankyuku en direction du singe accompagnant Gray, espérant bien le tuer pour récupérer sa dépouille en fin de combat et pouvoir la préparer à sa guise. En plus, avec l’attention du gros balèze sur la Commodore Fujita, c’était une cible facile qui ne lui apporterait pas la satisfaction d’avoir apporté énormément de résistance mais bon, elle s’en serait nettement plus voulue si elle n’avait pas réussi à goûter cette viande certainement unique.

Techniques:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Place de la Mairie] Dictature ou République !   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Place de la Mairie] Dictature ou République !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» VOICI COMMENT ON IMPROVISE UN DICTATEUR ET UNE DICTATURE !
» Une humiliation publique... (RP terminé)
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: South Blue :: Baterilla :: La Guerre Civile de Baterilla-
Sauter vers: