Contexte
Factions
Combat
Présentations
Avatars
Fruits du Démon
Primes
PNJ
Navigation
Equipages
Quêtes/Missions
Boutique
Médailles




Votez toutes les deux heures
et gagnez des Berrys !



 
CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


☠ Messages : 34
☠ Âge du Personnage : La vingtaine
☠ Berrys : 622900
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Kin Kin no Mi - Fruit des muscles
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]   Lun 5 Mar - 4:49

Perdu. Voilà comment le Roi se sentait depuis maintenant quelques mois. Quelques mois, c'était le peu de temps qui s'était écoulé depuis la destruction de Nemea et la disparition de toutes les choses et de toutes les personnes qu'il avait jamais connu. L'homme qui était responsable de ces terribles actes était un pirate du nom d'Attila Orygmos, et en ce jour de l'an 1414, il naviguait toujours librement sur les mers. Rufus savait bien que cela n'allait pas durer bien longtemps, il avait confiance en cette Marine qui l'avait sauvé de la mort, en ce Gouvernement Mondial qui avait toujours été un allié de sa patrie. Le blond était persuadé que le pirate allait bientôt être capturé, certes, mais il n'en avait cure, l'idée de se venger ne lui passant jamais par la tête. Tout ce qu'il espérait avec la mise en cage d'Orygmos était la mise en sécurité des citoyens du monde, il ne voulait que personne ne vive la tragédie que lui même était en train de vivre. Et oui, tout ce que le Roi espérait pour Orygmos était une mise en cage. Même ce pirate qui avait anéanti le royaume qu'il gouvernait ne méritait pas qu'on lui dérobe la vie, c'était ce que Rufus pensait.

Ainsi, perdu mais loin d'être désespéré, le Roi essayait tant bien que mal de retrouver un semblant de quotidien, alors qu'il s'acclimatait à la vie sur un navire de la Marine. C'était son choix de rester avec les soldats qui l'avaient fait quitté son foyer détruit, et ces derniers ne s'y étaient pas opposé. Il fallait dire qu'il y avait peu d'endroit où Rufus ne pouvait lui même pas être considéré comme une menace pour le peuple, tant le trouble de maîtrise de son fruit du démon était évident. En effet, les soldats ne comptaient plus le nombre de fois où le Wilder avait couplé sa maladresse à une transformation involontaire en monstre de muscles, causant des problèmes à l'entretien du navire, et à celui de leur sécurité. Rufus avait rapporté sur ce bateau les derniers vestiges de sa terre, les trésors royaux de Nemea : la hache Heracles, et le fruit des Muscles, qu'il avait ingéré. C'était donc ces deux trésors qui formaient une équipe dangereuse avec son étourderie, mais le soutien des soldats était précieux au Roi, et ce fut grâce à lui qu'il put commencer à démontrer un semblant de contrôle sur ses capacités. Capacités que les marines refusaient catégoriquement de le laisser utiliser hors du navire, non pas par manque de confiance, mais par pure inquiétude. Rufus était un homme bon, et malgré tout ce qu'il avait vécu, malgré le fait qu'un Roi tel que lui avait été amené à naviguer avec eux, il gardait le sourire. Cela avait gagné leur respect, et tous les membres de l'équipage avaient décidé de faire tout ce qui était en leur pouvoir pour protéger sa vie tant qu'il naviguait à leurs côtés. Bien sûr, ils ne lui avaient jamais dit cela et ne lui dirait jamais, car cela aurait été inutile, puisque Rufus était le genre d'homme à montrer une détermination incroyable lorsqu'il décidait d'aider autrui. Cette détermination l'aurait sans doute poussé à s'opposer à l'opinion des marines, en ne leur manquant à aucun moment de respect, bien entendu. Tout cela malgré son frêle physique, la plupart du temps.

C'était pour ces raisons que les soldats avaient occulté la vérité au Roi lorsqu'ils posèrent l'ancre sur l'île de Baterilla, South Blue. Ce qui était en réalité une mission visant à mettre la main sur un pirate commençant à se montrer dangereux, était devenu une simple course, comme le stipulait la lettre que Rufus avait trouvé sur la table de nuit de sa chambre à son réveil.

« Roi Wilder, ne vous inquiétez pas de trouver le bateau vide à votre réveil, on est tous descendu pour aller sur l'île pour aller chercher de la bouffe de quoi se ravitailler. »

Cette rature était la preuve de leurs efforts vis-à-vis de leur invité. Invité qui exprima sa réaction à voix haute, alors même qu'il était seul.

-Oh non, j'ai raté leur départ, si j'avais été éveillé j'aurais pu aller avec eux pour leur venir en aide... Je vais moi aussi quitter le pont pour visiter l'île, peut être pourrais-je les retrouver et me rendre utile.

Avec cette décision prise, le Roi s’exécuta et laissa le navire vide, persuadé, naïf qu'il était, que personne ne tenterait quelque chose de malicieux. En quittant sa chambre, il s'arrêta devant la hache royale, se demandant s'il devait la prendre, avant de finalement décider que non, une seconde plus tard. Il n'allait pas en avoir besoin, c'était ce qu'il pensait.
Une fois les pieds sur le sol de l'île, Rufus ne perdit pas de temps pour se laisser absorber par l'ambiance unique de Baterilla, les mélodies et les saveurs omniprésentes de cette île chaleureuse ne le laissant pas indifférent. Son objectif était de retrouver ses hôtes de la Marine, mais comme il ne savait pas où ces derniers se trouvaient présentement, le Roi vagabonda sur l'île, se laissant guider par les excentricités locales, jusqu'à finalement se retrouver dans une grande rue où ce qui semblait être une diseuse de bonne aventure attira son attention, et ce pour une raison des moins nobles. Ou plutôt deux raisons des moins nobles. Deux voluptueuses raisons.

Rufus ne l'admettait pas, mais il était évident qu'en tant qu'homme, ce que les filles avaient que les garçons n'avaient pas lui faisait beaucoup d'effet. Et cette diseuse de bonne aventure, qui faisait signe au Roi de venir la voir, les avait.

-Dis moi, noble aventurier, quelle est la raison de ta venue ici ? Réponds moi, et je te dirais si ton objectif peut être atteint...

La femme avait parlé avec un accent des plus mystérieux.

-Et bien, hum...C'est-à-dire que...Je...hum...

-Et bah vas-y accouche, j'ai pas ton temps là, y a d'autres pigeons à plum...euh j'veux dire... Réponds à ma question, noble vagabond, d'autres aventuriers sont en quête de vérité. Dis moi donc, qu'espères-tu pour ton futur ?


L'accent avait quelques peu dérapé, mais la diseuse de bonne aventure le récupéra vite, bien qu'elle perdit l'attention du Roi, avec sa nouvelle question. Ce dernier perdit de son teint rouge et de son malaise pour récupérer un visage sincère et souriant, avec le regard soudainement perdu dans le vide. Comme dans un état second, Rufus répondit à la question.


-Je veux retrouver mon royaume...

Acceptant la réponse, la voyante agita les bras de manière mystique avant de prendre une profonde inspiration, qui fit gonfler ses poumons, et ce qui se trouvait à la surface. Cette vision ramena Rufus à la réalité, et même plus. Devant ce rêve, le Roi perdit tous ses moyens et fit un bond en arrière, le tout en activant, sans le vouloir, son pouvoir de maudit des eaux.
Bien qu'il était maintenant un géant de 4 mètres fait presque entièrement de muscles et de vêtements déchirés, il avait bien senti l'impact qui se fit percevoir dans son dos. Il avait heurté, et fait chuter quelque chose. Ce ne fut que lorsqu'il se remit sur pied pour ramasser la victime de sa balourdise qu'il se rendit compte que cette dernière était un être humain, presque aussi grand que lui dans son état actuel qui plus était.
La teinte de rouge que sa peau avait prise s'assombrit alors même qu'il s'inclinait pour présenter ses plus plates excuses à l'homme qui était encore en train de se relever et que le Roi reprenait son apparence normale, peut être sans même s'en rendre compte.

-Monsieur, je vous demande pardon, vous avez été victime de mon manque de contrôle, j'espère sincèrement ne vous avoir en aucun cas blessé.


Le Wilder prit quelques secondes avant de relever la tête, voulant s'assurer d'avoir bien transmis son sentiment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 168
☠ Âge du Personnage : 34
☠ Berrys : 16061430
☠ Localisation RP : Logue-Town
☠ Fruit du Démon : Zoan mythique du dragon
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 3136

MessageSujet: Re: Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]   Mar 6 Mar - 17:08

Rencontre du grand type
Cela faisait maintenant deux ans que Ryuma avait reprit son voyage, après s'être échappé de l'île sur laquelle il était retenu en tant qu'esclave. Il était heureux d'avoir retrouvé sa liberté, pouvoir à nouveau assouvir son désir de découverte du monde. En toute logique, il s'était mis en tête de visiter chaque île de south-blue, la mer qui l'a vue naître.
En ce jour, à bord de sa barque, il arrivait aux côtes de Baterilla, un lieu où il était particulièrement pressé d'y mettre les pieds. D'après ce qu'il avait entendue dire, c'était un endroit où il faisait bon vivre. Le folklore y résidant avait une certaine réputation, avec ses diseuses de bonnes aventures, ses danseuses de flamenco et tant d'autres loisir aussi intéressant les uns que les autres. Cependant il fallait qu'il fasse attention à ne pas y faire de grabuge. Son père l'avait prévenu que cette île était sous la circonscription du gouvernement. Mais bon, il ne devait pas y avoir de problème avec ça, même si Ryujin n'est jamais très loin.

Après avoir mit une bonne demi-heure, pour arriver au port et attacher son embarcation à un pilier prévu à cet effet, il posa enfin le pied à terre. Il se mit ainsi ainsi en marche, se dirigeant vers la ville, là où il pourrait sans doute s'immerger dans l'ambiance particulière des lieux. Le balafré passa tout d'abord dans un marché, réunissant toutes sortes de choses, des légumes, de la viande, des fruits, des instruments de musique, des costumes. Mais le plus surprenant pour lui c'était les marchands. Il laissa se dessiner un sourire sur ses lèvres, voyant ces commerçants vanter à pleins poumons la qualité de leurs produits, tout en s'agitant tel des animateurs de foires. C'était la première fois que notre protagoniste assistait à pareil engouement, à tel point qu'il en était fasciné. Sortant de la longue allée où se trouvait le marché, il déboucha ensuite sur une grande place inondée de personnes parcourant l'endroit dans tous les sens. À ses yeux c'était impressionnant, il y avait du mouvement de partout, ça ne s'arrêtait pas. Des saltimbanques s'attelant à effectuer des acrobaties remarquables, des joueurs de guitares s'amusant à charmer les passantes, des peintres immortalisant l'édile des couples en voyage, sans compter ce sublime spectacle de danseuses de flamenco à l'autre bout. Il ne savait plus où poser son regard, tellement il ne voulait rien rater, envahit d'une euphorie débordante, il opta pour les danseuses. Mais oui, il était un homme comme tous les autres, il ne disait pas non s'il avait l'occasion de se rincer l’œil, et c'est le cas de le dire. Se débrouillant comme il put pour traverser la redoutable foule grouillante, il arriva à son objectif, le spectacle de flamenco. Il n'était pas le seul, beaucoup d'autres personnes s'étaient regroupés pour admirer ces dames. Il fut bouleversé par tant de grâce et de sensualité, laissant son regard suivre instinctivement la houle de ces robes à poids magnifiques, ainsi que les enchaînements particulièrement techniques de ces longues jambes fines et rayonnantes.

Mais les meilleurs choses ont toujours une fin, il s'éloigna donc de la scène, le cœur remplit de cette amour que les danseuses leur avaient offert par leurs prouesses. Très satisfait de ce qu'il avait vue jusque là, il continua de marcher pour en découvrir encore plus sur cette ville incroyable. Mais malheureusement, sa bonne humeur laissa tout d'un coup place à l’inquiétude, il avait vu une patrouille de soldats de la marine non loin de lui. Il balaya les environs de son œil, cherchant à trouver un endroit où il pourrait se cacher en attendant qu'ils partent plus loin. En effet, même s'il n'était pas un criminelle avec une prime sur sa tête, il craignait encore en ce temps là, les représailles de la destruction de l'arène de gladiateur qu'il avait détruit dans le passé. Surtout parce qu'elle appartenait à l'homme qui le retenait prisonnier en tant que gladiateur, et que cet individu avait des bons rapports avec le gouvernement.

Mais revenons en au présent actuel, le borgne venait de repérer l'enseigne d'une petite boutique à quelques mètres de lui. Il s'était dit que c'était celle d'une voyante, à en juger le panneau sur lequel était dessiné une boule de cristal. Se pressant, il rentra rapidement, mais dans sa précipitation, il heurta quelque chose, ou plutôt quelqu'un. C'était un homme, si grand et costaud que l'impact le fit trébucher et atterrir au sol. Il s'aida de ses mains pour se relever, alors que le colosse s'était retourné vers lui tout en rapetissant étrangement. Ce qui le choqua sur le coup, il ne pouvait se douter qu'il s'agissait d'un maudit tout comme lui, puisque le seul représentant qu'il connaissait, eh bien c'était lui même. Il pensa simplement que ce type était très bizarre, mais n'en fut pas non plus tout retourné, savant que ce monde dans lequel il vivait, regorgeait de choses et d'individus incroyables. Mais passons, il se retrouvait maintenant face au moustachu, qui se dépêcha de s'excuser pour sa maladresse. Mais il n'était pas contrarié, pour lui c'était sa faute, puisqu'il avait déboulé ici tel un taureau enragé.

- Monsieur, je vous demande pardon, vous avez été victime de mon manque de contrôle, j'espère sincèrement ne vous avoir en aucun cas blessé.

- Ne vous en faites pas, ce n'est rien. Et puis ce serait culotté de ma part de vous en vouloir, moi qui suis rentré avec tant d'incivilité. C'est moi qui vous demande pardon.

Il adressa un sourire rassurant à son interlocuteur, pour bien lui faire comprendre qu'il n'y avait pas de mal. Mais soudain, le balafré s'affola sans raison, alors qu'il venait d'entendre les soldats hurler dehors, quelque chose comme « Nous le voulons ! Trouvez-le ! Celui qui a volé l'orange du marchand ! ». Il était tellement paniqué en entendant les deux premières phrases, qu'il pensait prononcés pour lui, qu'il en oublia la dernière. Il se mit donc en tête que c'était lui qu'ils recherchaient et qu'ils voulaient le mettre sous les barreaux pour le punir de ce qu'il avait fait quelques années en arrière. Ignorant la voyante, il se précipita derrière son rideau en s’accroupissant derrière pour se cacher, les genoux aux sols, et les mains sur la tête. Le malheureux en oubliait sa taille, ne se doutant pas que son postérieur et ses jambes dépassaient totalement de sa cachette improvisée.

- Ils m'ont retrouvés !

Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 34
☠ Âge du Personnage : La vingtaine
☠ Berrys : 622900
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Kin Kin no Mi - Fruit des muscles
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: Re: Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]   Jeu 8 Mar - 5:56

Soulagement. C'était ce que ressentait le Roi, tandis que l'homme qu'il avait bousculé lui assurait qu'aucune rancœur n'était présente en lui avec un sourire. Après lui avoir rendu son sourire, Rufus baissa les yeux pour se rendre compte que sa courte transformation avait transformé son habillement en charpies, ce qui le poussa à faire apparaître une moue gênée sur son visage. On avait toujours appris au Roi qu'un accoutrement en disait long sur la personne qui le portait, et avec l'apparition d'un pouvoir qu'il ne contrôlait toujours pas, son accoutrement faisait en général penser que Rufus n'était pas un homme qui prenait soin de lui. Cela embarrassait le Wilder, même si au fond, il pensait que tout le monde savait que lorsqu'on faisait de nouvelles rencontres, il ne fallait pas simplement s'attarder sur l'apparence physique. En tout cas, si tout ne monde ne le savait pas, Rufus, lui, en était conscient. L'homme dans lequel il était rentré, par exemple, pouvait être qualifié d'effrayant, mais cela n'empêcha en rien le frêle moustachu de s'adresser à lui comme il se serait adressé à n'importe qui. Oui, la politesse et la civilité étaient des valeurs importantes pour le Roi. Mais encore, elles ne l'étaient pas pour tout le monde.

-Ouais ouais, c'est bien beau tout ça, mais faudrait penser à me payer, tu crois pas ?

La diseuse de bonne aventure avait complètement perdu l'envie de continuer à fausser un accent, mais cela ne gêna en rien le Roi, qui lui avait complètement oublié qu'il à payer pour rien, cette femme ne lui ayant rien dit sur son futur.

-Ah oui, oui, évidemment, je vous prie de m'excuser.


Le Roi se décala d'un pas pour pouvoir s'adresser à la voluptueuse voyante sans pour autant tourner le dos à l'homme à la longue cicatrice, le tout en fouillant dans ses poches afin d'en sortir une poignée de pièces et un billet.

-Je suis désolé, ceci est tout ce que j'ai sur moi. Je dirais qu'il y a à peu près une dizaine de berrys...


La voyante lança un regard mauvais au Roi, qui rougit de honte en lui tendant l'argent. Il avait espéré pouvoir la satisfaire avec ça, mais il se rendait maintenant compte que ça n'allait pas suffire. Pendant qu'elle comptait son butin, le blond eut une illumination.


-Si vous me permettez une courte absence, je pourrais retourner à bord du navire sur lequel je navigue, et ramener de quoi vraiment vous rémunérer.

-T'as cru j'étais conne ou quoi ? J'sais bien que tu vas te barrer sans poser plus de thunes, en plus j'connais même pas ton blaze, tu vas te barrer tranquille...


Le Roi grimaça à l'entente du gros mot, mais il ne releva pas, se contentant de rassurer son interlocutrice, s'approchant de son « bureau » avec un regard déterminé.

-Je me nomme Rufus Wilder, Roi du pays de Nemea, et je vous donne ma parole : Je reviendrais afin de vous faire parvenir ce qui vous est dû.

Les yeux bleus du moustachu plantés dans les siens décontenancèrent la diseuse de bonne aventure. Le comportement que le Roi perdu était en train de démontrer était bien différent de celui de quelques secondes en arrière, quand il n'arrivait même pas à lever son regard jusqu'à son visage, préférant s'arrêter avant. Elle attendit quelques instants avant de déposer les pièces au sol, et d'accepter l'offre.

-Ok. Vas-y, bonhomme.

-Merci de votre confiance.


Rufus s'inclina légèrement avant de faire demi-tour et de se précipiter hors de la petite boutique, si rapidement qu'il ne vit même pas que quelques soldats de la milice locale s'apprêtaient à entrer, pour qu'au final ce soit lui qui rentre dans l'un d'eux. C'était la seconde fois en l'espace de quelques minutes que Rufus se heurtait à quelqu'un, et cette fois, c'était le choc qui avait provoqué sa transformation, et non l'inverse.
Le Roi musclé chuta, faisant trembler l’ameublement. Il se rendit compte que cette fois, ses vêtements étaient bel et bien fichus, mais ce n'était pas le plus important. Le plus important, c'était que les soldats étaient à la recherche d'un voleur, et qu'ils avaient demandé à la voyante si elle avait une idée d'où il se trouvait. Cette dernière, ne voulant pas avoir de soucis ni même chercher à vraiment comprendre la situation, pointa du doigt l'homme à la cicatrice, qui s'était grossièrement caché derrière un rideau.

-Il est là.

Rufus n'avait même pas remarqué que l'homme n'était plus à ses côtés, et sa mâchoire chuta lorsqu'il comprit qu'il allait avoir des ennuis avec l'autorité. Il se rendait bien compte que cet homme n'avait pas le profil d'un criminel, ce n'était pas un voleur. Le Roi se voilait peut être la face, mais il y croyait dur comme fer. Il fallait qu'il lui apporte son aide.
La masse de muscles qu'il était devenu se releva le plus rapidement possible, voulant s'adresser aux forces de l'ordre dans l'espoir de pouvoir régler cette histoire avec des mots. C'était sans compter ses 4 mètres de haut, et sa maladresse légendaire. Alors que Rufus tentait de se remettre sur pieds, il fit tomber un vase en le frôlant de son gros bras, et en voulant le rattraper avant son contact avec le sol, il fila un coup d'épaule au milicien le plus proche, le tout avant de glisser sur le vase, et d'encore se retrouver le postérieur à terre.

-Oh non...

Alors que son teint vira au rouge, le Roi remarqua les regards confus que lui portaient les soldats. Il n'avait jamais été aussi embarrassé de ne pas pouvoir contrôler son pouvoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 168
☠ Âge du Personnage : 34
☠ Berrys : 16061430
☠ Localisation RP : Logue-Town
☠ Fruit du Démon : Zoan mythique du dragon
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 3136

MessageSujet: Re: Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]   Lun 19 Mar - 17:14

Rencontre du grand type
De son côté, le borgne resta caché sous le rideau, persuadé d'être à l'abri de tout regard. Mais il n'était pas aveugle pour autant, concernant ce qu'il se passait autour de lui, laissant son dernier œil yeux-té sous le tissu qui le « cachait », surtout pour surveiller l'arrivé des soldats, qu'il redoutait. Mais au lieu de ça, il remarqua que le colosse redevenu frêle, présentait une expression de gêne sur son visage. Apparemment, il semblait assez agacé par le fait, qu'une partie de ses vêtements, avait été déchiré par sa métamorphose. Il est vrai que ça peut être embêtant, mais s'il montrait une tel importance à cela, c'est que soit il portait des vêtements chères et il était contrarié par la valeur perdue, soit il tenait à rester propre sur lui et bien habillé. Même si au fond, ce n'était que l'interprétation d'un type qui porte une veste dont les manches manquent, et les extrémités sont usées. Ainsi, il était simple de deviner, que l'apparence n'était pas très importante pour le balafré. Il était plutôt le genre de type, à juger la profondeur d'âme que quelqu'un pouvait posséder, plutôt que le physique qu'elle arborait, car la plupart du temps, il ne fait pas tout. Mais en dehors de ça, il se disait que le moustachu avait l'air d'être un homme de principes, tout comme lui. Cependant, même avec un bon ressentit, il ne se faisait pas d'opinion définitive, sachant parfaitement que les gens peuvent montrer une façade, pour tromper leur prochain.

C'est d'ailleurs la voyante, qui ne tarda pas à démontrer cette vérité. Tirant le blond de ses songes, en l'interpellant de sa vrai voix, en laquelle on pouvait clairement ressentir une forme d'hostilité. Le brave jeune homme fit preuve d'une sérénité surprenante, face au changement de personnalité de l'arnaqueuse. Elle lui fit remarqué qu'elle souhaitait être payé, s'en suivit donc un échange entre les deux individus. Le moustachu lui donna quelques pièces, mais cela semblait ne pas suffire. Ainsi, il lui fit part de la possibilité qu'il avait de la contenté, si elle le laissait partir pour aller chercher de quoi payer. Bien évidemment, la médium ne voulut pas accepter, ayant trop peur de se faire doubler, e qui était compréhensible. Contre toute attente, elle changea d'avis, lorsque l'homme frêle arbora un visage bien plus sérieux qu'à l’accoutumé. C'est donc après avoir convaincu son interlocutrice, qu'il se précipita pour sortir.

Décidément, ce gars là était vraiment tête en l'air. En l'espace de 5 minutes, il avait réussi à heurté deux personnes. Mais l'inconvénient, c'est que cette fois, c'était l'un des soldats qui venaient de rentrer dans la boutique. De nouveau, le jeune homme retrouva sa forme de colosse, avant d’atterrir sur le plancher, ce qui produisit un une petite secousse dans la pièce. Mais malgré cet accrochage impromptu, les forces de l'ordre firent abstraction du blond, et demandèrent directement à la propriétaire des lieux, si elle n'avait pas vue le voleur qu'ils cherchaient. Prise de cour et ne voulant pas avoir d'ennui, elle pointa du doigt le plus suspect qu'il y avait en ce lieu, c'est à dire Ryuma, dont le postérieur dépassait toujours du rideau.
Lui qui pensait être bien caché, il les laissa s'approcher de lui, même s'il les voyait venir. Mais il fut surpris de sentir des mains agrippées ses chevilles pour le sortir de sa planque de fortune. Ils se mirent donc à tirer aussi fort qu'ils purent, mais il n'y avait rien à faire, ils ne purent le faire glisser que sur une vingtaine de centimètres. Le pirate n'avait pas apprécié être manipulé de la sorte, puis de toute façon, il avait compris qu'il était découvert. C'est donc d'un seul coup, qu'il se redressa et se dévoila entièrement de toute sa hauteur, faisant reculer ces messieurs. Au même moment, leur attention à tous fut attiré par le hercule blondinet à côté. Suite à une succession de maladresses, il s'était de nouveau retrouvé par terre, en faisant un gros bruit, résonnant dans toute la pièce, tout en la faisant trembler.

Puisque dans sa chute, il fit également tomber un autre marine, le groupe commença à être agacé par ce moustachu. Se disant qu'il faisait exprès, soit pour les provoquer, soit pour détourner leur attention. Raison pour laquelle, ils commençaient à croire que le borgne était effectivement celui qu'ils cherchaient, et qu'il voulait les déconcentrer pour permettre à l'autre de s'enfuir. C'est pourquoi l'un d'eux sortit sa rapière de son fourreau, et se retourna d'un seul coup, en positionnant la pointe de sa lame sous la gorge de Ryuma. Celui-ci vit l'expression de son visage changer radicalement, pour devenir sombre et impassible. À cet instant, on ne pouvait pas dire que sa personnalité malsaine avait prit le dessus. Mais plutôt qu'il était à la limite de céder, puisque la pointe d'une lame sous la gorge, éveillait forcément un sentiment négatif chez lui. Mais il était toujours lui même, tenant tête à son mauvais côté. Il faisait donc face à ce milicien, plongeant son regard froid dans le sien, lorsque ce marine l'interpella.

- Je suis sûr que c'est toi le voleur d'orange ! Tu va venir avec nous et sans discuter ! Lui lança-t-il en ordonnant aux autres d'embarqué aussi le roi.

- Il n'est pas nécessaire d'être si agressif. Je vous jure que je ne suis coupable de rien. Et cet homme n'as rien à se reprocher.

Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


☠ Messages : 34
☠ Âge du Personnage : La vingtaine
☠ Berrys : 622900
☠ Localisation RP : North Blue
☠ Fruit du Démon : Kin Kin no Mi - Fruit des muscles
☠ Haki : Aucun
☠ Dorikis : 1850

MessageSujet: Re: Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]   Sam 24 Mar - 2:22

Malentendu. Tout cela n'était qu'un déplorable malentendu, le Roi le savait bien, il en était au moins sûr. Sûr de l'innocence de l'homme au cache-œil et de la méprise des forces de l'ordre. C'était en grande partie à cause de ses actes de maladresse que la situation s'était à ce point aggravé en si peu de temps, il s'en rendait bien compte, et s'en voulait pour cela. Malgré cela, Rufus ne perdait pas espoir, il restait persuadé d'avoir la chance de voir cet incident se régler sans actions irréfléchies. Malheureusement, le soldat qui se trouvait face à l'homme éborgné entama de détruire cet espoir, alors même qu'il menaçait de sa lame la nouvelle rencontre du Roi. Ce dernier fut pris d'une soudaine anxiété quand son regard se posa sur l'arme. Bien sûr, en cet instant il n'avait qu'une envie, c'était de bondir afin de s'interposer entre cet instrument de tuerie et une vie humaine. Malheureusement, il ne pouvait pas faire cela, il était en train de se faire arrêter, il n'avait d'autres choix que de coopérer, tout simplement car cela montrait du respect, et que c'était de cette manière qu'il avait été élevé. Peu importe combien il était inquiet, il ne pouvait transgresser les règles des bonnes manières.

Ce fut dans cet état d'esprit que le Wilder s'interdit la mouvance, pendant qu'un soldat tentait de lui enfiler les menottes. « Tenter » étant le mot clé de cette phrase.

-Sergent ! Je n'arrive pas à poser les menottes sur les poignets de l'individu, ils sont trop gros, et j'ai laissé à l'extérieur les menottes de la taille au dessus. Je fais quoi, je vais les chercher ?

Le supérieur ne quittait pas son suspect du regard, la tension étant à son comble de leur côté.

-J'vais les chercher...

Le soldat avait parlé d'une voix résolue, et quitta la boutique en lançant de multiples regards dans la direction de son sergent, regards qui restaient sans réponse.

Le Roi, ne cachant pas sa surprise, amena ses poignets à hauteur de son visage, comme pour s'assurer qu'ils n'étaient pas liés. Une fois rassuré sur cette question, et étant bien au courant que le soldat qui était censé s'occuper de son arrestation s'était absenté, Rufus sauta sur l'occasion la conscience tranquille, et avança rapidement afin de positionner son imposante stature près du représentant des forces de l'ordre et de l'innocent accusé.

-Sergent, excusez-moi, je me rends bien compte qu'en ce cas précis, je ne représente rien de plus qu'une gêne pour vous, mais je vous en prie, écoutez-moi. Tout d'abord, vous ne me connaissez pas, je me nomme Rufus Wilder, je suis le Roi du pays de Nemea, comme je l'ai déjà déclaré à cette demoiselle quelques temps avant votre arrivée...

-D'ailleurs j'attends toujours ma thune, hein !

-Ne vous en faites pas pour cela, je n'ai pas oublié... Le fait est, sergent, que j'ai bien peur que cette...demoiselle, donc, ait faite une terrible erreur. L'homme que vous menacez de votre lame est innocent, j'en suis convaincu. Je me rends bien compte que la seule parole d'un inconnu ne saurait vous satisfaire, c'est pour cela que je vous informe que je ne suis pas venu seul sur cette île, une unité de la Marine m'ayant servie d'accompagnateurs. Si vous ne me croyez pas, suivez moi jusqu'au navire qui m'a amené ici. Si tel est votre choix, je vous invite à baisser votre arme.



Le Roi était positionné de manière à ne tourner le dos à aucun de ses deux interlocuteurs. Ainsi, et le sergent, et l'accusé pouvaient être témoins de son sourire le plus sincère.

-Cet homme n'étant pas le voleur que vous cherchez, il ne fuira pas, une arrestation serait donc inutile. N'ai-je pas raison mon bon monsieur ?

Après quelques instants, et quelques semblants d'hésitation, l'officier obtempéra et baissa sa lame, non sans lancer un regard mauvais à l'homme en face de lui.

-Nous allons tout de même devoir vous poser quelques questions ! Lui lança-t-il.

Non sans perdre son bienveillant visage, le Roi attendit la réponse de l'homme qu'il avait bousculé il n'y avait que quelques minutes de cela, en espérant qu'elle soit affirmative.
Ce fut à ce moment que finalement le bon sourire disparut, remplacé de nouveau pas une moue inquiète. Tous présents venaient d'entendre la même chose : un cri, venant de la rue en face du petit bâtiment dans lequel ils se trouvaient.

Quelle était l'origine de ce hurlement ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre du grand type [feat. Ryuma Otsuki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grand prix silure 2008 par l'UNPPDS
» Pêche en Finistère / Matos et conseils pour grand débutant.
» Le grand stade du Havre
» Le plus grand Porte-Conteneurs du Monde
» Quel type de selle utiliser !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jolly Roger :: Zone Rp :: Blues :: South Blue :: Baterilla-
Sauter vers: