Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Folie, quand tu nous tient [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre du Lotus Noir


☠ Messages : 28
☠ Âge du Personnage : 21 ans
☠ Berrys (x1000) : 1143
☠ Localisation RP : Saint Uréa
☠ Fruit du Démon : Yuki Yuki no mi
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2407
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre du Lotus Noir

MessageSujet: Folie, quand tu nous tient [Terminée]   Lun 14 Mai - 13:09



Lolita






Prénom et Nom : Lolita
Surnom : La Sorcière Sanglante
Âge : 21 ans
Sexe : Femme
Avatar : Flare Corona - Fairy Tail
Groupe : Pirate
Métier : Médecin
Espèce : Humaine
But : Dominer, simplement

---------------

Fruit du Démon : Gouma gouma no mi (Fruit du Vaudou)
Autres capacités : ///


Description physique


PLOC ... PLOC ... PLOC ... PLOC


- Tu as peur ? Zieheheh ~ Ouvre les yeux, petit moineau.

Pas un bruit, pas un souffle, pas un brin d'air frais, tu étais enfermé là et cette voix pourtant ... résonnait dans ta tête comme une fatalité, t'ordonnant d'ouvrir les yeux, celle qui t'avait attrapé, enfermé comme un petit moineau. Avais-tu alors le choix ? Non, pas le moindre choix. Ouvrant alors les yeux, la première chose qui te frappa ... ce fut sa démence, ce visage du diable, le malin semblait avoir pris naissance en cette femme. Un regard mauvais, malsain, sadique. Tu avais peur, oui. Elle te fixait, sans te lâcher des yeux. Cependant, elle était belle, vraiment, tu connaissais pas sa taille, mais tu vit qu'elle n'était pas petite, sans être grande. De profonds yeux d'un marron se rapprochant du rouge, envoûtant, que tu ne parvenais pas à quitter du regard. Son visage, il était fin, tu semblais penser qu'il pourrait presque paraître innocent ... néanmoins, ce sourire détruisait cet aspect là. Il était malveillant, purement mauvais, ne reflétant aucune once de bonne conscience, encore moins d'un quelconque aspect de générosité. Il y en a bien d'autres, des choses que tu vois sur son visage, mais qu'est-ce que cela à bien d'important ? Son nez, petit et pointu, rappelant qu'au final, elle n'est qu'humaine, qu'elle à les mêmes besoins vitaux, apaisant un peu ta souffrance présente. Tu en avais cependant rien à faire de son nez, un peu comme ses oreilles d'ailleurs, tout aussi petites et basiques, lui offrant cependant une ouïe fine apparemment, puisque tu te souvenais qu'elle avait entendue tes petites complaintes alors qu'elle était à l'autre bout de la pièce, chose qui t'avait faite taire d'ailleurs, de peur de ... la contrarie ? Sans doute. Passons. En vérité, ton regard avait surtout glissé sur sa chevelure, coiffée d'une tresse, d'une longueur incroyable, d'une couleur chatoyante et pourtant ... effrayante. D'un rouge sanguin, pouvant faire penser que ce n'était là, en aucun cas leurs couleurs naturels, qu'ils le seraient devenus par des moyens disont ... peu ... orthodoxes ? Mais, est-ce réellement possible ? Qui sait, as-tu seulement pensé à lui demander ? Et si tu y avais pensé, aurais-tu seulement osé ?

- Réponds !

Te frappant au niveau des côtes avec son pied, elle te fit plier en deux, te sortant hors de ta réflexion profonde sur ses cheveux, tout en te faisant mettre genoux à terre, tes mains attachées par une chaîne au plafond alors que résonnait son rire, effrayant, malfaisant. Tandis que tu relevais les yeux, tu constatais qu'elle avait réellement de petits pieds, fins, tels ceux d'une adolescente. Remontant encore tes yeux, voyant ses cuisses, tu restes un homme, oui, un homme faible. Ses cuisses, elles te semblaient ... si ... douces, si gracieuses, mais tu le sais, tu ne pourras jamais le confirmer, te contentant d'observer cette partie de son corps qui semblait athlétique, de ses jambes qui, au final, s'en allèrent, se glissant derrière toi. Tu entendais ses pas, discrets, d'un rythme calme, clair. Tu entendais des bruits de chaîne, tes bras retombant lourdement dans ton dos, tu sentais bien qu'elle tenait désormais elle-même tes liens. T'assénant alors un coup dans le dos, riant toujours avec démence, elle t'allongea telle une tortue.

- Je te répète, petit moineau, as-tu ... peur ?

Tu devais bien le reconnaître, en effet, tu avais peur, hochant alors la tête, abandonnant par la même occasion, tout honneur, toute fierté, tout ce qui faisait de toi un homme, alors que tu rouvrais les yeux, après les avoir clos sous l'effet de la frayeur, découvrant son corps, voluptueux, aux formes tentatrices. Sa poitrine, bien fournie, que tu pouvais reluquer sans trop de difficultés à la vue de ses vêtements, laissait présager une certaine fermeté associée à un moelleux qui serait des plus confortables. De plus, tu pouvais y voir un tatouage, mais ... tu n'en connais pas la signification. Sur son épaule gauche d'ailleurs, tu peux également y voir une sorte de cicatrice en forme de croix, assez ... importante, bien qu'elle semble guérie depuis le temps, sans doute un souvenir d'une enfance troublée ... Quant à ses vêtements, comme tu l'as si bien remarqué, elle s'habille de manière assez spéciale, une longue robe rouge, des gants montant jusque bien au-dessus de ses coudes. Quant à ses chaussures, de simples ballerines. Tu n'avais réellement aucun doute là-dessus, cette femme est aussi belle, que terrifiante ...


Description mentale

Terrifiante, c'est là, le mot exact pour définir la rouquine en face de toi. Te regardant, alors qu'elle tenait toujours tes chaînes avec une telle fermeté ... tu avais donc en effet, la peur qu'elle voulait afficher sur ton visage. Tu avais cette boule au ventre, que les proies ont face aux prédateurs. Mais pourquoi ? Tu le vois bien pourtant, elle n'est pas le genre de femme douce et attentionnée, ou du moins, pas comme le voudrait un mari aimant. Non.

- Très bien. Je vais pouvoir jouer un peu.

Un sourire encore plus dément que le précédent, rien en elle ne pouvait désormais te rassurer, son regard glissait sur toi comme un assassin cherchant le meilleur point pour débuter son crime. Tu le savais bien, tu allais faire un voyage en enfer, entre les mains du démon. Qu'est-ce qui peut bien pousser une personne à devenir ainsi ... ? Tu avais beau de te le demander, tu ne savais pas, puis, tu ne cherchais pas à savoir. Cette femme, tu la voyais comme une femme dure, sans une seule petite once de sentiments quelconques pour quiconque, vivant pour répandre la terreur et la douleur. Tu marques un point, sa gestuelle démontrait bien ses intentions à ton égard, elle faisait preuve d'un sadisme incroyable. Te tirant les bras en haut du dos, elle se délectait de ta souffrance physique, ce n'était pourtant pas ce qu'elle préférait. Outre l'aspect visuel de la torture, elle aime par-dessus tout briser les gens, les détruire psychologiquement, les pousser dans une sorte d'abandon total. C'est pour elle, l'apogée de son ...

- ... art. Tout est une question d'art.

Voilà, de l'art, elle estime que tout cela est un art, une manifestation des émotions internes qu'elle retranscrit sur ses victimes. Ainsi, tout dépends de son humeur et là, elle semble d'humeur joueuse. Une psychopathe, n plus, ni moins. On ne peut finalement pas la cataloguer comme humaine saine d'esprit, ce ne serait qu'un misérable mensonge. Cependant, rien ne laisse à penser que cela lui vient d'un traumatisme. Non, cette femme est simplement ... folle, destructrice et chaotique. Néanmoins, si ce n'était que ça, on l'enfermerait et ce serait fini, mais ... elle n'est pas du genre à se laisser faire, partout, elle cherche du profit. N'obéissant alors que dans des cas où cela lui apporte quelque chose, dans le cas contraire, elle cherche à dominer, commander ... faire ce qu'elle veut, tout simplement. Un peu comme là, avec toi, elle ne cherche qu'une chose : te faire mettre à ses pieds, comme une bête rampant en implorant sa survie, ou à ta propre fin sur cette terre.

- Dit, petit moineau, commençons à jouer.

Son sourire se faisant plus large, ses yeux, grands ouverts, elle semblait enfin décidée à passer aux choses sérieuses sur ton cas. Cela ne présageait rien de bon pour toi, mais démontrait une chose : elle est patiente. D'une grande patience même. Elle aime à voir ses victimes languir devant elle, elle aime contempler l'évolution de son "art", le voir grandir, te voir périr à petit feu, tel un cycle. Du genre maniaque, il faut, à ses yeux, que cela soit une réussite totale. Pour cela, elle ne supporte pas que quelque chose ne se déroule pas comme elle l'a prévue, c'est là, une erreur qui la mettra dans une colère effroyable. En plus de cela, elle ne supporte pas qu'on lui tienne tête. Dis toi bien, petit moineau, que cette femme, en es au point où, elle a déjà imaginée des séances de tortures complètes, dans les plus petits détails, allant de la position dans laquelle elle t'attache, jusque ses propres gestes, ceci est ... une pièce de théâtre, tu en es l'acteur principal, elle en es la dramaturge, quant à la fin, tu la connais tout aussi bien que moi. Tu es désormais ... entre les griffes de la sorcière sanglante.


Histoire

- J'en ai marre de jouer avec toi. Tu ne réagis plus petit moineau ... tu es déjà cassé, c'est ennuyeux ... quand j'étais petite ... les animaux étaient plus résistants que ça, tu me déçois ...

Quand elle était petite ... ah, tu ne connais pas encore son histoire, son passé, tu serais intéressé d'en apprendre plus, n'est-ce pas ? Tu sais, elle est née sur les Blues, une petite île banale, rien de bien spéciale. Peuplée de petits villages répartis sur cette île, naquit au sein de l'un d'eux, une fillette, qui semblait alors innocente. C'est d'ailleurs la seule période où l'innocence était réelle en elle. Elle était une fillette tout ce qu'il y'a de plus classique. De longs cheveux hérités de sa mère, le tempérament patient de son père. Rien ne présageait quoique ce soit de ... glauque, dirais-je. Elle jouait avec les autres enfants du village dès l'âge de deux ans, à des jeux, tout aussi classique également : le célèbre "cache-cache", ou encore, le légendaire "loup perché", bien souvent suivi du terrible "Colin-maillard", révélant seulement en elle, à cet âge, une très mauvaise perdante. Faisant des caprices dès lors qu'elle était éliminée et se mettant à faire la tête dans un coin, seule, en attendant que les autres viennent la chercher et la prier de revenir. Démontrant alors, une certaine tendance à dominer son entourage. Elle avait ... 3 ans.

- Lolita ! Petite chipie, je t'ai déjà dit de ... qu'est-ce que tu fais ?

C'est alors, quelques années plus tard, que tout fût bouleversé. Sa mère fût troublée, perdue, lorsqu'elle découvrit la demoiselle assise dans la boue, vêtue d'une petite robe à fleur, occupée à torturer de petits animaux tels que la souris, ou bien des lapins. Elle semblait y prendre beaucoup de plaisir, énormément de plaisir plutôt. La souris semblait d'ailleurs sur le point d'y rester, quant au lapin, il semblait être le prochain sur la liste des victimes de l'enfant. Elle se souviendra toujours de ce jour. Sa mère avait pris la main de la rouquine, avant de relâcher les petites bêtes. La génitrice l'avait ensuite ramenée à la maison, toute tremblante, tu sais, une mère n'ira pas imaginer que sa progéniture est capable de faire cela, pourtant ...

- Maman, tu sais, ce n'est pas ma faute ... c'est la petite souris ... j'ai perdue une dent l'autre jour, elle est toujours pas venue la chercher. Alors, il faut punir les méchants. Mais le grand lapin, il ne voulait pas me laisser faire tranquillement ...

En soit, les raisons étaient innocentes, à cette époque, ce n'était pas pour jouer, non, elle attendait quelque chose en retour, la mère, ébahie, se sentant coupable, vida une bonne partie de sa tirelire sous l'oreiller de sa fille le soir même, tandis que celle-ci dormait paisiblement. Elle espérait que cela ne se reproduirait plus, voulant épargner à de pauvres petites créatures de se faire ainsi martyriser, mais également que cela ne s'aggrave avec le temps, avec l'âge ... pourtant, elle en avait fait tout le contraire. Sans le savoir, elle avait confortée sa petite dans le sens où celle-ci était, désormais, persuadée que cela était le meilleur moyen. Elle n'avait alors ... que 7 ans.

- On ne peut pas continuer ainsi ... Je comprends que ce soit dur, c'est ta fille, mais tu le vois ... on ne peux plus la considérer comme une enfant saine, elle est un danger pour tous ... même pour toi.

Un soir, son père, un homme des plus ... simple en fait, dû prendre les mesures nécessaires. Il le savait autant que son épouse, leur fille avait un soucis mental et, là où ça en était arrivé, plus rien ne pourrait l'aider, ni elle, ni ses parents. Il s'était alors résigné à l'abandonner, simplement, mais se posait un hic : sa mère. Elle l'aimait malgré tout. Elle fût la principale à hésiter, mais ... elle ne pouvait pas se voiler la face, les faits sont là, la réalité est parfois dure, mais c'est ainsi ...

- On va où papa ?
- J'ai des choses à faire sur une île plus loin, maman est occupée et trop fatiguée, du coup, tu viens avec moi, si tu veux, tu pourras faire les boutiques.

Forcément, la petite était ravie, elle était encore qu'une fillette, alors pour elle, faire les boutiques c'est : bonbons, jouets, biscuits ! Ni plus, ni moins. Malheureusement pour elle, l'île suivante était pas spécialement peuplée, il y avait surtout des gens de passages, comme des pirates, des mercenaires, des trafiquants, bref, la pègre des Blues. Une fois arrivée, la jeune enfant était assez ... surprise, mais pas apeurée, loin de là, en vérité, elle en jubilait, elle regretterait presque de ne rester là que quelques heures, enfin, c'est ce qu'elle pensait. Elle suivait son père jusqu'à une boutique de matériaux assez ... barbants, puis décida de suivre ses conseils : faire les "boutiques". Bon, tu t'en doutes, dès lors qu'elle fût hors des jambes de son paternel, ce dernier fila et quitta l'île sans prévenir, une boule dans la gorge, mais ... estimant que cela était nécessaire, pour la santé du village, se disant qu'elle mourrait ici, ce n'est qu'une enfant. Non ? Non. Puisque, la terrible avait réussie à se trouver une nouvelle victime, un garçon, à peine plus âgé qu'elle, qui, selon les dires de ce dernier, ne serait qu'un simple sous-fifre dans l'équipage d'un pirate (pas très connu) qui naviguait sur les Blues sans se soucier du cas du microbe. Bon, les moyens dont elle a usée pour le faire parler, ne sont pas indolore, loin de là et ... elle commençait à y prendre goût. Elle avait alors déjà remarquée l'absence de son père et de son bateau, mais ... elle avait déjà atteint le seuil où ... elle n'était plus une petite fille ressentant quelque chose pour ses parents. Depuis le jour où elle avait torturée la petite souris, ses liens avec ses parents s'étaient dégradés, personne ne lui faisait confiance, de plus, elle était évitée de tous les enfants de son île natale, alors ... ici, ou là-bas, autant qu'elle s'amuse et qu'elle s'assure une certaine sécurité ?

- Tu vas te rendre utile, petit têtard.

Une idée germant dans sa tête, elle se servi alors du jeune garçon, dans un piteux état, devant le capitaine de ce dernier, dans le but de rejoindre le flibustier, ce dernier d'ailleurs, fût assez surpris de voir son mousse dans un tel état, à cause d'une gamine (précisons que le gamin avait quelques bleus engendrés par une barre, sans doute métallique, ou en tout cas, quelque chose de très solide, quant à ses poignets, on y voyait des rougeurs faites par la corde qui retenait toujours ceux-ci dans son dos, que la demoiselle tenait et qu'elle avait sans doute jugée productif de tirer vers le haut).

- Bon, tu réponds pépère ? Je peux vous rejoindre ? Promis je serais sage et, je m'occuperai des punitions. Tu vois bien que je suis douée non ? S'il te plait.

Disons le dernier mot avec un chuchotement presque innocent et mignon, le gamin était effrayé de devoir côtoyer cette barge quotidiennement, mais ... le vieux pirate à la barbe impressionnante devait bien reconnaître que, en effet, elle avait du talent et serait clairement utile en cas de nécessité, il envisageait même d'améliorer ce don pour la torture qu'avait la gamine ... elle avait alors ... 10 ans.

- Lolita, barre toi de cette piaule !
- Ferme-la, petit têtard, je t'ai dit que je fais ce que je veux.
- Mais casse-toi ! C'est mon lit espèce de tarée !
- Tu m'traîte de tarée ?

Se levant, ce jour-là, Lolita avait une certaine colère en elle à cause de ce marine qui ne voulait pas parler, il était beaucoup trop têtu et, allongée sur le "lit" de Urlandio, (le jeune garçon qu'elle avait utilisée pour rentrer dans l'équipage), elle grommelait en cherchant un nouveau moyen pour arriver à lui faire cracher le morceau. Ce qu'elle convoitait, l'était également par le capitaine à la longue barbe, cet objet de convoitise, se nommait : fruit du démon, il paraîtrait qu'un navire de la marine le conduisait d'ici peu, à la base du Gouvernement, forcément, hors de question de laisser filer cette occasion d'avoir une puissance de plus dans l'équipage. Néanmoins, avec ce nabot qui commençait à l'ennuyer sérieusement, c'était clairement difficile de réfléchir. Se levant alors, elle vint lui prendre une oreille, bien que ce dernier avait appris à lui tenir tête, il n'en restait pas moins effrayée par cette dernière et, hormis dans des moments où il ne se sentait plus, il restait, en général méfiant à son égard, cherchant bien souvent à l'éviter.

- Je ne suis pas tarée, petit têtard, c'est de l'art, mais un crétin comme toi ne peut pas comprendre, c'est trop ... subtil. Allez, dégage de MA chambre.

Elle le savait, c'était bien la chambre du garçon, mais, elle aimait prendre ce qui ne lui appartient pas, encore plus quand c'est aussi jouissif que cela, tout le monde le savait sur le navire, ce gosse est alors la victime favorite de la rouquine, qui passe la majeure partie de son temps libre, à le martyriser ou à approfondir ses connaissances du corps humain pour améliorer ses séances de tortures, oui, elle avait pas mal à faire. Cependant, là, elle n'avait pas le temps, elle venait d'avoir une idée, évidemment, je passerai les détails afin de ne pas choquer les âmes sensibles, mais, dites vous que le marine a finalement parlé et que, un petit "accident", l'a rendu muet, disons que les risques sont grands quand on tient tête à Lolita, les pertes de membres comme la langue ne sont pas rare. Enfin, au final, le marine avait donc fini par révéler que le navire de la marine transportant le fruit du démon passerait d'ici deux jours, près de leur position actuelle, évidemment, tu te demandes "d'accord, mais ... comment de simples pirates pouvaient savoir que la marine avait mise la main sur un fruit du démon ?" En soit, ça sert à cela d'avoir quelques contacts. Il y'a quelques années, avant que Lolita ne rejoigne l'équipage, un membre de celui-ci a infiltré la marine, bon, évidemment, il n'ait pas un membre haut-gradé, mais il se trouve que le petit malin, est l'un des sous-officiers chargés d'amener le fruit du démon à bon port. Alors, forcément, loyal, il a prévenu son bon capitaine qui a fait en sorte d'obtenir les informations que le sous-officier ne pouvait obtenir (comme la route du navire de la marine). Voilà, ce sont-là, les explications et les raisons qui font que de simples pirates, soient au courant d'une telle information. Enfin, au final, la petite rouquine connaissait la trajectoire, la date, mais aussi l'heure approximative. Informant donc le capitaine, elle avait cependant prise des précautions, voulant s'assurer de pouvoir le croquer en première. Durant deux jours, l'équipage entier se préparer, astiquant les canons, refaisant une vérification des boulets et de la poudre, s'assurant que toutes les armes étaient prêtes. La totale ! Durant deux jours également, la sanglante préparait ses arrières afin d'obtenir ce qu'elle convoite.

- T'a bien compris ? Si tu fais ça, je serais plus là pour te martyriser, en revanche, s'il s'avère que l'idée de me trahir t'effleure l'esprit, toi et le capitaine, serez victime d'un terrible accident, pigé petit têtard ?
- Ouais c'est bon, je n'ai pas l'intention de servir de sous-fifre toute ma vie et encore moins de victime pour une barge.

La jeune adolescente, avait tout planifiée, dans les moindres détails, elle connaissait le plan par coeur : le navire arriverait par derrière celui de la marine (celui des pirates étant assez petit pour être sans aucun doute, assez rapide pour les suivre et les rattraper), bombardera alors les navires qui pourraient gêner, avant de s'attaquer au principal. Suite à quoi, l'abordage sera donné, à ce moment précis, le jeune garçon, trop lâche pour aller se battre, répandre de la poudre à canon sur le navire pirate, avant d'y mettre le feu, cela causerait la perte de nombreux biens des pirates, dont leur navire, mais également de quelques hommes qui pourraient être en bataille dessus, elle, elle n'aura qu'à suivre le capitaine, afin de trouver le fruit du démon, avant de lui piquer des mains (plus facile à dire, qu'à faire sans doute, mais au vu de la confiance qu'il a en elle, elle comptait jouer dessus), avant de faire la petite fille effrayée, qui sauve le trésor de la marine mais es bien trop faible pour empêcher le capitaine de croquer dedans (en soit, elle comptait dire que c'est le capitaine qui avait mordu dedans), de cette façon, la marine éliminera le capitaine sur le coup, avant qu'il n'utilise "ses" pouvoirs et, si elle joue bien son rôle, elle pourrait même être prise en charge par la marine comme rescapé, à côté de ça, les pirates auront sans doute perdu la bataille suite à la perte de leur navire, mais également de leur capitaine, d'autant plus qu'une escorte de la marine, plus loin, aurait eu le temps de les rejoindre, assénant le coup de grâce aux pirates, oui, vraiment, tout cela est bien ficelé et il ne pouvait y avoir aucun échec, à moins que ... le têtard la trahisse. Evidemment, elle s'était assurée que cela n'arrive pas, à moins que celui-ci ne souhaite rejoindre le reste de l'équipage, mais il avait apparemment de bonnes raisons de ne pas la trahir.

- Les voilà Capitaine ... pile à l'heure.

Oui, tout était prêt, pour eux, pour elle, pour leur fin. Les navires de la marine étaient donc au nombre de trois, comme prévu : un de chaque côté du principal navire. Comme prévu, l'escorte n'était pas là (oui, il y'avait donc réellement une escorte, mais elle avait gardée cette précieuse information pour elle). Tous les flibustiers étaient sur le pont du navire, prêt à en découdre, le garçon, prêt à mettre en marche le plan malveillant que la rouquine avait mis en place. Comme prévu, les deux navires furent pris de surprise, alors certes, il en fallut un peu plus que juste quelques tirs de canons pour les envoyer par le fond, mais, malgré le fait qu'ils étaient encore sur l'eau, le navire pirate parvint à se faufiler jusque celui transportant le fruit du démon. L'abordage pût alors avoir lieu, sautant avec le capitaine sur le navire de la marine, tu essaya de te faire discrète le temps que le têtard allume le feu, suivant le chef à pas de loup, il se dirigeait directement vers les cabines, il trouvait d'ailleurs le fruit là, dans un coffre, qu'il prit en main, tandis que la rouquine attrapait un fusil posé contre le mur, le pointant doucement vers le vieux barbu.

- Capitaine ! Attendez, regardez !

Le pauvre, il eut à peine le temps de se tourner, que la vicieuse tirait un coup, le laissant agoniser au sol avant de lui lever les mains, lui laissant le fruit entre les mains, le croquant devant lui, alors qu'elle le regardait avec ce sourire malsain que tu connais déjà, fière d'elle, tout c'était si bien passé, merveilleusement bien. Tout cela, tu n'aurais jamais pu y arriver sans l'aide de ce garçon, mais ... comme tu l'avais prévu, sans le prévenir, il était juste hors de question qu'il reste en vie, des explosifs avaient alors été placés à divers endroits du navire le temps que tous se préparent, qui se déclencherait lorsque les mèches seraient allumées par l'incendie déclenché par les soins du têtard.

- Désolée capitaine, vous savez, la loyauté, ça va, ça vient, faut pas trop compter dessus, moi par exemple, je me suis assurée que le seul au courant y reste, vous, vous serez mort dès qu'un marine entrera, après tout. Merci quand même de ces quelques années, c'était chouette.

Puis la porte s'ouvrit violemment, la sorcière rousse feinta la peur et la détresse, forçant quelques larmes à couler alors que tu pointais le mourant du doigt, cherchant à rester des plus crédibles, ce dernier, bien trop affaibli pour réussir à articuler le moindre mot. Oui, vraiment, la scène en face du marine était des plus clairs : une jeune fille, venant d'abattre le capitaine pirate qui semblait avoir croqué dans le fruit défendu.

- S ... Soldat ... ce ... cet homme ... il a mangé ce truc ... j'ai pris le fusil ... et j'ai tiré ... pardon ... je ... je pensais que ... ce serait une bonne chose ... mais ... je crois que ... ses ... ses pouvoirs vont arriver ... non ?

Le soldat, un petit sourire, alors qu'à l'extérieur de la cabine tout semblait s'être calmé, tandis que le soldat abattait purement et simplement le capitaine pirate, désormais mort, le fruit trônant entre ses mains. La fourbe courut alors pour se "mettre à l'abri" dans les bras du marine, pleurant à grosses larmes, sanglotant bruyamment, sans répit. Il lui prit alors la main, comme pour la rassurer, alors que le soldat, ainsi que la manipulatrice sortait de la cabine, le navire des pirates, ayant depuis déjà quelques longues minutes, été réduit en cendres par l'incendie et l'explosion. Tout cela, était un franc succès, une réussite totale. Elle obtint alors une protection au sein de la marine durant quelques mois, ces mois furent un véritable défi pour la jeune demoiselle qui devait cacher le fait qu'elle avait mangée ce fruit, chose qui fût beaucoup trop risquée au sein même du bras armé du gouvernement. C'est pour cela qu'elle décida de quitter cette protection et de partir, enfin, dans sa propre histoire ... elle avait alors ... 16 ans.

En soit, tu n'as rien d'autre à savoir, de 16 ans, jusque maintenant, elle ne fit que des petites collectes d'informations, qu'elle obtint toujours suite à des tortures plus ou moins violentes, elle avait acquiert un sacré savoir-faire dans ce domaine, d'autant plus que la jeune femme avait optimisée ses connaissances concernant la médecine, alors en effet, elle ne s'estime pas la plus douée des médecins, mais elle confirmera toujours que ce savoir lui est d'une grande utilité pour ces petites séances, d'ailleurs, avec le temps, elle ne fait cela que par pur amusement, tout en liant à cela le gain d'argents lorsqu'elle revend des informations à qui le veut. Oui, son cas ne s'est pas arrangé avec le temps et, cela ne risque pas d'arriver, loin de là. Elle a appris à maîtriser ce qu'elle a obtenu en détruisant cet équipage pirate, ce qu'elle a su conserver en trompant la marine, mais également ce qui pourrait la conduire à l'échafaud, si, justement, la marine s'en apercevait, assumant néanmoins parfaitement son rôle de délinquante et projetant, dans un futur proche, de naviguer dans le but de dominer ce monde et le plier à sa guise.

Malgré tout, revenons-en à toi, tu connais désormais son histoire et, elle n'en a pas finie avec toi, non. Te regardant de sa hauteur, tandis que tu étais toujours au sol, sur le ventre, elle semblait attristée par quelque chose, comme si elle regrettait, mais cela ne signifiait qu'une seule chose : c'était ta propre fin, elle était arrivée au bout de son divertissement quotidien, tu n'étais qu'un nom sur une longue liste qu'elle avait déjà à son actif, ce que tu lui avais révélé lui sera sans doute très utile, mais toi, en revanche, tu ne servais plus à rien, attrapant alors un long piquet métallique, elle l'enfonça lentement, tu sentais alors cette chaleur, coulait, puis tu commençais à avoir froid, entendant finalement ses paroles avant de partir ...

- J'ai plus envie de jouer ... désolée, petit moineau ... ce n'est pas contre toi, tu es juste ... banal ...


Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? Mistigri
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! Vas y Josh ! Fait toi plaisir !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1469-folie-quand-tu-nous-tient-terminee#7450

avatar
Membre du Lotus Noir


☠ Messages : 28
☠ Âge du Personnage : 21 ans
☠ Berrys (x1000) : 1143
☠ Localisation RP : Saint Uréa
☠ Fruit du Démon : Yuki Yuki no mi
☠ Haki : Aucun
☠ XP Dorikis : 2407
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre du Lotus Noir

MessageSujet: Re: Folie, quand tu nous tient [Terminée]   Mar 22 Mai - 20:52

J'ai fini !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t1469-folie-quand-tu-nous-tient-terminee#7450

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 1086
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 26307
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé), Observation (Novice)
☠ XP Dorikis : 10 313
☠ Rang :
  • Ξ – Xi
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: Folie, quand tu nous tient [Terminée]   Mer 23 Mai - 12:30




Validation


Salut Lolita, me voilà pour ton second perso !

Qualité : 350/500


Folie, quand tu nous tient -> tiens, le sujet c'est "tu"

Tu avais beau de te le demander -> tu avais beau te le demander

Dit, petit moineau, commençons à jouer -> dis, il s'agit ici de l'impératif

Sa mère fût troublée -> fut.

on ne peux plus la considérer -> on ne peut

un homme des plus ... simple en fait, dû prendre les mesures nécessaires -> simples, en fait, dut

Disons le dernier mot avec un chuchotement presque innocent et mignon, le gamin était effrayé de devoir côtoyer cette barge quotidiennement -> disant

Un style efficace et dont les phrases à moitié écrites et entrecoupées de points de suspension servent bien le caractère totalement timbré de Lolita. C'est bien joué ! Néanmoins, fais attention aux fautes !

Cohérence : 400/500


Elle obtint alors une protection au sein de la marine durant quelques mois -> La Marine n'est pas un organisme de charité. Ils te sauvent mais te mettent dehors ensuite

En-dehors de ce point, j'ai trouvé ton obtention du fruit un peu facile et ton recrutement au sein de l'équipage particulièrement simple aussi. Un vrai pirate est en général suspicieux, alors accueillir une fille, surtout une fillette dessus, ça porte malheur, il faut le savoir.

Longueur : 200/250


Une histoire relativement longue et complète mais qui perd néanmoins des points pour l'absence totale d'utilisation de ton fruit. Tu le manges mais ne mentionnes même pas ce que tu es capable de faire avec, et les conséquences que ça a sur toi.

Originalité : 400/500


Bien plus original que ce que tu avais fait avec Charlotte qui était finalement assez classique, Lolita est un personnage avec son propre caractère et personnalité. Et ça, c'est cool ! Néanmoins, je trouve que tu aurais pu pousser le côté "creepy" encore plus loin, et peut-être même jouer un peu plus avec la réaction des personnes vis-à-vis de ton caractère. Après tout, c'est ainsi que fonctionne principalement l'humour One Piece, la réaction des personnes normales face au comportement anormal des héros (ou méchants, dans ton cas)

Subjectivité : 200/250


Une prez relativement sympathique mais que j'ai trouvée parfois un peu difficile à suivre et bien comprendre. Néanmoins, le concept est intéressant et original, et je t'avoue avoir hâte de voir ce que tu vas en faire !

Ton fruit t'est accordé, au fait ! Haha

Note finale : 1550 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Folie, quand tu nous tient [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Folie, quand tu nous tient [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]
» Quand aurons- nous de vrais dirigeants a la tete du pays?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: