Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 kōkaku kidōtai ∆ ghost in the shell | if young neko dont trust you im gon' shoot you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre des Raijin


☠ Messages : 63
☠ Âge du Personnage : Dix-sept ans.
☠ Berrys (x1000) : 27
☠ Localisation RP : West Blue ♠ Ohara.
☠ Fruit du Démon : Fruit du Magnétisme.
☠ Haki : Busō-shoku no Haki. [novice]
☠ Dorikis : 4537
Membre des Raijin

MessageSujet: kōkaku kidōtai ∆ ghost in the shell | if young neko dont trust you im gon' shoot you   Ven 3 Nov - 21:37



磁気義体 Jikigitai
magnetic cyborg




Prénom et Nom ℩ Roki D. Winchester.
Âge ℩ Dix-sept ans.
Sexe ℩ Zizi bionique i7 quatre cœurs.
Avatar ℩ Genos x OPM.
Groupe ℩ Pirate.
Métier ℩ Ingénieur.
Espèce ℩ Humanoïde devenu cyborg.
Buts ℩ Débloquer toutes ses partitions cybernétiques par lui-même, retrouver « Father 1.0 », coucher un Yonkou ou un Amiral d'une seule balayette laser, vivre libre et faire de son équipage une valeur sûre de cette Ère.

---------------

Fruit du Démon ℩ Jikki Jikki no Mi x Fruit du Magnétisme.
Autres capacités ℩ Cyborg.


esthétique et fonctionnalités du projet N°578945



C’est que c’est une belle bête, ce Roki. Quand on regarde son enveloppe mécanique de prime abord, c’est ses rainures qui appâtent en premier le regard. Disséminées un peu partout, quand le cyborg s’active, elles s’illuminent d’un blanc teinté de doré, comme l'électricité qui fait fonctionner cet assemblage complexe. Il se dégage alors de lui une aura foudroyante et équivoque qui laisse la place à l’imagination. Est-il auto-alimenté? Doit-il se recharger pour s’éclairer ainsi? À quelles fins? Autant de questions que de traits lumineux, la majorité du temps éteints.

Le reste de son corps n’est pas en reste quand il faut attirer l'œil de l’inconnu. Sa partie supérieure d’abord, la majorité du temps découverte, révèle directement de quelle caste il fait partie tant l’acier poli de ses épaules saillantes éclipse toute chair possible pour se rallonger en longs bras, singeant ceux de l’Homme dans leur formes mais pas dans leur résistances. Ses créateurs ne s’étant pas embarrassés de les recouvrir à l’instar du reste de peau factice, quelques engrenages extérieurs -signe qu’il était avant cela pièces détachées- viennent témoigner d’une robustesse exceptionnelle. Au bout de ses membres supérieurs, deux mains faites de phalanges séparées par des creux pour être repliées ou manipulées avec plus de dextérité encore que leurs consœurs de chair viennent les orner.

Quant à son torse, il reste dans la ligne directrice des parties suscitées et s’illustre par le travail d’orfèvre, prenant la forme de celui de ses comparses de chair et d’os. Mais à la différence de ceux-ci, son abdomen peut s’ouvrir pour laisser place à une cavité qui permet d’abriter son fidèle associé Nekoarashi, avec tout le confort d’une petite chambre. Il possède aussi entre autres à l’intérieur divers documents, de l’équipement et quelques-unes de ses créations fétiches.

Les instruments qui lui permettent de s’agiter et de se déplacer, eux, composent la majorité de son poids qui doit avoisiner la triple centaine de kilos. En plus des différents gadgets et de deux réacteurs permettant d’expulser l’éventuel surplu d’énergie, Roki y stocke l’essentiel de son arsenal ce qui n’a pas l’air de le freiner le moins du monde.

Vient ensuite la partie qui le rapproche le plus de l’être humain dans son essence, le faciès. Et pour cause. Au contraire du reste de son corps mécanique, il est couvert d’un simili de derme pâle masquant sa ferreuse mâchoire qui donne sur un visage le plus souvent inexpressif bien que parfois animé au gré de ses “programmes”. Deux yeux mordorés tiennent donc dans ses orbites, savants mécanismes reliés à son processeur central pour lui permettre de voir et surtout d’analyser, plongés dans le noir de jais de sa sclère. Pour agrémenter cela, Roki dispose de courts cheveux blonds flavescents coiffés en bataille qu’il neige ou qu’il vente, que le feu transforme parfois en coupe afro.

Autre point commun avec la race humaine qu’on ne peut que citer ; son attrait pour la mode. La majorité de ses pauvres berrys, il les dépense dans diverses tenues allant du costard au pull sans manches et il ne sera pas rare de le voir changer de vêtements plusieurs fois par jour, le cyborg accordant une grande importance au textile. À noter qu’il a bon goût et sait associer les couleurs, aime se mettre en valeur et joue parfois de cela. En règle générale vous le croiserez pourvu d’un jean et d’un t-shirt de marque comme “Oppai” qu’il affectionne particulièrement.

Comme tout robot qui se respecte, le bougre est pourvu d’une multitude de fonctionnalités diverses. Pour ne citer qu’elles ; faire le café, sortir une brosse à poil ou à dents pour son ami Minks d’un de ses doigts, faire office de briquet et autres alternatives aux électroménagers. Mais il est avant tout un androïde de combat et ses facultés offensives sont nombreuses ; lance-flammes, canon à foudre et autres joyeusetés sont aussi au programme.

Du haut de son mètre soixante-dix-huit, ce qui peut paraître petit dans l’univers où il évolue, Roki paraît donc un individu tout à fait singulier qui attire l’attention comme l’envie des ingénieurs tant son montage et son système sont complexes.




Carte-mère et réglages divers
MULTI-CORE PROCESSOR ϟ

Contrairement au courant de pensée commun, Roki n’est pas un simple automate guidé par on-ne-sait-quel scientifique. Il est bel et bien capable de libre-arbitre. Somme toute, il n’est pas si différent de la caste humaine, à quelques détails près. En effet, son cerveau est constitué comme ceux des représentants de l’espèce primaire dont il fait partie mais il fut relié il y a des années à nombre de composants cybernétiques qui altèrent ou amplifient certaines émotions. Le premier de ces attributs amplifie sa détermination. Peu importe dans quoi il se lance, il n’en démordra pas, aussi stupide que soit sa démarche. Monstre d’opiniâtreté, le robot ne peut, ne sait pas abandonner, même quand il serait plus sage d’opter pour la facilité. Cela se retranscrit dans nombre de ses autres traits caractériels. Après tout, il ne porte pas la légendaire initiale sans raisons…

Hyperactif, c’est un prérequis pour faire marcher son générateur qui pourrait dans l’anatomie humaine être comparé à un coeur. Fonctionnant sur le principe d’une dynamo, son code génétique lui soumet toujours l’idée de se mettre en branle et il ne sera pas rare -et même commun- de le trouver à faire des pompes, des tractions et de la course à pied malgré qu’il puisse voler et que son corps ne bénéficie d’aucune musculature. Il est persuadé d’en être renforcé et d’une certaine façon, il n’a pas tort.

Il faut bien évidemment revenir sur ses composants pour le décrire pleinement. Roki est une création avancée et pourvu de nombreux disques durs dont certains sont encore ‘bloqués’ l’empêchant d’y avoir accès. Pour cela, il a besoin de Father 1.0 et c’est sans surprise qu’il passe une certaine partie de son temps à le chercher pour avoir accès à ces choses enfouies en lui et pourtant inconnues, ce qui a le don de le frustrer. De ce qu’il a déjà débloqué à la mort de Bibidi, le Magnétique en a tiré le maximum et dispose d’une base de données conséquente, cherchant toujours à l’alimenter un peu plus. Comme un enfant, il peut s’émerveiller devant un rien comme ignorer des choses extraordinaires.

NVIDIOUS GFORCE GTX1K780 ϟ

La vision du monde du cyborg est assez spéciale. Il sait les choses mais n’y prête guère attention et pour lui les Marines, par exemple, ne sont qu’une faction d’empêcheurs de tourner en rond. Une autorité vétuste qu’il ne respecte pas, la machine se croyant au-dessus de leurs sommations. Roki n’a pour être honnête qu’une vague idée de ce qu’est la Franc-Maronnerie qu’il prend pour une bande de vendeurs de marrons à la sauvette obligés de dire la vérité. Pirate dans l’âme, il respecte toutefois ses comparses qui ont choisis le dangereux chemin de la liberté sur les flots et dispose même de quelques informations sur les Yonkous et leurs vis-à-vis chez le Gouvernement Mondial. Se sachant trop faible pour influencer la balance -au moins pour l’instant- il ne peut toutefois s’empêcher de désirer en balayer un et le ferait sûrement s’il venait à le croiser.

Assez naïf sans l’être trop, il considère ses amis comme autant de personnes à protéger et trouve un but supplémentaire pour progresser en eux. Parmis tous le plus important est sans conteste le premier à avoir obtenu ce statut, Nekoarashi. Sa vision de lui est assez biaisé et il le considère toujours comme un petit animal sous sa responsabilité quelle que soit sa force.

C’est une personne fidèle qui ne trahira jamais ses véritables liés. Il n’a aucun souvenir ou très peu de sa période en tant qu’être de chair et de sang mais il en a retenu la nature versatile de la race prédominante en ce bas-monde. Roki doute de tout et de tous, sauf de ceux qu’il aime. Car il est capable de sentiments forts, bien qu’exempté de la douleur, du chagrin ou de la mélancolie.  

CRUCIAL DDR 780GO 6547MHz ϟ


Incontestablement, le cyborg est pourvu d’un grand esprit. Capable de déduire, de compter et autres spécialités du domaine scientifique, son aptitude à l’ingénierie est sans bornes, tout comme celle à réfléchir à une vélocité ahurissante. Bercé par son métier et constamment en train d’expérimenter et de créer, il applique ses trouvailles sur lui-même ou ses acolytes sans vergogne. Son goût pour le savoir se traduit par la lecture, l’assimilation de connaissances et la perfection de sa malédiction, toute trouvée pour un métallurgiste robotique tel que lui.

Il n’a aucun intérêt dans la gent féminine, ce genre d’envies inhibées par son jeune âge et sa condition de machine. Bien qu’il soit capable de prendre du plaisir avec ces dames grâce à une configuration pensée pour, se battre, trouver des nouvelles façons de détruire et de créer, profiter de sa jeune vie sont préférables à ses yeux.

Sa seule peur concrète? Se retrouver encore une fois sans alimentation et être “éteint”. La plupart de ses recherches se concentrent donc pour contrer ce point et les résultats fusent. Il se met tout de même en veille, pour effrayer les membres de l’équipage.

Pour finir, il serait bon de discuter de la propension de Roki à placer le terme “.exe” à la fin de ses phrases, sans pour autant qu’on sache s’il parle bel et bien d’un programme exécuté ou si c’est une figure de style propre au cyborg. Mystère, mais il est effectivement capable d’activer des logiciels ou “mode” ayant un réel impact. Le plus prédominant est le SeriousBusiness.exe, où toute émotion nuisible au combat est effacée pour que le Cyborg consacre son intellect et ses ambitions à l’affrontement pur et dur. Dans cet état, il exhale d’un sérieux qui lui est étranger ou rare en temps normal.




Historique



Avant de conter l’histoire de Roki et pourquoi il est devenu une machine de Guerre, il faut remonter plus loin dans le temps, à une époque où il n’était pas encore cet amas de métal dépourvu de chair. Né de parents lambda sur l’île de Synacity, cette dernière était agitée de troubles communs à bien d’autres endroits, les conflits entre deux peuples rythmant donc les plus jeunes années de l’enfant mis au monde par la belle rousse nommée Adrienne. D’un côté les premiers arrivés sur l'atoll, de fervents apaches prônant la liberté de la terre, sa vénération et de l’autre, les Soukomann, un peuple en exode arrivé sur l’île et essayant de se faire une place dans l’endroit. Les tensions avaient toujours été là mais peu après que Winchester D. Roki vint au monde, -ayant pris comme il était coutume le nom de son père Abel- les natifs décidèrent qu’ils se reproduisaient bien trop et que bientôt leur héritage culturel et leur indépendance seraient affectés. Le moyen fut tout trouvé ; il fallait les éradiquer selon leurs coutumes ancestrales et ainsi commença la guerre entre eux, largement dominée par les indigènes.

Les divergences devinrent vite conflit d’envergure. Les aborigènes prirent des mesures drastiques et au lieu de petites batailles dispersées, ils mirent en place un plan de génocide pur et simple dans le plus grand secret. Les circonstances ne furent connues que de peu d’élus et peu à peu, les Soukomann disparurent de la surface de Synacity, ceux dotés des meilleures constitutions étant utilisés pour tirer de la terre un minerai extrêmement solide, dépassant la dureté de l’acier pour être ensuite vendu ou forgé en armes, utilisé contre les leurs.  

Ses premières années se passèrent donc dans ce climat de belligérances, son père se retrouvant vite pris pour cible de par sa place au sein du peuple expatrié. Il finit vite par être mis de force dans un de ces camps de travail disséminés sur l’île, laissant derrière lui femme et enfant qui purent échapper à cela grâce à son sacrifice.

[...]


Des grêlons gros comme des poings s’abattaient sur l’île sans discontinuer. Une femme à la chevelure de paille courait en faisant fi du déluge, poursuivie de peu par une troupe d’autochtones montant d’énormes chiens, leurs gueules pleines de salive jappant pour témoigner de leurs envies de déchiqueter son corps autant que leurs maîtres. Dans ses bras, une petite créature chétive aux yeux d’un doré pur et plein de naïveté, incroyablement calme malgré la tension palpable de la situation. Une chute, ses vêtements imbibés de glaise. Mais la femme ne lâchait pas sa progéniture. Puis de larges mains balafrés. Les deux créatures furent saisies par ce caporalisme auto-désigné et emmenées à subir le sort de ceux non-aptes à être utiles à leurs grands desseins. De tout ça, Roki n’en garda jamais aucune réminiscence. Pas même de cet amer fruit que sa matrone glissa de force dans son gosier pour ne pas qu’ils s’en saisissent. Un héritage, un cadeau initialement prévu pour apaiser les conflits qui n’avait maintenant plus lieu d’être. Les Soukomann ne savaient rien du pouvoir résidant dans cette baie maudite, seulement qu’ils l’avaient acquis lors de leurs pérégrinations dans un troc avec un voyageur aux portes de la mort contre de quoi se sustenter avec la promesse que celui qui l’ingurgiterait changerait le monde. Naïfs, ils l’avaient crus.

Sa mère fut sacrifiée dans un rite au dieu de la Terre et du Métal, éventrée sur l’autel de croyances ancestrales. L’enfant néanmoins, se montrant sous le coup de l’émotion capable de faire vibrer l’acier tiré des mines et de le faire voltiger autour de lui fut pris pour un messie, en somme une entité faite pour les servir grâce à son don. Et toujours selon leurs coutumes, ils décidèrent de manger sa chair pour se procurer à leur tour ce don.

Bien évidemment, cela s’avéra non-concluant mais ils s’évertuèrent tout de même à le maintenir en vie au cas où, le petit homme tronc soigné au fur et à mesure par le chaman. Alors qu’il avait enduré assez de supplice pour une vie d’homme entière, sa salvation se trouva dans un navire de la Marine, venu sur l’île pour -officiellement- stopper le conflit entre ces deux factions, même si le vrai but était tout autre. Informé de la rare substance que l’île de Synacity contenait, le Gouvernement décida de se l’approprier et sous réserve de rétablir la paix, toute vie fut annihilé. Les aborigènes pour leur violence et les Soukomann pour effacer tout témoin. Restait le petit garçon abîmé, traumatisé, incapable de s’exprimer et le pouvoir de son magnétisme. À bord du bateau, le docteur Hanz Shtein. Il vit dans celui-ci une utilité possible pour un de ses projets et maintenu en vie grâce au médecin à bord, Roki fut emmené au laboratoire de l’amateur de sucreries pour y devenir l’aboutissement d’un de ses rêves.




quelque part sur les mers, il y a de ça plus de dix ans.
« laboratoire du docteur Shtein »

Une chambre stérile. L’enfant était entouré de machines et de fil, son corps lacéré et dépourvu d’extrémités tenu en vie dans un coma artificiel sur lequel il n’avait aucun pouvoir. Autour de lui une petite équipe s’affairait guidée par le chef de projet, une petite créature à mi-chemin entre l’homme-poisson et le tontatta. Personne ne savait réellement de quelle espèce était Shar P. Bibidi, ce scientifique de génie à la solde de Shtein. Pendant plusieurs mois ils travaillèrent sur des plans et bientôt ils arrivèrent à un schéma plausible, aidés par le métal trouvé sur Synacity qui composerait l’entiereté de son nouveau corps. Il fallait se rendre à l’évidence, l’enveloppe charnelle de Roki était bien trop détérioré pour convenir à une transplantation de cette envergure mais dans le but de garder le pouvoir qui était le sien, le cerveau de la Marine trouva un système ingénieux pour ne garder que le cervelet du magnétique Sokomann.

Après un énorme investissement financier -qui ne représentait au final pas grand chose pour une entité telle que le gouvernement en place- et des heures de labeur, il fut donc intégré à cet assemblage mécanique et délesté de ses chairs. Un cyborg était né. Enfin, “né”...

Bien que Roki fut implanté dans sa nouvelle demeure de fer, alimentée par un moteur électrique auto-suffisant, il ne semblait pas animé. Au fond de sa carapace, son esprit ne semblait pas se réveiller. Shtein prit cela pour un échec, Bibidi comme une oeuvre à parachever en continuant encore et encore, ce point de discorde grandissant entre les deux hommes alors que l’entité verdâtre voulait absolument continuer là où l’être à la tête de champignon semblait se diriger vers l’implication dans d’autres projets.


« Ce Shtein et sa coupe de cheveux ridicule. Il est stupide. Stupideeeeeee Shtein joufflu. Bibidi, il va mener le projet à terme car IL EST PLUS INTELLIGENT. Hihihihihiiiiiihihihihiiiiiii. » Se croyant seul le petit scientifique fut bien étonné de voir la personnification du savoir à tête d’amanite le toiser du haut de son mécha. Sa tendance à parler à voix haute venait de lui coûter cher. Vexé et piqué dans son honneur, son bras-droit en devenir fut prié de quitter l’endroit dans l’heure et de ne jamais y remettre les pieds, délesté de son cher projet. Mais il ne comptait pas se rendre sans se battre et à la faveur de la nuit, il partit bel et bien. Mais pas seul, avec sous le bras le cyborg, ses plans et les choses rattachées à lui. Bibidi y arriverait, car c’était SON projet, avec l’aide du docteur ou pas. Et Shtein en serait vert de jalousie.



West Blue, il y a de ça plus de cinq ans.
« complexe de Bibidi - Skurskur Island »

La créature atteinte de nanisme avait réussie. Bien loin du quartier de la Marine, sur une petite île de West Blue, il avait enfin la paix après des mois à jouer au chat et à la souris avec le gouvernement et ses limiers. Son réseau, son porte-monnaie et sa connaissance du monde aidant, son eden n’avait pas été difficile à trouver et Bibidi s'était installé dans un complexe sorti de terre des années auparavant, qu’il occupait avant de rejoindre Hanz dans ses projets, sa localisation inconnue de tous.

Ses petites mains ne cessaient de trafiquer fils, processeurs et autres composants sans succès. Allait-il se réveiller, ce fichu robot? Il ne pouvait décemment pas avoir tout risqué pour voir ses efforts non-récompensés. Alors pendant des mois, il essaya tout. Des milliers de gerbilles dans une roue géante censées alimenter son réacteur pour provoquer un électrochoc, un vélo électrique où il ne cessait de pédaler, même faire tomber la foudre elle-même sur la carcasse inanimée. Jusqu’à un soir d’hiver. Finalement, en défaisant tout le système d’alimentation de rage, il se rendit compte qu’un des câbles était usagé et en le remplaçant, Roki prit vie. Dans un vrombissement, ses yeux noir de jais s’illuminèrent d’ambré. « ENFIN ! Bibidi a réussi, quel génieeeeeeee. Hihihiiiiiiiiihiiiiii. »

« Enchanté, vilaine petite chose. Je suis Winzdzzezez. Roki. Winchestzeezezzz D. Rozzz. Roki. Et vous? Êtes-vous mon père ? Mon code génétique laisse à penser que oui. Dibi.. Babi.. Babidi. Votre identifiant utilisateur... sont 'Father.v2' et votre mot de passzzz... Steinlatchoinzzz ? »

D’abord, l’étonnement put se lire sur son visage plein de ridules. Puis une forte satisfaction, un sourire. Il continuait de rigoler sardoniquement, tandis que le cyborg jaugeait son environnement le faciès sans émotions, ses programmes se lançant les uns après les autres. Les seules choses dans son esprit compartimenté? Des dossiers à moitié vide. Trop occupé à le mettre en marche, Bibidi en avait oublié de garnir ses disques durs.

Les mois suivants furent passés à combler cet oubli, le petit être hideux remplissant soigneusement plusieurs puces qu’il implanta peu à peu à Roki. Ce dernier n’avait plus rien à voir avec le garçon-tronc qu’il fut un jour et ne se souvenait même pas de son ancienne condition d’être humain. Mais son cerveau greffé à ce corps était toujours là et loin d’être une simple machine, il était capable peu à peu d’émotions, de compréhension et d’autres choses propres à l’Homme qu’une intelligence artificielle ne pouvait reproduire.

[...]

« Si je comprends bien, je suis votre fils, c’est cela? Vous m’avez créé à partir de rien et je vous dois obéissance? Soit. Quel programme dois-je exécuter? Il y a actuellement 36.789 possibilités trouvées et la recherche est encore en cours. Dois-je exécuter vaisselle.exe, massage.sensuel.exe, ... »

La machine était lancée et énumérait toutes ses commandes, jusqu’à que son paternel d’adoption vienne à l’arrêter d’un soufflet derrière la tête, seule façon de l’interrompre quand il prenait la mauvaise habitude de parler encore et encore. Ou au contraire, de ne rien dire quand on lui adressait la parole.  

Il cita même “libre.arbitre.exe” et Bibidi lui somma de ne jamais l’utiliser, ce que Roki accepta. C’était la clé lui permettant d’être le seul aux commandes mais une fois qu’elle fut énoncée, pendant une énième augmentation de ses aptitudes, il en profita pour installer un verrou sur une de ses partitions contenant la majorité des logiciels dangereux dont celui-ci.


Parallèlement à ses fonctionnalités, le Winchester se voyait petit à petit apte -à l’instar de quand il était encore humain- à manipuler les métaux et les champs magnétiques. Son géniteur développa au fil du temps une certaine peur de sa création qui se montrait bien plus puissante et ambitieuse que prévu. Pour palier à cela et faire diversion Bibidi le fit donc plancher en utilisant sa curiosité maladive sur ses propres projets, le cyborg se révélant très doué en ingénierie.

[...]

Maintenant au fait des us et coutumes humains, le robot voulait remercier Father 2.0 et il prépara donc un bon repas à ce dernier tandis qu’il était sorti réceptionner du matériel pour continuer ses projets scientifiques. Une fois rentré, Bibidi se sustenta et pour clore cette belle soirée, il fit preuve d’une marque d’affection commune à l’espèce qu’il était censé représenter et prit dans ses bras la petite chose en le serrant fort contre lui.

« Vous avez oublié votre couche, Bibidi-sama? Vous avez une fuite, je crois. Je ne connais pas ce liquide, hm. » Son maître et créateur-en-second venait tout simplement de craquer dans un bruit sinistre et les conséquences étaient meurtrières, morbides. De l’hémoglobine verte coulait sur le corps du cyborg, preuve de son méfait. « Ai-je par mégarde actionner la mise en veille, maître? »



West Blue, il y a de ça plus de trois ans.
« alentours du parc principal - Fun Cruise »

« … J’en déduis donc que maintenant que Bibidi a rejoint… là où vont les choses vertes. Je suis donc seul. Seul et sans proches. Pourquoi mes yeux éjaculent de l’huile? Étrange phénomène. Dois-je activer le protocole de mise à niveau? Hmmm. Maître avait l’air de dire que c’était une mauvaise chose, mais je suis seul. Seul et sans proche. Je vais donc suivre mon instinct et... Quel instinct? Puis il fait chaud. Je transpire. Ah, non. Tiens, je grince. Depuis combien de temps suis-je ici? Je suis fatiguzzzzz… »

Après avoir quitté les lieux de son méfait en emportant avec lui la majorité des documents semblant liés à lui, Roki avait soigneusement enterré son défunt tuteur, sa base de donnée explorée, l’être cybernétique découvrant la mort et ses aboutissements. Rangeant dans la partie creuse de son torse ses nouvelles possessions, il avait ressenti un vague sentiment pendant quelques jours. La tristesse vue du côté bionique du miroir.

Depuis un mois il était assis sur ce banc après avoir traversé West Blue dans une petite barque, porté sur les courants cléments, jusqu’à amerrir à Fun Cruise. Trouvant le cadre idyllique pour se mettre à penser, ses fesses métalliques n’avaient plus bougé d’un iota. Bloqué, il fouillait dans son code. Et il parlait à demi-mots, seul.

Code:
Rokisoft [version 1.0.8.4555]
©️ Father v1/v2
R:\User\Commands
admin log=”fatherv2”
loading…
password required=”stheinlatchoin”
sucess, accessing data.
overclocking 45%...
89%...
Fatal error. corrupted data, restarting...

Un crash pur et simple. Trop de nouvelles informations grâce à cet accès administrateur qui avait ouvert la porte sur un pan de sa mémoire, de nouvelles connaissances sur le monde qui l’entourait et l’utilisation de ses capacités de combat. Assez pour forcer un redémarrage. Malheureusement pour lui, son fonctionnement exigeait qu’il soit en permanence en mouvement, à l’image d’une dynamo, pour rester actif et son accalmie l’avait vidé de ses dernières réserves, cette demande d’énergie électrique le mettant donc hors-service.

[...]

Toujours immobile, les mains sur les genoux, à l’image d’une statue oubliée de tous, il fallut l’intervention d’un chat particulier nommé Nekoarashi pour le sortir de sa torpeur à l’aide de l’Electro, la capacité inhérente aux Minks. Ce dernier avait effectivement élu domicile dans sa cavité centrale, se servant des documents comme litière, Roki devenu pendant son inactivité sa nouvelle demeure. Le reboot eut donc lieu et il revint une seconde fois à la vie, cette fois doté de son plein potentiel bien que pendant cette courte période, juste avant ce trépas, il avait entraperçu un visage et derrière lui des zéros et des uns. Un langage binaire qui recelait encore des mystères, sur son passé et fatalement, son avenir.

Il en avait conscience, désormais. Roki était une machine destinée à la bataille et à l’accomplissement de diverses tâches peu reluisantes. Mais le cyborg n’avait d’yeux que pour son camarade et fit l’impasse sur cette étrange partition dont il s’était délesté, le forçant à répondre aux ordres par des mot-clés…

Après lui avoir tricoté un petit costume, ne pouvant décemment tolérer que son sauveur se balade nu, il lui forgea à l’aide du Jikki une clochette et scella une amitié qui dura jusqu’à nos jours, parsemée d’aventures. D’un côté le Minks voyait en l’être robotique son premier allié, non-humain et lui un animal extraordinaire, une batterie, un confident et une lumière -bien que biaisé- sur ce qu’il ignorait.



West Blue, il y a de ça quelque mois.
« parc principal - Fun Cruise »

Grâce à la présence de Nekoarashi et leurs longues discussions, ses recherches en ingénierie et le côtoiement des humains, Roki était devenu apte à vivre en société, ou presque. En quelques années, il avait bien avancé et ses disques durs se voulaient bien remplis.

Ce jour-là, ils s’octroyaient du bon temps à la fête foraine et lui comme le chamuraï s’amusaient comme ils le pouvaient dans cet environnement, jusqu’à que des forains se mettent à beugler des injures de défis, visiblement trop ivres. « Viendez m’défier au forain contenders! L’gagnant repartira avec ce qu’il veut dans les loooooots, sur la tête du marmot ! »


Caché derrière un poteau accompagné de son acolyte félin sans vraiment savoir pourquoi, le cyborg se demandait ce qu’était ce forain contenders. Mais derrière lui, sa vision télescopique lui permit d’observer une énorme pelote de laine. Croisant le regard de Nekoarashi, il sut qu’il se devait de gagner pour la lui offrir. Cela conclurait en beauté cette journée. Sortant de sa cachette, il s’avança donc, sous les regards ébahis de voir tel robot vaquer ainsi librement. « Je relève ton défi, ô forain. Donc, je fais quoi? » Armant son poing en sautillant, il comprit vite qu’il avait tort quand le grand gaillard attrapa un micro.

Un duel vocal, où il fallait visiblement se moquer de l’adversaire pour gagner. Candide, le cyborg haussa les épaules et arrêta sa mascarade, écoutant ce qu’avait à dire son opposant disgracieux. « Lance le beat ! LE SANG D’TES MORTS J’Y BOIS ENFOIRÉ D’ROBOT ♪ ICI LE PLUS FÉROCE DES FORAINS APPELLE MOI DJO! ♪ LA CALOTTE J’Y METS, TU N’ES PAS PRÊT ♪ SUR LA CARAVANE ON VA VENIR TE SOULEVER CALIBRÉ ♪ [...] »

Son cerveau marchait à cent à l’heure, assimilant le principe de rimes et d’insulte en chanson. Une fois que fut venu son tour, le public tout sauf impartial, il attrapa son coéquipier et le posa sur son épaule. « Yo, à toi Neko. » L’animal se mit donc à son tour à produire une instrumentale, décuplée par de petits haut-parleurs sortant de ses épaules. « Hmm. Activation du protocole d'urgence Cyborg from the block.exe. Claque de forain mais j'suis pas un gitan, tes dents frottent le crépis mais j'suis pas façadier, pénalty même pendant la mi-temps pas la pour rigoler. Pendant qu'tu phases j'ai cherché la faille, t'es lasdeg comme igor et grischka frère ça graille pas, ça rafale la flicaille comme à Ohara, cagoulé cyborg enragé est venu te mettre le doigt… C’est bon, j’ai gagné? Yo…? »

Visiblement Djo était vexé puisqu’il lui fonça dessus, voyant que le public riait bêtement à ses quelques phrases. Soudain, le corps de Roki se mit en branle, sans pour autant qu’il se prenne de quelconque mouvement. Sa malédiction à l’oeuvre, il venait de prendre une position équivoque et déjà le chaton semblait se moquer du narvalo et de ce qui l’attendait. Les nervures s’illuminèrent de doré sur son bras, et à une rapidité exceptionnelle pour des civils, sa main de titane vint s’écraser contre ses chicots mal brossés. Son corps gras s’écrasa contre une machine et déclencha un ‘9999’ significatif de la puissance de frappe, tandis que le gagnant de la joute et de l’affrontement attrapa simplement le jouet pour Neko’ et quitta l’endroit. Pas n'importe comment cependant. Levant ses yeux dorés vers le ciel, de petits propulseurs s'activèrent sous ses chaussures et couplés à sa maîtrise du fruit du magnétisme, il s'envola.

Les mois passés et à venir furent tous pourvus de nombreux événements du style, le duo rencontrant même un certain Manji et son compagnon Jack. À eux quatre, ils comptaient bien vite partir sur Grand Line, Roki gardant en tête ses propres objectifs.

Il ne faudrait pas longtemps avant que la Marine comprenne que l'oeuvre de Babidi et Shtein était désormais dans la nature, et le comportement du cyborg n'allait pas l'aider à passer inaperçu. De pirate, il n'en aurait pas que le titre mais bel et bien le comportement, bien qu'il fut pour l'instant trop faible pour se pourvoir d'une prime. Mais déjà sur Fun Cruise, on commençait à entendre parler du Robot Magnétique...

Partout où il passait cependant, le combattant métallique ne pouvait s’empêcher de montrer le portrait de Father 1.0, demandant à qui voulait l’entendre s’il n’avait pas vu cet homme.







Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? KGN.
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant ! Hum.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Raijin


☠ Messages : 63
☠ Âge du Personnage : Dix-sept ans.
☠ Berrys (x1000) : 27
☠ Localisation RP : West Blue ♠ Ohara.
☠ Fruit du Démon : Fruit du Magnétisme.
☠ Haki : Busō-shoku no Haki. [novice]
☠ Dorikis : 4537
Membre des Raijin

MessageSujet: Re: kōkaku kidōtai ∆ ghost in the shell | if young neko dont trust you im gon' shoot you   Mer 8 Nov - 14:54

Terminé, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 952
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 41358
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé)
☠ Dorikis : 8423
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: kōkaku kidōtai ∆ ghost in the shell | if young neko dont trust you im gon' shoot you   Mer 8 Nov - 21:29




Validation


Yo Roki ! Enfin ! Cet homme qui a manqué de peu la deadline pour le million de Berrys !

Qualité : 450/500


surplu -> surplus

malgré qu’il puisse voler -> bien qu'il puisse voler. Malgré que NE SE DIT JAMAIS

Roki est une création avancée et pourvu de nombreux disques durs dont certains sont encore ‘bloqués’ l’empêchant d’y avoir accès. -> dont certains sont encore bloqués, l'empêchant d'y avoir accès. Une virgule aurait pas été de trop.

ses comparses qui ont choisis -> ont choisi.

Parmis tous le plus important est sans conteste le premier à avoir obtenu ce statut, Nekoarashi -> Parmi tous. Invariable

de larges mains balafrés -> balafrées, on accorde

ils l’avaient crus -> cru, le COD est singulier

toute vie fut annihilé -> annihilée

Se croyant seul le petit scientifique fut bien étonné de voir la personnification du savoir à tête d’amanite le toiser du haut de son mécha. -> se croyant seul, le petit scientifique...

jusqu’à que -> jusqu'à ce que

Pour palier à cela -> pallier cela. Pallier à cela NE SE DIT PAS !

Après avoir quitté les lieux de son méfait en emportant avec lui la majorité des documents semblant liés à lui, Roki avait soigneusement enterré son défunt tuteur, sa base de donnée explorée, l’être cybernétique découvrant la mort et ses aboutissements > Phrase trop longue. Il y a possibilité de faire au moins deux phrases là-dedans.

Alors ! T'as une super plume ! Le français est maîtrisé, et tu te permets des tournures complexes qui fonctionnent bien !
Attention, par contre, tu as un souci de ponctuation qui, s'il est anodin au début, peut vite devenir compliqué quand il s'accumule. Relis-toi à vois haute, n'hésite pas à découper tes paragraphes en de nombreuses phrases quand tu te rends compte que c'est trop long.
Pareil, tu as aussi un petit souci d'accord qui devient de plus en récurrent à mesure que l'on progresse dans la bio.

Mais à part ça, c'est quand même vachement bon !

Cohérence : 450/500


Alors alors ! T'as su réutiliser les éléments du BG du forum et faire intervenir Shtein. Héhé, en plus, j'espérais bien qu'on ait un Genos qui débarque, et ça a pas manqué !
Ta prez est bien impliquée dans l'univers de Jolly Roger. En revanche, j'ai quelques petits soucis.

Le premier, c'est le fait que Shtein laisse tomber un projet comme le tien. Tu t'en doutais, tu as pris des risques en faisant intervenir quelqu'un d'aussi important, et il y a eu quelques faiblesses. Vu le potentiel que tu représentes mais aussi toute la symbolique, te laisser filer comme ça, ça me semble vraiment simple.

Avec l'investissement réalisé pour te remettre en état, tu aurais au moins dû être gardé dans un endroit hyper sécurisé.

J'ai aussi du mal avec la capacité de Neko à réussir, avec un simple électro, à te remettre en marche. Déjà, quelle idée d'activer l'electro là, hein ? Et ensuite... Vu la machine que tu représentes, il faut certainement pas mal d'énergie pour te remettre sous tension.

Ah oui, et j'ai un peu de mal aussi avec la virtuelle omnipotence de ton cyborg. Lance-flammes, arme électrique, propulseur pour voler... Et le magnétisme en plus. Ca fait vraiment beaucoup beaucoup.

Longueur : 200/250


Niveau longueur, on a tout ce qui est nécessaire ou presque ! Un passage sur l'enfance, des dialogues qui mettent en pratique la théorie des descriptions, l'explication des objectifs...

J'ai quand même un certain doute sur un point, vu que tu n'y fais que très peu référence. La maîtrise de tes capacités, ta puissance en situation réelle. Tu ne survoles que légèrement le sujet, mais on n'a vraiment que trop peu d'infos sur ce qu'un vrai combat pourrait donner, et l'étendue de tes capacités. Plus vite tu t'y attèles, plus vite tu peux réaliser ce que tu peux et ne peux pas faire.

Originalité : 500/500


Un cyborg qui vient d'une île timbrée qui fonctionne en .exe avec une carte graphique AMD Radeon. Oups, excuse, Nvidious.
Ton perso est génial ! C'est totalement ce qu'on serait en droit d'attendre d'un cyborg dans l'univers de One Piece, qui plus est avec l'avatar de Genos.
La fin épique à base du rap contender est juste grandiose ! On espère rapidement voir un clash entre 50 Berry et MC Roki, du coup. Compte sur moi pour être aux premières loges !

Subjectivité : 250/250


Je pense que ça s'est lu. Ton perso est franchement une sacrée bouffée d'air frais ! Je me suis régalé de bout en bout ! Tes vannes passent bien, ton style aussi. Même si je sais que ton registre soutenu peut déranger, perso moi ça me va nickel. Je trouve que ça colle très bien au caractère robotique du gus, qui analyse tout, donc, de façon précise et scientifique.

Mention spéciale à cette image à la fin. Tu mérites des nudes, je te le dis.

Note finale : 1850 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: kōkaku kidōtai ∆ ghost in the shell | if young neko dont trust you im gon' shoot you   

Revenir en haut Aller en bas
 
kōkaku kidōtai ∆ ghost in the shell | if young neko dont trust you im gon' shoot you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GHOST WILLIAM, étalon léopard au domaine du Vallon
» Nouveaux TM ghost
» Ghost Whisperer
» (VENDU) Putter Taylor made ghost tm 110
» (Dept 15) Ghost (ex Bleuet), Selle Français/Comtois, Sauvée par Céci (06/12/2011)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: