Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arya, en avant pour la liberté ! [Corrigée et terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 21
☠ Âge du Personnage : 19
☠ Berrys (x1000) : 5289
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Hiju-Hiju No Mi - Fruit de la Gravité
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1550

MessageSujet: Arya, en avant pour la liberté ! [Corrigée et terminée]   Jeu 28 Juin - 17:56



m
Arya S. Shiningstar


Prénom et Nom: Arya S. Shiningstar
Âge : 19
Sexe : Féminin
Avatar : Bluesy Fluesy – Taboo Tattoo
Groupe : Francs Marins
Métier : Pion et Médecin
Espèce : Humaine
But :  Ramener la paix et l’équilibre dans ce monde corrompu et devenir un symbole de la liberté, pouvoir soigner tous les blessés qu’elle croisera. Sauver ses deux amies

---------------

Fruit du Démon : (sous réserve de validation) Hiju Hiju No Mi - Fruit de la Gravité
Autres capacités : Aucune


Questionnaire

Vous ne voulez pas passer par l'habituelle case des descriptions ? Alors optez pour ce questionnaire !

1. Apparence physique


Taille : 1M78
Poids : 67 Kg
Cheveux : Blancs
Yeux : Bleus


2. Tenue vestimentaire habituelle


Arya adopte un style particulièrement affinée, tout dans ses vêtements respirent une apparence entièrement étudiée pour tirer avantage de son physique impeccable. Des cheveux soigneusement attachés pour ne pas se les faire tirer en plein combat. Des hauts toujours suffisamment larges pour ne pas gêner les mouvements, mais parfaitement assortis à sa peau ou ses yeux. Laissant souvent ses bras nus, exhibant par la même son tatouage de rose sur le bras gauche. Pour le bas, elle laisse voir ses jambes en portant surtout des shorts légèrement moulant pour laisser juste entrevoir ses formes. Enfin, des bottes, souvent noires parachèvent ce style vestimentaire soigné. Aussi, on peut voir dans son dos un bâton de bois, de grande taille, soigneusement taillé.

3. Motivations


Que dire sur sa volonté ? Ses motivations, elles les a obtenues en partie à cause de son passé sur l’île de Dawn, sur East Blue, puis, sa conviction n’a fait que se renforcer par la suite, la conviction que les soi-disant «grands» de ce monde sont des gens empêtrés dans leur richesse et leur vision étriquée. Des corrompus faisant passer leur intérêt personnel avant celui de leurs peuples, qui devrait pourtant être leur première priorité. Bref, il n’y a pas plus à lui dire pour vouloir rétablir la vraie liberté dans ce monde rempli de tyran.   De plus, elle sait qu’une révolution fait des dégâts, c’est pour cela qu’elle veut éviter les dommages collatéraux en soignant tous les blessés qu’elle pourrait croiser, pour éviter aux populations de subir les retombées d’une guerre qu’il ne souhaite pour la plupart pas.

4. Opinion sur le gouvernement mondial


C’est une opinion assez simple à résumer, en fait, l’association des différents gouvernements pouvaient lui sembler une bonne idée, une association de pays s’entraidant pour promouvoir la paix dans le monde. Voilà une idée bien séduisante, mais chacun était traité de manière trop inégalitaire en fonction de sa puissance et de sa noblesse, et ce sont les dirigeants qui retirent tous les bénéfices de cette entraide, les petites gens ne voient que les restes de ce que les rois et les nobles se partagent, mais ils ne sont clairement pas à sous-estimer, ils sont extrêmement puissants.  C’est pour cela qu’il faut démanteler cette organisation et tout reprendre à zéro. Pour trouver des lendemains plus heureux

5. Opinion sur la piraterie


Arya trouve une réelle beauté à la piraterie, une sorte de très noble doigt d’honneur au gouvernement mondial et à ces règlements, ainsi, les pirates ont dans son esprit une très bonne image, en tout cas pour ceux qui vivent surtout pour leur idéal de liberté, les pirates psychopathes qui se contentent de massacrer des civils pour leur bon plaisir ne gagnent que son mépris et son aversion.  La piraterie est une ode à la liberté, et elle espère en faire des alliés pour la plupart plutôt que des ennemis.

6. Opinion sur la franc-marinerie


Il fallait bien le dire, la franc-marinerie n’est pas exactement ce pourquoi elle se bat, elle se bat aux côtés de la franc-marinerie, et là est la différence. Elle en fait partie, elle compte bien y gravir les échelons, mais son combat est avant tout pour la liberté. La franc-marinerie est une organisation qui a, en tout cas pour elle, le but logique de disparaître à terme. En effet, cela voudra dire que l’on aura plus besoin d’eux, car les gens seront libres. Et c’est ce qui lui importe le plus. Mais elle considère quand même chaque combattant de l’organisation comme un allié et un ami, un défenseur des peuples, et elle se battra toujours de leurs côtés jusqu’à sa mort.




Histoire

L’île de Dawn, sur East Blue, une île qui, sous un certain angle, peut paraître magnifique. Mais j’y avais toujours trouvé quelque chose d’un peu pourri. C’était d’ailleurs pas vraiment compliqué à voir, c’était même pas réellement caché à vrai dire. A deux pas de mon village, il y avait le quartier des nobles. Mes parents les aimaient bien pourtant, ils disaient qu’il y avait une logique à ce qu’il y ait des gens supérieurs dans la société. Mais ils ne savaient même pas vraiment pourquoi ils disaient cela, ils étaient juste habitués à le faire. C’était ce qui rendait cet endroit pourri à mon sens.
   Pour tout dire, mon enfance n’a jamais été une partie de plaisir. Être fille de pêcheur, c’est pas la situation qui nourrit le plus. Les difficultés financières sont atroces, tant est si bien que l’on apprend très vite à utiliser ses mains, pour retaper du matériel, le désosser, récupérer les pièces, tout ce qui pouvait être utile était repris.  On avait pas vraiment d’école, on s’éduquait un peu comme on pouvait, on apprenait sur le tas généralement. Mais, à chaque fois que je trouvais des vieux livres à moitié déchirés, j’essayais de lire ce que j’en pouvais, mes parents m’ont appris à lire de manière correcte, et, à force de pratique, j’avais fini par devenir plutôt douée pour ça. Alors j’ingurgitais tout ce que je pouvais trouver comme bouquin à moitié déchiré dans la décharge. Il y avait parfois des trucs vraiment intéressants qui tombait dedans, ces mecs avaient tellement d’argent à gaspiller qu’ils en jetaient des bouquins qui avaient à peine servis, c’était plus rare que ceux à moitié détruit, mais c’est ce qui m’énervait le plus. Je m’essayais ainsi à ce qui allait devenir mon gagne-pain plus tard, j’essayais de comprendre les -trop rares- traités de médecine qui me tombait dans la main, on avait pas de médecins vraiment compétents dans le village, on faisait tout par nous-même, et on avait pas beaucoup de médicaments, alors on utilisait le système D. Mais une maladie un peu plus dure, et on ne pouvait rien faire pour la traiter, faire des opérations ? Je suis pas certaine que quelqu’un maîtrisait le concept de stérilisation dans le village, alors la maîtrise du scalpel… Bref, j’avais beau pas tout comprendre, dès que je trouvais quelque chose qui avait trait à la médecine, je le prenais au plus vite et l’emmenais chez moi pour l’étudier.
   Les autres enfants me comprenaient pas tous, mais ils me laissaient tranquille quand je leur expliquais que je faisais ça pour les soigner plus tard. Et puis mes amies étaient vachement sympas. Dès qu’elles trouvaient quelque chose, elles venaient me le donner. Toujours le sourire aux lèvres, bien trop heureuse de m’aider, et je ne les remercierais jamais assez pour ça. Eleanore et Lin, mes deux meilleures amies, on est restés inséparables, peut-être parce qu’on avait souvent les mêmes idées, notamment sur cette île et le traitement qui était réservé à ceux qui n’avaient pas eu la chance de naître avec une cuillère en argent dans la bouche. Une fois, alors qu’on avait 9 ans on s’était réunie sur le toit de la maison de Laura, en pleine nuit, et on s’était allongée là, on était légère, alors il n’y avait aucun problème pour supporter notre poids. C’est Eleanore qui avait rompu le silence la première :

- Les filles, vous pensez que ça restera toujours comme ça ?

- Comme ça quoi ? Avais-je répondu

- Bah, notre vie, est-ce qu’on va devoir rester là à regarder les étoiles sans pouvoir les atteindre ?

Je comprenais où elle voulait en venir, et cette question me procura un pincement au cœur

- Même si on pouvait les atteindre, tu voudrais vraiment devenir toi-même une étoile ?

C’est Lin qui avait parlé, et elle venait d’exprimer tout ce que je ressentais à cet instant

- Non, j’ai pas dit ça, en fait, je pensais plutôt à pouvoir s’en éloigner le plus possible, pas de problème, pas d’ennuis, juste nous trois, une maison au bord de l’océan, et assez d’argent pour pouvoir vivre tranquillement, ça doit être faisable, non ?


- On sait même pas si ailleurs c’est vraiment mieux qu’ici en fait, j’ai pas envie de faire en sorte de m’éloigner des idiots qui nous délaissent jour après jour, je veux qu’ils tombent tous de leur petit monde, et qu’ils atterrissent dans la réalité, celle ou tu te fais casser les dents quand tu prends quelqu’un de haut et que t’as pas un statut pour te protéger.

- Ce serait beau hein ?


On était toutes d’accord la-dessus, on avait envie de lutter contre ce monde pourri qui s’étalait sous nos yeux. Mais ce n’était que des rêves de gosses à l’époque, on ne pensait pas vraiment en faire une réalité, du moins pour moi.

    Une fois que j’ai eu douze ans, mes parents ont estimé que j’étais assez grande pour donner un coup de main de manière plus appuyée à la pêcherie, on passait donc de longues journées à pêcher, et je dois dire que j’étais… affreusement mauvaise, une vraie catastrophe, déjà j’accrochais jamais l’appât comme il fallait, et même quand j’y arrivais, le poisson venait pas. Je savais pas lancer le filet correctement, et même quand une de mes prises mordait, le poisson était bien trop fort pour moi, satanée poiscaille ! Il s’échappait toujours. Ma première prise, ça a été une truite de 3 kilos, et j’en ai ramé pour l’avoir ! Décidément, la pêche, c’était pas pour moi. Non, moi j’aimais quand ça castagnais, quand il y avait de la bagarre. Là, ça me parlait. J’aimais bien ça, une manière directe de résoudre ses problèmes. Et dans un village ou tout le monde peut se retrouver à se battre, j’avais de l’animation. Mais les bagarres de rue, ça m’intéressait pas, je préférais les vrais combats, avec de la technique et du spectacle. Mais on avait pas de grands combattants ici. Alors je faisais comme d’habitude, de la même manière qu’avec la médecine, je tentais des trucs dans mon coin, j’essayais par moi-même. Mais ça avait moins de résultat, Lin était pas fan de combat, mais Eleanor essayait de m’aider, parce qu’elle aussi elle voulait devenir forte. Et des années de vie dans ce village, ça donne un peu d’expérience dans l’auto-défense. J’ai petit à petit arrêté d’utiliser, mes mains, je frappais pas assez fort avec, et la seule idée qui me soit venu, c’était de taper avec autre chose, alors j’ai ramassé un gros bâton par terre, et j’ai commencé à taper avec. Eh bah ça le convenait beaucoup  mieux que de taper avec les poings, c’est depuis lors que je garde toujours un bâton sur moi pour me battre, que je taille tout les jours pour être efficace.
   Tout s’est plutôt bien passé jusqu’à mes 15 ans, j’avais commencé à devenir un joli brin de femme, et j’avais l’attention de biens des garçons, mais je m’en fichais pas mal, je n’étais pas spécialement attirée par les hommes. Cependant, je savait parfaitement mettre en valeur mon physique. Cela faisait parti de mes atouts et j’avais aucun scrupule à m’en servir. J’avais accompagnée Eleanor et Lin pour se faire notre premier tatouage, et je savais déjà parfaitement ce que je voulais, une rose sur le bras, une sorte de code entre moi et mes amies. La rose représentait l’espoir d’une nouvelle vie. Pour Lin, ce serait une colombe, derrière la nuque, pour l’espoir de la paix, et Eleanor avait choisie un bateau qui recouvrait tout une partie de son dos, pour l’appel à l’aventure. Nos tatouages eurent à peine le temps de sécher avant que l’on ait des ennuis. En fait, on avait réussi à se mettre à dos un petit bandit local, on l’avait empêché de détrousser un des petits près de la décharge, et il avait décidé de se venger. Il était revenu avec 5 de ses potes. Au total, ils étaient 6, et il n’y avait qu’Eleanore et moi qui sachions réellement nous battre. Heureusement, je ne me séparais jamais de mon fidèle bâton. Royo, le bandit, parla en premier :

- Bon, ça peut bien se passer, vous me filez vot’matos, vot’fric et tout ce qui a de la valeur, et moi et mes potes ont vous cassent pas la gueule.

-Plutôt crever que de te donner le moindre berry abruti, et tu saurais même pas utiliser la moitié de ce que j’ai, vu qu’tu sais probablement pas lire.

J’avais parler sans même me retenir. J’aurais pas dû l’énerver, mais ça avait été plus fort que moi.

Il se ruèrent alors sur nous, et on dût se défendre bec et ongles. Heureusement, mon bâton se révéla extrêmement pratique pour ce type de combat, je pouvais faucher les pieds d’au moins deux adversaires en même temps avec, et Eleanore profitait de l’action que je réalisais pour assomer au moins l’un des gars avant qu’il ne se relève. Mais j’ai remarquée très rapidement une chose : contrairement à nous, les mecs n’avaient aucun esprit de groupe, ça se voyait qu’ils avaient pas l’habitude de se battre ensemble. Tandis qu’avec Eleanore, c’est presque comme si on lisait dans la tête de l’autre. Aussi, alors que nous étions parfaitement synchronisées et en posture de défense pour protéger Lin, nos assaillants attaquaient de manière totalement désorganisés, ce qui nous permettait de prendre l’avantage, la seule difficulté, c’était de ne pas se laisser encercler, sinon on perdrait notre seule avantage, mais la ruelle était un peu trop étroite pour profiter du nombre. Ils ne purent jamais nous encerclées. Tandis que ses alliés tombaient les uns après les autres, Royo courut dans la direction inverse en hurlant :

- Là, je vous le dit, mon oncle va être au courant et il va vous dézinguer bande de p…


Mais son insulte c’était déjà perdu dans le silence de la nuit, seulement rompus par le gémissement des 5 mecs à terre.  

On a eu 1 an pour fêter notre victoire, j’imagine que c’est le temps qu’il à dû mettre pour convaincre son oncle d’aider un cas aussi désespéré que lui. Je connaissait pas son oncle avant ça, mais je devinais que ça devait pas être un vendeur d’assurance ou un marchand de tapis. Il commença fort son oncle, en pleine nuit, il réussit à nous enlever toutes les trois, en envoyant 3 hommes pour chacune d’entre nous, et pas les boulets que Royo avait trouvés, non, de vrais bon gars, ils ont été ultra rapide. Bâillonnée avant même de m’en rendre compte, j’ai à peine pu me débattre avant qu’ils ne m’assomment. Mes parents étaient partis depuis longtemps, un travail trop harassant et intensif les avaient achevés trop tôt.  Lorsque j’ai rouvert les yeux, j’étais dans une pièce sombre peu éclairée, avec une cage devant moi, juste à côté de Lin et Eleanore. J’ai à peine eu le temps de les étudier pour voir si elles allaient bien, qu’elles se réveillèrent également. On se demandait toute les trois ce qui se passait, on avait oublié l’histoire de Royo, et on pensait à des choses atroces, comme des marchands d’esclaves. Et inutile de dire qu’ils avaient pas prit le temps de nous changer, super, un kidnapping en pyjama ! On a pas eu à attendre longtemps, Royo est descendu nous voir et là, on a compris qui nous avait tendu ce coup fourré.

- Alors, je vous avait prévenu que j’allais revenir avec mon oncle ! Ben quoi, vous dite plus rien, vous faites moins les malignes dans cette position, hein »


C’est bien pour ça que je traînais pas beaucoup avec les mecs, dès qu’ils faisaient un truc, ils avaient besoin de s’en vanter pendant des plombes. Quelqu’un est alors descendu, plus agé que Royo, et bien plus imposant, je crois qu’on venait de trouver le tonton.

- La ferme Royo, je dois discuter avec ces jeunes filles. »

La tête de Royo voulait tout dire, son oncle l’effrayait tellement. C’en aurait été drôle dans d’autres circonstances.

- Bonjour jeune fille, navré pour cette accueil plutôt brutal, mais c’était la seule façon de faire plaisir à mon cher neveu. Cependant, j’ai appris que vous l’aviez malmené il ya maintenant quelque temps, et, il fait parti de ma famille, alors j’aurais des soucis avec ma réputation si je vous laissais vous en tirez sans problèmes pour ça. Alors vous allez devoir payer, et je connais le meilleur moyen pour ça. On va vous emmenez dans le quartier des nobles, vous allez officiellement devenir esclave, félicitations ! Vous avez même déjà été acheté. Par contre, je ne faisais pas de prix de groupe, alors je pense que vous ne vous reverrez pas de sitôt. Mais soyez contente, je vous ait vendus 30 000 berrys chacune.

Il était resté très calme et maniéré durant son discours, et moi, je faisais tout ce que je pouvais pour ne pas pleurer. Je me sentais coupable, c’est moi qui avait cherchée Royo et qui avait fait en sorte  que l’on aide les petits qu’il attaquait. Et on allait finir esclave par ma faute. On a même pas eu la possibilité de s’échapper à vrai dire, aucune issue, et il y avait trop de types pour nous escorter dans nos nouvelles « familles ». C’est à partir de là que j’ai vécue deux années de galère absolue.
    Mes «propriétaires» étaient des petits nobles, qui m’utilisaient pour toutes leurs tâches ingrates, avec eux, un petit garçon et une petite fille. Leur fille semblait beaucoup plus agréable qu’eux. C’était moi qui devait la surveiller, mais je n’étais jamais très stricte, d’abord parce que je n’avais pas le droit d’hausser la voix contre elle, et ensuite parce que cette petite en bavait déjà assez avec ses parents pour que j’en rajoute. On l’obligeait jour après jour à porter des robes affreuses qu’elle n’aimait pas et qui la faisait paraître plus mince qu’elle ne l’était pour plaire aux hommes de la noblesse afin de lui trouver un époux convenable. J’essayais de la protéger du mieux que je pouvais. Mais moi-même, j’avais du mal à ne pas penser à mes amies, coincées quelque part. Avec moi, il y avait Johan, un autre esclave qui s’occupait du garçon de la famille. On nous interdisait de trop parler, mais il avait l’air sympa, il essayait toujours de m’alléger le travail, alors j’essayais d’en faire de même, la solidarité, c’est tout ce qu’on avait. Je guettais toujours des occasions de m’enfuir, mais aucune n’était abordable, parce que, si je devais fuir, je devrais quitter l’île pour être certaine de ne pas être retrouvée, et je devais partir avec Lin et Eleanore. On a quand même réussi à se recroiser, quand on allait aux courses pour nos propriétaires, par pure chance, on avait été envoyés ua même horaire moi et Lin, on a donc pu rapidement parler. Ainsi, j’ai appris qu’elle et Eleanore, avait été affectée à des familles voisines, donc elles pouvaoent se voir de temps en temps. Mais elles étaient à l’autre bout de la ville par rapport à moi. Voilà qui allait compliquer notre évasion.Mais j’avais vu la lumière dans les yeux de Lin, elle était prête tout autant que moi à s’échapper. L’occasion nous fût donnée après près de deux ans de vie d’esclaves.
    Les idées des francs-marins s’étaient répandus un peu partout dans le monde, et moi-même y portait un certain intérêt, y voyant un ticket de salut. J’avais réussi à faire voir mes quelques compétences médicales à mes propriétaires, qui me laissaient un peu plus de latitude, ils devaient estimer m’avoir entièrement «domestiquée» maintenant. Mais il n’en était rien. Ces gens représentaient tout ce que je détestait dans la noblesse : l’avarice, la paresse, le dédain de splus petits qu’eux. Ils reçurent un soir la visite d’un groupe du gouvernement, qui leurs avaient demandé de « surveiller ce trésor au péril de leur vie ». Cela ne me surprenait plus ces visites, apparemment, le père avait été un ancien agent CP il y a longtemps, très compétent, mais il avait renoncé à son poste lorsqu’il avait épousé sa femme issue de la noblesse. Et  il redoutait un raid franc-marin sur la maison. Nous nous étions caché, Johan et moi, pour entendre la conversation. Je savais ce qu’il me restait à faire, patienter jusqu’à cette opération des francs-marins, et me saisir de cette chance pour partir avec eux et les rejoindre. Je reviendrais chercher mes amies par la suite, quand je serais devenue assez forte pour les reprendre moi-même, j’irais les reprendre. L’assaut arriva 3 mois après. Un petit groupe s’était introduit dans la maison de mes maîtres, ce qui me rappela la nuit ou l’oncle de Royo m’avait enlevée. Je fus réveillée par un homme encapuchonné, qui me faisait signe de quitter la maison, je répondis d’un «non» décidé de la tête en montrant mes poings, pour signaler mon envie de me battre à leur côtés. L’homme ne semblait pas prêt d’accepter, je lui fit alors croire que j’allais vers la sortie, mais je me suis empressée de me dissimuler dès qu’il a eu le dos tourné. Hors de question de repartir sans aller les aider. Pour moi, il était simple de me trouver de quoi me battre. Mes maîtres avaient leur propre four à pain. Je me suis servi du bâton qui permettait de le cuisiner, j’en ai cassé le bout et me suis confectionnée une arme de fortune. J’ai alors entendu des bruits de lutte venant des sous-sols. Je me suis précipitée ver slà, avant de trouve run spectacle peut réjouissant. 3 personnes encapuchonnés étaient déjà à terre, tandis que mon maître en affrontait deux en même temps, et les dominait assez largement. Ils avaient réussi à ouvrir la cage derrière lui, qui ne contenait qu’un simple fruit. Je connaissais ça, un fruit asse zprécieux pour prendre la peine de l’enfermer, cela ne pouvait être qu’un fruit du démon, on y faisait parfois allusion dans les livres que je lisais. J’avais lu qu’il donnait des pouvoirs extraordinaires à ceux qui en prenaient ne serait-ce qu’une seule bouchée. Le chef du groupe avait bondi sur mon propriétaire, et tandis qu’eux se battait, la cage demeurait sans surveillance, je n’avais qu’à m’approcher doucement, et en croquer un morceau, pour qu’il échoue sa mission et que j’obtienne un pouvoir démentiel. Heureusement, le chef du groupe était un bon combattant, suffisamment en tout cas pour qu’il retienne l’attention du noble le temps que je m’empare du fruit et que je parvienne à croquer dedans. Lorsqu’il vit ce que j’avais fait, mon maître se jeta sur moi à la vitesse de l’éclair. Il m’a chargé à une vitesse folle, alors que je tentais vainement un coup de bâton, je me suis pris un coup de genou dans les côtes. Je me suis retrouvée au sol, groggy, tandis que le chef reprenait son combat. Alors je me suis concentrée de toutes mes forces pour faire un truc, n’importe quoi, avec ce fruit que j’avais mangé. Mais cela ne marchait pas, de rage, en me relevant, j’ai frappée le sol de mon bâton, et les divers débris du combat, morceaux de bois, gravats et autres, commencèrent à flotter. Je les avaient fait voler ? Non ça n’avait pas l’air d’être le cas, ils continuaient de flotter et de s’envoler comme si ils n’étaient plus soumis à la pesanteur terrestre. Je me suis reconcentrée au plus vite en les envoyant dans la direction de mon adversaire façon frappe de base-ball… HOME RUN ! Tout a toucher , mais ça l’a surtout gêné plus qu’autre chose, il aurait fallu quelque chose de plus gros pour vraiment faire du dégât.  Mais on était au moins assez gênant pour le faire douter sur qui attaquer en premier, à deux, on devait pouvoir l’avoir. L’autre gars en cape se chargeait visiblement de l’attaque frontale, il avait l’air de se débrouiller avec ses poings. Alors moi, j’essayais de porter les coups imprévisibles. Tout en essayant d’activer mon pouvoir. Alors, pendant un cours laps de temps, je lui ai laissé le combat, et j’ai décidé de me concentrer à 100 % sur une des commodes qui traînaient par là. Et au prix d’une grosse concentration, j’ai réussi à totalement la soustraire à la gravité. Pendant que l’autre gars l’occupait, j’ai attrapée le meuble à bras-le-corps, couru jusqu’à mon ancien propriétaire, et le lui ai balancé à la gueule. Et ça avait fait du bien. Il s’est retrouvé sonné par le coup, mon allié de circonstance n’eût donc plus qu’a frapper son crane avec son pied, et le voilà assommé. Pas vraiment le temps d’admirer notre fait d’armes, il fallait qu’on se tire en vitesse.
Et c’est ainsi que j’ai pu quitter le quartier des nobles et l’île de Dawn, ces francs-marins avaient été envoyés depuis Konomi, une petite île non loin. Leur chef, Max, m’avait proposé de les rejoindre, et de venir vivre là-bas, à vrai dire, j’ai pas réfléchi 10 secondes, j’ai immédiatement acceptée. Patientez quelque temps les filles, je reviens vous chercher au plus vite.        


Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ?  LucassDirect
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! Aucun maintenant, alors plus tard




Dernière édition par Arya S. Shiningstar le Lun 2 Juil - 22:31, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 21
☠ Âge du Personnage : 19
☠ Berrys (x1000) : 5289
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Hiju-Hiju No Mi - Fruit de la Gravité
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1550

MessageSujet: Re: Arya, en avant pour la liberté ! [Corrigée et terminée]   Dim 1 Juil - 10:39

Salut ! Petit message pour signaler que j'ai terminé ma fiche, merci d'avance pour la correction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 1010
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 66710
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé), Observation (Novice)
☠ Dorikis : 9093
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: Arya, en avant pour la liberté ! [Corrigée et terminée]   Mar 3 Juil - 8:49




Validation


Salut Arya ! Je passe valider cette prez Very Happy

Qualité : 400/500


Les difficultés financières sont atroces, tant est si bien que l’on apprend très vite à utiliser ses mains -> tant et si bien

des trucs vraiment intéressants qui tombait dedans -> tombaient

ceux à moitié détruit -> détruits

dans un village ou tout le monde peut se retrouver à se battre -> où

son insulte c’était déjà perdu dans le silence de la nuit -> s'était déjà perdue

Un style très frais avec une plume plus que correcte, néanmoins entâchés par pas mal de petites coquilles. Pense à bien te relire et, surtout, fais attention aux accords du pluriel !

Cohérence : 350/500


On va vous emmenez dans le quartier des nobles, vous allez officiellement devenir esclave, félicitations -> Alors... Dans One Piece, l'esclavage est interdit. Le Gouvernement Mondial est ce qu'il est, il a tout de même fait de l'esclavage un crime, tout comme son trafic. Donc le noble qui vous achète, tout comme celui qui vous a kidnappés, se rendent coupables de crime contre le GM, et les gouvernementaux qui ont ramené le fruit aurait dû, au moins, s'en rendre compte.
La seule exception à cette règle est les Dragons Célestes, qui, de toute façon, ont tous les droits. Par conséquent, il est impossible que tes "soeurs" et toi ayez été vendues à un simple noble qui n'est pas un Tenryubito, surtout compte tenu du fait que le père est un ancien du CP.

Leur chef, Max, m’avait proposé de les rejoindre, et de venir vivre là-bas, à vrai dire, j’ai pas réfléchi 10 secondes, j’ai immédiatement acceptée. Patientez quelque temps les filles, je reviens vous chercher au plus vite -> cette affirmation m'a vraiment pris de court. Pour moi, Arya était plus attachée à ses amies que ça, et le fait que prennes le temps de préciser qu'elle n'a "pas réfléchi 10 secondes" montre que, au final, tu t'en fiches un peu. Tu aurais pu douter, expliquer, par exemple, que rejoindre les FM t'offrirait une meilleure infrastructure ainsi que des alliés pour les libérer. Là, on dirait presque que pendant qu'elles continuent d'être esclaves, toi tu vas vivre une vie d'aventure et de libération.

Longueur : 250/250


Une histoire de taille plus que correcte, avec une dégustation de fruit, une scène de combat, un passif et l'explication des rêves. Rien à dire, ça me va !

Originalité : 300/500


Commencer sur l'île de Dawn, là où Luffy et les autres ont grandi, ce n'est effectivement pas très inattendu. Je trouve un peu dommage que tu te sois contenté de la facilité pour nous faire une "Sabo-like", avec un personnage dont le but est de faire redescendre sur terre la noblesse. Évidemment, vos deux passifs sont différents, mais la finalité reste la même.

Je trouve également dommage qu'Arya reste finalement assez en surface au niveau de sa personnalité, loin, en tout cas, des habitudes souvent loufoques et exagérément burlesques de One Piece. Jolly Roger est un forum qui essaye réellement de valoriser les personnages qu'Oda lui-même pourrait inclure dans son histoire, et il aurait pu être intéressant de jouer là-dessus.

Évidemment, la sensibilité que possède ton personnage, sa naïveté et sa douceur également la rendent attachante, et ton style s'y accorde si bien qu'il est difficile de dévaloriser son originalité.

Subjectivité : 250/250


Une présentation tout de même très sympathique, avec un personnage attachant ainsi qu'un style très rafraîchissant ! J'ai bien aimé Very Happy

Ton fruit t'est accordé, amuse-toi bien avec la gravitééééééé (*Interstellar intensifies*)

Note finale : 1550 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Arya, en avant pour la liberté ! [Corrigée et terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arya, en avant pour la liberté ! [Corrigée et terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fangorn
» Pour la liberté d'une reine [Dans Dras Leona]
» [MJ] Trinquons à la Téquilla pour la Liberté!
» [20 avril] En avant pour une nouvelle histoire ?
» En avant pour l'inter-High ! .... Ah, c'est déjà fini ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: