Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles




Votez toutes les deux heures
et gagnez des Points de Votes !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Résurrection

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21562
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ XP Dorikis : 1747
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Résurrection    Dim 25 Mar - 1:33



Résurrection


Feat : ✘ Glorim et Peace




-Raaaa...Roaaaa....GROOOOOOOOOOAAAAA ! EUAAAAAAAA! Grgrgr... Raaaaaa !



Les chaines teintent presque aussi fort, que le sont les plaintes gutturale de ce démon à l'apparence enfantine. Il se meut encore et encore, contorsionnant son corps presque à s'en rompre les os. Sa colère capricieuse n'a rien d'habituelle, Kleos le sait, il connaît maintenant plutôt bien ses collègues de cellules, et contrairement aux apparences, celui qu'on surnomme la "bête" est d'ordinaire plutôt calme et serein bien qu'un peu rustre et démuni de gêne. Telle une bête en captivité il reste tranquille tant que rien ne vient briser son équilibre, tant que rien ne l'approche. Dans le cas échéant, il devient, comme en ce jour, une bête enragée, grognant, aboyant à tout va. Son saut d'humeurs ne passe pas inaperçu, surtout pour le roi des abeilles irrité par la venue inopinée ces hurlements incessants. Le blond peste alors coupant court sa prière mentale :

-Lorsque ce petit impudent daigne s'exprimer faut-il toujours qu'il NOUS CASSE LES COUILLES ET LES TYMPANS ? Danakil je vous serais grès de faire taire ce PETIT BATARD DE MERDE !

Je jette un regard noir vers les geôles du début du couloir, c'est là-bas que sont entassé tous les autres depuis bien avant mon arrivée. Et oui, mensonge ou pas, le violeur de vaches prétendait comprendre l'enfant dénuer de langage. J'entends des bruits de fers. Je veux dire en plus du boucan infernal du gamin. Mes oreilles sifflent, ma rage monte. Une voix me hurle alors une réponse :



-Le ptit est hors de contrôle et je le comprends... Apparement il a senti une femelle ! Et tu sais quoi son odorat ne l'a jamais trompé jusqu'ici, mais t'excites pas ! Surement que nos bons amis au-dessus ont ramené une catin... Ouai c'est Surement ça !

Dans la pénombre de la toute première cellule, je vois trois pupilles scintiller, fixant ma geôle avec une étrange lueur. Puis les voilà disparu dans la pénombre en un grand fracas. Une péripatéticienne, hein ? C'est ça qui avait éveillé les sens des deux déchets de la société ? Eh bien ce n'était pas bien glorieux. Luxure.


La luxure, faucheuse de raison avait des cheveux blonds comme le blé, un air sournois et dangereux, une allure féline, des jambes élancées et un serpent dansant sur ses épaules. Il ne lui avait fallu qu'un sourire espiègle et un geste pour que la prison lui ouvre sa porte. Mais la luxure n'était pas une catin oh non ! La sorcière charmant les geôliers n'était pas une femme fragile, oh non, au contraire, c'était une guerrière, une Amazone et si elle n'était pas là ni pour ouvrir ses cuisses, ni pour faire dans la diplomatie que mijotait-elle ?

Quelques heures en arrière, notre lady détective en herbe avait trouvé un point de chute à son enquête : Les prophètes de Xylor ! Oh ! Ils n'étaient pas durs à trouver, il suffisait de fixer le ciel pour les voir, surplombant la foule de leurs tailles gargantuesques, prêcher la bienveillance du dieu créateur Xylor et de ses fils et filles. La jeune femme s'était posé un instant contre les murs d'un bâtiment, se laissant aller à écouter leurs discours religieux bien huilé. Elle se serait presque laisser prendre, mais elle était incorruptible, croyant en un dieu unique résidant en chacun des humains : la force.

Les Kuja avait modelé sont esprit, gravées en elle l'importance primordiale de la puissance et de la force. Cependant elle avait un dont rare : la pertinence d'esprit de ne pas se croire toute puissante. Ainsi, même si ça lui déchirait l'esprit de devoir demander de l'aide à ses deux fanatiques religieux, elle devait le faire. Elle devait s'en faire des alliés pour attaquer plus sereinement cette prison et libérer son frère.

-Eh dites-moi les deux illuminés... Vous êtes des prophètes de Xelor c'est ça ? Hum... Je suppose que vous savez que l'un des vôtres est enfermé dans cette prison là-bas... Alors pourquoi vous ne faites rien ? Vous préférez converser avec la populace plutôt qu'agir ? Votre dieu aurait-il peur du noir ? Hahaha ? Eh bien, si les prophètes sont si peureux, j'irais moi-même détruire cette prison ... J'irais le libérer !

Voilà le discours qu'elle vous tint avant de tourner les talons en vous adressant un sourire malicieux. De la provocation oui, il ne pouvait en être autrement, elle était bien trop fière pour demander directement de l'aide, surtout à des religieux, surtout à des adorateurs de Xylor.



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Totems de Xylor


☠ Messages : 44
☠ Âge du Personnage : 17 ans
☠ Berrys (x1000) : 192575
☠ Localisation RP : North Blue - Pleine mer
☠ Fruit du Démon : Zoan de la Colombe
☠ XP Dorikis : 3615
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Dim 25 Mar - 15:09




- Alors c'est issssssssi... Quel cadeau du ssssssssiel...

Les mains bien camouflées par sa longue tunique noire, les yeux posés sur ce journal délavé, Angelo se régalait déjà. Pour une raison qui ne regardait que lui, il n'avait pas expliqué à son jeune apprenti la raison de leur venue sur cette île. Il s'était contenté de lui indiquer des lieux à éviter, afin de le diriger presque inconsciemment vers ce lieu important. Si le jeune prophète avait déjà fait ses preuves, il restait d'une naïveté assez profonde, suffisamment pour que le prêtre noir puisse s'en servir facilement. Alors il profitait, un rire nerveux l'agitant par moments, alors que le petit bateau accostait à peine. Enfin, bateau. Cela s'apparentait plus à une grande barque, qui s'enfonçait beaucoup trop dans l'eau sous le poids de ses occupants, qui avait considérablement augmenté depuis l'arrivée de Glorim et de son ami.

Le programme était habituel, bien rôdé. À peine le pied posé à terre et les quelques achats de commodités effectués, les deux prophètes s'étaient mis en place, entreprenant de réciter leur discours, sur lequel ils s'accordaient étrangement facilement. Il était étrange de voir combien les villes, les gens, les places se ressemblaient tous. Peu importe l'endroit que Peace avait tenté de convertir, il avait toujours eu le même retour, sur une foule curieuse mais timide, dont les plus attentifs semblaient être aussi les plus pauvres. Un univers où leur peur, première réaction face au géant, cédait rapidement la place à la surprise, puis à l'intérêt. Mais il était une chose qui, en ce jour, s'apprêtait à changer drastiquement les habitudes de Peace. Ce n'était pas lui qui captait l'intérêt des autres, mais bien une autre qui le captiva en un instant, sous le regard agacé de Rikke.

- Je crois que vous vouliez dire Xylor, et non Xelor madame...
- Pfff. Encore une allumeuse qui cherche à profiter de ta puissance, mon céleste...
- Tu laisse encore ton coeur passionné s'exprimer, Rikke. Laisse la parole à Xylor et écoute ce qu'il nous dit. Il ne nous a pas emmenés ici sans raison, et cette femme vient confirmer cela...

Il n'avait pas hésité longtemps devant cette femme si belle, mais surtout si forte, si déterminée. Elle avait certes insulté ce dieu qui était si cher aux yeux de l'élu, mais elle l'avait fait par colère, par hargne. Elle n'hésiterait pas une seule seconde à attaquer cette misérable prison. Et elle y perdrait la vie, sans aucun doute possible. Dans l'esprit du géant, cette guerrière mettait sa vie en jeu pour permettre à la gloire de Xylor d'exister. Son coeur était bon, sa foi erronée, mais sa volonté juste. Alors, d'un geste de la main, silencieux, il avait mis fin à cette session d'évangélisation, dirigeant ses pas dans ceux de la mystérieuse inconnue, déjà loin devant. Mais lorsque l'on fait cette taille, la distance n'est qu'un maigre obstacle. Et lorsque l'on possède la vitesse et la furtivité d'un oiseau, alors il n'est rien d'impossible.

- Glorim? Je pars devant. Quand à ta mission, je n'aurais qu'une seule chose à dire....

L'homme fit craquer ses doigts devant lui, avant que son corps ne rapetisse, se couvrant de plumes blanches, alors que son être tout entier changeait de forme. Alors, lorsque la dernière trace de ses attraits humains eut disparue, il s'adressa à son partenaire, finissant sa phrase dans ce qui aurait pu être interprété comme un sourire sur un visage humain.

- Charge tout droit, et ne t'arrête pas devant la porte.

L'ordre était clair, mais le prophète de Mirko s'en amusait. Il ne se sentait en rien supérieur à son camarade, mais il savait qu'il serait écouté, puisque celui-ci avait instinctivement décidé de l'élever au rang de capitaine. Comme si cela avait la moindre importance. Prenant une impulsion lourde, la colombe s'éleva dans les airs, traversant la distance qui la séparait de cette valkyrie en quelques secondes à peine. Il passa juste à côté d'elle, bousculant ses cheveux dans la bourrasque de ses ailes , observant avec amusement son regard surpris. L'enfant en lui ressortait parfois.

BONK

La réalité le frappa en plein visage, ou plutôt le mur de la dite-prison. Pris par son amusement et sa folle envolée, il en avait oublié de regarder devant lui et venait de se payer l'aile est du pénitencier en pleine face. Sous cette forme il n'était pas aussi résistant et une violente douleur venait de s'emparer de lui. Lui adressant un regard de pitié, la jeune femme venait de lui passer à côté, poussant la porte avec une assurance non dissimulée. La chevelure défaite, l'oeil amusé, le sourire bien accroché, elle avait son plan bien en tête. Un clin d'oeil plus tard et elle était entrée trop facilement. Intrigué, le prophète aurait pu juste la suivre de loin. Mais la vie d'un fils de Xylor était aussi en jeu ainsi que, plus important encore, sa liberté.

Se souvenant de l'ordre donné à son compère et voyant la fumée épaisse qui commençait à s'élever au loin, se rapprochant avec vitesse, il assumait que le mammouth était en marche et qu'il valait mieux s'écarter de ce chemin. C'est pour cela qu'il fit le tour de cette zone, très rapidement, trouvant la deuxième porte, juste en face de la première. il avait déjà repris sa forme humaine et son poing était armé, son coude replié au niveau de sa hanche.

- Ô Xylor, lumière éternelle, puisse tu guider mon poing à travers ce monde corrompu. Puisse-tu m'aider à libérer le seul homme ici qui mérite que sa vie soit protégée.

Son poing s'abattit avec force sur le fer de la porte. De tout son corps, il espérait que de l'autre côté, l'autre porte venait de sauter également. Posant le pied au milieu de la fumée et des cris des gardiens, son regard était devenu noir. Plus rien de pouvait arrêter la volonté de Mirko, ni celle de son fils.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre de la Meute Ardente


☠ Messages : 69
☠ Âge du Personnage : 42 ans
☠ Berrys (x1000) : 42213
☠ Points Votes : 98
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit du Mammouth
☠ XP Dorikis : 6250
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
127 / 999127 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Membre de la Meute Ardente

MessageSujet: Re: Résurrection    Lun 26 Mar - 16:56

J’avais suivi Peace et ses compagnons après l’avoir vu à l’œuvre sur Flevance. Cette île avait eu l’honneur de voir pour la première fois l’union de deux prophètes de Xylor et, bien qu’ils ne l’aient peut-être pas compris, les habitants avaient assisté au début de l’histoire qui changerait la face du monde à jamais. Moi en tout cas, j’en étais persuadé, et Leroy aussi puisqu’il nous avait suivi. Le voyage n’avait pas été de tout repos, la barque de Peace étant vraiment trop petite pour autant de monde, surtout que nous n’étions pas les moins imposants. Enfin, après quelques jours, nous accostions sur une île, guidés par Angelo, ce vieil homme que je n’aimais pas trop. Il ne semblait pas tout à fait honnête à mes yeux, ou c’était son côté mystérieux qui ne m’inspirait pas confiance, mais si Vittorio le suivait aveuglément, je devais en faire de même. Après tout, c’était peut-être juste une mauvaise impression.



Nous étions comme sur l’île précédente sur une place en train de parler de notre Dieu de Lumière, et, chose incroyable, moi et Pace nous complétions parfaitement dans nos discours. Les gens semblaient plus intéressés par Xylor depuis que nous étions deux à en parler et la foule semblait un peu plus nombreuse qu’à Flevance. Et puis, il y a eu cette femme, si belle que la place entière semblait s’être arrêté pour l’observer. J'ai même eu droit à un commentaire de Leroy, simple et efficace.



Ça c’est de la chouquette !



Elle nous parla d’un prophète enfermé dans la prison un peu plus loin et nous provoqua, du coup Vittorio n’hésita pas une seconde et fonça tête baissée, ne me donnant qu’une consigne, foncer tout droit dans la prison. Simple et efficace, un plan comme je les aimais !



Petit à petit, ma taille augmentait ainsi que mes épaules, tandis que mon nez s’allongeait pour devenir une longue trompe pourvue de défenses imposantes de chaque côté. Mon nouveau poids me fit me mettre à quatre pattes et le sol craquait tellement je devenais lourd. De longs poils poussaient sur tout mon corps et ma peau devenait beaucoup plus épaisse. Mes bras et mes jambes étaient à présent de très larges pattes de pachyderme. À cette vue, la place fut saisie de peur, et les personnes commençaient à vouloir fuir provoquant un mouvement de foule incontrôlable. Leroy sauta sur mon dos, un large sourire aux lèvres.



Allez Glorim, montre leur toute la puissance que t’as octroyé Xylor !



Moi aussi, je souriais, sachant à l’avance que les murs de cette prison ne feraient pas long feu. Prenant une impulsion contre le sol, je fonçais et parcourais tête baissée les trois cent mètres qui me séparaient de ce lieu où, si la jeune femme avait dit vrai, se tenait un adepte de Notre Créateur empêché d’accomplir sa mission. Dans un grand fracas, ma tête rencontrait ces murs épais, mais le choc ne me fit pas vraiment mal. Le mur par contre s’était totalement disloqué sous la puissance de mon crâne allié à la vitesse de mon corps. De la poussière avait empli la pièce, et de très nombreux cris parvenaient à mes oreilles. La poussière m’empêchait de voir plus loin que le bout de ma trompe, mais les bruits de pas nombreux m’indiquait bien une chose dont j’étais sûr, il y avait un beau comité d’accueil prêt à défendre cette prison, et à ne laisser s’échapper aucun prisonnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t514-glorim-un-mammouth-bien-dans-ses-poils-terminee

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21562
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ XP Dorikis : 1747
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Mar 27 Mar - 12:12



Résurrection


Feat : ✘ Glorim et Peace




-Bong !

La sonnerie de l'horloge, s'impose à l'homme, somnolant sur le confortable fauteuil, depuis lequel il préside en maitre sur un immense bureau. Sur ce dit bureau est disposé, négligemment, une multitude de choses : Les restes de son repas du midi, des canettes de bière, une paire de gants de boxe, des revues coquine et autres, et évidement ses dossiers administratifs sur lesquels trônent de nombreuses cigarettes, intactes ou déjà fumées. En somme c'est un véritable bordel. L'homme, émergeant doucement, fixe l'horloge de ses yeux embués. C'est l'heure de sa pause. Il ouvre un tiroir pour extraire un zippo finement travaillé et décoré. Jouant avec son briquet il se lève finalement, en baillant. Il s'étire, puis attrape une cigarette. Il a déjà fait le tour de son bureau clope au bec lorsqu'il baille une nouvelle fois en allumant sa lueur d'espoir et de vie tenant à ce bout de papier fourré entre ses lèvres. Il inspire profondément, avant d'expirer. Il est las de cet ennuie mortel qui s'impose à lui comme une routine. Il est Las de ce bureau.

-Bon ! Il me faut un bon bol d'air frais sinon je vais finir par ressembler à ces pd enfermé en bas... Privés de soleil... Ralala ! Heureusement que je peux sortir de ce trou à rat moi !

Un sourire aux allures forcées tirent ses trait alors qu'il pousse quelques papiers pour libérer sa plaque nominative de directeur ainsi que son cendrier. Il tapote sa cigarette contre l'objet, en admirant la plaque, assis sur l'avant du bureau. La cendre tombe. Il se relève lorsqu'un son violent et brusque heurte son audition.

-Bonk !



L'horloge ? Non impossible, elle a sonné il n'y a pas si longtemps, et puis elle n'a pas ce bruit si caractéristique du métal ployant sous la pression. Légèrement intrigué par ce courant d'air se diffusant dans ses jambes, il tourne sa tête et ses yeux, pour d'accueillir, toi le grand prophète de Mirko, te donnant pour seule salutation les volutes de fumées de sa cigarette. Du coin de ses yeux il capte ton immense silhouette auréolée de lumière, et lâche sur un ton cynique en disposant ses gants de boxes autour de son cou tels une écharpe.

-Désolé petit pd ! L'équipe est complète on ne recrute pas ! Mais j'avais justement envie de sortir alors merci pour la porte... J'imagine. Maintenant dégage !


Si le clash de ce côté de la prison s'annonce plein de tension et de coup de pression, de l'autre côté du bâtiment fédéral, l'édifice est ébranlé. La poussière et les gravas volent en tout sens autour du mammouth qui protège de sa gargantuesque trompe Leroy et la jeune guerrière blonde récupérée avant l'impact par un Leroy au petit soin. Le problème c'est que l'amazone refusait d'être sauvé surtout par un homme, surtout par un fanatique, surtout par des adorateurs de Xylor, alors elle hurle, encore et encore de toutes ses forces comme le démon qu'elle est :

-Mais bande de débile ! Vous trouvez ça intelligent d'attaquer une prison en fonçant littéralement tête baisser sur ses murs ? Mais quel bande d'abrutis ! Eh votre dieu lumière, là... Il vous aurez pas cramé la lumière à tous les étages ? Non parce que vous êtes sacrément con ! ´Tain je savais que m'associer à des fanatiques c'était un mauvais plan ! En même temps avec un Piaf et un balourd de pachyderme c'était couru d'avance. Raaaaaa ! Je suis conne ! Mon frère... Pardon !

Dans la fumée, épaisse et insondable, une lumière étincelle, comme si quelque chose en son sein parvenait à dévier les rayons lumineux. Des bruits de pas se font alors entendre, alors que le mammouth et ses alliés posés sur son dos sont assailli par une lueur aveuglante, insoutenable pour les rétines humaines. Suivie alors le bruit d'une lame tranchant l'air, et voilà que l'ennemi tranchant et dissipant la fumée se révéla au moins aveuglé de ses assaillants. Ordonnant au groupe le plus primaire des désirs :



-Abandonnez... Sur le champs !

Mais la situation n'est pas chaotique que du côté des assaillants. Le grognement incessant de Baal, l'avait réveillé... Et personne n'est en mesure de la faire taire pas même le granit marin entravant les poings de Kleos. C'est pourtant un point positif pour le blond, des menottes annihilant son pouvoir, sa force, sa volonté et surtout les putains d'élucubrations musicales de Varis, père de l'amour et de l'union. Il s'est réveillé, comme si au plus profond de lui il sentait l'heure de sa libération arriver. Balayant le mécanique quantique trônant dans la bouche de son hôte, il s'exprime, comme à son habitude avec la même verve de 50 Berrys. Dans un rap endiablé.

-Wooooohoooo ! Enfin debout
Les gars vous n'êtes pas fou !
Réveillez-vous, Varis vous couvre d'amour
Écoutez bien, allez, vous n'êtes pas sourd

La destruction est une distraction,
Comme l'auto-dérision est une damnation ?
Mais qui va cesser de lutter ? Qui va tomber ?
Un seul salut dans les ténèbres : c'est de prier !

Regarde-toi ! Regarde-toi ! Danser seul la nuit avec cette entité noire
Regarde-toi ! Regarde-toi ! Chercher la lumière comme ta seule lueur d'espoir !
Tu as peur du noir, de la différence
Mais la solitude la plus triste est leur indifférence

Arrête de lutter, laisse-toi aller,
J'te jure que l'incidence est la délivrance !
...



Son couplet et sa rimes sauté sont brisé par le bruit d'une porte rouillé, grinçante. Une torture pour les tympans un amusement pour cet homme en costume dont le rire gras s'élève à peine rentré dans la pièce. Il réitère l'expérience de la porte, on ne peut que geindre de douleur, lorsqu'il hurle :



-Ça casse les couilles hein ? Eh bah votre petite chorale c'est pareil ça me les brise ! Alors ferm...

Tout le couloir semble secoué d'un léger tremblement lorsque retentit une sonnerie donnant une alarme. Le geôlier se fige fixant la porte immobile. Appréhension ou excitation ?



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Totems de Xylor


☠ Messages : 44
☠ Âge du Personnage : 17 ans
☠ Berrys (x1000) : 192575
☠ Localisation RP : North Blue - Pleine mer
☠ Fruit du Démon : Zoan de la Colombe
☠ XP Dorikis : 3615
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Mar 27 Mar - 23:40





- Qui t'as autorisé à t'adresser à moi sur ce ton, païen?

Le regard noir, la posture droite et figée sur deux poings fermés, le prophète faisait face à cet homme infâme, abandonné par la nature et dépourvu de tous dons du ciel. Une cicatrice profonde lui traversait l'intégralité de la face, alors que ses yeux globuleux semblaient tout prêts à sortir de son visage abîmé par une vie de pêché. Tout en lui, de sa coiffure dépravée à son bouc négligé transpirait la décadence. Il représentait à lui tout seul toutes les erreurs des hommes, imprimées à tout jamais sur sa face.

- Tu ne sembles pas bien au courant de la personne qui se tient en face de toi, pêcheur. Je suis Peace, prophète de Mirko et porteur de la lumière de Xylor. Et je n'apprécie pas qu'on me barre la route.

Sa jambe s'était balancée d'un seul coup, entrant violemment en contact avec le bureau de l'administré, envoyant celui-ci s'encastrer dans le mur. Le bois, aussi solide fusse-t-il, explosa au contact du béton, propulsé par une force bien trop grande. C'était un simple avertissement pour cette homme. Une simple prévention pour lui intimer de laisser le chemin libre. Mais il y avait un souci. Cet homme était directeur de cette prison, et des bandits il en avait coffré une paire. Il n'allait pas s'écarter devant un homme un peu trop grand capable de tout détruire à la force pure.

- Je crois que t'as pas bien compris, p'tit pd! Je t'ai dit de dégager.

En un clin d'oeil, ou plutôt en un haussement d'épaules, il avait fait sauter ses gants, qui retombèrent pile sur ses poings, dans un geste trop parfait pour avoir été improvisé. Son coude s'arma en arrière, juste avant qu'il ne décoche un uppercut en direction du géant blond. Un simple pas de recul et le coup avait été esquivé, alors qu'un poing bien plus démesuré venait de s'abattre dans le ventre du chef de la garde. Le souffle coupé, ses yeux semblant encore plus proche de sortir de leur orbite qu'à l'accoutumée, il accusait le coup, alors que son corps venait de s'écraser dans le mur, allant rejoindre le bureau par la même occasion. Un simple échange de coups, ou plutôt une passe d'armes ratée avait suffi au punk pour se rendre compte de la puissance brute de l'homme qu'il avait en face de lui. Touché, il retomba au sol, assis contre le mur, laissant un crachat de sang lui échapper, faisant face au rictus malsain de son adversaire.

- Misérable humain.  Comme si une erreur de la nature comme toi pouvait espérer me tou...

Le serviteur de Xylor avait été violemment interrompu dans son monologue par un coup à la mâchoire. Il ne l'avait pas vu bouger, ni même armer une frappe. Que venait-il de se passer? Rien de plus que le retour de la balle à son envoyeur. Bien que dominé en taille, le directeur en avait sous la semelle, et surtout sous le gant. Car si son coup avait fait mal à son adversaire, il l'avait surtout fait reculer de plusieurs pas. Et cela, connaissant le poids de l'élu, ce n'était pas une mince affaire. La situation venait de se renverser et c'était maintenant le misérable humain qui dominait le demi-dieu, un sourire narquois fermement accroché à la face.

- On m'appelle Molest le Marteau, enfoiré! Tu cognes peut-être fort, mais faut pas sentir pousser tes couilles pour autant!

Un coup, puis un autre, puis une dizaine d'autres s'abattirent sur le visage du prophète, reculant de plus en plus vers le mur. Les gants de boxe renforcés par du titane s'écrasaient avec force et sans aucune pitié. Oui, l'élu aurait pu répliquer, ou esquiver. Mais son corps ne bougeait pas, son expression restait figée dans cette expression de surprise qui avait suivi le premier coup. Au bout d'une trentaine de secondes, alors que le jeune Pace s'était fait enfoncé peu à peu dans le mur derrière lui, créant de nombreuses fissures autour de son corps, ce fut le directeur lui-même qui s'arrêta de frapper, posant ses mains sur ses genoux, un oeil à moitié fermé, visiblement très essoufflé. En face de lui, le jeune homme était marqué par les coups, mais ne semblait pas décidé à se réveiller.

- Putain t'es coriace, la tarlouze! Tu voudrais pas faire au moins semblant d'opposer une résistance? J'vais pas te buter comme ça, je représente la justice sale fio...
- AH!


Le visage du jeune homme venait de s'illuminer alors qu'il abattait son poing droit dans le creux de sa main gauche, un regard ébahi sur son visage tuméfié.

- Pardon! J'étais dans mes pensées!

À grands fracas, Molest le Marteau s'écroula en arrière, comme frappé par une force invisible. En face de lui, l'ange ne semblait pas plus que ça perturbé par la situation. D'un bond, le chef des gardes se releva, atterrissant sur ses deux jambes face à son ennemi. Son doigt accusateur et la bosse sur le dessus de son crâne ne faisaient qu'accentuer le ridicule de la situation.

- J'suis en train de t'coller une raclée et toi tu t'endors, saleté de p'tite tapette? Je vais te montrer comment je les soigne les allumés dans ton genre!
- Herdan Goz!
- Hein?


Alors que le petit punk avait de nouveau armé son poing pour frapper, la voix grave de son adversaire avait résonné dans la pièce, aussi parfaitement que dans une cathédrale. En un clignement d'oeil, le blond avait quitté son mur et se trouvait à portée, le poing en avant. Mais rien ne se passait. Du moins, pas pendant la première seconde, qui avait laissé le temps au geôlier de s'étonner. la seconde d'après fut bien plus terrifiante. L'air qui venait d'être compressé entre ce poing ganté de rouge et le corps du maton éclata d'un coup, soufflant le petit homme avec violence en direction du seul mur que ce combat n'avait pas encore endommagé. Une gerbe de sang s'était échappée de sa mâchoire, venant couvrir de rouge la croix blanche qui trônait au centre du costume de Peace. Quelle idée de porter un costume blanc aussi...

- Personne ne peut arrêter la puissance de Mirko, maître des Airs!

Au moment où le corps du directeur toucha le mur, ce dernier n'eut même pas le courage de résister. Il explosa également, laissant l'homme le traverser avec facilité, pour finir sa course de l'autre côté. Et apparemment, les deux combattants n'étaient plus seuls. Le mur donnait sur une autre pièce, où des gens, que Vittorio ne pouvait pas encore voir, étaient occupés. Décidément, cette journée en prison ne serait pas de tout repos...


Techniques:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre de la Meute Ardente


☠ Messages : 69
☠ Âge du Personnage : 42 ans
☠ Berrys (x1000) : 42213
☠ Points Votes : 98
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit du Mammouth
☠ XP Dorikis : 6250
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
127 / 999127 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Membre de la Meute Ardente

MessageSujet: Re: Résurrection    Jeu 29 Mar - 14:07

Le chaos s’était installé dans cette prison que les Prophètes avaient attaquée tête baissée, littéralement pour moi. La poussière était si épaisse depuis que j’avais détruit le mur de cette prison que je ne voyais rien autour de moi, et j’avais été tellement focalisé sur ce mur que je n’avais même pas remarqué que Leroy avait attrapé la jeune femme en pleine course. À vrai dire, ce n’était pas son poids ridicule que j’aurais pu sentir sur mon dos, mais sa voix lorsque je m’étais immobilisé dans la pièce. Elle hurlait et semblait énervée par notre façon de faire, mais je n’en avais rien à faire, moi, je n’écoutais qu’une seule voix, celle de Notre Dieu de Lumière. Je l’interrompais d’une voix puissante.



“-Écoute moi bien ma p’tite ! Ce n’est pas pour toi que je le fais, mais pour le Prophète qui serait enfermé dans cette prison selon toi. Notre Maître à tous nous a envoyés sur ton chemin pour accomplir ce dont tu es incapable, donc fermes la, sinon je te broie ! Maintenant, descendez tous les deux, les ennemis approchent.”



Je ne voyais toujours rien dans cette pièce tant il y avait de la poussière, mais les pas qui se rapprochaient plus tôt s’était interrompus. Leroy sauta au sol rapidement et dégaina sa masse, tandis que la femme bondit plus loin, comme si elle se désolidarisait de nous. Je me transformais de nouveau pour prendre ma forme hybride, ne mesurant plus que huit mètres de haut et me remettant sur mes deux jambes. À peine transformé, une lueur aveuglante fit son apparition un peu plus loin. Elle ne dura que quelques secondes, mais ce qui suivit était assez impressionnant. Une lame d’air trancha la poussière et la dispersa pour finir par me frôler. Derrière l’ancien écran de gravats, se trouvait maintenant un homme bien plus petit que moi, un sabre à la main. Son visage était fermé, sa mâchoire serrée et il semblait de très mauvaise humeur. Il ajusta ses lunettes en pointant son arme face à lui.



Abandonnez…. Sur le champ !



Il semblait fort et déterminé à se battre. Moi aussi, ça tombait vraiment bien ! D’un mouvement très rapide, il se retrouva à seulement quelques centimètres de moi. Heureusement, Leroy avait réagi assez vite pour bloquer le coup de sabre avec sa masse, ce qui me permit d’assener un coup de poing qui vint s’écraser dans son plexus, l’envoyant à plusieurs mètres.



“-Comment oses-tu parler ainsi à un Prophète, sale insecte ? Puisse Xylor être miséricordieux avec toi !


Le sabreur s’était déjà remis sur ses pieds, un grand sourire aux lèvres. Malgré la douleur du coup reçu, il était content de pouvoir enfin se défouler, lui qui devait se retenir chaque jour de ne pas s’amuser avec les prisonniers. Parce que oui, cet homme, malgré son physique sympathique, avait tendance à adorer voir le sang versé par ces sous-hommes qui ne méritaient même pas d’être enfermé, il fallait, selon lui, les tuer et les exposer sur la place publique pour que personne n’ait envie d’agir à leur manière. Ce geôlier avait d’ailleurs été affecté à la surveillance de la prison à cause de ce penchant justement, lui qui avait torturé à mort plusieurs prisonniers qui n’avaient commis que de petits larcins. Il était un homme dangereux, surtout lorsqu'il commençait à ressentir l’excitation du combat face à un adversaire puissant. Il se massa la poitrine avant de positionner sa lame devant lui, passant sa main droite sur le long du côté non-tranchant. Son regard ne lâchait pas l’arme, et ses yeux suivaient lentement le mouvement de sa main.


Je n’avais que très rarement vu un regard si déterminé, ce gardien ne lâcherait rien face à moi, un homme-Mammouth de huit mètres de haut en train de lécher une sucette. *Slurp* Ben ouais, j’avais sorti cette délicieuse friandise juste après lui avoir mis ce coup. Je pensais que c’était plié d’avance, mais non, il avait décidé de se relever. Du coup, j’étais encore plus heureux en voyant ça. Je levais les yeux vers le ciel en même temps que les bras et je prononçais ma prière à Notre Maître de la Lumière.



“-Oh Xylor, notre Créateur, Roi du ciel et de la Terre, Maître de la Lumière, et toi Goun, fils de Dieu et Créateur des îles qui peuplent ce vaste monde, donnez moi la force de pouvoir libérer ce prophète de ses chaînes humaines et ainsi d’accomplir ta volonté, Père de nos Pères.



Ma voix puissante fit trembler un peu plus les murs de cette prison qui ne tiendrait plus longtemps. Je sentais la puissance de Xylor monter en moi, j’étais prêt à l’affrontement. Prenant une impulsion sur le sol, je fonçais sur mon ennemi, prêt à lui asséner un coup de trompe puissant dès qu’il serait à ma portée. Ce que je n’avais pas anticipé, c’est que lui aussi préparait une attaque. Sa lame vint frapper de plein fouet mes défenses, le choc fut si violent que je me retrouvais projeté vers l’arrière. Lui aussi d’ailleurs. On se regardait de nouveau, arborant tous les deux un large sourire. Seuls quelques mètres nous séparaient, suffisamment pour qu’il soit hors de ma portée. Du moins sous cette forme. Je me retransformais en Mammouth en un instant. Forcément j’étais beaucoup plus facile à toucher, mais ma force était décuplée et ma trompe et mes défenses devenaient plus longues. Je commençais à aspirer l’air environnant avec ma trompe afin de préparer une attaque qui le surprendrait forcément. Il ne se déplaça même pas, seule sa main droite bougea, si rapidement qu’une lame de vent me frappa de plein fouet au niveau du flanc gauche. Ça faisait un mal de chien, mais j’avais désormais assez d’air pour lui faire de gros dégâts. Une bourrasque s’échappa de ma trompe pour l’atteindre en pleine face. Je pouvais voir de la surprise sur son visage à l’impact. Il fut projeté contre le mur derrière lui, mais celui-ci ne résista pas à la puissance de mon attaque et le gardien le traversa pour atterrir dans une nouvelle pièce. Avec la poussière soulevée par la destruction du mur, je ne pouvais pas voir si d’autres personnes se trouvaient ici, par contre j’entendis parfaitement un autre mur “exploser” juste à quelques pas de moi. Était-ce Vittorio ? Son adversaire ? De nouveaux ennemis ? Seul Xylor avait cette réponse. Moi, je me préparais à foncer de nouveau droit devant moi, je comptais juste détruire ce lieu qui empêchait chaque homme de vivre librement.

Techniques utilisées :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t514-glorim-un-mammouth-bien-dans-ses-poils-terminee

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21562
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ XP Dorikis : 1747
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Ven 30 Mar - 1:14



Résurrection


Feat : ✘ Glorim et Peace




-Alerte ! Alerte ? Alerte ? ALERTE ? OH PUTAIN UNE ALERTE ! Mais... La prison est attaquée ?

Avec précipitation, le geôlier claqua la porte du couloir et scella son entrée d'un tour de clef dans la serrure de la lourde porte blindée. Son front était devenu humide, ses mains moite et sa voix hésitante. Il n'était plus le bourreau directif qu'il fut il y a quelques secondes. Il resta plaqué à la lourde porte des longues minutes, avec pour seule conversation son haletante respiration. Les dos contre la porte, les pieds bien ancré sur le sol il ressentait chaque vibrassions du bâtiment, chaque attaque à sa routine, son havre de paix meurtrier. En réalité, ce n'est pas tant la mort qui apeure l'homme à l'étrange scaphandre mais l'imprévu. Étant un homme minutieux et perfectionniste il a une sainte horreur de tout ce qui peut rompre son immuable routine. Et dès lors qu'une once de panique s'installe en lui, il ne prend que des décisions hâtives fort déraisonnables.

Aujourd'hui il ne déroge pas à la règle. Il le sent, il le sait... L'alarme ne cesse son boucan infernal, et lui il ne cesse de voir s'effriter sa raison. Sa journée est fichue, mise à bas par cette intrusion fort désagréable. Aujourd'hui il l'avait pressenti, ce n'était pas sa journée. Il visualise une fois de plus le déroulé de sa journée, dans sa tête. Le réveil, la toilette, le départ de chez lui, son arrivée sur son lieu de travail avec une minute de retard... Tout avait mal commencé. Une minute ! Une seule minute qui avait fait veiller son esprit, et la voilà ici, s'enfermant avec les prisonniers après les avoir réprimandé. Mais vous savez quoi ? L'esprit étatique du geôlier la pousser à un constat bien étonnant qui lui fait prendre un nouveau ton :

-Bon les gars... Je suis désolé pour tout à l'heure, vous essayez de garder un esprit sain en survivant dans ses petites geôles puantes et rien que pour ça je vous respecte ! Je ne vous en veux pas en fait pour votre petit concert improvisé... Ça doit pas être simple avec ce MIOCHE QUI CRIE TOUT LE TEMPS, LÀ ! BORDEL IL A QUOI AUJOURD'HUI ?

Zuma, c'est le prénom du gardien, se plaque les mains sur les oreilles. Il voulait se convaincre que malgré la situation plus qu'imprévisible il restait calme et réfléchit. Loupé ! Les cris de cet enfant sauvage n'agisse que comme une torture pour son âme déjà déchirée. Mais se confondre en excuse face aux prisonniers n'est pas le pire des crimes qu'il va connaître. Oh non ! Une parole ! Il ne fallut qu'une parole pour allumer la mèche et déclencher une spectaculaire chaîne de réaction de décisions douteuses.




Oh ! Oh ! Oh ! Vous vous demandez pourquoi il hurle alors que je ne l'ai pas encore touché ! C'est parce qu'il sait ! Il l'a senti bien avant vous et votre alarme pathétique ! Voilà pourquoi j'aime les enfants parce qu'ils ont un flair digne de limier et une chair tellement tendre !

Ce ne sont pas les allusions morbides du dévoreur d'enfant qui terrorisèrent Zuma, ça il en avait l'habitude il avait même entendu bien pire. Non, ceci n'était que banalités dans une mâchoire débauchée. Ce qui le fait réellement frémir c'est qu'en effet, le garçon hurlait depuis bien plus longtemps que l'alarme. C'était d'ailleurs pour ça qu'il était venu à la base. Pour faire terre cette canaille à coup de matraque. Mais ils n'en n'a plus la force maintenant ! Ses jambes ne sont plus que coton. Il choit plusieurs fois devant les scénarios angoissant que son esprit lui projettent avec démesure en une multitude d'images horrifiques. Il en aurait presque la larme à l'œil mais personne ne comprend sa détresse en ces lieux. Alors il traverse dans un silence de mort le long couloir. Baal c'est finalement tut, continuant d'aboyer comme un chien enragé mais dans des proportions sonore infime. Le silence règne maintenant en maitre dans les geôles. Alors que tous les prisonniers fixe ce triste acteur perdu devant eux.

Oui, tous reste silencieux, à son passage, comme s'ils savaient que le silence était la clef, comme s'ils savaient que pour s'en sortir ils devaient laisser leur gardien seul avec lui-même. De ces spectres errants dans ces cages sombres, ne sont visible que les yeux pétillant d'une malice insaisissable, et les dents s'alignant en diverses sourires, commençant par le sadique, et terminant par la tristesse en passant par la malice et la bestialité.

-Exact ! Vous avez raison ! L'enfant a vu juste ! Il a du flair ! Et vous je vous connais bien maintenant ! Oui ! J'ai l'habitude de vous côtoyer ! Je... Oui ! J'ai besoin de vous ! Ça vous dis de vous dégourdir les jambes ? Protéger moi ! Et je vous accorderais un vœu chacun... n'importe lequel ! Je peux vous faire confiance ?

Céder à une telle panique était très mauvais, même le roi des abeilles le savait.


-Entrer ici, entrer dans nos cœurs, n'est que pure perdition. Il est raisonnable de croire en Xylor notre dieu créateur, il l'est tout autant de croire en ses enfants et en leurs prophètes mais croire en l'humanité n'est pas une bonne idée, ici-bas. Il sied à merveille de croire en la lumière éternelle même dans ces profondes ténèbres SANS-COUILLES DE PAÏEN !

Le blond de part sa lourde voix attire la curiosité de Zuma, qui finit par tourner la tête, intrigué, tandis que presque tous les prisonniers lèvent la tête en râlant : "voici venu le retour du philosophe et ses longs monologues compliqués. Mais le prophète en avait fini. Alors il ferme simplement les yeux, étendant ses longues jambes qui dépassaient carrément de sa geôle en s'insinuant entre les barreaux de sa cage. Comme un animal en cage, le prophète l'était n'est-ce pas ironique ?

Le maton fixe un moment le roi des abeilles, se demandant comme tout le monde comment une telle scission linguistique pouvait avoir lieux et surtout comment un homme possédant un langage si riche pouvait se retrouver ici ? Il vient de se faire insulter c'est vrai ! Et ses camarades du jour sont tous plus excentrique et inquiétant les un que les autres. Néanmoins, Zuma a beau se questionner il préfère la compagnie de ces parias plutôt que d'affronter l'inconnu symboliser par cette alarme toujours active. Alors avec un empressement excessif il empoigne son trousseau de clef et s'attelle à libérer les prisonniers !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Totems de Xylor


☠ Messages : 44
☠ Âge du Personnage : 17 ans
☠ Berrys (x1000) : 192575
☠ Localisation RP : North Blue - Pleine mer
☠ Fruit du Démon : Zoan de la Colombe
☠ XP Dorikis : 3615
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Jeu 5 Avr - 0:38




La fumée s'était dissipée en quelques instants, avant de laisser place à un silence très court. Trop court. Une autre explosion se fit entendre, arrachant un pan de mur en face, emmenant à nouveau la poussière environnante tourbillonner dans les airs, cachant aux yeux du prophète la scène en face. Mais il avait confiance. Il savait que la personne qu'il verrait ressurgir de ce rideau dense ne serait autre que son partenaire, l'éléphant qui détenait entre ses mains un pouvoir de destruction encore plus grand que l'aigle. Ses sens ne l'avaient pas trompé et ce fut bien Glorim qui était debout, sous sa forme la plus primitive et la plus féroce. Sur son dos se trouvaient son fidèle compagnon et la demoiselle qui les avaient alertés quelques instants auparavant. Et une colombe, qui se posa juste aux pieds du mastodonte, semblant minuscule sous cette forme.

- Vous êtes vraiment des débiles profonds, putain c'pas possible d'être aussi débiles! Y'a personne là-haut qui vous a appris à être discrets, jamais? D'abord ce con d'éléphant qui pète deux mur et vlà que le pigeon fait la même connerie! Vous êtes vraiment une hon...
- La ferme, pétasse! Ne parles pas de ce que tu ne comprends pas.
- RIKKE! Ton langage!
- Pardon Peace...

La colombe avait quitté sa parure d'ivoire pour revêtir sa condition d'homme, si tant est qu'un homme siégeait dans ce corps entièrement dédié à la foi. Rikke et Angelo étaient enfin arrivés dans la prison, suivant le chemin forgé par Glorim à la force de la destruction. Cette petite discussion échaudée avait eu le mérite de calmer pour quelques instants le chaos qui régnait désormais dans le pénitencier. Semblant toute petite entre les mains de son prophète, l'air penaud et le regard peu fier, la princesse prenait toute conscience de ses erreurs et de son pêché. Fervente et convaincue, elle se révélait bien souvent trop houleuse lorsqu'il s'agissait de défendre ses croyances. C'était le rôle de Vittorio de l'aider à emprunter le bon chemin.

De l'autre côté, bien décontenancés par tout cela, les deux gardiens peinaient à se relever. L'un tombé sur l'autre, ils étaient cependant encore bien conscients. en réalité ils auraient déjà réussi à se relever s'ils ne tentaient pas de le faire en même temps, se gênant l'un l'autre dans leur hâte vengeresse. Loin d'être comique, la situation était plutôt pitoyable et, quand les deux furent enfin debouts, le nez et les temps dégoulinants d'un sang qu'ils n'auraient su reconnaître comme le leur, ils se regardèrent un instant d'un oeil noir, comme s'ils se reprochaient ce qu'il venait de se passer. Mais quand le silence se fut installé, leurs visages se tournèrent vers ceux qui avaient causé tout ce fracas dans leur institut.

- Mais c'est quoi tout ce touintouin?
- On dit tintouin, chef.
- La ferme, Koob!
- C'est Kob mon nom...
- La ferme j'ai dit! C'est pas le moment de pinailler, p'tit enfoiré! Va régler son compte à cette fiotte de mammouth, on en reparlera après!

Bien qu'ils se chamaillaient et que tout, physiquement, semblait les opposer, les deux hommes adoraient travailler ensemble. Ils se complétaient parfaitement, Molest déléguant à Kob toutes les tâches administratives auxquelles il ne comprenait rien, pendant qu'il lui échangeait ses tours de garde, s'autorisant ainsi quelques tortures de passage aux prisonniers du premier étage. Oui, du premier étage seulement. Car le sous-sol renfermaient bien d'autres dangers qu'un autre homme se chargeait de gèrer. Un homme qui, sans que personne ne s'en rende encore compte, jouait actuellement un rôle cruciale dans la bataille à suivre, libérant un à un les prisonniers les plus virulents de la prison.

Un sourire presque excité s'étira sur le visage du directeur, alors qu'il appuyait rapidement sur un bouton situé au niveau de son poignet, sur le gant de boxe. Ce dernier fut alors transpercé en son sommet par plusieurs rangées de pics en acier, rendant son arme encore plus efficace qu'elle n'avait pu l'être. Et en cela, Peace voyait un danger. Il eut à peine le temps de poser sa main malencontreuse sur la poitrine rebondie d'une Rikke, pendant un court instant, aux anges, afin de la repousser que le poing armé s'était enfoncé dans la chair de son bras gauche. Sur l'instant, l'homme de foi ne savait ce qui lui faisait le plus mal. La douleur physique qui l'envahissait ou bien la douleur qui occupait son esprit face aux pensées que ce contact furtif avait éveillées? Peu importe, il n'avait aucunement le temps de penser, car un deuxième coup vint s'abattre su sa jambe. L'intention du boxeur était claire. Il cherchait à l'immobiliser, à l'empêcher de s'enfuir. Grave erreur.

D'un bond, l'homme au coeur d'oiseau s'était décalé, son allonge lui permettant de se créer un espace dont il avait cruellement besoin. reculant avec vitesse son bras droit, la puissance concentrée dans celui là devenait progressivement visible même à l'oeil nu, dégageant une légère aura bleutée autour de son muscle. Il concentrait sa force en un point. Un saut en avant et il était déjà au niveau de son adversaire, rabattant son épaule et tout son bras d'un seul coup vers l'avant. Une sorte de lumière bleue fut visible, laissant une micro-seconde de ce silence récurrent. Et puis l'explosion, l'ai concentré en un seul point vint se compresser contre le torse du gardien punk, provoquant un craquement très anormal par la même occasion.

- Mirdan Goz!

Encore ce dialecte. Mais c'était cette fois le quatrième verset qui venait d'être exprimé par le fils de Mirko. Sa puissance était là bien supérieure, et le corps qui se déformait de geôlier en chef en était une preuve irréfutable. Molest le Marteau était désormais bien mal en point, et s'il avait réussi à tenir tête au représentant de Xylor sur cette planète, il avait payé de sa personne son aplomb. Mort? Certainement pas, l'homme n'avait pas été nommé responsable pour rien et il en faudrait plus pour le réduire au silence. Encore un peu plus...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre de la Meute Ardente


☠ Messages : 69
☠ Âge du Personnage : 42 ans
☠ Berrys (x1000) : 42213
☠ Points Votes : 98
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit du Mammouth
☠ XP Dorikis : 6250
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
127 / 999127 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Membre de la Meute Ardente

MessageSujet: Re: Résurrection    Dim 8 Avr - 16:20



C’était bien Vittorio qui avait défoncé l’autre mur de la salle, ou plutôt l’homme qu’il avait envoyé grâce à l’une de ses attaques surpuissantes. Les deux gardiens s’étaient, par un heureux hasard, retrouvés l’un contre l’autre dans cette pièce. La poussière était dense après toute cette destruction, à tel point que j’éternuais plusieurs fois d’une manière assez ridicule tandis que la femme qui se trouvait sur mon dos était encore une fois en train de gueuler et de critiquer notre méthode.

Tandis que les deux matons tentaient de se relever, se gênant mutuellement de façon ridicule, j’avais retrouvé celui que je désignais comme mon Capitaine, car oui, j’avais décidé de le suivre dans sa folle quête de réunir tous les prophètes sous une même bannière. Nos ennemis du jour s’étaient enfin remis sur pieds, et semblaient désormais très énervés, mais aussi très mal en point. Ils étaient même en train de se disputer, mais le chef y mis fin en ordonnant à son subordonné de s’occuper de moi. L’homme aux lunettes me fixa tout en se positionnant de manière à avoir son sabre en diagonale devant lui, prêt à déclencher une redoutable attaque. Je levais les pattes avant du plus haut que je le pouvais, soulevant tout mon poids de plusieurs mètres, ainsi que ma trompe qui vira sur ma droite qui frappa le plafond qui vacilla fortement. Ce n’était pas vraiment cela que j’avais prévu, moi, je comptais le toucher d’un coup si puissant qu’il ne pourrait clairement pas se relever juste avant qu’il n’attaque, mais cet “accident” de ma part me fit relâcher mon attention le temps d’une seconde, ce qui permit à mon adversaire de m’atteindre avant que mon attaque ne soit lancée. Je sentis une douleur dans mes pattes arrières si intense qu’elles se mirent à trembler. Du sang coulait, pas abondamment, mais suffisamment pour tâcher un peu le sol. Mais c’est quoi un peu de sang pour un sol qui n’était pas fait pour supporter le poids d’un pachyderme disparu depuis des millénaires. Surtout quand celui-ci s’écrase violemment de tout son poids combiné à l’inertie provoquée par l’attaque qu’il avait préparé.

Dans un fracas énorme, le sol explosa lorsque mon énorme corps de Mammouth entra en contact avec lui. Ça m'a fait un mal de Jogard, mais c’était loin d’être terminé. Les fondements même de la prison furent ébranlés, le sol se déroba sous mes pieds, mais pas seulement. Toutes les personnes présentes dans la pièce furent entraînées dans une chute vertigineuse jusqu’à atteindre le sous-sol. Mon poids me fit atterrir avant les autres, et je me retrouvais recouvert de gravats et de poussière. Leroy avait eu la présence d’esprit de prendre la demoiselle dans ses bras et de sauter loin de moi juste avant la chute, il avait donc réussi à ne pas se retrouver sous moi, ce qui était une bonne chose. J’étais étourdi pendant quelques secondes, mais surtout, je ressentais une grosse fatigue, signe que je ne pouvais plus rester sous cette forme. Je reprenais lentement ma forme humaine instinctivement, me retrouvant un peu plus encore sous les décombres. Dans la nouvelle pièce dans laquelle je me trouvais, je pouvais entendre de grands cris de panique, mais je ne savais pas d’où ils provenaient. Je pouvais juste en déduire qu’il y avait pas mal de monde à cet étage. D’un geste du bras, j’essayais de soulever la plaque de béton qui se trouvait au-dessus de moi, mais sans résultat. Et merde, je n’avais même plus la force de soulever ce tas de décombres. Il ne me restait plus qu’à attendre que quelqu’un me sorte d’ici ou que je reprennes assez de force. En attendant, j’espérais ne pas avoir fait de mal à Vittorio, ni à l’homme que nous étions venu libérer. En tournant la tête sur ma droite, je pus m’apercevoir que mon adversaire au sabre avait également été enseveli, mais lui ne semblait même plus respirer. Est ce que je l’avais tué ? Avec ce plafond qui s’était écroulé sur eux, que comptaient faire les prisonniers qui en avaient réchappé ?


Dernière édition par Glorim le Lun 9 Avr - 14:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t514-glorim-un-mammouth-bien-dans-ses-poils-terminee

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21562
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ XP Dorikis : 1747
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Lun 9 Avr - 2:26



Résurrection


Feat : ✘ Glorim et Peace




La porte crisse, les prisonniers ouvrent bien grand leurs yeux à l'écoute de ce son synonyme de libération. Une opportunité rare, qu'ils n'ont jamais eut depuis le début de leurs enfermements ici bas. Zuma pénètre dans la cellule et s'accroupit face à Zared qui le regarde ébahi. Aucun mot ne s'échappe de ses lèvres. Il ne comprend pas. Il a pris les paroles de son geôlier pour une énième tromperie de ce dernier, une sorte de torture mentale, dont ils seraient les malheureux cobayes. Néanmoins, ses yeux ne peuvent le tromper. Zuma, est agenouillé devant lui, faisant choir ses liens en un tour de clef. Le bruit des fers percutant le sol fait sursauter le révolutionnaire, déchirant sa contemplation onirique et la transformant en réalité. Assis dans le fond de sa geôle sombre, maintenant surplombé par son libérateur, il fixe sa silhouette d'un regard incrédule.

Le pion de la franc-marine bouge alors la tête, apposant un regard nouveau sur son bras droit maintenant si léger et si mobile. Il fixe sa main droite avant de serrer le poing à s'en couper la circulation sanguine. De nouveaux bruits stoppent une nouvelle fois sa contemplation. Des bruits de pas précipités. Il ne mentait pas. Il va le faire. Zuma va vraiment libérer les prisonniers. Zared, passe alors de l'euphorie à la panique. Il a appris une chose en vivant ici... Une chose qu'il répugne, une chose qu'il ne veut voir ! Il se lève brusquement pour se mettre à courir vers le porteur des clefs, mais il est trop faible. Ces jambes ne sont plus habituées à se mouvoir si rapidement, son sang n'a fait qu'une tour, lui montant trop rapidement à la tête. Et le voilà qui s'écroule de tout son long sur le sol crasseux de sa cage, attrapant de sa faible poigne la jambe gauche du geôlier, qui se tourne alors vers lui.



-Arrête ! Tu commets une erreur ! Ces gars... Comme l'a dit l'autre barge, leurs cœurs sont trop sombres. Ils agissent égoïstement, ils ne protègent aucune cause, leur seul cause c'est eux et leur bien être sordide ! Arrête ! Ils ne sont pas aussi pacifique et miséricordieux que moi !

L'homme au masque à gaz bouge à peine sa jambe pour se libérer de l'emprise du prisonnier. Il le fixe un instant avant de quitter sa cellule le laissant seul face à ses paroles :

-Tu te mets beaucoup trop en avant pour quelqu'un qui parle de groupe et de cause. Allez lève-toi, et passe du "je" au "nous" si tu veux être crédible. Genou... Zuzuzuzuzuzuzu ! Mamamamamamama !

Le paniqué, rongé par la peur explose d'un étrange rire oscillant entre la nervosité et l'impatience. Il est impatient de délivrer tout le monde pour que son cauchemar trouve enfin un terme. Il se rue sur la geôle du prophète, manquant par deux fois de s'encastrer la tête sur le sol lorsque le silence s'impose alors. Tout se stoppe. Dans ses oreilles grésillent encore le gémissement continue de cette escargophone alarme. Mais le fait est que le boucan n'est plus assourdissant. Le blond ramène ses jambes dans sa cage, tandis que Zuma se redresse, intrigué, fixant l'alarme. Soudainement, la pièce entière se met à trembler, si violemment que Zared se trouve expulser de sa cellule, se rétamant la face sur la geôle de Revan.

Un crissement énorme, un énorme fracas. Tout est sans dessus dessous pour le pauvre F.M dont le front boursouflé est plus rouge encore qu'une juteuse tomate. Tout est en mouvement autour de lui, comme attiré dans la spirale d'un Maelström. Et tandis que ses yeux tanguent de manière démente, les fondations de sa réalité s'effrite, érodé par le temps, la pénombre et un coup de pouce divin.

-Plic... Ploc

La pluie ? Signe de libération et de... Non ! Ce n'est pas la pluie. C'est plus horripilant que ça. C'est la bave de ce carnassier Revan, reluquant avec appétit son compère prisonnier avant que quelque chose de plus impressionnant et béant n'attire son vil regard. Tout le monde a les yeux rivés sur ce sinistre plafond, maintenant à l'image du directeur Molest dont le visage est défiguré par une énorme balafre. Le cœur de Zuma bat la chamade comme si ce fut lui qui fut scindé en deux et non le plafond. Il s'écroule, encore plus paniqué et déprimé qu'avant, accablant son sort en fixant le plafond crevassé, et la porte blindé devenue plus que bancale. C'était vraiment une très très très mauvaise journée pour le superstitieux. Anéanti sur le sol, il bégaye, repensant à son horoscope matinal :

-Le... Le... Le Kakaka... Le karma ! L'horoscope disait donc vrai... Chien, votre journée n'est pas de tout repos, il va falloir vous lever tôt pour réparer les pots cassés et éviter la fureur du ciel. Amour : Soyez attentif la perle rare pourrait bien vous tomber dessus aujourd'hui !

Si ces cheveux avaient été à portée en cet instant aucune doute qu'il serait à l'heure actuelle en train de se les arracher par nervosité. Ses hurlements paniqués extirpe alors Zared de son esprit. Perdu il ouvre et ferme ses yeux de manière successif un nombre incalculable de fois avant de voir le visage du cannibale penché au-dessus du sien. Il hurle, en rampant rapidement pour s'éloigner de ce visage sadique lui bavant d'envie dessus. Il se remet rapidement debout, haletant, présentant un visage tiraillé entre l'horreur et le dégoût à Revan. Cependant, les plaintes du geôlier captent rapidement son attention, et son grain de folie germe à nouveau. Zuma est à quatre pattes sur le sol c'est le moment. L'adepte du Hassoken, retrouvant à peine la douce et libératrice sensation de pouvoir se tenir debout, a un défi fou. Prendre de l'élan, armé sa jambe en arrière et concentrer sa frappe en vibration pour frapper le visage du geôlier.

-Bonk
-Oh putain ! Ça fait mal !
-Oh ça fait mal de vivre sans toi... Ça fait mal tu ne t'imagines même pas...

S'empresse de chantonner Varis via le corps de son hôte, mais il est bien vite, arrêter dans son élan musical :

-Ta gueule !

-Plait-il ? je vous serais grès de la mettre en veilleuse, CONNARDS DE PAÏENS !

S'énerve le roi des abeilles devant l'excès collectif.

De votre coté un puissant hurlement, pareil au rugissement d'un lion vient vous percer les tympans alors même que vous êtes au sol enseveli, assourdit par la chute et le boucan environnant. Mais ce cri de guerre lancé par la plus possessive des lionnes vous l'entendez distinctement alors même qu'un mur vous sépare. Un mur ? Oui un autre mur qui explose devant la fureur de cette femme à la musculature saillante.



-Personne ne touche à mon KOOOOOOB !

C'est dans une explosion d'amour et de gravats que ce monstre de possessivité et de puissance fait son apparition, dissipant la fumée en fusant d'un bond telle une flèche en pleine vitesse. Dans la prison personne n'était en mesure de rivaliser avec la puissance de ses jambes. La lionne de Jade comme elle aime à se faire appeler, à des cuisses si puissantes que sa détente est aussi rapide et perçant qu'un Soru. Elle rugit, reniflant bruyamment comme un prédateur flairant sa proie, elle en a après le mammouth qui a touché à son précieux amour. Pourtant elle l'avait prévenu... Personne ! Personne à part elle n'a le droit de poser la main sur Koob, son mari, sous peine de mort. Personne pas même un employé de la prison, alors un mammouth ! Cette race allait connaître l'extinction !



Derrière elle, encore terrée derrière un pan de mur intact de la salle de contrôle de la prison, vous espionne une petite fille, une très dangereuse petite fille aux cheveux roux. Une stagiaire ? Non ! Non ! Elle est ici depuis bien longtemps, depuis sa naissance à vrai dire. Elle est née ici, et n'a jamais quitté la prison, considérant ce lieu comme sa maison, son refuge. Elle a toujours refusé de quitter le bâtiment, trop peureuse pour affronter l'inconnue du monde extérieur. De toute façon même si sa mère a fini exécutée comme presque chaque prisonnier de la prison, il lui reste son père, un membre reconnue de la prison qui n'aurait pas de temps à lui consacrer hors de la prison, alors ils officient ensemble, tissant une relation père fille au sein de ce lieu sordide qui est pour eux un petit cocon.

Pour le moment elle observe la colère de Kerza, esquivant les gravats d'une danse aussi souple et précise qu'un kami-e. Apeuré elle ne sait pas comment réagir devant l'attaque. Quel genre d'individu venait casser les murs et brûler ta maison ? C'était la question principale qui taraudait son esprit.

-Putain ! Mammouth de pd de merde !

Les injures volaient comme la roche sous les coups de Molest, se dégageant des gravats. Totems levez-vous ce n'est pas finit !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Totems de Xylor


☠ Messages : 44
☠ Âge du Personnage : 17 ans
☠ Berrys (x1000) : 192575
☠ Localisation RP : North Blue - Pleine mer
☠ Fruit du Démon : Zoan de la Colombe
☠ XP Dorikis : 3615
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Lun 9 Avr - 19:09




Le combat était bien engagé et Molest avait une fois de plus mordu la poussière. Mais, bien que le dicton populaire prétendait qu'il n'aurait pas pu tomber plus, il se retrouva soudainement un étage plus bas, le visage encastré dans une fissure à peine plus étroite que sa tête. Glorim étant ce qu'il était, son poids et sa force avaient emporté avec eux tout le sol de la prison. Les sous-sols, censés rester cachés aux yeux de tous et accessibles uniquement par un escalier de service venaient de se voir gratifier d'une toute nouvelle porte d'entrée. La lumière du jour perçait enfin dans ces geôles isolés de tout. Les prisonniers qui avaient placé leurs mains devant leurs yeux en témoignaient, visiblement ébloui par un soleil qui leur avait cruellement manqué depuis longtemps. Tous étaient maigres, émaciés, véritables témoignages de la cruauté des traitements qui leur étaient infligés. Et cela, le prophète de l'Amical ne le concevait pas.

- Alors voilà toute la considération dont vous faites preuve à l'égard de vos frères de race? Avez-vous donc perdu toute votre âme?

Ses mots étaient durs, tranchants comme le roc, aussi froids que les murs de ces cages. Un coup de pied lui échappa, plus vite qu'il n'avait jamais frappé. le mur de la cellule à ses côtés explosa littéralement, libérant avec violence le prisonnier qui y était retenu. Terrorisé, le petit homme ne semblait pas vouloir sortir, comme redoutant des punitions supplémentaires s'il s'échappait. Ces hommes avaient été privés de leur liberté au point même qu'ils n'osaient même plus la retrouver. Petit à petit, le visage de l'élu se contracta, au même rythme que ses poings se refermaient. Il était venu libérer un de ses frères, mais une fois arrivé devant ce spectacle, il semblait que sa tâche s’avérerait bien plus complexe. Ignorant les gravats qui l'entouraient, ceux là même qui avaient manqué de l'ensevelir un instant, son aura avait changé. La chaleur qui l'envahissait chaque jour ne s'exprimait plus, la lumière disparaissait peu à peu dans son regard.

Un mur éclatant, une voix rugissante dans son dos, plus rien de tout ça n'avait d'importance. Son pas lourd le dirigeait lentement vers celui qui avait été sa victime. Celui-là même qui semblait commander à l'intérieur de ces murs. L'homme qui venait de se dégager avec force des gravats, laissant sous lui un trou béant, depuis lequel la lumière semblait passer, brillant sur un autre sol, encore plus bas. Un saut plus tard, habité par la rage d'un fauve piqué, le directeur s'était projeté sur l'ange, enfonçant son poing d'acier dans le visage de l'homme. A son grand dam, il ne put pas assister à la chute qu'il attendait. Le blond était resté stoïque, encaissant le coup avec fierté. Alors que le punk retombait au sol, son gant écarlate se détachant du visage de son adversaire, son visage se décomposait. face à lui se dressait un obstacle de chair et d'os qui, pourtant, semblait aussi dur que le plus fort des métaux. Le sang qui coulait sur son front, descendant sur ses yeux, ses tempes, sa mâchoire ne semblait pas l'importuner.

- Mais vous êtes quoi comme genre d'abomination, bande de fiottes?
- Nous sommes la main de dieux qui ne t'accorderont jamais leur clémence...

Son poing s'écrasa avec lourdeur dans le ventre de son ennemi, le forçant à cracher une nouvelle fois ce sang qu'il n'avait que par trop de fois goûté ce jour.

- ...nous sommes les porteurs de la lumière chaleureuse d'un créateur qui regrette ton existence...

Un deuxième coup vint se planter, cette fois dans le visage du geôlier en chef, l'envoyant s'écraser avec force sur les barreaux de la cellule dans son dos. Déjà, le représentant de Mirko s'avançait vers lui.

- ...nous sommes tout ce que les gens comme toi haïssent du plus profond de leur être, tout ce que vous rejetez par peur de l'inconnu.

Sa main gigantesque se referma sur le visage du tyran, le soulevant de terre avec puissance. Sans le remarquer, Peace marcha juste au dessus de la fissure qui fendait le sol. Quiconque là dessous avait levé les yeux avait pu le voir. Sa voix avait marqué le silence dans tout le bâtiment, faisant résonner ses mots à traverse les trois étages désormais unis.

- Nous sommes les Totems de Xylor.

A ces mots, il lança sa victime avec force en direction de la jeune femme qui avait fait irruption dans la salle. Ces quelques mots valaient bien plus qu'une simple déclaration. Ils marquaient la naissance d'un équipage qui ne visait qu'une seule chose. L'unité du monde sous une seule bannière de paix et de tolérance. Dans cette prison, des hommes venaient de s'unir sous une seule égide, rendue officielle par celui qui s'était imposé comme le capitaine. Le silence continuait à s'étendre dans la zone, alors que le sang continuait à tomber de la mâchoire du prédicateur, s'écrasant avec dureté sur le sol. Fait impossible, même la valkyrie si virulente semblait avoir été muée dans un silence profond.

Son regard se tourna alors vers l'intrus qui avait fait irruption avec virulence dans la pièce, par le même moyen destructeur que les Totems avaient choisi. Elle avait esquivé avec facilité le lancer de directeur et semblait la moins apeurée de tout le groupe. Elle semblait plutôt en colère. Alors Vittorio arma une fois de plus son poing destructeur, avant le relâcher, frappant trois fois l'air à une vitesse folle, des rémanences bleutées s'échappant de ses coups.

- Ladan Goz! Rayons Célestes!

Beaucoup plus fort que les deux premières fois, l'air compressé libéré produisit un bruit semblable à celui d'une explosion, projetant une onde de choc puissante dirigée vers la femme et la petite, si petite que le prophète en avait oublié sa présence. C'était un souffle titanesque qui traversait les quelques mètres le séparant de son opposante. Une fois de plus, le sol se meurtrissait au passage de la frappe, se fragilisant un peu plus à chaque instant. Quelques portes de cellules explosèrent au passage, sous les cris de prisonniers qui ne savaient s'ils devaient partir en courant ou se réfugier derrière le soldat de la foi.

Mais il y avait d'autres prisonniers qui, eux, savaient précisément ce qu'ils allaient faire. Et leurs rugissements ne tarderaient certainement pas à se faire entendre à la surface...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre de la Meute Ardente


☠ Messages : 69
☠ Âge du Personnage : 42 ans
☠ Berrys (x1000) : 42213
☠ Points Votes : 98
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit du Mammouth
☠ XP Dorikis : 6250
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
127 / 999127 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Membre de la Meute Ardente

MessageSujet: Re: Résurrection    Ven 13 Avr - 0:46


"Nous sommes la main de dieux qui ne t'accorderont jamais leur Clémence….


Nous sommes les porteurs de la lumière chaleureuse d'un créateur qui regrette ton existence…


Nous sommes tout ce que les gens comme toi haïssent du plus profond de leur être, tout ce que vous rejetez par peur de l'inconnu….


Nous sommes les Totems de Xylor."



Cette tirade, bien qu’entrecoupée par plusieurs sons puissants ressemblants à des coups, m’avait totalement remotivé. Après quelques minutes de récupération, je réessayais de soulever les décombres qui m’empêchaient de bouger. Je mettais un violent coup dans un bloc de ce qui semblait être le sol. Celui-ci explosa au contact de mon poing, provoquant un nuage de fumée qui me fit de nouveau éternuer de manière totalement ridicule. Peu importe, j’étais désormais de nouveau à l’air libre.



D’un bond puissant, je me remis sur mes pieds, un large sourire aux lèvres. Je n’avais aucune idée de ce qu’il s’était passé durant ma “pause” mais l’étage était en très mauvais état, plusieurs portes de cellule étaient fracassées ou avait littéralement été arrachées de leurs gonds. Vittorio était bien là, en train d’envoyer une grosse attaque dont il avait le secret sur une femme qui semblait déterminée à se battre, même si, de toute évidence, elle n’avait aucune chance face à ce monstre de la nature. Les prisonniers, pour la plupart libres de leurs mouvements, semblaient paniqués, comme s’ils avaient peur de nous. À moins que ce ne soit à cause du directeur et de ses gardiens. Le temps était venu pour moi de tenter de les rallier à notre cause. D’une voix grave, j’entamais un discours, que j’espérais galvanisant.

“-Messieurs dames, vous qui êtes enfermés ici depuis bien longtemps pour certains, Notre Dieu Xylor nous a envoyé pour vous libérer et non pas pour vous faire du mal. Nous sommes ici pour le Prophète, mais si vous nous aidez, vous repartirez libres avant la fin de la journée. Le Directeur est déjà dans un piteux état et ses sbires ne résisteront pas longtemps à la puissance que nous a octroyé le Maître de la Lumière. N’hésitez plus, quittez vos cellules et aidez nous !


Je me doutais bien que tous ces prisonniers n’étaient pas des saints et que certains devaient être très dangereux, mais la pagaille qu’ils pouvaient causer en s’unissant à nous en valait la chandelle. Et puis, si l’un d’entre eux était le Prophète, alors la mission de libération était terminée. Ça aurait été trop facile qu’il se manifeste directement et qu’il soit déjà libéré. Mais bon, mon discours avait quand même fait son effet et déjà, plusieurs de ces captifs osaient désormais franchir le pas de leurs cellules pour profiter de cette liberté qu’ils ne connaissaient même plus. La femme et la petite fille avaient pris l’attaque de Vittorio de plein fouet, en tout cas, c’est ce que je croyais. Elles avaient disparu de mon champ de vision juste avant l’impact et s’étaient déplacées si agilement et si rapidement que je n’avais aucune idée d’où elles pouvaient être. Jusqu'à ce que cette femme très énervée surgisse dans mon dos, avec la ferme intention de m’asséner un coup de pied de toutes ses forces. Malheureusement pour elle, ma taille gigantesque comparée à la sienne ne la mettait pas en situation favorable. Du moins, c’est ce que je croyais. Son attaque aurait atteint mon visage si je n’avais pas eu ce réflexe de lever les mains et de me mettre en garde. Son coup m’avait fait mal aux bras, c’était incroyable de voir qu’une si petite femme pouvait frapper aussi fort. Mais il en fallait plus pour mettre K.O un Mammouth, surtout si celui-ci est animé par la foi. Je profitais du fait qu’elle se soit éloignée en voyant que ce ne serait pas suffisant pour prendre ma forme animale, celle qui faisait de moi une bête impressionnante et redoutable. Quand je devenais ce pachyderme disparu, je me sentais empli de puissance et de l’esprit de notre Seigneur. Je commençais à avancer vers la femme de mon précédent adversaire qui, même si elle ne voulait pas le montrer, ne semblait plus aussi à l’aise qu’auparavant. Je ressentais que chacun de mes pas faisait vibrer le sol, et je ne mis que quelques secondes pour me retrouver face à elle. D’un geste rapide, je lançais ma trompe vers la droite afin de prendre plus de puissance et le coup partit.


Mon immense trompe fonça sur elle à la manière d’un énorme fouet, le sifflement qui l’accompagnait se fit entendre au moins dans tout l’étage. L’impact fut si violent que j’entendis plusieurs de ses os se briser, mais surtout, il acheva ce pauvre sol qui une fois de plus n’avait rien demandé. Une fissure fit son apparition, petite au départ, mais qui s’élargissait au fur et à mesure de sa progression. Elle atteint l’autre bout de la pièce, emportant avec elle certains prisonniers. Puis le sol explosa, ne me laissant aucune chance de ne pas tomber à l’étage du dessous. Seulement, cette fois, je m’étais préparé à cette éventualité, j’atterris donc sur mes pattes, écrasant plusieurs personnes qui ne devaient pas avoir eu le temps de comprendre ce qu’il se passait. L’ambiance ici était plus sombre, je compris que de plus dangereux criminels purgeaient leurs peines, totalement coupés de tout. Il devait y avoir de sacrés spécimens ici, le Prophète ne pouvait qu’être à cet étage. Tous les regards étaient tournés vers moi, en même temps, avec une entrée comme ça, c’était bien normal. Je prenais ma forme hybride pour me tenir sur mes deux jambes, et surtout, pouvoir sortir une sucrerie de ma poche. Quand je mis la main dans celle-ci, je m’aperçus avec horreur qu’il ne m’en restait plus que cinq. Je pris une sucette que je me mis à lécher à grand coup de langue. Une seule pensée occupait mon esprit désormais, libérer le Prophète et aller acheter des sucreries tout de suite après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t514-glorim-un-mammouth-bien-dans-ses-poils-terminee

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21562
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ XP Dorikis : 1747
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Dim 15 Avr - 19:25



Résurrection


Feat : ✘ Glorim et Peace




Une phrase cataclysmique s'abat telle la foudre, raisonnant dans toute la prison, et réveillant l'esprit de Kleos jusque-là endormi. Elle résonne dans sa tête, alors que sa mâchoire se décroche et ses yeux s'écarquillent. La réponse divine, qui face à la mélancolie du roi des abeilles, envoie ses émissaires.

-Nous sommes les Totems de Xylor !



Le cœur du prophète s'emballe, à l'écoute de cette voix puissante, et de sa déclaration. Tandis que l'espoir semble vouloir gagner le cœur du blond, il semble avoir quitté le pauvre geôlier, dont le masque est tombé suite au coup de Zared, qui se tient le poignet en jurant. Zuma est silencieux, paralysé par la peur. Quiconque aurait croisé son regard aurait ressenti sa terreur lorsqu'il a vu cette semelle à travers l'énorme fissure du plafond. Depuis, rien n'a pus faire décrocher son regard du plafond, même pas l'acte de rébellion du révolutionnaire. Pour dire vrai, il n'est déjà plus avec nous, prit dans un mutisme fou, bien trop inquiétant. Le réceptacle de Varis lui devient inquiétant par sa nouvelle agitation :

-Les Totems de Xylor ?
Oh oui ! Crie-le encore !
Plus de temps pour les remords
Mon père quel est mon sort ?

Ne me fais pas, ne me fait pas, connaître la mort,
Papa je t'en supplie,
Ne m'en veut pas, ne m'en veut pas, si j'ai eu tord,
De m'attacher à la vie !

J'ai eu peur des flammes et peur du vide,
Peur que Jogard m'enferme dans son abime,
Je pourrais m'enfuir de manière sublime ?
Au lieu de mourir sans un grain de le bide !

Je pleure le soir, je pleure le soir, dans l'espoir de le revoir dans le noir,
Je pleure encore, mes larmes s'écoulent, Mais Herza nous cache son secret
Mes larmes ne sont pas salées, elles ont un goût amer,
Dans mes ténèbres pas de mystère, que des péchés à faire taire,
Je t'en supplie de moi-même, j'ai besoin d'être sauvé,
Et comme tes larmes saintes Herza, la lumière fait pleuvoir !



La pièce se meut, tout se met à trembler, stoppant le prophète dans son envolée lyrique. Le regard fou, un large sourire scindant son visage, le blond, comme chaque personne présentes dans la pièce c'est levé, fixant le plafond s'effriter, s'effondrer sur ce couloir maudit. La blancheur immaculée de cette intervention divine repousse alors les ténèbres mortifères du couloir, les écrasant sous une multitude de gravâts.

La grille délimitant la geôle de Kleos couine dans un son suraigu, étouffé par les fracas incessants s'abattant dans le couloir. Le prophète n'avait demandé que les lames salées de la femme crocodile pour pouvoir s'abreuver, sans recourir encore à sa dépressive mélancolie. En aucun cas il n'avait demandé à ce que le ciel leur tombe sur la tête en une pluie diluvienne composé de gravats et d'humains. La mort pleut en cet instant. Et déjà Zuma et Zared sont ensevelis. Et alors que le silence s'instaure flottant quelques secondes dans l'aire. La lumière disparaît à nouveau, aspirée par une ombre gargantuesque qui achève le couloir dans un fracas assourdissant.

L'air explose, la pierre devient poussière et les barreaux des geôles se brisent dans un son cinglant alors que le prophète est violemment repoussé contre le mur du fond. Pour une énième fois, contorsionné pour observer la scène, intrigué par le dessein de Xylor, il se fracasse le haut du crâne sur un bout de plafond qui n'a pas encore cédé avant de se prendre le sol pour finalement se retrouver acculé sur le mur du fond en position latérale de sécurité. Humiliant oui, et surtout gênant. Car avec toute cette agitation, le blond a réussi à s'enrouler dans ses chaines, chaines qui depuis l'incident avec cet auteur, ce fameux Sinister, sont dorénavant en granit marin. Ces fers sont là pour le priver de ses pouvoirs, mais ils lui volent aussi toute son énergie, toute sa volonté, ne laissant échapper Varis de son esprit qu'en de rare occasions.

Un silence macabre s'instaure alors. Suivant la lumière, le vent s'engouffre à son tour suivant le trou béant reliant les trois étages. Il souffle alors repoussant la fumée dans chaque recoin, en hurlant comme un fantôme hélant la mort.

-Slurp ! Slurp ! Slurp !

Un son plus étrange encore que les hurlements du vent vient briser ce silence instaurer en maitre avant qu'une voix s'élève finalement. Derrière Glorim, est dissimulé la Kuja, reprenant ses esprits après sa chute, comme la précédente, provoqué et amorti par le mammouth. Une main posée sur le mur, l'autre sur son crâne, elle reste là immobile alors que le prophète de Goun, lèche tranquillement sa sucrerie. Elle respire fort, haletant, les yeux exorbités avant de sortir de son mutisme :

-Putain ! T'es chiant ! Pachyderme à la con ! J'avais pas fini mon tour des prisonniers ! J'espère pour toi que mon frère est ici sinon ça va barder !

Pour une fois les prisonniers sont silencieux, incrédule devant cette situation inconcevable. Leurs regards oscillent entre les nouveaux protagonistes qui se sont imposés en ces bas-fonds en écrasant, littéralement la concurrence. À vraie dire, la situation est bien trop improbable pour qu'ils y croient. Alors lorsque cette femme, aux cheveux blonds comme le blé, se muni de son serpent-lance pour attraper les chaines de Danakill afin le ramener vers elle, personne ne réagit même pas le prisonnier, qui l'observe bouche bée :

-Trois yeux ? Ok... C'est bizarre ! C'est pas lui !

Elle lâche les chaines et s'en va vers la prochaine geôle occupée. Elle s'arrête devant, pensive, observant l'hôte de cette cage, enchaîné comme un animal.

-Un enfant ? Pffff ! Ils enferment vraiment n'importe qui.

Elle s'avance jusqu'à la prochaine geôle lorsqu'un bruit lui fait tourner la tête vers un amas de gravats. Les pierres volent éparse le couloir, tandis que deux hommes s'élèvent des décombres, lui coupant la route. Vous reconnaissez l'un des deux hommes, c'est Koob bien amoché mais toujours vivant. Il était recroquevillé, sous l'immense et puissant corps du deuxième homme qui déploie une hauteur gargantuesque de près de 8 mètres. À lui tout seul il bloque entièrement le couloir, voilà pourquoi il ne fut jamais assigné au troisième sous sol, mais en ce jour vous l'y avez forcé.



Il regarde la blonde en époussetant son crâne chauve munit d'une large balafre caractéristique. Il est austère, imposant, impressionnant et il semble déterminé à ne pas vouloir vous laissez passer. Sans dire un seul mot, il fait un pas. La Kuja, et même Koob son collègue n'ont d'autre choix que de reculer face à un tel monstre. La jeune femme enrage. Elle hait les hommes comme lui, la société féministe d'Amazone Lily la formaté à les haïr ! Les Kuja haïssent tous les hommes, et plus particulièrement ces machistes se pensant supérieur et s'imposant par le seul fait qu'ils soient des hommes. Pour eux, les amazones ne rêvent que d'une chose, qu'ils finissent écrasés par la bottes d'une géante. Sous cette semelle gargantuesque ils seraient assurément à leurs places. Mais en attendant c'est à elle de faire face. Ainsi la blonde arme son serpent-lance et d'un assaut vigoureux, lâche son projectile pour qu'il atterrisse dans l'œil de cette montagne :

-Dégage de mon chemin boule de billard !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Capitaine des Totems de Xylor


☠ Messages : 44
☠ Âge du Personnage : 17 ans
☠ Berrys (x1000) : 192575
☠ Localisation RP : North Blue - Pleine mer
☠ Fruit du Démon : Zoan de la Colombe
☠ XP Dorikis : 3615
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Capitaine des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Sam 21 Avr - 0:52



Battu, violé, brisé, vaincu, le dernier sol s’effondra avec les Totems dessus. Cette fois Peace ne garda pas son équilibre et s’écroula au sol, une pierre venant même s’écraser sur son crâne avec lourdeur. Des piaillement insupportables de l’Amazone aux grognements du géant chauve, il n’entendit rien. Pris sous les décombres il pensait, refusant de se relever, comme si tout s’était fini en un instant. A moins que…

– Vittorio. Tu ronfles.

Grognant une dernière fois, le blond se releva d’un seul mouvement, très vite, les yeux encore fermés avant de se souvenir qu’il était censé les ouvrir. Il s’était encore endormi. Difficile à croire dans l’instant que c’était bien à lui que l’on devait cette grande tirade sur la religion qui avait donné tant de force à Glorim et d’inspiration à Kleos. Alors, quand il ouvrit les yeux, il s’était déjà avancé jusqu’à atteindre la jeune valkyrie, prête à en découdre avec un homme très imposant, aux cicatrices énormes, témoignant d’une vie de combat et de destruction.

– Hm. Tu es grand.

Un quart de seconde après cette déclaration ô combien pertinente, l’élu venait de se manger un coup de poing comme rarement il en avait encaissés. En plein dans le foie, lui coupant instantanément la respiration et laissant une gerbe de sang exploser entre ses lèvres. Les dégâts internes devaient être relativement conséquents à ce stade. La bourrasque qui avait suivi ce coup titanesque souleva à nouveau quelques gravats, alors que le prophète était propulsé. En plein dans le mille, Molest qui tentait une dernière fois de se relever prouva une nouvelle fois qu’il n’était bien qu’un petit directeur administratif, rien de plus. En revanche, cet homme là, c’était un sacré morceau. Et déjà il armait son poing pour frapper la jeune femme. Il allait la pulvériser, empli d’une colère sourde après avoir reçu cette flèche dans l’œil qui lui faisait un mal de chien et qui l’avait forcé à manquer sa cible et à démolir le capitaine des totems.

Blesser une femme qui se levait pour ses convictions. Cela, Peace ne pouvait pas le concevoir. Qui plus est, elle semblait très proche du prophète de Varis et cela suffisait à faire d’elle une personne de valeur. Alors il planta ses deux pieds bien forts sur le sol, avant de se propulser à une vitesse folle, comblant la distance en une fraction de secondes. Koidan Goz, le troisième verset. Son poing vint s’écraser contre celui de la brute. Il disposait de moins de force pure, mais sa technique faisait la différence. Presque impossible à voir pour un œil humain à vitesse réelle, les deux hommes ne se touchaient pas. Il y avait entre eux un mince filet d’air, intensément compressé. Bloqué dans cette position, chacun essayant de prendre l’avantage, des grognements animaux commençaient à leur échapper.

– A LA GLOIRE DE VARIS !
- RAAAAAAAAAAAAAAH !!

L’explosion fut puissante, intense, faisant sauter tous les barreaux et même les murs alentours, désormais impactés par les lourds gravats qui s’étaient envolés. Les cris des deux hommes s’étaient éteints dans une poussière blanchâtre, qui avait envahi tout le sous-sol, plongeant prisonniers, geôliers et assaillants dans une cécité presque totale, auréolé cependant d’une lumière d’une intense clarté.

Les souffles se retenaient alors que des silhouettes commençaient peu à peu à se dessiner de nouveau. Et quand tout fut dissipé, c’était un homme dans une tenue rouge et blanche qui était encore debout, sa main gauche posée sur son coude droit, une manche complète manquant à sa tenue habituelle. A l’endroit où il avait serré ses doigts, il y avait désormais une grande zone presque noire, bizarrement tordue et complètement tuméfiée. Il avait, sans aucun doute, le coude brisé et sûrement les os de l’avant-bras droit en miettes. Son visage était baissé, son ennemi planté au sol, avec des séquelles physiques bien plus imposantes. Il respirait encore, mais son corps le faisait souffrir.

– Personne… Jamais… Ne tiendra enfermé un enfant de la lumière.

Son regard se planta alors dans celui de Glorim, alors qu’il tendait son bras violacé, poing fermé dans une étrange position, la seule que ses doigts brisés lui permettaient. La détermination se lisait sur son visage et il n’avait pas besoin de parler pour se faire comprendre de son camarade et désormais nakama. Un simple, rare et trop précieux sourire fit son apparition sur son visage, alors que ses yeux d’azur se tournaient peu à peu vers la jeune femme, qui avait subi de très près le souffle et qui s’était réceptionné au colosse de Goun.

– Je comprends ta colère, ô fidèle. Mais ne te retourne pas contre les mauvais ennemis. Crois-tu réellement que nous avancions sans réfléchir ? Xylor illumine mon cœur et Mirko guide mon bras. La douleur physique n’est pour moi qu’une simple illusion et la destruction m’importe peu. Va, trouve ton frère et fais nous confiance.

Du sang coulait peu à peu de son poing serré, s’écrasant au sol avec fracas.  Il ne sentait plus la douleur. Il ne sentait plus la puanteur qui se dégageait de l’endroit. Il ne voyait même plus les prisonniers s’agiter autour de lui. Les basses affaires humains s’éloignaient peu à peu de son esprit, alors que son corps se transformaient peu à peu, faisant de lui un être hybride. Le calme régnait dans son cœur, contrastant violemment avec le vacarme qui l’entourait. Plus personne ne l’arrêterait désormais.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre de la Meute Ardente


☠ Messages : 69
☠ Âge du Personnage : 42 ans
☠ Berrys (x1000) : 42213
☠ Points Votes : 98
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit du Mammouth
☠ XP Dorikis : 6250
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
127 / 999127 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Membre de la Meute Ardente

MessageSujet: Re: Résurrection    Ven 4 Mai - 14:04


Je léchais tranquillement ma sucette, tout en observant les alentours. Plusieurs portes de cellule étaient ouvertes, d’autres étaient ensevelies dans les décombres, mais il ne semblait pas y avoir beaucoup de survivants après que le ciel leur soit tombé sur la tête. Je n’avais pas encore fini ma sucrerie qu’une voix que je commençais déjà ne plus supporter m’interpela. Encore une fois, elle me parla si mal que j’avais envie de la baffer, mais quand j’entendis que c’était son frère qui semblait être l’un des nôtres, je n’en fis rien. Après tout, elle s’inquiétait pour son frère, ce qui était logique en soi. Ce qui l’était moins, c’était sa grande décontraction qu’elle semblait dégager malgré la situation improbable. Concentrée sur son objectif, elle était partie dans la première cellule, espérant trouver le Prophète de Varis. Pendant ce temps, tous les gars qui s’étaient fait écraser par les décombres reprenaient leurs esprits.

Le premier à sortir des gravats était mon compagnon et capitaine depuis peu. Enfin, pas vraiment capitaine, je dirais plutôt le meneur des Prophètes, celui qui m’avait été envoyé par notre Créateur pour que nous menions à bien la mission qu’il nous avait confié. Je l’avais naturellement suivi après notre rencontre sur cette place à Flevance et j’étais déjà convaincu qu’il allait devenir important pour l’histoire de ce monde et je ne regrettais nullement mon choix, surtout après son discours enflammé un peu plus tôt. Mais d’autres personnes avaient résisté au plafond, comme Koob, cet homme au sabre que je pensais avoir mis hors d’état de nuire deux étages plus haut qui refaisait son apparition, plus déterminé que jamais, mais surtout un homme aussi grand que moi en forme hybride. Il bloquait entièrement le couloir par sa largeur et il semblait très puissant. C’est pour ça que Peace voulait s’en occuper. Mais en plus d’être très imposant, l’immense adversaire de l’homme-colombe était très rapide, au point de le frapper et de l’envoyer valser. Quelques secondes plus tard, le gardien armait déjà son poing pour frapper la blonde qui lui avait percé un œil à l’aide d’une flèche. J’étais tellement absorbé par ce combat que j’en avais oublié le sabreur.

Celui-ci n’avait aucunement l’intention de lâcher l’affaire. Jamais il n’avait subi un tel affront depuis qu’il était gardien. Qui étaient ces hommes qui osaient détruire une prison et libérer tous ces criminels avec pour seule raison de sortir un homme qu’ils appelaient prophète ? Croyaient ils vraiment pouvoir libérer cet homme sans véritable opposition ? Impossible. D’un pas rapide, Koob s’élança vers moi, le sabre à l’horizontale. Il avait l’intention de faire très mal, mais il fut interrompu par une bourrasque énorme, résultat de l’attaque entre mon Capitaine et le gardien surpuissant qui l’envoya voler contre une porte de cellule. Le chaos, s’il n’était pas déjà installé depuis mon apparition du plafond, régnait en maître. La poussière avait envahi entièrement le sous-sol, m’empêchant de voir quoi que ce soit. Tout avait littéralement explosé, chaque cellule étant ouverte désormais. Jusqu'à ce que la fumée ne se dissipe. Et là, se tenant fièrement sur ses deux jambes, mais semblant souffrir se tenait Vittorio Pace, Prophète de Mirko. Il m’avait définitivement convaincu de croire en lui après avoir prononcé cette phrase.


Personne… Jamais… Ne tiendra enfermé un enfant de la lumière.

La conviction qu’il avait mise en parlant de notre futur compagnon si tout se passait comme nous le pensions m’avait donné des frissons. Quel homme ! Il avait mis tellement de puissance que son bras semblait très abîmé et pourtant, il souriait, sachant pertinemment que je savais ce qu’il me restait à faire. J’observais le sabreur mais celui-ci semblait définitivement k.o. Il ne me restait désormais plus qu’à trouver le Prophète. D’un pas lourd et très lent, j’avançais en direction des cellules. La blonde semblait moins énervée désormais, elle semblait un peu apaisée par les paroles que Peace lui avait dit, comme si elle venait de réellement comprendre que sa demande initiale serait exaucée. Elle n’avait pas perdu son énergie et fonçait en direction des cellules qui se trouvaient dans le fond, celles qu’elles n’avaient pas eu le temps d’ouvrir tout à l’heure et qui n’avaient désormais plus d’entraves. Mais cette attaque avait aussi permis à d’autres prisonniers de retrouver la liberté, et ils étaient ravis de la situation. Certains en profitaient pour fuir, quitter ce lieu où ils avaient passé des années étaient leur priorité absolue. D’autres, quant à eux, nous observaient, se demandant si ces hommes qu’ils avaient en face d’eux n’étaient pas un signe du destin. Mais l’un d’eux me regardait d’un air si mauvais que des éclairs auraient pu jaillir de ses yeux. Il donnait l’impression de me haïr, alors que je ne le connaissais même pas.

“-Qu’est ce qu’un ancien Commandant de Queen Ratyfa fait ici ? Le monde te croit mort depuis des années, pourquoi tu réapparais après tant d’années, sans même saluer tes vieux amis ? Et surtout, c’est quoi ce nouveau pouvoir que tu as là ? Depuis quand tu peux te transformer en Mammouth ?

Cet homme, enfermé depuis des années, n’en croyait pas ses yeux. Il avait en face de lui Klaus Hellmighty, l’un des hommes les plus dangereux qu’il n’ait jamais rencontré de toute sa vie, et je vous parle là d’un homme emprisonné pour avoir tué plusieurs hommes après une bagarre dans une taverne, lancée à cause d’un regard qu’il avait jugé méprisant. Mais ce Klaus était d’un tout autre niveau, personne ici ne pouvait le stopper, ni même l’empêcher de faire quoi que ce soit. Le prisonnier se demandait s’il avait tant changé que ça ces dernières années pour que l’homme qu’il avait connu il y a plus de vingt ans ne le reconnaisse plus. C’est vrai qu’il avait pris quelques rides, mais quand même, il restait reconnaissable. À moins que….



-Bwahahahahahah, vieil homme, tu es complètement fou ! C’est quoi ces histoires d’ancien commandant de je-ne-sais-qui ? Tu dois me prendre pour un autre, moi, je ne suis qu’un homme guidé par le Dieu de la Lumière, qui est ici aujourd'hui pour libérer l’un de ses frères, rien de plus.

-Donc tu n’es pas Klaus ? Impossible !

Sa phrase à peine terminée, le prisonnier se déplaça très rapidement vers moi, le poing en avant,dans le but de me frapper puissamment, et d’être sûr que je n’étais pas l’homme qu’il pensait. Malheureusement pour lui, ma trompe s’enroula autour de son bras dès qu’il se trouva à ma portée. D’un mouvement puissant, je l’envoyais dans le sol, soulevant une poussière épaisse. Sans le lâcher, je recommençais ainsi plusieurs fois. Quand je le lachais, du sang coulait de partout et ses yeux ne semblaient plus avoir une étincelle de vie. Je reprenais la parole, pour bien me faire comprendre.

“-Qu’on soit bien d’accord, nous ne sommes pas là pour faire du mal à qui que ce soit, mais si vous nous attaquez, je n’aurais aucune pitié ! Maintenant que ceci est dit, quelqu’un va nous dire où se trouve le prophète de Varis ?

La réponse que j’attendais arriva précipitamment, mais pas de la bouche des prisonniers. Non, c’était la blonde qui poussa un cri de joie qui ne laissait de place à aucun doute possible, elle avait retrouvé son frère. Mais était il seulement enfermé ou avait il été menotté ? D’autres prisonniers oseraient ils nous attaquer ? Peace semblait fatigué et bien blessé, pourrait il continuer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t514-glorim-un-mammouth-bien-dans-ses-poils-terminee

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21562
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ XP Dorikis : 1747
☠ Rang :
  • Γ – Gamma
☠ Notoriété :
0 / 9990 / 999
☠ Karma :
500 / 999500 / 999

Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Résurrection    Lun 21 Mai - 16:33



Résurrection


Feat : ✘ Glorim et Peace




Ce n'est malheureusement pas un cri de joie qui déchire la poitrine de la jeune amazone mais plutôt l'horreur mêlé à la stupéfaction. Son empressement l'a mené à la fin, celle avec un grand "F", celle la même qui menace la vie, transformant l'amour et les liens en une malédiction. Elle est là face à ce mur ensanglanté, face au bout du tunnel qui lui avait promis la lumière en récompense. Mais dieu n'existe pas et les hommes sont faibles et mortels. Fixant ce mur sabré de sang elle ralentit le pas en tournant le visage vers la dernière cellule, son ultime espoir. Un dernier pas... Ce faux pas qui vous fait regretter toute votre existence.

Alors qu'elle observe cette cage vide broyée et maculée de sang, le son d'un insecte que l'on écrase fait frémir son échine. Elle a peur de comprendre ce qu'elle vient de faire, peur de comprendre pourquoi tant de sang se répand sous sa botte. Elle a peur d'avoir été le bourreau de l'humanité, de sa famille et de ses espoirs. Et en effet sous son pied, écrasé comme le vulgaire insecte qu'il est, réside la seule personne qui compte à ces yeux. Elle déglutit bruyamment en baissant lentement les yeux, dans un mouvement si lent que l'on aurait pus croire que le temps autour d'elle s'était arrêté.

Retenant sa respiration et ses larmes elle baisse les yeux pour voir l'horreur croître sous sa semelle. En moins d'une seconde son pied était surélevé surplombant le corps sans vie d'un gigantesque homme au corps anormalement tordu. C'était la vérité. La vie était morte... Broyé sous sa semelle. La flaque de sang ne cessait de se répandre alimenté par les blessures de l'homme duquel sortait de sa peau trouée et déchirée, os et barres de fers. Sa coiffure blonde semblable à deux antennes était plus ravagée et folle qu'à l'accoutumé tandis que de sa bouche partiellement édentée ne sortait plus aucun son ni once de vie.

Ni son corps, ni son nez plein de souffle, ni sa bouche remplie d'ineptie, ni même ses yeux pleins de vie et de rêve, n'étaient comme avant. Déformé, broyé, privé... Rien ne va plus. La vie n'était plus en cet être qui était censé la représenter. Le silence s'impose alors de lui-même, lorsque tout le monde peux observer par-dessus l'épaule de la femme, sa macabre découverte. Aucune larme ne s'écoulent sur ses joues, et pourtant son monde est brisé, ravagé, écrasé par cet événement si choquant. Ses jambes flasques la lâche soudainement et elle s'écroule sur le corps inerte de son frère, sans cris, sans effusion et sans plainte, baignant dans son sang se répandant abondamment sur le sol.

C'est une véritable boucherie qui vous est montré là et aussi un drame des plus déchirant pour cette fille qui nourrissait un lien inconnu et des espoirs fugaces pour cet homme que vous étiez venu chercher ! Malheureusement ! Le destin est cruel et mesquin. Si dieux il y a au-dessus de vous peut-être a-t-il voulu vous faire passer un message : la vie est futile et sans importance ! Il y a une fin à toute chose. Karkan et Jogard vous guette où que vous soyez, pour vous écraser à tout moment de leurs divines bottes. Vivez ! Vivez tant que vous le pouvez car la mort arrive et vous ne pourrez en réchapper !

En ce jour si spécial vous avez cru délivré la vie mais vous n'avez qu'apporter la mort et la destruction... Est ce donc ça le dessein des Totems de Xylor ? Sont-ils sur terre pour provoquer l'apocalypse qui abreuvera Karkan et Jogard ? Le visage maculé de sang, l'air hagard, paniqué, le regard fou la jeune femme te lance une dernière requête, un dernier ordre, Glorim. Elle te demande de faire ce que tu sais faire de mieux à l'inverse du dieu créateur que tu es censé incarner. Elle te demande de finir le travail. Elle te demande de détruire, alors que des larmes coulent enfin le long de ses joues se mêlant au sang la recouvrant :

-Termine ton œuvre, dieu destructeur ! Vas y ! Ravage ce monde ! Ravage mon monde ! Écrase-nous te ton immense patte ! Réduit nous en miette ! Je veux comprendre sa douleur ! Je veux voir ce qu'il a vu ! Je veux le rejoindre !

Te supplie-t-elle, à genoux face à toi, baignant dans le sang de son défunt frère. Elle te regarde avec un œil ampli de haine, de nostalgie, de désespoir et de mort. Elle ne peut accepter ce monde. Elle a fait un choix et maintenant elle attend l'aide divine qu'elle a toujours refusée pour enfin connaître la paix. Mais la paix lui sera-t-elle accordée ?



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre de la Meute Ardente


☠ Messages : 69
☠ Âge du Personnage : 42 ans
☠ Berrys (x1000) : 42213
☠ Points Votes : 98
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Fruit du Mammouth
☠ XP Dorikis : 6250
☠ Rang :
  • Θ – Thêta
☠ Notoriété :
127 / 999127 / 999
☠ Karma :
510 / 999510 / 999

Membre de la Meute Ardente

MessageSujet: Re: Résurrection    Ven 22 Juin - 18:43



Résurrection



Pourquoi Xylor, notre Dieu de Lumière m’avait il abandonné si soudainement ? Quel était son dessein pour ses prophètes qui commençaient enfin, après tant de siècles, à se réunir ? Il nous avait mené jusqu’à cette prison afin de libérer l’un des nôtres, tout s’était bien déroulé jusqu'à présent, alors pourquoi, oui pourquoi, tout était parti dans tous les sens en quelques secondes ? Pourquoi a-t-il fallu que cette blonde pose son pied pile sous son frère qui s’était transformé ? Que Xylor est cruel ! Pourquoi déteste t'il autant que ça ces hommes qui ont été appelé à le servir pour les détruire comme de vulgaires insectes ? Avons-nous fait un faux pas qui lui aurait déplu ? Toutes ces questions traversaient mon esprit et me perturbait au plus haut point. Tout s’était passé si rapidement que je ne réalisais pas encore.

Je m’approchais lentement d’elle, réfléchissant à ce que je pourrais dire pour la consoler. J’avais beau chercher désespérément, je ne trouvais pas l’inspiration, comme si mon Dieu et Maître ne souhaitait plus agir en moi. Mais pendant ce temps, elle s’était retournée vers moi, en larme, et elle m’ordonna de l’écraser afin qu’elle puisse comprendre ce que venait de vivre son frère.

Puis-je réellement ôter une vie innocente si facilement ? Voilà donc l’image que je renvoie ? Moi qui souhaite faire le bien autour de moi en annonçant la bonne nouvelle, je ne pensais pas que les personnes qui me croisaient me voyaient comme un monstre. Je sentais bien que c’était son désir profond, mais je ne pouvais me résoudre à l’écraser si vulgairement, ce n’est pas ce que m’a dicté Xylor depuis ma rencontre avec lui, lui qui n’est qu’amour et paix. Je ne pouvais me résoudre à ça, et je me tournais vers Peace afin qu’il m’indique la marche à suivre. Après tout, c’était lui que j’avais choisi de suivre, lui que m’avait envoyé notre Maître afin de propager sa Lumière. Mais Xylor m’avait réellement abandonné, même si je n’en pris conscience qu’en voyant le corps de Vittorio, allongé sur le sol, souriant. Je pensais en premier lieu qu’il s’était juste écroulé de fatigue, mais plus je me rapprochais, plus je devais me rendre à l’évidence, son corps ne bougeait plus du tout. Mon visage se décomposa, mes yeux étaient désormais humidifiés par des grosses larmes qui coulaient, brouillant ma vue pendant quelques secondes.

Non, ça ne pouvait pas être vrai, c’était une hallucination ou quelques choses du genre, pas lui, non, Vittorio Pace ne pouvait pas être mort si facilement, lui qui était voué à de si grandes choses. Cet homme qui m’avait semblé si puissant et prêt à tout pour accomplir la mission donnée par notre Dieu ne pouvait pas être tombé si facilement. J’étais désormais tout proche du corps de celui que j’avais suivi jusque dans une prison pour libérer l’un des nôtres et je le secouais de toute mes forces pour le réveiller.

Bordel, Vittorio ! Réveille toi ! Penses à Xylor ! Penses à notre mission !

Ce jour-là, la vie avait abandonné deux  prophètes. Tandis que la blonde me hurlait encore dessus, je n’entendais plus rien autour de moi et tout semblait être au ralenti. La colère s’empara de toutes les cellules de mon être et je perdais totalement le contrôle. Empli de rage, je mettais Peace sur mon dos et je fonçais vers la porte de sortie, écrasant la monstruosité qu’avait éliminé mon capitaine sans même me rendre compte de ce que je faisais et je fonçais tête baissée vers les escaliers, ou plutôt ce qu’il en restait. J’avais bien explosé cette prison, et maintenant, je devais trouver un chemin dans ces décombres pour pouvoir remonter à la surface. Vittorio était très lourd, mais dans mon état actuel, c’était le dernier de mes soucis. Heureusement, l’étage du dessus était accessible par l’escalier, mais pas celui du rez-de-chaussée. Tout avait été ravagé dans cette prison, mais je n’y prêtais pas la moindre attention, la seule chose qui comptait à mes yeux à cet instant était Peace, si je l’amenais à Angelo, peut-être pourrait il le sauver ? Je lançais mon Capitaine à l’autre bout du trou qui me séparait de la sortie avant de bondir moi-même pour l’atteindre, atterrissant à quelques centimètres de Vittorio. Je le reprenais rapidement sur mes épaules, sans ménagement, et je sortais par le trou que j’avais fait plus tôt dans la journée. La lumière m’éblouit tellement mes yeux s’était habitué à l’obscurité des geôles, et après quelques secondes d’adaptation, je trouvais du regard l’homme que je cherchais, le grand prêtre de Mirko, Angelo. Il ne semblait pas comprendre ce qu’il se passait, mais lorsque ses yeux se posèrent sur le corps sans vie du Prophète son visage se décomposa.

VITTORIO !"

Il me fonça dessus et prit le corps inerte pour le poser au sol. Je l’aidais de peur qu’il se casse sous le poids, mort et donc extrêmement lourd du Prophète. Je ne disais pas un mot, mon visage était fermé et triste, et au fond de moi, j’espérais que le vieil homme parvienne à faire quelque chose. Dans ma précipitation, j’avais totalement oublié tous ceux qui se trouvaient encore au sous-sol et qui maintenant commençaient à remonter à la surface, Leroy en tête, le visage aussi décomposé que le mien. Puis ce fut le tour des quelques prisonniers restants. Il devait y avoir de sacrés malades parmi eux, mais aujourd'hui, beaucoup trop de sang avait coulé, et s’ils ne faisaient rien contre moi, ils pouvaient partir et récupérer leur liberté. Mais revenons en au plus important, Peace. Angelo murmurait une sorte de prière au-dessus du cadavre, accompagnée de gestes des mains mais rien n’y faisait, ce corps restait sans vie. Et puis, il s’interrompit, et je vis des larmes couler sur ses joues. La sentence venait de tomber, Le Prophète de Mirko n’était plus, il ne restait plus que moi, moi qui n’avait même pas pu protéger mon Capitaine dès le premier véritable affrontement.


Dans ma tête, de mauvaises pensées traversaient mon esprit, je me questionnais sur l’avenir de la mission, et je remettais même ma foi en doute. J’étais totalement déboussolé, ne parvenant pas à réagir, ma bouche était grande ouverte et mon regard semblait vide, j’étais totalement abasourdi par ce qu’il venait de se passer, réalisant réellement à cet instant que tout ce que j’avais accompli jusqu’ici n’avait mené qu’à une seule chose, la désolation et le chaos. Le seul vrai moment de paix que j’avais pu voir sur des visages après notre passage, c’était lors de notre rencontre, mais cet élu n’était plus. Avant notre rencontre, j’avais semé le chaos, et là, j’avais détruit une prison juste pour libérer un homme qui lui aussi avait péri. Devais-je continuer dans cette voie ? Continuer à chercher des prophètes pour sauver ce monde en détruisant tout sur mon passage comme me l’a enseigné mon père spirituel, Goun ? Forcément, je ne pouvais pas tout renier d’un claquement de doigts, et je ressentais toujours l’appel de Xylor en mon for intérieur, mais est-ce que je m’y prenais de la bonne manière ? Et puis, je n’avais aucune idée de la direction à prendre désormais ni l’envie de suivre Angelo. Angelo, justement, s’approchait de moi.

Je sssssais que tu ne veux pas me ssssssuivre, je ressssssent bien ton animosité envers moi, mais Mirko m’a envoyé un message pour toi. “Ton destin est au sud.” Je n’en sais pas plus et je ne suis là uniquement pour relayer le messssssssage. Sssssssache également que je ramène le corps de Peace sur notre île, comme le désire notre Dieu. C’est à toi qu’il appartient désormais de ssssssauver le monde, ne perd jamais la foi !

Je n’avais même pas parlé et c’est tout juste si je l’avais regardé. Le message qu’il m’avait donné semblait clair, et même si mon cœur était empli de doutes, je savais désormais ce qu’il me restait à faire, partir sur South Blue, une chose plus facile à dire qu’à faire, bien que j’avais ma petite idée. Les marchands que j’avais rencontrés depuis mon départ du temple en avaient parlé plusieurs fois, il existait bien un homme, ou plutôt une entreprise capable de vous emmener sur n’importe quelle Blue, voir même sur Grand Line, moyennant finance évidemment. Je n’avais pas grand chose sur moi, mais je me dirigeais vers le port, confiant, à la recherche des Transports Davinxi. Je devais faire vite avant que les soldats de la Marine n'arrivent, attirés par l'alarme déclenchée dans la prison. J'entendais des bruits de pas au loin, très nombreux, mais par chance, ils s'arrêtérent avant d'arriver sur moi, il fallait bien que les forces de la justice rattrapent les évadés, ça devait être leur priorité. J'accélèrais le pas, je devais trouver ces transports très rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jolly-roger.forumactif.com/t514-glorim-un-mammouth-bien-dans-ses-poils-terminee



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Résurrection    

Revenir en haut Aller en bas
 
Résurrection
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» |SCÉNAR| Résurrection.
» Oui, je suis morte. Mais ma résurrection est prévue la semaine prochaine.
» Résurrection... CB is back !
» FLOWER FOUR, RESURRECTION - RPG
» MYTHOLOGIE EGYPTIENNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: North Blue :: Autres îles-
Sauter vers: