Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 The Outlander. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Lieutenant de la Marine


☠ Age : 25
☠ Messages : 43
☠ Âge du Personnage : 30
☠ Berrys (x1000) : 6352
☠ Localisation RP : Base M-1
☠ Fruit du Démon : /
☠ Haki : /
☠ Dorikis : 1743
Lieutenant de la Marine

MessageSujet: The Outlander. [Fini]   Dim 8 Avr - 15:18



Stand "Le Rêveur" Burneigh













Prénom et Nom: Stand Burneigh
Âge : 30 ans
Sexe : mâle
Avatar : Pinterest
Groupe : Marine
Métier : Vigie
Espèce : Humain
But : Libéré mon île , devenir un sabreur reconnu et manié une des lames noirs.

---------------

Fruit du Démon : /
Autres capacités : Sabreur


Description physique

Stand est un homme de taille moyenne, environ un mètre quatre-vingt-dix centimètres. Avec un corps sculpté dans de la pierre, entraîné par les années de dur labeur. Sa peau est bronzée à force d'être dehors à toute heure de la journée. Il a un visage avec une mâchoire relativement carrée lui donnant un air assez sévère, et même l'âge qu'il possède a laissé des marques qui accentuent cet aire dure. Sur son visage d’ours mal léché, on peut y voir cicatrice au niveau de ses lèvres et sa barbe de trois jours qu'il entretient tous les jours. 

Il y a autre chose qui peut lui donner l'air rebelle :  ces longs cheveux blonds un peu assombris part le temps, tout comme ses sourcilles d’ailleurs. Et passons maintenant à la seule chose qui donne un air humain à ce bloc de pierre : deux yeux bleus qui peuvent vous faire oublier toutes vos peines.


Au niveau de ses habits, on ne va pas dire que c'est de la grande classe mais ça en impose un minimum. Il porte un pantalon de couleur foncé, rentré dans ses bottes de cuir noir bien résistantes. Il porte un long tissus rouge vif, avec une chemise blanche au col ouvert, lui permettant alors de dévoiler sa musculature et ses quelques poils blonds. Et il complète ce style de rebelle en arborant un long manteau par-dessus gris, avec des bords dorés et des manches de couleur bleu. 


Sur le côté gauche, il y a une boucle en cuir marron ou il range ses deux sabres. En parlant de ses sabres. Ils sont rangés dans deux longs fourreaux noirs avec gravé sur le bois '' Rêve ''. Leur garde est arrondie et de couleur grise comme leurs lames qui sont faites d'acier résistant.



Description mentale

Je suis un homme généreux, gentil sur les bords, j'aurais beau me faire rouler X fois dans le même piège, si j'sens que j'peux aider j'le fait les yeux fermés même si j'dois m'prendre un coup mal place. J'suis pas d'un naturel méchant, ni agressif, j'aime régler tous mes problèmes par un verre. Par contre j'assume, j'n'ai pas trop de tact dans mes paroles, et même si j'veux faire attention de les ménager, ça fini souvent en '' t'as oublié hein ? C'est comme tes burnes, si tu l'es oublies tu ne peux pas aller tirer un coup '' et après j'me fend la poire, fier de ma connerie.


Quand je dis spéciale, j’entends par là que 'viens d'une île dont personne connaît l'nom. Et comme beaucoup de mon peuple, j'suis un travailleur qui est assidu et courageux, rien ne me fait peur à moi, bestiau que je suis.  J’accomplis toutes les tâches, de la plus dégradante à la plus honorifique tout en poussant la chansonnette, de toute façon je m'en fou, l'boulot c'est boulot. 


Et malheureusement, j'ai les litanies de l'alcool et de la cigarette, j'suis pas parfait min t'chiot ! Si j'l'éto j'saurro pas là… Ah merde, s'xusé moi mes origines, on reprit le dessus, j'ai su les contrôler, mais bon… Je disais, je ne suis pas parfait mon petit ! Si je l'étais, j'serrai pas là, j'me la coulerais douce quelque part dans les mers ! Je me suis égaré. Comme je disais, j'avais certaines litanies, j'aime avoir mon jus de houblon et ma dose de nicotines après le travail… Où pendant.

Je reste un homme. Je reste pervers et pas souvent sensible aux charmes d'une femme ou… D'un homme. Mais ça... C'est une autre paire de manche.

Puis... J'ai toujours aimé Rêver. C'est quelque chose qui est agréable. Imaginer la scène, se poser dans l'herbe et fermer les yeux. Imaginer... Je ne sais pas… Une plage, assis sur une chaise a contempler le monde. ça laisse rêveur hein ? 




Histoire

Chapter One : Birth

Je viens des mers du nord, le coin qu'on appelle North Blues. Je suis né sur une des îles non répertoriées. Sur l'île inconnue de Kozan Island. Une île ou les habitant sont de rudes gaillards, bravant les dangers des mines qui sont les seules sources de revenus ici. Quand tu sais marcher quand t'est gamins, tu y vas. Premier étage, a aidé a porté les pierres ou pousser les wagons avec les autres.

Et je n'y ai pas échappé, fils de mineurs quand j’étais haut comme trois pommes, j'suis allé travailler. Je travaillais dans les champs aussi. On m'a inculqué plusieurs choses : L'entraide, la gentillesse et l'esprit d'équipe. 
On était tous dans la même merde à bosser pour des chiens qui nous payaient au ras des pacrétes alors qu'on se niquait la santé depuis tout gamins. 

Les soirs, tout le monde sortait et on jouait tous ensemble. Souvent ça donné : 

- Eh Marco ! Rends mi l'balle ! (mi l'balle = rend moi la balle)
- Nan Stand ! Elle est à mi l'balle !
Et on se tapé dessus… Puis les mères arrivaient, est on se prenait une fessée déculottée. On chialer un coup puis on repartait dans un fou rire. Je me souviens encore des patrons qui était bien habillé qui nous insultait et nous rabaisser. En disant que si nous ne travaillons pas assez vite, on n'avait pas de paye. Soudain, les travailleurs leur lancèrent des regards d'émotions que je ne connaissais pas dû à mon jeune âge. On redouble d'efforts, mais ça n'était jamais assez.

J'ai donc grandit dans ce climat qui n'était pas sain, beaucoup tombé malade en descendant dans les mines, dans les profondeurs de la terre.. Et les coups de grisou arrivaient... Et fessaient mourir du monde. Rare ceux qui y survivaient... Souvent avec une jambe ou un bras en moins. Et même les chefs en avaient rien à battre… Ils les envoyés quand même au casse-pipe dans les mines.


Chapter Two : A Long Road To The Next Payday

Le temps passé, je devais maintenant avoir peut-être cinq ou six ans. On commença à me faire descendre dans la mine pour m'habituer au manque de lumière, à savoir quoi ramené a la surface part les chariots ou même a nous planquer en cas de coup de grisou. Et j'ai perdu beaucoup de copains et de copines comme ça a force de creuser pendent des années.


Une dizaine d'années plus tard. J'ai maintenant seize ans. Je fais partit de l'équipe de minage. On est jeune et vifs, on nous envoie dans les plus profondes entrailles de la terre, pour avoir les ressources fossiles qui nous permettent de vivre. On sortait d'une journée de seize heures de travail intense. Le soir, sombre. Ce qu'on connaissait le mieux, on partait chercher notre paye. Du moins, je partais chercher ma paye. Pour une fois, j’étais seul un soir de pleine lune, j'arrivais devant la personne qui nous payer, j'engage la discutions : 

- Salut tizote j'vien querre min quinzaine ! (salut toi je viens chercher ma paye)
- Salut t'chiot' ! Tien fait attention. (petit) 
- T'inquiéte pas pépére(grand-pére)

Je lui serrai la main avant de repartir vers man baraque quand un groupe de cinq hommes s'approche de moi. Un parle 

- Salut tizote, tu vas me donner ton salaire. (Toi)
- Salut tertous ! Pourquoi cha min gros rojin ?( Pourquoi ça mon gros raisins (Terme affectif.) ) 
- Bin l'patron nous a pas assez payé !

Et s'ensuivit plusieurs noms d'oiseaux pas très fleuris avant de lever mes poings en signe de garde. Et commence à donner des coups dans leur corps et j'en reçois des coups dans le mien. Après bien une dizaine de minutes de combat, je me retrouve à terre en train de me faire battre au sol. Le groupe se barrant avec ma paye, je tombe inconscient. Je dois me réveiller une grosse heure après… Je me relève comme un vieux rat boiteux et me dirige a ma baraque, je rentre et me fais incendier part les parents. Je file me coucher pour être en forme le lendemain. 




Chapter Three : Pleasure but pains.

J'ai la vingtaine maintenant, le travail est dure, mais la vie est belle. Je commençai à fricoter avec les filles, j'avais du mal à tenir en place. Mais une retient mon attention Ichi.. Une belle blonde avec un fort caractère, le dimanche sa toujours étais sacré. L'seul moment d'repos ou on en profité pour faire la fête avec tous les autres. Et ce jour là j'avais abordé Ichi.. 


-Salut min bellotte, comment ça va ? (ma belle)
Pour toute réponse, elle me fit un grand sourire
- Salut min bellot, bin et tizote ? T'es fin bieau se soir (Salut mon beau, bien et toi ? T'es beau ce soir)
-Hahah merci ! Ta prévut quoi de ta soirée ? 
- Rien d'bin bio et ti ? ( Rien de bien beau et toi ? )
- La même, j'me demandais si j'pouvais passer ma soir avec toi

La seule réponse que j'ai eu, c'est qu'elle me tire part la main pour qu'on aille se caler , devant la mer. J'avais pu passer un bras autour d'elle et elle, c'était collé contre moi. Ma voix se fessai plus douce.

- Tu comptes faire quoi les prochaines années ?
- Essayer de vivre et pourquoi pas. Me marier ?


J'avale durement ma salive et je tente le tout pour le tout.

-Ça te dirai te tenter avec moi ? 
- Je pensé que tu n’allais jamais me le proposer ! Nig'doul !(idiot)


Et pour toute réponse, cette fois-ci, c'est moi qui pose mes lèvres sur les siennes avant de partir dans une longue nuit de débauche.

De cette nuit découla sur plusieurs années mon bonheur, mais aussi mes peines… 

Mon bonheur le plus important, c'est quand.. Elle m'annonça qu'elle était enceinte de ma fille. J'ai chialé toutes les larmes de mon corps. Le temps me suivait et les suivait aussi. J'approchais maintenant de mes vingt-cinq ans, et le peu de temps que j'avais de repos, soit je le passais avec ma famille soist je partais en haut de ma petite montagne, que les mineurs ont crée, pour m’allonger en regardant le ciel puis… A rêver. Je sais c’est complètement con, mais l'espoir fait vivre non ? J'ai rêvé que mon île était libre… Qu'on n'avait plus a travailler pour survivre. De là, des idées anarchistes naquirent dans mon esprit, une révolution du peuple… Que je devais mener en cavalier seul. Et une personne pouvait m'aider sur des centaines de gens. Un homme qu'on appeler grosse Miche'… Ou Michel. Il raconté souvent sont passé de combattant en coalisée et hônetement… J'me demande comment il a pu finir la. 


Fin de journée. Je le suis jusqu'à sa maison. Une fois arrivé, je l'accoste 

- Salut m'viux ! (mon vieux)
- Salut t'chot comment qu'ça va ?(petit)
- Bin bin et ti ?(Bien et toi?)
- Mi cha va j'sort d'l'ouvrache(moi ça va , je sors du travail) 
- Eh gross'mich', j'peux t'demander qu'cosse ?(J'peux te demander quel que chose?)
- Vas-y t'chot ?(petit)
- J'sais que t'éto gladiateur à l'époque (était)
- Ah ouais cha que j'l'éto(ça je l'était)
- Ouais.. Faudro que j'apprenne a manié l'sape (Faudrai, sabre)
- Tu veux manié l'sape ?
- Ouais j'veux manié l'sape
- Pourquoi ?
- J'ai mes raisons gross'mich', j'te demandot si c'éto possible (j'te demande si c'était possible)
- Sais possible ! Prépare toi


Et de la… J'ai vécu les pires moments de ma vie, le travail pendant seize heures le jour et une partie de la nuit pendant laquelle, Michel m’apprenait, la philosophie du sabreur, la façon de combattre. Ça a développé en moi une forme de discipline que je n'avais pas avant. Après plusieurs mois d’entraînement intensif, je reçus deux lames. Des coutelas. De bonnes factures, ça faisait l’affaire. 


Chapter Four :  Avenger
J'avais déjà passé trente ans de ma vie sur cette île, mon idée de révolution se tenait de plus en plus.. Mais toujours seul. Personne n'aurait eu le cran de passer à l'acte et c'est  pour ça que je devais abattre le chef. Le grand patron qui nous opprimait part l'argent et le travail. 

Mais malheureusement tout ne se passa pas comme prévu… Ma Femme Ichi avait résisté aux avances du Patron et lui avait craché dessus… C'est pour ça que je l'aimais. Elle ne se laissé jamais faire. 
Sauf que... Un beau matin on s’est retrouvé là, dehors, on s’était fait dégager de chez nous. À genoux dans la boue les bras attachés dans le dos, j’assistais à la mort de ma Femme et de ma Fille… Violées en public alors que j'étais impuissant avant de voir leur tête roulée part terre. Les larmes coulaient le long de mes joues devant les regards horrifiés des autres habitants. Le Patron jouant de sa tyrannie.

J'avais la tête posée sur le sol en train de chialer. Le Patron partant sur son cheval blanc qui lui servait de trône. On vient me détacher et je reste là, pendent trois jours et trois nuits, a contempler ma vie qui est parti en fumée. Qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige, j’étais là. À regarder le massacre, les images repassant dans ma tête. 

On arrive à me faire rentrer et je dors. Je bois comme un trou pour oublier. Pendant des mois. Jusqu'au jour où mes yeux, se pose sur mes deux lames. C'est décidé, la révolution doit commencer. Dans la journée, je prépare une barque pour me barrer, je sais très bien que je ne resterais pas caché très longtemps avant qu'on me trouve. J’agis normalement et le soir arrivant, je me prépare. Gardant mes lames sur le côté droit. Je me dirige vers la demeure du grand Patron. Bien sûr, elle est gardée part beaucoup de garde… Je passe par les fourrés et assomme les gardes des que je peux. Dans le pire des cas… Je les tue.


Je n'ai aucune pitié envers ces fils de chien. Et encore, c'est insultant pour les chiens. J'entre dans la bâtisse, après un peu de parcours, j'arrive au bureau, je rentre enfonçant la porte d'un coup de pied. En dégainant mes deux sabres, je prends une voix grave et sombre.

- Salut tertous ! J'viens pour vous éclater la gueule !
- Bienvenu dans ma demeure Stand. Je me demandais quand tu allais arriver ! Pauvre imbécile !
- Pour l'instant c'est toi qui es un nig'doul ! T'est tout seul ! (idiot)
- Oui, mais moi, j'ai un revolver !

Puis il se lève et sort le fameux pistolet et tire. J'esquive comme je peux, en y laissant une cicatrice sur mes lèvres. Il me jette maintenant le pistolet que j'esquive, puis il sort une lame aussi. Ses dernières s'entrechoquant. Il me fait un coup en estoque que je pare difficilement ma maîtrise des sabres n'est pas encore au top. Plusieurs coups s'échangent, certain me touchant au niveau de mon bras ou aux jambes. Après plusieurs coups, j'arrive à le désarmer et je mets une lame sous sa gorge.

-Ta tyrannie est fini min gros rojin ! (raisin, terme affectif.)
- Oh que non elle commence à peine !

Je ne sais pas comment , mais il arrive à me repousser et attrape le katana. Il m'a l'air habitué à manier la lame. Je serre donc ma garde, avec mes pattes d'ours, et décide ensuite de foncer sur lui et pare sa lame avec les miennes. J'échange des coups rapides, et de plus en plus violents. Je recule, puis donne un coup en X, qui le percutent de plein fouet. A ce moment là, je suis moi-même étonné d'avoir réussi à faire ce que je venais de faire. L'homme se relève alors doucement, et je suis là devant lui, me concentrant pendant quelques secondes avant de lancer un :
''Prépare-toi'' Se fut mes seul mots avant de lancer un coup sec et vif qui trancha sa lame en deux, et avant de lui asséner un coup de pied pour le faire tomber à terre.
Des hommes armées arrive derrière mon dos, me visant.

-Tiré ! TUEZ LE ! 

Furent les mots de l'homme à terre, je lui infligeai un coup au niveau de l’œil avec ma lame, lui lançant une cicatrice avant de courir sous les tirs des subordonnées. Sautant vers la fenêtre en la traversant dans des éclats de verre, roulant boulant dans la boue avant de m’écraser comme une merde au sol. Je boite comme un vieux rat jusqu’à ma barque. Le Beffroi sonnant une disparition en l'occurrence la mienne... 

Je pousse la barque et prends la mer. En tendant mes deux majeurs vers le village

- J't'aurais niolut (idiot)

Avant de partir à la mer sans carte….




Chapter Five : The Outlander.



Je ne savais pas combien de temps je erré sur les mers… Allonger dans ma barque à boire de l'eau salée dégueulasse et a bouffer des poisson cru. À me souvenir de mes objectifs que je me suis fixés :

Libéré mon île, devenir un grand épéiste et possédé l'une de ses fameuses lames noires.
À ce moment la j’entends… Quelque chose de plus gros. Je relève la tête et vois un bateau de la marine. JE SUIS SAUVER ! 
Je me lève d'un coup en agitant un bras. Un marine me faisant signe et hurlant : HOMME A LA MER ! 

Ils se dirigent vers moi en vitesse. Une fois approcher ils me firent monter sur leur navire et me demander ce que je foutais la. Je monte une histoire bateau et l'pire… C'est qu'ils me croient. On me fait faire des test mental et physique.. Pour voir si j'suis encore en bonne santé et viens… L'épreuve de diction.. Et là ses pas gagner.

Un marine s'assoit devant moi. Et m'explique comment va se passer l'épreuve.

-Bien, je vais vous demander de prononcer des mots ou je vais vous mettre des images et vous devais me dire se que c'est. Compris ?
-Bin comprit 
- Répété après moi : lapin
-Lopin 
-Lapin, pas lopin 
-Lopin
-Non... Un Lapin ! 
- Bin un lopin !
-Bref… Passons a autre chose 

Il me montre une chaise 

-C'est quoi ça ? 
- Une caïelle
-Non une chaise !
- Une caïelle
-Bon… Passons a autre chose

Il me montre une photo d'un cheval, avec de l'espoir 
-C'est quoi ça ? 
- Un quéva
- Putain…

Maintenant, il me montre la table.

-Réponds bien….
- Eune...Tape
Un autre marine me reprend 
- Ta...Ble
- Bin y s'en fou d'la couleur.. S'qui veux c'hé l'nom qui veut
-Ça va être dur pour lui de s'exprimer...

Tout le monde commence à rire dans la salle. Puis je demande confiant 

- J'peux rejoindre la marine ? J'ne suis pas réformé ?
- On devrait pouvoir arranger ça...

Le ''on devrait pouvoir arranger ça..'' , c'était transformé en un : VA A L’ÉCOLE SI TU VEUX DEVENIR UN OFFICIER ! '' Je me retrouve à passer, à trente ans, le plus clair de mon temps derrière un bouquin, avec des personnes vachement plus jeunes que moi. Pour la partie théorique, c'était un carnage. On m'a fit que ça allait être difficile vu que j'étais un analphabète, mais part contre, niveau physique, j'étais clairement un bon ! C'est d'ailleurs ce qui m'a permis d'entrer dans la marine. Mais j'y pensais, maintenant ? Pourquoi la Marine ? Le problème , c'est que je n'avais aucune foutue idée.. Je pense que c'était en partie pour mes objectifs personnels ? Mais en attendant, j'me suis engagé pour pouvoir me faire discret et m'améliorer… On verra la suite...



Sinon, ton pseudo à toi, derrière l'écran ? Bwah... Appeller moi Stand.
Si t'as un commentaire à faire, fais-le maintenant !  Dylexique, pervers, nounours et bipolaire sur les bords = Stand Very Happy




Dernière édition par Stand Burneigh le Mar 10 Avr - 18:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Lieutenant de la Marine


☠ Age : 25
☠ Messages : 43
☠ Âge du Personnage : 30
☠ Berrys (x1000) : 6352
☠ Localisation RP : Base M-1
☠ Fruit du Démon : /
☠ Haki : /
☠ Dorikis : 1743
Lieutenant de la Marine

MessageSujet: Re: The Outlander. [Fini]   Dim 8 Avr - 15:19

Salut tertous ! C'est fini, merci pour les personnes qui liront/noteront et bonne lecture Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Fortune Hunters
• Sea Cowboy •


☠ Age : 23
☠ Messages : 1010
☠ Âge du Personnage : 26 ans
☠ Berrys (x1000) : 66720
☠ Localisation RP : Cap des Jumeaux
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Armement (Avancé), Observation (Novice)
☠ Dorikis : 9093
Capitaine des Fortune Hunters • Sea Cowboy •

MessageSujet: Re: The Outlander. [Fini]   Ven 13 Avr - 7:52




Validation


Blabla

Qualité : 300/500


j'le fait -> fais

ça fini -> finit

C'est comme tes burnes, si tu l'es oublie -> les oublies

je m'en fou -> fous

après le travail… Où pendant -> ou, puisque ce sont deux possibilités que tu mets en place. L'accent grave du "où" est à mettre pour une localisation, comme "la ville où je suis né"

les habitant -> habitants

Bon ! Dyslexie oblige, je sais bien que les fautes seront nécessairement présentes. Je te conseillerai quand même de te relire un maximum !

Cohérence : 250/500


J'ai ici pas mal de soucis. Déjà, le fait que ta one-man army arrive à aller chez le chef, sans pression, avec zéro véritable entrainement, hormis au sabre. Ensuite, ce qui me pose vraiment problèle, c'est l'extrême opposition entre la tension que tu tentes d'installer, et ton vocabulaire. En fait, pour être tout à fait honnête, ton histoire a des moments durs qu'il aurait été intéressant d'exploiter, mais sur lesquels tu ne t'appuies pas suffisamment. Ca en devient presque banal, en fait. Ton style dur permet de faire penser que Stand est un loup des mers suffisamment détaché, mais on sait que ce n'est pas le cas, ce qui rend la chose presque absurde.

Longueur : 250/250


Une présentation relativement longue, avec des dialogues et une scène de combat. Rien à ajouter de plus !

Originalité : 350/500


Le concept du patois est vraiment intéressant, et pour ça, tu gagnes pas mal de dorikis. Néanmoins, ce n'est pas toujours bien exploité, et la scène dramatique face au bourreau de ta famille, agrémentée du patois, ça ne marche pas, mais alors pas du tout. A ta place, je l'aurais fait en français classique, ne serait-ce que pour appuyer le côté intense.

Tu perds également des points pour l'absence de l'humour souvent loufoque et burlesque propre à One Piece. Certes, tu apportes une forme d'humour, mais elle n'est pas encore suffisamment bien exploitée, si ce n'est à la toute fin. J'aurais aimé en voir plus !

Subjectivité : 150/250


Une prez sympa, mais sur laquelle je reste malgré tout dubitatif. Le concept du ch'ti est intéressant, mais il y a trop de moments frustrants dans ton histoire pour que je te mette la note maximale.

Note finale : 1300 Dorikis




#39A64F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t22-whatever-happens-happens



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The Outlander. [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Outlander. [Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Wanted :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: