Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles





Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sinistrose [feat Jack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21167
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1747
Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Sinistrose [feat Jack]   Jeu 22 Mar - 0:41



Sinistrose


Feat : ✘ Jack Sinister




Le voile des ténèbres se lève, dévoilant, une fois de plus à Kleos, cette pale lumière trônant dans ce long couloir. Un lieu détestable empestant la moisissure et la mort, constamment plongé dans des ténèbres quasi persistantes. En somme rien de très changeant dans l'univers du roi des abeilles, privé de couleurs il y a de cela quatre ans. Il est dans cette geôle sombre, immobile, jonchant le sol comme une loque en friche, encore et toujours depuis plusieurs semaines. Peut-être plusieurs mois même. Sa chair brûle encore du feu des coups de fouet. Mais son esprit en proie à d'étranges flammes noires souffre plus que son corps à vif. Les chaines qui lient ses pieds et ses mains, sont inefficace sur lui, car elles ne sont pas faites de granit marin, et pourtant il est toujours là, pieds et poings liés, à fixer le mur sombre de sa cellule, mis en cage par une notion qui surpassait la justice et la volonté humaine.

Ce qui le maintient ici, fermement scellé dans cette pièce en décrépitude c'est tout simplement le fardeau que le prophète porte depuis ce jour. Je ne parle pas du jour où il a affronté cet agent du gouvernement en tenue moulante. Cette défaite n'est qu'humiliation, mais le blond a su, depuis quelques années déjà, enfuir son égo au plus profond de lui, le terrer si profondément qu'il n'intervient qu'en de rares occasions. Non, ce qui le pousse à subir, aujourd'hui, c'est la culpabilité, c'est ces flammes noires que son esprit n'a su omettre ! Ces flammes d'un passé si proche et tragique. Ces flammes qui ont consumé son âme en dévorant son ami et mentor : Sileran.



Le prophète dégluti en s'empoignant la gorge de sa main droite. Il sentait une étonnante chaleur monter en lui, comme ce jour-ci où il fut encerclé par le feu. La température était insoutenable, infernal, et pourtant il était resté de longue minutes enfermé dans ce brasier le regard figé sur cette tête décapitée trônant au milieu d'un pic. Il respirait bruyamment, ignorant la sueur perlant sur son front. Il fixait juste ébahi ce visage si souriant et pourtant sans vie.

Des bruits de pas sorte le blond de sa torpeur. Il entend le cliquetis des clés et perçois le vacillement d'une puissante lumière qui inonde le couloir de blancheur, révélant aux yeux des visiteurs l'insalubrité des lieux. Le couloir est à lui seul un nid d'immondice propice à la propagation des plus terribles maladies. Les autres prisonniers grommèlent, réveillés par cette lumière salvatrice qui signifiait habituellement la ration quotidienne.


-Levez-vous bande de batards ! Aujourd'hui pas de bouffe mais on a un invité de marque, une célébrité ! Vos gueules ! Non mais merde quoi ! Pas la peine de négocier ! Non il a pas de choco denden sous son imper c'est pas un tordu comme vous ! N'est-ce pas monsieur Sinister. Eh ! Vous me les brisez là !

Un tumulte infernal prend les geôles. Les prisonniers se révoltent face à cette privation arbitraire et ils sont vivement réprimander pour leur boucan. Frappant violemment sa matraque contre les barreaux de la première geôle, le garde obtint un silence de maitre. Il vient de massacrer les tympans de tout le monde mais maintenant le lieu est calme. Ainsi il commence sa visite.

-Bon ce pd là c'est Danakil. C'est euh... Comment dire... Bref il encule des vaches ! Lui là c'est Revan le dévoreur... Un surnom trop pompeux pour un cannibale qui mange des bébés si tu veux mon avis... Ah, lui là c'est Zared, un révolutionnaire, un grand utopiste... La vérité c'est qu'il est trop con pour réfléchir par lui-même c'est pour ça qu'il est là. Ah et évidemment notre mascotte ! Attention il est hargneux ! Voici le petit Baal ! Un vaurien qui terrorisait un village, un mousse, seul survivant d'un équipage pirate... Disons purifié !

Avec un regard amusé il approche sa main non armée de la tête de l'enfant complètement immobilisé par de lourde chaîne. En voulant attraper l'une de ses longues mèche de cheveux entre ses doigts il manque de se faire mordre par le garçon qui grogne comme un animal sauvage. L'enfant savait-il au moins parler, c'était une question que tout le monde se posait. Le maton fait volte-face avant même d'arriver au bout du couloir comme pour signifier qu'il n'y a plus aucun prisonnier à voir. Pourtant une prière s'élève de la dernière cellule de la rangé de droite. Une prière dictée en demi-teinte et adressée à la lumière elle-même, à Xylor.

-Ah ! Non ! Pas lui ! Il est trop zarbi ! J'peux pas ! Il parle tout le temps d'un dieu lumière ou je n'sais pas quoi... Non mauvais bail ! C'est pas un bon candidat pour votre bouquin m'sieur Sinister. Tenez, regardez, prenez la lampe approchez !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 292
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 39552
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7906
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: Sinistrose [feat Jack]   Sam 24 Mar - 22:46





Un écrivain venant faire la publicité d'une des sordides prisons des blues, de ses façons de gérer la plèbe la plus répugnante de ces mers du nord et de dresser les criminels les plus carnassiers du monde. Franchement, quel sens ça avait ? De la pure propagande, de la mauvaise matière pour un roman d’aventures. S’il n’était pas déjà acquis que certains auteurs étaient acquis à la cause du Gouvernement, il ne ferait plus aucun doute que Sinister l’était après cela. Ses nombreuses missions coïncidaient avec des besoins d’écrire, mais jamais il n’avait été aussi loin en mêlant ses deux rôles. Les répugnants matons de la prison s’étaient empressés de l’accueillir en mettant les petits plats dans les grands. Quelqu’un qui venait vanter leurs mérites ? Ah, ça changeait de l’ordinaire, des seaux des prisonniers. Pauvre d’eux. Pensaient-ils vraiment que leur vie intéressait quelqu’un ? C’était un jugement dur, sans aucun doute. Mais c’était un métier ingrat.

Qui avait-il de mieux qu’une visite non officielle pour que le Gouvernement ne vienne s’immiscer dans les entrailles de sa prison la plus célèbre ? Etudier, diagnostiquer et faire remonter les quelques écarts aux normes mises en place ? Surtout par quelqu’un qui avait déjà connu les choses de l’intérieur. Le métier de Cipher pol avait de multiples facettes et cette haine des gardiens avait peut-être quelque chose à voir avec de sales histoires déjà bien enfouies dans le passé. On lui avait ouvert les portes, mielleux et obséquieux. Tout ça parce qu’il était … ce qu’il était. Un civil, dans un environnement hostile. Il fallait surveiller ce qui en sortirait, dorer l’image de la prison. Mais peu savaient que jamais cela ne sortirait de là. Que jamais le Gouvernement ne laisserait une information filtrer.

Et voilà pourquoi Jack était là. Auteur, romancier. Et bien d’autres. Mais, surtout et avant tout : agent du cipher pol. On lui présenta les prisonniers les mieux lotis, les gens les moins affligeants dans cette pauvreté humaine qu’était le monde criminel. Des gens enchaînés, mais propres, en bon état. Des gens qu’il estima riche, ou prompt à n’importe quel sacrifice pour un brin de confort. Des ailes bien nettoyées, des prisonniers calmes. Quelques crachats sur son passage, mais rien d’affligeant. Des lits sans puces, des draps. Et de la nourriture, apparemment pas en manque. Il fallut non moins d’une heure à Jack et aux matons qui l’escortaient pour faire le tour de la prison. Puis, enfin, ils arrivèrent dans les étages visitables les plus … profonds. Quelque chose de bien laissé dans l’ombre attira alors le regard de Jack. Une grille en fer, rouillée. Cachée derrière des tentures. Ou du moins, avaient-ils tenté de le faire.

« Monsieur, Sinister, cette aile n’est pas vraiment … »


Un pansement sur une jambe de bois. Le Cipher ne s’embarrassa de rien. Il était là pour ça … justement. Ce qu'il voulait voir, c'était l'inavouable, les secrets les plus cachés de ces lieux lugubres.

« Carte blanche, n’est-ce pas, Gardien ? »

Les grilles coulissèrent sur un couloir bien moins éclairé que les autres. Propre, bien entendu, mais Jack aurait juré que la crasse qui maculait encore certains recoins était due à un entretien plus qu’annuel. On fit crisser les clefs dans une série de serrures, censée protéger les honnêtes gens des cas pathologiques entassés dans une des ailes les plus misérables des geôles. Non pas qu’ils soient aux étages les plus inférieurs, mais déjà, ici, la masse criminelle commençait à aligner les chiffres. Jack glissa ses deux mains dans son dos, croisa les doigts. Et serra. Serra pendant que les cicatrices de son dos le démangeaient. Foutu Maxwell, foutu entraînement des pols.

Ils avancèrent dans un couloir blanchâtre, où la crasse marronne bordait les murs et chaque gond. Des gamelles trônaient çà et là, où un dépôt noir indiquait qu’elles ne devaient pas voir souvent l’eau chaude et le savon. Une odeur de déjections et de saleté émanait de chaque ouverture dans les murs. Des cris incohérents, quelques insultes. Rapidement recadrées. Puis … le fond du couloir s’offrit à eux. Un autre gardien trônait là, son uniforme remonté jusqu’aux coudes, les avant-bras marqués de cicatrices. Sa lippe débordait sur son col trop serré, et son ventre saillait de son uniforme débraillé, trop grand. Il avait des tâches de sang sur son uniforme, et des yeux noirs enfoncés. Des yeux de rat. Et, encore plus loin. Une grille. La grille. Jack se souvenait de ces quartiers. Jack ne s’en souvenait que trop bien. Il avait une mission bien précise, mais ses pas avaient fini par l'amener ici. Il regarda Nark droit dans les yeux. Evidemment, il ne le connaissait pas. Mais pour lui, tous les matons se valaient ... et il avait de sordides souvenirs à refouler.

« Je veux visiter cette partie-là. » fit-il, indiquant la grille fermée, d’un signe de tête.

« Heu, vous êtes sûr … ? » grogna Nark, en se mettant un doigt dans l’oreille.

L’autre gardien sembla tout à coup mal à l’aise, tant devant son confrère que devant le projet de Jack.

« Jack Sinister. Faites place, et réveillez-moi les. J’ai besoin d’une interview avec l’un d’entre eux pour écrire un livre. Je choisirai sur place. » ordonna le cipher.

Ainsi avancèrent-ils dans la misère humaine, au milieu des phénomènes. L’agent garda bien ses mains serrées dans son dos, ne laissant transparaître de son état que la jointure de ses phalanges blanchissant à chaque pas. Il était tendu, chaque parcelle de son corps concentrée à se protéger. Un réflexe instinctif pour des semaines, voire mois de souffrances dans les étages d’Impel Down, même s'il ne s'agissait pas de la même prison, cela restait le même spectacle. Capable de survivre à Impel, capable de survivre aux Pols. Foutu Maxwell. Il ne pipa mot devant les sanctions ou les menaces. C’était leur lot quotidien.

« Un zoophile, un cliché, un attardé, un gamin et  … un dévot. Je vois que la décoration des lieux a bien changé ... gardien Nark ? »
renifla le cipher, en lisant l'insigne du gardien, tâchée de graisse.

Le gardien tiqua en entendant son nom. Il s’attarda quelques secondes sur l’enfant. Douze ans, peut-être treize. Il était sale, émacié et présentait les séquelles de nombreux sévices. Pour des raisons évidentes, Jack s’en détourna, poursuivant sa route pour s’arrêter sur la dernière geôle. Il fit signe à Nark de lui passer ce qu’il avait à la ceinture. Le gardien, de ses manières ignobles, lui passa la lampe.

« Non, Nark. La clef. Ouvrez-moi la porte. Si je ne voulais que le sentir, je resterai ici. Je veux le voir et lui parler. » ordonna Jack, en montrant la serrure du bout des doigts.

« Mais, monsieur Sinister c’est trop … » s’indigna le second gardien.

« Ne m’obligez pas à me répéter. » lâcha Sinister, d’un air … sinistre.

La porte cliqueta, pivota et s’ouvrit sur …




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21167
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1747
Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Sinistrose [feat Jack]   Jeu 29 Mar - 0:16



Sinistrose


Feat : ✘ Jack Sinister




-Clic ! Clac !
Clef dans serrure fait une belle mélodie,
Nuque bien tordue peut faire ce son aussi,
Clic ! Clac !

Glong ! Glong !
La porte se pousse, enfin résonne ses pas
Est ce donc venu l'heure du glas
Glong ! Glong !

Pat ! Pat !
Les ténèbres enveloppent sa silhouette d'argile
Mais dans ses yeux flamboyant je reconnais le style
Pat ! Pat !

Swap ! Swap !
Le style de ceux que la vie et la conscience anime
De ceux que la vie et la mort envenime
Swap ! Swap !




Kleos ouvre les yeux au moment où les paroles chantées de Varis se termine en un point final. Levant le regard, comme un humain contemplant un dieu. Il ne voit qu'une masse obscure, lovée dans les ténèbres abyssales de son sombre monde, en la noble présence du célèbre écrivain. Pas un mot. Pas un bonjour. Pourquoi donc saluer ce qu'on ne peut voir ? C'est logique pour le prophète. Il c'est promis à la lumière, il ne pense qu'à la lumière, il ne rêve que lumière, et pourtant son regard est noir et son environnement sombre. De quoi broyer du noir n'est-ce pas ?

Enfermé dans une geôle bien trop petite pour ses six mètres vingt quatre, il est dans une bien étrange position lorsque Jack pose sur lui son premier regard. Le buste allongé sur le sol, les jambes étendues sur le mur, on aurait dit un géant, assit sur un mur, défiant la gravité. Mais la vérité est tout autre et elle est bien plus douloureuse ! Son petit jeu de contorsionniste a dut amuser plus d'un geôlier, pourtant c'est un martyre, mais il l'accepte. Il n'est qu'un homme et la souffrance signifie qu'il n'a pas sombré, qu'il est toujours en vie, rongé de l'intérieur par une douleur bien plus pernicieuse que ses douleurs physiques.

Un mouvement de la main de la part du roi des abeilles pour indiquer en silence à son visiteur de poser le repas sur le seul sol crasseux de sa geôle, puis il referme les yeux sans prononcer un mot, fredonnant simplement une mélodie du bout des lèvres comme si la chanson avait repris dans sa tête. Une minute de silence ou seul l'infâme chant de Varis s'impose dans sa tête, une seule minute, la minute de trop, sa promesse, à quoi bon la tenir. Plus personne n'est là pour le juger. Ni son mentor témoin de sa dignité nouvelle, ni sa fille qu'il ne verra finalement jamais, puisqu'il va pourrir ici jusqu'à la mort.

Le blond ouvre un œil interrogateur. Il n'a pas entendu le claquement de la porte. La surprise le prend alors. Aucune bouilli immonde n'est pose face à lui, par contre l'ombre est toujours là, le scrutant avec intérêt et vivacité. Il se gratte le coup un instant, manifestement gêné par ce regard persistant. Ça y est les fantômes et démon viennent le hanter ? Non pire... Varis a pris vie et s'apprête à le torturer pendant des heures avec des sessions freestyle ? Non. Rien de tout ça, le roi des abeilles entend sa respiration, son cœur battre dans sa poitrine, il voit ces yeux amplis de lumière, et il ressent son souffle chaud. C'est un humain !

Intrigué, le prophète ramène ses jambes vers lui, d'un mouvement lourd et pataud, tout en relevant son buste, adossant au mur derrière sa tête. Une fois stabilisé il se lève brusquement. Bien trop rapidement ! Si vite qu'il en avait oublié sa propre taille et celle de la piece. Le sommet de son crâne percuté alors violemment le plafond, et le voilà retombé au sol dans un tintement sonore. Quelle déchéance, quelle décadence... Un si grand homme voué à voir la vie d'en bas. Le blond reste au sol, déboussolé. Il n'a pas la force de se masser le crâne, alors il reste ainsi, encombrant le sol, inutile, comme un déchet. Il se tourne alors vers l'ombre et décrète avec toute la virulence et la force qui lui reste :

-Je te prie de DÉGAGER MAINTENANT ! Tu en as bien assez fait CONARD ! Cesse de m'humilier par ton regard ! CASSE-TOI POV' CON !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 292
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 39552
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7906
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: Sinistrose [feat Jack]   Mer 11 Avr - 20:03




« Bonjour … ? »

Silence. Bien entendu, si les prisonniers étaient coopératifs, ça se saurait. Celui-là semblait être la perle du coin, et Jack avait, dans sa curiosité, besoin d’en apprendre plus sur lui. Ses motivations, sa psychologie. Le moment où sa mission et son hobby se mêlaient de manière fortuite. S’il voulait établir des profils de psychopathes dans ses romans, il fallait qu’il en rencontre des vrais. Des purs. Des durs. Si les matons s’inquiétaient de la résistance d’un pauvre écrivain face à de pareils monstres, Jack ne s’en préoccupait pas. Ce qu’ils prenaient pour de la témérité imbécile était un risque calculé. Il était un agent du Gouvernement, pas une demoiselle en détresse. Ou un damoiseau, soyons pour l’égalité des genres.

« Hm. Je vois. » se murmura-t-il, avant de racler le sol de sa semelle.

Il dégagea quelques immondices sur le côté, renifla pour encaisser l’odeur fauve qui se dégageait du prisonnier puis s’installa en face de lui. Assis, à le contempler. Il put entendre le gardien avaler sa salive, se demandant quelle était là la lubie de l’écrivain. Jack, quant à lui, ne pensait qu’à la marque de lessive qu’il utiliserait dans la soirée. Ce mec étant vraiment grand, il emplissait tout l’espace face à lui. Comme si Jack était en entretien avec un géant. Il en avait déjà vu un, une fois. Et il savait que ce gars-là était à peine aussi grand qu’un de leurs enfants. Il avait vu de tout au travers de ses voyages. Du moins, presque.

Il s’apprêtait à parler lorsque l’étrange prisonnier commença à s’agiter, le regardant et gigotant dans tous les sens. Jack l’observa en penchant la tête sur le côté. Il se retourna, bougea et … se releva. D’un coup, ce qui fit trembler le plafond. Le taulard s’écrasa piteusement à terre, son crâne plongeant dans la fange de sa cellule. Il resta sur place, gardant dans les ombres ce qu’il avait voulu faire. Jack avait instinctivement levé les bras pour parer à toute éventualité, mais tout s’arrêta là. Il fronça les sourcils.

-Je te prie de DÉGAGER MAINTENANT ! Tu en as bien assez fait CONNARD ! Cesse de m'humilier par ton regard ! CASSE-TOI POV' CON !

L’agent étouffa un rire.

« Tu dois avoir une bonne vue pour savoir que je t’observe avec cette obscurité. Apportez-nous une lanterne. On y voit comme au travers d’une pelle ici. »

« Mais, monsieur Sinister… pas de feu dans les … »
s’indigna le gardien qui avait accompagné Jack jusqu’ici.

« Nark ? »

« Ouais, ouais ... »
grommela l’autre maton avant de traîner sa carcasse pour aller chercher ce que l’agent avait demandé.

Jack soupira d’aise avant de prendre une cigarette dans son paquet. Il la mit à son bec, l’alluma. Il avait autant besoin de nicotine que de chasser cette puanteur omniprésente. Peut-être qu’il ne ferait que brûler ses affaires finalement. Il en tendit une à son interlocuteur. Pas parce que c’était un fou furieux qu’il n’avait pas le droit de s’empoisonner comme tout le monde.

« Alors, mon gars, tu t’appelles comment ? Qu’est-ce que tu fous ici ? On m’a dit que t’étais de la pire espèce. » ricana Jack, tirant une bouffée sur sa cigarette.

« Moi, c’est Jack. Jack Sinister. Je suis … écrivain. » se présenta-t-il, sans commettre l’erreur de lui tendre la main pour le saluer.




thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Totems de Xylor


☠ Messages : 36
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : Inconnu
☠ Berrys (x1000) : 21167
☠ Localisation RP : Présent-ation !
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1747
Membre des Totems de Xylor

MessageSujet: Re: Sinistrose [feat Jack]   Mar 17 Avr - 22:56



Sinistrose


Feat : ✘ Jack Sinister




«La gracieuse abeille reine quitte son trône astral, fixant avec dépit, les humains délétères qui naissent grâce à son don. Pourtant son regard, inquiet, ne cesse de dévier vers ceux qui quittent ce monde emportés par la malédiction de Karkan. Tourmentée, par ce spectacle, et ce cycle éphémère imposé aux créations de Dolst et Irmae, "la Mère" s'insurge. Varis pleine de convictions et d'interrogations s'impose une visite dans les ténèbres les plus noires, celles desquels rien ne peut subsister, rien ne peut fuir. Les Enfers. Mais ce n'est pas Jogard que la divine abeille est venue confronter.

-Karkan ! Montre-toi ! J'ai à te parler !

En effet, c'est bien le cadet de la fratrie, qui nourrit en Varis multitudes de ressentiments. Les yeux rouges du tigre percent l'obscurité environnante comme le ferait deux lunes berçant le monde dans une pale lueur, son épaisse voix résonne alors, tel un rugissement féroce. Haine, colère, tristesse... Quel sentiment pèse le plus sur la conscience et l'expression du banni ?

-Oh... De la visite ? Ma chère sœur ? Oh oui ! C'est bien la divine mère de toute chose... Que me vaut donc l'honneur de cette visite ? Ton sens de la famille c'est éveillé ?

Le tigre, moqueur, reste immobile alors que dans ses yeux luisant brille ce feu ardent et dévastateur. Même la teinte de ses iris annoncent la destruction, les flammes et le sang. Il est la mort après tout ! La "Mère" le fixe avec véhémence et sur un ton de réprimande lui pose la question fatidique :

-Dis-moi, ça t'amuse de réduire à néant les efforts cumulés de trois de tes aînées ? Te gausses-tu de voir nos lamentations ? Petit frère tu n'es qu'un bourreau... Pourquoi as-tu fait ça ?

L'abeille reine est véritablement peinée, présentant une mine oscillant entre la colère et la déception à son cadet. Les deux lueurs pales s'éteignent brusquement. Les pas résonne et finalement après un pesant silence la réponse tombe.

-Parce que.

Une réponse simple, brute, sans argumentation. Rien de plus qu'une parole d'enfant qui ne comprend pas la complexité du monde, ses lois, ses règles. Un enfant pour qui le bien ou le mal, le respect ou la décadence, sont des notions inconnues. Mais le tigre n'est pas un enfant.

Je pouvais le faire, alors je l'ai fait !

Un autre silence s'instaure tandis que les yeux rouges du félin réapparaissent face à Varis. Et voilà que sa voix tonne à nouveau, puissante et emprunte de sombres sentiments.

Tu es la création, je suis la destruction... Rien de plus ! Je n'ai fait que rétablir l'équilibre !
»


Un long silence s'instaure après la tirade religieuse du prisonnier qui fixe avec ardeur la flamme scintillant devant le visage du visiteur. Kleos prend avec lassitude la cigarette que l'écrivain lui tend et fixe encore la flamme avant de consumer le bout de ce poison. Après une bouffée il reprend :

-Premier livre de Varis, premier évangile, onzième verset !

Le blond laisse la fumée l'envahir et recrache les volutes dans une quinte de toux. Une fois calmé il fixe la cigarette avec dégoût la jetant nonchalamment sur Nark avant de s'adresser à son interlocuteur.

-Les souvenirs me reviennent. Je me rappelle maintenant pourquoi l'hydromel me sied bien mieux que cette MERDE ! Mon nom ? Il ne te servira à rien... Même pour moi, il n'est plus d'aucune PUTAIN d'utilité ! Je t'en prie, appelle-moi Varis ! Je suis le prophète de l'amour, le prophète de l'union, le prophète de la vie !

Des hurlements s'élèvent alors qu'un léger crépitement de fond s'érige accompagné d'un odeur de brûlé. Derrière les barreaux le geôlier danse avec le diable. Il danse nappé des flammes ardentes de l'enfer. Il danse et devient la lumière de ce monde de ténèbres !

-Pourquoi tous ces cris ? Il devrait se réjouir, en cet instant il est aussi lumineux que Xylor, notre créateur... CONNARD DE PAÏEN !



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Membre des Underclass Heroes


☠ Messages : 292
Réputation : 0
☠ Âge du Personnage : 32 ans
☠ Berrys (x1000) : 39552
☠ Localisation RP : en mer
☠ Fruit du Démon : Aucun
☠ Haki : armement (avancé)
☠ Dorikis : 7906
Membre des Underclass Heroes

MessageSujet: Re: Sinistrose [feat Jack]   Dim 3 Juin - 15:55





Décidément fêlé. C’était … presque triste. Une sorte de monologue fanatique, au nom d’une reine des abeilles ? Dans le jargon de Jack, la reine des abeilles avait une fonctionnalité … toute autre. Notamment, celle de butiner ce qui passait. Mais passons. Il griffonna rapidement ce qu’il avait entendu, sans être capable de démêler une quelconque logique dans la logorrhée du prisonnier. Il claqua de la langue, ne parvenant pas à comprendre le sens de cette tirade. Et pourquoi maintenant. Les fous avaient toujours une logique qui leur était propre, il suffisait de la percevoir. De l’intégrer. Jack soupira. Pas ici. Il avait toujours eu du mal avec les culs-bénis. Il avait essayé de se confesser, une fois. C’était pour une mission, et ça s’était mal terminé.

« Je vois. Varis. C’est donc lui le tigre ? » fit-il, afin d’enchaîner sur le long silence.

Il haussa les épaules. Un fou de ce genre serait parfait pour une série de meurtres religieux. Profanant des sépultures au nom d’une divinité oubliée, d’un concept théologique fascinant. Avez-vous trouvé la vérité ? J’en m’en vais vous couper la tête pour vous montrer la voie …

« Que je t’appelle Varis ? Il ne m’avait pas l’air d’être ardent défenseur de la vie et de l’amour. Cet équilibre dont tu parles … c’est quoi ? C’est ce qui t’a valu d’arriver ici ? » continua Jack, alors que le mégot passait par-dessus lui.

Il ne se retourna pas, gardant ses yeux sur le fou. Mais les cris de Nark lui firent rapidement dévisser la tête. Merde. Il revint vers son interlocuteur qui se pâmait devant le brasier que devenait son gardien. Jack se redressa précipitamment, se mit sur ses pieds et un étrange craquement retentit dans le noir. Le vent s’engouffra dans les geôles, tourna dans la cellule et mit en suspension ce qu’elle contenait. La lumière de la lanterne fut comme aspirée, et les flammes qui enrobaient Nark furent soufflées contre le mur. Un instant, l’écrivain était dans la geôle, l’autre il était devant celle-ci, sa cigarette serrée entre ses lèvres, consumée comme si elle avait fait face à un grand vent. Devant le détenu, la dalle était brisée, comme si quelque chose de lourd s’était abattu dessus. La fraise de la cigarette fut la seule lumière pendant quelques secondes, jusqu’à ce qu’il s’en serve pour rallumer une torche. Par terre, Nark gisait, la fumée s’échappait de son corps. Jack s’approcha de lui, pris son pouls. Sentit ses habits. Ils empestaient la naphtaline. Le crétin en avait imbibé son uniforme. Il darda un regard intrigué sur le prisonnier, qui avait certainement, sous ses travers fanatiques, bien anticipé son coup.

« Il est vivant, trouvez vite quelqu’un d’apte pour l’escoter à l’infirmerie. Je ne pense pas qu’il soit gravement brûlé. »

« Mais … mon devoir est de vous … »

« J’ai l’air d’être capable de me défendre, non ? Au pire, le temps que vous atteigniez le couloir et demandez à quelqu’un de venir vous relayer, je devrais tenir. Allez, exécution soldat. »
ordonna Jack, d’un ton si autoritaire qu’il ne souffrait aucune contestation.

Le garde grommela quelque chose dans sa barbe et s’exécuta. Le cipher soupira d’agacement puis se retourna vers le prisonnier.

« Tu viens de te condamner à passer encore de sales semaines, mon gars. C’était un peu con de ta part. Et même de rallonger ta peine. C’est ça ton plaisir ? Cramer des gars au nom d’un dieu ? Xylor, le dieu des flammes et de la destruction ? Renaissance, équilibre ? » commença-t-il en plissant les yeux.

« Maintenant qu'il est parti ... et si je te disais que j’étais venu ici pour te voir, Kleos Rhodoria. »
fit-il, bien décidé à percer le mystère de ce prisonnier.

Evidemment, ce n’était qu’un coup de bluff. Jack avait simplement jeté un œil sur le registre des prisonniers, et lu par-dessus l’épaule de Nark les quelques mots sur ce prisonnier. Des types isolés ainsi devaient l’être pour une bonne raison. De même : tenir un carnet sur leurs actions était louche. Cela sentait bon le petit scoop qui justifiait qu’ils soient ainsi isolés. Jack comptait faire deux choses ici : découvrir pourquoi, et trouver une bonne histoire pour son prochain spin-off. Qui savait, peut-être qu’un scientifique fou s’amusait avec eux dans des expérimentations ? Si c’était ça, ce serait vraiment croustillant … Il y avait toujours un scientifique fou dans les histoires. Peut-être même qu’il essayait de guérir le fanatique ?



thanks p'tit minou ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sinistrose [feat Jack]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sinistrose [feat Jack]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hatbox Ghost • Phantom Mesa • feat. Jack White [LIBRE]
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Jack Skellington
» fiche technique jack rellon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: North Blue :: Autres îles-
Sauter vers: