Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Stairway to hell - Ft Phen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 292
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 39552
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7906
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Stairway to hell - Ft Phen   Mar 3 Avr - 20:02





Pas encore …

Si Jack pouvait compter le nombre de fois qu’il avait terminé sur une chaise, sans ses effets et les mains liées … et bien il n’aurait pas assez de doigts. Cela se finissait toujours comme ça, on l’attachait, on cherchait à lui soutirer des informations. On lui enlevait évidemment tout ce qu’il portait, comme si cela allait changer quelque chose. Comme s’il était fini sans son imperméable. Déjà, personne ne prenait la peine de faire ses devoirs. Attacher un agent du gouvernement était une faute grave, passible de mort et d’outrage au gouvernement dans cet ordre d'importance. Bon, en général, ceux qui l’attachaient avaient déjà fait bien plus grave. Mais tout de même, il fallait le souligner. Cela donnait la couleur pour la suite des événements.

Bon, remettons les événements en place. Jack enquêtait pour le compte de Libério, un des proxénètes du coin qui faisait chanter les culs bénis en échange de l’appui officieux du gouvernement. A qui il refilait les informations les plus croustillantes, évidemment. Mais tout ça, c’était avant que les putes commencent à mourir. Avant que Toshua ne soit tué aussi, cela coulait de source. Libério était un homme proche de ses comptes, ainsi avait-il fait appel au Gouvernement, et bien tenu sous secret l’affiliation de Jack qui n’était qu’un des détectives les plus célèbres de … de jamais en fait. Pas encore, se disait-il …

« Phen … ? » croassa Jack, tirant un peu sur ses liens.

Ils avaient bien serré le tout, les cons. Il essaya de regarder derrière lui, mais peine perdue : on y voyait comme au travers d’une pelle. Sa nuque était engourdie, son sang tapait dans tous les recoins de son crâne. S’efforcer de remettre ses idées en place était un des moyens de lutter contre la migraine. Phendrana Kane. Ah oui … il l’avait rencontrée pendant qu’il interrogeait une des nonnes sur heu … pendant qu’il dialoguait et … Bon, bref. Ça s’était mal passé et il lui était littéralement tombée dessus, et face à une foule en colère. Tiens, il n’avait pas pensé à lui demander pourquoi elle avait déjà une foule sur le dos ? On verrait ça plus tard, après avoir élucidé cette histoire, déjà.

« Phen, tu m’entends ? »
continua le Cipher avant de se racler la gorge.

Pas de Phen dans les parages. Bon. Ils avaient dû lui réserver les vestiaires des dames. Jack inspira profondément et gonfla ses muscles d’un tekkai bien fourni. Il avait été laissé seul, erreur fatale. Les liens crissèrent et la chaise vola littéralement en éclats. Ba-b.a. du Cipher Pol, comment briser ses liens en moins de dix secondes. En même temps, Jack connaissait peu de moyens de contenir efficacement un agent du gouvernement, tant leur arsenal martial était étendu. Il haussa les épaules en avançant dans le noir. Il entendit la porte s’ouvrir, en réponse au vacarme qu’il venait de causer. Le premier intrus se retrouva avec un trou dans chaque membre, tandis que le second vit sa tête rencontrer le mur et tomber dans les pommes. Des petites frappes, bien entendu.

Jack fit craquer ses phalanges.

« Où sont mes affaires ? » demanda-t-il au premier, qui gémissait en se tenant les jambes et commençait à répandre son sang partout.

« La fille ? Heu … elle est dans la salle à côté, mon … mon chef lui parle ! »
pleura-t-il, en essayant d’empêcher le sang qui coulait de ses quatre plaies.

Jack secoua la tête. Ce n’était pas qu’il s’en moquait du destin de Phen, mais …

« Mes affaires, j’ai dit. »


L’homme pleura qu’elles étaient dans un coffre non loin, avant que l’agent ne lui éclate la tête sur un mur. Sans meurtres, s’il vous plaît. Mais suffisamment violent pour que toute cette histoire ne soit qu’un mauvais rêve. Jack se faufila donc hors de sa geôle et exécuta une série de sorus pour enfoncer des crânes dans des tables, avant que quiconque ne puisse réagir. Aucun ne fut en mesure de réagir, pensant certainement n’avoir affaire qu’à des détectives de bas étage. En même temps, comment imaginer qu’un cipher pol était sur l’affaire ? Au même instant, il entendit un vacarme assourdissant dans la pièce où Phen était soi-disant enfermée. Comment imaginer qu’ils avaient mis sous clef une fille difficile faite de fils ? Hm.

« Bon sang, ça fait du bien. » fit Jack, en mettant une cigarette à son bec.

Il alluma cette dernière de son éternel zippo, inhala une bouffée salvatrice puis fit rouler ses épaules. Des corps étaient enfoncés un peu partout dans le mobilier autour de lui, gémissant de douleur sans comprendre ce qui avait bien pu leur tomber sur le coin de la tête. Ils avaient entendu du bruit venant d’une des geôles, puis d’une autre et … trou noir. Jack relâcha sa bouffée et s’avança dans le couloir où de nombreuses pièces, pareilles à celle où il avait été enfermé, s’alignaient. Il posa la main sur la poignée et se lécha le bout des doigts pour se recoiffer légèrement. Il vérifia les plis de son imperméable, de sa chemise. Nickel. Dans le coffre des vêtements, il avait aussi vu ceux de Phen, alors …

« Phen, c’est moi, Jack. Je suis venu te sau… »
commença-t-il en ouvrant en grand la porte de la pièce.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine du Lotus Noir


☠ Age : 30
☠ Messages : 549
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 31
☠ Berrys (x1000) : 1514
☠ Localisation RP : Saint Uréa
☠ Fruit du Démon : Fruit des Fils
☠ Haki : Armement Novice
☠ Dorikis : 7310
Capitaine du Lotus Noir

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   Mer 4 Avr - 13:19

Couleur des tripes





Donc on cramer une église, pris en otage un prêtre, puis on as échappés à une foule de fanatique et maintenant ça ?! Il se foutait de ma gueule le Jack ! Pour un premier rendez-vous c'était clairement nul à chier ! Y a un truc qui tournait clairement pas rond dans cette histoire et j'étais désormais persuadée que Jack était la clé de voûte de tout ce bordel ! Pour une fois que c'est pas moi hein... J'étais une petite pièce et je m'étais réveiller péniblement, non en fait non, j'ai pris un sceau d'eau glacé dans la gueule avant de m'apercevoir que j'étais en sous-vêtement ligoté sur une chaise.

Bon les gars, désolé. Il est l'heure. L'heure de cassé un mythe. Je sais que je suis carrément bandante, mais le masque doit tombé cette fois. Je ne portes pas de dentelles affriolante, ni des sous-vêtements sexy et ultra compliqué. Non juste un pauvre petit string en coton et un soutif' confortable. Désolée... Promis un jour je le ferais... Mais pas là. Ah tiens je venais de ramasser un revers du bras dans la gueule. Ils avaient pas idées je crois !

"-Qu'est ce que tu fous avec Jack ?! T'es du gouvernement ? T'es envoyé par Libéro ?! Tu sais que t'es enfermée comme une conne ici ?!"

Je m'étais mise à explosée de rire, les quatre types s'étaient regarder sans comprendre. Moi je riais, une rire bien glauque, un rire de démence.

"-Vous avez mal compris. C'est vous qui êtes enfermés avec moi ! Je vais tous vous tuez en gardant les mains liés derrière cette chaise, et je vais vous faire souffrir comme vous n'avez jamais souffert. Un véritable film d'horreur."

Les types s'étaient mis à rire eux aussi, vous avez encore jamais vraiment vu la "Dark Phen" ouais non le Cap des Jumeaux j'étais gentille puis c'était une autre époque, là je vous parle de la verry bad Phen ! J'avais sensuellement écarté mes cuisses avant de faire un sourire provocateur.

"-Les gars si je vais crever j'y ai le droit une dernière fois non ?!"

Le premier de ces messieurs s'était approché en voulant déboutonner sa ceinture, une fois qu'il était assez près, mon piège s'était refermé sur lui. J'avais serré mes cuisses contre son cou en faisant un parfait vol plané. On s'était retrouvés tous les deux par terre. J'avais l'angle parfait pour qu'une de mes mains lance des fils sur le visage des trois autres qui tentaient désormais d'enlever les fils qui les empêchaient de voir. Le type entre mes cuisses était devenu tout bleu et avait poussé un ultime râle. Je m'étais relevée avec difficulté avant de foncer droit dans un gars, ma tête avait heurter son estomac si fort qu'il s'était gerbé dessus ! Je lui avais tourné le dos pour que mes fils acérés lui transpercent le ventre, les ficelles formées par les fils étaient parties chacune d'un côté pour éventrer mon ennemi. C'était un paquet de tripes fumant qui était au sol, il ne restait que deux types, l'un était en train de hurler comme une gonzesse et l'autre voulait me faire fasse.

"-Bah alors. Plus personne à envie de moi ?!"

Le type s'était pointé devant moi en sortant un couteau, toujours ligoté, j'avais fait une parfaite pirouette pour qu'un pied de chaise ne le cogne dans ses parties. Il était à genoux il m'avait fallu lui donner un puissant coup de pied pour qu'il tombe en arrière et ne se cogne la tête au sol. Et de là j'avais continuer à mettre des coups de talons sur son crâne à plusieurs reprises. Le sang avait gicler un peu partout sur moi, et mon petit rire dément était revenu. Il ne restait plus qu'un gars...

"-Je te l'avais bien dis hein..."

Un simple coup de pied dans le genou pour le faire tomber au sol, encore pleurnichant de m'assois sur la chaise et le pied de celle-ci qui était cassé s'était parfaitement planter dans sa gorge. Ah les cons je leurs avait bien dis... Maintenant il reste un "détail" Jack et son fruit du vent. J'allais lui défoncer la gueule à cet enfoiré ! Mais le loquet de la porte était en train de tourné

« Phen, c’est moi, Jack. Je suis venu te sau… »

Il avait pas eût le temps de finir sa phrase, j'étais recouverte de sang et je m'étais jetée sur lui, tentant de le faire tomber, de lui mettre des coups de tête, de le mordre au visage. J'étais une furie, l'incarnation de la violence !

"-Je vais te crever ! Tu vas me dire la vérité fils de chien !"
© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t776-un-voyage-surprenant

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 292
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 39552
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7906
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   Mar 8 Mai - 12:07





Analysons la situation. Jack était par terre à l’entrée de la pièce. Pièce dans laquelle divers cadavres trônaient, leur sang maculant les murs. Des débris de chaise et de mobilier traînaient çà et là. Mais … plus important encore. Une furie recouverte de sang s’était jetée sur lui. S’était accroupie sur lui. Il se prit un coup de tête, se protégea du second avec son avant-bras, ce qui lui donna un aperçu plutôt incongru de l’anatomie de la furie. Disons qu’habituellement, ça n’était pas aussi violent, mais il ne l’avait encore jamais fait dans une cave ensanglantée. Il fallait nourrir ses expériences disait-on, mais là … Il plaça son avant-bras sous la gorge de Phen qui faillit lui emporter une partie du visage avec ses dents. De son autre main, il tenta de la repousser en appuyant sur son thorax … enfin son … le … la partie molle qui …

« Aïe ! Putain, Phendrana ! Je suis venu te … aïe ! »
grogna-t-il en essayant de survivre à la furie.

Il la repoussa, bascula sur le côté et retourna la situation. Sa main toujours sur sa poitrine, l’agent se retrouva entre les jambes de la jeune femme et planta son regard dans le sien, bénéficiant d’un peu plus de marge pour survivre à ses assauts forcenés. Il plaqua son bras sur sa gorge, s’approchant du visage de Phen.

« Silence ! Tu vas rameuter tout le monde ! » ordonna Jack essayant de maintenir le contact visuel jusqu’à ce que son interlocutrice se calme un peu.

« Doucement … je vais tout te dire. Doucement … »
grommela-t-il, lâchant peu à peu son emprise.

Il se releva, ôta son imperméable et le tendit à la jeune femme. Il était lui aussi maculé de traînées carmines, preuve qu’il n’avait pas chômé de son côté. Il encadra les épaules de la jeune femme de ses deux mains et l’inspecta pour s’assurer qu’elle n’avait pas été blessée. Il l’ausculta, avant de comprendre que tout ce sang ne lui appartenait pas. Ce qui lui ôta, malgré tout, un sacré poids des épaules. Sans réellement l’étonner. Phen était une dure à cuire. Voire pire. C’était plutôt du genre à faire cramer la poêle avant de voir sa couenne roussir.

« Comme je t’ai dit, je suis un détective, j’ai été embauché pour résoudre cette affaire. Mes bouquins sont une couverture pour me permettre d’enquêter et me servent de couverture. » commença-t-il.

Jack inspecta le carnage de la jeune femme, déglutit le moins bruyamment possible.

« Certaines femmes ont commencé à disparaître, des prostituées pour être exact. D’habitude, les proxénètes gèrent ce genre d’affaire. Mais là, le dernier qu’ils ont envoyé n’est pas revenu. Et tu devines bien que personne ne se préoccupe de ce genre de femmes. Alors il faut bien que quelqu’un le fasse. »
fit Jack, avant de tirer une taffe de sa cigarette.

Il en proposa une à Phen.

« Libéro est le nom du mec qui m’a engagé. Seulement … soit on nous a vendu, soit on s’est fait gauler. Quoi qu’il en soit, voici ce que je sais : le mec envoyé avant nous est mort. Les prostituées servent à un jeu pervers d’un des culs bénis de la ville. Et toi et moi sommes sacrément dans la merde. »
trancha-t-il, alors que des bruits de pas se faisaient entendre un peu plus loin.

Le cipher leva la tête. Ils devaient se trouver dans des souterrains, ou sous une imposante baraque. Sortir de là leur donnerait suffisamment d’informations sur leur cible … mais s’ils étaient en territoire ennemi, ça n’allait pas tarder à salement cogner. Il soupira, regarda de nouveau Phen droit dans les yeux.

« Quoi qu’il en soit, il faut rester discrets. Je t’ai entraînée malgré moi dans un jeu d’influence entre les puissants de Saint-Urea et les trafiquants des bas-fonds. Soit on s’en sort tous les deux, soit on coule tous les deux. Il ne faut pas oublier la réputation d’immaculée conception qui tourne autour de cette ville … quant à toi, tu viens d’en découvrir l’une des explications. Si les culs bénis semblent aussi propres, c’est qu’un trafic gigantesque tourne en sous-main pour assouvir jusqu’à leurs plus bas instincts. Et tout le monde nous descendra si on essaie de mettre la lumière dessus. » expliqua Jack avant de relâcher un nuage de fumée qui enroba sa tête.

Une façon comme une autre de continuer à servir ses intérêts. Il était aussi là pour s’assurer que ce réseau ne tombe pas et que les pions du Gouvernement soient sécurisés. Notamment Libéro et sa clique. Quant à cet enfoiré qui se pensait tout permis, qui mettait en péril cet équilibre criminel précaire que les agents du cipher pol s’évertuaient à conserver, il n’allait pas tarder à apprendre qu’au jeu des putes, à force d’enfoncer les cloisons, on finissait souvent par se faire …

« Il faut qu’on règle ça en douceur, et qu’on ne se fasse pas prendre ; mieux vaut pour nous deux que nos casiers restent … vierges. » conclut-il, tout en regardant Phen de haut en bas.

Ahem.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine du Lotus Noir


☠ Age : 30
☠ Messages : 549
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 31
☠ Berrys (x1000) : 1514
☠ Localisation RP : Saint Uréa
☠ Fruit du Démon : Fruit des Fils
☠ Haki : Armement Novice
☠ Dorikis : 7310
Capitaine du Lotus Noir

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   Lun 14 Mai - 7:49

Couleur des tripes




Bien sûr que j'avais envie de le tuer ce con ! Déjà, il me fout au cul une ribambelle de culs bénits, il me traîne dans des endroits plus louche que le cul d'un pirate, puis je me fais capturer et je dois être calme ?! Mais on nage en plein délire là où ? J'avais attrapé avec rage sa cigarette, qui m'avait pas fait long feu d'ailleurs. Tout en prenant soin de l'écouter, je cherchais mes fringues, elles étaient où purée ?! Ah là ! Dans un casier au sol, j'avais donc enfilé mon top noir, mon short, et boucler ma ceinture avant d'enfiler mes pompes sans les lacer, comme d'hab' quoi ! Une fois son petit discours terminé, j'avais replacé mes armes dans le holster.

"-Régler ça en douceur hein ? Oh mais bien sûr mon Seigneur ! Voilà comment on va faire, je vais aller dans ce couloir et buter le moindre connard que j'y trouves ! Et tu pourras interroger les survivants ok ?! On m'appelle pas la Valkyrie pour rien au sein de l'Ordre !"

J'avais mis un grand coup de pied dans la porte tout en sortant un flingue. Ah merde ? Je venais de dire sous le coup de la colère que j'appartenais aux Franc-Marins ? Ouais bah tant pis, il est détective pas agent du Cipher Pol après tout ! C'est pas si grave que ça, puis il bosse pas tellement pour la Marine. Bref j'en étais où ? Ah ouais ! J'étais dans le couloir avant de gueuler.

"-Sortez les cons ! Je vous prends tous !"

Un gars s'était pointé à l'angle du couloir avant de s'en prendre une en pleine gueule et de tomber raide pour un pied de chaise au sol. Haha les cons ! Bon faut qu'en j'en laisse un ou deux à Jack quand même, ma seconde main était venue fixer une multitude de fils sur l'un des hommes de main et par le biais de ce contrôle je l'avait mit à genoux devant Jack.

"-J'en fais quoi de lui Jack ?"



Non tu sais quoi ! J'en avais rien à foutre ! Je continuais tranquillement dans le couloir, si Jack avait un plan, il avait qu'à le faire appliquer ! Moi j'allais pas me laisser faire encore cent ans dans cet endroit qui pue la mort ! Faut pas déconner, déjà, j'étais en train d'aider un putain de gars du CP et le pire c'est que je le savais pas ! Ils étaient vraiment forts ces salopards ! Et c'est là que j'ai eu une idée du feu de dieu ! Un truc énorme ! Une idée de folie ! Fallait aller au bluff ! Ouais comme au poker quoi ! J'avais rangé mon flingue, tout en contrôlant toujours l'autre abruti à genoux.

"-Hey du con ! Je t'explique comment ça va se passer ! T'as deux solutions, mourir sans douleur ou mourir dans d'atroces et indicibles douleurs qui resteront dans les légendes. Donc voilà, tu vas nous amener à ton boss et nous présenter: Moi, je serais la chef de famille d'une mafia locale qui prends de l'ampleur, et j'ai une offre à faire en pute à ton boss ! Et lui là, ce sera Yuri mon porte-flingue d'accord ? Hey Jack ! J'ai trouvé comment nous infiltré !"

J'avais solidement attaché notre nouveau copain qui semblait littéralement se chier dessus, au détour du couloir j'avais pu voir une caisse avec des fringues ! Et rebelote j'étais de nouveau à moitié à poil, mais c'était pour la bonne cause ! J'avais pu enfiler un tailleur qui m'allait comme un gants, un tailleur crème avec un décolleté à tuer un homme avec un simple regard, la jupe était bien trop moulante mais ça irait, y avait même une petite paire de talon rouge, ce que je pouvait détester ça les talons ! Ça aurait pu faire grossier sur une autre personne, mais sur moi ça faisait vraiment classe, chic et habillée. J'étais de retour vers Jack.

"-Je te présente Miranda Kane, chef de la Mafia locale. On y va ?"
© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t776-un-voyage-surprenant

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 292
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 39552
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7906
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   Dim 3 Juin - 15:31





Tuer … Un léger tic nerveux agita le visage de Jack. Il n’avait tué personne dans cette pièce. Il n’en avait pas le droit, il n’avait pas la licence dédiée. Les pols n’obtenaient cette autorisation qu’en des cas très extrêmes. Certains se satisfaisaient de ne pas se faire voir. D’autres étaient plutôt campés sur leur position de défenseur de la veuve et de l’orphelin. Jack, quant à lui, avait déjà tué. Une fois, contre tous les ordres. Il inspira, regarda sa main. Il était adepte de la loi de la survie. Tuer pour ne pas être tué. Mais cela justifiait-il tout ? Non, certainement pas. Ces hommes, ici, avaient certainement des familles et des tas de mauvais choix justifiant leur arrivée en cet endroit, à cet instant précis. Il ne se sentait pas le devoir d’être clément envers eux, mais chaque homme de main avait une famille, une histoire. Une liste longue comme le bras d’amis, d’aventures et de rêves. Qui était-il pour leur ôter tout cela ?

« Valkyrie, hmm ? » se murmura-t-il, en joignant le pas à la demoiselle.

De l’ordre. Ce terme lui disait vaguement quelque chose. Il savait que Phendrana avait été une marine, dans le temps, avant d’avoir des déboires avec eux. Elle n’était pas pirate, elle n’était pas criminelle : pour autant qu’il le sut. Alors, cet ordre ne pouvait être … que les Franc-Marins. Un frisson courut le long de son échine. Eux, il n’hésiterait pas. Il avait vu tant de nations réduites à néant par leurs promesses, leurs espoirs creux. Des jeunes, qui n’avaient aucune idée de ce qui se tramait dans les méandres du monde, jetés comme chair à canon pour les bienfaits de l’idéologie. Jack carra la mâchoire et verrouilla son expression sur un sourire amusé, un brin sadique. Il regarda Phen s’éloigner, admirant son déhanché. Ses intentions étaient devenues bien moins … lubriques.

Elle utilisait les pouvoirs d’un fruit dangereux. D’un fruit qu’il ne pouvait contrer pour l’instant. Elle était téméraire, à moitié folle pour autant qu’il puisse en juger. Elle semblait puissante, implacable … et à même de s’attirer toute seule les ennuis. Et c’était bien mal connaître Jack que de penser qu’il se mettrait en danger pour la réussite d’une mission. Sa stratégie consistait à utiliser les autres. A les prendre dans ses fils et à faire converger les situations à son avantage … Il n’avait pas besoin de réels fils pour jouer aux marionnettes. Hé, c’était joli ça. Il faudrait qu’il fasse attention à bien le noter dans son bouquin. Il sortit son carnet et nota la petite phrase, au milieu d’un fatras d’autres qui n’avaient ni queue ni tête. Il revint à lui lorsque Phen lui amena un homme, tout en balançant bien haut son nom. Il soupira en regardant le type droit dans les yeux.

« Salut, mon grand. Je crois que tu commences à comprendre que vous avez fait une sale connerie, hein ? Ma copine est assez furax … je fais que la suivre, hein, c’est elle qui porte la culotte. »
commença-t-il, en tirant une nouvelle cigarette.

Il s’accroupit, faisant face au criminel.

« A ta place, je me mettrais à table avant qu’elle revienne. Et … »


Trop tard, Phen avait déjà enfilé sa nouvelle tenue et Jack n’avait pas eu le temps d’en placer une pour le prisonnier. Il soupira et se releva. Il n’aimait pas l’idée d’embarquer un type dont la seule contrainte était la peur. Elle s’était changée rapidement, la bougresse. Malgré toute l’animosité qui avait éclot en lui, il ne put s’empêcher de marquer un arrêt devant sa tenue … moulante. Il se secoua la tête. Que faire d’autre hein ?

« Mafia locale ? Attends, Libéro te connaît même pas. Sans parler de Don Fredo, Al Karano et les tubeurs du Gouffre. Ph … Miranda, cela me paraît trop risqué. Tu veux pas être ma secrét… Ouais non, oublie. Allons-y. J’en suis. »
fit-il, une lueur malsaine au fond du regard.

Il tira sur sa cigarette. Regarda l’homme de main qui semblait regagner l’espoir à mesure que la situation s’éloignait de sa mort certaine. Le cipher soupira. Phen avait dû se rendre compte qu’il en connaissait beaucoup sur les mafias locales, et sur l’organisation du pouvoir ici-bas. Il était dans les lieux et les petits papiers depuis suffisamment longtemps. Il ne pourrait passer éternellement pour un simple détective. A un moment, elle finirait par comprendre et faire les liens. Il en savait beaucoup trop. Autant y aller franco.

« Je pense … que le Gouvernement essaie de se mêler de tout ça. De mettre ses mains sales dans le jeu, et d’en tirer quelque chose en foutant tout en l’air. Ils ont l’air de s’en prendre à Libéro. Si … on trouve qui est à l’origine de ces meurtres, à mon avis, on tombera sur le Gouvernement. Cela ressemble à leurs méthodes : discrètes, sournoises et … calculées. Et si on rencontrait directement Libéro, Miranda ? Et si je m’arrangeais pour qu’on puisse le voir … je ne pense pas qu’il nous ait trahi. Il pourra peut-être nous donner d’autres informations. » expliqua Jack en se grattant le menton.

Il soupira. Il faudrait qu’il fasse rapidement passer le mot à Libéro. Utiliser la franc-marinerie pour avantager le Gouvernement, voilà un plan qu’il aimait. Audacieux, quasi aucune chance de réussite. Qu’attendait-il ? Il laissa de nouveau glisser son regard sur l’homme de main qui semblait sur le point de dire quelque chose. Il fronça les sourcils et frappa d’un coup sec sur sa tempe. Il l’envoya au royaume des rêves. Il avait du mal à tuer pour rien. Et il n’en avait pas le droit.

« Bon. J’aurais aimé ne pas en arriver là, mais … » commença-t-il, en sortant un denden blanc.

Equipement de professionnel, extrêmement cher. Etonnant entre les mains d’un simple détective. Aucun doute, Jack trempait dans des affaires très louches. Il ne semblait pas mentir en disant qu’il bossait avec la pègre. Mais avoir un tel équipement renseignait bien sur la qualité de ses services, non ?

« Sansane ? Dis à Libéro que je veux le voir. On a un gros pépin. Je crois que le Gouvernement s’est mêlé de cette histoire. Va falloir qu’on navigue en sous-main, j’amène du renfort d’en face. » fit-il, avant de couper le denden.

Voilà, message passé. Il ne leur restait plus qu’à s’éclipser d’ici, et gagner la taverne de la Cruche Percée, située dans les égouts de la cité. Dissimulée dans la fange, gardée par les pires malfrats de Libéro. Il n’était, évidemment, pas qu’un simple proxénète.

« Tu pourras jouer ton rôle, Miranda. Et prétexter que tu es nouvelle dans le jeu, que tu veux ta place ici. Si Libéro nous a trahi, cela nous sera plus qu’utile. Et je gage qu’écarter un parrain de la pègre de Saint Urea te sera utile, hein, Valkyrie ? »
murmura-t-il avec un sourire.

Car il restait toujours cette question en suspens. Si Libéro les avait trahis … l’ordre de l’exécuter ne tarderait pas à tomber. Il faudrait que Jack trouve rapidement un moyen de contacter son chef d’unité. Maxwell n’était jamais à portée de denden lorsqu’on avait besoin de lui …



thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine du Lotus Noir


☠ Age : 30
☠ Messages : 549
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 31
☠ Berrys (x1000) : 1514
☠ Localisation RP : Saint Uréa
☠ Fruit du Démon : Fruit des Fils
☠ Haki : Armement Novice
☠ Dorikis : 7310
Capitaine du Lotus Noir

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   Jeu 7 Juin - 9:38

Phendrana KaneMiranda

Elle avait écouté religieusement Jack. Il avait raison sur bien des points, il était clairement impliqué dans la vie locale de Saint-Uréa et surtout dans ce monde petit sous-marin qu'était la mafia. Phendrana avait déjà la puce à l'oreille depuis un bon moment, il y avait beaucoup trop de pièces manquantes au puzzle et Jack restait une énigme à part entière. Pour la nouvelle "Parraine" , Jack était un homme carapacé de bonne intentions, mais enrobés d'un passé noir ou d'un lourd secret. Il était aussi mystérieux qu'attirant, peut-être que les deux étaient liés au final. Mais la belle Valkyrie au cœur si froid, arrivait à perdre ses moyens devant lui, s’abandonnant peut à peu à lui. Il faut dire qu'ils n'étaient pas si différents au fond.
Mais alors qu'elle était perdue dans ses pensées et ses rêves d'amour impossible, les propos tenus par l'homme l'avait interpeller sur plusieurs points.
Comment pouvait-il savoir autant de choses sur la Mafia ? Un détective lambda aurait déjà prit peur et aurait fuit face à la fureur de la pègre locale. Alors pourquoi avait-il poursuivi ses enquêtes lui ? Il n'avait rien d'un détective normal et peu à peu, c'était un nouveau portrait qui se dresse sur le beau détective. Puis sous les yeux horrifiés de Phendrana, il avait sorti un étrange escargophone et appeler une personne inconnue, mais la nature des propos et le mot "Gouvernement" avait fait "tilt" dans l'esprit de Phendrana. Elle fulminait, elle enragé intérieurement et aurait voulut le tuer ici et maintenant. Mais à quoi bon ? Elle s'en rendait compte elle-même, elle sombrait peu à peu dans le torrent de l'amour. La femme au cœur d'acier était capable de ressentir des choses ? Improbable et pourtant, elle le sentait. Ses poings s'étaient serrés sous la colère et l'incompréhension.

"Ce serait peut-être une bonne chose qu'on soit honnête l'un envers l'autre non ? De toute façon on veut tous les deux la même chose: comprendre ce qu'il se passe ici pas vrai ?"

Elle avait réajusté son chapeau et fait un petit sourire, ce genre de sourire ravageur dont elle avait le secret. La faire sourire en soit était un exploit, mais c'était un sourire profond, qui en disait long sur l'état d'esprit de la jeune femme. Le mélange de la retombée d'adrénaline, les nerfs à vif, les hormones secrété par la violence, frôler la mort, le cocktail parfait de l'amourette inconditionnelle.
Elle s'était rapprochée de lui, elle avait compris sa véritable nature, mais elle ne préférait rien dire, du moins pas pour le moment.

"Je suis Franc-Marin depuis peu. J'essaie à mon échelle de montrer une vision différente du monde, des idéaux différents. Je sais que c'est osé de te dire tout ça. Mais... Je voulais être honnête avec toi, tu comprends ?"

Elle avait tourné les talons, elle connaissait les règles du jeu. Être hors la loi, c'est tiré un trait sur beaucoup de choses. Une vie stable, une relation, des enfants, être traquée en permanence. Elle était encore loin de se douter de la véracité de ses propos, elle était aussi loin de se douter que d'ici quelques mois, elle reviendrait sur Saint-Uréa et qu'elle serait à l'origine de bons nombres de troubles sur l'île.
Après et aveu, elle s'était dirigée dans le centre du couloir, elle n'avait aucune idée de par où aller ni quoi faire.

"Bon, allons-y tu prends les rennes, j'ai pas envie qu'on se retape la moitié de la ville sur le dos. Ou pire la Marine... Même si je pense que je suis déjà dans un guêpier pas vrai ?"

Elle avait dû tirer sur jupe, comment pouvait-on mettre des choses aussi courte et être à l'aise dedans ? Il en allait de même pour les escarpins, comment pouvait-on accepter de souffrir des pieds plutôt que de jouir du confort d'une bonne paire de chaussures ? Elle avait fouillé les poches, et comme miracle, la poche intérieure contenait un porte-cigarette, un accessoire en ivoire au summum de l'élégance. Elle y avait placé sa cigarette avant de se retourner vers Jack.

"Miranda est prête. Briefe-moi sur ma couverture. Faut que je sois au top du top ! Convaincante, authentique. Bref, tu connais tout ici alors autant que tu me dises ce que je dois savoir Jack."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t776-un-voyage-surprenant

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 292
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 39552
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7906
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   Lun 18 Juin - 12:12





Le cipher resta interdit quelques secondes, bloqué dans son geste face au sourire de Phendrana. Il soupira et secoua la tête. Il n’était qu’un homme, après tout. Comprendre ce qu’il se passait ici, en effet. C’était ce qu’il cherchait à faire, afin de régler la situation. Il y avait une cible à neutraliser dans tout ce bordel, et il n’y voyait plus grand-chose de clair. Mais si la franc-marinerie était dans le coin … Hm. Il secoua la tête une fois de plus, chassant ces hésitations. Un agent n’hésitait pas. Il exécutait. Combien de fois avait-il dû se répéter inlassablement ces mots, avant de passer à l’action ? Il fallait se salir les mains, c’était la condition intrinsèque au métier. Mais Jack excellait plus que quiconque à prendre du recul et à laisser les choses se faire. Il n’était pas vraiment lâche, mais pas vraiment impitoyable non plus. C’était ce qui aurait sa fin. Que dire d’un futur assassin qui n’aimait pas se salir les mains du sang des autres, hein ?

« Je comprends. » répondit-il, simplement.

Les francs-marins étaient des idéalistes pour la plupart, mais qui ne réalisaient pas que leur pensée était trop restreinte pour voir le grand tableau, pour comprendre à quel point la cohésion et la sécurité primait sur les quelques libertés qu’ils se pensaient enlevées. Les Tenryubitos cristallisaient beaucoup de problèmes, notamment vis-à-vis de leurs mœurs dissolues. On ne pouvait prendre un système et nier une partie de sa base. Alors Jack acceptait le sacrifice fait pour ces nobles, garants de la stabilité mondiale. Tout comme il ne pouvait nier que leurs privilèges étaient … Bon sang, Jack. Tu n’étais pas payé pour réfléchir !

« Je suis aussi honnête quand je te dis que je suis un détective, et que je travaille à mon compte. Seulement, je vais là où personne ne veut aller. Je mets mes mains là où personne ne veut les mettre. Je veux arranger les choses, corriger les problèmes. Sauver ceux qui ne peuvent se sauver par eux-mêmes. » répondit-il, rivant son regard océan dans celui de Phen.

Il fit un pas vers elle. La tension était étrangement agréable. Cette sensation de danger imminent, de marcher sur des braises. Que chaque mot avait son importance, que chaque erreur pourrait les précipiter dans les abysses. C’était le jeu préféré du cipher, que de naviguer en eaux troubles. Sans filet, sans protection. Il était honnête : il était seul ici. Toutes ses activités seraient niées par son employeur. Si ça tournait mal, il serait lâché et éliminé. C’était la procédure, et il le savait. Pourquoi continuer à jouer alors ? Il ne lâcha pas la jeune femme du regard. Pour elle ? Pour se jeter dans la gueule de la louve ? Quelque chose pulsait sous sa peau, lui donner envie de pousser le jeu jusqu’au bout. Le danger, le sang et la sueur.

Phen fit quelques pas. Il soupira. Jack se passa les mains dans les cheveux avant de tirer une nouvelle cigarette. Il l’alluma de son zippo indemne de tout signature, et tira une bouffée de fumée salvatrice. Son rythme cardiaque ralentit, ses pupilles rétrécirent. La décharge de nicotine lui fit l’effet d’un coup de fouet. Il savait pourquoi il faisait cela. Il savait ce qu’il désirait. Et aujourd’hui, ce n’était pas de sauver la veuve et l’orphelin. Il n’était qu’un homme. La bouffée de colère qui l’avait saisi lorsqu’il avait appris de quel bord elle venait s’était dissipée. Il ferait en sorte de tirer son épingle du jeu, ou d’y crever. Comme toujours.

« Je ne dirai pas ça. Plutôt qu’on a un vaste champ de potentiel et qu’on pourrait … trouver des accords mutuellement profitables. Les … gens de ton bord ne trainent pas souvent dans ce genre d’affaire. Vous êtes plutôt à sauver les miséreux, pas ceux qui ont fait des erreurs dans leur vie. Mais … beaucoup de gens n’ont pas eu le choix. Ces femmes ne demandaient qu’à gagner de l’argent, à survivre. Certains ont profité d’elles. Aujourd’hui, nous devons quand même les protéger. Les aider. C’est ce qui me pousse à dire que les francs-marins ne vont pas au bout de leurs idées, et c’est dommage. » répondit-il, avec un sourire forcé.

Dommage. Bien sûr … ces enfoirés causaient plus de dégâts qu’autre chose, et envoyaient des gens bien mourir pour des idées abstraites. Il continua à afficher un air affable, laissant sa colère tapie au fond de lui. Un jour il faudrait qu’il leur explique sa façon de penser, à ces enfoirés. Mais pas encore, il n’était qu’au bas des échelons.

« Bref. Quoi qu’il en soit, tu verras ça plus tard, quand tes supérieurs te laisseront tomber. » grommela Jack, laissant volontairement sous-entendre qu’il avait eu, lui aussi, quelques liens avec les francs-marins.

Passer pour un idéaliste qui avait débauché car ses méthodes ne convenaient pas ? Pourquoi pas. Ça pouvait marcher. Il fit signe à Phen de le suivre, ils parleraient tout en marchant. Il était temps de faire avancer les choses.

« Les mecs me connaissent là-bas. Donc je vais t’introduire, te présenter. Je veux que tu fasses une chose : écouter. Me dire si tu vois des choses anormales, des tensions ou autre. Si je me plante, on sera en danger immédiat. Si c’est Libéro qui nous a trahi ... mais j’en doute *et il sait ce qui lui pend au nez s’il fait ça* … et bien il faudra se sortir de là. Tu devrais te débrouiller sans problème avec tes fils. Bref, s’il nous a pas trahi, ça veut dire que quelqu’un dans son camp l’a fait. Du coup, j’aimerai que tu fasses quelque chose d’assez simple, qui ne demandera même pas de mentir en fait. Tu seras Miranda Kane, envoyée des Francs-Marins. Si nos ennemis sont bien du Gouvernement, ils feront en sorte de te contacter le plus rapidement possible afin d’éliminer la menace que tu représentes. » commença-t-il, en remontant les marches.

Il y avait une taupe chez Libéro, c’était certain. Sachant que Libéro était du côté du Gouvernement, la taupe ferait en sorte de prendre contact avec Phen si elle se disait de la franc-marinerie. En vue d’établir des liens, d’avoir du soutien. Mais si Jack arrivait à intervertir les rôles … il pourrait réussir à user de Phendrana pour détruire la taupe et sécuriser la position du Gouvernement à Saint Urea.

« Le but est de te faire remarquer … puis jeter. Les mouches viendront s’agglutiner à toi par la suite. Tu te sens de faire ça ? Au final, j’utilise un peu ta fonction pour aider à régler la situation, mais … ça tombe tellement bien. Ce serait con de passer à côté, hein ? » continua Jack, en s’approchant de la porte.

Il posa la main dessus, capta les bruits de la rue. Il fit glisser le verrou, entrouvrit la porte et jeta un œil dehors. Pas de malabars, pas de surveillance. Il ne vit rien.

« Je vais partir devant, tu me suivras et on se retrouvera à notre auberge. Si nous sommes surveillés, les hommes vont me pister. Je vais les attirer pour que tu sortes en sécurité. » fit-il, en homme d’action.

Il adressa un signe de tête à la jeune femme. Bon sang, pourquoi cherchait-il encore à l’impressionner ? Il relâcha un nuage de fumée, releva son col et ouvrit la porte en grand avant de se jeter dans la rue. Il avança et perçut du mouvement sur les toits, et à quelques mètres de là. L’appât avait ferré du gros poisson. Il ne comprenait pas encore pourquoi autant de monde était cristallisé autour de cette affaire de prostituées mortes, mais il finirait bien par tirer son épingle du jeu et découvrir le fin mot de cette histoire.

Jack s’enfonça donc dans les méandres de Saint Urea, en direction de la taverne qu’ils avaient déjà côtoyé dans un temps qui semblait lointain. À partir de là, ils gagneraient la Cruche Percée. Enfin, si Jack arrivait à se débarrasser des chiens qui n’allaient pas tarder à lui renifler le cul.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine du Lotus Noir


☠ Age : 30
☠ Messages : 549
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 31
☠ Berrys (x1000) : 1514
☠ Localisation RP : Saint Uréa
☠ Fruit du Démon : Fruit des Fils
☠ Haki : Armement Novice
☠ Dorikis : 7310
Capitaine du Lotus Noir

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   Dim 24 Juin - 19:06

Spy SongclickPhendrana Kane
La Cruche Percée
« L'isolement finit par être un amant, la solitude est un péché mignon. »Elle avait bu les paroles de Jack sans l'interrompre. Il avait raison sur toute la ligne selon elle. Il avait dépeint un portrait presque parfait, à une chose près. Phendrana n'y était clairement pas à sa place. Elle était beaucoup trop extrémiste pour la Cause, qui préférait faire avancer les choses lentement et sûrement, calculant l'impact de chacun des coups possible. Pour la jeune femme, c'était l'inverse, elle ne pensait pas aux conséquences, seulement à déstabiliser les forces armées de la Marine et du Gouvernement, lui mettre des bâtons dans les roues et agir pour faire du bruit. C'était sa méthode, être connue, être populaire pour être craint et respectée. L'idée du Lotus Noir avait déjà fait son bonhomme de chemin dans son esprit, mais elle n'avait pas encore osée franchir le cap, ni ressorti le médaillon qui ferait d'elle le "Dragon".
Mais la véritable histoire, c'était de comprendre ce qui ne tournait pas rond sur Saint-Uréa... Libéro, avait-il une fichue taupe ? Le claquement grossier des talons aiguille venaient parfois entrecouper la voix du détective, qui connaissait le dossier sur le bout des doigts, il était le "prince" de la ville. Et comme toujours, Phendrana serait l'arme de destruction massive qui permettrait de nettoyer un capharnaüm sans nom. C'était la "nettoyeuse" de bien des problèmes, c'était une habitude pour la Cause. Elle était toujours envoyé pour rattraper les erreurs des autres, et cette fois elle était utilisée par le Cipher Pol à son insu. Persuadée d'aider une personne qu'elle estime. Le plan de son acolyte semblait rondement ficeler, il avait prévu différentes éventualités et Phendrana s'était imprégnée de la plupart des informations pour obtenir une couverture implacable.

Une fois, dehors, Phendrana avait parfaitement son rôle en tête, tout chez elle serait modifié. Intonation, accent, parlé, conduite. Elle n'était plus la Phendrana Kane réputée pour tout détruire, mais bel et bien un agent d'un service espion prestigieux. Jack était parti devant, comme prévu. Et rapidement des hommes aux longs imperméables noirs s’était mis discrètement à sa poursuite, mais c'était bien trop flagrant pour passer inaperçu ou pour une simple coïncidence. C'est là au Phendrana intervient, elle n'avait aucune notion de bien ou de mal, elle avait vécut trop de combat, trop de guerres, servit pour trop d'instances pour avoir un réel avis là-dessus. Elle servait ses intérêts propres, et Jack en faisait partit d'une manière ou d'une autre. Elle s'était glissée rapidement derrière le premier homme avant d'utiliser un fil comme une corde de piano et asphyxier lentement l'homme. Elle y était allée fort, car, la corde avait commencé à entailler la gorge. Le corps de l'homme gisait au sol, elle était beaucoup trop loin pour s'occuper des autres sans attirer l'attention, elle avait repris une allure normale avant de se diriger vers la taverne non loin.

Une fois devant la Cruche percée, elle avait montrée patte blanche, le vigile l'avait fouiller avant de lui ouvrir la porte. Kane s'était ainsi retrouvée dans le monde de Jack: plusieurs dizaines de prostituées étaient achalandées au cou des clients. Des hommes aux visages qui transpiraient la bonté d'âme, des hommes en costumes. Le parfait cliché du bar à filles. Phendrana s'était avancé au bar, prenant place sur l'un des hauts tabourets avant de commander.

"Un whisky, sans glace. Un tourbé si possible."

Aussitôt dit aussitôt fait, un Ardbeg de Saint-Uréa sur le comptoir ! Il fallait désormais attendre un peu avant d'attirer l'attention, se contenter d'observer, d'analyser, de relater les faits. Elle devait attendre Jack pour que ce dernier ne la présente. Mais il était toujours bon de prendre en compte les différentes options : repérer les différentes sorties, observer la clientèle, et pourquoi pas ne pas le laisser tomber ici ? Son instinct lui disait que Jack ne jouait pas franc-jeu, et pourtant un sentiment irrésistible l'obligeait à poursuivre avec lui, à s’abandonner à cet homme mystérieux. Ils n'étaient pas différents au final. Elle avait tendu l'oreille pour tenter de capter différentes informations. Deux hommes, assis non loin d'elle avait effectivement une conversation intéressante.


"Plutôt dans la journée, y a eu du grabuge en ville. Deux personnes, un homme et une femme se sont mis la moitié de la ville sur le dos. Je sais pas si ça à voir avec notre petite affaire avec Libéro, mais il a beau dire qu'il a le contrôle je commence à me dire que Don Chichi a raison quand il dit que Libéro est fini. Il paraît même qu'il donne une jolie somme pour celui qui le fera dormir avec les poissons."


Phendrana avait gardé ça dans un coin de son esprit, puis, quelque temps plus tard, Jack était entré dans la taverne en se dirigeant vers elle. Elle lui avait déjà préparé une cigarette et un verre, avant de se tourner vers lui en croisant ses jambes terriblement longues et sensuelles.

"Je vous attendais Monsieur Sinister."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t776-un-voyage-surprenant



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Stairway to hell - Ft Phen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stairway to hell - Ft Phen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» Stairway to Heaven
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: South Blue :: Saint-Urea-
Sauter vers: