Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’épouvantail des mers [à juger]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre de la Meute Ardente


☠ Messages : 22
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 16129
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2314
☠ Rang :
  • Δ – Delta
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre de la Meute Ardente

MessageSujet: L’épouvantail des mers [à juger]    Ven 1 Juin - 23:16



Mariane "Le Fétichiste" Cross








Prénom et Nom: Mariane Cross
Âge : 10 ans
Sexe : Féminin
Avatar : Himawari
Groupe : Pirate
Métier : Chouchoute du chef
Espèce : Humaine
But : Grandir sereinement

---------------

Fruit du Démon : (sous réserve de validation) Fruit du Vaudou ; Gouma Gouma no Mi
Autres capacités : (sous réserve de validation) XXXX


Questionnaire

Vous ne voulez pas passer par l'habituelle case des descriptions ? Alors optez pour ce questionnaire !

1. Apparence physique


Taille : 1mètre 20
Poids : 34 kilos
Cheveux : Brun bleuté
Yeux : bleu océan


2. Tenue vestimentaire habituelle


La fillette aime rester discrète. Le plus sobre possible. Ses vêtements seront donc généralement lambda. Sans trop de motif, juste des couleurs unies! Un sweet à capuche d'un vert pale, en-dessous duquel un t-shirt en marinière moule les formes plates, d'une enfant de son âge. Puis, pour ce qui est du bas, elle enfile une petite jupette type écolière pour laisser ses petites jambes pâlottes, bronzer grace aux rayons du soleil qui caressaient sa peau. En guise de chaussure, des petites claquettes bon marché, avec des semelles en tissage de bambou! Vous l’apercevrez quasiment toujours accompagnée d'une poupée, sa petite protégée!  

Voici pour sa garde robe. Mariane n'a pas énormément de vêtement et le contexte de son histoire l'expliquera. Il ont une valeur sentimentale pour elle et donc, en aucun cas la petite ne veut s'en séparer!

Elle n'a aucun artifice, pas de maquillage, pas de couvre-chef rien. Cross tien à rester la plus basique possible pour que l'attention ne soit pas portée sur elle. C'est en quelque sorte, sa marque de fabrique.
 

3. Motivations


Dire qu'elle agit pour l'argent serait un énorme mensonge. Son jeune âge fait que la jeune fille n'y apporte pas beaucoup d'importance pour le moment. Même si, elle est au courant que c'est grâce à lui qu'elle peut avoir à manger dans son assiette. La Mariane est poussée d'avantage par l'envie d'apprendre le maximum. S'instruire, s'instruire! Plus elle emmagasine des connaissances et plus elle est satisfaite. Quoi de mieux que le savoir? Apprendre à connaître ce monde, la pousse dans cette voie!

Ensuite, elle aspire à évoluer au sein de la piraterie. En connaître toute les ficelles pour exceller dans le domaine, voilà une tâche alléchante! Non pas qu'elle ai envie d'avoir un équipage sous ses ordres pour le moment, car, son frein majeur étant son bas-âge, la fillette aurait bien du mal à imaginer la chose. Non, le but est d'acquérir une prestance, de la stratégie et du génie!! Ainsi son arc sera bien cordé!
Et puis, sans oublier qu'avec ces quelques indications, le jeune pirate aura déjà l'impression de grandir normalement. Il lui reste beaucoup à apprendre et le reste, ne sera que bonus.

Le point far de dirais de cette quête, est tout de même de retrouver sa mère. Suite à son départ prématuré, la jeune Cross à perdue un pilier dans son développement éducatif et donc, à fait naître en elle cet envie vagabonde de ne plus suivre des règles "très stricts", ce qui explique également son goût prononcé pour la piraterie. La liberté en quelque sorte.
4. Opinion sur le gouvernement mondial


Comment dire... En fait, son expérience minime de la vie laisse très peu de place pour ce genre d'opinion. Mais le fait d'avoie entendu toute les doctrines balancées à la volée sur son île natale, à encrait au plus profond d'elle, un très gros rejet vers le système d'autorité. Obéir bêtement à des ordres venant d'un cadre que Mariane n'a pas adhérait d'elle même, et simplement impensable!

Donc c'est naturellement que la petite Cross laisse grandir un profond sentiment de dégoût envers le gouvernement qui l'entoure. D'où sa conclusion d'appartenir à une confrérie telle et un code tel que la piraterie. 
5. Opinion sur la piraterie


Et elle commence le "game"! La piraterie est pour elle sa seule et unique famille, sa raison de vivre. Mariane voit en eux et son équipage, l'avenir de la liberté! Ce n'est pas seulement une façon de vivre, un état d'esprit non, c'est un mode vie a part entière qui consiste à croquer la vie à pleine dent, se fichant littéralement des règles que la plus part des gens : Gouvernement, Marine, essaye de nous inculquer par la force. Des rebelles qui ne reculent devant rien ni personne! Alors, certes, des conflits existent entre pirates, et c'est bien normal, car, malgré qu'ils soient libre d'état d'esprit, une hiérarchie existe bel et bien. Qu'on le veuille ou pas.
6. Opinion sur la franc-marinerie


De simple opportunistes qui attendent dans l'ombre que, nous les pirates, faisions le premier pas. Ils sont anti tous en fait. Leurs cœurs balance surtout pour le vainqueur. enfin, c'est ce qu'elle pense. Car il n'ont jamais réellement parlé de leurs attentions. Il agissent dans le plus grand des secrets, codant les infirmations importantes pour narguer tout le monde!  


Histoire



~¤-[ 1417, la veille du départ ]-¤~ 
Chez moi, c'est ici!


C'était le jour du marché. La place principale était bondée et la foule, grouillée tel des fourmis en plein travaux. Les étales se vidaient aussi vite qu'elles s'étaient remplies et les manants, discutaient entre eux, négociaient, criaient leurs diverses promotions. Les couleurs et les odeurs se mélangeaient, formant un tableau parfumé reboostant. Au milieu de tout ce monde, une jeune fille, tenant dans ses bras un poupée. Oui oui, c'est bien moi! J'observais chaque mouvement qui pour moi était millimétré. Ce poissonnier découpait ses produit avec tant d'adresse... Impossible, j'était presque certaine que cet homme cachait en lui un démon surnaturel. Je ne voulais pas me venter, mais, j'avais le flair pour détecter se genre de chose. 
Les couleurs vives des différents fruits et légumes qui recouvraient l’entièreté de ce stand étaient splendide! Du vert, du jaune, du bleu et j'en passaient. Comment ne pas saliver face à de si bonne chose devant mes yeux. Voilà plusieurs jours que je n'avais pas mangé et franchement, mon ventre tambourinait de faim. J'essayais de clamer les ardeurs mais, ce n'était pas évident! 
Oui, c'était chez moi, Saint-Urea. La vie y était ennuyeuse et je m'y sentais pas bien du tout. Car, pour faire court, tout le monde était religieux à souhait! Et puis surtout, je n'avais pas la même façon de voir les choses même si, je les enfouissais au plus profond de moi pour ne pas faire tomber le masque. Je prenais la direction de ma maison, sautillant au cloche pieds jusqu'à elle. Sifflotant l'air de la berceuse que maman me chantait quand j'était petite. Je sautillais, je sautillais, tout en prenant mon temps. Avant de m'enfermé, je prenais plaisir à m'arrêter au bord de cette petite falaise pour voir le soleil se coucher, reflétant une dernière fois de la journée ses rayons qui scintillé sur la surface de la mer, miroir pur qui renvoyait mille et une image! Elle m'appelé! ma mère, ma mer...
Les quatre mures qui me séparaient d'elle était là, devant mon regard souriant. Je n'aimais pas rentrer non. Mais je faisais tous pour garder la pêche et avoir la positive attitude, même si je savais pertinemment à quoi m'attendre en poussant cette porte grinçante. Je m'approchais, serrant ma poupée dans mon bras droit, tandis que la gauche vint se poser sur le morceau de bois pour le pousser. Cette dernière n'était jamais enclenchée... Et pourtant.
Il était là, assis sur son tabouret devant sa table. Une assiette remplie de viande rouge accompagnée de petit légume saisonnier. Les vapeurs de rhum me revenaient directement dans les naseaux, levant tout mes soupçons, puis, il prit la parole : 
« Tu éTais où EnC... Hip... Ore, partis faire ta traînée! J'Ispère ou moins, hein, Que tu me ramène l'po Nion... »

Il était encore ivre serte. Mais cela permettait-il des paroles blessantes pour une jeune fille comme moi? Je le regardais de mon regard le plus enfantin pour tenter de l'amadouer un peu mais rien y faisait. Il gardait ces yeux abruties et violent d'alcoolique. Les deux cadavres sur le milieu de la table parlaient pour lui, il ne savait pas faire sans un petit remontant qui bien souvent, se transformait en beuverie monumentale et excessive... Sans prendre de gant et en ravalant mon sourire, je lui répondu : 
« Non j'étais partie faire un petit tour de marcher. Inutile d'être odieux. Et puis, j'ai rien à faire ici alors. Je découvre les moindre recoin de l'île. »

« Mais arrête, personne ne t'aime ici et tu le sait très bien! »

Venait-il de rajouter. Il était inutile de surenchérir sur ces calomnies, demain sera un autre jour et j'avais besoin de sommeil. Je me dirigeais donc vers ma chambre, dans laquelle se trouvaient quelques livres qui m'étaient précieux, en plus de ma couchette. Allumant ma chandelle pour y voir plus clair, suffisamment pour lire les phrases, j'apprenais diverses choses sur le monde qui m'entourait. La piraterie, le gouvernement et leurs doctrines, surtout ici. Les campagnes de recrutements n'arrêtaient pas de fleurir tel des champignons! Ce qui m'avait créer un dégoût envers les uniformes officiel... Puis je repensais à ce jour. Celui où tout avait basculé... Un cauchemar ambulant qui ne cessait pas de me suivre. Jamais il ne me quittera.



~¤-[1413, le commencent ]-¤~
Plus qu'une rumeur, un devenir

Il était là, juste devant moi.  Sa couleur, sa forme, son odeur. Il représentait à lui seul le pêché! Le fruit de l'envie!!! Et tandis que l'innocence rongeait ma conscience, je croquais le fruit à pleine dent! En un rien de temps, je consumais sa chaire somptueuse. Non, en fait il n’était vraiment pas bon. Mais après la première la bouchée une insatiable envie de le terminer me pris. Un peu comme, une forte dépendance impossible à freiner tant que, celui-ci ne serait pas ingurgité! Ce que j'avais fait là, je ne le savais pas. En revanche mon père lui, il savait...  
Dans mes plus profonds souvenir, je me rappelle qu'une longue engueulade suivit mon 4h. Je n'y étais pour rien après tout... Que faisait-il posé ici? Je n'étais qu'une petite fille! Bref. Je n'avais pas retenue les multiples jugerons de mon père qui à l'époque, n'était pas alcoolique, et travaillait à fond avec la Marine. Ils avaient multipliés les visites à South Blue, surtout sur à Saint-Urea. Le gouvernement avait réussi à engrainer la majorité de la population en construisant de nouvelles stèles religieuses. Ainsi ils réussirent à les mettre dans leurs poches. Plutôt facile comme méthode, mais efficaces.

Ma première nuit fut horrible! Mes rêves se transformèrent en cauchemars mettant en scène mon avatar se noyant, emporté par les abysses des profondeurs. Donné en pâture au monstre des océans. Cette sensation de ne plus pouvoir respirer était horrible! Agité, me tortillant dans tous les sens dans mon lit, virant toute les couvertures, j'étais prise d'une suée désagréable. J'avais même réussis à me faire pipi dessus.
Mon dernier cauchemar fut des plus terrifiants... C'était toujours moi qui était dans celui-ci, mais, cette fois-ci, je parlais à une sorte d'épouvantail positionné dans un champ, en plein milieu de ce dernier. Il me paraissait tellement réel! C'était étrange, ce physique, cette tenue. Une tête en citrouille orange foncé couverte d'un chapeau de paille. Le légume avait les yeux taillés en triangle, les sourcils lui donnant un air menaçant. Sa bouche donnait l'impression qu'il ricanait sataniquement. Au niveau du cou, plusieurs brins de pailles dépassaient, ce qui rendait l'illustre personnage beaucoup plus terrifiant. Pour son accoutrement, on pouvait apercevoir une salopette recouvrir l'intégralité de son corps. A première vue, il était esclave d'un grand pieu à taille d'adulte. Pour moi il était donc très grand. J'étais cependant attiré par sa silhouette sinistre. Seule sa tête semblait se mouvoir, puis, il prit la parole pour m’interpeller :
« Et gamine, comment es-tu arrivé ici? Tu as l'air complètement perdu et bien loin de chez toi, que me vaut cette visite imprévue? »

« Je ne sais pas. Je me souviens m'être endormie, et voilà. Je suis arrivé là. Qui es-tu, et pourquoi tu es attaché sur ce morceau de bois? »

« Il me semble qu'actuellement ce n'est pas moi l'esclave HAHAHAHAHA!!! Je vais t'expliquer deux ou trois petite chose sur le pourquoi du comment, tu es arrivé ici.
Je pense que tu as mangé un fruit. Ce dernier, me représentait directement. Grâce à lui tu pourras jouir d'un grand pouvoir, mais, à présent, tu es mon esclave jusqu'à ta mort HAHAHAHAHA!! »


Prise dans une crise d’angoisse, il m'était impossible à présent, de faire le moindre geste. J'étais face à cette entité, sans pouvoir exécuter le moindre geste. Ses paroles m'avaient glacé le sang. Des frissons parcouraient mon corps, créant sur ma peau, ce qu'ont appelé communément, "la chair de poule"!
Puis soudain, je me réveillais en sursaut, trempée de toute part. Cet affreux songe m'avait effrayé au plus haut point si bien que, j'entendais encore raisonner sa voix stridente et diabolique dans ma tête. Il ne s'était pas présenté, et je ne tenais pas encore à connaître son prénom...




  • ~[ Jour 1 ]~ Celui qu'on retiens


La nuit venait enfin de prendre fin. Même les volets fermés je le savais car, j'entendais le champ des oiseaux matinaux. Les rayons du soleil passaient à travers les trous causés par l'usure des années. Je m'étirais malgré la nuit désagréable, puis je me levais tranquillement, enfilant mes sandales pour rejoindre ma famille au petit déjeuné. Comme toujours, sur la table ronde de la salle à manger, mon bol remplie de lait chocolaté, et quelques tartines de céréales pour mes différents apports indispensables.
Maman était là, assise, et elle me regardait avec tant d'amour! Les habitudes ne changeaient pas. Ça me rassurait de voir qu'elle me renvoyait autant de bonheur. Mon paternel compte à lui, posait des yeux agressifs et remplis de haine. Inutile d’en parler... Je manger tranquillement sans porter attention à lui.

La journée était déjà bien entamée, l'astre en fusion avait déjà dépassé son zénith, et, il faisait très chaud. J'entendais le chant des cigales raisonner en cœur. Des petits insectes venaient se poser sur des fleurs pour en extraire leurs nectars, puis surement pour polliniser nos terres. Ainsi était le cycle naturel de la flore. Je me balader tranquillement repensant à cet odieux cauchemar. Son visage affreux... J'en avais encore des frissons! Les gens que je croisais me dévisageaient du regard, comme me foudroyant de celui-ci. Je ne leurs avaient pourtant rien fait de mal. Je pouvais constater qu'ils revenaient du bar, mais attention, pas n’importe quel bar, les militaires aimés se rendre en fin de journée dans ce lieu, pour y siroter leurs boissons favorites, sans alcool! Bien entendu, ils n’étaient pas les seuls. C'était le commerce de mon père. C'est surement lui qui avait parlé de mes "bêtises", à ses clients. Arrivé à mon niveau, l'un d'eux me lança une pierre qui vint me percuter en plein visage, le marquant d'un rouge écarlate sur le front. Je n'avais que 6 ans, pourquoi agissaient-ils ainsi?! Ce qui était certain, c'est qu'un sentiment de colère me remplissait de plus en plus. Je n'aimais pas ce sentiment, mais, il était instinctif! Prêt du fort, un homme de garde croisât mon visage atrophié par cet, ce méchant garçon ! Puis il s’approcha pour me poser cette question : « Que t’est-il arrivé jeune fille, quelqu’un t’a fait d mal ? Je vais aller l’arrêter maintenant! »
S’écriait-il avec énormément de fureur. Mais, pour clamer les ardeurs, mes jambes se rapprochèrent, puis se croisèrent, et ma main gauche se joignit à la droite, laissant mes bras bien droit. Mon corps semblait pivoter à 45° de gauche à droite, posant mes yeux sur cet homme plein de volonté : « Non M’sieur, j’suis tombé là-bas. Je joué à la marelle et j’ai trébuché sur une pierre. Ca fait très mal! »
Il ne chercha pas plus loin. Bien qu’il fût facile de voir qu’il soupçonnait la crédibilité de mon histoire de mon histoire presque trop, bateau si j’oserais dire… N’ayant aucune preuve, le marine ne pouvait pas faire grand-chose de plus.    



  • ~[Le Jour 2 ]~ première apparition


J'empruntais presque le même chemin que la veille mais cette fois-ci, j'optais pour prendre un petit sentier pour ne pas être dérangé par les autres. Le coup d'hier avait déjà bien marqué, et, je ne tenais pas à renouveler l'expérience. Mais bon, les théories se soldaient rarement par des succès.
Je profitais pleinement de la vue que m'offrait le large, l'odeur salée de la mer m'attirait. Étrange sensation ça ne me l'avait encore jamais fait. J'étendis ensuite la couverture près de la falaise pour continuer de contempler cette vue magnifique. Puis, ce que je redoutais vint par la suite. Les individus d'hier refirent leurs apparitions. Avaient-ils patientés jusque-là, que je sois paisible? Le même sentiment me repris en apercevant le malotru qui m'avait asséné ce coup de pierre! De la haine, de la colère. Encore quelque chose d’inhabituel!
« Bah alors pouffiasse, on espérait bronzer!  »

Puis, le lanceur commença à m’agripper le bras pour ensuite me coller une violente baffe qui fit un bruit macabre, raisonnant, bourdonnant dans mes tympans. Un premier râle de douleur sortit en guise de réponse face à ce geste :
« Arrêtez ça fait mal, j’ai rien fait moi ! »

Dis-je complètement apeurée! Soudain, j'entendis sa voix au plus profond de moi, il était là, il surveillait attentivement. Mais cette fois-ci, j'eus le droit à ces quelques mot :
« sert-en, utilise mon pouvoir. »

Aucun ricanement. En revanche, je venais de changer du tout au tout. Coléreuse, je les regardais tous sens exception pour enregistrer leurs visages. Je laissais la rage m'envahir sans contrôler mes sentiments, mes yeux devenaient de plus en plus sombres, les fusillant du regard. Puis, en levant le doigt, je les désignais un à un :
«Vous êtes des méchants Heu, et moi, bah j’aime pas les méchant HEU !! Un, deux, trois, ça sera toi, mais que l’empereur ne veut pas, ça sera toi ! Un, deux, trois! »
Le petit trouble je, commençait à ne plus vraiment les amuser. Agacé, Ils repartirent dans le sens inverse, me laissant le cul par terre après cette méga baffe. Je n’avais répondu à son appel. Il n’était pas encore temps.
Cependant, je me relevais d’un pas bien décidé. Empoignant fermement ma poupée fétiche, je partie en direction de ma maison, cette fois-ci, ils n’allaient pas s’en tirer comme ça !



  • ~[Jour 3 ]~, prise de conscience



Je me réveillais Une fois de plus dans mon lit, avec cette impression de joie qui me rendait le sourire. A mes coté, trois poupées au style bien particulier qui plus est, étaient de fabrication artisanale. Non loin de moi, un série d'aiguille qui avaient certainement servies à la confection de mes nouvelles amies. Pourtant, je ne les avaient jamais vu auparavant. Puis posée le long du mur, appuyé sur le battant de ma fenêtre ouverte, une plus grosse aiguille, à peine plus haute que moi.
¤ Mais, comment est-ce arrivé jusqu'ici... ¤

La nuit s’était bien déroulée cette fois-ci. Je ne l’avais pas vu et du coup, je me sentais plus sereine. Maman, étonnée de mon arrivée souriante, constatée que j’avais encore une marque sur mon joli minois. Furieuse, elle commença à monter dans les tours, m’affublant d’un tonne de question toutes plus cohérentes les unes des autres, puis, sans attendre, elle me prit par la main avant de quitter la pièce en furie. Une vraie harpie, prête à tous pour sa progéniture… Flippante. Plus que papa en vrai.
C’est toute les deux qu’on descendait les rues très rapidement pour aller directement au bâtiment militaire, pour faire constater les dégâts aux autorités locales. Elle espérait vraiment qu’il dédommage la petite sainte que j’étais.
Quand nous fumes arrivé devant les portes gigantesques, je revis l’homme de la veille, me regardant avec insistance. Il s’approcha vers moi et me saisit du bout des doigts par le menton pour constater l’hématome créait par la main de ce lascar puis, pivotant son visage de gauche à droite, fermant les yeux et baissant la tête pour montrer à quel point il était dépité, il fit ouvrir la porte pour nous laisser passer :
«Tu ne peux plus me mentir petite, on va aller discuter tous les deux, et tu vas tous m’expliquer. Il faut qu’on arrête ça »

Je ne pouvais plus reculer. Il allait falloir parler. Une peur me saisit, celle de la vengeance. J’imaginais la racaille revenir vers moi pour une fois de plus, me faire tabasser… L’angoisse. Mes doigts se portèrent immédiatement à ma bouche, pour ronger ce qui me restait d’ongle. C’est dans l’obligation du regard flinguant de ma mère, que je n’avais d’autre choix que de les dénoncer. Les trois briguant furent arrêtés sans attendre. A notre retour, mon père fut pris d’une colère en apprenant la nouvelle. Ce qui évidemment, mit ma mère hors de contrôle. Elle fit alors ses affaires et partie de la maison. Me laissant livrée à moi-même.


~¤-[ 1417, le voile est maintenant levé ]-¤~

Retour au temps présent


J'en avais plus qu'assez. Il était maintenant temps pour moi de prendre mon envole! J'allais me munir du matériel nécessaire, c'est à dire, mon balluchon, mes sandales miteuses!! Puis je prenais la direction du port. Tous ici me connaissait et franchement, une journée de plus sans répondre à l'appel de la mer ferait de moi un meurtrière sanguinaire! Je me remémorais les regards pesant se poser sur moi. Mon père, boire à longueur de journée! Lui aussi je voulais l'assassiner. Il était temps de prendre mon envole. Je me diriger vers le port pour tenter de trouver un équipage, ou une bicoque qui flotterait pour m'emmener ou bon me semble!
¤ Je n’en reviens pas, je vais le faire! Depuis le temps que je rêve de cet instant, enfin je naviguerais sur North Blue, East Blue, West Blue et south blue, dompterais Grand Line. Les mers n'auront plus aucun secret pour moi! ¤

Sur le chemin, les autorités commencèrent à grouiller, fouillant chaque cahute qui trouvait. Ils recherchaient quelque chose ou du moins quelqu'un, de bien particulier. La capuche sur la tête, je baissais le regard pour tracer mon chemin sans faire trop attention quand tout à coup, ma poupée tomba au sol. Un homme me prit de vitesse et la ramassa pour finir par me la tendre :
« Je crois que tu as perdu ça petit »  
Puis il finit pas me tendre ma douce. A le regarder, il avait l'air haut gradé, enfin je le pensais. Il était certain de ses capacités, le regard vaillant et sans peur. La marine n'avait plus de secret pour lui. Sans attendre, je me saisis de l'objet, puis repartis en courant après l'avoir remercié, laissant percevoir simplement le son des semelles de mes sandales, claquer contre la voûte de mes pieds.
« Mici M’sieur ! Sans ma poupée j’suis perdue ; Dit mici Toi aussi !! » Dis-je en regardant la poupée


Les navires affluaient par centaine, mais pas forcément ceux que j'espérais. Les uniformes me déplaisaient au plus haut point. La raison de leur venue était précise, mais laquelle, j’en savais fichtre rien. Un petit peloton détaché qui pour une enfant, paraissait énormément grand... Arrivée au port, je fusillais du regard tous les bateaux, cherchant un étendard qui me convenait. Mais pour l’heure, rien de bon. Que faire… Après tout, il fallait sauter le cap quand même et tout essayé. Je n'avais plus le choix, il fallait que je monte sur un bateau militaire. Approchant de se matelot, je jouais de mon charme et de innocente personne pour réussir à l’éloigner :
« M’sieur, y a votre copaineuh, il a b’soin d’aide. Y a la caisse la bah, bah il a dit qu’elle était trop lourde. »

Lui semblait devoir charger des tonneaux de ravitaillements. Le voyage en mer semblait long, je voyais là une parfaite opportunité à saisir pour mon évasion. Je cherchais le moins lourd pour me hisser à l’intérieur. Ainsi je pourrais partir loin d’ici. Avant de refermer le couvercle sur moi, je vis mon père me chercher, et scander mon nom :
« Trop tard papoux… Je dois retrouver moumoune… Porte toi bien, et fait attention à toi. »

Portant mes mains vers ma bouche, seul le son d’une bise résonnée, laissant une apaisante sensation. Je laissais partir se bisou, puis je refermais le couvercle du tonneau sur moi, fin prête à partir.    
 
 

 



Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? XXXX
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! XXXX




Dernière édition par Mariane Cross le Ven 8 Juin - 21:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 1086
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 26307
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé), Observation (Novice)
☠ XP Dorikis : 10 313
☠ Rang :
  • Ξ – Xi
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: L’épouvantail des mers [à juger]    Dim 3 Juin - 9:57




Validation


Salut Mariane ! Me voilà pour la validation de cette fiche rapide !

Qualité : 250/500


Un sweet à capuche d'un vert pale, dessous lequel un tee-shirt en marinière moulant les plates formes d'une enfant de son âge -> en-dessous duquel un t-shirt en marinière moule les formes plates

sa petite protégé -> protégée

elle agis pour l'argent
-> elle agit

elle aspire évoluer au sein de la piraterie -> aspire à évoluer

la plus part des gens -> la plupart

Alors serte, des conflits existe entre pirate et c'est bien normale -> Alors, certes, des conflits existent entre pirates, et c'est bien normal

Ils avaient multipliés les visites à South Blue, surtout sur à Saint-Urea -> surtout à Saint-Urea

le champ des cigales
-> le chant

ma mémoire je jouet des tours -> me jouait des tours

Pas mal de coquilles, qui rendent assez complexe la lecture. Pense à vraiment te relire, parce qu'un rp incompris est un rp auquel on n'a pas toujours envie de répondre !

Cohérence : 250/500


Je pouvais constater qu'ils revenaient du bar, seul lieu de l'île qui ne répondait plus à aucune pratique religieuse! C'était le commerce de mon père. C'est surement lui qui avait parlé des mes "bêtises", à ses clients. Arrivé à mon niveau, l'un d'eux me lança un pierre qui vint me percuter en plein visage, le marquant d'un rouge écarlate sur le front. Je n'avais que 6 ans, pourquoi agissaient-ils ainsi?! Ce qui était certain, c'est qu'un sentiment de colère me remplissait de plus en plus. Je n'aimais pas ce sentiment, mais, il était instinctif! -> Je ne comprends vraiment pas leur réaction, surtout sur une île comme St-Urea. Il faut savoir que cette île est dominée par le Saint-Père, ainsi que sa garde, et que ce sont des guerriers très puissants qui mettraient dehors toute personne qui ne respecterait pas leurs préceptes religieux.
Or, traiter une enfant de la sorte, serait inacceptable, et à mon sens, vu la réaction des gens qui semblent te connaître, cette information aurait au moins dû parvenir aux oreilles de la garde qui aurait donc essayé de te recueillir.

Une aiguille dans ma main droite vont se figer dans le jouet qui était lui, dans ma main gauche. Pile à l'emplacement des poumons, le gauche exactement. Le pauvre homme se stoppa, la main sur l'organe en question -> Alors, non. Le Fruit du Vaudou, tel qu'il est sur le forum, ne permet pas d'agir comme le pur vaudou. Actuellement, il permet simplement, en ayant créé une poupée, de faire en sorte que le coup que tu reçois est en fait reçu par la personne à partir de laquelle la poupée s'est formée. Si ton but est de blesser volontairement l'autre, il aurait fallu que tu te plantes l'aiguille dans ton propre corps. Et encore...

Ouvrant la voile à la hâte, il fallait que je les ralentissent au maximum -> Une petite fille de dix ans sans expérience qui part naviguer sur un petit bateau ? Impossible. Les mers de One Piece sont peuplées d'énormes monstres marins qui ont toutes les chances du monde de te tomber dessus et te croquer.

J'avais un mauvais pressentiment. La raison de leur venue était précise. Un petit peloton détaché qui pour une enfant, paraissait énormément grand... Pour tenter de passer à travers les mailles du filet, une petit barque à voile, seule, accrochée sur le ponton. J'en défaisais le nœud pour en acquérir son contrôle :
« Elle est là-bas, rattrapé la immédiatement! »
-> La Marine essaye de te capturer ? Pourquoi ? Comment ? Sur quelle base ? Pour des suspicions de meurtre ? Impossible, surtout compte tenu du fait que la patronne de la Marine sur South Blue est une femme bien et qu'elle ne cautionnerait jamais ce genre de choses.

Pas mal de points qui me chiffonnent un peu, finalement. J'ai aussi du mal avec la profession de ton père. Il travaillait avec la marine ou il possède un bar ? J'ai aussi un peu d'incompréhension vis à vis de ta mère. Où est-elle ? Elle est morte ? Elle s'est enfuie ?

Longueur : 200/250


Ta présentation est de taille correcte, rien à dire là-dessus ! On a globalement des informations suffisantes et bien approfondies. J'aurais aimé que tu t'attardes un peu plus sur les objectifs de ton perso, cependant.

Originalité : 400/500


Une histoire finalement intéressante et assez inhabituelle, avec une petite fille lâchée dans ce monde de brutes. J'ai beaucoup aimé ton style, très crédible, finalement, avec des notions relativement enfantines, même si je trouve que tu aurais gagné à appuyer encore plus sur la naïveté de ton personnage. Dix ans, après tout, c'est peu.

Tu perds toutefois des points pour l'absence de véritable passage loufoque, inhérent à 99% des personnages One Piece, ce qui est dommage vu ton personnage. Tu aurais ainsi pu jouer sur le fait que tu es une enfant, pour amadouer les autres personnes autour de toi, qui réagiraient par exemple en disant "woaaaah, trop kawaï !" ou même avec un tic de langage à la fin de tes phrases. Des tonnes de possibilité pour passer d'un personnage basique à un personnage made in One Piece.

Subjectivité : 250/250


Une présentation très sympathique mais qui n'est malheureusement pas suffisante pour obtenir le fruit du vaudoo qui a été réévalué à 1800 Dorikis pour sa polyvalence !

Je te propose donc de te rediriger vers un autre fruit, c'est à dire un zoan (ni mythique, ni antique) ou un Parmécia pas trop puissant. Je suis à ta disposition si jamais tu as des questions. Bon jeu à toi !

Note finale : 1350 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 1086
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 26307
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé), Observation (Novice)
☠ XP Dorikis : 10 313
☠ Rang :
  • Ξ – Xi
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: L’épouvantail des mers [à juger]    Dim 10 Juin - 8:35




Validation


Salut Mariane ! Me voilà pour la validation de cette fiche rapide !

Qualité : 200/500


Les étales se vidaient aussi vite qu'elles s'étaient remplies -> les étals / qu'ils s'étaient remplis

Je ne voulais pas me venter -> vanter

Il était encore ivre serte -> certes

rien y faisait -> rien n'y faisait

surtout sur à Saint-Urea -> je t'ai déjà indiqué cette faute...

Mon paternel compte à lui, posait des yeux agressifs et remplis de haine -> quant à lui

Comme précédemment, il y a pas mal d'erreurs d'orthographe. Néanmoins, j'ai été plus dur, étant donné que certaines fautes que je t'avais déjà signalées sont encore là.

Cohérence : 400/500


Elle fit alors ses affaires et partie de la maison. Me laissant livrée à moi-même -> Mon principal problème réside ici. Ta mère semble t'aimer, elle tient à toi et se rebelle contre ton père qui est un alcoolique. Mais elle s'en va, comme ça, et t'abandonne derrière ? Elle aurait tout aussi bien pu en parler à la Marine qui aurait eu besoin d'une simple enquête pour se rendre compte de tout ça.

Longueur : 200/250


Une histoire relativement longue, mais qui manque cruellement de certaines infos importantes, notamment sur ton style de combat. N'oublie pas que, bien que tu sois une gamine, tu devras forcément te battre, quitte à le faire dans un style enfantin et ridicule.

Originalité : 450/500


J'ai beaucoup aimé le côté très girly et enfantin de tes dialogues, ce qui me fait me demander pourquoi tu n'en as pas joué plus, quitte à en abuser. N'hésite pas à faire de la surenchère et à tomber dans le loufoque, après tout c'est One Piece.

Subjectivité : 250/250


Une prez modifiée et bien meilleure que la précédente ! Tu aurais tout de même pu faire un effort sur la relecture, puisque certaines fautes que je t'avais signalées sont toujours là...

Néanmoins, tu ne peux toujours pas obtenir le fruit du vaudoo. Pour rappel, tu as droit à un fruit "puissant", c'est à dire un Paramécia puissant (exemple le Gomu), un zoan antique ou un Logia basique (exemple les Marais)

MP-moi quand tu as trouvé ton bonheur !

Note finale : 1500 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L’épouvantail des mers [à juger]    

Revenir en haut Aller en bas
 
L’épouvantail des mers [à juger]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Épouvantail des plaines d'Atral
» Juger l'ex-dictateur Duvalier pour crimes contre l'humanité
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» Qui peut juger Aristide?
» Initiation Ligne de Bataille / Empire des Mers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: